Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1307 connectés 

 


 

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  165  166  167  168  169  170  171  172
Auteur Sujet :

Ecrire un livre : vos romans amateurs (Màj du 1er post)

n°55777662
Merome
Chef des blorks
Posté le 12-02-2019 à 21:12:23  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

BoraBora a écrit :


Je ne sais pas ce que GB va répondre mais à chaque fois que j'ai lu ou entendu un auteur parler de ses horaires, ça tournait toujours autour des 4h/jour, et presque toujours le matin. 7-8h, ça me paraît assez ouf.


 
'tain, c'est à peu près ce que je faisais pour mes "romans". Je suis un super grand écrivain en fait  :o  
De 8h à 12h un matin quand y a personne à la baraque, les gosses à l'école, la femme au boulot, c'est là que ça vient le mieux...
 
La nuit, je dors...


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
mood
Publicité
Posté le 12-02-2019 à 21:12:23  profilanswer
 

n°55777835
Grenouille​ Bleue
Batracien Azuré
Posté le 12-02-2019 à 21:29:37  profilanswer
 

Foncky a écrit :


Tu serais toujours infiniment plus productif que moi du coup :o  
Au-delà de ça, j'imagine que tu essaies de te cadrer et de respecter des journées de 7-8h max ?  
 


 
Généralement 9h-19h mais avec pas mal de micropauses pour souffler.
Les rares journées où je fais du non-stop parce que je suis à la bourre sur un projet, je finis épuisé, un peu comme si j'avais couru un marathon (enfin, un semi (enfin, 10km quoi)).
 

BoraBora a écrit :


Je ne sais pas ce que GB va répondre mais à chaque fois que j'ai lu ou entendu un auteur parler de ses horaires, ça tournait toujours autour des 4h/jour, et presque toujours le matin. 7-8h, ça me paraît assez ouf.


 
La plupart des auteurs ont un autre métier à côté, du coup ça devient compliqué d'écrire plus de 4h en effet.
Après, s'ils ne bossent que 4h par jour alors qu'ils sont à plein temps, c'est des feignasses (ou alors c'est volontaire parce qu'ils sont satisfaits d'un livre par an). L'inspiration, c'est pas (seulement) une muse bourrée à l'absinthe, c'est aussi de la transpiration :o
 
 

Stukka a écrit :

Bon, je viens me greffer à ce topic (bonjour Monsieur Grenouille Bleue  :hello: ).
 
Voir si je peux être utile.


 
Vous zici [:bakk21]


---------------
Ma chaîne YouTube d'écrivain qui déchire son père en pointillés - Ma page d'écrivain qui déchire sa mère en diagonale
n°55779098
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 12-02-2019 à 23:01:45  profilanswer
 


 
Moi-même :o
 
Je ne sais pas si tu es à Bruxelles, mais on se retrouve à Livre Paris, je pense.
 
Bon, en attendant, au vu du sujet, je me permets de partager mes trucs  [:lumbahaab:2]  
 

Grenouille Bleue a écrit :


Généralement 9h-19h mais avec pas mal de micropauses pour souffler.
Les rares journées où je fais du non-stop parce que je suis à la bourre sur un projet, je finis épuisé, un peu comme si j'avais couru un marathon (enfin, un semi (enfin, 10km quoi)).
 
La plupart des auteurs ont un autre métier à côté, du coup ça devient compliqué d'écrire plus de 4h en effet.
Après, s'ils ne bossent que 4h par jour alors qu'ils sont à plein temps, c'est des feignasses (ou alors c'est volontaire parce qu'ils sont satisfaits d'un livre par an). L'inspiration, c'est pas (seulement) une muse bourrée à l'absinthe, c'est aussi de la transpiration :o


 
Personnellement, il y a pas mal de jours où je ne bosse que 4 heures  [:alfa j:3]  
 
Mais ce sont 4 heures productives. Je m'explique : quand on bosse 7 heures par jour dans un bureau, on ne bosse pas vraiment 7 heures par jour. Entre les pauses, la glandouille sur HFR ou Facebook, les collègues qui passent une tête pour échanger quelques mots & co... on perd un temps fou. Et chaque coupure oblige à se remettre à son ouvrage, et donc, se replonger dans quelque chose demande toujours un poil de temps. Tout cela cumulé fait qu'une heure productive est souvent bien plus efficace que deux passées à travailler tout en regardant ailleurs. Aussi ma règle est simple : si je commence à décrocher, je laisse tomber. Sinon, je vais mi-travailler, mi-glandouiller, et aucune de ces deux activités ne sera pleinement satisfaisante.
 
Si je travaille une heure le matin, deux l'après-midi et deux le soir, j'abats souvent plus de boulot que je ne le faisais en dix heures dans un bureau.  
 
Et pour être sûr que ce soit efficace, je me fixe des objectifs.  
 
Ex :
- Je calcule la somme de travail à accomplir (ex : je dois écrire un roman de 350 000 signes... ça fait environ 30 chapitres d'un peu plus de 11 000 signes)
- Je divise par le temps que je veux y accorder (ex : un mois, donc ça veut dire écrire un chapitre par jour)
- Je passe le temps qu'il faut chaque jour pour accomplir mes objectifs, et si c'est un jour "avec", je poursuis sur ma lancée et écris un autre chapitre. Car il y aura des jours sans, des obligations, des déplacements...
 
Et en fonction de l'avancée des travaux, je vois si je suis en avance ou en retard, et ce que je dois rattraper - ou non - pour tenir mon agenda. Et pourquoi pas faire des grosses journées.
 
De là, il n'y a plus qu'à envoyer à votre éditrice bien-aimée qui s'exclamera "Vous êtes drôlement rapide, dites-voir !" alors que vous avez passé la moitié de vos journées sur HFR  [:damze:1]

n°55780087
Blaska
preneur d'otages
Posté le 13-02-2019 à 08:35:34  profilanswer
 

biezdomny a écrit :

Non, j'ai toujours le même problème : je n'ai jamais assez de matière pour aboutir à quelque chose de fini, il y a toujours des trous dans la raquette, des histoires auxquelles je n'arrive pas à trouver une bonne fin. À l'arrivée y a toujours rien qui va :o


Comme on se retrouve. :o  
 
Même problème ici. J'ai essayé les nouvelles, pensant que ce serait plus facile. Mais non, manque toujours un truc pour rendre "l'univers" cohérent. Et CA, ça m'énerve. :o


---------------
"Mais, dans sa fonction, ce pouvoir de punir n'est pas essentiellement différent de celui de guérir ou d'éduquer."
n°55780145
GAS
Wifi filaire©
Posté le 13-02-2019 à 08:47:08  profilanswer
 

Quand vous parlez de vos heures de "vrai" travail, ça comprend les phases de recherche inhérentes au sujet, à l'extérieur de chez vous par ex, des entretiens avec d'autres personnes etc. ? Ou vous parlez seulement de l'activité d'écriture elle-même ?


---------------
Flickr - On a pas attendu les pneus en 180 pour attaquer !
n°55780268
true-wiwi
Posté le 13-02-2019 à 09:04:26  profilanswer
 

Pour moi la recherche fait partie du job. C'est la phase cachée de l'iceberg.
 
Tous comme les acteurs qui passent du temps à apprendre leur texte, à se faire maquiller, etc


---------------
J'essaie de ne pas vivre en contradiction avec les idées que je ne défends pas.
n°55780310
Blaska
preneur d'otages
Posté le 13-02-2019 à 09:10:06  profilanswer
 

Après perso j'ai pas un vrai travail, je suis fonctionnaire entouré de bouquins. Donc à partir de là... :o


---------------
"Mais, dans sa fonction, ce pouvoir de punir n'est pas essentiellement différent de celui de guérir ou d'éduquer."
n°55780558
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 13-02-2019 à 09:41:14  profilanswer
 

GAS a écrit :

Quand vous parlez de vos heures de "vrai" travail, ça comprend les phases de recherche inhérentes au sujet, à l'extérieur de chez vous par ex, des entretiens avec d'autres personnes etc. ? Ou vous parlez seulement de l'activité d'écriture elle-même ?


 
Pour ma part, comme je traite cela sous l'angle des objectifs journaliers, je considère que pendant que je fais mes recherches, même nécessaires, mon écriture n'avance pas. Aussi, je rajoute les heures de recherche à côté. Et comme j'aime bien ça, je n'estime pas vraiment que c'est du boulot.  
 
Maintenant, il ne faut pas oublier qu'on est au XXIème siècle et que pour pas mal de "petites" recherches, on peut les faire à la volée en écrivant : est-ce que telle rue existait à telle époque ? Combien de temps tel trajet prend-t-il à cheval ou en voilier ? En quelques minutes, on peut obtenir beaucoup de choses sans avoir à aller passer ses journées à droite et à gauche.  
 
Et c'est pareil, il faut rajouter un peu de "petit travail" à côté, comprendre, tous les trucs divers qui tombent et ne rentrent pas dans les heures d'écriture : emails qui tombent, démarches administratives, discussions sur les contrats ou bricolage de l'agenda pour y caser les rendez-vous, rencontres, etc. Tout ce qui existe dans la plupart des boulots et qu'il faut bien traiter quand même.
 
J'ai tendance à penser qu'une bonne part du boulot, c'est de l'organisation. Après, il y a des auteurs qui ne sont pas organisés du tout et font de l'excellent boulot (souvent, ce sont ceux qui commencent à la page 1 sans savoir où ils vont et retombent sur leurs pieds à la fin). Mais je ne suis pas sûr qu'il faille les prendre en exemple au début, car si ce n'est pas votre nature, vous allez vite vous perdre.

n°55781152
Grenouille​ Bleue
Batracien Azuré
Posté le 13-02-2019 à 10:27:36  profilanswer
 

Stukka a écrit :


Moi-même :o
 
Je ne sais pas si tu es à Bruxelles, mais on se retrouve à Livre Paris, je pense.


 
Même pas, j'ai mis la pédale douce sur les salons cette année :D
 

Stukka a écrit :


 
Personnellement, il y a pas mal de jours où je ne bosse que 4 heures  [:alfa j:3]  
 
Mais ce sont 4 heures productives. Je m'explique : quand on bosse 7 heures par jour dans un bureau, on ne bosse pas vraiment 7 heures par jour. Entre les pauses, la glandouille sur HFR ou Facebook, les collègues qui passent une tête pour échanger quelques mots & co... on perd un temps fou. Et chaque coupure oblige à se remettre à son ouvrage, et donc, se replonger dans quelque chose demande toujours un poil de temps. Tout cela cumulé fait qu'une heure productive est souvent bien plus efficace que deux passées à travailler tout en regardant ailleurs. Aussi ma règle est simple : si je commence à décrocher, je laisse tomber. Sinon, je vais mi-travailler, mi-glandouiller, et aucune de ces deux activités ne sera pleinement satisfaisante.
 
Si je travaille une heure le matin, deux l'après-midi et deux le soir, j'abats souvent plus de boulot que je ne le faisais en dix heures dans un bureau.  
 
Et pour être sûr que ce soit efficace, je me fixe des objectifs.  
 
Ex :
- Je calcule la somme de travail à accomplir (ex : je dois écrire un roman de 350 000 signes... ça fait environ 30 chapitres d'un peu plus de 11 000 signes)
- Je divise par le temps que je veux y accorder (ex : un mois, donc ça veut dire écrire un chapitre par jour)
- Je passe le temps qu'il faut chaque jour pour accomplir mes objectifs, et si c'est un jour "avec", je poursuis sur ma lancée et écris un autre chapitre. Car il y aura des jours sans, des obligations, des déplacements...
 
Et en fonction de l'avancée des travaux, je vois si je suis en avance ou en retard, et ce que je dois rattraper - ou non - pour tenir mon agenda. Et pourquoi pas faire des grosses journées.
 
De là, il n'y a plus qu'à envoyer à votre éditrice bien-aimée qui s'exclamera "Vous êtes drôlement rapide, dites-voir !" alors que vous avez passé la moitié de vos journées sur HFR  [:damze:1]


 
Comme tu le vois, je passe pas mal de temps sur HFR/sur FB/à glander sur le grand et généreux internet mondial, mais généralement c'est entre deux pages. J'ai la capacité d'attention d'une mouche qui pète, donc je préfère faire quarante fois dix minutes réparties sur dix heures plutôt que quatre heures non stop. Chacun sa méthode pour être productif, finalement :D
 
Elle te tutoie, ton éditrice bien-aimée ? :o


---------------
Ma chaîne YouTube d'écrivain qui déchire son père en pointillés - Ma page d'écrivain qui déchire sa mère en diagonale
n°55781192
Grenouille​ Bleue
Batracien Azuré
Posté le 13-02-2019 à 10:30:38  profilanswer
 

GAS a écrit :

Quand vous parlez de vos heures de "vrai" travail, ça comprend les phases de recherche inhérentes au sujet, à l'extérieur de chez vous par ex, des entretiens avec d'autres personnes etc. ? Ou vous parlez seulement de l'activité d'écriture elle-même ?


 
En fait on est constamment dérangé quand on est écrivain. Ceux qui disent que c'est un travail solitaire ne vivent pas au XXIe siècle. Tu as les lecteurs qui t'envoient des emails/messages FB auxquels il faut répondre sans quoi tu passes pour un sale élitiste. L'éditeur qui recherche un nouveau projet. L'école qui veut que tu interviennes dans ses classes. Le salon qui t'invite à Barbec-sur-Mazout. Le libraire qui veut te faire venir. Le journaliste qui veut des infos sur #payetonauteur. Le comptable qui ne sait pas ce qu'est l'AGESSA. L'AGESSA qui ne comprend rien....
 
Au final, sur une semaine de travail, j'ai en moyenne un ou deux jours de déplacement (écoles ou salons), ce qui réduit pas mal le temps d'écriture.


---------------
Ma chaîne YouTube d'écrivain qui déchire son père en pointillés - Ma page d'écrivain qui déchire sa mère en diagonale
mood
Publicité
Posté le 13-02-2019 à 10:30:38  profilanswer
 

n°55781477
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 13-02-2019 à 10:51:59  profilanswer
 

Grenouille Bleue a écrit :


Elle te tutoie, ton éditrice bien-aimée ? :o


 
Évidemment :o
 
Bon sinon je constate que comme toujours, c'est le truc qui revient entre auteurs : "Et toi, tu t'y prends comment pour bosser ?" et personne n'a la même méthode. Ce qui est quelque part assez logique dans un boulot relativement créatif.  
 

Grenouille Bleue a écrit :


 
En fait on est constamment dérangé quand on est écrivain. Ceux qui disent que c'est un travail solitaire ne vivent pas au XXIe siècle. Tu as les lecteurs qui t'envoient des emails/messages FB auxquels il faut répondre sans quoi tu passes pour un sale élitiste. L'éditeur qui recherche un nouveau projet. L'école qui veut que tu interviennes dans ses classes. Le salon qui t'invite à Barbec-sur-Mazout. Le libraire qui veut te faire venir. Le journaliste qui veut des infos sur #payetonauteur. Le comptable qui ne sait pas ce qu'est l'AGESSA. L'AGESSA qui ne comprend rien....


 
D'où le fait que j'aime bien écrire la nuit juste pour ça : tu reçois drôlement moins de mails, de SMS, de WhatsApp, de coups de fil, de...
 
Après j'avoue que le monde moderne a aussi ajouté pas mal de petits trucs qui me permettent de ne presque pas lâcher le clavier pour gérer toute la petite intendance :
- Mon téléphone est sur un support devant mon clavier, donc je n'ai pas à le saisir pour voir kékecé le message qui vient de tomber : ça s'affiche direct devant moi
- J'ai juste à tendre une main ou à lancer un "Ok Google" pour dicter la réponse que je veux envoyer à Dudule, voire enregistrer un message WhatsApp directement
 
C'est con comme détail, mais je me suis rendu compte que lâcher le clavier, prendre mon téléphone, le reposer, le reprendre deux minutes plus tard pour lire la réponse & co... ça me sortait complètement de mon travail. Alors que là j'ai l'impression de le faire en même temps, et donc que je ne suis pas interrompu.
 
Et puisque j'évoque le monde moderne, je trouve qu'il y a pas mal de petits trucs qui permettent de mieux travailler :
- Le double écran, devenu commun mais qui permet d'afficher un document d'un côté et sa page de travail de l'autre
- Les ordinateurs portables avec écran tip-top confort + un cloud qui permettent de bosser proprement et de n'importe où
- Les claviers variés : j'avais un classique, j'ai voulu tester un mécanique (truc de gamer, mais aussi de certains dactylos puisque plus réactif et sensible) et je n'ai pas aimé du tout. Maintenant, j'ai un chiclet et je trouve cela très agréable.
 
On pourrait dresser des listes du matos pour bien bosser, mais c'est pareil, je pense que si l'on demande à 10 auteurs leur installation idéale, on aura 12 réponses différentes  [:stukka:3]  

n°55781568
talbazar
morte la bête, mort le venin
Posté le 13-02-2019 à 10:57:16  profilanswer
 

Vodka chaude.

n°55781602
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 13-02-2019 à 10:58:58  profilanswer
 

Stukka a écrit :

Évidemment :o

 

Bon sinon je constate que comme toujours, c'est le truc qui revient entre auteurs : "Et toi, tu t'y prends comment pour bosser ?" et personne n'a la même méthode. Ce qui est quelque part assez logique dans un boulot relativement créatif.

 

C'est aussi LA question que posent les non-auteurs, j'ai l'impression, quand j'écoute les compte-rendus de salon :D Mais ça, c'est parce que les aspirants auteurs ont envie d'entendre « tiens voilà la recette magique » plutôt que « bah faut bosser ».

Message cité 1 fois
Message édité par biezdomny le 13-02-2019 à 10:59:27

---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°55781641
k_raf
Totally nuts!
Posté le 13-02-2019 à 11:00:59  profilanswer
 

biezdomny a écrit :


 
C'est aussi LA question que posent les non-auteurs, j'ai l'impression, quand j'écoute les compte-rendus de salon :D Mais ça, c'est parce que les aspirants auteurs ont envie d'entendre « tiens voilà la recette magique » plutôt que « bah faut bosser ».


Tellement vrai :D

n°55781853
Adalbert
Posté le 13-02-2019 à 11:15:17  profilanswer
 

Stukka a écrit :


 
J'ai tendance à penser qu'une bonne part du boulot, c'est de l'organisation. Après, il y a des auteurs qui ne sont pas organisés du tout et font de l'excellent boulot (souvent, ce sont ceux qui commencent à la page 1 sans savoir où ils vont et retombent sur leurs pieds à la fin). Mais je ne suis pas sûr qu'il faille les prendre en exemple au début, car si ce n'est pas votre nature, vous allez vite vous perdre.


 
On en parlait à la page précédente. Visiblement, il y a deux écoles bien distinctes entre les appliqués qui s'évertuent à jalonner leur travail avec des repères, des fiches (voire une petite bible) et les autres, plus baroudeurs, qui écrivent au gré de l'inspiration.  
Entre temps, je me demande si une troisième tendance ne se dégage pas en faisant l'un et l'autre alternativement : commencer avec des bases bien définies et se laisser aller sur plusieurs chapitres pour revenir ensuite sur ses notes. Se perdre a aussi du bon, je pense... si on est un tantinet organisé !

n°55782081
Grenouille​ Bleue
Batracien Azuré
Posté le 13-02-2019 à 11:30:48  profilanswer
 

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients :D
Dans mon cas, j'écris énormément et je veux que ça reste un plaisir, que je ne me retrouve pas à soupirer devant mon ordi. Du coup, je préfère ce côté bordélique, désordonné, sans savoir où je vais. Comme ça, je découvre l'histoire en même temps que mes persos et ça m'amuse beaucoup plus que de suivre tout simplement un plan.
 
Après, ça a ses inconvénients et parfois je dois lourdement corriger certains chapitres, voire revenir en arrière sur des dizaines de pages parce que le résultat est foireux. C'est frustrant - mais je n'échangerai jamais ma liberté (de penser) contre une plus grande efficacité.
 
Il m'importe si bien que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte
Et ne voudrai pas même à ce prix un trésor
Ceci dit, Maître Loup s'enfuit et court encore


---------------
Ma chaîne YouTube d'écrivain qui déchire son père en pointillés - Ma page d'écrivain qui déchire sa mère en diagonale
n°55782299
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 13-02-2019 à 11:47:40  profilanswer
 

Ah oui. Alors que pour ma part, je suis plutôt nazi  [:moonblood7:7]  
 
- Je commence par jeter dans un document générique des idées, des personnages, des descriptions, des passages... c'est la partie brouillon.
- J'organise tout ça en bible : ce que le livre va raconter, quels sont les personnages, à quoi ils ressemblent
 
Ce qui m'évite bien des soucis, comme des fois me demander quelle couleur d'yeux j'avais arrêté pour tel personnage, ou son âge exact, ou... et plutôt que de devoir relire mon propre bouquin, j'ai un document avec tout. Je gagne un temps fou de ce côté-là. Et tout ce que j'ajoute dans le livre au fur et à mesure, je le mets dans la bible pour qu'elle soit à jour.  
 
- De là je fais mon plan de l'intrigue, le chapitrage, et on y va.  
 
Je garde ma liberté d'improvisation au sein de chaque chapitre, et comme tout le monde, je suis justement ravi quand je me dis "Ah non, ce personnage devrait plutôt faire ça, en fait" et qu'il sort du rail que j'avais préparé. Mais par conséquent, autant ça modifie la suite du livre, autant ça modifie rarement ce qu'il y avait avant, et donc évite pas mal de retravail.
 
Mais par conséquent, quand je dois écrire une suite, fut-ce longtemps après, j'ai déjà toute la galerie de personnages et je n'ai plus qu'à voir comment ils devraient logiquement intéragir.
 
Ça m'évite le "Mais au fait, dans Les Aventures de Rifouinfouin, Rifouinfouin, il fait un mètre cinquante ou deux mètres dix ? J'ai trouvé les deux dans le livre !"
 
Et là :  [:moonblood12:5]

n°55782436
GAS
Wifi filaire©
Posté le 13-02-2019 à 11:58:01  profilanswer
 

Après y a peut-être des genres littéraires qui se prêtent moins au style bordélique que d'autres ?
J'imagine qu'un auteur de polar/suspens doit un minimum savoir où il va et où il en est pour justement maintenir le suspens en emmenant dans des fausses pistes, en laissant de minuscules indices çà et là, en évitant les incohérences qui pourraient tout faire foirer, alors que dans un roman d'amour, j'imagine que ça doit être moins carré de ce côté là. Non ?


---------------
Flickr - On a pas attendu les pneus en 180 pour attaquer !
n°55782548
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 13-02-2019 à 12:07:55  profilanswer
 

GAS a écrit :

Après y a peut-être des genres littéraires qui se prêtent moins au style bordélique que d'autres ?
J'imagine qu'un auteur de polar/suspens doit un minimum savoir où il va et où il en est pour justement maintenir le suspens en emmenant dans des fausses pistes, en laissant de minuscules indices çà et là, en évitant les incohérences qui pourraient tout faire foirer, alors que dans un roman d'amour, j'imagine que ça doit être moins carré de ce côté là. Non ?


 
J'ai tendance à penser que oui. Ou alors il faut une excellente mémoire.
 
Quand j'ai fait un roman en temps réel sur la Première Guerre, il fallait gérer une trentaine de personnages différents, chacun avec leurs intrigues, les dates où leurs régiments se croisaient, l'inventaire des blessures pour ne pas dire de conneries ou les endroits où ils étaient passés.
 
Bon ben là j'ai commencé à faire du gros document bien gras pour m'y retrouver, parce que quand tu en es à plusieurs millions de signes, chercher une info, c'est un peu chiant. Depuis, je n'ai jamais lâché ce principe. Mais encore une fois : j'aime bien travailler un personnage sur un bout de document, écrire son histoire, sa description, ses raisons de faire ce qu'il fait... mon côté rôliste :o

n°55782553
Blaska
preneur d'otages
Posté le 13-02-2019 à 12:08:12  profilanswer
 

J'imagine que c'est surtout une méthode de travail perso peu importe le genre littéraire.


---------------
"Mais, dans sa fonction, ce pouvoir de punir n'est pas essentiellement différent de celui de guérir ou d'éduquer."
n°55782572
Blaska
preneur d'otages
Posté le 13-02-2019 à 12:10:26  profilanswer
 

Stukka a écrit :


 
J'ai tendance à penser que oui. Ou alors il faut une excellente mémoire.
 
Quand j'ai fait un roman en temps réel sur la Première Guerre, il fallait gérer une trentaine de personnages différents, chacun avec leurs intrigues, les dates où leurs régiments se croisaient, l'inventaire des blessures pour ne pas dire de conneries ou les endroits où ils étaient passés.
 
Bon ben là j'ai commencé à faire du gros document bien gras pour m'y retrouver, parce que quand tu en es à plusieurs millions de signes, chercher une info, c'est un peu chiant. Depuis, je n'ai jamais lâché ce principe. Mais encore une fois : j'aime bien travailler un personnage sur un bout de document, écrire son histoire, sa description, ses raisons de faire ce qu'il fait... mon côté rôliste :o


 [:bakamonotheodory:3]  
Echec critique, vous tombez dans un trou d'obus et vous enfoncez inexorablement vers une mort lente et douloureuse. Seul l'espoir d'une salve prochaine pourrait vous épargner la douleur d'un décès part étouffement de glaise.  
Jeter un dé pour connaitre votre sort.  [:juanlespines:10]


---------------
"Mais, dans sa fonction, ce pouvoir de punir n'est pas essentiellement différent de celui de guérir ou d'éduquer."
n°55782731
Grenouille​ Bleue
Batracien Azuré
Posté le 13-02-2019 à 12:30:37  profilanswer
 

GAS a écrit :

Après y a peut-être des genres littéraires qui se prêtent moins au style bordélique que d'autres ?
J'imagine qu'un auteur de polar/suspens doit un minimum savoir où il va et où il en est pour justement maintenir le suspens en emmenant dans des fausses pistes, en laissant de minuscules indices çà et là, en évitant les incohérences qui pourraient tout faire foirer, alors que dans un roman d'amour, j'imagine que ça doit être moins carré de ce côté là. Non ?


 
Oui et non, dans tous les cas on a quand même l'intrigue générale avant d'écrire, même si elle peut évoluer. Mais certains auteurs font leurs recherches en amont, moi c'est a posteriori, une fois le manuscrit terminé. Je vais voir un commandant de police et je lui cite certains passages en lui demandant si c'est crédible ou non. Du coup j'ajuste mon texte pour tenir compte de la réalité.


---------------
Ma chaîne YouTube d'écrivain qui déchire son père en pointillés - Ma page d'écrivain qui déchire sa mère en diagonale
n°55782751
Blaska
preneur d'otages
Posté le 13-02-2019 à 12:32:05  profilanswer
 

Grenouille Bleue a écrit :


 
Oui et non, dans tous les cas on a quand même l'intrigue générale avant d'écrire, même si elle peut évoluer. Mais certains auteurs font leurs recherches en amont, moi c'est a posteriori, une fois le manuscrit terminé. Je vais voir un commandant de police et je lui cite certains passages en lui demandant si c'est crédible ou non. Du coup j'ajuste mon texte pour tenir compte de la réalité.


Le pommeau et la garde putain.  [:yoann riou:8]


---------------
"Mais, dans sa fonction, ce pouvoir de punir n'est pas essentiellement différent de celui de guérir ou d'éduquer."
n°55782926
Grenouille​ Bleue
Batracien Azuré
Posté le 13-02-2019 à 12:54:47  profilanswer
 

Blaska a écrit :


Le pommeau et la garde putain.  [:yoann riou:8]


 
Après, ça, c'est le travail de l'éditeur  [:grenouille bleue]


---------------
Ma chaîne YouTube d'écrivain qui déchire son père en pointillés - Ma page d'écrivain qui déchire sa mère en diagonale
n°55783413
Foncky
Posté le 13-02-2019 à 13:44:24  profilanswer
 

Stukka a écrit :

Ah oui. Alors que pour ma part, je suis plutôt nazi  [:moonblood7:7]  
 
- Je commence par jeter dans un document générique des idées, des personnages, des descriptions, des passages... c'est la partie brouillon.
- J'organise tout ça en bible : ce que le livre va raconter, quels sont les personnages, à quoi ils ressemblent
 
Ce qui m'évite bien des soucis, comme des fois me demander quelle couleur d'yeux j'avais arrêté pour tel personnage, ou son âge exact, ou... et plutôt que de devoir relire mon propre bouquin, j'ai un document avec tout. Je gagne un temps fou de ce côté-là. Et tout ce que j'ajoute dans le livre au fur et à mesure, je le mets dans la bible pour qu'elle soit à jour.  
 
- De là je fais mon plan de l'intrigue, le chapitrage, et on y va.  
 
Je garde ma liberté d'improvisation au sein de chaque chapitre, et comme tout le monde, je suis justement ravi quand je me dis "Ah non, ce personnage devrait plutôt faire ça, en fait" et qu'il sort du rail que j'avais préparé. Mais par conséquent, autant ça modifie la suite du livre, autant ça modifie rarement ce qu'il y avait avant, et donc évite pas mal de retravail.
 
Mais par conséquent, quand je dois écrire une suite, fut-ce longtemps après, j'ai déjà toute la galerie de personnages et je n'ai plus qu'à voir comment ils devraient logiquement intéragir.
 
Ça m'évite le "Mais au fait, dans Les Aventures de Rifouinfouin, Rifouinfouin, il fait un mètre cinquante ou deux mètres dix ? J'ai trouvé les deux dans le livre !"
 
Et là :  [:moonblood12:5]

On pourrait donc dire que tu es à l'écriture ce que René Fonck était au combat aérien : un odieux calculateur :o  
(toute ressemblance entre son patronyme et mon pseudo n'est pas forfuite)

n°55786828
k_raf
Totally nuts!
Posté le 13-02-2019 à 18:18:08  profilanswer
 

Tiens ça a pas mal parlé organisation de travail et procrastination aujourd'hui. Justement pour la première fois j'ai pris mon ordi et je suis allé écrire à la bibliothèque. Sans surprise, privé de mes sources de distraction habituelles, j'estime au doigt mouillé que j'ai été deux fois plus productif que chez moi à la même heure.
 
En plus j'écrivais sous le regard bienveillant mais un peu vif d'Emile Zola :
https://reho.st/medium/self/1ed4eababcfcf3aa59c3b25fab7006de20200dae.jpg
 
Et je m'étais installé à la même table que ce monsieur :  
https://reho.st/medium/self/713fcf86b305ef43503610c7599fd41467a1d256.jpg
Je ne le connais pas, mais j'imagine que s'il a sa plaque, c'est qu'il a dû avoir en son temps de l'inspiration, et je suis sûr qu'il m'en a un peu transmis.
 
 
 
Par contre, les 7€ du parking à la sortie, pour 3h de séjour [:tinostar]

n°55797485
itsdoakesm​fer
Posté le 14-02-2019 à 21:54:29  profilanswer
 

Des personnes qui utilisent Scrivener? Si oui, comment?


---------------
It gets easier. Every day it gets a little easier. But you got to do it every day. That's the hard part. But it does get easier.
n°55797903
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 14-02-2019 à 23:15:36  profilanswer
 

itsdoakesmfer a écrit :

Des personnes qui utilisent Scrivener? Si oui, comment?

 

Je viens d'aller voir ce que c'était, je ne connaissais pas. Comme dit plus haut, je fais partie de la brigade des nazis de l'organisation quand j'écris... et pourtant j'avoue que je ne suis pas spécialement convaincu, à moins qu'on parle d'écrire une thèse avec 35 sources distinctes, et encore.

 

Après, je viens d'aller voir tout cela mais j'y ai passé peu de temps, mon impression est peut-être un peu hâtive  [:faman:1]

 

Mais même pour avoir travaillé avec des pelletées de documents, j'avoue que :
- Google Drive (c'est gratuit) pour travailler de partout et faire plein de beaux dossiers
- Son navigateur internet préféré pour mettre dans un dossier de favori les sources en lignes
- Un outil de gestion de notes (Google Keep dans mon cas)
- Deux écrans

 

Et franchement, c'est confort  [:kellian':1]

 

- Tu peux travailler/prendre des notes n'importe où, même sur ton téléphone
- Avec les deux écrans, plus de soucis de fenêtres avec lesquelles jongler : un écran pour écrire, un pour lire, et ça va vite. Et comme Google Doc passe aussi par mon navigateur... j'ai mes docs et mes sources en ligne dans la même interface

 

Et pareil, tu peux lire des fichiers de toutes sortes, les exporter en moult formats, voire les mettre en mode révision en ligne pour que tout le monde bosse directement dessus quand collaboration il y a

 

Tout dépend de ce que tu veux écrire, je pense. Scrivener, ça m'a l'air d'être quand même l'artillerie lourde façon trébuchet là où tu as peut-être besoin d'une fronde  [:stukkron:2]

Message cité 1 fois
Message édité par Stukka le 14-02-2019 à 23:15:55
n°55798117
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 15-02-2019 à 00:17:45  profilanswer
 

Stukka a écrit :

Tout dépend de ce que tu veux écrire, je pense. Scrivener, ça m'a l'air d'être quand même l'artillerie lourde façon trébuchet là où tu as peut-être besoin d'une fronde  [:stukkron:2]

 

+1

 

Après c'est vraiment une question de préférences personnelles, et une des difficultés est justement de trouver ce qui fonctionne pour nous et l'apprentissage peut être douloureux :o (ou coûteux si tu te mets à acheter des logiciels).

 
Stukka a écrit :

Mais même pour avoir travaillé avec des pelletées de documents, j'avoue que :
- Google Drive (c'est gratuit) pour travailler de partout et faire plein de beaux dossiers
- Son navigateur internet préféré pour mettre dans un dossier de favori les sources en lignes
- Un outil de gestion de notes (Google Keep dans mon cas)
- Deux écrans

 

Pour divers mémoires (au sens estudiantin, pas au sens « je raconte ma vie » :o)  j'ai essayé plein de trucs et ce qui marche bien ici c'est :
- pour les notes, des carnets papier + un vague code couleur si besoin (je barbouille le coin des pages au crayon) + les pages raturées et repliées quand elles ont été traitées ;
- Zotero pour trier, garder et avoir accessibles partout les sources en ligne ; je ne ferais jamais ma biblio avec mais pour collectionner des liens et des trucs « à regarder plus tard pour tel sujet » et exporter des bouts de biblio c'est vraiment pratique ;
- un éditeur classique (mais LaTEX est ma prison) pour écrire les versions définitives ;
- au moins une relecture sur papier en fin de processus.

 

Y a des trucs, j'ai essayé mais rien à faire, mon cerveau gère mieux le papier.

Message cité 1 fois
Message édité par biezdomny le 15-02-2019 à 00:37:24

---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°55798226
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 15-02-2019 à 01:27:12  profilanswer
 

Le papier, j'avoue que c'est vraiment un truc que je n'utilise plus du tout : comme je sais qu'à un moment je devrai recopier mes notes dans une bible, un document X ou Y, je préfère avoir un fichier de notes directement en numérique.Et puis bon, comme ça, où que je sois, pas besoin de sortir carnet crayon : je sors mon téléphone, voire je dicte, et pouf, c'est plié. Après, il y a un certain charme au papier, il est vrai.

 

D'ailleurs puisqu'on parle de ça : papier ou numérique, je trouve quasiment indispensable de pouvoir prendre des notes n'importe où. Tu as une idée ? Tu la notes. Un rendez-vous ? Tu le notes. L'objectif c'est de ne jamais avoir à se dire "Il ne faut pas que j'oublie que..." "Je dois penser à..." c'est très confortable de pouvoir tout de suite sécuriser le truc. Je prends l'exemple tout bête : tu es à une soirée chez des potes, tu es en train de boire un verre et paf, un truc X ou Y te fait penser à une super idée. Bon ben hop : tu la notes de suite et tu retournes à ton verre (ivrogne :o ). Parce que sinon tu risques de te dire "Ah, oui, je ne dois pas oublier..." de temps à autres, voire chercher à te rappeler le truc le lendemain matin. C'est bête, mais ce n'est pas tant pour éviter des oublis qu'un stress inutile. Devoir penser à quelque chose, c'est un petit stress. Autant l'éliminer.

 

Bon, et concernant les outils, d'expérience... Open Office, Libre Office & co : jamais. Autant durant mes années étudiantes, ça a fait mon bonheur, autant pour mes bouquins, dès que j'ai commencé à avoir des commentaires, corrections et suggestions, j'ai cru que j'allais passer mes bécanes par la fenêtre. La spécialité maison étant de laisser l'utilisateur sauvegarder (prudemment !) alors qu'il travaille, avant de lui dire au bout de 3 heures "Au fait, toutes les sauvegardes que j'ai faites sont corrompues :)" j'ai perdu des heures de boulot (et du temps à aller explorer le XML à la recherche des erreurs) parce que ces machins ne sont pas foutus de sauvegarder ET de vérifier qu'ils le font proprement.

 

Après quelques crises de rage, je suis passé sur Google Docs, et là, plus de problème. Je sais que les gens sous Word & co en sont aussi satisfait, et que tout le monde trouve son bonheur à droite et à gauche. Mais il est vrai qu'à partir du moment où on a une utilisation professionnelle du bousin... il faut des outils qui le soient tout autant.

Message cité 1 fois
Message édité par Stukka le 15-02-2019 à 01:28:43
n°55798328
k_raf
Totally nuts!
Posté le 15-02-2019 à 06:09:59  profilanswer
 

Libre Office a dû pas mal évoluer depuis tes années étudiantes. Je m'en sers pour écrire et quotidiennement pour le taf depuis plusieurs années, et je n'ai pas les soucis que tu cites. La sauvegarde automatique marche bien. A la limite je reporterais tes critiques sur Word que je ne parviens plus à utiliser (mais qui a dû aussi progresser depuis que je l'ai abandonné). En plus j'ai paramétré correctement Libre Office pour l'écriture : alinéas, tirets quadratins, je ne me pose plus de questions pour la mise en page.
 
Pour le reste, je suis un peu pareil : google keep partagé sur le téléphone pour les notes (et un carnet papier sur la table de chevet pour les idées nocturnes), écran HD partagé en 2 pour avoir un côté éditeur, un côté recherche (et très souvent crisco pour les synonymes). Je n'écris que sur mon propre ordi, donc pas de Gdrive, mais une petite sauvegarde de temps à autre si jamais.

n°55798330
Blaska
preneur d'otages
Posté le 15-02-2019 à 06:12:28  profilanswer
 

Pour les notes perso j'ai pas de préférences. Y a rien qui marche avec moi vu que j'oublie ou j'ai noté le truc. :o  
Donc j'ai des carnets papiers à moitié commencé, des applis avec trois notes dessus etc. :o  
J'arrive pas à centraliser mes notes.


---------------
"Mais, dans sa fonction, ce pouvoir de punir n'est pas essentiellement différent de celui de guérir ou d'éduquer."
n°55798449
Foncky
Posté le 15-02-2019 à 07:34:56  profilanswer
 

Pareil !

n°55798512
AKAJET89
Posté le 15-02-2019 à 07:52:33  profilanswer
 

Perso j'utilise Ulysses sur le monde Apple ;) Parfait !

n°55799341
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 15-02-2019 à 09:37:26  profilanswer
 

Stukka a écrit :

Le papier, j'avoue que c'est vraiment un truc que je n'utilise plus du tout : comme je sais qu'à un moment je devrai recopier mes notes dans une bible, un document X ou Y, je préfère avoir un fichier de notes directement en numérique.Et puis bon, comme ça, où que je sois, pas besoin de sortir carnet crayon : je sors mon téléphone, voire je dicte, et pouf, c'est plié. Après, il y a un certain charme au papier, il est vrai.

 

J'aimerais bien quitter le papier parce que ctrl-F c'est pratique, mais j'ai besoin d'avoir un objet à manipuler, dont je tourne les pages, où je corrige/note/commente, etc. C'est même pas une question de charme puisque le résultat finit raturé de partout. C'est le contraire de ces carnets à instagrammeuses bien léchouillés et bullshittesques, donc je peux même pas l'utiliser pour fabriquer des faux points Internet [:garypresident:2]

Message cité 1 fois
Message édité par biezdomny le 15-02-2019 à 09:38:39

---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°55799913
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 15-02-2019 à 10:20:42  profilanswer
 

k_raf a écrit :

Libre Office a dû pas mal évoluer depuis tes années étudiantes.


 
J'ai abandonné ces logiciels en 2016, bien après mes années étudiantes. Je dirais qu'ils me faisaient faux bond une fois par an, mais il faut aussi dire que je les poussais pas mal dans leurs retranchements. C'est toujours au moment des corrections avec commentaires qu'ils merdouillaient. Peut-être que ça s'est amélioré depuis, mais je ne reprends plus le risque.
 
Je les ai gardés pour la lecture de documents hors-ligne ou des tâches basiques.
 

biezdomny a écrit :


J'aimerais bien quitter le papier parce que ctrl-F c'est pratique, mais j'ai besoin d'avoir un objet à manipuler, dont je tourne les pages, où je corrige/note/commente, etc. C'est même pas une question de charme puisque le résultat finit raturé de partout. C'est le contraire de ces carnets à instagrammeuses bien léchouillés et bullshittesques, donc je peux même pas l'utiliser pour fabriquer des faux points Internet [:garypresident:2]


 
Oui, j'ai pas mal de gens autour de moi dans la même situation. Bah, après, tant que l'on s'y retrouve : le but n'est pas tant d'être optimal que d'avoir son confort de travail.

n°55801170
Grenouille​ Bleue
Batracien Azuré
Posté le 15-02-2019 à 11:59:54  profilanswer
 

Le vrai souci de Libre Office, c'est que tous les éditeurs bossent sur Word. Du coup, quand tu reçois les corrections, tu ne peux pas voir tous les commentaires dans la marge. C'est vaguement chiant, et suffisamment motivant pour me faire acheter une licence annuelle :o


---------------
Ma chaîne YouTube d'écrivain qui déchire son père en pointillés - Ma page d'écrivain qui déchire sa mère en diagonale
n°55801273
Stukka
Panzer-Fluid
Posté le 15-02-2019 à 12:09:16  profilanswer
 

Grenouille Bleue a écrit :

Le vrai souci de Libre Office, c'est que tous les éditeurs bossent sur Word. Du coup, quand tu reçois les corrections, tu ne peux pas voir tous les commentaires dans la marge. C'est vaguement chiant, et suffisamment motivant pour me faire acheter une licence annuelle :o


 
Oui, ça aussi, ça m'a bien fatigué.  
 
J'ai longtemps hésité à prendre Word, et puis comme Google Docs lit/convertit les fichiers de manière impeccable, j'en suis resté à ça et à la place je leur file mes deniers pour une extension d'espace.

n°55803684
Uchinaa
Posté le 15-02-2019 à 16:16:11  profilanswer
 

biezdomny a écrit :


 
+1
 
Après c'est vraiment une question de préférences personnelles, et une des difficultés est justement de trouver ce qui fonctionne pour nous et l'apprentissage peut être douloureux :o (ou coûteux si tu te mets à acheter des logiciels).  
 


 

biezdomny a écrit :


 
Pour divers mémoires (au sens estudiantin, pas au sens « je raconte ma vie » :o)  j'ai essayé plein de trucs et ce qui marche bien ici c'est :
- pour les notes, des carnets papier + un vague code couleur si besoin (je barbouille le coin des pages au crayon) + les pages raturées et repliées quand elles ont été traitées ;
- Zotero pour trier, garder et avoir accessibles partout les sources en ligne ; je ne ferais jamais ma biblio avec mais pour collectionner des liens et des trucs « à regarder plus tard pour tel sujet » et exporter des bouts de biblio c'est vraiment pratique ;
- un éditeur classique (mais LaTEX est ma prison) pour écrire les versions définitives ;
- au moins une relecture sur papier en fin de processus.  
 
Y a des trucs, j'ai essayé mais rien à faire, mon cerveau gère mieux le papier.


 
 
Par exp : pour mon mémoire de 25Op word dont 20 d'annexes, 30 de biblio (ou l'inverse j'ai un trou), j'étais sur des cahiers et j'ai bricolé mon texte façon monteur de film (mon rêve dans une autre vie - et je fais du montage -). Mention TB donc ça a a du marcher  :o  
 
J'écris des notes en vue d'un truc... on verra un jour. Je passe quasi exclusivement par le papier.

n°55803722
Lompoc
Posté le 15-02-2019 à 16:20:13  profilanswer
 

Libre/OpenOffice :D
 
Je me rappelle d'un kamarade nous ayant envoyé ses notes de cours en précisant bien "en .odt, pour que tout le monde puisse l'ouvrir !"
 
La première réponse qu'il a eu c'était : "Help, j'arrive pas à ouvrir tes fichiers" :D
 
En alternative à scrivener, y a https://www.truenovelist.com/home/


Message édité par Lompoc le 15-02-2019 à 16:24:16
n°55804744
Foncky
Posté le 15-02-2019 à 18:24:02  profilanswer
 

Bon je me note de tester Google Keep.
 
Oui j'utilise aussi hfr pour faire de la prise de notes  :o  (true story ceci dit)

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  165  166  167  168  169  170  171  172

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
qui à lu le livre globalia de j.c rufin ?Ecriture d'un roman d'heroic fantasy
un livre écrit par sms --- votre avis ?Amélie Nothomb Mercure (édition livre de poche)
Amélie Nothomb Mercure (édition livre de poche)J'aime lire==> le petit livre rouge non communiste
Par quel livre commencer pour decouvrir Ernest Hemingway ?recherche livre, vos avis
Où trouver un livre bilingue russe/polonais?[LIVRE] "Ne le dis à personne ..." Quelqu'un l'a lu ?
Plus de sujets relatifs à : Ecrire un livre : vos romans amateurs (Màj du 1er post)


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR