Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
258 connectés 

 


 

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  13  14  15  ..  168  169  170  171  172  173
Auteur Sujet :

Ecrire un livre : vos romans amateurs (Màj du 1er post)

n°9995730
mooa
Posté le 21-11-2006 à 13:56:22  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Bonjour à tous !
Alors voilà, je viens poster un petit extrait, histoire d'avoir vos avis, vos impressions... Je ne sais pas encore où cette partie figurera, je veux juste savoir si je suis sur la bonne voie de la création (vaste sujet hein  :D ). Merci par avance  :jap:  
 
 
La première chose qu’elle vit de lui en pénétrant dans la pièce fut son dos. Plus exactement le dos du fauteuil sur lequel on l’avait installé et qu’on avait pris la peine de tourner face à la fenêtre qui donnait sur le jardin.
Sarah baissa les yeux sur le dossier médical qu’elle tenait entre ses mains, souleva les premières pages et griffonna quelque chose avec le stylo qu’elle replaça immédiatement dans la poche haute de sa blouse. Elle balaya la chambre du regard. Celle-ci n’était pas très spacieuse mais confortable et généreusement baignée par la lumière du jour.  
Pressant maintenant le dossier contre sa poitrine elle avança, sa blouse blanche non boutonnée laissant apercevoir un corsage en dentelle sur une jupe cintrée qui s’arrêtait à la naissance des genoux et dont la couleur noire faisait écho aux bottes en daim qui parachevaient sa tenue. Elle allait enfin mettre un visage sur le dossier médical qu’elle avait étudié.  
Elle contourna la silhouette qui se dessinait en contre-jour sur la fenêtre et s’immobilisa devant elle. Même si elle s’était préparée mentalement à cette rencontre, elle n’avait pas mesuré l’impact que la vision de cet homme immobile aurait sur elle et là, encore maintenant, elle ne prit pas la peine d’accorder une quelconque importance à ce trouble inhabituel qui se distilla dans ses veines lorsque son regard se posa sur lui.  
C’est à cet instant précis, elle en prit conscience bien plus tard, que sa vie bascula de manière irrémédiable…

mood
Publicité
Posté le 21-11-2006 à 13:56:22  profilanswer
 

n°10001615
Weas
Posté le 21-11-2006 à 23:42:59  profilanswer
 

Bonjour voila je suis en trein de me demander si moi aussi je pourrais pas ecrire un livre le probleme c'est que je suis pas allé à l'ecole trés longtemps.  
En tout cas j'ai une idée pour mon livre ca serait deja sous forme de nouvelles et de recit de voyage à la premiere personne.
Alors je m'essaye sur mon blog pourriez-vous me donner vos impressions sur mon texte histoire de cerner ce qu'il faut que je travail
qui est ici:
 incursion dans le 13eme  
http://weas-direction-chine.over-b [...] 58585.html
marci d'avance
 

n°10006685
Ton pere
Posté le 22-11-2006 à 17:24:27  profilanswer
 

Salut !  
 

Citation :

Sinon, à l'avenir tu sauras qu'une petite clef USB, un CD-RW, c'est bien pratique pour zipper ses fichiers importants et les sauvegarder.


 
Excellente idée, je vais essayer d'en récupérer une. Nom d'une pipe, il doit bien y en avoir une qui traine par là ... :))
 

Citation :

Soit c'est un avantage, soit c'est une guigne.  
Un gros avantage, parce que réécrire va te permettre d'aller droit à l'essentiel, sans te préoccuper du comment tu l'as écrit la première fois.  
Ceci en connaissant mieux les personnages, donc avec la deuxième version, ils devraient être plus crédibles.


 
En effet, je commence à le positiver : je préfère largement le chapitre numéro 1 nouvelle version (dont j'ai posté le début).
 

Citation :

répétition de sortir.  
Et se hâtèrent de courir à l'extérieur, de ramper à l'extérieur, de bâiller à l'extérieur.


 
Hum... Je me tâte... Je pensais que le "à leur tour" atténuerait cet effet... Et j'ai toujours l'impression que c'est le cas :s

Citation :


Le dialogue est-il celui de deux jeunes de nos jours ?  
Surtout ici  
Ca, c’est sûr ! "Si par malheur" une mouche se posait sur elle, je pense que "la pauvre" y resterait collée. Je me suis toujours demandée ce qui se passerait si tu posais ton doigt sur sa joue…


 
J'aimerais que le dialogue ne fasse pas insipide et ne paraisse pas trop faussé. Cependant, je n'ai pas non plus envie de mettre des "putain fait chier" une ligne sur deux ;))
Mais c'est vrai que les deux termes sont un peu bofs.
Donc le dialogue ne sera pas nécessairement un vrai dialogue de jeune. Il reste fluide et réaliste, car leur réaction semble selon moi adaptées... Non ? :D
 

Citation :

bourrade est un peu violent pour une fille.  
http://atilf.atilf.fr/  
bourrade: Poussée brusque et brutale faite à quelqu'un avec la crosse d'un fusil, ou, plus fréquemment, une partie du corps (bras, coude, épaule, poing).  
 
Arrêt de bus me paraît plus classique chez les jeunes.


 
Bah, cela ne me choque pas... Au lycée, ce n'est pas si étrange de se pousser amicalement, bien sûr, et sans crosse de fusil. :))
 
Et un bus permet de faire un trajet dans une même agglomération, tandis qu'un car fait un trajet entre plusieurs villes. Ca me parait plus convenir, puisqu'elle n'habite pas dans le même ville que celle de son lycée.
 
 
Enfin, je tiens à préciser que l'extrait que j'ai posté est juste le début du chapitre un : le chapitre n'est pas finit à la fin de l'extrait. Et il y a un prologue, avant.
 
Je reposte la version corrigée :  
 
<<Students ?  
 Un silence pesant régnait dans la salle de cours. Depuis une dizaine de minutes, chacun semblait retenir son souffle, et on s’attendait à tout moment à la chute d’un élève, violacé par le manque d’oxygène.
- Students ? What do you think about this text ?  
Toujours pas de réponse. La professeur d’anglais pinça les lèvres et s’adossa au tableau à peine entaché par quelques mots de vocabulaire.
- I’m listening to you, guys
Certains des élèves portèrent la main à leur sac, comme sujet à une soudaine prémonition. Quelques secondes plus tard, une sonnerie se fit en effet entendre, et ce fut le coup de départ d’un formidable tonnerre de raclements de chaises lorsque les lycéens se préparèrent à sortir. Ceux qui dormaient encore ouvrirent les yeux et se hâtèrent de sortir à leur tour.
- Well, you must do the exercice I gave you sooner. See you tomorrow ! >>
La plupart des étudiants n’entendirent rien, s’engouffrèrent à travers l’embrasure de la porte, et se déversèrent dans le couloir en réveil.
 
<< Il faut avouer qu’elle est ennuyeuse, cette prof… Moi, je ne serais pas capable de rester une heure sur la même question.
Gaël se passa la main dans les cheveux et sourit.
- Et tu as vu la masse de maquillage ? C’était encore pire que d’habitude !
Un sourire fendit le visage de Sofia.
- Ca, c’est sûr ! Si une mouche se posait sur elle, je pense qu’elle y resterait collée. Je me suis toujours demandé ce qui se passerait si tu posais ton doigt sur sa joue…
Gaël écarquilla ironiquement les yeux.
- Tu m’as imaginé dans une situation pareille ?  
- Bien sûr, répondit Sofia >>
Tandis qu’ils se dirigeaient vers l’extérieur en traversant un dédale de couloirs à la peinture écaillée, ils ne dirent rien. Ils réfléchissaient.  Après l’ouverture d’une dernière porte, le froid leur mordit la peau et le vent fit danser leurs cheveux.
<< C’est pourtant évident… maugréa Gaël.
- Que quoi ? fit Sofia, prise au dépourvue.
- Bah, qu’il faudrait me couper le doigt, pardi !>>
Sofia ne comprit pas tout de suite, puis éclata de rire. Elle asséna une bourrade amicale sur l’épaule de Gaël, et ils se dirigèrent tout deux vers leur arrêt de car et un repos bien mérité après une dure journée de labeur.
 
Mooa >>
 

Citation :

La première chose qu’elle vit de lui en pénétrant dans la pièce fut son dos. Plus exactement le dos du fauteuil sur lequel on l’avait installé et qu’on avait pris la peine de tourner face à la fenêtre qui donnait sur le jardin.


Ca m'a paru assez compliqué, comme début... Peut être que j'étais un peu trop distrait, mais j'ai eu du mal à caser tous les éléments du décor.
 
Et je ne sais pas si c'est normal, cette impression que "l'infirmière" soit sortie tout droit d'un film réservé aux adultes... ^^  

Citation :


un corsage en dentelle sur une jupe cintrée qui s’arrêtait à la naissance des genoux


 
Le "sur" me fait un peu bizarre... Un corsage sur une jupe ?  
 
A part ça, j'aime bien. C'est fluide, en tout cas. Je dis ça en tant que lecteur normal ;)
 
 

n°10007412
BoraBora
Dilettante
Posté le 22-11-2006 à 18:56:54  profilanswer
 

Allez hop, une rencontre qui pourra en intéresser certains :
 

Citation :

A la découverte de l'écriture...  
 
La librairie reçoit Georges PICARD, auteur du livre "Tout le monde devrait écrire" et Isabelle BUISSON, formatrice des Ateliers d'Ecriture A la Ligne.  
 
La soirée sera l'occasion d'écouter et de réagir à la lecture de quelques extraits de l'ouvrage de Georges PICARD et de découvrir, grâce à l'intervention d'Isabelle BUISSON, la technique de l'animation d'un atelier d'écriture.  


 
Ca se passe à la librairie "La plume vagabonde", 17 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris, le vendredi 24 novembre à 20h. Entrée libre et gratuite, bien sûr. Pour info, Georges Picard a publié 18 ouvrages chez José Corti, "Tout le monde devrait écrire" étant son dernier. A noter que la soirée et le débat seront dédiés à l'écriture, pas à la publication (même si le sujet pourra être évoqué).
 

n°10010691
dPca
J'aime pas Bora-Bora
Posté le 23-11-2006 à 07:05:39  profilanswer
 

Quelques petites incohérences au niveau des descriptions sinon j'aime bien dans l'ensemble :
 

mooa a écrit :

La première chose qu’elle vit de lui en pénétrant dans la pièce fut son dos. Plus exactement le dos du fauteuil sur lequel on l’avait installé et qu’on avait pris la peine de tourner face à la fenêtre qui donnait sur le jardin.


 
Elle voit quoi : son dos ou celui du fauteuil ?
 
- et qu’on avait pris la peine de tourner : complément inutile pour la phrase ; ça ne fait que l'alourdir.
 

Citation :

Pressant maintenant le dossier contre sa poitrine elle avança, sa blouse blanche non boutonnée laissant apercevoir un corsage en dentelle sur une jupe cintrée qui s’arrêtait à la naissance des genoux et dont la couleur noire faisait écho aux bottes en daim qui parachevaient sa tenue.


 
a) 47 mots dans la phrase ! Il en faut du souffle !  :D  
Une phrase doit contenir au maximum une quinzaine de mots. La moyenne est de 11 mots.
b) Au delà de la description, quasi cliché pornographique, que semble donner la tenue de Sarah, j'ai demandé à ma femme quelque conseil vestimentaire.
Alors, mon cher Mooa, à moins d'être habillée comme Sarah pour satisfaire les fantasmes d'un homme, jamais une femme ne mettrait un corsage en dentelle sur une jupe cintrée avec des bottes en daim : c'est d'un mauvais goût ou alors elle ne sait pas s'habiller  :non:  
c) Techniquement, les personnels hospitalier portent des chaussures adaptées à leur milieu.
 

Citation :

elle n’avait pas mesuré l’impact que la vision de cet homme immobile aurait sur elle et là, encore maintenant, elle ne prit pas la peine d’accorder une quelconque importance à ce trouble inhabituel qui se distilla dans ses veines lorsque son regard se posa sur lui.  
C’est à cet instant précis, elle en prit conscience bien plus tard, que sa vie bascula de manière irrémédiable…


 
Il faut retravailler ce paragraphe car Sarah se met devant la silhouette sans mesurer l'impact de la vision et après elle pose son regard ...???
Pourquoi pas une phrase du genre : maintenant immobile devant lui, Sarah attendait que son trouble parte avant d'ouvrir les yeux.
Ce n'est qu'un exemple bien sûr.
En attendant, la fin me laisse sur ma faim.  :pt1cable:  A quand la suite ?

Message cité 1 fois
Message édité par dPca le 23-11-2006 à 07:08:59
n°10010822
Das schrec​kliche K
j'ai pas trouvé plus simple...
Posté le 23-11-2006 à 08:54:21  profilanswer
 

dPca a écrit :


a) 47 mots dans la phrase ! Il en faut du souffle !  :D  
Une phrase doit contenir au maximum une quinzaine de mots. La moyenne est de 11 mots.


 
Là, je ne suis pas d'accord avec toi. Une longue phrase n'est pas un mal si on "retombe sur ses pieds à la fin". User seulement de phrases courtes connote un style télégraphique, assez primaire, et peut tendre à hacher considérablement un texte. Donc, s'il n'en fait pas son leitmotiv, qu’il les utilise...
 
 
 

n°10012703
Amibe_R Na​rd
Posté le 23-11-2006 à 14:00:58  profilanswer
 

Bonjour Weas
 

Weas a écrit :

Bonjour voila je suis en trein de me demander si moi aussi je pourrais pas ecrire un livre le probleme c'est que je suis pas allé à l'ecole trés longtemps.  
En tout cas j'ai une idée pour mon livre ca serait deja sous forme de nouvelles et de recit de voyage à la premiere personne.
Alors je m'essaye sur mon blog pourriez-vous me donner vos impressions sur mon texte histoire de cerner ce qu'il faut que je travail
qui est ici:
 incursion dans le 13eme  
http://weas-direction-chine.over-b [...] 58585.html
marci d'avance


 
Que tu sois ou non allé à l'école longtemps n'a pas une importance primordiale pour écrire.
 
Ce qui compte d'est d'avoir un but (savoir pourquoi tu veux écrire ce livre)
et d'avoir une fin à son livre. (quand tu as la "fin", tu tiens les moyens pour arriver à cette "fin" )
 
Je dis "fin", parce que "fin" n'est pas le dernier passage, ni la dernière ligne, ni le dernier point. Mais plutôt comment tu vas conclure ton livre.
 
Ou dans ton cas, ton premier livre.
 
Ce qu'il faut que tu travailles : l'orthographe et la grammaire. Plus exactement la grammaire
Regarde ce que j'ai dit plus haut dans ce forum (sur le futur, etc.) pour aider à corriger ces problèmes.
 
Tu rajoutes un poil de ponctuation, et ça marchera pour ce que tu veux faire.
(pou bien ponctuer, lire à voix haute son texte)
 
Oui, la grammaire, la ponctuation, c'est difficile au début.
Mais plus on écrit, plus l'entraînement porte ses fruits.
C'est comme pour la marche, ça prend du temps et puis après on marche tout seul (parce que la vigilance s'est installée)
 
Pour le reste, tu as une bonne présentation des paragraphes : une idée par paragraphe, des paragraphes pas trop long. Une économie de mots.
Tu as aussi un modèle qui te plaît bien : "Cinq ans en Chine", donc c'est à toi de jouer maintenant.
 
Suivant ta ténacité et ta persévérance, le livre est à ta portée... ou non.
Si tu n'essaies pas, tu ne le sauras jamais. :-)
 
Et comme un livre ne se crée par en un jour, prends ton temps.  
Le livre, c'est plutôt une question d'années (oui, avec un s), d'années d'écriture et d'apprentissage.
Ecris, réécris, continue à écrire.  
Fais-toi aider par ceux qui t'entourent, par ceux qui te liront (sans pitié :) ).
 
Que tu aies ou non des études dans ton sac à malices, ne compte pour rien.
Rien face à l'effort d'écriture que nécessite un livre vraiment écrit  
(autrement dit, pas le premier jet ! D'où l'idée, et même la certitude, que le premier jet n'est qu'une légère fondation, à peine 1% du travail de l'écrivain débutant. :-) )
 
Ce retour permanent sur les mots  :-)
 
Oui, les études, ça aide. Un peu. Au moins à aligner des mots et à les écrire correctement. :-)
C'est tout.
Pour le reste, tout tient au temps que tu passes à écrire, et aux gens qui te lisent et t'obligent à retravailler.
Parce qu'un texte ne vaut qu'à travers ceux qui le lisent, et à travers ta capacité à te remettre en cause vis-à-vis de ton écriture. (et ça c'est d'autant plus dur que tu as poussé loin tes études)
 
 
Et ne te réfugie pas derrière tes études courtes.
D'abord, on ne cesse jamais d'étudier et d'apprendre.
Ensuite, je connais d'autres auteurs qui se sont arrêtés tôt, eux aussi, par obligation ; et même une dyslexique qui écrit (bien, voire très bien !) son histoire.
 
En travaillant, et en s'entourant de relecteurs (sur les listes d'écriture), ils ont publié, ou publieront un jour.
 
 
Tu étudies le chinois, si j'ai bien compris, c'est une bonne occasion pour toi de reprendre ce que tu n'as pas compris en français, de poser les questions au professeur.
Apprendre une langue étrangère, c'est aussi interroger sa propre langue à bien des niveaux.
 
Bon courage à toi
 L'Amibe_R Nard

n°10013084
Amibe_R Na​rd
Posté le 23-11-2006 à 14:50:07  profilanswer
 

Das schreckliche K a écrit :

Là, je ne suis pas d'accord avec toi. Une longue phrase n'est pas un mal si on "retombe sur ses pieds à la fin". User seulement de phrases courtes connote un style télégraphique, assez primaire, et peut tendre à hacher considérablement un texte. Donc, s'il n'en fait pas son leitmotiv, qu’il les utilise...


 
Salut
 
Je pense que tu as loupé le mot "moyenne".
 
Or, la moyenne est un bon indicateur.
 
Si tu as trois mot courts, pendant trois phrases, tu as neuf mots. Donc pour équilibrer, ta quatrième phrase devrait être de 44 mots (soit 11 mots permis pendant 4 phrases) moins les 9 mots utilisés :  44 – 9 = 35 mots.
 
Problème. Le lecteur moyen ne peut retenir que 11-12 mots en moyenne (un "empan" de 12 mots) dans sa mémoire à court terme. Au treizième, il commence à oublier le premier de la phrase.
 
Pour un lecteur universitaire, on peut monter jusqu'à 20 mots.
 
 
Autre problème, plus une phrase est longue, plus il faut la ponctuer avec adresse.
Ce n'est pas à la portée d'un auteur débutant. (ni de bien des universitaires :whistle:)
 
Et, sous une main malhabile, les longues phrases se cassent la gueule. Le lecteur se perd alors une fois, deux fois, revient, repart... à la troisième le texte retourne coucher dans son panier : la poubelle.
Même dans celles qui sont bien écrites, on finit par fatiguer, par louper l'information importante – noyée dans le flot des mots.
 
En sus, elles sont dures à prononcer (or bien des lecteurs verbalisent encore leurs lectures), et on sent que le gueuloir de Flaubert manque à l'appel pour cadencer la phrase, la rendre intéressante.
 
Sans compter l'effet pavé indigeste à la Proust. Le manque d'aération de la page. Cette respiration nécessaire et absolue qui plaît à l'oeil autant qu'à l'esprit.
La longue phrase ressemble alors à l'épaisse traînée noire et gluante, sur un tableau blanc, d'un esprit malhabile.
Et ça se voit !  :)
 
De toute façon, les Best-sellers ont cette moyenne de 11-12 mots par phrase. La Bible en est l'exemple le plus connu. Et les best-sellers sont les livres les plus vendus, et les plus lus au monde. Parce qu'ils sont accessibles à tous.
Comme les journaux, même empan !
 
 
Voilà pourquoi je déconseille, tout à fait, formellement, au maximum, les longues phrases aux auteurs débutants.
Et de rester au critère de 11-12 mots par phrase en moyenne. En moyenne !
Si on veut être lu.
 
Après, si on ne le souhaite pas. C'est une toute autre histoire :)
 
 L'Amibe_R Nard
 
 
P.S. :Rajouter du gras d'adjectif à une phrase, c'est très facile.  
L'inverse demande de savoir trancher à bon escient.

n°10016894
Amibe_R Na​rd
Posté le 23-11-2006 à 22:04:06  profilanswer
 


Salut du soir Moaa
 
Alors, première remarque.
 
Tu as trop de que,  
trop de celle-ci,  
trop de lequel,  
Trop de qui
Trop de quelque
 
Réécris ce passage en les éliminant tous.
 
Cela va t'apprendre plusieurs choses.
- Les que et qui, sont les portes ouvertes aux phrases longues et à rallonges (on part d'un sujet, et le que, le qui dérive sur un autre sujet, qui dérive encore sur un autre sujet
 
Exemple :
elle avança  
sur une jupe cintrée qui s’arrêtait  
aux bottes en daim qui parachevaient sa tenue.
 
Une phrase longue est mon puissante, moins visuelle que des phrases plus courtes.
 
Exemple
Première idée pour faire disparaître un "que", inverser la phrase.
 
Je prends la mienne.
Une phrase longue est mon puissante, moins visuelle que des phrases plus courtes.
 
Les phrases plus courtes sont moins puissantes et moins visuelles que les phrases longues
Raté.
 
Contrairement aux phrases longues, les phrases plus courtes sont plus puissantes et plus visuelles.
Gagné.
 
Deux petites phrases plus courtes taillent un short à une phrase plus longue.
Encore gagné !  :o)
 
 
Exemple ?
>La première chose qu’elle vit de lui en pénétrant dans la pièce fut son dos.
 
En pénétrant dans la pièce, elle vit une chose très étonnante : son dos !
La première chose à pénétrer son champ de vision fut son dos ! Un dos rond et massif.
Premier éclat dans son oeil : son dos ! Un dos rond et massif.
 
Bon, ça devrait t'être plus facile lorsque les que et qui sont nombreux dans la phrase.
Essaie d'éliminer.
 
Note : à la rigueur, pour cette première phrase, on pourrait laisser le que.
Mais l'exercice est de les éliminer tous.
 
 
La première chose qu’elle vit de lui en pénétrant dans la pièce fut son dos. Plus exactement le dos du fauteuil. On l’avait installé là pour lui permettre de profiter du soleil. Et du jardin.
 
 
Pour le reste, on t'a déjà fait des remarques sur la tenue de ton "infirmière".
Une aide à domicile, à la rigueur. Mais aurait-elle vraiment un dossier médical dans les mains...  
Une infirmière s'étonnerait-elle encore de l'exiguïté d'une chambre d'hôpital, alors qu'elle est sensée travailler tous les jours dans un tel lieu.
Le personnage ne cadre pas trop avec les lieux.
 
 L'Amibe_R Nard
 
 
PS : pour ponctuer une phrase, j'ai trouvé un truc.  
Le but est de descendre à la ligne sur/à chaque signe de ponctuation
 
Même si elle s’était préparée mentalement à cette rencontre, (9)
elle n’avait pas mesuré l’impact que la vision de cet homme immobile aurait sur elle ; (15)
et là, (2)
encore maintenant, (2)
elle ne prit pas la peine d’accorder une quelconque importance à ce trouble inhabituel qui se distilla dans ses veines lorsque son regard se posa sur lui. (27)
 
9+15+2+2+27 = 55  (soit une moyenne de 11)
Correct, même si la dernière portion est difficile à dire
En remplaçant une quelconque par la moindre, ce serait plus souple, mais quelconque fait penser à des battements de coeur.
 
Oui, les l+apostrophes, etc., ne comptent pas pour deux mots. Car l'oeil les repère comme une unité de mot, et non pas comme deux mots séparés.
Mais vous pouvez les compter, on tombera à une moyenne de 12.
Toujours correct ! :)
 
 

n°10035515
Ton pere
Posté le 26-11-2006 à 19:06:16  profilanswer
 

Citation :

Je pense que tu as loupé le mot "moyenne".  
 
Or, la moyenne est un bon indicateur.  
 
Si tu as trois mot courts, pendant trois phrases, tu as neuf mots. Donc pour équilibrer, ta quatrième phrase devrait être de 44 mots (soit 11 mots permis pendant 4 phrases) moins les 9 mots utilisés :  44 – 9 = 35 mots.  
 
Problème. Le lecteur moyen ne peut retenir que 11-12 mots en moyenne (un "empan" de 12 mots) dans sa mémoire à court terme. Au treizième, il commence à oublier le premier de la phrase.  
 
Pour un lecteur universitaire, on peut monter jusqu'à 20 mots.


 
Cette règle parait logique, mais bon... En ce moment, je lis l'assassin royal, et bah... la moyenne ne me semble pas être respectée... Peut être que cela passe bien grâce à la ponctuation ?

mood
Publicité
Posté le 26-11-2006 à 19:06:16  profilanswer
 

n°10038552
dPca
J'aime pas Bora-Bora
Posté le 27-11-2006 à 06:42:53  profilanswer
 

Elle ne semble pas respectée parce que c'est une moyenne  :ange:  
Si on observe un lecteur type qui va acheter un bouquin dans une librairie, si ce lecteur trouve les phrases trop longues, il n'achète pas le livre.

n°10047497
mooa
Posté le 28-11-2006 à 13:29:51  profilanswer
 

Bonjour à tous  :jap:  
Je remercie dans l'orde d'apparition, Ton Père, DPCA, Amibe et N Cha pour leurs commentaires et leurs critiques constructives. En postant un court extrait je voulais savoir si je pouvais continuer à écrire. J'ai aujourd'hui ma réponse. Il y a des gens doués pour cela et d'autres non. Je fais malheureusement partie de la seconde catégorie. Ca n'est pas grave. Je devais savoir maintenant je sais. Vous me direz oui mais si tu aimes écrire il faut t'accrocher et persévérer !  
Sans doute mais pour le moment je vais digérer tout ça et peut-être un jour réussirai-je à vaincre mon juge interne qui pour le coup avait raison de me mettre autant de bâtons dans les roues à chaque fois que j'avais envie d'écrire  :D  
Bon courage aux autres et sans rancune aucune  :)

n°10048121
mooa
Posté le 28-11-2006 à 15:04:37  profilanswer
 

T'inquiète NCha, je ne suis pas découragée je suis juste lucide  ;)  
Je voulais avoir des avis objectifs pour pouvoir me situer...
Pour tout te dire jai une très grande envie d'écrire depuis toujours mais j'ai en permanence en moi (et maintenant plus que jamais) un juge qui me censure systématiquement dès que ma plume court sur le papier. Je suis un jour tombé sur ce forum et encouragée pas certains je me suis fait violence et j'ai muselé (ce fut épique et très douloureux) ce maudit censeur. En plus s'ajoute à cela la difficulté de formuler fidèlement par écrit ce que je couve au creux de mon imagination. Voilà pourquoi j'ai besoin aujourd'hui de prendre du recul et de "digérer tout ça". Je ne me ferme pas la porte ; elle est juste entrebaillée...  :D

n°10048428
Amibe_R Na​rd
Posté le 28-11-2006 à 15:42:28  profilanswer
 

mooa a écrit :

Bonjour à tous  :jap:  
Je remercie dans l'orde d'apparition, Ton Père, DPCA, Amibe et N Cha pour leurs commentaires et leurs critiques constructives. En postant un court extrait je voulais savoir si je pouvais continuer à écrire. J'ai aujourd'hui ma réponse. Il y a des gens doués pour cela et d'autres non. Je fais malheureusement partie de la seconde catégorie. Ca n'est pas grave. Je devais savoir maintenant je sais. Vous me direz oui mais si tu aimes écrire il faut t'accrocher et persévérer !  
Sans doute mais pour le moment je vais digérer tout ça et peut-être un jour réussirai-je à vaincre mon juge interne qui pour le coup avait raison de me mettre autant de bâtons dans les roues à chaque fois que j'avais envie d'écrire  :D  
Bon courage aux autres et sans rancune aucune  :)


 
Salut Mooa
 
Alors, je vais rectifier ce que tu dis
 
"Il y a des gens doués pour cela et d'autres non."
Il y a des gens qui travaillent pour cela et d'autres non. :)
 
"Je fais malheureusement partie de la seconde catégorie."
Tu fais le choix de te classer dans la seconde catégorie. :)
 
Combien de temps as-tu passé sur ce morceau de texte ?
Combien de temps es-tu prêt à passer pour l'améliorer et tenir compte de ce qui t'a été dit ?
 
Difficile aujourd'hui, de plus en plus facile au fil du temps.
 
"Je devais savoir maintenant je sais."
Maintenant tu sais que ça ne vient pas en un jour  :)
Tant mieux, ce qui vient trop facilement n'apprend rien. On apprend vraiment dans la difficulté.
 
 
Oui, ça représente pas mal d'heures de travail pour paraître écrire facilement.
 

Citation :


Sans doute mais pour le moment je vais digérer tout ça et peut-être un jour réussirai-je à vaincre mon juge interne qui pour le coup avait raison de me mettre autant de bâtons dans les roues à chaque fois que j'avais envie d'écrire  :D  


 
En général, c'est le dernier recours du juge interne : "mon pauvre ami, tu es trop nul, abandonne."
 
Parce qu'il est prêt à s'effondrer, ton juge interne.  
Tu as osé écrire un texte, et le présenter à d'autres... qui n'ont pas mâché leurs mots pour en soulever les faiblesses.
C'est énorme !
 
Et que peut-il faire d'autre, ton juge interne, à part te mettre un dernier gros bâton dans les jambes ? Le bâton de la nullité.
Si tu continues malgré tout, aujourd'hui, demain, après-demain, il est obligé de te laisser faire. Et dans le silence. Car il ne pourra plus rien t'opposer.
Non.
Il est coincé !  :)
 
 
Et ton besoin de "digérer" est normal. Parce que tu sais maintenant ce qu'il en est de l'écriture.
Parce que tu le sais : le mot est à portée de ta main, d'un retour de main.
Et c'est un peu effrayant !
 
Oui. Effrayant pour ton juge interne.
 
Lui a sûrement besoin de temps pour t'ouvrir la porte, accepter cet état de victoire réflexive où tu te trouves en ce moment.
Parce que tu sais, oui maintenant tu le sais, ton juge interne en est à son dernier combat de résistance.
 
Après ça, tu pourras choisir de faire autre chose, en sachant bien que tu peux reprendre l'écriture plus tard, n'importe quand, un jour d'ennui, un jour de folie, un jour d'envie.
 
 
Et je peux te le dire, j'écrivais exactement comme toi au début (avec les que, les qui, les phrases à rallonge, en une seule écriture) : style lourd, mal formulé, pensée obscure, 2 en philo, 5 en français, au bac  :)
 
Le don, je n'y crois pas.
Et j'ai lu suffisamment de biographies d'auteurs pour en être sûr : le don n'existe pas.
 
Les gens qui réécrivent, qui gambergent dans leur tête pendant des années. Oui, tout à fait !
Des gens naturellement doués, avec un don sorti du néant, jamais vu.
 
Pour une page imprimée dans un livre, cinq parties à la poubelle ou conservées en arrière-plan. (là aussi c'est une moyenne basse)
 
 
Maintenant tu le sais.
 
Tends un mouchoir à ton juge interne, il a perdu.
 
Et il le sait !
Même s'il ne veut pas te le dire.
 L'Amibe_R Nard
 

n°10048677
mooa
Posté le 28-11-2006 à 16:07:56  profilanswer
 

:lol: L'Amibe, si tu n'existais pas il faudrait t'inventer ! Mais que c'est bon de te lire... drôle aussi !  
Je te remercie pour ton hum... "remontage de bretelles", enfin celles du juge hein  :D  
Bon, sur ce, je vais te relire car la première fois une onde de châleur bienfaisante à réchauffé mon ti coeur tout peiné  :(  
 

Citation :

Et je peux te le dire, j'écrivais exactement comme toi au début (avec les que, les qui, les phrases à rallonge, en une seule écriture) : style lourd, mal formulé, pensée obscure, 2 en philo, 5 en français, au bac  :)  


 
Un jour il faudra que tu me dises si ton "au début" c'était y'a longtemps  :D  
 

n°10051913
Amibe_R Na​rd
Posté le 29-11-2006 à 00:12:36  profilanswer
 

mooa a écrit :

:lol: L'Amibe, si tu n'existais pas il faudrait t'inventer ! Mais que c'est bon de te lire... drôle aussi !  
Je te remercie pour ton hum... "remontage de bretelles", enfin celles du juge hein  :D  
Bon, sur ce, je vais te relire car la première fois une onde de châleur bienfaisante à réchauffé mon ti coeur tout peiné  :(  
 

Citation :

Et je peux te le dire, j'écrivais exactement comme toi au début (avec les que, les qui, les phrases à rallonge, en une seule écriture) : style lourd, mal formulé, pensée obscure, 2 en philo, 5 en français, au bac  :)  


 
Un jour il faudra que tu me dises si ton "au début" c'était y'a longtemps  :D


 
 
Bonsoir Mooa
 
Mon début, c'était en 1996, mes premiers pas sur le Net dans un atelier d'écriture virtuel.  :-))
 
Pas plus fier que toi à l'origine, avec aussi de gros doutes sur l'écriture.  
 
Mon juge interne tentait de tout gérer d'un coup, lui aussi. :)
Et puis, à regarder d'autres textes, il a vu combien il est facile de remarquer les coquilles des autres, les phrases mal tournées, ce qui sonne faux... Alors que les voir ou l'entendre dans ses propres textes : macache, rien à faire ! Il peut passer vingt fois devant une faute qui va arracher l'oeil d'un autre lecteur, mon petit juge, lui, va rater la faute ou le problème encore et encore. Episode très déplaisant pour mon petit juge interne qui, humblement, a pris sa leçon. A tiré le drapeau blanc de sa poche, et s'est mouché bruyamment avant de dire : "ok, roue libre dans un premier temps, je reviens à l'étape deux pour compléter avec une série de pourquoi, après tu jongles avec les mots des phrases, et je ponctue pour que ça sonne bien, tu rajoutes de la couleur et après on s'amuse à réduire le texte d'un tiers : à dire la même chose avec le moins de mot possible..."  
Là, mon petit juge est content, il peut travailler à sa façon, chercher mille façon de bouleverser une phrase et c'est devenu un jeu, une collision de mots pour obtenir une ou plusieurs phrases réduites sans "qui", sans "que", sans verbe être, etc. A chaque phrase, une image !
 
Oui, c'est de la folie baveuse si tu essaies de tout obtenir en même temps.
Mais passe après passe, ça fonctionne très bien.
 
Pour celui qui lit mes trucs et cherche à tous les appliquer d'un coup, c'est comme s'il recevait un coup de massue à travers la figure. Mais un texte, ça se peigne, une fois, deux fois, trois fois.
Un texte, ça se malaxe comme du levain si tu veux que la pâte monte.  
Même une pierre précieuse, il faut la tailler encore et encore, revenir sur les aspérités, polir un angle, vérifier que la pierre tient, polir l'angle suivant...
 
Et il en est des artistes dans ces domaines.
Qui appliquent une tâche après l'autre, parce qu'il est impossible d'aller plus vite que la musique.
Et qui se lèvent chaque matin sans se poser la question de leur don, ou pas.
 
Ils le font parce qu'ils aiment ça. :)
 
Si tu aimes ça, pourquoi t'en priver ?
      L'Amibe_R Nard

n°10052636
mooa
Posté le 29-11-2006 à 08:48:14  profilanswer
 

:jap: Merci Amibe pour tes confidences et surtout pour tes encouragements.  
J'essaierai d'appliquer tes conseils et d'acquérir ta sagesse  ;)  
Vaste programme !  :D

n°10054995
dPca
J'aime pas Bora-Bora
Posté le 29-11-2006 à 15:33:13  profilanswer
 

A mon tour... :lol:  
 
J'ai appris à écrire et à lire au CP et du haut de mes trente trois ans je continue à apprendre ( notamment le truc de mettre les verbes au futur ;) ) et je continue à recevoir les critiques.
Les remarques que l'on te fait ne sont pas à prendre comme des critiques mais comme du feedback.
Feedback signifiant, au choix, retour, apprentissage, critiques positives, critiques négatives, perception de l'autre, croyances, conseil, continuation, etc.  
Tu nous communiques quelque chose, on te renvoie une réponse ; à toi de faire ton propre feedback...


Message édité par dPca le 29-11-2006 à 15:35:20
n°10057788
gooopil
pfiew
Posté le 29-11-2006 à 21:28:39  profilanswer
 

Salut tout le monde. Intéressant ce topic :) Je pose donc un petit drapeau. Pour info, je n'écris pas (encore ?) mes propres textes, j'écris ceux des autres, mais dans une autre langue. Exprimé moins pompeusement : je fais de la traduction  :sarcastic:  
 

Ton pere a écrit :


 
Je reposte la version corrigée :  
 
<<Students ?  
 Un silence pesant régnait dans la salle de cours. Depuis une dizaine de minutes, chacun semblait retenir son souffle, et on s’attendait à tout moment à la chute d’un élève, violacé par le manque d’oxygène.
- Students ? What do you think about this text ?  
Toujours pas de réponse. La professeur d’anglais pinça les lèvres et s’adossa au tableau à peine entaché par quelques mots de vocabulaire.
- I’m listening to you, guys
Certains des élèves portèrent la main à leur sac, comme sujet à une soudaine prémonition. Quelques secondes plus tard, une sonnerie se fit en effet entendre, et ce fut le coup de départ d’un formidable tonnerre de raclements de chaises lorsque les lycéens se préparèrent à sortir. Ceux qui dormaient encore ouvrirent les yeux et se hâtèrent de sortir à leur tour.
- Well, you must do the exercice I gave you sooner. See you tomorrow ! >>
La plupart des étudiants n’entendirent rien, s’engouffrèrent à travers l’embrasure de la porte, et se déversèrent dans le couloir en réveil.
 
<< Il faut avouer qu’elle est ennuyeuse, cette prof… Moi, je ne serais pas capable de rester une heure sur la même question.
Gaël se passa la main dans les cheveux et sourit.
- Et tu as vu la masse de maquillage ? C’était encore pire que d’habitude !
Un sourire fendit le visage de Sofia.
- Ca, c’est sûr ! Si une mouche se posait sur elle, je pense qu’elle y resterait collée. Je me suis toujours demandé ce qui se passerait si tu posais ton doigt sur sa joue…
Gaël écarquilla ironiquement les yeux.
- Tu m’as imaginé dans une situation pareille ?  
- Bien sûr, répondit Sofia >>
Tandis qu’ils se dirigeaient vers l’extérieur en traversant un dédale de couloirs à la peinture écaillée, ils ne dirent rien. Ils réfléchissaient.  Après l’ouverture d’une dernière porte, le froid leur mordit la peau et le vent fit danser leurs cheveux.
<< C’est pourtant évident… maugréa Gaël.
- Que quoi ? fit Sofia, prise au dépourvue.
- Bah, qu’il faudrait me couper le doigt, pardi !>>
Sofia ne comprit pas tout de suite, puis éclata de rire. Elle asséna une bourrade amicale sur l’épaule de Gaël, et ils se dirigèrent tout deux vers leur arrêt de car et un repos bien mérité après une dure journée de labeur.


 
C'est pas mal, j'aime bien le rythme et le fait que tu n'essayes pas trop de faire du langage "djeun" qui sonne très souvent faux à l'écrit. Petite remarque : fais attention aux fautes en anglais, le texte est correct en français, mais l'anglais souffre de quelques incorrections et d'un style qui me semble peu convenir à un prof. C'est dommage :)
 
 
 

n°10070145
Ton pere
Posté le 01-12-2006 à 17:37:55  profilanswer
 

Salut, et merci de ton commentaire ;)  
 
Tu penses que les répliques de la prof d'anglais ne font pas naturelles ? Je te crois, puisque tu es traducteur. Je vais essayer de modifier ça, peut être en m'inspirant de mon prof ^^  
Qu'est-ce qui te choque, précisément ?  
 

Citation :

C'est pas mal, j'aime bien le rythme et le fait que tu n'essayes pas trop de faire du langage "djeun" qui sonne très souvent faux à l'écrit.


 
Oui, c'est clair que pour moi, il y a des limites quant au fait de coller à la réalité. Autant le language écrit ne colle pas à l'oral, autant l'inverse est véridique.
 
je me posais une petite question (juste comme ça) :
Est-ce que, si l'on écrit un livre à la troisième personne, il est judicieux d'écrire quelques passages à la première personne (très courts, et pas dans la tête du héros) ?  
Je vais faire quelques expériences, mais j'aimerais bien avoir votre avis.

n°10071513
Amibe_R Na​rd
Posté le 01-12-2006 à 20:50:03  profilanswer
 

Citation :


je me posais une petite question (juste comme ça) :
Est-ce que, si l'on écrit un livre à la troisième personne, il est judicieux d'écrire quelques passages à la première personne (très courts, et pas dans la tête du héros) ?  
Je vais faire quelques expériences, mais j'aimerais bien avoir votre avis.


 
 
Bonsoir Mooa
 
Là, je dirais tout dépend de ce que tu veux faire. :)
 
Si ton personnage écrit une lettre à quelqu'un d'autre, il va dire "je" bien sûr.
Le tout est de rester dans la peau du personnage.
 
Quand tu écris à la troisième personne, ta caméra est extérieure au héros... mais ça n'empêche pas que quelqu'un écrit l'histoire. (le narrateur, qui peut effectivement, lui, parler au je)
 
Le narrateur n'étant pas l'auteur.
Exemple très classique de narrateur racontant une histoire : le neveu reçoit en héritage le journal de son oncle et raconte l'histoire... ou alors il s'agit d'un notaire qui reçoit le journal, ou un ami qui devient le dépositaire de ce genre de confidences.
 
La différence auteur / narrateur est très importante. Car suivant le narrateur, l'histoire ne sera pas raconté de la même façon. Un vieux loup de mer ne racontera pas la même histoire qu'une jeune fille prude et sensible.
 
Donc oui, tu peux écrire au "je" certains passages.
Le tout est que ces passages soient cohérents dans ton récit, qu'il y ait continuité dans le récit... bref, que le lecteur n'ait pas l'impression de sauter du coq à l'âne.
 
        L'Amibe_R Nard

n°10088151
Ton pere
Posté le 04-12-2006 à 20:43:15  profilanswer
 

Citation :

Bonsoir Mooa


 
non non, je suis Ton père ^^  
 

Citation :

Là, je dirais tout dépend de ce que tu veux faire. :)  
 
Si ton personnage écrit une lettre à quelqu'un d'autre, il va dire "je" bien sûr.  
Le tout est de rester dans la peau du personnage.  
 
Quand tu écris à la troisième personne, ta caméra est extérieure au héros... mais ça n'empêche pas que quelqu'un écrit l'histoire. (le narrateur, qui peut effectivement, lui, parler au je)


 
Je ne pensais pas faire un passage du point de vue du narrateur (qui n'a pas une place très importante. En fait, on ne sait pas qui c'est :D ), mais du point de vue d'un personnage lambda que l'on croise une fois dans le récit. Mais je ne suis pas certain que ça colle, c'était pour voir si ça rendait bien. Je pense que je vais devoir rester à la troisième personne, sinon on a en effet l'impression que c'est le narrateur qui parle >< )
 
J'ai écris un petit texte d'ambiance. Vous savez, ce que l'on met au début des chapitres et qui apportent en général des infos sur le monde. Le voici :
 
Colère. Faim. Rancune. Haine. Bridé. Prisonnier.  
Noirceur. Sauveur. Libérateur.
Chef.  
Obéissance. Allégeance. Cadeau :
Vengeance. Vengeance. Vengeance.
 
  - Traduction approximative d’une fresque de grotte gobeline, chaîne d’Izol.
 
Voilà, ça me parait pas mal. C'est censé relater via une fresque gobeline la manière dont un homme qui deviendra leur chef leur donne une nouvelle occasion de se venger. Qu'en pensez vous ? (c'est ce passage que je pensais écrire à la première personne. Mais je trouve que ça sonne bien ainsi :)))


Message édité par Ton pere le 04-12-2006 à 21:11:08
n°10094554
Amibe_R Na​rd
Posté le 05-12-2006 à 19:01:14  profilanswer
 


 

Citation :

Bonsoir Mooa  
 
non non, je suis Ton père ^^  


 
:)
Oui, je m'en suis rendu compte trop tard.
J'avais déjà cliqué sur Valider.
 
Désolé pour cette fourche verbale. :(
 

Citation :

Je ne pensais pas faire un passage du point de vue du narrateur (qui n'a pas une place très importante. En fait, on ne sait pas qui c'est :D ), mais du point de vue d'un personnage lambda que l'on croise une fois dans le récit. Mais je ne suis pas certain que ça colle, c'était pour voir si ça rendait bien. Je pense que je vais devoir rester à la troisième personne, sinon on a en effet l'impression que c'est le narrateur qui parle >< )
 
J'ai écris un petit texte d'ambiance. Vous savez, ce que l'on met au début des chapitres et qui apportent en général des infos sur le monde. Le voici :


 
Un incipit (dont certains auteurs usent, rusent et abusent)
 

Citation :


Colère. Faim. Rancune. Haine. Bridé. Prisonnier.  
Noirceur. Sauveur. Libérateur.
Chef.  
Obéissance. Allégeance. Cadeau :
Vengeance. Vengeance. Vengeance.
 
  - Traduction approximative d’une fresque de grotte gobeline, chaîne d’Izol.
 
Voilà, ça me parait pas mal. C'est censé relater via une fresque gobeline la manière dont un homme qui deviendra leur chef leur donne une nouvelle occasion de se venger. Qu'en pensez vous ? (c'est ce passage que je pensais écrire à la première personne. Mais je trouve que ça sonne bien ainsi :)))


 
Je n'aime pas trop bridé ici. Seul verbe parmi des noms.
 
 
Colère. Faim. Rancune.  
Haine. Chaîne. Prison.  
Noirceur. Sauveur. Libérateur.
Chef.  
Obéissance. Allégeance.  
Cadeau : Vengeance. Vengeance. Vengeance.
 
  - Traduction approximative d’une fresque de grotte gobeline, chaîne d’Izol.
 
Traduction approximative, ou négociée avec un couteau sous la gorge.  ;o)))
 
- Traduction négociée d’une fresque de grotte gobeline, chaîne d’Izol.
 
Hum, je ne sais pas pourquoi négociée m'attire ici. Peut-être parce qu'il est ambigu ce négociée, et que ça peut attirer l'oeil du lecteur, qui zappe ces incipits souvent sans intérêt.
 
Mais sinon oui, ça sonne bien pour un incipit. Même avec approximative  :-)
 
     L'Amibe_R Nard

n°10135334
Ton pere
Posté le 11-12-2006 à 21:48:25  profilanswer
 

Citation :

:)  
Oui, je m'en suis rendu compte trop tard.  
J'avais déjà cliqué sur Valider.  
 
Désolé pour cette fourche verbale. :(


 
Bah, ce sont des choses qui arrivent ;)
 

Citation :

Je n'aime pas trop bridé ici. Seul verbe parmi des noms.


 
Oui, tu as raison. Je me tâtais justement sur ce mot, en outre ^^  
J'aime bien les modifications que tu as apportées. Ca sonne mieux.  
 

Citation :

- Traduction négociée d’une fresque de grotte gobeline, chaîne d’Izol.  
 
Hum, je ne sais pas pourquoi négociée m'attire ici. Peut-être parce qu'il est ambigu ce négociée, et que ça peut attirer l'oeil du lecteur, qui zappe ces incipits souvent sans intérêt.


 
Si cette traduction est effectuée dans le cadre d'une étude sérieuse, il n'y a aucune raison que son auteur ce soit fait menacer. :p  
Je préfère approximative, qui, pour moi, reflète plus la primitivité des dessins gobelins, qui les rend difficile à traduire (d'où une succession de mots simple sans construction).  
 

Citation :

Mais sinon oui, ça sonne bien pour un incipit. Même avec approximative  :-)


 
Merci. Je vais essayer de rendre mes incipits intéressants. J'aime beaucoup le principe. C'est l'un des trucs que je reproche à l'assassin royal par contre : les incipits semblent se répéter de tome en tome, hélas . Au contraire, je ne sais pas si tu connais la quête d'Ewilan, mais je trouve qu'ils y sont très bien.  
 
Sur ce, je vais continuer à écrire. Je suis content que le début me paraisse de plus en plus précis (la fin, pas forcément encore, bien sûr ^^), mais j'ai parfois un peu de mal à écrire les bons mots sur le papier. Trop de possibilités, peut être. mais je vais me mettre dans la tête que ces fautes n'échapperont pas à la réécriture !

n°10173759
Ton pere
Posté le 17-12-2006 à 17:50:29  profilanswer
 

hey les gens ! Si vous avez des choses à partager, n'hésitez pas !  
 
Il ne faut pas laisser ce super forum mourir :)

n°10180843
dPca
J'aime pas Bora-Bora
Posté le 18-12-2006 à 16:33:09  profilanswer
 

Citation :

hey les gens ! Si vous avez des choses à partager, n'hésitez pas !  
 
Il ne faut pas laisser ce super forum mourir :)


 
 
Si vous écrivez ou si vous avez écrit un livre, une revue téléchargez SCRIBUS (www.framasoft.net/article2566.html). Il remplace QuarkXpress et il est déjà utilisé par de nombreux professionnels de l'édition.
 
A quoi ça sert ? A faire les mise en page de couverture des livres...
 
Sinon, j'ai publié un livre (Ces patrons toxiques...) et quelques nouvelles sur www.inlibroveritas.net depuis le mois d'avril et je totalise un peu plus de 1320 lectures. Petit succès qui prouve que l'édition n'est pas la panacée pour être lu.
 
Une petite astuce pour vos dialogues : les tirets de début de dialogue se font en appuyant sur ALT+0151 ; c'est la typo correcte.  ;)

Message cité 2 fois
Message édité par dPca le 18-12-2006 à 16:51:37
n°10231344
Amibe_R Na​rd
Posté le 26-12-2006 à 18:27:24  profilanswer
 


 

dPca a écrit :

Citation :

hey les gens ! Si vous avez des choses à partager, n'hésitez pas !  
 
Il ne faut pas laisser ce super forum mourir :)


 
Sinon, j'ai publié un livre (Ces patrons toxiques...) et quelques nouvelles sur www.inlibroveritas.net depuis le mois d'avril et je totalise un peu plus de 1320 lectures. Petit succès qui prouve que l'édition n'est pas la panacée pour être lu.
 
Une petite astuce pour vos dialogues : les tirets de début de dialogue se font en appuyant sur ALT+0151 ; c'est la typo correcte.  ;)


 
 
Salut
 
Oui, "l'édition" n'est pas l'unique voie vers le succès.
 
Plusieurs bestsellers ont débuté leur carrière par de l'auto-édition.
De nos jours, le Net peut devenir une solution de remplacement... temporaire (*).
 
Car il ne faut pas oublier que l'auto-édition demande à être confirmée  :)
 
Soit par une édition papier pour "être considéré" comme un auteur classique.
Soit par une poursuite de la fréquentation et le bouche à oreilles.
 
Sur le Net, je dirais que 5 à 10 000 connexions commencent à devenir significatives.
 
Dans tous les cas, ça signifie : on continue à écrire !
Il ne faut pas décevoir ses lecteurs.
 
Bonne Année
           L'Amibe_R Nard
 
(*) pour être reconnu - ce n'est pas toujours l'obligation d'un auteur).
 

n°10235227
dPca
J'aime pas Bora-Bora
Posté le 27-12-2006 à 10:54:44  profilanswer
 


 
Au départ, j'ai écrit "ces patrons toxiques" sur commande pour des amis * au format word et pdf. Puis je l'ai mis en ligne pour tester ; j'avais lu que l'édition en ligne était l'avenir.
Sans être une révolution en soit, je trouve l'expérience enrichissante et cela permet de faire des progrès.
 
 
* Bon boulot, un des conseil du bouquin a fonctionné : leur patron a été remercié...

n°10235359
BoraBora
Dilettante
Posté le 27-12-2006 à 11:19:02  profilanswer
 

dPca a écrit :

Puis je l'ai mis en ligne pour tester ; j'avais lu que l'édition en ligne était l'avenir.


Si c'est le cas, il s'écoulera encore beaucoup d'années avant que cela se concrétise.  ;)

n°10235932
Ton pere
Posté le 27-12-2006 à 12:58:17  profilanswer
 

Le truc, c'est que lire un extrait sur internet c'est une chose, mais lire un bouquin entier, c'est plus que désagréable amha.  
 
 
Constats de mes derniers jours d'écriture : l'univers avance encore, notamment dans le tissage des créatures mythologiques dans mon histoire. Mais il faut que je me remette à écrire, et à chaque fois je n'ai pas le temps ou les documents... Allez, on se motive !

n°10240264
Deus_nox
Entre la lune et les étoiles..
Posté le 28-12-2006 à 00:33:53  profilanswer
 

         Salut à tous, pour mon premier message, j'ai décidé de poster sur ce topic, d'abord parce que je suis directement concerné..^^ Ensuite parce que je pense que ça peut être enrichissant...
 
Alors voilà, est-ce que je peux vous laisser un aperçu de ce que j'écris en ce moment?  
Il faut d'abord que je vous dise que je n'écris pas dans le but d'être publié, bien sur si je le devient j'en serai heureux, mais j'écris avant tout pour coucher sur papier mes rêves, mes idées. Je veux me prouver que je suis capable de les ordonner, de les retranscrire, de créer un monde convaicant pour tout ceux qui ne sont pas dans ma tête... C'est à dire tout le monde...^^ C'est de la fantasy, de la high fantasy pour être un peu plus précis...

n°10240277
Deus_nox
Entre la lune et les étoiles..
Posté le 28-12-2006 à 00:36:40  profilanswer
 

Allez jme lance! Qu'est-ce tu dis? Jme lance!...(^_^)
 
 Clac! Ce bruit l'apaisait. Tel un métronome il résonnait dans la fraicheur du matin. Il lèva la hache et...Clac! Une buche de plus fendue. On était seulement au début de l'automne mais il commençait déjà à couper du bois. L'été chaud et précoce de cette année annoncait un hiver froid. C'était le cas les années précédentes, ce le sera cette année et ça le restera longtemps encore. Il est des choses qui ne changent pas ou peu. Le bruit d'un pic se fit entendre dans le sous bois. La nature se préparait pour l'hiver elle aussi, on ne la trompait pas, elle non plus. Plus loin encore, un ours se gavait de baies, il avait reniflé une ruche un peu plus loin. Mais pas maintenant, les abeilles pouvaient attendre un peu, pas les baies, elles étaient bien sucrées et juteuses comme il les aimait. Un cerf commença à bramer, ce n'était pas encore tout à fait le moment, mais autant s'affirmer maintenant. Le vent suivait tout ces êtres, animaux, fleurs, arbres... Il se glissait entre leurs branches, entre leur membres, leur pattes et revenait rendre compte à son maître sourd à ses chuchotements.
« Azur! L' appel retentit dans le froid.
-Azur! » Le jeune homme relèva la tête, se retourna et ce qu'il vit lui donna le sourire. Kathlyn, les bras chargés d'une panière de linge arrivait vers lui, la démarche mal assurée, telle celle d'un ivrogne. Ce qu'elle est jolie pensa-t-il. Surtout avec sa tête hirsute dépassant à peine de la pile de linge. Une petite taille, des cheveux bruns, un teint mate, des yeux d'un noir de jais, un nez un peu empaté, des lêvres charnues, un sourire éclatant, et surtout de jolies fossettes étaient les marques exclusives de la jeune femme. Elle avait dix-sept ans, environ le même age qu'Azur, du moins le croyaient-ils tous. Car Azur ne connaissait pas vraiment son age, ni d'où il venait, seulement son identité et ce que lui avait raconté Altéa, la mère de Kathlyn.
Azur al Aquila, tel était son nom. Du Village de L'Aigle. Il avait été reccueilli errant dans la forêt par Altéa. D'une maigreur affolante, il s'était pratiquement jeté sur elle, déployant une force étonnante pour son état et son age apparant. Elle l'avait élevé comme son fils en même temps que sa propre fille. Celle-ci se montra fort décisive dans la guérison d'Azur. Lui parlant sans cesse, jouant avec lui, elle ne le laissait jamais à l'écart. Les premières semaines avaient été dures mais cela avait payé, à force de travail l'enfant sauvage s'était comme réveillé et était devenu un adolescent responsable et plein de vie, toujours souriant et chaleureux.
Pour le moment c'était un jeune homme torse nu, luisant de sueur malgré le froid, à cause du travail effectué.Il portait un étrange tatouage sur le dos: des ailes geantes dont chaque plume, chaque nervure de plume était représentées. Son regard était d'ambre, les cheveux chatains, le menton volontaire, le nez aquilain. Il portait un collier depuis toujours, un collier avec un pendentif en or blanc représentant un chevalier en armure légère avec des ailes déployées pointant son épée de diamant vers le bas, la tête penché au niveau de la poigné, un genou en terre. Il le cachait d'habitude sous ses vêtements de peur d'attirer la convoitise des autres. Mais il savait qu'il pouvait faire confiance à sa famille adoptive.
Pour le moment, il affichait un grand sourire et, avec son regard malicieux, lui annonça qu'elle se débrouillait bien.
« -Très marrant! Aide moi plutôt à amener ce linge à la rivière, et enlève ce sourire niais de ton visage, n'oublie pas qu'il ya aussi tes chausses!
Le sourire d'Azur s'éffaça aussitôt.
-T'as gagné, j'arrive... »
Azur trempé de la tête aux pieds, Kathlyn riant aux éclats, ils décidèrent que le temps était venu de rentrer à la maison. Lorsqu'ils arrivèrent, Altea les attendait sur le pas de la porte, les mains sur les hanches, les sourcils froncés. La mère ressemblait trait pour trait à sa fille, on ne pouvait s'y tromper, bien que sa peau fut légèrement plus foncée.
« -Où étiez vous passés? » lança-t-elle d'une voix faussement doucereuse. Azur connaissait bien cette voix pour l'avoir souvent entendue sortant de la bouche de Kathlyn, elle n'annonçait rien de bon et il le savait.
« -Nous étions à la rivière, on lavait le linge maman.répondit Kathleen
-D'accord, très bien... mais vous pourriez me renseigner sur une petite chose sans importance peut-être, vous avez lavé le linge pendant cinq heures?
-Hum, euh...non.
-Altéa, c'est ma faute, si je n'avais pas cherché à embeter Kathlyn, on serait rentré bien plus tôt...continua Azur
Le voyant tout trempé, Altéa sentit partir sa colère et ne put retenir un sourire.
-Allez, rentrez, tu vas attraper froid Azur. Quelle idée d'aller s'amuser dans l'eau par ce froid de canard... »
 Les flammes commencèrent à lécher le bas du lit et continuèrent à s'étendre... L'air s'embrasa comme si les Enfers  eux-même étaient tout proches. La mère se réveilla en sursaut, les flammes atteignirent le bord de son lit et attaquèrent les draps. Elle poussa un cris qui ne s'entendit pas, le manque d'air fit changer la couleur de son visage, d'un blanc presque pur, il devint violacé, boursoufflé. Ses cheveux s'embrasèrent, des larmes coulèrent à flot de ses yeux rougis par la chaleur, la peau de ses main, de son corps, se décolla. Puis tout se résorba, vint jusqu'au petit lit, aspiré par l'enfant. La mère se laissa tomber à coté du sien, essayant de reprendre son souffle, gémissant sous la douleur du simple fait de respirer. Lentement, elle retrouva son teint blanc, là où la peau n'était pas brulée. La porte de la chambre s'ouvrit avec fracas, son mari se laissa choir à ses côtés, pleurant de voir sa femme dans un tel état. Son épée gouttait d'un sang encore bien trop frais: il n'était pas encore coagulé.
« -Je n'aurai jamais dû accepter cette garde... J'aurai pu te venir en aide... Non! S'il te plaît, reste avec moi! »
La femme le regarda avec ces yeux qui l'avaient toujours fasciné, qui scrutaient le plus profond de son âme.  
« Amène moi près de lui » essaya-t-elle de dire dans un murmure presque inaudible. Son mari la regarda dans les yeux, poussa un soupir puis l'attrapa avec une infini tendresse compte tenu de sa force et l'emmèna près du lit de leur fils. Il la posa doucement près de l'enfant toujours endormi. Elle lui écarta les cheveux du visage, sa peau était froide presque glacée, qu'importe. Elle le regarda avec attention, puis se pencha un peu et lui dit à l'oreille:
« Mon fils, dans les moments durs qui se présenteront à toi, aime, aime quelqu'un et  tu surpasseras le monde, tout le reste ne comptera pas. »
Sur ce elle déposa un baiser sur son front et tomba à terre, morte. L'enfant se réveilla, les yeux écarquillés, vit d'abord son père, en larme, couvert de sang, puis posa les yeux sur sa mère, étendue sur le sol, la bouche entrouverte, ses horrible brûlures violacées se démarquant sur sa peau immaculée. Il poussa un cri et perd connaissance. Un verrou fut levé et le feu, trop heureux d'être à nouveau libre se répandit, beaucoup plus vite qu'un cheval au galop et brula tout dans un rayon d'une lieu. Le père n'eut pas le temps de crier qu'il était déjà mort, ainsi que le village en entier. L'enfant fut le seul rescapé de l'atrocité commise ici, un enfant d'environ six ans qui n'avait plus rien...
Azur se réveilla en poussant un cri, il tremblait, ses yeux roulaient dans leurs orbites, la raison semblait l'avoir quitté. Alertées par le bruit, Kathleen et sa mère entrèrent dans la chambre. Elles trouvèrent un Azur affolé et hystérique. Kathleen se rapprocha et lui chuchota au creu de l'oreille:
« Calme toi, tu n'as rien à craindre. On est là. Tout est fini
-Je les ai tué, je les ai tous tué. Je ne comprends pas comment mais c'est de ma faute!
-Mais de qui tu parles? Personne n'est mort! N'est-ce pas maman?
-Tu ne comprends pas lui crie-t-il, j'ai vu ma mère, j'ai vu ce que j'ai fait, à elle, à mon père, à tout mon village. Brulés, brulés vif comme des brindilles jetés dans les flammes ».
Il se mit à pleurer, ce qui choqua Kathleen aussi surement que si le ciel lui était tombé sur la tête. Elle le regarda, bouché bée, les yeux grand ouverts.Jamais Azur n'avait versé une larme devant elle.
Alors Altéa vint elle aussi à lui, se pencha et l'enserra dans ses bras. Ce contact inhabituel fit stopper les pleurs de l'adolescent.
« Tu es calmé? Parle nous de ce que tu as vu, calmement, doucement.
-Je les ai tué, tous, tout mon clan est mort par ma faute!
-Toi? Ton clan? Comment? »
Azur ne voulut pas répondre, mais comment refuser de répondre à celle qui l'avait reccueilli? Il prit une grande inspiration puis se lança:
« Je ne sais pas, mais c'est moi... souffla-t-il. »
Au loin un renard glapit, terrassé en pleine course par une lumière bleu éclatante. Quelqu'un apparut au dessus de la carcasse du renard, il portait une longue robe noire, avec capuche, ce qui faisait qu'on ne pouvait voir ses traits, seulement deux yeux irradiant une couleur bleu glacée. Il murmura dans le vent:
« Ce n'était qu'un renard » puis, presque pour lui-même:
« J' en ai trouvé un, exceptionnel de part sa puissance mais il ne maitrise encore rien.
-Vérifie et revient me faire ton rapport, je ne souffrirai aucune erreur. » La voix décharnée par la distance résonna dans la tête de l'Individu. La décharge de pouvoir habituelle à chaque communication avec l'Unique lui vrilla les tympans. La douleur le fit tomber à genou. Il ne pouvait que murmurer son approbation. L'Unique, satisfait, se retira et comme à chaque fois, l'extase submerga l'Individu.Tout son être ne fut qu'explosion de bonheur et de félicité intense. Rien que pour connaître cette sensation se dit-il, il était prêt a endurer n'importe quelle douleur, prêt à commetre les pires atrocités.

n°10240332
Deus_nox
Entre la lune et les étoiles..
Posté le 28-12-2006 à 00:47:50  profilanswer
 

Entre temps je viens de corriger quelques fautes qui m'avait échappées. dsl  
Je suis aussi conscient de 2-3 lourdeurs, je ne manquerai pas d'essayer de les corriger...

n°10240431
inclassabl​e
Posté le 28-12-2006 à 01:09:43  profilanswer
 

J'aime bien ce texte, on sent qu'il y a du travail derrière, et c'est facile à lire.
petit reproche : au debut je trouve les phrases trop courte, j'aime bien les phrases de plusieurs lognes mais je crois que c'est plutot deconseillé :D

 

bon j'ai pas tout lu car quelques substances ethyliques m'empechent d'etre trop concentré, je verras ça tout a l'heure :o

 

(drapal deguisé )


Message édité par inclassable le 28-12-2006 à 01:10:31
n°10241666
dPca
J'aime pas Bora-Bora
Posté le 28-12-2006 à 10:24:42  profilanswer
 

Deus_nox a écrit :

Entre temps je viens de corriger quelques fautes qui m'avait échappées. dsl  
Je suis aussi conscient de 2-3 lourdeurs, je ne manquerai pas d'essayer de les corriger...


 
 
Alors lis bien ce qui est écrit dans les liens. Jusqu'au bout.
Des informations précieuses tu trouveras...
 
http://oliv-le-preux.livejournal.com/2895.html
http://www.derniermot.net/
http://syven.over-blog.com/article-2363884.html
http://www.revue-solaris.com/special/cnpedh.htm


Message édité par dPca le 28-12-2006 à 10:44:07
n°10242058
Deus_nox
Entre la lune et les étoiles..
Posté le 28-12-2006 à 11:29:52  profilanswer
 

dPca---> Merki, j'avais déjà été sur revue-solaris, et j'ai aussi le livre D'Orson Scott Card: Comment écrire de la fantasy et de la science fiction.  
Mais je ne connaissait pas les autres liens, merci encore.
 
Je suis ouvert à toute critique constructive, alors n'hésitez pas.^^

n°10255793
le textori​en
ultime et impossible
Posté le 29-12-2006 à 23:31:07  profilanswer
 

dPca a écrit :


 
 
 
 
Sinon, j'ai publié un livre (Ces patrons toxiques...) et quelques nouvelles sur www.inlibroveritas.net depuis le mois d'avril et je totalise un peu plus de 1320 lectures. Petit succès qui prouve que l'édition n'est pas la panacée pour être lu.
 


J'ai fait un petit tour ce ce site c'est plutôt intéressant pour découvrir et soutenir des nouveaux auteurs. L'idée est pas trop mauvaise.


---------------
les ombres sont les enfants de la lumière
n°10266051
keskiya
I'm lost...
Posté le 31-12-2006 à 14:07:08  profilanswer
 

(suis de retour... lol)
 
Je me demandais si vous connaissiez des sites internet ou des livres sur les créatures mythologiques??? parce que la mythologie est intéressante, c'est quelque chose qui est généralement exploitée dans les oeuvres de Fantasy ou Fantastique, mais je n'ai pas réussi à trouver de sites sur lesquels on nous dit de quoi viennent les légendes etc etc et ce qu'elles racontent, par exemple à propos des dragons. Parce que comment écrire quelque chose sur des créatures connues par des centaines de gens en en connaissant uniquement le nom et l'aspect grossier? C'est impossible... (enfin, c'est mon avis, après impossible n'est généralement pas français, mais là, si on veut que ça concorde réellement avec la mythologie, autant se renseigner...)

n°10266098
dPca
J'aime pas Bora-Bora
Posté le 31-12-2006 à 14:20:01  profilanswer
 

keskiya a écrit :


 
Je me demandais si vous connaissiez des sites internet ou des livres sur les créatures mythologiques?


 
 
- google
- wikipédia
- amazon


Message édité par dPca le 31-12-2006 à 14:21:36
n°10270792
Ton pere
Posté le 01-01-2007 à 04:05:15  profilanswer
 

Tout s'abord : bonne année 2007 à tous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  :hello:  
 
Ensuite, pour revenir au sujet après ce joyeux souhait de bonheur dans l'année à venir :  
 
Keskiya ==> je me pose aussi la même question en ce moment. Je vais faire un tour sur wikipédia/google and co car, comme l'a sous entendu dPca, ya de grandes chances que j'y trouve mon bonheur ^^  
J'vais y faire un tour sur le champ !

n°10276188
Deus_nox
Entre la lune et les étoiles..
Posté le 02-01-2007 à 11:49:25  profilanswer
 

J'ai un livre sur les mythes et legendes du monde: Mythologies chez Gründ. Il est très complet.

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  13  14  15  ..  168  169  170  171  172  173

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
qui à lu le livre globalia de j.c rufin ?Ecriture d'un roman d'heroic fantasy
un livre écrit par sms --- votre avis ?Amélie Nothomb Mercure (édition livre de poche)
Amélie Nothomb Mercure (édition livre de poche)J'aime lire==> le petit livre rouge non communiste
Par quel livre commencer pour decouvrir Ernest Hemingway ?recherche livre, vos avis
Où trouver un livre bilingue russe/polonais?[LIVRE] "Ne le dis à personne ..." Quelqu'un l'a lu ?
Plus de sujets relatifs à : Ecrire un livre : vos romans amateurs (Màj du 1er post)


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR