Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1287 connectés 

 


 

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  36  37  38  39  40  41
Auteur Sujet :

[Topic unique] Astronomie / Cosmologie : Où en est-on ?

n°55489329
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 11-01-2019 à 12:36:39  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

epsiloneridani a écrit :

 

A vu de nez le premier problème sérieux qui se poserait serait le "réchauffement" du CMB du à la contraction de l'univers, quand ça atteindrait 100° je pense que ça deviendrait particulièrement tendu pour nos vies.

 

On a T0/T = a/a0
avec T0 la température du rayonnement au facteur d'échelle a0 et T celle au facteur d'échelle a.

 

T0=3K pour avoir T=300K il faudrait que le facteur d'échelle diminue d'un facteur 100.


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
mood
Publicité
Posté le 11-01-2019 à 12:36:39  profilanswer
 

n°55489340
RykM
t'as de beaux gènes, tu sais..
Posté le 11-01-2019 à 12:37:46  profilanswer
 

L'image du black hole c'est pour bientôt  [:nidnogar]

n°55489415
donut78
Stop eating donuts
Posté le 11-01-2019 à 12:45:19  profilanswer
 

Tous le jours je guette  [:gordon shumway]


---------------
Du calme, pose ce poireau et tout se passera bien. Ne m'oblige pas à faire une roulade arrière ...
n°55489453
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 11-01-2019 à 12:50:11  profilanswer
 

Wendigo a écrit :

C'est quoi a ?

 

Le facteur d'échelle. La taille de l'univers si tu veux.


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55489471
kiveu
Salut les filles !!! ^_^
Posté le 11-01-2019 à 12:52:20  profilanswer
 

y'a moyen de recevoir un mail, un sms, ou whatsapp ou que sais je de la part de EHT quand ils auront mis les images en ligne, pour ceux qui n'utilisent pas fb, twitter ?


---------------
Pensez à l'environnement, merci de n'imprimer ce post qu'en cas de necessité.
n°55489498
Wendigo
Profil : Castor Funk
Posté le 11-01-2019 à 12:55:00  profilanswer
 

Gilgamesh d'Uruk a écrit :

 

Le facteur d'échelle. La taille de l'univers si tu veux.


Merci.

 

Je me suis arrêté au niveau scolaire de désignation des inconnus par x, y, z et je pêche vraiment de ce côté, dès qu'une lettre nouvelle désigne un concept.


---------------
Dessin du 13 Janvier 2019 :   Attente futuriste     --     Galerie
n°55489546
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 11-01-2019 à 12:59:16  profilanswer
 

hyenal1 a écrit :

Non car à l'échelle locale la gravité est plus forte que l'expansion.

 

Si l'expansion accélère suffisamment, d'ici quelques 100 milliards d'années l'expansion sera plus forte que les 4 interactions fondamentales, et toutes les particules seront séparées les unes des autres et s'éloigneront irrémédiablement, aucun noyau atomique ne pourra se former, ni même aucun proton au neutron :o

 

Pas dans le scénario standard LambdaCDM. Dans ce scénario le taux d'expansion ("constante" de Hubble, qui dépend du temps en fait mais qui du coup deviendrait vraiment constante) tend asymptotiquement vers une valeur liée à la densité d'énergie sombre Lambda.

 

Pour avoir un scénario Big Rip il faut un Lambda très spécial et physiquement exotique.


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55489709
V pour
Posté le 11-01-2019 à 13:16:27  profilanswer
 

epsiloneridani a écrit :


 
J'avais cru comprendre qu'un big crunch était extrêmement improbable depuis qu'on avait montré l'expansion accélérée de l'univers ?


 

donut78 a écrit :


C'est clairement pas l’hypothèse la plus en vogue actuellement.


 
C’était plus une expérience de pensée pour « voir » ce qu’il se passerait ^^ Mais à priori donc, pas grand chose à notre échelle :o

n°55489758
Elessar777
Tripatt' Faux-reveur.
Posté le 11-01-2019 à 13:22:26  profilanswer
 

epsiloneridani a écrit :


 
J'avais cru comprendre qu'un big crunch était extrêmement improbable depuis qu'on avait montré l'expansion accélérée de l'univers ?


 
on est d'accord :jap:
 
je raisonnais dans l'absolu dans le cadre d'un modèle d'univers où cela, quel qu'en soit la raison, pourrait se produire.


---------------
Cassoulet, again !
n°55490016
hyenal1
Posté le 11-01-2019 à 13:46:10  profilanswer
 

Gilgamesh d'Uruk a écrit :


 
Une des contrainte les plus fondamentales de la physique, c'est la causalité. La cause se trouve dans le passé de l'événement, ce qui fixe de manière univoque le sens du temps.


 
Donc l'achat de berceau cause la naissance d'un enfant c'est ça ?  [:guillaume truand:4]


---------------
Bah il fera connaissance !
mood
Publicité
Posté le 11-01-2019 à 13:46:10  profilanswer
 

n°55490134
hyenal1
Posté le 11-01-2019 à 13:56:24  profilanswer
 

Gilgamesh d'Uruk a écrit :


 
Pas dans le scénario standard LambdaCDM. Dans ce scénario le taux d'expansion ("constante" de Hubble, qui dépend du temps en fait mais qui du coup deviendrait vraiment constante) tend asymptotiquement vers une valeur liée à la densité d'énergie sombre Lambda.  
 
Pour avoir un scénario Big Rip il faut un Lambda très spécial et physiquement exotique.


 
En effet j'avais lu ça il y a longtemps et dans l'article ils disaient bien que les modèles le prévoyaient sous certaines conditions mais que clairement les hypothèses de départ pour aboutir à un tel scénario étaient très peu vraisemblables dans notre univers.
 
Mais je trouve ça frappant comme scénario, d'imaginer un univers tellement distendu que même l'interaction forte n'arrive plus à garder les quarks cohésifs entre eux, c'est assez flippant je trouve  [:max evans]  
 
Pour le coup "le silence éternel de ces espaces infinis" effraieraient Pascal plus que jamais.


---------------
Bah il fera connaissance !
n°55490676
epsiloneri​dani
Posté le 11-01-2019 à 14:37:26  profilanswer
 

Gilgamesh d'Uruk a écrit :


 
On a T0/T = a/a0
avec T0 la température du rayonnement au facteur d'échelle a0 et T celle au facteur d'échelle a.
 
T0=3K pour avoir T=300K il faudrait que le facteur d'échelle diminue d'un facteur 100.


 
On a encore un peu de temps [:ocube]
 
L'autre problème qui peut se poser "relativement rapidement", c'est qu'avec des facteurs d'échelle de cet ordre de grandeur on aurait des fusions massives de galaxies, d'où une très forte hausse de la naissance d'étoiles et donc de supernovas. On divisant les distances par 100 ça veut dire qu'en gros tout l'amas local de galaxies fusionne en une seule galaxie bien plus petite que la Voie Lactée et qu'on se retrouve avec l'énorme Amas de la Vierge "à notre porte".

n°55491209
NGCubeur
alias SuperBiquet
Posté le 11-01-2019 à 15:17:00  profilanswer
 

epsiloneridani a écrit :


 
On a encore un peu de temps [:ocube]
 
L'autre problème qui peut se poser "relativement rapidement", c'est qu'avec des facteurs d'échelle de cet ordre de grandeur on aurait des fusions massives de galaxies, d'où une très forte hausse de la naissance d'étoiles et donc de supernovas. On divisant les distances par 100 ça veut dire qu'en gros tout l'amas local de galaxies fusionne en une seule galaxie bien plus petite que la Voie Lactée et qu'on se retrouve avec l'énorme Amas de la Vierge "à notre porte".


 
La nuit qui serait à 50% de luminosité du jour ?  [:ngcubeur:5]


---------------
Blog de joueur à une main : www.superbiquet.fr
n°55494370
fatah93
Posté le 11-01-2019 à 21:31:45  profilanswer
 

Et que deviennent les trous noirs dans un scénario de Big Rip ?


---------------
Mon image publique est étonnamment négative, est-ce à cause de mon hobbie qui consiste à gifler des orphelines ? | Je dois aller faire quelque chose de masculin, tel conquérir une nation ou uriner debout.  
n°55494539
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 11-01-2019 à 21:48:12  profilanswer
 

Wendigo a écrit :


Merci.

 

Je me suis arrêté au niveau scolaire de désignation des inconnus par x, y, z et je pêche vraiment de ce côté, dès qu'une lettre nouvelle désigne un concept.

 

Ah, oui, en physique faut pas se faire bloquer par ça, chaque domaine a ses petits symboles préférés.

 

En plus il y a plusieurs façons d'exprimer a, soit comme une variable sans dimension (un rapport de deux longueurs), soit en mètre par unité de graduation.


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55494619
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 11-01-2019 à 21:56:02  profilanswer
 

hyenal1 a écrit :

 

Donc l'achat de berceau cause la naissance d'un enfant c'est ça ? [:guillaume truand:4]

 

Tu touche du doigt le pb : en tant qu'humain la plupart de nos actions s'expriment par une cause finale (on agit "en vue de..." ). Du coup on a tendance à embrouiller la causalité de l'ordre naturel en plaquant des causes finales un peu partout.


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55495012
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 11-01-2019 à 22:41:27  profilanswer
 

fatah93 a écrit :

Et que deviennent les trous noirs dans un scénario de Big Rip ?

 

C'est un excellent mind fuck cosmologique   :O

 

Comme les deux objets (l'univers et les trous noirs) sont régis par la même théorie il doit exister une réponse rigoureuse. Je ne garantis pas à 100% ce que j'ai trouvé mais c'est clairement celle qui me semble la plus pertinente : le trou noir va fusionner son horizon avec l'horizon cosmologique.


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55495114
Wendigo
Profil : Castor Funk
Posté le 11-01-2019 à 22:52:22  profilanswer
 

Gilgamesh d'Uruk a écrit :

 

Ah, oui, en physique faut pas se faire bloquer par ça, chaque domaine a ses petits symboles préférés.

 

En plus il y a plusieurs façons d'exprimer a, soit comme une variable sans dimension (un rapport de deux longueurs), soit en mètre par unité de graduation.


J'essaie depuis quelques années de combler un peu tout ça :jap:

 

Merci pour ces précisions !


---------------
Dessin du 13 Janvier 2019 :   Attente futuriste     --     Galerie
n°55495939
ultimate-t​hule
fuck yourself .
Posté le 12-01-2019 à 03:43:49  profilanswer
 

comment vas tu wendigo ? :)
 
(jsuis un multi)

Message cité 1 fois
Message édité par ultimate-thule le 12-01-2019 à 03:44:08
n°55496207
Wendigo
Profil : Castor Funk
Posté le 12-01-2019 à 09:07:27  profilanswer
 

ultimate-thule a écrit :

comment vas tu wendigo ? :)

 

(jsuis un multi)


:hello:
Toujours la forme et toi ?

 

De ton multi, je ne vois pas qui tu es mais le pseudo est de circonstance ici ;)


Message édité par Wendigo le 12-01-2019 à 09:08:01

---------------
Dessin du 13 Janvier 2019 :   Attente futuriste     --     Galerie
n°55496683
fatah93
Posté le 12-01-2019 à 10:38:45  profilanswer
 

Gilgamesh d'Uruk a écrit :

 

C'est un excellent mind fuck cosmologique :O

 

Comme les deux objets (l'univers et les trous noirs) sont régis par la même théorie il doit exister une réponse rigoureuse. Je ne garantis pas à 100% ce que j'ai trouvé mais c'est clairement celle qui me semble la plus pertinente : le trou noir va fusionner son horizon avec l'horizon cosmologique.


Ce qui veut dire en langage profane ? :o
Le trou noir sera aussi grand que l'univers observable ?


---------------
Mon image publique est étonnamment négative, est-ce à cause de mon hobbie qui consiste à gifler des orphelines ? | Je dois aller faire quelque chose de masculin, tel conquérir une nation ou uriner debout.  
n°55497322
hyenal1
Posté le 12-01-2019 à 12:30:03  profilanswer
 

Gilgamesh d'Uruk a écrit :


 
C'est un excellent mind fuck cosmologique   :O  
 
Comme les deux objets (l'univers et les trous noirs) sont régis par la même théorie il doit exister une réponse rigoureuse. Je ne garantis pas à 100% ce que j'ai trouvé mais c'est clairement celle qui me semble la plus pertinente : le trou noir va fusionner son horizon avec l'horizon cosmologique.


 
ça ne veut rien dire  [:gilau]


---------------
Bah il fera connaissance !
n°55497455
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 12-01-2019 à 12:53:23  profilanswer
 

fatah93 a écrit :


Ce qui veut dire en langage profane ? :o
Le trou noir sera aussi grand que l'univers observable ?

 

Oui. Le cadre théorique est la métrique de De Sitter–Schwarzschild.

 

Quand tu lis "de Sitter" ça se réfère à un espace vide avec constante cosmologique positive donc en inflation. C'est vers cette métrique que tend un univers LambdaCDM (il est de plus en plus dilué donc vide et la cte cosmo est petite mais positive). On dit que la solution de De Sitter forme un attracteur.

 

Le côté Schwarzschild se réfère à la métrique d'un trou noir statique.

 

La combinaison des deux donne la métrique d'un trou noir plongé dans un espace de De Sitter.

 

Il existe une solution limite dans ce cadre, l'espace temps de Nariai. Je cite wiki:

 

The Nariai limit has no singularities, the cosmological and black hole horizons have the same area, and they can be mapped to each other by a discrete reflection symmetry in any causal patch.

 

Il me semble plausible que le Big Rip tende vers cette limite.


Message édité par Gilgamesh d'Uruk le 12-01-2019 à 15:39:36

---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55507397
Elessar777
Tripatt' Faux-reveur.
Posté le 13-01-2019 à 20:19:28  profilanswer
 

hyenal1 a écrit :

 

ça ne veut rien dire  [:gilau]

 

ben si, la courbure devient infinie, et les trous noirs passent derriere l'horizon cosmologique, leur horizon se fondant avec celui de l'univers en effondrement.

 

gilga, peut on envisager une fusion des singularités ? :??:

 

edit : ok, lu ton post, et qu'est ce qui pourrait sembler le plus cohérent, un rebond sur lui même ou plutôt un transfert vers autre chose ?


Message édité par Elessar777 le 13-01-2019 à 20:22:17

---------------
Cassoulet, again !
n°55508352
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 13-01-2019 à 21:47:18  profilanswer
 

Dans le scénario du Big Rip, l'univers ne s'effondre pas, à l'inverse il vole littéralement en éclat, au sens où le facteur d'échelle atteint l'infini en un temps fini (ce qui est plutôt étrange, je dirais même suspect...).

 

Pour les trous noirs, on pourrait penser qu'ils s'en foutent (devenant de petites billes noires de taille constante dans un univers en inflation démentielle), mais apparemment non, c'est un truc encore plus bizarre, l'horizon du trou noir croit jusqu'à englober l'horizon cosmologique, et la singularité disparaît.

 


Message édité par Gilgamesh d'Uruk le 13-01-2019 à 21:47:43

---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55508736
fatah93
Posté le 13-01-2019 à 22:20:20  profilanswer
 

La singularité disparaît comment ?


---------------
Mon image publique est étonnamment négative, est-ce à cause de mon hobbie qui consiste à gifler des orphelines ? | Je dois aller faire quelque chose de masculin, tel conquérir une nation ou uriner debout.  
n°55510124
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 14-01-2019 à 08:05:57  profilanswer
 

fatah93 a écrit :

La singularité disparaît comment ?

 

Nouveau mindfuck :sweat: Mais à mon sens on l'a bien cherché en concentrant les regards vers un truc, la "singularité", qui n'existe pas en lui donnant des propriétés positives.

 

On utilise le terme singularité pour désigner un point non défini en math. L'ordonnée du point 1/x pour x=0 est une singularité. Si je te parlais de la trajectoire d'un point sur l'axe de ordonnées et que je disais un truc du genre "Quand le point atteint l'ordonnée y=1/0, alors bla, bla..." tu tiquerais probablement. Avant de parler d'atteindre un point il faut déjà s'assurer qu'il existe.

 

On utilise le terme singularité pour masquer une ignorance de ce qui se passe "à l'infini" dans l'équation mais l'usage a fait que cette singularité du trou noir est presque devenu un point comme un autre, juste un point-poubelle où "tout devient infini" (densité, pression, température...) épicétou. Comme le reste du trou noir est vide il faut bien un point "materiel" au centre pour rassembler toute la matière qui a pénétré dans le trou noir.

 

Dans un cours de Susskind, il présente la chose différemment. Le volume interne d'un trou noir est une quantité croissante avec le temps. Un genre de puits sans fond. En un sens c'est plus dérangeant que le point-poubelle mais c'est certainement plus exact. Et par rapport à la limite de Nuriai ça me semble beaucoup plus raccord. Le volume du trou noir n'en fini pas de croître "par la singularité" dans le cas d'un trou noir de Schwarzschild et par son horizon dans le cas d'un trou noir Schwarzschild-De Sitter.


Message édité par Gilgamesh d'Uruk le 14-01-2019 à 10:59:21

---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55511020
Elessar777
Tripatt' Faux-reveur.
Posté le 14-01-2019 à 10:10:28  profilanswer
 

certes, le fait d'utiliser singularité pour dire qu'en fait, on ne sait pas vraiment ce qu'une courbure infinie de l'espace-temps quelque soit la nature de ce qui cause cette courbure (au dela d'une "soupe" plasma gluon, on a quoi ? .... plus rien de baryonique ? une transformation totale de la matière en énergie ? ) est bien pratique.  
 
au dela du raisonnement conceptuel, au fond du trou noir, il y a bien "quelque chose" qu'on ne sait pas décrire actuellement, mais qui, pour autant, existe quand même, vu la perturbation gravitationnelle autour du trou noir, et ça ne s’évapore pas avec le temps, on peut considérer que ce qui a donné naissance à la singularité perdure avec le temps, sans être transféré ailleurs via un pont d'einstein rosen ou ce genre de concept....
 
c'est la que ça devient intéressant, une singularité ne devrait pas être autre chose que ponctuelle, seulement j'ai déjà lu bien des fois (et pas que de ta part) qu'elle pouvait "croître".... quelque chose de ponctuel qui augmente de volume ? ça n'est plus "ponctuel" donc :o


---------------
Cassoulet, again !
n°55512136
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 14-01-2019 à 11:22:56  profilanswer
 

Elessar777 a écrit :

certes, le fait d'utiliser singularité pour dire qu'en fait, on ne sait pas vraiment ce qu'une courbure infinie de l'espace-temps quelque soit la nature de ce qui cause cette courbure (au dela d'une "soupe" plasma gluon, on a quoi ? .... plus rien de baryonique ? une transformation totale de la matière en énergie ? ) est bien pratique.  
 
au dela du raisonnement conceptuel, au fond du trou noir, il y a bien "quelque chose" qu'on ne sait pas décrire actuellement, mais qui, pour autant, existe quand même, vu la perturbation gravitationnelle autour du trou noir, et ça ne s’évapore pas avec le temps, on peut considérer que ce qui a donné naissance à la singularité perdure avec le temps, sans être transféré ailleurs via un pont d'einstein rosen ou ce genre de concept....
 
c'est la que ça devient intéressant, une singularité ne devrait pas être autre chose que ponctuelle, seulement j'ai déjà lu bien des fois (et pas que de ta part) qu'elle pouvait "croître".... quelque chose de ponctuel qui augmente de volume ? ça n'est plus "ponctuel" donc :o


 
Je pense qu'il faut évacuer le concept de "point". En géométrie riemannienne, qui est le cadre légal pour discuter d'un solution de relativité générale, déjà, c'est un "pincement" topologique mais je ne maîtrise pas assez les math pour expliquer ça, si ce n'est que ça correspond à une courbure qui tend vers l'infini.


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55515545
Marco Paul​o
Posté le 14-01-2019 à 15:33:57  profilanswer
 

Pas mal d'article de vulga et de discussion de forum parle de tore et non de point pour un trou noir en rotation, ce qui semblerait être le cas de tous les trous noirs (stellaire et galactique du moins). Ai'je compris de travers ?
 
Bon, comme ça reste une singularité mathématique, j'imagine que le petit diamètre du tore doit être nul ou un connerie comme ça. Ca, j'ai jamais trouvé jusque là. A vot' bon coeur si vous avez ça en stock.

n°55516864
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 14-01-2019 à 17:06:28  profilanswer
 

Marco Paulo a écrit :

Pas mal d'article de vulga et de discussion de forum parle de tore et non de point pour un trou noir en rotation, ce qui semblerait être le cas de tous les trous noirs (stellaire et galactique du moins). Ai'je compris de travers ?

 

Bon, comme ça reste une singularité mathématique, j'imagine que le petit diamètre du tore doit être nul ou un connerie comme ça. Ca, j'ai jamais trouvé jusque là. A vot' bon coeur si vous avez ça en stock.

 

La singularité annulaire ça concerne les trous noirs de Kerr (i.e. en rotation).


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55527480
roll68
Posté le 15-01-2019 à 16:14:00  profilanswer
 

Marco Paulo a écrit :

Pas mal d'article de vulga et de discussion de forum parle de tore et non de point pour un trou noir en rotation, ce qui semblerait être le cas de tous les trous noirs (stellaire et galactique du moins). Ai'je compris de travers ?
 
Bon, comme ça reste une singularité mathématique, j'imagine que le petit diamètre du tore doit être nul ou un connerie comme ça. Ca, j'ai jamais trouvé jusque là. A vot' bon coeur si vous avez ça en stock.


 
Pour un trou noir en rotation la singularité est comme un anneau, mais son "rayon" (concept à prendre avec des pincettes vu la courbure  :o ) est:
a=  J/(Mc)
où J est le moment cinétique du trou noir, M est sa masse et c la vitesse de la lumière: c'est même loin d'être petit pour certains trou noirs. La valeur maximum de J est de GM^2/c donc celle de a est de GM/c^2 et à cette vitesse de rotation le "rayon" du trou noir serait lui aussi de GM/c^2. Certain trous noirs sont proches de cette valeur maximale, pour eux le "rayon" de la singularité est presqu'aussi grand que le "rayon" du trou noir.

n°55527584
Marco Paul​o
Posté le 15-01-2019 à 16:20:22  profilanswer
 

roll68 a écrit :

 

Pour un trou noir en rotation la singularité est comme un anneau, mais son "rayon" (concept à prendre avec des pincettes vu la courbure  :o ) est:
a=  J/(Mc)
où J est le moment cinétique du trou noir, M est sa masse et c la vitesse de la lumière: c'est même loin d'être petit pour certains trou noirs. La valeur maximum de J est de GM^2/c donc celle de a est de GM/c^2 et à cette vitesse de rotation le "rayon" du trou noir serait lui aussi de GM/c^2. Certain trous noirs sont proches de cette valeur maximale, pour eux le "rayon" de la singularité est presqu'aussi grand que le "rayon" du trou noir.

 

:jap: Merci des précieuses précisions.

 

Mais du coup, en quoi est-ce une singularité mathématique s'il n'y a pas de volume nul qui fasse péter les équations à l'infini ?

 

Et il me semblait que tout les trous noirs connus sont des trous noirs en rotation. Ce qui me semblerait normal pour ceux d'origine stellaire et ceux aux centres des galaxies.

 

Dans quel cas pourrait-on avoir un trou noir qui ne soit pas en rotation ?

Message cité 1 fois
Message édité par Marco Paulo le 15-01-2019 à 16:20:57
n°55530692
roll68
Posté le 15-01-2019 à 20:59:16  profilanswer
 

Marco Paulo a écrit :


 
 :jap: Merci des précieuses précisions.
 
Mais du coup, en quoi est-ce une singularité mathématique s'il n'y a pas de volume nul qui fasse péter les équations à l'infini ?
 
Et il me semblait que tout les trous noirs connus sont des trous noirs en rotation. Ce qui me semblerait normal pour ceux d'origine stellaire et ceux aux centres des galaxies.
 
Dans quel cas pourrait-on avoir un trou noir qui ne soit pas en rotation ?


 
je suis pas sûr de comprendre ta première question, mais la singularité dans ce cas c'est là où la courbure de l'espace-temps devient infinie. Si on regarde la courbure principale on a (sqrt c'est racine carré):
 
-2M / sqrt(x^2 + y^2 - a^2)
 
en alignant l'axe z avec l'axe de rotation. Du coup, on voit bien que la courbure devient infinie quand:
x^2 + y^2 - a^2 = 0
 
ce qui définit un cercle de rayon a dans le plan x-y.
 
D'ailleurs c'est même possible de passer par l'intérieur du cercle sans toucher la singularité mais là ça devient un peu bizarre. Quand tu passe dans l'intérieur de l'anneau tu peux te retrouver de nouveau dans un espace-temps asymptotiquement plat (donc plat à l'infini dans toutes les directions). En quelque sorte tu est sorti du trou noir, mais tu ne te retrouves pas dans l'espace dans lequel tu étais avant d'entrer dans le trou noir, en clair: tu es passé dans un trou de ver. Il existe même des trajectoires qui te permettent de revenir en arrière dans le temps. Mais comme il est suspecté que la solution est en fait instable, on pense qu'en pratique la solution de Kerr ne fonctionne pas à l'intérieur de l'horizon. Qu'est-ce qui se passe en réalité, personne ne sait.
 
Pour la deuxième question, il n'existe évidemment pas de trou noir qui ne soit pas en rotation, mais peut-être certains tournent relativement lentement, je ne sais pas.

n°55532061
Wendigo
Profil : Castor Funk
Posté le 15-01-2019 à 22:52:31  profilanswer
 

Un trou noir qui ne tournerait pas serait aussi surprenant qu'une étoile qui ne tourne pas :/


Message édité par Wendigo le 15-01-2019 à 22:52:41

---------------
Dessin du 13 Janvier 2019 :   Attente futuriste     --     Galerie
n°55532169
fatah93
Posté le 15-01-2019 à 23:10:25  profilanswer
 

Qu'est-ce qui tourne dans un trou noir en rotation concrètement ? On ne voit que les effets de cette rotation c'est bien ça ?


---------------
Mon image publique est étonnamment négative, est-ce à cause de mon hobbie qui consiste à gifler des orphelines ? | Je dois aller faire quelque chose de masculin, tel conquérir une nation ou uriner debout.  
n°55532212
le proto
Pushing the Limits
Posté le 15-01-2019 à 23:19:46  profilanswer
 

roll68 a écrit :


 
je suis pas sûr de comprendre ta première question, mais la singularité dans ce cas c'est là où la courbure de l'espace-temps devient infinie. Si on regarde la courbure principale on a (sqrt c'est racine carré):
 
-2M / sqrt(x^2 + y^2 - a^2)
 
en alignant l'axe z avec l'axe de rotation. Du coup, on voit bien que la courbure devient infinie quand:
x^2 + y^2 - a^2 = 0
 
ce qui définit un cercle de rayon a dans le plan x-y.
 
D'ailleurs c'est même possible de passer par l'intérieur du cercle sans toucher la singularité mais là ça devient un peu bizarre. Quand tu passe dans l'intérieur de l'anneau tu peux te retrouver de nouveau dans un espace-temps asymptotiquement plat (donc plat à l'infini dans toutes les directions). En quelque sorte tu est sorti du trou noir, mais tu ne te retrouves pas dans l'espace dans lequel tu étais avant d'entrer dans le trou noir, en clair: tu es passé dans un trou de ver. Il existe même des trajectoires qui te permettent de revenir en arrière dans le temps. Mais comme il est suspecté que la solution est en fait instable, on pense qu'en pratique la solution de Kerr ne fonctionne pas à l'intérieur de l'horizon. Qu'est-ce qui se passe en réalité, personne ne sait.
 
Pour la deuxième question, il n'existe évidemment pas de trou noir qui ne soit pas en rotation, mais peut-être certains tournent relativement lentement, je ne sais pas.


C'est là que ça bloque.
 
Du point de vue purement mécanique, qu'il y ait singularité sur un axe en rotation, ce n'est pas choquant, c'est même plutôt naturel. Le moment pur se trouve sur z, et alors?
 
En quoi cela empêche quoique ce soit d'exister autour et de graviter?
 


---------------
"Ah, mais si.."  -> TA GUEULE§§§
n°55532323
tuxerman12
Posté le 15-01-2019 à 23:43:22  profilanswer
 

fatah93 a écrit :

Qu'est-ce qui tourne dans un trou noir en rotation concrètement ? On ne voit que les effets de cette rotation c'est bien ça ?


 
Réponse con : on ne sait pas :D

n°55532333
Gilgamesh ​d'Uruk
Lui-même
Posté le 15-01-2019 à 23:45:09  profilanswer
 

fatah93 a écrit :

Qu'est-ce qui tourne dans un trou noir en rotation concrètement ? On ne voit que les effets de cette rotation c'est bien ça ?

 

Oui cela se manifeste par le fait qu'une particule test sans rotation initiale est entraînée autours du trou noir quand elle s'en approche.


---------------
Nation spatiale -- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°55532703
Marco Paul​o
Posté le 16-01-2019 à 06:46:37  profilanswer
 

roll68 a écrit :


 
je suis pas sûr de comprendre ta première question, mais la singularité dans ce cas c'est là où la courbure de l'espace-temps devient infinie. Si on regarde la courbure principale on a (sqrt c'est racine carré):
 
-2M / sqrt(x^2 + y^2 - a^2)
 
en alignant l'axe z avec l'axe de rotation. Du coup, on voit bien que la courbure devient infinie quand:
x^2 + y^2 - a^2 = 0
 
ce qui définit un cercle de rayon a dans le plan x-y.
 
D'ailleurs c'est même possible de passer par l'intérieur du cercle sans toucher la singularité mais là ça devient un peu bizarre. Quand tu passe dans l'intérieur de l'anneau tu peux te retrouver de nouveau dans un espace-temps asymptotiquement plat (donc plat à l'infini dans toutes les directions). En quelque sorte tu est sorti du trou noir, mais tu ne te retrouves pas dans l'espace dans lequel tu étais avant d'entrer dans le trou noir, en clair: tu es passé dans un trou de ver. Il existe même des trajectoires qui te permettent de revenir en arrière dans le temps. Mais comme il est suspecté que la solution est en fait instable, on pense qu'en pratique la solution de Kerr ne fonctionne pas à l'intérieur de l'horizon. Qu'est-ce qui se passe en réalité, personne ne sait.
 
Pour la deuxième question, il n'existe évidemment pas de trou noir qui ne soit pas en rotation, mais peut-être certains tournent relativement lentement, je ne sais pas.


 
 :jap:  
 
Je pensais que la singularité venait uniquement de  la masse non nulle divisée par volume nul qui donne densité infinie.

n°55532852
kiveu
Salut les filles !!! ^_^
Posté le 16-01-2019 à 07:43:45  profilanswer
 

[:breakingnews]

 

Le rapport conceptuel du design du futur collisionneur du CERN (FCC) révélé ce jour !

 

Il sera (roulement de tambour) CIRCULAIRE  [:raquel_garrydo:9] (j'avais voté pour la variante en carré (celle que j'avais proposée), mais ça n'a pas été retenu)

 

Toutes les données conceptuelles ici, merci par avance à Gilga de vérifier tout ça pour s'assurer qu'il n'y a pas eu de grossières erreurs.
https://fcc-cdr.web.cern.ch/

 
Citation :

“The FCC’s ultimate goal is to provide a 100-km superconducting proton accelerator ring, with an energy of up to 100 TeV, meaning an order of magnitude more powerful than the LHC”, said CERN Director for Accelerators and Technology, Frédérick Bordry. “The FCC timeline foresees starting with an electron-positron machine, just as LEP preceded the LHC. This would enable a rich programme to benefit the particle physics community throughout the twenty-first century.”

 

Using new-generation high-field superconducting magnets, the FCC proton collider would offer a wide range of new physics opportunities. Reaching energies of 100 TeV and beyond would allow precise studies of how a Higgs particle interacts with another Higgs particle, and thorough exploration of the role of the electroweak symmetry breaking in the history of our universe. It would also allow us to access unprecedented energy scales, looking for new massive particles, with multiple opportunities for great discoveries. In addition, it would also collide heavy ions, sustaining a rich heavy-ion physics programme to study the state of matter in the early universe.
 
“Proton colliders have been the tool-of-choice for generations to venture new physics at the smallest scale. A large proton collider would present a leap forward in this exploration and decisively extend the physics programme beyond results provided by the LHC and a possible electron-positron collider.” said CERN Director for Research and Computing, Eckhard Elsen.
 
A 90 to 365 GeV electron-positron machine with high luminosity could be a first step. Such a collider would be a very powerful “Higgs factory”, making it possible to detect new, rare processes and measure the known particles with precisions never achieved before. These precise measurements would provide great sensitivity to possible tiny deviations from the Standard Model expectations, which would be a sign of new physics.
 
The cost of a large circular electron-positron collider would be in the 9-billion-euro range, including 5 billion euros for the civil engineering work for a 100-kilometre tunnel. This collider would serve the worldwide physics community for 15 to 20 years. The physics programme could start by 2040 at the end of the High-Luminosity LHC. The cost estimate for a superconducting proton machine that would afterwards use the same tunnel is around 15 billion euros. This machine could start operation in the late 2050s.


Message édité par kiveu le 16-01-2019 à 07:48:01

---------------
Pensez à l'environnement, merci de n'imprimer ce post qu'en cas de necessité.
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  36  37  38  39  40  41

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Topic Unique NSBM[ Topic Unique ] California - The Golden State
[ topic antechrist ] Apocalypse du 6 juin 2006Concert unique en Europe Elton John Grenoble 14 juin 2006
[Drame] Le topic de celles et ceux qui n'ont pas de soeur[TOPIC UNIK] Oz :: Welcome to EM.City
Topic [People] ![TOPIC UNIQUE] Les accidents les plus stupides
Plus de sujets relatifs à : [Topic unique] Astronomie / Cosmologie : Où en est-on ?


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR