Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1462 connectés 

 


 

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  ..  861  862  863  864  865  866
Auteur Sujet :

[taupikunik] Réchauffement climatique

n°9615783
itcouldbes​weet
Aller simple
Posté le 30-09-2006 à 18:44:27  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
C'est surtout de nucléaire militaire dont l'allemagne aura besoin d'ici 20-30 ans. [:le kneu]


Message édité par itcouldbesweet le 30-09-2006 à 18:44:39

---------------
I like that outfit, the zipper's pinchin'. But if you want it any tighter we could cinch it.
mood
Publicité
Posté le 30-09-2006 à 18:44:27  profilanswer
 

n°9617869
Profil sup​primé
Posté le 01-10-2006 à 01:14:50  answer
 

Ici aussi en Belgique on comptait sortir du nucélaire d'ici 2020.
 
Et bien finalement ça risque de ne plus être trop possible.   [:ciler]

n°9618880
Profil sup​primé
Posté le 01-10-2006 à 11:00:54  answer
 

Ca risque de ne plus être possible si on continue à pomper de l'énergie n'importe comment.  
 
Ce n'est pas sur les moyens de production énergétique qu'il faut jouer, mais sur les économies à réaliser (y'a tout de même de la marge). Revenir à des constructions plus traditionnelles en y mêlant les avancées récentes pour économiser en hiver (et ne pas avoir à faire péter la clim' en été), prendre des douches plus courtes, éviter la bagnole, etc...

n°9619886
Jean920
Posté le 01-10-2006 à 14:09:03  profilanswer
 


 
exact  :)
Mais l'Etat peut intervenir pour encourager et faciliter les bons comportements, voir taxer les comportements qui ne vont pas dans le bons sens de la lutte contre le réchauffement climatique.
Une redistribution des richesses de ceux qui ne font aucun effort vers ceux qui font des efforts.


Message édité par Jean920 le 01-10-2006 à 14:25:42
n°9619904
Profil sup​primé
Posté le 01-10-2006 à 14:13:36  answer
 
n°9620685
fatal erro​r
Posté le 01-10-2006 à 16:48:38  profilanswer
 

voila ce qui se passe a cause du rechauffement de la terre
 
vous avez vu le film "le jour d'après", quand les tornades ravagent Los Angelès ?
 
Ben la vidéo que vous allez voir ressemble beaucoup à cette scène, sauf qu'il n'y a pas d'effets spéciaux, ce que vous allez voir est ce qu'il s'est réellement passé en 2005 dans la banlieue d'une grande ville brésilienne, pays peu habitué aux tornades  :pt1cable:  
 
 
http://www4.climatempo.com.br/clim [...] ado_sp.avi
 
 

n°9620708
Profil sup​primé
Posté le 01-10-2006 à 16:51:58  answer
 

fatal error a écrit :

voila ce qui se passe a cause du rechauffement de la terre
 
vous avez vu le film "le jour d'après", quand les tornades ravagent Los Angelès ?
 
Ben la vidéo que vous allez voir ressemble beaucoup à cette scène, sauf qu'il n'y a pas d'effets spéciaux, ce que vous allez voir est ce qu'il s'est réellement passé en 2005 dans la banlieue d'une grande ville brésilienne, pays peu habitué aux tornades  :pt1cable:  
 
 
http://www4.climatempo.com.br/clim [...] ado_sp.avi


Les tornades ça existent depuis toujours et même en Europe.  :)

n°9620738
fatal erro​r
Posté le 01-10-2006 à 16:56:47  profilanswer
 


 
 
oui mais des tornades de cette taille t'en verra jamais en europe :D  
 
 
edit ta vu un peu la taille du monstre ca doit etre facilement une F3 ou F4 sur l'echelle de fujita :pt1cable:

Message cité 1 fois
Message édité par fatal error le 01-10-2006 à 17:04:01
n°9621021
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 01-10-2006 à 17:47:45  profilanswer
 


 
Concernant l'eau c'est un faux problème, ça dépend complêtement du lieu où t'habite. Il est ridicule pour un norvégien d'économiser de l'eau par exemple. Il faut que les ressources soient utilisées en adéquation avec les besoins et surtout en prenant en compte la disponibilité et la régénération.
 
Concernant le chauffage en Europe, on a déjà LARGEMENT les moyens d'une autonomie énergétique pour les maisons par exemple. Mais c'est tabou, compliqué (ex : EDF rachète l'électricité que vous produisez et vous n'avez le droit que de vous fournir chez eux).
 
Or par exemple dans le sud-est, quelques panneaux solaires nouvelle génération suffisent amplement pour l'eau chaude et le chauffage, l'appoint nécessaire étant excessivement faible. Idem pour les bio-carburants qui sont déjà utilisés ILLEGALEMENT et c'est un comble que ce soit illégal par bon nombre de paysans.
 
Je ne parle pas bien de toutes les régions comportant des villages avec un vent constant ou une rivière. Avec quelques turbines bien placées et quelques éolienne, chaque village aurait tout à fait les moyens de son indépendance énergétique.
 
Ce qu'il faut, c'est diversifier les ressources mais SURTOUT délocaliser les productions et que celles-ci soient adaptées non plus au pays, mais à tel village ou à telle maison.
 
Et pour l'industrie, ben il restera le nucléaire civil, le reste, mais au moins les choses seront claires et on arrêtera de faire chier le citoyen de base qui n'est qu'un ridicule consommateur par rapport aux municipalité (essence, électricité gaspillées honteusement etc...), aux usines et aux industries.

n°9621094
Svenn
Posté le 01-10-2006 à 17:58:31  profilanswer
 

Gigathlon a écrit :

Qu'est-ce que la photosynthèse?
 
La plante puise une partie de la matière qui est responsable de sa croissance dans l'air, le CO2, et rejette de l'O2.
 
Bref, une plante quasi quelconque est un filtre à CO2, conserver/rétablir des étendues forestières pourrait compenser totalement l'excès de CO2, sans parler de la possibilité de créer des "fermes à oxygène" (serres de plantes pourquoi pas modifiées génétiquement) dans les points à forte concentration de CO2.


 
Comme dit plus haut, les puits à CO2 sont une vaste blague, les forêts ne "consomment" du CO2 que lors de leur croissance.  
 
Il y a quelques mois, une étude publiée dans Nature ou Science (donc le top de la crédibilité scientifique) a d'ailleurs enfoncé le clou à ce sujet : le CO2 et le réchauffement climatique ne se traduisent pas par une augmentation de la "consommation" globale de CO2 par les forêts, mais bien par une diminution. Une explication étant probablement que les plantes vivant à un endroit donné sont adaptées à la température locale et la concentration en CO2 habituelle. Si il fait plus chaud et qu'il y a trop de CO2, les plantes sont moins en forme et consomment moins de CO2. Dommage .... :/

mood
Publicité
Posté le 01-10-2006 à 17:58:31  profilanswer
 

n°9621124
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 01-10-2006 à 18:05:49  profilanswer
 


 
Et bien avec des panneaux solaires nouvelle génération, tu peux avoir autant d'eau chaude que tu veux et rester sous la douche tout la journée si tu veux quand tu habites dans un pays qui le permet. Tu vois donc parfaitement que les économies d'énergie sont un faux problème.
 
C'est pas économiser globalement l'énergie qui compte, mais c'est la produire au cas par cas pour tel ou tel besoin et à la plus petite échelle possible.

n°9621232
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 01-10-2006 à 18:24:28  profilanswer
 


 
Les panneaux solaires nouvelle génération chauffent même sans soleil direct (bien sûr ça chauffe quand même moins) et pour info, les panneaux pour l'eau chaude ne produisent pas de courant mais chauffent l'eau directement, donc pas besoin de batterie. Par contre oui, il faut des solutions d'appoint, mais ça permettrait localement de réduire CONSIDERABLEMENT la consommation éléctrique.  
 
Problème : ces nouveaux panneaux solaires coutent les yeux de la tête et bien sûr aucun état ne veut investir pour les produire à très grande échelle et inciter les particuliers à en avoir.

n°9621280
Profil sup​primé
Posté le 01-10-2006 à 18:30:32  answer
 


 
Panneaux solaires cai pour l'eau chaude. [:ciler]

n°9621289
fatal erro​r
Posté le 01-10-2006 à 18:32:16  profilanswer
 

Les changements climatiques ne sont pas nécessairement lents. De récentes études prouvent que des «basculements» se sont déjà produits en moins d’une décennie...
 
La verte Irlande transformée en désert de glace. Au large des côtes françaises, des phoques du Groenland nagent entre des morceaux de banquise. Des ours polaires rôdent dans les rues d’Amsterdam... Telles sont les images qu’évoquent les toutes dernières recherches sur le réchauffement de la planète. Vous avez bien lu: réchauffement de la planète, c’est-à-dire hausse de la température moyenne à la surface du globe due à la rétention de la chaleur solaire dans l’atmosphère par la pollution.  
Pis, les mêmes recherches suggèrent que ce changement radical de climat en Europe du Nord pourrait se produire en 10 ans seulement. Pas de faute de frappe: il ne manque aucun zéro à ce chiffre. Des scientifiques ont récemment mis en évidence que le réchauffement de la planète peut avoir un impact dévastateur en un temps infiniment plus court que nul ne l’aurait cru possible, qui ne se compte ni en siècles, ni en décennies mais en années: ce phénomène brusque est appellé «basculement» climatique.  
Un éminent expert vient d’adresser cette mise en garde: certains pays de l’Atlantique Nord pourraient entrer dans un climat arctique en 10 ans. Autant dire en un clin d’œil à l’échelle géologique. A l’échelle humaine, une telle rapidité de changement climatique est très probablement insupportable. Une économie, une agriculture seraient-elles capables de résister à un bouleversement aussi soudain?
 
Rouvrir le débat sur le réchauffement de la planète
Pourtant, les preuves s’accumulent: non seulement de tels «basculements» peuvent avoir lieu, mais ils se sont déjà produits dans le passé. Ces données rendent plus urgente la réouverture d’un débat sur le réchauffement de la planète, qui a perdu beaucoup en vigueur ces dernières années.
En matière de changement climatique, l’attention s’est en gros concentrée sur un seul point: la quantité croissante, dans l’atmosphère terrestre, de gaz à effet de serre (en particulier le dioxyde de carbone dégagé par la combustion des carburants fossiles) retient toujours plus de chaleur solaire. D’immenses efforts ont été faits pour tenter de prédire la hausse de température que l’augmentation de ces gaz va provoquer sur la planète. Actuellement, les estimations les plus fiables l’évaluent à environ 1,5 degré Celsius au cours du prochain siècle.  
Selon les scientifiques, un réchauffement – même aussi modeste à première vue – pourrait créer des bouleversements dans tous les domaines, allant des pratiques agricoles à la diffusion des maladies. Mais le rythme du changement ne paraît guère terrifiant: nous pourrons sûrement faire face à des évolutions étalées sur plusieurs générations. Ne l’avons-nous pas déjà fait? Ces arguments sont étayés par un autre qui semble exclure fermement tout changement rapide de climat: comme les océans ont une inertie thermique colossale, ils amortiraient sûrement un choc soudain. A égalité de poids, il faut 10 fois plus d’énergie pour chauffer de l’eau que du fer à l’état solide.
 
Deux failles dans les précédents raisonnements
Les chercheurs n’ont donc pas été surpris de ne trouver aucun indice de brusques changements de climat lorsqu’ils ont commencé à étudier les sédiments océaniques anciens, dont les compositions isotopiques gardent en mémoire les températures passées. Mais on sait aujourd’hui que, dans cette convergence apparemment rassurante entre la théorie et les constats, il y a deux énormes failles. La première est apparue au début des années 80, lorsqu’une mission scientifique américano-européenne au Groenland a fait une étrange découverte. Elle avait extrait une carotte de glace dans le sud de ce pays et mesuré les compositions isotopiques des gaz retenus à différentes profondeurs, afin d’estimer la température dans la région sur des milliers d’années, ce qui n’avait pu être fait avec précision jusqu’alors. Quand ils établirent leur graphique, les chercheurs découvrirent quelque chose de très curieux. Et perturbant.
La carotte montrait, comme prévu, une hausse de température correspondant à la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 11 000 ans. Mais elle révélait aussi que ce réchauffement s’était produit pour l’essentiel en l’espace d’une quarantaine d’années seulement. Dans un premier temps, personne ne sut que faire de ce résultat, qui contredisait radicalement tout ce que les scientifiques savaient – ou croyaient savoir – des changements climatiques. Mais d’autres carottes furent extraites et donnèrent des résultats encore plus spectaculaires: en 20 ans à peine, la température du Groenland avait augmenté de 5 à 10 degrés et les précipitations avaient doublé.
Rien dans les études antérieures sur les carottes de sédiments marins n’avait préparé les chercheurs à de telles trouvailles – et pour cause. Si les carottes de sédiments océaniques anciens n’en disaient rien, c’était seulement parce que l’image qu’elles donnaient des changements de température était très sommaire. Elles n’offraient pas, tout simplement, la vision fine des carottes de glace.
Stimulés par les découvertes du Groenland, les scientifiques ont cherché des sites où les sédiments marins s’accumulent suffisamment vite pour enregistrer les températures avec autant de précision que les carottes de glace. Et ils ont retrouvé le même passé de brusques changements de climat, dans des lieux aussi éloignés que la Californie et l’Inde.
Apporter des preuves d’un phénomène stupéfiant suffit rarement à persuader la communauté scientifique. Il faut aussi en proposer une explication convaincante. Or, l’analyse – admise depuis des années – de l’apparition et de la disparition des périodes glaciaires donnait encore plus de raisons de croire que les changements de climat devaient être lents et doux. Cette analyse reposait sur les travaux d’un chercheur serbe, Milutin Milankovitch qui, en 1920, avait lié les glaciations à des variations de l’orbite de la Terre, provoquées par l’attraction ou la répulsion des autres planètes. Ces variations modifient la concentration du rayonnement solaire qui atteint notre globe. Il s’agit d’évolutions très graduelles, étalées sur plusieurs milliers d’années: induits de cette façon, les changements de climat étaient tout sauf abrupts. Mais, là encore, il y avait une faille dans ce raisonnement rassurant: Wallace Broecker, de l’Université Columbia (Etat de New York), l’a repérée à peu près au moment où les climatologues perplexes s’interrogeaient sur la carotte de glace.
Cette faille est liée à un trait bien particulier des océans: leur système de circulation. Des courants océaniques transportent la chaleur autour du globe comme un immense tapis roulant. Dans l’Atlantique par exemple, un courant chaud parti du golfe du Mexique remonte vers le nord et transmet sur son passage sa chaleur à l’air, par évaporation. Ses eaux sont donc progressivement plus froides, plus salées et plus denses, jusqu’au moment où, près de l’Islande, elles deviennent si lourdes qu’elles sombrent, et entreprennent sur le fond océanique un long voyage de retour vers le sud.
Wallace Broecker a compris que ce processus délicat et complexe – qu’il a baptisé le «Tapis roulant» – pourrait être le talon d’Achille du climat terrestre: il rend possible la transformation de légères modifications en bouleversements colossaux. Sans avoir à changer la masse entière des océans, une petite variation de température pourrait suffire à altérer le comportement du Tapis roulant – et à déclencher sur une zone immense un changement climatique rapide et radical.
En fondant peu à peu, les glaces de l’Arctique pourraient, par exemple, diluer la salinité du Tapis roulant jusqu’à un seuil de densité critique où il ne coule plus, et ne repart plus vers le sud se recharger en chaleur. En pratique, le Tapis serait arrêté, et l’Atlantique Nord isolé des eaux tropicales de plus en plus chaudes. Le résultat serait alors tout à fait paradoxal: un léger réchauffement de l’Arctique ferait chuter les températures des pays nord-atlantiques.
 
L’existence du «Tapis roulant» est menacée
On est aujourd’hui largement convaincu que l’explication de Broecker est au cœur des brusques changements climatiques du passé. L’inquiétant est qu’on prévoit que le réchauffement de la planète aura précisément sur les glaces de l’Arctique le type d’impact qui menace l’existence du Tapis roulant. Les projections informatiques des effets de la pollution sur les températures du globe laissent entrevoir un afflux d’eaux douces et froides dans l’Atlantique Nord, qui pourraient diluer suffisamment le Tapis pour le bloquer. Si cela se produisait, estime Wallace Broecker, les températures hivernales de l’Atlantique Nord chuteraient d’environ 10 degrés en 10 ans, donnant à une ville comme Dublin le climat du Spitzberg (400 kilomètres au nord du cercle polaire arctique). «Les conséquences seraient dévastatrices», dit-il.
Les informations que livrent les carottes de glace renforcent la crédibilité de ce scénario, estime le climatologue Kendrick Taylor, de l’Institut de recherche sur le désert de Reno (Nevada). De nombreuses carottes suggèrent qu’il y a environ 8 000 ans, s’est produit un soudain retour à une «mini-période glaciaire», qui a duré environ 400 ans. Le déversement dans l’Atlantique d’eaux de fonte venues de lacs canadiens en est, selon Taylor, la cause la plus probable: elles ont interrompu le Tapis roulant qui transportait la chaleur. «L’accroissement des flux d’eau douce en direction des océans était important, mais pas si différent de celui que l’effet de serre pourrait provoquer, écrit-il dans un article récent de la revue American Scientist. Paradoxalement, le réchauffement de la planète pourrait refroidir brutalement l’Est de l’Amérique du Nord, l’Europe et la Scandinavie.»
Alors, à quand un nouvel arrêt du Tapis roulant? Nous n’en savons rien. Les modèles informatisés n’ont toujours pas déterminé quel seuil critique de densité de l’eau de mer interromprait le Tapis, ni quelles concentrations de gaz à effet de serre seraient nécessaires pour libérer les quantités requises d’eau de fonte.  
 
Sahara: nouvelles explications
Ce que ces modèles ont montré, souligne Taylor, c’est que réduire les émissions polluantes fait gagner du temps – en ralentissant le rythme du réchauffement de la planète, mais aussi en faisant évoluer le climat de façon plus lente. Mais, tandis que les scientifiques s’efforcent de saisir sur leurs superordinateurs toutes les complexités du climat, d’autres causes de changements climatiques radicaux commencent à être évoquées.
En juillet 1999, le professeur Martin Claussen et ses collègues de l’Institut climatologique de Potsdam (Allemagne) ont publié des données tendant à prouver que l’actuel désert du Sahara a été créé il y a 5 500 ans seulement: un basculement du climat a transformé de vastes étendues de verts pâturages en terres arides et détruit d’antiques civilisations. A l’aide d’un modèle informatique sophistiqué de la terre, de la mer et de l’atmosphère, ces chercheurs ont vu à quel point peuvent être subtils certains des phénomènes susceptibles de transformer des variations du type de celles relevées par Milutin Milankovitch (dans l’orbite de la Terre) en bouleversements climatiques majeurs. Ils ont déterminé qu’au cours des 9 000 dernières années, l’attraction gravitationnelle des planètes a modifié l’inclinaison de l’axe de la Terre d’environ un demi-degré, et déplacé d’environ cinq mois le moment où elle est le plus près du Soleil.
En eux-mêmes, des changements aussi limités n’auraient pas dû avoir d’effets climatiques importants. Mais, quand Martin Claussen et ses collègues ont inclus l’effet végétation dans leur modèle informatique, ils ont découvert qu’il provoquait l’effondrement des précipitations sur la région du Sahara. Ils ont expliqué ce phénomène par une «boucle de rétroaction»: une légère diminution de la végétation permet à la surface de la terre de refléter légèrement mieux la lumière du soleil, ce qui diminue la pluviosité, ce qui réduit davantage la végétation, etc. Selon Martin Claussen, c’est cette boucle qui a fait de l’immense Sahara verdoyant une étendue désolée en quelque 300 ans: «Ce fut le plus grand changement du couvert terrestre dans les 6 000 dernières années», estime-t-il.
Cette découverte va probablement contraindre les historiens à repenser leurs analyses du passé de cette région. Pour Martin Claussen, elle contredit l’idée reçue selon laquelle l’agriculture s’est effondrée parce que les paysans antiques avaient épuisé le sol: «Des hommes ont certes vécu au Sahara et exploité la terre jusqu’à un certain point, mais nous pensons que cette activité n’a joué qu’un rôle négligeable».
Ces résultats sont également reçus comme un nouvel avertissement sur l’instabilité potentielle de notre propre climat. «Il pourrait changer très abruptement, affirme le climatologue Andrew Goudie de l’Université d’Oxford. Nous savions que la superficie du Sahara n’a cessé d’osciller comme un yoyo pendant des millions d’années, et qu’il y a 8 000 ans, il était bien plus humide qu’aujourd’hui, avec de grands fleuves qui se jetaient dans le Nil. Mais je n’avais pas compris à quel point le changement avait été rapide. C’est salutaire.»
 
Basculements au Nord
En ce même mois de juillet 1999, une équipe de chercheurs des Universités d’Illinois et du Minnesota annonçait la découverte d’un autre basculement climatique dans l’hémisphère Nord: il a temporairement replongé la région dans une période glaciaire il y a environ 9 000 ans. Travaillant sur des sédiments lacustres du Minnesota, cette équipe a confirmé l’existence du refroidissement d’il y a environ 8 200 ans, qu’avaient révélé les carottes de glace. Mais elle a aussi trouvé la preuve d’une autre chute des températures il y a 8 300 à 8 900 ans. Elle pense que ce premier coup de froid est lié au déversement des glaces fondues des lacs dans l’Atlantique, qui pourrait avoir interrompu le Tapis roulant. Les chercheurs estiment à présent que le second a très probablement une autre cause – inconnue à ce jour.
Une chose est claire: tant que nous n’en saurons pas davantage sur les complexités des changements climatiques, toute estimation du temps qu’il nous reste pour prendre des mesures est exclue. Mais il ressort toujours plus nettement des données dont nous disposons qu’il pourrait être infiniment plus court que nous le pensions. «Je croyais que les changements climatiques étaient lents et ne m’affecteraient jamais personnellement, avoue Kendrick Taylor. Aujourd’hui, je sais que notre climat pourrait changer sensiblement de mon vivant.»
 
SOURCE / Le Courrier de l'UNESCO  
 
 
 

n°9621323
Profil sup​primé
Posté le 01-10-2006 à 18:37:23  answer
 

J'espère que je verrais un tel changement de mon vivant.  [:nico54]  
 
Un nouvel ordre mondial.  :love:
 
J'irais chasser le phoque et l'ours avec ma moo neige. :)

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 01-10-2006 à 18:38:46
n°9621347
Larry_Gola​de
In soviet russia
Posté le 01-10-2006 à 18:41:48  profilanswer
 


 
Ne pas confondre panneaux photovotaïques et panneaux solaires : les permiers font de l'électricité, les second réchauffent de l'eau (en gros c'est une boîte en verre sur le toit avec un tuyau en sepentin dedans)


---------------
Si on attend la dernière minute pour faire quelque chose, au moins ça ne prendra qu'une minute à faire.
n°9621364
fatal erro​r
Posté le 01-10-2006 à 18:44:52  profilanswer
 


 
 
des ours polaires dans les rues d'amsterdam [:nico54]
 
 
EDIT on ira chasser le phoque dans la meuse :love:

Message cité 1 fois
Message édité par fatal error le 01-10-2006 à 18:46:07
n°9621411
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 01-10-2006 à 18:53:33  profilanswer
 


 
Et bien non, c'est pas DU TOUT illusoire. Un reportage sur un mec ayant fait une maison en complête autonomie était passée sur ARTE. Ce que consomme par exemple les habitants d'un village est bcp plus dérisoire que tu ne l'imagine. S'il y a un cours d'eau à proximité avec assez de courant, on peut aménager des mini-centrales électriques SEULEMENT pour le village en question, installer 1 ou 2 éoliennes, un paquet de panneaux solaire et jouer avec tout ça. On crée une carte journalière de la production en disant : attention, aujourd'hui problème approvisionnement, donc, pas de machine à laver etc...
 
Ce qui pompe une quantité INCROYABLE d'énergie, c'est l'industrie, les villes avec par exemple des éclairages non économique, des chauffages pas aux normes, des moyens de transport vétustes etc... etc...
 
Pour info ici en Allemagne, bcp de lampe en ville marche avec un panneau solaire et c'est amplement suffisant. La lampe se charge pendant la journée et se décharge pendant la nuit.
 
Encore une fois, il faut créer des objets qui auto-subviennent à leur besoin et arrêter de penser GLOBALEMENT pour la production d'énergie, mais au contraire revenir à de toutes petites échelles : Telle panneau d'indication sur l'autoroute ==> doit avoir sa propre source d'énergie.
Tel village ==> itoo.
Telle maison ==> pareil
 
etc...

n°9621481
klx26
Posté le 01-10-2006 à 19:04:57  profilanswer
 

Hermes le Messager a écrit :


(...)
Encore une fois, il faut créer des objets qui auto-subviennent à leur besoin et arrêter de penser GLOBALEMENT pour la production d'énergie, mais au contraire revenir à de toutes petites échelles : Telle panneau d'indication sur l'autoroute ==> doit avoir sa propre source d'énergie.
Tel village ==> itoo.
Telle maison ==> pareil
 
etc...


 
Tiens, ça ressemble étrangement au phénomène agricole : intensif / extensif !
Finalement mêmes systèmes, mêmes problèmes.  
 
Sinon, vu que le topic part sur les énergies : http://forum.hardware.fr/hardwaref [...] 8368-1.htm
 
Pas mal de points avaient été cités.
 

n°9622010
thefaboss
Posté le 01-10-2006 à 20:14:07  profilanswer
 


Merci de nous avoir fait partager cet article fort intéressant :jap: (qui au passage permet d'appuyer quelques uns de mes propos qui n'étaient pas acceptés dans les pages précédentes :pfff: )
 

Hermes le Messager a écrit :

[...]
Encore une fois, il faut créer des objets qui auto-subviennent à leur besoin et arrêter de penser GLOBALEMENT pour la production d'énergie, mais au contraire revenir à de toutes petites échelles : Telle panneau d'indication sur l'autoroute ==> doit avoir sa propre source d'énergie.
Tel village ==> itoo.
Telle maison ==> pareil
 
etc...


Et hop ! Manque plus que l'IA se développe suffisamment pour qu'un scénario catastrophe style Terminator/Matrix arrive :)


---------------
Marre des chaînes de mails ? Renvoyez ce lien à vos agresseurs !   .:|:.   Ce vieux rêve d'Icare...
n°9622047
Jean920
Posté le 01-10-2006 à 20:19:02  profilanswer
 

Hermes le Messager a écrit :


Concernant l'eau c'est un faux problème, ça dépend complêtement du lieu où t'habite. Il est ridicule pour un norvégien d'économiser de l'eau par exemple. Il faut que les ressources soient utilisées en adéquation avec les besoins et surtout en prenant en compte la disponibilité et la régénération.  


 
En tout cas en France l'eau douce devient et va devenir un problème surtout dans toute la partie Sud de la France
 
 
 

fatal error a écrit :

oui mais des tornades de cette taille t'en verra jamais en europe :D  
 
 
edit ta vu un peu la taille du monstre ca doit etre facilement une F3 ou F4 sur l'echelle de fujita :pt1cable:


 
 
Il y a dejà eu dans l'Histoire météorologique de la France 2 tornades F5  
En Seine-Maritime le 19 août 1845 (70 morts et 300 blessés)
En 1967 dans le Pas-­de-Calais (6 morts et 30 blessés)
 
Donc sur la période 1680-1988
Il y a eu  
2 F5
11 F4
44 F3
50 F2
 
La France n'est pas un pays à Tornade mais il y en arrive quand même assez régulièrement.
ça doit être la même chose au Brésil surtout vu l'immensité du territoire et la proximité d'une forêt immense qui alimente en humidité les orages, des tornades F5-F4 il y a dû en avoir un paquet.
Après il faudrait voire si la fréquence des tornades violentes augmente ou reste stable pour un territoire donné, il y a surement eu des études sur ça
 
Par contre ce qu'il y a jamais eu en France c'est des cyclones encore classifiés qui soient arrivés sur nos côtes Atlantiques, mais ça viendra surement un jour avec le réchauffement climatique.
L'été dernier pour la première fois de l'Histoire moderne un cyclone de catégorie 1 a touché les cotes du Portugal lors de la saison cyclonique la plus intense jamais observé sur l'Atlantique Nord.


Message édité par Jean920 le 01-10-2006 à 20:22:33
n°9622142
Jean920
Posté le 01-10-2006 à 20:30:15  profilanswer
 

fatal error a écrit :


En matière de changement climatique, l’attention s’est en gros concentrée sur un seul point: la quantité croissante, dans l’atmosphère terrestre, de gaz à effet de serre (en particulier le dioxyde de carbone dégagé par la combustion des carburants fossiles) retient toujours plus de chaleur solaire. D’immenses efforts ont été faits pour tenter de prédire la hausse de température que l’augmentation de ces gaz va provoquer sur la planète. Actuellement, les estimations les plus fiables l’évaluent à environ 1,5 degré Celsius au cours du prochain siècle.
Selon les scientifiques, un réchauffement – même aussi modeste à première vue – pourrait créer des bouleversements dans tous les domaines, allant des pratiques agricoles à la diffusion des maladies. Mais le rythme du changement ne paraît guère terrifiant: nous pourrons sûrement faire face à des évolutions étalées sur plusieurs générations. Ne l’avons-nous pas déjà fait? Ces arguments sont étayés par un autre qui semble exclure fermement tout changement rapide de climat: comme les océans ont une inertie thermique colossale, ils amortiraient sûrement un choc soudain. A égalité de poids, il faut 10 fois plus d’énergie pour chauffer de l’eau que du fer à l’état solide.


 
Ah bon et c'est quoi pour eux les estimations les plus fiables, donnent t'ils les sources de ces fameuses études.
Parsque de la littérature scientifique sur le sujet il en a eu beaucoup et très peu arrivent à un chiffre aussi bas pour la fin du XXIème siècle. La plupart sont plus proche du 5° que du 1.5°
Les seuls qui arrivent à des chiffres aussi bas sont des études financées par le gouvernement américain, et niveau objectivité il y a mieux (cf armes de destruction massive en Irak)
 
---------------
---------------
 
 
Sinon pour se faire une petite idée du réchauffement climatique dans sa région
Voir par exemple ce site de l'Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique
http://onerc.org/home.jsf
Il faut aller dans scénarios du changement climatique futur
Après on choisit un paramètre et une période de l'année
Puis on choisit sa ville ou on clique directement sur la carte.
Là on a une courbe estimé pour son coin
 
Par exemple :
http://onerc.org/cgi-bin/graph?LAT=48.212963&LON=6.5546875&PARAM=TX&PERIOD=annuel
http://onerc.org/cgi-bin/graph?LAT=48.212963&LON=6.5546875&PARAM=TN&PERIOD=annuel

Message cité 1 fois
Message édité par Jean920 le 01-10-2006 à 20:36:42
n°9622277
Gigathlon
Quad-neurones natif
Posté le 01-10-2006 à 20:44:59  profilanswer
 

Jean920 a écrit :

Ah bon et c'est quoi pour eux les estimations les plus fiables, donnent t'ils les sources de ces fameuses études.
 
Les seuls qui arrivent à des chiffres aussi bas sont des études financées par le gouvernement américain, et niveau objectivité il y a mieux (cf armes de destruction massive en Irak)


 
Et en quoi les études commandées par notre gouvernement auraient plus de crédit? :heink:  

n°9622300
thefaboss
Posté le 01-10-2006 à 20:48:36  profilanswer
 

Parc'queeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!!!!!!!!!!!!!!


---------------
Marre des chaînes de mails ? Renvoyez ce lien à vos agresseurs !   .:|:.   Ce vieux rêve d'Icare...
n°9626554
Jean920
Posté le 02-10-2006 à 14:36:20  profilanswer
 

Gigathlon a écrit :

Et en quoi les études commandées par notre gouvernement auraient plus de crédit? :heink:


 
Je ne parle pas que des études gouvernementales
Les études indépendantes publiées sur le sujet sont aussi pour la plupart plus proche de 5°, le projet de calcul partagé climateprediction par exemple
 
Quant aux Etats-Unis on sait très bien qu'ils ont tout intérêt à minimiser les conséquences futures du réchauffement climatiques pour préserver à court terme leur économie basée sur la production et la consommation de pétrole.
Ils ont quand même pas envahis l'Irak pour rien, ils faut bien qu'ils en tirent les bénéfices de leurs puits de pétrole.
En plus quand on connait les liens de l'administration Bush avec l'industrie pétrolière, il y a de quoi avoir des doutes sur l'objectivité de ces études, non?
George Bush a travaillé pour l'entreprise pétrolière Dresser Industries qui a fussionné en 1998 avec l'entreprise Halliburton Energy Services dont Dick Cheney était à l'époque le président-directeur général.
 
 
Par contre pour la France je vois pas bien quel serait son intéret d'exagérer les effets du réchauffement climatique, ça serait se tirer une balle dans le pied pour rien.
Et quand 156 pays sur 192 signent le protocole de Kyoto ça m'étonnerait que ça aussi ça soit du vent, si les chef d'Etats sont convaincus que le réchauffement climatique n'aura aucun effet, ils n'auraient jamais signé ce traité, qui prévoit pour 38 pays des objectifs contraignants. Pareil que pour la France, ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied pour rien.
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1e/Kyoto_Protocol_participation_map_2005.png/300px-Kyoto_Protocol_participation_map_2005.png

Message cité 1 fois
Message édité par Jean920 le 02-10-2006 à 14:36:46
n°9626786
Gigathlon
Quad-neurones natif
Posté le 02-10-2006 à 15:13:36  profilanswer
 

Jean920 a écrit :

Par contre pour la France je vois pas bien quel serait son intéret d'exagérer les effets du réchauffement climatique, ça serait se tirer une balle dans le pied pour rien.


 
Promouvoir le nucléaire, étant donné que la france est le pays qui produit le plus d'électricité de cette façon?
 
Je sais pas, mais si tu ne donne aucun crédit aux études américaines, les études françaises ne devraient pas te sembler plus réalistes à moins que tu ne portes des oeillères...

n°9626962
Jean920
Posté le 02-10-2006 à 15:36:13  profilanswer
 

Gigathlon a écrit :

Promouvoir le nucléaire, étant donné que la france est le pays qui produit le plus d'électricité de cette façon?
 
Je sais pas, mais si tu ne donne aucun crédit aux études américaines, les études françaises ne devraient pas te sembler plus réalistes à moins que tu ne portes des oeillères...


 
Sauf que les études françaises aboutissent à peu près aux mêmes conclusions que la plupart des études indépendantes (climatepredicton par exemple) et à des études gouvernemantales d'autres pays. C'est à dire que le réchauffement climatique constitue un vrai problème, et qu'il faut faire quelque chose.
Le protocole a été signé par 156 pays, et ça m'étonnerait qu'ils ont tous du nucléaire à refourguer aux autres pays. L'Allemagne a même abandonné le nucléaire, quel serait alors ses intérets à signer le protocole de Kyoto si ils étaient convaincus que le réchauffement climatique ne poserait aucun problème.
 
Alors que les études commandées par le gouvernement américain elles sont très isolés dans leur minimisation du réchauffement climatique en cours et à venir.


Message édité par Jean920 le 02-10-2006 à 15:36:55
n°9626995
Gigathlon
Quad-neurones natif
Posté le 02-10-2006 à 15:40:57  profilanswer
 

Dans le genre indépendant, j'ai quand même vu mieux:
 

Citation :

The climateprediction.net experiment should help to "improve methods to quantify uncertainties of climate projections and scenarios, including long-term ensemble simulations using complex models", identified by the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) in 2001 as a high priority. Hopefully, the experiment will give decision makers a better scientific basis for addressing one of the biggest potential global problems of the 21st century.

n°9628297
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 02-10-2006 à 18:39:26  profilanswer
 

Gigathlon a écrit :

Promouvoir le nucléaire, étant donné que la france est le pays qui produit le plus d'électricité de cette façon?
 
Je sais pas, mais si tu ne donne aucun crédit aux études américaines, les études françaises ne devraient pas te sembler plus réalistes à moins que tu ne portes des oeillères...


 
Ya encore des gens comme toi qui doutent de la véracité des études publiées sur le réchauffement climatique et soutiennent la thèse du complot ??  :ouch:  
 
incroyable...  :D  Remarque, il y a bien des gens qui pensent qu'on a jamais été sur la lune...  :o  

n°9628328
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 02-10-2006 à 18:41:47  profilanswer
 

Gigathlon a écrit :

Dans le genre indépendant, j'ai quand même vu mieux:
 

Citation :

The climateprediction.net experiment should help to "improve methods to quantify uncertainties of climate projections and scenarios, including long-term ensemble simulations using complex models", identified by the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) in 2001 as a high priority. Hopefully, the experiment will give decision makers a better scientific basis for addressing one of the biggest potential global problems of the 21st century.



 
Oué bon, il va falloir ouvrir un peu les yeux là... Pratiquement TOUTES les études sur la question arrivent au même résultat avec divers degrés de gravité (ça va de très grave à très très très grave) hein... Ya qu'aux USA (comme par hasard) qu'on arrive encore à trouver des scientifiques qui "ont des doutes" (ils n'osent même pas affirmer le contraire).

n°9628344
maurice ch​evallier
Versus Maurice Laspallès
Posté le 02-10-2006 à 18:43:23  profilanswer
 

Ceci dit, vu la complexité du phénomène, des prédictions sur 50 ou 100 ans ont de bonnes chances de se planter. En gros ce sera soit Tatooine, soit Hoth.

n°9628394
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 02-10-2006 à 18:47:59  profilanswer
 

maurice chevallier a écrit :

Ceci dit, vu la complexité du phénomène, des prédictions sur 50 ou 100 ans ont de bonnes chances de se planter. En gros ce sera soit Tatooine, soit Hoth.


 
Nan, mais aucun scientifique sérieux ne prétend prévoir les conséquences EXACTES du phénomène. Mais aucun scientifique sérieux non plus ne prétend que cette conséquences pourraient "ne pas être très graves"?
 
CQFD.
 
On sait juste que les conséquences vont être catastrophiques, on sait pas dans quelle mesure, ni exactement en quoi. Certains penchent pour une glaciation dans certains coins (liés à la modification des courants marins), d'autres pour des désertifications terribles, d'autres les deux etc...  

n°9628427
maurice ch​evallier
Versus Maurice Laspallès
Posté le 02-10-2006 à 18:50:37  profilanswer
 

Hermes le Messager a écrit :

Nan, mais aucun scientifique sérieux ne prétend prévoir les conséquences EXACTES du phénomène. Mais aucun scientifique sérieux non plus ne prétend que cette conséquences pourraient "ne pas être très graves"?
 
CQFD.
 
On sait juste que les conséquences vont être catastrophiques, on sait pas dans quelle mesure, ni exactement en quoi. Certains penchent pour une glaciation dans certains coins (liés à la modification des courants marins), d'autres pour des désertifications terribles, d'autres les deux etc...


Moi je vote pour la glaciation  :o  
J'aime pas la chaleur.

n°9628438
Gigathlon
Quad-neurones natif
Posté le 02-10-2006 à 18:51:53  profilanswer
 

Hermes le Messager a écrit :

Ya encore des gens comme toi qui doutent de la véracité des études publiées sur le réchauffement climatique et soutiennent la thèse du complot ??  :ouch:


 
Je n'ai pas dit ça non plus, simplement que ces "études" ne démontrent strictement rien...

n°9628459
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 02-10-2006 à 18:54:36  profilanswer
 

Gigathlon a écrit :

Je n'ai pas dit ça non plus, simplement que ces "études" ne démontrent strictement rien...


 
Si, elles démontrent que les situations engendrées seront de toutes manières très grave et qu'on ne peut plus continuer comme ça. Les seuls doutes qui subsistent viennent de la complexité par exemple de l'influence des courants marins sur le climat de telle ou telle région EN PARTICULIER.
Les boulversements climatiques globaux à l'échelle de la planête ne sont plus remis en cause par personne.

n°9628467
boober
Compromis, chose due
Posté le 02-10-2006 à 18:55:19  profilanswer
 

ben dis donc c'est bien alarmiste tout ca :/
 
j'ai tout de meme du mal a admettre qu'un changement climatique puisse s'operer aussi rapidement, et encore plus de mal a admettre qu'il existe un "point de non retour" ....
 
ce point de non retour c'est quoi??? la Terre est une planete qui de toute facon se refroidit et dont la chaleur migre progressivement dans l'atmosphere. cela inclu bien evidemment des boulversement climatiques qui peuvent se traduire par des rechauffement globaux ou des periodes de glaciation  
 
c'est marrant cette manie de l'etre humain de vouloir tjrs se sentir au centre d'evenements qui  
1°) se sont deja produits en l'absence de l'homme.
2°) continueront a se produire avec ou sans lui
3°) se sont deroulés sur des siecles, 10 aine de siecles, 100aine de siecles.  
 
on rapporte tout a l'echelle de notre vie (si courte) et c'est a croire que c'est la terre qui tourne autour de l'homme.
 


---------------
Entrez dans la dance clap clap, les soucis n'ont pas de chance, la musique commence, clap clap, ça c'est Fraggle Rock!
n°9628518
Hermes le ​Messager
Breton Quiétiste
Posté le 02-10-2006 à 19:02:04  profilanswer
 

boober a écrit :

ben dis donc c'est bien alarmiste tout ca :/
 
j'ai tout de meme du mal a admettre qu'un changement climatique puisse s'operer aussi rapidement, et encore plus de mal a admettre qu'il existe un "point de non retour" ....


 
Ben va falloir t'y faire mon ptit. C'est ce qui est en train de se produire. Quand on dit "point de non retour" c'est en tout cas le cas à l'échelle de l'existence humaine. Si l'homme disparait ou trouve les moyens de minimiser son influence sur son milieu, peut être que la nature peut reprendre le dessus et que la situation peut changer. Mais de toutes manières, c'est sur des milliers d'années (au minimum).
 

Citation :

ce point de non retour c'est quoi??? la Terre est une planete qui de toute facon se refroidit et dont la chaleur migre progressivement dans l'atmosphere. cela inclu bien evidemment des boulversement climatiques qui peuvent se traduire par des rechauffement globaux ou des periodes de glaciation


 
N'importe quoi là.  
 

Citation :

c'est marrant cette manie de l'etre humain de vouloir tjrs se sentir au centre d'evenements qui  
1°) se sont deja produits en l'absence de l'homme.


 
Jamais aussi rapidement. Les calottes glacières contenant de l'air vieux de plusieurs milliers/dizaines de milliers d'années le prouvent.
 

Citation :

2°) continueront a se produire avec ou sans lui


 
mébiensûr. Oui il y a des boulversements. Mais au lieu de se produire en l'espace de 100 ou 200 ans, il se produisent en l'espace de milliers/dizaine de millier d'années.
 

Citation :

3°) se sont deroulés sur des siecles, 10 aine de siecles, 100aine de siecles.


 
Tu le dis toi-même...
 

n°9628535
Profil sup​primé
Posté le 02-10-2006 à 19:03:34  answer
 

boober a écrit :

ben dis donc c'est bien alarmiste tout ca :/
 
j'ai tout de meme du mal a admettre qu'un changement climatique puisse s'operer aussi rapidement, et encore plus de mal a admettre qu'il existe un "point de non retour" ....
 
ce point de non retour c'est quoi??? la Terre est une planete qui de toute facon se refroidit et dont la chaleur migre progressivement dans l'atmosphere. cela inclu bien evidemment des boulversement climatiques qui peuvent se traduire par des rechauffement globaux ou des periodes de glaciation  
 
c'est marrant cette manie de l'etre humain de vouloir tjrs se sentir au centre d'evenements qui  
1°) se sont deja produits en l'absence de l'homme.
2°) continueront a se produire avec ou sans lui
3°) se sont deroulés sur des siecles, 10 aine de siecles, 100aine de siecles.  
 
on rapporte tout a l'echelle de notre vie (si courte) et c'est a croire que c'est la terre qui tourne autour de l'homme.


 
Depus le film "Le jour d'après" cai à la mode.  :jap:  

n°9628779
boober
Compromis, chose due
Posté le 02-10-2006 à 19:29:17  profilanswer
 

Hermes le Messager a écrit :

Ben va falloir t'y faire mon ptit. (...)


 
je ne pense pas t'avoir manqué de respect donc "mon ptit" bof quoi
 
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dos [...] /index.htm


Message édité par boober le 02-10-2006 à 19:30:32

---------------
Entrez dans la dance clap clap, les soucis n'ont pas de chance, la musique commence, clap clap, ça c'est Fraggle Rock!
n°9629047
thefaboss
Posté le 02-10-2006 à 20:07:05  profilanswer
 

boober a écrit :

[...]
c'est marrant cette manie de l'etre humain de vouloir tjrs se sentir au centre d'evenements qui  
1°) se sont deja produits en l'absence de l'homme.
2°) continueront a se produire avec ou sans lui
3°) se sont deroulés sur des siecles, 10 aine de siecles, 100aine de siecles.  
 
on rapporte tout a l'echelle de notre vie (si courte) et c'est a croire que c'est la terre qui tourne autour de l'homme.


Complètement +1, mais ceux qui comme toi et moi adoptent ce même style de réflexion ne sont pas la bienvenue dans ce topic j'ai l'impression :pfff:  


---------------
Marre des chaînes de mails ? Renvoyez ce lien à vos agresseurs !   .:|:.   Ce vieux rêve d'Icare...
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  6  ..  861  862  863  864  865  866

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Les jeunes, les vieux, qui a raison ?Message à multitude007 qui censure sans droit de réponse, ni raison!
[LOCATION] Fin de bail > je peux etre virée sans raison ?[Philosophie] La raison est-elle égale en tous les hommes ?
Mag Jennyfer assignés en justice par FdF ... raison ce coup la ?(egoisme éternel?) qui a raison ? Hobbes, Malraux ?
[SABOTS] Taupique de la Raison Puredeux film de coluche le meem soir ? une raison ?
[ TF1 - Affaire Allègre ] Coincidence ou pas ?[Sérieux] De quelle manière/raison avez vous plaqué votre copine ?
Plus de sujets relatifs à : [taupikunik] Réchauffement climatique


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR