Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1419 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  207  208  209  210  211  212
Auteur Sujet :

Le nucléaire... Pour ou contre?

n°57519052
broddok27
Posté le 09-09-2019 à 08:36:42  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

moreweed a écrit :


 

Citation :

“This was not a new launch of the weapon, instead it was a recovery mission to salvage a lost missile from a previous test,” said a person with direct knowledge of the U.S. intelligence assessment. “There was an explosion on one of the vessels involved in the recovery and that caused a reaction in the missile’s nuclear core which lead to the radiation leak,” said another person, who spoke to CNBC on the condition of anonymity.


 
https://www.cnbc.com/2019/08/29/int [...] -test.html
 


 
Qu'est-ce que çà change sur la gravité de l'incident en fait ? Que le missile soit issu d'un précèdent lancement ou pas, il y a toujours contamination radioactive issu d'un dispositif du missile. Il y a toujours des gens qui en payé de leur vie et il y a toujours une tentative de dissimulation du gouvernement russe.
A l'heure actuelle, il y a pas 36 dispositifs nucléaires dans un missile ;  c'est soit une tête nucléaire, soit un réacteur qui sert de source de chaleur. D'ailleurs, le reste de l'article part toujours sur le principe d'un réacteur nucléaire.
 
Cà dit simplement que tous les vols russes de ce missile jusqu'ici ont foiré et que même tenter de le récupérer ils parviennent pas à faire çà de manière sécurisée. Les ricains ont tentés le même type de réacteur en test et il n'y a pas eu d'incident humain à déplorer.  
Mais bon, ce sont les russes et leur approche qui consiste à tester tout d'un coup qu'ils ont gardé de leur programme spatial. On voit le résultat...

Message cité 2 fois
Message édité par broddok27 le 09-09-2019 à 08:43:38
mood
Publicité
Posté le 09-09-2019 à 08:36:42  profilanswer
 

n°57519102
fredo3
soa
Posté le 09-09-2019 à 08:45:58  profilanswer
 

broddok27 a écrit :

Les ricains ont tentés le même type de réacteur en test et il n'y a pas eu d'incident humain à déplorer.
Mais .


Officiellement...
Quand on touche au militaire, on ne peut plus croire personne.

Message cité 2 fois
Message édité par fredo3 le 09-09-2019 à 08:46:57
n°57519408
broddok27
Posté le 09-09-2019 à 09:21:58  profilanswer
 

fredo3 a écrit :


Officiellement...
Quand on touche au militaire, on ne peut plus croire personne.


 
NERVA était un réacteur destiné à des missions spatiales, donc civil. Le programme de propulsion nucléaire américain a été originellement confié à l'US Air Force puis passé à la NASA à la fin des années 50. NERVA a été développé au milieu des années 60.

Message cité 1 fois
Message édité par broddok27 le 09-09-2019 à 09:25:00
n°57519959
moreweed
Posté le 09-09-2019 à 10:17:50  profilanswer
 

broddok27 a écrit :


 
Qu'est-ce que çà change sur la gravité de l'incident en fait ? Que le missile soit issu d'un précèdent lancement ou pas, il y a toujours contamination radioactive issu d'un dispositif du missile. Il y a toujours des gens qui en payé de leur vie et il y a toujours une tentative de dissimulation du gouvernement russe.
A l'heure actuelle, il y a pas 36 dispositifs nucléaires dans un missile ;  c'est soit une tête nucléaire, soit un réacteur qui sert de source de chaleur. D'ailleurs, le reste de l'article part toujours sur le principe d'un réacteur nucléaire.
 
Cà dit simplement que tous les vols russes de ce missile jusqu'ici ont foiré et que même tenter de le récupérer ils parviennent pas à faire çà de manière sécurisée. Les ricains ont tentés le même type de réacteur en test et il n'y a pas eu d'incident humain à déplorer.  
Mais bon, ce sont les russes et leur approche qui consiste à tester tout d'un coup qu'ils ont gardé de leur programme spatial. On voit le résultat...


 
Vu que tu demandais des détails sur la réaction en cours lors de cet incident, savoir que l'incident provient d'une explosion qui a endommagée du matériel nucléaire et provoquée une fuite, ce n'est pas la même chose qu'une explosion provenant du matériel nucléaire en lui même.  
 
C'est tout, je pensais que tu cherchais vraiment à savoir.  
 


---------------
Comprend pas les gens
n°57520118
fredo3
soa
Posté le 09-09-2019 à 10:34:00  profilanswer
 

broddok27 a écrit :

 

NERVA était un réacteur destiné à des missions spatiales, donc civil. Le programme de propulsion nucléaire américain a été originellement confié à l'US Air Force puis passé à la NASA à la fin des années 50. NERVA a été développé au milieu des années 60.


Mais vous êtes naïfs ou quoi? :heink:
Et tu penses sérieusement que depuis les années 60 les US se sont croisé les bras?
Rappelle-toi, Trump a déclaré à la suite de l'incident nucléaire russe, que les USA avaient des armes encore plus (je sais plus le terme exact qu'il a employé), technologiquement avancées, puissantes, terrifiantes... Bref que faut-il en conclure? Bah qu'il ont probablement des trucs similaires dans les cartons.

Message cité 3 fois
Message édité par fredo3 le 09-09-2019 à 11:03:06
n°57520216
broddok27
Posté le 09-09-2019 à 10:45:05  profilanswer
 

moreweed a écrit :


 
Vu que tu demandais des détails sur la réaction en cours lors de cet incident, savoir que l'incident provient d'une explosion qui a endommagée du matériel nucléaire et provoquée une fuite, ce n'est pas la même chose qu'une explosion provenant du matériel nucléaire en lui même.  
 
C'est tout, je pensais que tu cherchais vraiment à savoir.  
 


 
Le matériau d'un réacteur endommagé par une explosion chimique d'origine externe ou interne ne perds pas sa radioactivité. A Tchernobyl, le combustible fondu 10 ans après la catastrophe produit encore une dose mortelle de radiation après une heure d'exposition.  
 
A la fin, on se retrouve dans l'affaire avec au moins 2 morts, une contamination des personnes impliqués dans l'incident ainsi que du personnel soignant, un taux de contamination radioactive dans un hôpital tel que le personnel soignant se plaint d'irritations des heures après (brûlures par radiation beta plausibles) et qu'il nécessite des opérations lourdes de décontamination du service.
 
Je me soucie un peu plus des risques de santé qu'il engendre sur des gens que de la réussite d'un projet militaire.

n°57520250
broddok27
Posté le 09-09-2019 à 10:48:33  profilanswer
 

fredo3 a écrit :


Mais vous êtes naïfs ou quoi? :heink:  
Et tu penses sérieusement que depuis les années 60 les US se sont croisé les bras?
Rappelle-toi, Trump a déclaré, à la suite de l'incident nucléaire russe, que les USA avaient des armes encore plus (je sais plus le terme exact qu'il a employé), technologiquement avancées, puissantes, terrifiantes... Bref que faut-il en conclure? Bah qu'il ont probablement des trucs similaires dans les cartons.


 
Trump, c'est bien le mec aux 12000 bobards (c'est même pas une exagération : https://www.washingtonpost.com/poli [...] ver-days/) qui raconte que les éoliennes causent le cancer ? C'est bien celui qui fout un coup de feutre sur la trajectoire la moins probable d'un ouragan pour avoir le dernier mot?  
 
Et tu crois encore à ce qu'il raconte? Et c'est nous qui serions naïfs?!  :lol:

Message cité 1 fois
Message édité par broddok27 le 09-09-2019 à 10:54:06
n°57520353
HumanRAGE
Rage d'être un Humain...LIBRE!
Posté le 09-09-2019 à 10:56:46  profilanswer
 

fredo3 a écrit :


Mais vous êtes naïfs ou quoi? :heink:  
Et tu penses sérieusement que depuis les années 60 les US se sont croisé les bras?
Rappelle-toi, Trump a déclaré, à la suite de l'incident nucléaire russe, que les USA avaient des armes encore plus (je sais plus le terme exact qu'il a employé), technologiquement avancées, puissantes, terrifiantes... Bref que faut-il en conclure? Bah qu'il ont probablement des trucs similaires dans les cartons.


https://reho.st/https://pbs.twimg.com/media/DkluD8PXsAIGsIc.jpg


---------------
"Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques." George Orwell
n°57520375
mantel
Posté le 09-09-2019 à 10:57:58  profilanswer
 

fredo3 a écrit :


Mais vous êtes naïfs ou quoi? :heink:  
Et tu penses sérieusement que depuis les années 60 les US se sont croisé les bras?
Rappelle-toi, Trump a déclaré, à la suite de l'incident nucléaire russe, que les USA avaient des armes encore plus (je sais plus le terme exact qu'il a employé), technologiquement avancées, puissantes, terrifiantes... Bref que faut-il en conclure? Bah qu'il ont probablement des trucs similaires dans les cartons.


 
qu'il y ait des projets dans les cartons c'est une chose, que ces projets soit opérationnel une autre...
Et comme dis par broddok27, Trump n'est pas une source fiable... après ça n'empeche pas qu'ils ont certainement des trucs bien vicieux dans leur arsenal secret...
 

broddok27 a écrit :


 
Le matériau d'un réacteur endommagé par une explosion chimique d'origine externe ou interne ne perds pas sa radioactivité. A Tchernobyl, le combustible fondu 10 ans après la catastrophe produit encore une dose mortelle de radiation après une heure d'exposition.  
 
A la fin, on se retrouve dans l'affaire avec au moins 2 morts, une contamination des personnes impliqués dans l'incident ainsi que du personnel soignant, un taux de contamination radioactive dans un hôpital tel que le personnel soignant se plaint d'irritations des heures après (brûlures par radiation beta plausibles) et qu'il nécessite des opérations lourdes de décontamination du service.
 
Je me soucie un peu plus des risques de santé qu'il engendre sur des gens que de la réussite d'un projet militaire.


 
 
A Tchernobyl c'est du corium, c'est tout de même un cas assez particulier, et qui necessite une masse de matière qui a mon avis n'est pas atteinte dans un réacteur de missile...
 
Après il a toujours été identifié que ce genre de missile serait un missile "sale" par nature, vu que sur son passage cela se comporte comme une bombe nucléaire sale... c'est ce qui le rends aussi terrifiant (en dehors de sa capacité à adopté des trajectoires inédite et donc a délivré sa tête militaire sur un objectif désigné :o )...

n°57520523
broddok27
Posté le 09-09-2019 à 11:10:07  profilanswer
 

mantel a écrit :


 
 
A Tchernobyl c'est du corium, c'est tout de même un cas assez particulier, et qui necessite une masse de matière qui a mon avis n'est pas atteinte dans un réacteur de missile...
 


La quantité de matière d'un réacteur embarqué est certes bien moindre qu'un réacteur pour produire de l'électricité, mais il suffit que tu sois au mauvais endroit trop longtemps pour en crever.
Une bombe atomique du genre de celle d'Hiroshima n'avait que quelques kilos d'Uranium 235, çà n'a pas empéché des milliers de gens de subir des radiations de l'ordre de la centaine de millisievert et de développer des symptôme jamais observé par les médecins japonais. Tu n'a pas besoin de beaucoup de matière radioactive ; il suffit d'être suffisamment prés d'une source sans protection ou d'ingérer quelque chose qui en contient. Et les effets de radiations sévères ne sont pas forcément immédiat, tu les ressens des heures après. Et si tu sens de la nausée, c'est trop tard.
 

Citation :

Après il a toujours été identifié que ce genre de missile serait un missile "sale" par nature, vu que sur son passage cela se comporte comme une bombe nucléaire sale... c'est ce qui le rends aussi terrifiant (en dehors de sa capacité à adopté des trajectoires inédite et donc a délivré sa tête militaire sur un objectif désigné :o )...


NERVA a été pensé pour être utilisé en orbite pour une mission vers Mars et pas depuis la Terre tellement les radiations étaient problématiques.  
Sinon, je me demande toujours comment tu peux diriger un projectile qui va 3-4 fois la vitesse d'une balle de fusil mais bon...  
Et les vitesses sont telles que tu n'as mm pas besoin de tête nucléaire sur ce genre d'engin ; l'énergie cinétique est déjà dévastatrice.

Message cité 1 fois
Message édité par broddok27 le 09-09-2019 à 11:10:38
mood
Publicité
Posté le 09-09-2019 à 11:10:07  profilanswer
 

n°57520601
fredo3
soa
Posté le 09-09-2019 à 11:16:25  profilanswer
 

broddok27 a écrit :


 
Trump, c'est bien le mec aux 12000 bobards (c'est même pas une exagération : https://www.washingtonpost.com/poli [...] ver-days/) qui raconte que les éoliennes causent le cancer ? C'est bien celui qui fout un coup de feutre sur la trajectoire la moins probable d'un ouragan pour avoir le dernier mot?  
 
Et tu crois encore à ce qu'il raconte? Et c'est nous qui serions naïfs?!  :lol:


Je pense surtout qu'il est capable de divulguer des choses qu'il ne devrait pas, quand on touche un peu à son ego.

n°57520681
Dæmon
Posté le 09-09-2019 à 11:22:57  profilanswer
 

fredo3 a écrit :


Officiellement...
Quand on touche au militaire, on ne peut plus croire personne.


Les accidents nucléaires us sont bien documentés.
Regarde du côté de l'explosion du réacteur sl-1 par exemple.


---------------
|.:::.._On se retrouvera_..:::.|
n°57520742
Krazouk
Posté le 09-09-2019 à 11:27:20  profilanswer
 

Citation :

Après il a toujours été identifié que ce genre de missile serait un missile "sale" par nature, vu que sur son passage cela se comporte comme une bombe nucléaire sale... c'est ce qui le rends aussi terrifiant (en dehors de sa capacité à adopté des trajectoires inédite et donc a délivré sa tête militaire sur un objectif désigné :o )...


NERVA a été pensé pour être utilisé en orbite pour une mission vers Mars et pas depuis la Terre tellement les radiations étaient problématiques.  
Sinon, je me demande toujours comment tu peux diriger un projectile qui va 3-4 fois la vitesse d'une balle de fusil mais bon...  
Et les vitesses sont telles que tu n'as mm pas besoin de tête nucléaire sur ce genre d'engin ; l'énergie cinétique est déjà dévastatrice.[/quotemsg]
 
On lui demande pas de faire des loopings hein :o

n°57520763
Dæmon
Posté le 09-09-2019 à 11:29:08  profilanswer
 

broddok27 a écrit :


La quantité de matière d'un réacteur embarqué est certes bien moindre qu'un réacteur pour produire de l'électricité, mais il suffit que tu sois au mauvais endroit trop longtemps pour en crever.
Une bombe atomique du genre de celle d'Hiroshima n'avait que quelques kilos d'Uranium 235, çà n'a pas empéché des milliers de gens de subir des radiations de l'ordre de la centaine de millisievert et de développer des symptôme jamais observé par les médecins japonais. Tu n'a pas besoin de beaucoup de matière radioactive ; il suffit d'être suffisamment prés d'une source sans protection ou d'ingérer quelque chose qui en contient. Et les effets de radiations sévères ne sont pas forcément immédiat, tu les ressens des heures après. Et si tu sens de la nausée, c'est trop tard.

 
Citation :

Après il a toujours été identifié que ce genre de missile serait un missile "sale" par nature, vu que sur son passage cela se comporte comme une bombe nucléaire sale... c'est ce qui le rends aussi terrifiant (en dehors de sa capacité à adopté des trajectoires inédite et donc a délivré sa tête militaire sur un objectif désigné :o )...


NERVA a été pensé pour être utilisé en orbite pour une mission vers Mars et pas depuis la Terre tellement les radiations étaient problématiques.
Sinon, je me demande toujours comment tu peux diriger un projectile qui va 3-4 fois la vitesse d'une balle de fusil mais bon...
Et les vitesses sont telles que tu n'as mm pas besoin de tête nucléaire sur ce genre d'engin ; l'énergie cinétique est déjà dévastatrice.


1/ les radiations émises par la bombe atomique de Hiroshima proviennent des réactions de fission directement (gammas) pas de la radioactivité de l'uranium. Donc c'est pas vraiment perninent de comparer les kg de matériau.

 

2/ fais un petit calcul d'ordre de grandeur sur l'énergie cinétique vs énergie nucléaire créé par une bombe atomique... Ça best juste pas comparable.


---------------
|.:::.._On se retrouvera_..:::.|
n°57520870
broddok27
Posté le 09-09-2019 à 11:35:24  profilanswer
 

Dæmon a écrit :


1/ les radiations émises par la bombe atomique de Hiroshima proviennent des réactions de fission directement (gammas) pas de la radioactivité de l'uranium. Donc c'est pas vraiment perninent de comparer les kg de matériau.


Ben avec ces quelques kilos, si tu inities une fission, tu engendres des produits radioactifs qui sont des vraies saloperies. Mais même si ta bombe n'est pas armée, çà reste une bombe sale (en particulier si c'est au plutonium), même si les radiations sont moindres.
 

Citation :

2/ fais un petit calcul d'ordre de grandeur sur l'énergie cinétique vs énergie nucléaire créé par une bombe atomique... Ça best juste pas comparable.


J'ai jamais dit que c'est comparable ; je dis que les dégâts crées par simple impact cinétique est suffisant pour ce que des militaires cherchent à obtenir avec ce genre de missile.
Tu as pas forcément envie de détruire une ville, tu veux couler un bateau ou détruire un site militaire par exemple.

n°57521868
mantel
Posté le 09-09-2019 à 13:19:55  profilanswer
 

broddok27 a écrit :


Ben avec ces quelques kilos, si tu inities une fission, tu engendres des produits radioactifs qui sont des vraies saloperies. Mais même si ta bombe n'est pas armée, çà reste une bombe sale (en particulier si c'est au plutonium), même si les radiations sont moindres.
 

Citation :

2/ fais un petit calcul d'ordre de grandeur sur l'énergie cinétique vs énergie nucléaire créé par une bombe atomique... Ça best juste pas comparable.


J'ai jamais dit que c'est comparable ; je dis que les dégâts crées par simple impact cinétique est suffisant pour ce que des militaires cherchent à obtenir avec ce genre de missile.
Tu as pas forcément envie de détruire une ville, tu veux couler un bateau ou détruire un site militaire par exemple.


 
1/ non, car pour faire une bombe H ou A tu as besoin d'avoir plus de matériaux radiactif que la masse critique.
Si tu est en dessous de la masse critique, ton réacteur ne peux pas définition se comporter comme une bombe nucléaire. Pour l'uranium 235 la masse critique est d'environ 50kg (sans réflecteur), et pour le PU239 de 10 kg.  
Vu que les isotopes du réacteur russe ne semble pas être connu, impossible de donner la masse critique, mais cela serai étonnant qu'il est conçu un réacteur qui puisse potentiellement s'autoemballer
 
2/ un missile a tête pleine peux détruire un objectif unique et relativement petit (tu ne va pas faire s’effondrer un gratte-ciel par exemple), mais si tu cherche a faire du dégât tu as nécessairement besoin d'une tête qui explose ou qui disperse quelques chose...
La fonction de dispersion est là assuré par le réacteur, donc suffit de faire survoler (plusieurs fois si besoin) une zone et cela crée déjà des problèmes...
Pour rappel c'est bien plus compliqué de devoir gérer 1 million de personnes contaminé que 1 million de personne morte... dans un cas tu as besoin de gérer quelque chose :o

n°57521985
HumanRAGE
Rage d'être un Humain...LIBRE!
Posté le 09-09-2019 à 13:31:46  profilanswer
 

mantel a écrit :

 

1/ non, car pour faire une bombe H ou A tu as besoin d'avoir plus de matériaux radiactif que la masse critique.
Si tu est en dessous de la masse critique, ton réacteur ne peux pas définition se comporter comme une bombe nucléaire. Pour l'uranium 235 la masse critique est d'environ 50kg (sans réflecteur), et pour le PU239 de 10 kg.
Vu que les isotopes du réacteur russe ne semble pas être connu, impossible de donner la masse critique, mais cela serai étonnant qu'il est conçu un réacteur qui puisse potentiellement s'autoemballer

 

2/ un missile a tête pleine peux détruire un objectif unique et relativement petit (tu ne va pas faire s’effondrer un gratte-ciel par exemple), mais si tu cherche a faire du dégât tu as nécessairement besoin d'une tête qui explose ou qui disperse quelques chose...
La fonction de dispersion est là assuré par le réacteur, donc suffit de faire survoler (plusieurs fois si besoin) une zone et cela crée déjà des problèmes...
Pour rappel c'est bien plus compliqué de devoir gérer 1 million de personnes contaminé que 1 million de personne morte... dans un cas tu as besoin de gérer quelque chose :o


1) ca c'etait dans les années 40.
la masse critique c'est le temps d'un instant, les bombes les plus modernes c'est plutot 3kg de Pu... et le yield est variable selon la mission, avec une explosion plus ou moins sale selon le timing choisi

Message cité 1 fois
Message édité par HumanRAGE le 09-09-2019 à 13:32:14

---------------
"Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques." George Orwell
n°57522080
mantel
Posté le 09-09-2019 à 13:42:24  profilanswer
 

HumanRAGE a écrit :


1) ca c'etait dans les années 40.
la masse critique c'est le temps d'un instant, les bombes les plus modernes c'est plutot 3kg de Pu... et le yield est variable selon la mission, avec une explosion plus ou moins sale selon le timing choisi


 
même dans les années 40 il avait un réflecteur et donc moins que ça...
 
Mais pour dire que la géométrie et la masse de la matière fissile compte beaucoup dans l"équation, et que c'est donc pas le propos de comparé une bombe atomique a une dispersion de matière radiactive ou a la radioactivité d'un corium...

n°57522333
broddok27
Posté le 09-09-2019 à 14:03:10  profilanswer
 

mantel a écrit :


 
1/ non, car pour faire une bombe H ou A tu as besoin d'avoir plus de matériaux radiactif que la masse critique.
Si tu est en dessous de la masse critique, ton réacteur ne peux pas définition se comporter comme une bombe nucléaire. Pour l'uranium 235 la masse critique est d'environ 50kg (sans réflecteur), et pour le PU239 de 10 kg.  
Vu que les isotopes du réacteur russe ne semble pas être connu, impossible de donner la masse critique, mais cela serai étonnant qu'il est conçu un réacteur qui puisse potentiellement s'autoemballer


 
Mais je sais pas pourquoi tu tiens absolument à ce que ce réacteur puisse se comporter en bombe en fait. Un réacteur nucléaire "standard" est déjà capable de sérieux problèmes, sans même parler d'un emballement à la Tchernobyl. La preuve, au moins deux personnes sont mortes des radiations.
 
Et les isotopes russes ont été donnés par les autorités russes après coup. C'est un cocktail faits de Strontium 91, de lanthanum 140 et divers isotopes de barium. Je sais pas pour les autres, mais le Strontium a l'air d'être un produit de fission. Et comme l'a montré Daemon, tu peux pas avoir autant d'éléments différents sans avoir été produit par un réacteur nucléaire. Si tu as du Strontium qui vient d'un réacteur, alors tu as forcément du Césium 137. Or, il y a des témoignages de contamination de Césium dans un hopital que les autorités russes n'ont pas communiqué.
 
Un article plutôt détaillé sur les radioisotopes "officiels" de cet incident :
https://blogs.mediapart.fr/associat [...] radioactif

Citation :

Les prélèvements effectués à Severodvinsk ont indiqué la présence de plusieurs radionucléides artificiels :
 
    du strontium 91 (91Sr) dont la période radioactive[2] est de 9,5 h et qui produit de l’yttrium 91 (91Y) radioactif avant d’aboutir à du zirconium 91 stable (non radioactif) ;
    du baryum 139 (139Ba) dont la période radioactive est de 1,4 h, dont la désintégration produit du lanthane 139 stable.
    du baryum 140 (140Ba) dont la période radioactive est de 12,8 jours, associé à son descendant [3], le lanthane 140 (140La) dont la période est de 1,7 j et qui se désintègre sur le cérium 140 (stable)..


 

Citation :

Ces radionucléides sont issus de la désintégration de produits radioactifs qui n’ont pas été détectés car il s’agit de gaz rares qui ne sont pas piégés par les filtres à aérosols : le krypton 91, le xénon 139 et le xénon 140. Ces radionucléides sont produits par des réactions de fission nucléaires (éclatement en deux fragments très radioactifs d’un noyau lourd (en général de plutonium ou d’uranium) sous l’effet d’un projectile, le plus souvent un neutron).


 

Citation :

Faute de ces informations, il est toujours impossible d’estimer la dose que les habitants ont pu recevoir lors du  passage du panache radioactif du fait de l’inhalation des substances radioactives


 

Citation :

Ceci conduit également à s’interroger sur la nature exacte de la « source d’énergie isotopique » mentionnée par Rosatom. On pouvait alors penser à l’utilisation de l’énergie produite par les désintégrations d’une source radioactive[6] mais ce type de dispositif, fréquemment utilisé pour l’exploration spatiale à longue distance, ne provoque pas la formation de produits de fission[7].


 

Citation :

On note, en revanche, l’absence de certains radionucléides, relativement volatils et relâchés en abondance en cas d’incident ou d’accident sur un réacteur nucléaire classique : notamment les isotopes radioactifs de l’iode (et notamment l’iode 131 et 132), les isotopes radioactifs du césium (notamment 137 et 134), les isotopes radioactifs du ruthénium et du rhodium (106 et 106), etc. L’absence de ces radionucléides peut-elle s’expliquer par les conditions spécifiques de l’explosion ou traduit-elle l’existence d’un « réacteur » nucléaire très spécifique ? Impossible de trancher étant donné le niveau de lacunes et de contradictions.


 

Citation :

Les données des stations de contrôle du réseau de surveillance du CTBOT étant confidentielles et la station russe de Dubna, qui est équipée pour la mesure de certains gaz rares radioactifs, ayant été désactivée [9], il est impossible de savoir si ces radionucléides étaient présents dans l’air et, si oui, à quelles concentrations.


Pour info, a Dubna se trouve un institut de recherche de physique nucléaire civil.
 
Sur la nature de la propulsion nucléaire ;

Citation :

Le communiqué précisait que « cette expression peut recouvrir deux réalités distinctes : 1. l’utilisation de l’énergie produite par une source radioactive ; 2. l’utilisation de l’énergie libérée par les réactions de fission au sein d’un réacteur nucléaire ».


 

Citation :

La présence de produits de fission semble a priori valider l’hypothèse la moins probable [une source de chaleur nucléaire], celle de l’utilisation d’un réacteur nucléaire miniaturisé, mais les interrogations sur le cocktail radioactif identifié invitent à réfléchir à des dispositifs non conventionnels. Dans ce contexte, une troisième hypothèse pourrait être envisagée, qui participerait des deux hypothèses précédentes : une source radioactive serait bien utilisée comme source d’énergie (l’énergie produite par les désintégrations)[10] mais sa puissance serait dopée par l’utilisation d’un élément léger (béryllium, lithium…) qui permettrait d’utiliser de l’énergie de fission. Un article de 2011[11] fait état d’un dispositif de ce type dénommé «Advanced Subcritical Assistance Radioisotope Thermoelectric Generator » (ASA-RTG) (générateur thermoélectrique à radio-isotopes à assistance sous-critique avancée).


 

Citation :

Le fait que cet équipement soit un projet américain qui pourrait être développé pour la Nasa n’est pas forcément contradictoire car la Russie pourrait travailler en parallèle sur un concept voisin. En revanche, si on comprend l’utilité d’un tel dispositif pour des sondes envoyées dans l’espace lointain, son intérêt pour un missile de croisière reste un mystère (à moins d’imaginer la vision cauchemardesque d’un missile de croisière en orbite autour de la terre ?!).


 
Bon, je sais c'est la CRIIRAD, mais c'est le truc le plus détaillé techniquement que j'ai pu trouver jusqu'ici.


Message édité par broddok27 le 09-09-2019 à 14:03:52
n°57522621
mantel
Posté le 09-09-2019 à 14:29:52  profilanswer
 

Ce que je note c'est qu'il y a contradiction sur le cesium 137 qui n'aurai pas été détecté lors de l'accident, mais qui aurai été détecté ensuite.
 
On peux donc se poser la question s'il n'y aurai pas eu 2 accidents en fait, ou 1 accident et 2 disséminations (ce qui pourrai expliqué pourquoi la ville a été évacué une semaine après l'accident... et que j’avais évoqué au travers d'un "remuer la merde"...)  
 
Sinon ce n'est pas parceque tu as du strontium que tu as du cesium (en tout cas au même endroit). Il va d'ailleurs falloir que tu m'explique comment tu forme du cesium à partir des radioéléments donnés vu qu'ils ont une masse atomique plus faible que le cesium, ou que le cesium ne fait pas partie des éléments produits en cas de décomposition radioactive (pour le baryum 140).
 
Manifestement il nous manque des éléments...

n°57522838
broddok27
Posté le 09-09-2019 à 14:49:47  profilanswer
 

mantel a écrit :

Ce que je note c'est qu'il y a contradiction sur le cesium 137 qui n'aurai pas été détecté lors de l'accident, mais qui aurai été détecté ensuite.
 
On peux donc se poser la question s'il n'y aurai pas eu 2 accidents en fait, ou 1 accident et 2 disséminations (ce qui pourrai expliqué pourquoi la ville a été évacué une semaine après l'accident... et que j’avais évoqué au travers d'un "remuer la merde"...)  
 
Sinon ce n'est pas parceque tu as du strontium que tu as du cesium (en tout cas au même endroit). Il va d'ailleurs falloir que tu m'explique comment tu forme du cesium à partir des radioéléments donnés vu qu'ils ont une masse atomique plus faible que le cesium, ou que le cesium ne fait pas partie des éléments produits en cas de décomposition radioactive (pour le baryum 140).
 
Manifestement il nous manque des éléments...


 
C'est pas du Césium dont ils parlent mais du Sr 91, Ba 139, et La 140. Les autorités russes n'ont pas publiés de traces de Cs-137.  
 
Jusqu'ici je pensais que le Sr 91 est un produit direct de fission, mais en lisant cet article, c'est pas le cas et je me suis trompé ; c'est le Sr 90 qui provient directement d'une fission d'Uranium.
Tu fabriques pas de Césium à partir des radioéléments qui sont publiés. En revanche, dans les heures qui ont suivis l'incident, les victimes ont été dépéchés à l'hopital le plus proche et là une forte radiation a été relevée. Or, les radionucléides qui ont engendrés le Sr91 et les isotopes de Barium ne sont pas détectables par des moyens usuels d'après la CRIIRAD.
 
Donc, je pense toujours que le Cs137 a été apporté par les victimes fortement contaminé à l'hopital, tandis que dans l'atmosphère, des produits secondaires de la fission ont été mesurés dans l'atmosphère. J'avoue que je vois toujours pas comment tu peux avoir du krypton 91, xénon 139 et xénon 140 issus d'une fission sans avoir de Cs 137 ou de l'iode 131 dans l'atmosphère

Message cité 1 fois
Message édité par broddok27 le 09-09-2019 à 14:51:54
n°57522936
DarkPengui​n
aka plut0nium.
Posté le 09-09-2019 à 14:57:54  profilanswer
 

fredjke a écrit :

Ben justement pas dans le réacteur expérimental dont je parle. Celui là ne génère pas assez de neutrons, ils faut les apporter de l'extérieur via un accélérateur de particules, on bombarde une cible de protons pour générer des neutrons qui eux ont suffisament d'énergie pour fissionner des atomes de combustible ou transmuter des déchets en particules à durée de vie plus réduite. (...).  


Myrrha est aussi prévu pour fonctionner en mode critique... plus proche d'un réacteur classique donc...

n°57529913
bistr0math​ics
Posté le 10-09-2019 à 09:53:21  profilanswer
 

Soudures des GV, le retour...

Citation :

PARIS, 10 septembre (Reuters) - EDF
EDF.PA  a annoncé mardi des anomalies dans la fabrication de certains composants de réacteurs nucléaires, le groupe ajoutant qu'il mène des analyses approfondies pour vérifier l'aptitude au service des équipements concernés.
L'électricien public a précisé dans un communiqué avoir été informé par sa filiale Framatome d'un écart par rapport au "référentiel technique" de fabrication des  composants, portant sur "le non-respect de plages de températures" sur certaines zones lors d'opérations réalisées sur des soudures de générateurs de vapeur.
Le groupe a ajouté que l'anomalie concernait "des matériels en service et des matériels neufs qui ne sont pas encore en service ou installés", sans préciser à ce stade dans quelles centrales.
"Depuis qu'elle a été informée de cet écart, EDF mène avec Framatome des analyses approfondies pour recenser les matériels et les réacteurs concernés et en confirmer l'aptitude au service", a souligné l'entreprise.
EDF a a informé l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de ses premières analyses lundi 9 septembre.


---------------
Studying Bistromathics in the Restaurant at the End of the Universe
n°57530569
lehman bro​thers
Aw noes, not this shit again
Posté le 10-09-2019 à 10:51:23  profilanswer
 

EDF -6% a l'annonce de la nouvelle :o


---------------
Ignoranti quem portum petat nullus suus uentus est.
n°57530587
rdlmphotos
omnia vanitas !
Posté le 10-09-2019 à 10:53:29  profilanswer
 

lehman brothers a écrit :

EDF -6% a l'annonce de la nouvelle :o


 
c'est le moment d'acheter! :o


---------------
Le diabète de type 1: une maladie qui ne dort jamais...
n°57530611
shadaxx
Posté le 10-09-2019 à 10:55:58  profilanswer
 

broddok27 a écrit :

J'avoue que je vois toujours pas comment tu peux avoir du krypton 91, xénon 139 et xénon 140 issus d'une fission sans avoir de Cs 137 ou de l'iode 131 dans l'atmosphère


Les trois premiers sont des gaz, pas le césium. De plus, l'iode 131 a une demi-vie brève (en jours, là où le césium 137, c'est en décennies).

n°57530613
mantel
Posté le 10-09-2019 à 10:56:11  profilanswer
 

lehman brothers a écrit :

EDF -6% a l'annonce de la nouvelle :o


 
de toute façon edf est mort, il n'y a que l'échéance qui n'est pas connu, mais l'état fait tout ce qui est possible de faire pour le faire crever...

n°57530616
varlocke
Homme de l'être.
Posté le 10-09-2019 à 10:56:28  profilanswer
 

Pour


---------------
La sérendipité mène à tout. La zemblanité mène à rien.
n°57530803
lehman bro​thers
Aw noes, not this shit again
Posté le 10-09-2019 à 11:13:43  profilanswer
 

mantel a écrit :


 
de toute façon edf est mort, il n'y a que l'échéance qui n'est pas connu, mais l'état fait tout ce qui est possible de faire pour le faire crever...


 
Qu'est ce qui te fait dire ca?


---------------
Ignoranti quem portum petat nullus suus uentus est.
n°57531710
mirtouf
Light is right !
Posté le 10-09-2019 à 12:28:27  profilanswer
 

bistr0mathics a écrit :

Soudures des GV, le retour...

Citation :

PARIS, 10 septembre (Reuters) - EDF
EDF.PA  a annoncé mardi des anomalies dans la fabrication de certains composants de réacteurs nucléaires, le groupe ajoutant qu'il mène des analyses approfondies pour vérifier l'aptitude au service des équipements concernés.
L'électricien public a précisé dans un communiqué avoir été informé par sa filiale Framatome d'un écart par rapport au "référentiel technique" de fabrication des  composants, portant sur "le non-respect de plages de températures" sur certaines zones lors d'opérations réalisées sur des soudures de générateurs de vapeur.
Le groupe a ajouté que l'anomalie concernait "des matériels en service et des matériels neufs qui ne sont pas encore en service ou installés", sans préciser à ce stade dans quelles centrales.
"Depuis qu'elle a été informée de cet écart, EDF mène avec Framatome des analyses approfondies pour recenser les matériels et les réacteurs concernés et en confirmer l'aptitude au service", a souligné l'entreprise.
EDF a a informé l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de ses premières analyses lundi 9 septembre.



Des coupons-témoins seront soudés avec les "nouveaux" paramètres, voilà.


---------------
-~- Libérez Datoune ! -~- Camarade, toi aussi rejoins le FLD pour que la flamme de la Révolution ne s'éteigne pas ! -~- A VENDRE -
n°57554327
broddok27
Posté le 12-09-2019 à 15:05:00  profilanswer
 

https://www.lemonde.fr/blog/huet/20 [...] ommercial/
 

Citation :

Sans tambours ni trompettes, le second EPR chinois a démarré sa carrière commerciale le 7 septembre 2019. Un statut très précis dans l’industrie électro-nucléaire, il faut avoir prouvé que l’on a fonctionné sans une seconde d’interruption durant 168 heures de suite, soit sept jours, à pleine puissance.


 

Citation :

Autrement dit, il est confirmé que les déboires d’EDF à Flammanville s’expliquent par l’incapacité de la direction de l’entreprise à anticiper correctement sa perte d’expérience pour de tels chantiers – la dernière mise en service, celle de Chooz-B remonte à 1999. Une perte d’expérience interne, mais aussi externe avec un tissu industriel fragilisé, comme en témoigne l’affaire des soudures mal réalisées, mais aussi mal commandées aux sous-traitants qui les réalisent, sur différents tuyaux de l’îlot nucléaire et de la conduite vapeur vers les turbines de la salle des machines.


 

Citation :

L’un des facteurs aggravants des déboires du chantier de Flammanville relève de l’incapacité de la direction d’EDF à comprendre les véritables conséquences de l’institution de l’Autorité de Sûreté Nucléaire en Autorité administrative indépendante par la loi de 2006. Elle aurait dû comprendre dès le début qu’il n’y avait rien de négociable avec une telle ASN sur des sujets aussi importants pour la sûreté.


 
De ce que je comprends, le contrôle des construction des centrales est réellement indépendant de EDF que depuis 2006. Preuve en est que les retards de la construction sont dues à un refus de validation de la part de l'ASN. Du coup, je me pose les questions ;
+la construction beaucoup plus lente de l'EPR par rapport aux précédents REP de 2é génération est dû à un contrôle plus strict, où est-ce dû à une réelle perte de compétence?
Autrement dit, si l'ASN existait à l'époque où nous construisions des centrales il y a 30-40 ans, aurait-on vu la mise en évidence de défauts sérieux qui sont passées à l'époque parcequ'il n'y avait pas d'autorité indépendante?
 
+En parallèle à cela, les centrales chinoises ont pu être mis en exploitation plus tôt parcequ'ils ont un meilleur savoir faire qu'en France, ou bien ont-ils des défauts similaires mais qui sont passés parceque les autorités chinoises ne sont pas des exemples de transparence?
Il y a des retards importants aussi en Finlande, alors le manque de compétence est généralisé à l'UE ou bien on retrouve la même exigence qui ralentit les travaux?

n°57554395
rdlmphotos
omnia vanitas !
Posté le 12-09-2019 à 15:11:06  profilanswer
 

Les EPR français et Finlandais on commencés avant Fukushima, ça n'explique pas les défauts de construction mais changer un design en cour de route, c'est le bordel... ils auraient dû faire stop et on repart de zéro, ça aurait été plus rapide et ça aurait couté moins cher. :o
 
Voir l'épisode crétin de cervaux de science étonnante sur les couts irrécupérables...


---------------
Le diabète de type 1: une maladie qui ne dort jamais...
n°57554456
Krazouk
Posté le 12-09-2019 à 15:15:38  profilanswer
 

Il y a une réelle perte de compétence. Le passage par rapport à l'ASN, c'est qu'en plus des problèmes liés à la perte de compétence (ex : les soudures mal faites), EDF n'a pas compris que l'ASN ne transigerait pas.

n°57554518
broddok27
Posté le 12-09-2019 à 15:20:32  profilanswer
 

rdlmphotos a écrit :

Les EPR français et Finlandais on commencés avant Fukushima, ça n'explique pas les défauts de construction mais changer un design en cour de route, c'est le bordel... ils auraient dû faire stop et on repart de zéro, ça aurait été plus rapide et ça aurait couté moins cher. :o
 
Voir l'épisode crétin de cervaux de science étonnante sur les couts irrécupérables...


 
La construction de Taishan a aussi commené avant Fukushima. Ils n'ont pas changé le design?  :??:

n°57554592
broddok27
Posté le 12-09-2019 à 15:25:18  profilanswer
 

Krazouk a écrit :

Il y a une réelle perte de compétence. Le passage par rapport à l'ASN, c'est qu'en plus des problèmes liés à la perte de compétence (ex : les soudures mal faites), EDF n'a pas compris que l'ASN ne transigerait pas.


 
Tu penses pas qu'il y aurait pu avoir dans le passé des défauts qu'on a laissé "couler" parcequ'à l'époque il y avait plus de conflits d'intérêts dans le nucléaire français?
Vraie question, hein. Si c'était le cas, l'ASN aurait fermé des centrales mais c'est pas trop le cas, donc j'aurais tendance à penser que les centrales de 2é génération étaient bien construites. Mais le conglomérat EDF/COGEMA/Etat de l'époque n'est pas un exemple de transparence et d'indépendance, d'où mes doutes.

n°57554625
Krazouk
Posté le 12-09-2019 à 15:28:16  profilanswer
 

broddok27 a écrit :


 
Tu penses pas qu'il y aurait pu avoir dans le passé des défauts qu'on a laissé "couler" parcequ'à l'époque il y avait plus de conflits d'intérêts dans le nucléaire français?
Vraie question, hein. Si c'était le cas, l'ASN aurait fermé des centrales mais c'est pas trop le cas, donc j'aurais tendance à penser que les centrales de 2é génération étaient bien construites. Mais le conglomérat EDF/COGEMA/Etat de l'époque n'est pas un exemple de transparence et d'indépendance, d'où mes doutes.


 
L'ASN vérifie également les anciennes centrales, qui sont mises à jour régulièrement. La 1ere qui montre des signes de faiblesse de la cuve, elle fermera dans la foulée.
 
Après, pour l'EPR, l'ASN demande à ce que les spécifications soient conformes à ce que EDF a promis. Je sais plus pour quel problème, EDF avait promis des spécifications plus hautes que le nécessaires. Les mesures ont montré que c'était juste comme nécessaire, mais comme c'était pas comme promis, l'ASN a dit niet.

n°57554652
mantel
Posté le 12-09-2019 à 15:32:27  profilanswer
 

broddok27 a écrit :


 
Tu penses pas qu'il y aurait pu avoir dans le passé des défauts qu'on a laissé "couler" parcequ'à l'époque il y avait plus de conflits d'intérêts dans le nucléaire français?
Vraie question, hein. Si c'était le cas, l'ASN aurait fermé des centrales mais c'est pas trop le cas, donc j'aurais tendance à penser que les centrales de 2é génération étaient bien construites. Mais le conglomérat EDF/COGEMA/Etat de l'époque n'est pas un exemple de transparence et d'indépendance, d'où mes doutes.


 
moi je pense surtout que à l'époque on acceptait de prendre un risque (très) mesuré, qui serai corrigé quelques années plus tard (on parle de 3-4 ans), et qu'en attendant on fait rentrer le pognon pour justement être capable de faire les améliorations de sûreté par la suite.
 
La en rendant tout trop chère derrière depuis le départ, l'ASN est en train de braquer EDF qui devient de plus en plus dur  dans les discutions. J'entends parler de demande ASN refusé par EDF, car l'ASN a une lecture littérale et n'accepte plus de discuter quand des cas tangent apparaisse. Avant on acceptait le référentiel dur qui était appliqué dans 99% des cas et quand un trucs tangent vient il y avait une discutions pour faire aboutir le sujet. L'ASN ne manage plus la sûreté, elle s'assure de l'application des textes relatif à la sûreté, c'est une grosse différence.
 
Le pire dans tout ça, c'est que je ne suis même pas certain que l'on gagne en sûreté, car du coup là ou avant il y avait un grosse expertise technique, maintenant faut monter en compétence sur la partie administrative...

n°57558295
briseparpa​ing
Posté le 12-09-2019 à 22:46:20  profilanswer
 

mantel a écrit :


 
moi je pense surtout que à l'époque on acceptait de prendre un risque (très) mesuré, qui serai corrigé quelques années plus tard (on parle de 3-4 ans), et qu'en attendant on fait rentrer le pognon pour justement être capable de faire les améliorations de sûreté par la suite.
 
La en rendant tout trop chère derrière depuis le départ, l'ASN est en train de braquer EDF qui devient de plus en plus dur  dans les discutions. J'entends parler de demande ASN refusé par EDF, car l'ASN a une lecture littérale et n'accepte plus de discuter quand des cas tangent apparaisse. Avant on acceptait le référentiel dur qui était appliqué dans 99% des cas et quand un trucs tangent vient il y avait une discutions pour faire aboutir le sujet. L'ASN ne manage plus la sûreté, elle s'assure de l'application des textes relatif à la sûreté, c'est une grosse différence.
 
Le pire dans tout ça, c'est que je ne suis même pas certain que l'on gagne en sûreté, car du coup là ou avant il y avait un grosse expertise technique, maintenant faut monter en compétence sur la partie administrative...


L'ASN a toujours eu un strict rôle d'application des textes et de contrôle des procédures. Son bras  armé scientifique (l'IRSN) est sous-dimensionné parce que le système reposait essentiellement sur une relation de confiance technique des trois (le tripartite: EDF, CEA et AREVA).
La perte massive des compétences des trois grands produit des dossiers techniquement très mauvais qui ont "braqué" l'ASN devant les réponses lénifiantes de l'exploitant (surtout dans le contexte post-Fukushima). Toutes les affaires récentes relèvent de cette perte de compétence: les dossiers barrés, les recommandations de l'ASN pour le risque de rupture brutale sciemment ignorées par EDF, la digue de Tricastin, les pompes déclassifiées, etc.
La stratégie de "noyage du poisson" par des dossiers énormes intraitables par les autorités de contrôle ne fonctionne plus, désormais l'ASN prend le temps nécessaire à étudier les dossiers.
 
La France n'a plus le niveau d'ingénierie suffisant pour assurer son nucléaire. La stratégie d'EDF depuis la privatisation est une catastrophe industrielle annoncée

n°57558664
Dæmon
Posté le 13-09-2019 à 00:11:23  profilanswer
 

apres, déjà avant l'indépendance de l'ASN EDF a du changer les couvercles de cuve des 900MW en 1991:
https://www.lesechos.fr/1991/12/edf [...] res-959026
 
Dans les années 90 on a aussi commencé a regarder les gv et on a entrepris de remplacer préventivement tous ceux des 1300MW, et on fait ceux des 900MW maintenant.
https://www.latribune.fr/entreprise [...] house.html
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2 [...] mmande.php
 
La perte de compétence est réelle et les problemes lies a la privatisation de EDF sont graves mais l'ingénierie d'antan / de l'age d'or du nucleaire francais n'est pas non plus impeccable :o


---------------
|.:::.._On se retrouvera_..:::.|
n°57559184
mantel
Posté le 13-09-2019 à 08:16:22  profilanswer
 

briseparpaing a écrit :


L'ASN a toujours eu un strict rôle d'application des textes et de contrôle des procédures. Son bras  armé scientifique (l'IRSN) est sous-dimensionné parce que le système reposait essentiellement sur une relation de confiance technique des trois (le tripartite: EDF, CEA et AREVA).
La perte massive des compétences des trois grands produit des dossiers techniquement très mauvais qui ont "braqué" l'ASN devant les réponses lénifiantes de l'exploitant (surtout dans le contexte post-Fukushima). Toutes les affaires récentes relèvent de cette perte de compétence: les dossiers barrés, les recommandations de l'ASN pour le risque de rupture brutale sciemment ignorées par EDF, la digue de Tricastin, les pompes déclassifiées, etc.
La stratégie de "noyage du poisson" par des dossiers énormes intraitables par les autorités de contrôle ne fonctionne plus, désormais l'ASN prend le temps nécessaire à étudier les dossiers.
 
La France n'a plus le niveau d'ingénierie suffisant pour assurer son nucléaire. La stratégie d'EDF depuis la privatisation est une catastrophe industrielle annoncée


 
possible, après ce que je remarque c'est qu'il y a aussi un gros changement dans l'approvisionnement des PdR et ça influe beaucoup sur le travail de l'ingénierie et les justifications en cas d'aléa.
Les réponses lénifiante viennent aussi de là, car le critère économique n'en est pas un pour l'ASN... Hors quand le gouvernement bloque l'augmentation du prix de comemrcialisation et impose de vendre 25% de la prod à perte... ça a forcement un impact...

n°57560418
broddok27
Posté le 13-09-2019 à 10:19:48  profilanswer
 

briseparpaing a écrit :


L'ASN a toujours eu un strict rôle d'application des textes et de contrôle des procédures. Son bras  armé scientifique (l'IRSN) est sous-dimensionné parce que le système reposait essentiellement sur une relation de confiance technique des trois (le tripartite: EDF, CEA et AREVA).


Ou de collusion. EDF/CEA/COGEMA, bof quoi.  :o  
Plus sérieusement, une perte de compétence chez EDF lié à la privatisation et à l'arrêt de construction pendant 10 ans (Fin de construction du réacteur N4 en 1999-Début du chantier de Flamanville 2007), çà se comprends. Une perte de compétence lié aux déboires financiers d'Areva, çà se comprends aussi. Mais je vois pas où il y aurait eu une perte de compétence au CEA. Ils n'ont jamais vraiment arrêté l'exploitation de réacteur de recherche.

Message cité 1 fois
Message édité par broddok27 le 13-09-2019 à 10:20:59
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  207  208  209  210  211  212

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Action judiciaire contre meetic: pour ou contre ?attentat contre les Coptes en Egypte.
Ségolène, mode passagère ou véritable égérie de la GaucheNucléaire Powwaa!
La droite est elle morte en France?Faudra-t-il un nouveau parti à gauche, dans une offre refondue? (MAJ)
Comment lutter contre les abus de la RATP?C.P.E Pour ou Contre !!
CV anonyme : Pour ou contre ?Un patron c'est forcément de droite ?
Plus de sujets relatifs à : Le nucléaire... Pour ou contre?


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR