Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
763 connectés 

 


 

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  68  69  70  ..  168  169  170  171  172  173
Auteur Sujet :

Ecrire un livre : vos romans amateurs (Màj du 1er post)

n°23953068
balzastone
Posté le 14-09-2010 à 21:07:32  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

Citation :

Ah, et sinon, balzastone, pourquoi ne relèves-tu que les critiques négatives? Je me pose la question en toute neutralité.


Car on ne m'a quasiment fait que des critiques négatives ! Même les compliments n'en étaient pas : " tu es très mauvais, mais qui sait ? Tu trouveras peut être deux aveugles illettrés sur terre qui aimeront ton style. Courage ...  " .
 
Le seul vrai ( et encore ... je me demande si ce n'était pas de l'ironie ) compliment était trop court pour que je puisse rebondir dessus.

Message cité 2 fois
Message édité par balzastone le 14-09-2010 à 21:09:07
mood
Publicité
Posté le 14-09-2010 à 21:07:32  profilanswer
 

n°23953940
Ecriturede​l
Posté le 14-09-2010 à 22:07:51  profilanswer
 

Le contenu de ce message a été effacé par son auteur


Message édité par Ecrituredel le 14-09-2010 à 22:08:32
n°23957376
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-09-2010 à 10:40:05  profilanswer
 

balzastone a écrit :

tu es très mauvais, mais qui sait ? Tu trouveras peut être deux aveugles illettrés sur terre qui aimeront ton style. Courage ...  " .


 
J'ai l'impression que c'est pour moi ça.
 
Je te pose une question : pourquoi écris-tu ? Ton but ultime, c'est quoi ? Prendre du plaisir à le faire ou devenir célèbre et riche grâce à ça ?
 
On peut très bien prendre du plaisir à écrire sans avoir de talent, et sans avoir (beaucoup) de lecteurs. Pour prétendre à la publication et à la reconnaissance du "public", il faut une certaine dose de talent, de confiance en soi et d'ambition que personnellement je n'ai pas. Tu as autant de chances d'y arriver que de devenir champion de saut à la perche ou guitariste dans un groupe de rock célèbre.
Le problème avec l'écriture, c'est que la plupart d'entre nous la maitrise, ou croie la maitriser dès l'école primaire. Tout le monde est capable de faire une rédaction, ou même un texte un peu plus long, pourvu qu'il y passe un peu de temps. Tout le monde peut d'ailleurs prendre un plaisir indécent à le faire. Mais seuls ceux qui ont un vrai talent, ou qui ont beaucoup travaillé pour l'acquérir, pourront prétendre être reconnus pour ça.
 
Alors, bien sûr, la déformation des médias et de la société de consommation font que même certaines merdes se vendent par millions juste parce que c'est Untel qui les ont écrites. Cela ne doit pas te laisser croire que si tu fais mieux qu'une de ses merdes, tu vas accéder à la reconnaissance.
 
Partant de ce constat accablant, on peut néanmoins positiver : grâce à internet, il est bien plus facile de trouver "son" public. Ce que j'ai remarqué en commençant à bloguer ou poster des trucs ici ou là, c'est qu'il y a toujours deux ou trois internautes pour trouver ça bien. Voire très bien. Parce qu'on a sans doute quelques clones dans la nature qui sont câblés un peu pareil que nous et ressentent les choses de la même façon et vibrent à la façon dont tu les écris.
Ça permet à la fois de valoriser un peu ton travail, et aussi de progresser dans la technique et dans la compréhension de ce que les gens aiment. À mon sens, c'est par là qu'il faut commencer, plutôt que de se dire "Je vais écrire un roman et chercher un éditeur".
 
Pour mon premier "roman", j'étais parti sur toute autre chose, une sorte de série à lire en ligne, avec un forum pour en discuter pour les plus motivés. C'était ludique et sans prétention. Ça a attiré une centaine de lecteurs qui ont suivi le truc jusqu'au bout. Ce n'est que plus tard que j'en ai fait un roman auto-publié chez lulu, qui ne s'est vendu qu'autour de moi parce qu'il faut bien le dire : je n'ai pas le talent et je n'ai pas fait le travail nécessaire pour que ça mérite plus que ça. J'en suis pourtant très fier et très content. Je ne suis pas écrivain. J'ai un métier à côté. Pour faire mieux que ça, il faudrait que je plaque tout, famille et boulot, pour y consacrer tout mon temps. Il faut être un peu réaliste.
 
Comprends-tu mieux ma remarque ?


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°23958861
balzastone
Posté le 15-09-2010 à 12:21:16  profilanswer
 

Ah ! mais j'avais déjà compris ta remarque et je la partage !
 
Ce n'est pas parceque je la caricature un peu ( mon côté coluche raté ) que je ne la comprends / partage pas !  
 
Quand on voit que même des mecs qui ont été un peu médiatisés vendent très peu ... on peut se dire que c'est très difficile. C'est un peu comme en musique ( un domaine que je connais assez bien ): énormément d'offres pour peu de clients.
 
Comme je l'ai déjà dit mon manque flagrant de culture littéraire m'empêche d'avoir des critères solides pour juger correctement de la qualité d'une oeuvre.
 
Et par conséquent, je suis incapable d'écrire quelque chose de valable pour la plupart des amateurs de littérature.


Message édité par balzastone le 15-09-2010 à 12:30:41
n°23959077
Profil sup​primé
Posté le 15-09-2010 à 12:41:46  answer
 

Merome a écrit :

On peut très bien prendre du plaisir à écrire sans avoir de talent, et sans avoir (beaucoup) de lecteurs. Pour prétendre à la publication et à la reconnaissance du "public", il faut une certaine dose de talent, de confiance en soi et d'ambition que personnellement je n'ai pas.


 
OK pour la confiance en soi et l'ambition, surtout que tu es le meilleur juge en ce qui les concerne, on ne va pas se prononcer pour toi.  
 
Je suis un peu plus sceptique sur le mot talent (c'est peut-être légèrement hors-sujet tout ça, mes excuses par avance si c'est le cas) car l'idée d'un talent inné pour écrire me dérange fondamentalement. C'est sûrement plus évident d'écrire pour ceux qui ont été élevés dans les livres par exemple (et encore), mais d'un autre côté je trouve ça "facile" de dire qu'on n'a pas de talent, c'est un peu se coucher : j'ai pas de talent alors de toute façon ça sera pas bon.  
 
Il y a des gens qui écrivent et publient des trucs tout pourris que je trouve illisibles et sans intérêt, mais je pense que c'est surtout parce qu'ils n'essaient pas de travailler le style ou d'avoir des idées originales (ou exprimées de manière originale).  
 
Bon, c'est plus très clair donc je résume : talent ou pas, c'est surtout que ça se bosse, en lisant, en réfléchissant, en essayant des trucs, alors faut pas commencer par se dire qu'on n'en a pas, de talent   [:souk]

n°23959781
Ecriturede​l
Posté le 15-09-2010 à 13:56:38  profilanswer
 

Le contenu de ce message a été effacé par son auteur

n°23960776
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-09-2010 à 14:56:27  profilanswer
 


 
Quand je dis "talent", je ne pense pas "talent inné". Je le précise d'ailleurs : "Mais seuls ceux qui ont un vrai talent, ou qui ont beaucoup travaillé pour l'acquérir".
Je doute que Victor Hugo avait du talent pour l'écriture dès la naissance.  
Mais un talent acquis, reste un talent. Que ce soit pour jouer de la guitare, sauter à la perche, faire de la politique... cela se travaille.


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°23961214
Profil sup​primé
Posté le 15-09-2010 à 15:19:56  answer
 

Merome a écrit :

Quand je dis "talent", je ne pense pas "talent inné". Je le précise d'ailleurs : "Mais seuls ceux qui ont un vrai talent, ou qui ont beaucoup travaillé pour l'acquérir".
Je doute que Victor Hugo avait du talent pour l'écriture dès la naissance.  
Mais un talent acquis, reste un talent. Que ce soit pour jouer de la guitare, sauter à la perche, faire de la politique... cela se travaille.


 
 :jap: Le petit Victor a été envoyé dans un pensionnat, et quand il n'y était pas y avait le repris de justice du fond du jardin :o qui lui faisait bosser son Tacite à la maison. Après ça, quand maman allait en visite, elle larguait ses deux plus jeunes fils dans une bibliothèque où ils pouvaient lire ce qu'ils voulaient. Ça, le fait que les trois gamins avaient un goût certain pour les lettres, et l'émulation entre eux, ça a sûrement aidé  [:spamafote] et c'est clair qu'il y a du travail en plus par-dessus.
 
Ça rejoint un des trucs qui doit le plus se dire sur ce topic d'ailleurs : les pires trucs postés ici les auteurs qui semblent les moins expérimentés disons, se voient souvent répondre qu'il faudrait lire plus, et écrire encore et encore pour digérer et travailler tout ça.
 
/retombagedansletopic

n°23961920
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-09-2010 à 15:58:57  profilanswer
 


 
Avec le risque de perdre ce qui fait sa spécificité, toutefois. Avant de travailler comme un forcené, je pense qu'il faut avant tout se faire plaisir. Sauf si on recherche le succès à tout prix, mais je n'arrive pas à cautionner ça pour un écrivain/artiste. Si on cherche à faire du pognon, on créé sa boite, on n'essaie pas de faire de l'art.
À titre perso, je n'ai ni l'envie, ni le temps de lire/écrire plus. Mon niveau va donc rester là où il est et, ô surprise, je ne vais pas lâcher l'informatique pour devenir écrivain. Il faut s'accepter avec ses limites, et faire avec. Je vais certainement pas lire des auteurs classiques pour m'améliorer parce que ça me gave et que je ne veux pas écrire comme eux. Du coup, je ne ferai jamais de littérature, et je me satisferais de mon modeste rang de blogueur qui s'auto-publie en amateur pour un cercle restreint de lecteurs.
 
Il sera toujours bien temps, si par hasard j'ai un coup de génie qui me fait sortir de l'ombre, de prendre mes dispositions pour gérer ça. Mais rester comme ça me convient bien. J'en demande pas plus !


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°23962059
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-09-2010 à 16:07:49  profilanswer
 


 
Possible. Je ne suis pas catégorique sur ce point, c'est peut-être juste une crainte que j'ai. Justifiée ou non.


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
mood
Publicité
Posté le 15-09-2010 à 16:07:49  profilanswer
 

n°23962730
balzastone
Posté le 15-09-2010 à 16:47:33  profilanswer
 

Citation :


Le mélange de vulgarité ("connasses", "salopes"...) et de pseudo-style littéraire (deux fois le verbe "éconduire" dans ces passages, par exemple) ne semble pas fonctionner.
 


Selon toi, est-ce que  ce mélange peut fonctionner s'il est bien exécuté. Comment aurais-je dû formuler mes phrases pour que cela fonctionne ?  
 
Etre moins vulgaire et écrire moins de mots recherchés ?

Message cité 1 fois
Message édité par balzastone le 15-09-2010 à 16:51:40
n°23962874
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-09-2010 à 16:56:20  profilanswer
 

balzastone a écrit :

Citation :


Le mélange de vulgarité ("connasses", "salopes"...) et de pseudo-style littéraire (deux fois le verbe "éconduire" dans ces passages, par exemple) ne semble pas fonctionner.
 


Selon toi, est-ce que  ce mélange peut fonctionner s'il est bien exécuté. Comment aurais-je dû formuler mes phrases pour que cela fonctionne ?  
 
Etre moins vulgaire et écrire moins de mots recherchés ?


 
Déjà répondu ici : http://forum.hardware.fr/hfr/Discu [...] #t23950822


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°23962998
Profil sup​primé
Posté le 15-09-2010 à 17:03:13  answer
 


 
+1
 
Je lis souvent plusieurs fois le même livre et je me rends compte que pour certains je prends plaisir à les relire pour le style, pour décortiquer les phrases et analyser le plaisir qu'elles procurent et les images qu'elles évoquent. On se rend compte des différences de style entre les auteurs, des tics de certains parfois, et je trouve que ça rend plus critique d'une part sur ce qu'on lit, d'autre part sur ce qu'on écrit.

n°23963012
balzastone
Posté le 15-09-2010 à 17:03:49  profilanswer
 

C'est bien parceque ta réponse m'a laissé sur ma faim que je te la repose !
En gros, tu ne pourrais pas me dire exactement quoi modifier pour que le mélange vulgaire / recherché fonctionne mieux ?  
 

Citation :

"La critique est aisée, mais l'art difficile". Ce n'est pas parce que je ne sens pas ce que tu as écrit que je suis capable de faire mieux. Et puis, il y a toujours cette satanée histoire de goût et de couleur. Ca se trouve un lecteur va te dire que c'est précisément ça qu'il adore chez toi.

n°23963026
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-09-2010 à 17:04:58  profilanswer
 

balzastone a écrit :

C'est bien parceque ta réponse m'a laissé sur ma faim que je te la repose !
En gros, tu ne pourrais pas me dire exactement quoi modifier pour que le mélange vulgaire / recherché fonctionne mieux ?


 
Non, je ne m'en crois pas capable. C'est trop loin de ce que je fais d'habitude.


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°23968507
BoraBora
Dilettante
Posté le 16-09-2010 à 01:24:55  profilanswer
 

balzastone a écrit :

En gros, les mots vulgaires donnent l'impression qu'ils ont été rajoutés uniquement pour donner un effet " trash ", sans trop se soucier de leurs justifications ?  
Banal, car ce style est déjà répandu ?


Oui, puisque tu ne décris rien ou ne cite aucun dialogue qui permette de constater que le "connards/connasses/salopes/etc." s'appuie sur quelque chose, en dehors de leurs vêtements censément ridicules. Du coup, c'est juste la diatribe générique anti-bobos que l'on a entendu un million de fois, y compris et surtout chez les gens qui n'ont jamais vu un bobo de leur vie et chez ceux qui ne sauraient même pas définir ce qu'est un bobo (parce que bon... bobo, c'est devenu l'étiquette péjorative tellement passe-partout que tout le monde lui donne un sens différent et que même un représentant aussi ultime de la bobosserie que Renaud se permet de faire une chanson pour les casser).
 
Bref, les insultes viennent comme un cheveu dans la soupe. Si tu veux casser les bobos, fais-le : fais-les parler, se comporter etc. Dépeins leur ridicule, leur hypocrisie, leur prétention, enfin quoi que ce soit que ton personnage est censé leur reprocher au point de les haïr de cette manière, et que tu sais mieux que moi. Ca n'a pas besoin d'être long, ça peut ne faire que deux ou trois paragraphes bien sentis, mais il faut quelques morceaux de vraie vie. Là, avec ton perso, on se croirait dans "La vie secrète des jeunes" avec la caille qui nique sa mère à tout le monde alors que personne ne lui a adressé la parole.

Citation :

En gros, tu as l'impression que j'ai voulu me la jouer original alors que pas mal de monde fait déjà la même chose en pensant faire dans l'originalité ?


Te la jouer original, non, pas nécessairement. Mais casser du bobo et du people, oui, c'est banal. Les bobos/people sont d'ailleurs les premiers à le faire (cf Beigbeder, Houellebecq, Renaud, Soral etc.), et sont mieux armés pour le faire puisqu'eux baignent dans ce milieu depuis toujours.

balzastone a écrit :


Pour quelle raison est ce logique ?  
Il existe des forums spécialisés peut être ?


Spécialisés, oui, et aussi des forums littéraires généralistes à des années-lumière des gamineries des forums "Discussions" d'H-FR (gamineries par ailleurs fort distrayantes, hein, je crache pas dans la soupe). Mais surtout, si tu as du talent et du métier, tu vas fréquenter de vrais gens et faire lire tes textes à des gens un peu qualifiés, pas des gamins, des rigolos ou des polémiqueurs de forums.

Citation :

Où as tu vu que je prétendais réécrire quelque chose ?


Je dis le contraire. Tu remarques que l'on est plus indulgent avec des récits de fantasy nullissimes qu'avec ton texte. Je dis juste qu'il est logique que peu de monde prenne la peine de tirer sur un gosse qui vient présenter les 20 premières lignes d'un remake du SDA écrit dans un français de CM2 (quoique cela arrive tout de même assez souvent quand ils créent un topic juste pour leur texte, et j'ai le regret de dire que je n'ai même pas honte d'avoir participé à quelques lynchages :D ). Tandis qu'InitBB et toi plantez des personnages humains dans un monde réel, pas des persos en carton-pâte dans un conte de fées. Donc vous êtes pris plus au sérieux, et les critiques sont plus... sérieuses. [:spamafoote] Cela dit, tu n'as pas été si critiqué que cela, et en tout cas pas bashé. Mais j'imagine que revendiquant le statut d'aigri, tu as la parano qui va nécessairement avec. :D

Citation :

Tu aurais pu tout aussi bien rajouter les riches, les gens de droite, TF1, les fachistes, les américains, etc. T'es de gauche, je présume ?  :)  


Oui aux deux phrases. :) Mais il se trouve qu'en France, , et ça se vérifie sur le topic H-FR, l'aigri de base classe moyenne avec un soupçon de culture (donc la proportion d'aigris d'à peu 90% de la population) aime à poser à l'anar de droite. Ce n'est pas "le coeur à gauche et le porte-feuille à droite" mais "le coeur nulle part mais le porte-feuille à droite", si l'on veut. ;) Ceux qui ont eu la malchance de tomber sur Depardieu sur Canal cette semaine en ont encore eu une belle démonstration.

Citation :

Tu n'as pas trop l'air d'aimer les adolescents ! Ils t'ont fait quoi ?


Rien de spécial qu'ils ne fassent à tout le monde. [:spamafoote] Ils sont majoritairement irresponsables, susceptibles, insupportables de prétention, dépourvus d'empathie, se trouvent profonds dès qu'ils énoncent la moindre banalité, sont blasés de la vie alors qu'ils n'ont encore rien vécu, pensent que le monde tourne autour de leur nombril et prennent tout le monde pour leur esclave personnel, à l'image de leur mère. Mais à part ça, je les aime bien, j'ai été ado moi-même, hein. :D
 
Plus sérieusement, la moyenne d'âge de ce forum est très basse, c'est un fait. Si je parle souvent d'ados dans les posts précédents, c'est simplement parce que de fait, beaucoup de textes postés ici l'ont été par des ados (ou des ados attardés). partant de là, il est logique que l'on retrouve souvent les mêmes types de textes, les mêmes réactions aux critiques etc.  

Citation :

Il peut souvent y avoir un énorme écart entre ce que l'on pense véhiculer et ce que perçoit l'auditeur.  
Les passages que j'ai cité se passent en boite de nuit, mais les critiques du narrateur ne sont pas essentiellement axés sur le monde de la nuit, mais plutôt sur les rapports humains. J'aurais pu poster un extrait dans lequel il enrage contre les boulangères.


Tu aurais pu, mais tu ne l'as pas fait. [:spamafoote]

Citation :

"Connard" et "connasse" ne sont là que pour donner un effet de style.


Là, je pense que tu fais une grave erreur. Un effet de style n'est pas une justification, c'est au contraire le besoin de de faire ressentir/comprendre quelque chose qui justifie un effet de style.

Citation :

J'aime jongler entre langage convenu et grossièreté pour tenter  ( je ne dis pas que j'y suis arrivé ) de donner du relief à mes écrits ( quel melon vous allez dire ... ) en interpelant.


OK, mais d'une part ton style est déjà "jeté" et d'autre part la grossièreté est devenue banale. Donc guère de relief au final. Si tu veux, quand Yourcenar écrit à la fin d'un paragraphe "j'étais tout juste sortie des couilles de mon père" (je cite de mémoire), ça frappe parce qu'elle a une écriture d'un classicisme et d'une beauté à couper le souffle. Tandis que des "connards/connasses/salopes" dans un récit écrit comme le tien, ça ne choque pas, ça fait au mieux second degré (Scarface/Tarantino/etc), au pire assez puéril/mytho.

Citation :

Le problème est que tu ne connais pas la vie du narrateur et donc ses raisons d'être aigri.


Le passage que tu as posté s'insère où dans le roman ?

Citation :

Quand bien même, je ne vois pas en quoi il serait problématique de constater que le narrateur soit un pleurnichard, un mec absolument chiant ou un abrutis qui raconte des conneries.


Non, c'est sûr. Mais il est très difficile d'accrocher un lecteur à ce que dit/pense/ressent un connard qui te porte sur les nerfs au bout de trois pages. En tant qu'aigri, tu es bien placé pour savoir que l'on subit des connards tous les jours dans la vraie vie, alors être dans leur tête pendant des heures, et payer pour ça... :whistle: Une bonne méthode pour faire avaler un personnage antipathique au possible est de le planter au milieu de personnages encore plus antipathiques. Abondamment utilisé par feu Donald Westlake : le salaud finit par devenir attachant au milieu d'ordures. Mais bon, faut du relief. Un aigri au milieu de bobos, je trouve ça raplapla.

Merome a écrit :


 
Je viens d'autopublier mon troisième roman, sans prétention, et sans talent. J'ai plutôt l'impression d'évoluer à l'envers : ce que je gagne en technique d'écriture, je le perds en fraicheur, spontanéité et originalité.


J'ai dit "essentiellement', pas "toujours".  ;)

Citation :

Juste par curiosité, Borabora ? Le dernier Houellebecq, tu en penses quoi ?


Rien, pas lu, je m'en cogne. :D Ca se vend comme des petits pains et j'encaisse.[:spamafoote]  

Citation :

Et comment analyses-tu son succès ?


D'une part le plus gros plan média du 2ème semestre (au premier semestre, c'était ce con d'Ellroy et cette conne de Badinter). D'autre part, et c'est ce qui a permis la réussite de ce plan média (que l'on nous avait annoncé dès juin), Houellebecq est complètement dans la norme actuelle qui fait lire/regarder/écouter. Ca fait des années que pour vendre il faut poser au politiquement incorrect (comme les rappeurs qui ne vendent bien que si le CD comporte le sticker "gros mots/sexe/drogues" ). Et ça fait des années que pour faire parler de soi il faut prétendre que l'on est stigmatisé et banni des médias. Donc Houellebecq était mûr pour le best-seller de l'année, et il y a de bonnes chances qu'il ait le Goncourt. En tant que commerçant, j'en serais d'ailleurs ravi : le public Goncourt, essentiellement féminin, 40+ et bourge, va l'acheter par brouettes pour l'offrir à tout son entourage. Tandis que si c'est Despentes, elles vont s'abstenir.
 
Ceci dit, c'est peut-être un bon bouquin, hein. Houellebecq sait écrire, personne ne le nie. Mais ce succès de folie n'a que peu de rapport avec la qualité du livre. Et en ce qui me concerne, j'ai bien trop d'autre trucs à lire qui me font plus envie. :)


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°23969319
Merome
Chef des blorks
Posté le 16-09-2010 à 09:38:36  profilanswer
 

BoraBora a écrit :


Ceci dit, c'est peut-être un bon bouquin, hein. Houellebecq sait écrire, personne ne le nie. Mais ce succès de folie n'a que peu de rapport avec la qualité du livre. Et en ce qui me concerne, j'ai bien trop d'autre trucs à lire qui me font plus envie. :)


 
Ok, donc, deuxième partie de ma question : je crois me souvenir d'une discussion passée où tu semblais défendre assez fermement le mode de distribution/édition du livre actuel (comparé aux trucs d'auto-édition sur le web). Ça ne te pose pas un problème de conscience de vendre de la merde par brouette, et cela ne te fait pas t'interroger sur un autre système qui pourrait éventuellement être plus "juste" ?


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°23970042
la pugne
J'peux plus.
Posté le 16-09-2010 à 10:47:56  profilanswer
 

Merome a écrit :


 
Ok, donc, deuxième partie de ma question : je crois me souvenir d'une discussion passée où tu semblais défendre assez fermement le mode de distribution/édition du livre actuel (comparé aux trucs d'auto-édition sur le web). Ça ne te pose pas un problème de conscience de vendre de la merde par brouette, et cela ne te fait pas t'interroger sur un autre système qui pourrait éventuellement être plus "juste" ?


 
Il a pas dit que Houellebecq c'est de la merde.


---------------
http://forum.hardware.fr/hfr/Achat [...] 4698_1.htm ==> Feed    
n°23970327
BoraBora
Dilettante
Posté le 16-09-2010 à 11:07:34  profilanswer
 

Merome a écrit :


 
Ok, donc, deuxième partie de ma question : je crois me souvenir d'une discussion passée où tu semblais défendre assez fermement le mode de distribution/édition du livre actuel (comparé aux trucs d'auto-édition sur le web). Ça ne te pose pas un problème de conscience de vendre de la merde par brouette,


Non, parce que d'une part je n'ai pas dit que c'était de la merde : je dis que c'est peut-être un bon bouquin et que dans tous les cas on sait que Houellebecq n'est pas manchot. Et d'autre part parce que pour 50 Houellebecq vendus, je vends 500 autres livres d'auteurs différents. Toujours la même histoire de l'arbre qui cache la forêt. Le détracteur de best-sellers a le même comportement que l'acheteur de best-sellers : il ne voit que les best-sellers.  Mais même quand Millenium vend 4 millions d'exemplaires en France, ça n'empêche pas 40 millions d'autres polars de se vendre. Il n'y a pas de guerre entre les best-sellers et les autres livres. S'il y a guerre, elle est entre les would-be best-sellers eux-mêmes, dans le cas où les ventes reposent sur les plans médias (ce qui est loin d'être toujours le cas, d'ailleurs, cf justement Millenium, l'alchimiste, l'élegance du hérisson ou le code Da Vinci), puisque les éditeurs (ou plus rarement les auteurs eux-mêmes, comme dans le cas d'une Badinter qui a tous les médias à sa botte) se battent pour obtenir une présence maximale de leur poulain absolument partout pendant une grosse semaine. Et vu qu'il n'y a que 52 semaines par an...  :whistle:  
 
Mais bref, ce n'est pas parce que presque tout acheteur de romans français brochés de la rentrée s'est payé le Houellebecq ces deux dernières semaines que les livres de Ferney, Gaudé, Enard, Mabankou, Coetzee, Harrison, De Lillo, O'Brien et une bonne cinquantaine d'autres ne se sont pas vendus. Sans compter évidemment le reste des nouveautés, le fonds etc. De toute façon, les romans brochés, ça ne doit pas représenter plus de 10% de ce que l'on vend.
 
Après, je ne vais pas prétendre que ça ne nous agace pas de voir autant de gens acheter un livre uniquement parce que l'auteur a été pendant une semaine sur tous les chaînes de télé, toutes les stations de radio et tous les canards, quotidiens ou hebdomadaires. Evidemment, qu'à chaque fois ça nous gonfle. Mais que ce soit un bon ou un mauvais bouquin ne change rien à l'affaire : c'est le comportement moutonnier qui est agaçant.


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°23971265
balzastone
Posté le 16-09-2010 à 12:08:24  profilanswer
 

http://www.slate.fr/story/27391/je [...] -marc-levy
 
Moi même qui n'ai pas beaucoup lu et qui n'ai pas énormément de culture littéraire, je trouve que les extraits de Marc Levy cité sur ce lien sont d'une nullité déconcertante. Ca se rapproche assez dangereusement des textes postés ici.  
 
C'est un condensé de tout ce que je n'aime pas : cliché, mièvre, asexué, prévisible, style pauvre et sans saveur, etc.  
 
C'est TF1 transfiguré en roman de gare pour jeunes pucelles dont l'odeur du sexe révulse et fascine à la fois !

Message cité 1 fois
Message édité par balzastone le 16-09-2010 à 12:15:56
n°23971424
BoraBora
Dilettante
Posté le 16-09-2010 à 12:21:39  profilanswer
 

Même remarque. Oui, Marc Levy, c'est nul à chier. Et donc ? Des dizaines de millions de gens en France ne lisent pas Marc Lévy. Si tu trouves ça nul, tu es dans la très écrasante majorité.  [:spamafoote]


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°23971485
balzastone
Posté le 16-09-2010 à 12:28:24  profilanswer
 

Citation :


Ok. Et où veux-tu en venir? Je sais pas, qu'on a tort d'éditer Lévy, qu'il est juste nul, que les gens ne devraient pas le lire? C'est quoi ta conclusion, en fait.


Je faisais tout simplement part de ma grande stupéfaction. Quand je lisais ici et là que Marc Levy était  " caca ", je ne pouvais pas imaginer que ça atteignait un tel niveau.
Il ne faut pas oublier que je ne lis quasiment aucun roman et que c'est donc une découverte pour moi.

Message cité 1 fois
Message édité par balzastone le 16-09-2010 à 12:34:29
n°23971549
balzastone
Posté le 16-09-2010 à 12:34:16  profilanswer
 

Citation :


Si tu trouves ça nul, tu es dans la très écrasante majorité.  [:spamafoote]


Ca ne me dérange pas. J'ai l'impression de voir en toi l'ardent désir de ne pas être considéré comme un des éléments impersonnels qui forment le "grand tout" ... Le "grand tout" étant le troupeau de moutons.  
( Ces deux phrases sont elles bien formulées ?- j'essaye de parfaire - lol - " mon style " )

Message cité 1 fois
Message édité par balzastone le 16-09-2010 à 12:36:39
n°23971573
balzastone
Posté le 16-09-2010 à 12:38:52  profilanswer
 

J'ai l'impression que la musique et la littérature ont un peu les mêmes problèmes. Globalement ( pas toujours donc ), le très mauvais ( d'un point de vue des connaisseurs ) est sur-médiatisé et le bon, voir le très bon, est au fond des oubliettes myspace.

Message cité 2 fois
Message édité par balzastone le 16-09-2010 à 12:41:01
n°23971614
balzastone
Posté le 16-09-2010 à 12:45:00  profilanswer
 

Pourquoi envies tu les amerloques ?

n°23971807
BoraBora
Dilettante
Posté le 16-09-2010 à 13:03:20  profilanswer
 

balzastone a écrit :

Citation :


Si tu trouves ça nul, tu es dans la très écrasante majorité.  [:spamafoote]


Ca ne me dérange pas. J'ai l'impression de voir en toi l'ardent désir de ne pas être considéré comme un des éléments impersonnels qui forment le "grand tout" ... Le "grand tout" étant le troupeau de moutons.  
( Ces deux phrases sont elles bien formulées ?- j'essaye de parfaire - lol - " mon style " )


Non, c'est le contraire : je m'inclus dans l'écrasante majorité et je rappelle que pour un(e) lecteur(trice) de Marc Levy, il y en a 50 qui lisent autre chose. Et "majorité", même "écrasante", ne veut pas dire "mouton", c'est toi qui mélange les deux.

balzastone a écrit :

J'ai l'impression que la musique et la littérature ont un peu les mêmes problèmes. Globalement ( pas toujours donc ), le très mauvais ( d'un point de vue des connaisseurs ) est sur-médiatisé et le bon, voir le très bon, est au fond des oubliettes myspace.


Non, mais les media-victims aiment à le rabâcher.
 
On devient franchement HS, là, non ?


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°23971924
BoraBora
Dilettante
Posté le 16-09-2010 à 13:14:20  profilanswer
 

Les américains ont surtout un marché 8 à 10 fois plus large que le marché français, avant traduction dans d'autres langues. Donc 8 à 10 fois plus de chances d'arriver au point où ils vendent assez pour vivre de leurs écrits, même modestement.


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°23972156
balzastone
Posté le 16-09-2010 à 13:39:28  profilanswer
 

Citation :


Oui, puisque tu ne décris rien ou ne cite aucun dialogue qui permette de constater que le "connards/connasses/salopes/etc." s'appuie sur quelque chose, en dehors de leurs vêtements censément ridicules.


La justification va se faire dans la suite du roman où on comprendra mieux pourquoi le narrateur est comme ça.  
 

Citation :


Du coup, c'est juste la diatribe générique anti-bobos que l'on a entendu un million de fois, y compris et surtout chez les gens qui n'ont jamais vu un bobo de leur vie et chez ceux qui ne sauraient même pas définir ce qu'est un bobo

 
Le narrateur n'a pas plus de haine contre les bobos que contre les clochards ou les vendeurs au porte-à-porte. Il se trouve qu'il lâche " bobo " au début de l'extrait seulement pour désigner le type de boite de nuit dans laquelle il va rentrer.
 
Moi même, je me considère comme un bobo et je n'ai pas d'animosité particulière contre les bobos, mis à part le fait qu'ils votent à gauche. Leur amour pour les belles choses et leurs préoccupations écologiques ne me déplaisent pas.  
 
Et c'est là qu'on en revient à l'épineux problème d'interprétation du message entre l'émetteur et le receveur. Il peut y avoir le même problème en musique aussi avec un auditeur qui comprendrait l'inverse des intentions du compositeur.  
 

Citation :


(parce que bon... bobo, c'est devenu l'étiquette péjorative tellement passe-partout que tout le monde lui donne un sens différent et que même un représentant aussi ultime de la bobosserie que Renaud se permet de faire une chanson pour les casser).


Parler de bobo comme d'une entité unique n'a pas de sens. Mais si je devais caricaturer le bobo je dirais qu'il s'agit d'une personne à haut revenu  
 

Citation :


Bref, les insultes viennent comme un cheveu dans la soupe. Si tu veux casser les bobos, fais-le : fais-les parler, se comporter etc.


Ca a l'air d'être des insultes, mais ce ne sont pas vraiment des insultes. A force de traiter tout le monde de con ou de connasse, le mot perd peu à peu de sa substance et devient aussi inoffensif qu'un chiot entrain de mordiller du carton.  
C'est surtout la façon de s'exprimer de l'auteur. Une manière que je trouve marrante et provocante. En outre, c'est aussi parfois la mienne dans le privé.  
 

Citation :


Dépeins leur ridicule, leur hypocrisie, leur prétention, enfin quoi que ce soit que ton personnage est censé leur reprocher au point de les haïr de cette manière, et que tu sais mieux que moi.


Mon personnage pourrait dépeindre les travers des personnages, mais seulement pour s'en amuser. Pas pour justifier une hypothétique haine à leur encontre. Même, si le comportement des gens et leurs goûts peuvent frustrer le personnage ou l'amuser, sa haine n'est pas vraiment porté sur les gens. Après tout, ce n'est pas de leur faute s'ils sont comme ça. Ce qu'il déteste réellement c'est plutôt ce comportement instinctif qui est partagé par la plupart des mammifères : vouloir à tout prix imposer une hiérarchie, dominer l'autre. Ce genre de comportement implique inévitablement des injustices et des malheurs.  
Et ce de cela dont le narrateur est plus ou moins la victime depuis qu'il est tout petit : tête de turc de sa classe, les filles ne veulent pas de lui,  
 
Dans l'extrait que je vous ai donné, beaucoup de ces éléments y sont, mais ils sont suggérés. Rien de pire que de servir sur un plateau tous les éléments essentiels à connaitre dès le début comme on peut le faire dans de mauvais nanards télévisuels.  
 
C'est au lecteur de comprendre les choses ou de les intuiter.  
 
Dans la suite du roman, alors qu'il croyait que tous ces problèmes sociaux ( se faire traiter comme de la merde partout où il va ) venait de sa gueule, il va découvrir grâce à la PNL que tous ses problèmes venaient plus ou moins d'un charisme ( de petit être frêle ) et d'un comportement ( trop gentil ) totalement à coté de la plaque.  
 
Pour être respecté, avoir du succès et être heureux dans notre société, il vaut mieux être plutôt méchant que gentil et puissant que faible.  
 
Il va alors prendre une revanche sur la vie et vivre comme il avait toujours voulu vivre en espérant atteindre un hypothétique bonheur qu'il ne va finalement jamais décrocher.
 
Il va jouer un étrange personnage arrogant qui ne lui ressemble pas, perdre les derniers amis qui lui restaient pour en gagner de nouveaux - pas forcément recommandables - et prendre les gens pour des larbins facilement manipulables pour obtenir ce qu'il souhaite d'eux : argent, sexe, etc.  
 
En gros, ce roman est la quête d'un bonheur illusoire d'un pauvre type.  

Citation :


Ca n'a pas besoin d'être long, ça peut ne faire que deux ou trois paragraphes bien sentis, mais il faut quelques morceaux de vraie vie.  


Comme je l'ai déjà, dit il faut laisser au roman le temps de se développer. Comme l'on est dans la peau du personnage, ça ne serait ni réaliste - car nous suivons les pensées du narrateur à la 1ère personne et il arrive rarement que nous pensions à un condensé des raisons qui nous poussent à ne pas aimer telle ou telle chose -  ni intéressant de tout dévoiler du premier coup. Le lecteur pourrait prendre plaisir ( visiblement, ça n'a pas été le cas ici ) à découvrir les raisons de l'aigreur du personnage.

Message cité 1 fois
Message édité par balzastone le 16-09-2010 à 13:42:14
n°23972194
BoraBora
Dilettante
Posté le 16-09-2010 à 13:42:25  profilanswer
 


Clairement. J'ai d'ailleurs une polémique en cours sur un thème très semblable sur le topic BD (comics vs BD franco-belge) où un type prétend que sa compagne a besoin de bosser 14 h/jour 365 jours/an pour produire 5 planches par mois et que personne ne peut aller plus vite.  :sarcastic:


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°23972369
balzastone
Posté le 16-09-2010 à 13:56:58  profilanswer
 

Citation :


Oui aux deux phrases. :) Mais il se trouve qu'en France, , et ça se vérifie sur le topic H-FR, l'aigri de base classe moyenne avec un soupçon de culture (donc la proportion d'aigris d'à peu 90% de la population) aime à poser à l'anar de droite. Ce n'est pas "le coeur à gauche et le porte-feuille à droite" mais "le coeur nulle part mais le porte-feuille à droite", si l'on veut. ;) Ceux qui ont eu la malchance de tomber sur Depardieu sur Canal cette semaine en ont encore eu une belle démonstration.


 

Citation :

Rien de spécial qu'ils ne fassent à tout le monde. [:spamafoote] Ils sont majoritairement irresponsables, susceptibles, insupportables de prétention, dépourvus d'empathie, se trouvent profonds dès qu'ils énoncent la moindre banalité, sont blasés de la vie alors qu'ils n'ont encore rien vécu, pensent que le monde tourne autour de leur nombril et prennent tout le monde pour leur esclave personnel, à l'image de leur mère.


 
Mon dieu ! La succession de clichés !  
 

Citation :


Là, je pense que tu fais une grave erreur. Un effet de style n'est pas une justification, c'est au contraire le besoin de de faire ressentir/comprendre quelque chose qui justifie un effet de style.


Autant pour moi. Je me suis très mal exprimé et ce que je voulais dire est à peu près la même chose que toi. Les sentiments / émotions que l'on veut faire passer au lecteur vont être véhiculés par une certaine façon d'agencer les mots que l'on nommera "style".  
 

Citation :


OK, mais d'une part ton style est déjà "jeté" et d'autre part la grossièreté est devenue banale. Donc guère de relief au final.


Je ne vais pas m'obliger à changer le style que j'aime et qui fait passer certaines émotions ( ou pas ) car il est trop banal.  
 

Citation :


Tandis que des "connards/connasses/salopes" dans un récit écrit comme le tien, ça ne choque pas, ça fait au mieux second degré (Scarface/Tarantino/etc)


Evidement que les "connards, connasses et salopes" sont du second degré. Tu ne l'avais pas encore remarqué ? C'est la façon rocknroll qu'a le narrateur de s'exprimer.  
 

Citation :

au pire assez puéril/mytho.


Ca ne me dérangerait pas que les lecteurs pensent cela du narrateur. Par contre, qu'il pense cela du roman serait bien plus emmerdant.  
 

Citation :

Le passage que tu as posté s'insère où dans le roman ?


Au début. Le narrateur n'a pas encore fait sa mue.  
 

Citation :


Mais il est très difficile d'accrocher un lecteur à ce que dit/pense/ressent un connard qui te porte sur les nerfs au bout de trois pages.


On est totalement opposé ici. Je trouve mille fois plus intéressant de suivre les cheminements intellectuels d'un connard que d'un bellâtre sans couilles façon Levy.  
Et ce n'est pas parceque le narrateur critique vulgairement tout ce qu'il voit, que c'est un forcément un connard.  
 

Citation :


En tant qu'aigri, tu es bien placé pour savoir que l'on subit des connards tous les jours dans la vraie vie, alors être dans leur tête pendant des heures, et payer pour ça...


Je donnerais tout pour être l'espace d'une journée dans la peau d'un connard pour comprendre comment il fonctionne. Pourquoi il ne ressent aucune empathie, etc. C'est un grand mystère pour moi.  
 

Citation :

Un aigri au milieu de bobos, je trouve ça raplapla.


Ce n'est pas une nouvelle de 10 pages. C'est un roman, et le narrateur aura largement le temps de fréquenter autre chose que des bobos. De plus, être bobo n'empêche pas d'être un effroyable connard.

Message cité 2 fois
Message édité par balzastone le 16-09-2010 à 13:58:35
n°23972570
la pugne
J'peux plus.
Posté le 16-09-2010 à 14:11:32  profilanswer
 

balzastone a écrit :

[quote]
Je donnerais tout pour être l'espace d'une journée dans la peau d'un connard pour comprendre comment il fonctionne. Pourquoi il ne ressent aucune empathie, etc. C'est un grand mystère pour moi.


 
Le problème là, c'est pas tant que ce soit un connard, c'est que ce soit un connard chiant, basique, relou. Si ton connard est magnifique et génial (quelles que soient les parties de sa personnalité qui méritent ces adjectifs), forcément on voudra faire du chemin avec lui.
 
Si je te dis "on a pas envie d'être dans la tête d'un con pendant 400 pages", peut-être que tu vois mieux ?


---------------
http://forum.hardware.fr/hfr/Achat [...] 4698_1.htm ==> Feed    
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  68  69  70  ..  168  169  170  171  172  173

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
qui à lu le livre globalia de j.c rufin ?Ecriture d'un roman d'heroic fantasy
un livre écrit par sms --- votre avis ?Amélie Nothomb Mercure (édition livre de poche)
Amélie Nothomb Mercure (édition livre de poche)J'aime lire==> le petit livre rouge non communiste
Par quel livre commencer pour decouvrir Ernest Hemingway ?recherche livre, vos avis
Où trouver un livre bilingue russe/polonais?[LIVRE] "Ne le dis à personne ..." Quelqu'un l'a lu ?
Plus de sujets relatifs à : Ecrire un livre : vos romans amateurs (Màj du 1er post)


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR