Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1818 connectés 

 



Le haut potentiel intellectuel et vous :




Attention si vous cliquez sur "voir les résultats" vous ne pourrez plus voter

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  336  337  338  339  340  341
Page Suivante
Auteur Sujet :

Topic des surdoués, HP et autres zèbres

n°55714812
Kayou
Posté le 05-02-2019 à 11:56:28  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Ne pas confondre psychiatre et psychologue, c'est pas du tout la même chose.

mood
Publicité
Posté le 05-02-2019 à 11:56:28  profilanswer
 

n°55714835
Kalyx
Posté le 05-02-2019 à 11:57:34  profilanswer
 

wildmary a écrit :

Je me faisais aussi la réflexion, que le nombre autour de moi était étourdissant, et puis c'est "à la mode" (journaux, tv, radio, etc. On en entend beaucoup parler depuis qqes années) du coup je doutais beaucoup.
Mais le passage du WISC-V par mon fils a confirmé qu'on n'a pas rêvé et que ce n'est pas usurpé et puis je me suis fait la réflexion, après ce que quelqu'un m'a dit un jour ici, et qui semble assez logique à la réflexion, et la psy était tout à fait d'accord : on s'entend bien et on noue des liens avec des gens qui nous ressemblent. C'est involontaire mais les caractères, goûts, intérêts, discussions font qu'on finit par sympathiser et être entourés par des gens "comme nous" (je parle là de façon générale, pas nous = HPI). Et donc ce n'est pas très étonnant qu'ayant un fils HPI, les enfants de mes amis s'avèrent l'être aussi et que "j'en vois partout".
 
 
J'ai choisi la 2 [:angellus2:3]  [:yoannletroll:2]


 

mikalkwin a écrit :


 
La 2 aussi. Et +1 pour le reste. Perso, on était déjà ensemble avec mon conjoint quand on s'est dit qu'on devrait peut-être voir si on pouvait s'inscire à Mensa (on y est pas resté longtemps, je vous rassure :o ). A cette époque, j'ai également dit à mon ex qu'il devrait passer les tests pour voir, il a cru que je me foutais de sa tronche donc il l'a pas fait donc j'ai toujours le doute le concernant...


 
La même ici, mais du coup je suis pas sure que ça soit "mieux" que ce que Wildmary décrit de son fils (qui lui semble vouloir faire des trucs mais avec une attitude de chéfaillon pour être certains que tout le monde y met l'énergie nécessaire :D)
 

true-wiwi a écrit :

Ceux que je connais ont pour la plupart eu pas mal de soucis à s'adapter justement.
 
[...]
 
J'ai l'impression que la vie est plus simple quand on a moins de doutes et j'ai le sentiment que c'est ce qui va avec les profils plus "neurotypiques".


 
+1. Les gens que je connais qui sont passés par le test, on s'en est rendu compte en discutant + de difficultés rencontrées que de prouesses réalisées.

n°55714863
mikalkwin
Posté le 05-02-2019 à 11:59:24  profilanswer
 

Avec mon conjoint, on s'est dit qu'on allait passer les tests en discutant mais on discutait surtout de façon de fonctionner, pas de prouesses ni de difficultés.

n°55715010
tck-lt
Posté le 05-02-2019 à 12:12:43  profilanswer
 

wildmary a écrit :

Il réclame depuis l'an dernier d'aller au foot (avec les copains de sa classe, donc), je me demande si ça ne serait pas une bonne chose  (en plus d'assouvir son besoin de bouger et se défouler) : l'entraîneur lui apprendrait peut-être enfin à fermer son clairon et suivre l'équipe au lieu de vouloir la commander [:klemton]


 
my 50cts/
 
J'ai envie de dire, tout dépend de son niveau. Si une nouvelle fois, il est au dessus du lot, il va rapidement prendre le lead du groupe et de nouveau commander les autres. Sur un match, s'il dit des choses pertinentes et sur le ton adéquat, le coach ne le reprendra pas. En revanche, il le reprendra s'il se met à critiquer les uns et les autres, c'est une certitude. Je chercherais sans doute à le mettre en difficulté pour lui faire entendre que l'équipe prime avant tout, genre le faire jouer seul contre 3 ou 4 autres. Il comprendrait rapidement que les autres lui seraient indispensables pour atteindre ses objectifs.
 
NB : j'encadre des U7 dont mon fils (qui n'appartient pas à ce topic)


---------------
War Roak Gwengamp
n°55715020
Blaska
Il faut lire
Posté le 05-02-2019 à 12:13:40  profilanswer
 

C'est bien pour ça que j'ai dit psychiatre.


---------------
"Mais, dans sa fonction, ce pouvoir de punir n'est pas essentiellement différent de celui de guérir ou d'éduquer."
n°55715456
Kayou
Posté le 05-02-2019 à 13:07:54  profilanswer
 

True wiwi parlait de Psy, donc pour ça qu'il est bien de préciser.

 

Un psychiatre est un toubib formé pour les pathologies lourdes et psychiatriques
Après ils profitent de leur positionnement pour suivre des gens en thérapie alors qu'ils n'ont pas à la faire en principe.

 

D'ailleurs pour le sujet présent ce sont bien les psychologues qui font passer les tests le plus souvent et qui sont formés à la psychologie

n°55715478
Blaska
Il faut lire
Posté le 05-02-2019 à 13:09:41  profilanswer
 

Oui oui et c'est de toute façon HS.  
Je partageais juste ma position d'aujourd'hui sur les psychiatres, du moins certains. :jap:  
Désolé du HS.


---------------
"Mais, dans sa fonction, ce pouvoir de punir n'est pas essentiellement différent de celui de guérir ou d'éduquer."
n°55715763
wildmary
You make my heart sing
Posté le 05-02-2019 à 13:41:41  profilanswer
 

tck-lt a écrit :


 
my 50cts/
 
J'ai envie de dire, tout dépend de son niveau. Si une nouvelle fois, il est au dessus du lot, il va rapidement prendre le lead du groupe et de nouveau commander les autres. Sur un match, s'il dit des choses pertinentes et sur le ton adéquat, le coach ne le reprendra pas. En revanche, il le reprendra s'il se met à critiquer les uns et les autres, c'est une certitude. Je chercherais sans doute à le mettre en difficulté pour lui faire entendre que l'équipe prime avant tout, genre le faire jouer seul contre 3 ou 4 autres. Il comprendrait rapidement que les autres lui seraient indispensables pour atteindre ses objectifs.
 
NB : j'encadre des U7 dont mon fils (qui n'appartient pas à ce topic)


Merci pour ton avis :jap:
Je ne pense pas qu'il soit du genre à critiquer mais il sera certainement du genre à vouloir n'en faire qu'à sa tête ou dicter aux autres ce qu'ils doivent faire et ensuite leur rejeter la faute de la défaite dessus (ou alors parce que l'équipe adverse aura triché :D ).
Bref, on verra, la maîtresse hier m'a dit que ce serait une bonne idée (elle était d'accord avec moi pour 2 points : l'aider à renouer des liens d'amitié avec les copains de sa classe qui y vont tous et le défouler pour assouvir un peu son besoin d'activité permanente). Mon mari a donc fini par être d'accord, reste maintenant à voir s'ils veulent bien le prendre alors qu'on est déjà en février ou s'il faut attendre septembre.


---------------
Vivre est dangereux pour la santé. - Si ça a l'air trop beau pour être vrai, c'est que ça l'est
n°55719464
Justin Pet​itpeu
prolapse des bermudes
Posté le 05-02-2019 à 19:23:09  profilanswer
 

Alanina a écrit :


 
Quand on parle d'alterner le focus et le mode diffus, je ne pense pas qu'il s'agisse de le faire sur une même et unique tâche tout le temps : ton cerveau travaille en arrière fond, donc tu peux faire quelque chose de complètement différent comme aller à la pêche, et ce sera quand même intéressant.  
 
Un humain normal n'est pas sensé pouvoir se concentrer plus de 45mn d'affilée, et mes cours font plus...  
 
De mon expérience personnelle, forcer sur un truc intellectuel où je bloque est une exellenete façon de passer un mauvais moment, mais pas plus. Quand je bloques, que je forces et sue j'en prend conscience, je fais donc autre chose, eventuellement qui requiert aussi de l'attention, et en général quand je reviens dessus ça s'est débloqué. Pour les sujets "gros", je vais continuer à les explorer plus loin ou sous un autre angle, sans forcer sur le point bloquant, et ça s'éclaire tout seul plus tard.  
 


:jap:
Y'a ce côté "exigence de rendement" par rapport à ce qu'on se sait capable d'accomplir (comme quand jameson dit "j'ai des B sans forcer mais j'ai aucun mérite" ) qui est complètement contre-productif quand on s'interdit de lâcher la barre alors que ça sert plus à rien d'insister :o
 

Blaska a écrit :


C'est pas une grande découverte que tu nous fais là. :o


Le rapprochement "surdoué = faqueux au long cours qui foire tous ses projets parce qu'il se pose trop de questions existentielles" me semble quand même loin d'être si évident. J'ai le sentiment que les gens qui lâchent les études théoriques pour un taf lambda ou pour emprunter je ne sais quel chemin de traverse sont au contraire intellectuellement "dans la norme" en général, et qu'ils sont justement revenus à des objectifs plus réalistes parce qu'ils se sont sentis complètement dépassés par les exigences académiques.

n°55763943
altered
Réfléchis, prends ton temps.
Posté le 11-02-2019 à 14:15:13  profilanswer
 

Quel élément a fait un jour que vous vous êtes demandés si vous étiez HQI ou THQI?


---------------
Quand tu survis a l'oubli il ne reste rien d'autre que l'animal
mood
Publicité
Posté le 11-02-2019 à 14:15:13  profilanswer
 

n°55764140
true-wiwi
Posté le 11-02-2019 à 14:28:57  profilanswer
 

Je ne sais pas si je le suis car je ne suis pas fait officiellement diagnostiqué.
 
Cependant quelques éléments que j'ai pu noter de mon côté :
 
- Façon de penser non conventionnelle (out of the box disent les anglais)
- Capacité de traiter et d'analyse un problème plus rapide que la moyenne.
- Vitesse de lecture supérieure à la moyenne.
- Grande facilité à faire des liens entre différents choses sans rapport.
- Excellents résultats jusqu'à l'adolescence :o (après c'était mort pour crise d'ado)
 
Ce n'est qu'un ressenti personnel évidemment.


---------------
J'essaie de ne pas vivre en contradiction avec les idées que je ne défends pas.
n°55764158
glubovore
Posté le 11-02-2019 à 14:29:54  profilanswer
 

altered a écrit :

Quel élément a fait un jour que vous vous êtes demandés si vous étiez HQI ou THQI?


Au lycée j'étais un énorme glandeur, je maintenais juste des résultats suffisants pour pas redoubler, et j'étais assez bien intégré dans un bon groupe de glandeurs.
Arrivé en fac mes études m'intéressaient et j'avais d'excellents résultats en restant un énorme glandeur. Y'avait un énorme décalage entre les autres étudiants et moi (j'étais pas intégré, on me prenait pour un débile), ça m'a fait un énorme choc, et j'ai commencé à me questionner et j'ai passé (et réussi) le test d'admission à mensa (pour moi c'était une manière cheap d'avoir une réponse oui/non à la question "est-ce que ce mal-être et décalage avec les autres pourrait éventuellement venir de ça", c'est tout ce qui m'intéressait).

n°55764279
gysmo_15
Posté le 11-02-2019 à 14:38:26  profilanswer
 

Moi c'est mon gamin qui me fait me poser des questions sur moi même. Ma femme nous appelle les "photocopies"  :D  
 
Le petit encore trop petit pour un vrai test, mais HPI fort probable d'après ceux qui le suivent. Moi rien à foutre du test en fait, ça changera pas (plus) ma vie maintenant de toute façon.

n°55765040
Bitman
forum.condylure.info
Posté le 11-02-2019 à 15:45:30  profilanswer
 

true-wiwi a écrit :

Je ne sais pas si je le suis car je ne suis pas fait officiellement diagnostiqué.
 
Cependant quelques éléments que j'ai pu noter de mon côté :
 
- Façon de penser non conventionnelle (out of the box disent les anglais)
- Capacité de traiter et d'analyse un problème plus rapide que la moyenne.
- Vitesse de lecture supérieure à la moyenne.
- Grande facilité à faire des liens entre différents choses sans rapport.
- Excellents résultats jusqu'à l'adolescence :o (après c'était mort pour crise d'ado)
 
Ce n'est qu'un ressenti personnel évidemment.


idem, j'ai realisé ca en lisant les bouquins sur le sujet à cause de ma grande, pas mal de trucs m'ont paru évidents avec le recul, mais bon on peut pas rejouer le match :D
j'ai du mal avec la lenteur et la feneantise intellectuelle par contre les années passants, que les gens soient un peu bete je peux l'encaisser, mais ceux qui cherchent meme pas a comprendre un truc meme si ils en ont besoin me fout en rogne comme pas possible :D


---------------
Tu cherches un nouvel endroit pour dire des conneries ? Essaye ici!
n°55766437
Alanina
Posté le 11-02-2019 à 17:31:34  profilanswer
 

Pour moi c'était à peu près évident quand j'étais enfant (d'ailleurs apres aussi pour l'entourage). Comme je m'enuyais en cours et que la maitresse n'a pas exigé de test pour me faire sauter une classe, je n'en ai pas passé. Ma mère était contre le fait de faire un test car l'un de ses cousins a été stigmatisé pour ça. Ça ne m'a pas empêchée de l etre aussi.

n°55766782
Slyde
#sauvezlesAigris
Posté le 11-02-2019 à 18:15:10  profilanswer
 

Moi je suis un putain d'autiste :o


---------------
"99% of people, when left long blocks of time alone to work on something without anyone to be accountable to, will watch Netflix."
n°55771215
wildmary
You make my heart sing
Posté le 12-02-2019 à 10:03:31  profilanswer
 

altered a écrit :

Quel élément a fait un jour que vous vous êtes demandés si vous étiez HQI ou THQI?


Mon fils qui a été diagnostiqué alors qu'on allait voir la psy pour des pbs de comportements, angoisses et agitation. Du coup je me suis plongée dans des lectures sur le sujet et je me retrouve dans beaucoup de descriptions, d'annecdotes/exemples, des façons d'être. Et ma mère me dit que «ah oui quand tu étais petite ceci cela» qui rejoint là aussi pas mal de choses (par expl on a failli me faire sauter la Grande Section parce que je savais déjà lire, compter et lire l'heure en y entrant, comme mon fils j'avais appris pour ainsi dire toute seule, sans méthode/apprentissage scolaire)
Mais je ne me suis pas faite tester par manque de temps, d'argent et aussi d'intérêt : je ne vois pas trop ce que ça changerait pour moi de savoir si je le suis effectivement ou pas.


---------------
Vivre est dangereux pour la santé. - Si ça a l'air trop beau pour être vrai, c'est que ça l'est
n°55771972
tck-lt
Posté le 12-02-2019 à 10:58:10  profilanswer
 

wildmary a écrit :


Mon fils qui a été diagnostiqué alors qu'on allait voir la psy pour des pbs de comportements, angoisses et agitation. Du coup je me suis plongée dans des lectures sur le sujet et je me retrouve dans beaucoup de descriptions, d'annecdotes/exemples, des façons d'être. Et ma mère me dit que «ah oui quand tu étais petite ceci cela» qui rejoint là aussi pas mal de choses (par expl on a failli me faire sauter la Grande Section parce que je savais déjà lire, compter et lire l'heure en y entrant, comme mon fils j'avais appris pour ainsi dire toute seule, sans méthode/apprentissage scolaire)
Mais je ne me suis pas faite tester par manque de temps, d'argent et aussi d'intérêt : je ne vois pas trop ce que ça changerait pour moi de savoir si je le suis effectivement ou pas.

 

L'instit du village n'avait jamais eu d'élève comme moi. Je suis d'ailleurs le seul élève de sa carrière à qui elle a fait sauter une classe (la GS en l’occurrence). Je savais lire avant de rentrer en CP en effet. Je crois qu'on m'avait fait passer des tests, il faudrait que je demande à mes parents. Je lis très vite également, ce qui a parfois le don d'agacer ma femme quand on lit un article simultanément (je tourne la page alors qu'elle a pas fini :o). Ça m'a bien servi pour mon concours d'ingé. Quand t'as une synthèse à faire à partir de 36p de documents avec un temps limité, c'est un réel atout.
Je ne me considère pas HQI par contre, juste quelqu'un avec des capacités. J'ai planté ma 1ère année de seconde et ma 1ère année de fac, je suis donc limité quand même (il y avait aussi un gros problème de maturité).
Que fais-je donc sur ce topic ? De la curiosité, tout simplement, pour connaitre les particularités des HQI.


Message édité par tck-lt le 12-02-2019 à 14:35:37

---------------
War Roak Gwengamp
n°55774116
suzebull
Posté le 12-02-2019 à 14:28:30  profilanswer
 

wildmary a écrit :


Mon fils qui a été diagnostiqué alors qu'on allait voir la psy pour des pbs de comportements, angoisses et agitation. Du coup je me suis plongée dans des lectures sur le sujet et je me retrouve dans beaucoup de descriptions, d'annecdotes/exemples, des façons d'être. Et ma mère me dit que «ah oui quand tu étais petite ceci cela» qui rejoint là aussi pas mal de choses (par expl on a failli me faire sauter la Grande Section parce que je savais déjà lire, compter et lire l'heure en y entrant, comme mon fils j'avais appris pour ainsi dire toute seule, sans méthode/apprentissage scolaire)
Mais je ne me suis pas faite tester par manque de temps, d'argent et aussi d'intérêt : je ne vois pas trop ce que ça changerait pour moi de savoir si je le suis effectivement ou pas.


J'ai sauté la grande section justement pour cette raison (et je vois qu'on est 3 sur ce topic). D'après mes parents j'essayais de déchiffrer tout ce que je pouvais et j'ai appris - plus ou moins - tout seul.
Par contre, comme beaucoup de monde, je n'ai jamais fait de test de QI ni le test d'admission à Mensa.
 
A part ça, mon parcours scolaire était très moyen. Je faisais le minimum pour avoir 12-13 vu que "ça sert à rien d'avoir plus".
Ça a bien marché jusqu'en prépa, puis j'ai perdu une année en école d'ingé (nouvelle région, nouvelles rencontres, moins d'exigence scolaire, soirées du BDE...  :D).
En tout cas, à vous lire, j'ai l'impression que c'est un parcours assez classique.
De là à dire que je suis HP, HQI, zèbre ou je ne sais quoi... pas évident du tout  :D

n°55774388
wildmary
You make my heart sing
Posté le 12-02-2019 à 14:53:43  profilanswer
 

Là aussi je me suis retrouvée dans ce que j'ai lu et ça recoupe ce que tu dis, tck-it : des facilités et puis «plantage» en fin de collège ou lycée quand ça devient plus difficile et que les facilités ne suffisent plus, qu'il faut de la méthode.
Et c'est là que j'ai bloqué, perso : personne n'a jamais été fichu de m'apprendre ce que c'est «la méthode», on ne m'a pas «appris à apprendre», mes parents se bornaient à me dire qu'il suffisait d'apprendre par coeur, ce que je n'arrivais pas à faire et qui n'avait pas de sens à mes yeux. Du coup j'ai toujours eu cette arrière pensée que les choses soit je les sais parce que je les comprends et intègre du 1er, soit jes les sais pas et c'est pas la peine d'insister :/


---------------
Vivre est dangereux pour la santé. - Si ça a l'air trop beau pour être vrai, c'est que ça l'est
n°55774559
suzebull
Posté le 12-02-2019 à 15:08:34  profilanswer
 

wildmary a écrit :

Là aussi je me suis retrouvée dans ce que j'ai lu et ça recoupe ce que tu dis, tck-it : des facilités et puis «plantage» en fin de collège ou lycée quand ça devient plus difficile et que les facilités ne suffisent plus, qu'il faut de la méthode.
Et c'est là que j'ai bloqué, perso : personne n'a jamais été fichu de m'apprendre ce que c'est «la méthode», on ne m'a pas «appris à apprendre», mes parents se bornaient à me dire qu'il suffisait d'apprendre par coeur, ce que je n'arrivais pas à faire et qui n'avait pas de sens à mes yeux. Du coup j'ai toujours eu cette arrière pensée que les choses soit je les sais parce que je les comprends et intègre du 1er, soit jes les sais pas et c'est pas la peine d'insister :/


Ca parait assez logique.
Tant que tu n'as pas besoin de forcer, tu ne le fais pas et tu prends des mauvaises habitudes (ou plutôt tu ne prends pas les bonnes habitudes) et à un moment ça te retombe dessus.
A mon avis c'est plutôt ça le problème, plutôt que de ne pas savoir comment apprendre.
 
Question à ceux qui ont eu un an d'avance pendant leur scolarité : vous l'avez vécu comment ?
Moi très moyennement, surtout que je suis de la fin de l'année donc l'écart était assez important en primaire/collège.
Si un jour j'ai un gosse et qu'on me propose de lui faire sauter une classe, j'y réfléchirai clairement à deux fois.

n°55774657
Bitman
forum.condylure.info
Posté le 12-02-2019 à 15:17:58  profilanswer
 

wildmary a écrit :

Là aussi je me suis retrouvée dans ce que j'ai lu et ça recoupe ce que tu dis, tck-it : des facilités et puis «plantage» en fin de collège ou lycée quand ça devient plus difficile et que les facilités ne suffisent plus, qu'il faut de la méthode.
Et c'est là que j'ai bloqué, perso : personne n'a jamais été fichu de m'apprendre ce que c'est «la méthode», on ne m'a pas «appris à apprendre», mes parents se bornaient à me dire qu'il suffisait d'apprendre par coeur, ce que je n'arrivais pas à faire et qui n'avait pas de sens à mes yeux. Du coup j'ai toujours eu cette arrière pensée que les choses soit je les sais parce que je les comprends et intègre du 1er, soit jes les sais pas et c'est pas la peine d'insister :/


welcome into my world :D

 

1er trimestre de 6è : félicitations au conseil de classe
avant dernier de 3è : double averto travail conduite :D

 

le dernier j'ai redressé sinon j'allais en LEP avec les monkeys
idem en 2è (option gestion, ils avaient 18 ans les mecs :o) pour aller en 1ere S on etait 2 j'ai juste eu a doubler la premiere de la classe :o

 

la fac par contre  [:bitman13] presque que d par coeur :D

 

plus il y avait de cours moins je bossais, et plus je m'y prenais tard

 

sur la fin je découvrais genre 50cm  d'epaisseur de cours une semaine avant :o

 

ca passait pas j'avais 8 partout, surtout que j'etais bien connu de par le BDE pour foutre le bordel aux conseil d'administration de la fac/univ :o


Message édité par Bitman le 12-02-2019 à 15:21:03

---------------
Tu cherches un nouvel endroit pour dire des conneries ? Essaye ici!
n°55774691
Ivy gu
seeing through the charade
Posté le 12-02-2019 à 15:21:42  profilanswer
 

suzebull a écrit :

 

Question à ceux qui ont eu un an d'avance pendant leur scolarité : vous l'avez vécu comment ?

 

mal mais c'est la scolarité en général que j'ai mal vécue, pas le fait d'avoir un an d'avance. Au contraire du coup, j'ai mal vécu pendant une année de moins [:wade:3]

Message cité 1 fois
Message édité par Ivy gu le 12-02-2019 à 15:23:15

---------------
Infused with cruelty, malice, and abstract jazz music.
n°55774952
Alanina
Posté le 12-02-2019 à 15:51:28  profilanswer
 

Ivy gu a écrit :


 
mal mais c'est la scolarité en général que j'ai mal vécue, pas le fait d'avoir un an d'avance. Au contraire du coup, j'ai mal vécu pendant une année de moins [:wade:3]


 
Pareil.  
 
J'y réfléchirai à 2 fois avant de mettre un enfant dans une école normale... pour moi c'est pas "être en avance", le problème, c'est le fait de devoir avancer sur des sujets prédéterminés sur un rythme prédéterminé, avec un cadre assez... arbitraire. Du coup on s'ennuie. Mon saut de classe (ce2, pas maternelle) m'a tennue occupee pendant 2 semaines, puis je me réennuyais.
 
Je n'ai pas eu ce probleme a la fac : j'allais en cours quand je voulais.  

n°55775011
tck-lt
Posté le 12-02-2019 à 15:56:29  profilanswer
 

suzebull a écrit :

Question à ceux qui ont eu un an d'avance pendant leur scolarité : vous l'avez vécu comment ?

 

Pas eu de souci jusqu'au lycée. En seconde ça s'est vachement compliqué pour trois raisons :
- Choix de lycée (de ma part) désastreux. Je voulais être en internat, je n'ai donc pas suivi mes potes dans le lycée désigné. Je suis allé dans un lycée de bourges, genre si tu portes pas de la marque, t'es de la merde avec en plus un prof principal qui m'a défoncé au bout de 3 mois.
- J'étais petit (1.57m) et pas pubère. Il y avait des gars de ma classe d'1,80m à la voix grave, autant dire que je n'étais pas à l'aise. Avec les filles, ce n'était plus la peine alors qu'au collège ça allait.
- problème de maturité sans doute, j'étais un peu trop gamin je pense

 

Il n'y avait qu'avec les gars de la campagne de l'internat que je m'entendais bien finalement. J'ai refait une seconde dans ce même établissement, ça c'est un peu mieux passé, j'avais quelques amis mais ça se limitait à la semaine de cours.
Je suis parti ensuite dans un lycée agricole où j'ai passé deux excellentes années.

 

A ma première année post-bac, même problème qu'en seconde. Je n'étais pas bien intégré dans la promo, je ne sais pas pourquoi, toujours l'impression d'être en décalage de maturité. Mes amis étaient 2 amies qui étaient au lycée avec moi mais ne suivaient pas la même filière que moi. Je pensais que ça allait pouvoir passer sans bosser mais la marche était trop haute. Je créchais chez mon père (mes parents venaient de divorcer), loin de la fac par rapport aux autres. Du coup, peu de boulot car bossé seul était une torture et beaucoup de sorties.
Les 5 années suivantes n'ont été que du bonheur avec encore 3 établissements différents (pour des raisons d'orientation seulement). En Maitrise, j'ai découvert ce que c'était de bosser ses cours, c'est la seule année où j'ai dû vraiment m'arracher. Je n'allais pas aux cours magistraux la plupart du temps. Je récupérais les cours de la majore de promo (photocopies) et ça me suffisait pour comprendre les TD/TP.


Message édité par tck-lt le 12-02-2019 à 15:58:08

---------------
War Roak Gwengamp
n°55775796
fiend41
why not !
Posté le 12-02-2019 à 17:01:04  profilanswer
 

true-wiwi a écrit :

Je ne sais pas si je le suis car je ne suis pas fait officiellement diagnostiqué.
 
Cependant quelques éléments que j'ai pu noter de mon côté :
 
- Façon de penser non conventionnelle (out of the box disent les anglais)
- Capacité de traiter et d'analyse un problème plus rapide que la moyenne.
- Vitesse de lecture supérieure à la moyenne.
- Grande facilité à faire des liens entre différents choses sans rapport.
- Excellents résultats jusqu'à l'adolescence  
 
Ce n'est qu'un ressenti personnel évidemment.


 
je m'y retrouve, mais plus que tout ça,  comme   orthographe innée façon synesthésie (je voyais les halos de couleurs autour des erreurs)    pareil en gestion (pour identifier les problèmes dans un rapport)  ou éplucher un dossier de 500pages en 10secondes de F5 pour les mots essentiels et renvoyer à 1an de travail celui qui a mal préparé son pavé..,      
 
j'avais eu 14fois à la suite  20/20 en orthographe.   ou 2mn pour lire/résoudre l'énigme d'un texte anglais à 12ans  alors qu'il fallait 30mn d'après les profs,    pas mieux à 12ans,  je tapais des délires en anglais sur l'interprétation d'une photo je me souviens   (qu'évoque pour vous un bébé ?     je défendais une cause entre 2 espèces interplanétaires et leur progéniture pour éviter qu'ils s'entretuent  :heink: )
 
mais ! je sais que je suis dans les cloches, pas de hautes études, alors que la moitié de mes cousin(e)s sont ingénieurs et millionnaires.   je peux même définir ça en fait j'avais oublié :   MISFITS.     12 déménagements, autant d'établissements scolaires et des mois d'absence injustifiés..mais je n'ai jamais été gaulé pourtant..,  sauf pour un cours d'anglais par erreur informatique.. dommage pour eux, c'était le seul cours qui m'intéressait !,    tout ça en aller/retour ne pouvait rien arranger.  ça a été plus folklo quand j'ai été recruté pour bosser dans les milieux scolaires et conseiller des parents pour des gamins qui ont été réorientés car HQI.     même en récré c'était délirant,  tu apprends à jouer à Netrunner à un gamin qui découvre sur l'instant,   il te met une branlée dès la 2eme partie et tu ne peux plus suivre.  reste à savoir le cortège de problèmes qu'ils auront plus tard..    
 
les ingénieurs qui ne savent même pas dégivrer un frigo j'en connaissais pas mal en tant que bailleur...   oui  l'essence malgré tout le paradigme des profs/conseillers qui croient tout déterminer sur les vies des collèges/lycées,  c'est de tenter d'exploiter ses failles et possibilités et d'avoir plusieurs cordes à son arc.


Message édité par fiend41 le 12-02-2019 à 17:15:10
n°55779999
true-wiwi
Posté le 13-02-2019 à 08:14:29  profilanswer
 

Alors l'orthographe ok mais c'est illisible ce que t'écris :o


---------------
J'essaie de ne pas vivre en contradiction avec les idées que je ne défends pas.
n°55782080
d4rka
Boom goes the Dynamite !
Posté le 13-02-2019 à 11:30:47  profilanswer
 

suzebull a écrit :


Ca parait assez logique.
Tant que tu n'as pas besoin de forcer, tu ne le fais pas et tu prends des mauvaises habitudes (ou plutôt tu ne prends pas les bonnes habitudes) et à un moment ça te retombe dessus.
A mon avis c'est plutôt ça le problème, plutôt que de ne pas savoir comment apprendre.


 
 Cette sensation que mes facilités ne suffisaient plus, est arrivée plus tard ... en Ecole d'Ingé :O La, je suis passé proche de la cata plusieurs fois, et j'ai quand même repiqué ma dernière année car il me manquait à peine de 10 points ... sur plusieurs milliers pour avoir le seuil de passage obligatoire (l'école imposait 12 de moyenne ... donc 10 points, c'était pas grand chose avec les coefs des différents examens et / ou des stages ...).
 
Même en prépa, j'ai surtout appris à être efficace ... pour en faire le moins possible. En maths spé, je relisais mon cours 10 min avant les "colles" (des exercices d'oraux au tableau) et j'avais toujours minimum 15. Pourtant, la prépa, pour beaucoup, c'était du bachotage à mort ... moi, le cours vu la journée et les quelques exercices et démonstrations vus me suffisaient pour comprendre.
 
Je sais pas pourquoi j'ai chié dans la colle arrivé en école d'ingé où le travail devait être plus "cool".


---------------
"Ce que l'on peut appeler liberté, c'est l'indépendance très relative que l'homme peut acquérir en découvrant partiellement et progressivement les lois du déterminisme universel."
n°55784484
suzebull
Posté le 13-02-2019 à 14:57:07  profilanswer
 

d4rka a écrit :


 
 Cette sensation que mes facilités ne suffisaient plus, est arrivée plus tard ... en Ecole d'Ingé :O La, je suis passé proche de la cata plusieurs fois, et j'ai quand même repiqué ma dernière année car il me manquait à peine de 10 points ... sur plusieurs milliers pour avoir le seuil de passage obligatoire (l'école imposait 12 de moyenne ... donc 10 points, c'était pas grand chose avec les coefs des différents examens et / ou des stages ...).
 
Même en prépa, j'ai surtout appris à être efficace ... pour en faire le moins possible. En maths spé, je relisais mon cours 10 min avant les "colles" (des exercices d'oraux au tableau) et j'avais toujours minimum 15. Pourtant, la prépa, pour beaucoup, c'était du bachotage à mort ... moi, le cours vu la journée et les quelques exercices et démonstrations vus me suffisaient pour comprendre.
 
Je sais pas pourquoi j'ai chié dans la colle arrivé en école d'ingé où le travail devait être plus "cool".


On a un peu le même parcours. Bon, par contre j'avais pas toujours 15+ en colle  :o  
Le chiage dans la colle en école d'ingé je l'explique par un relâchement total de la pression pour ma part dû au changement de région et du contexte qui est quand même hyper différent de la prépa où t'es dans un lycée.

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  336  337  338  339  340  341
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Vivez-vous sans portable ?Depuis quel âge ne vivez vous plus chez vos parents?
si vous vivez à l'étranger où aimeriez vous avoir votre point de chute[TOPIK Unik] Vivez la Barcelona Race en virtuel - c est reparti !
[TOPIK Unik] Vivez la Jacques Vabre en virtuel - ins. jusq'au 11nov !Les joies de la colocation > Le topic des crados !
Que pensez-vous des surdoués ?[Forum HFR] Depuis quand, et comment vous le vivez?
Vivez-vous avec de vrais regrets ?Topic procrastination, paresse : c'est décidé, après-demain, j'arrête!
Plus de sujets relatifs à : Topic des surdoués, HP et autres zèbres


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR