Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1433 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  596  597  598  599  600  601
Auteur Sujet :

[T-U] Souffrance au travail / job à la con.

n°14634932
kholle
... UHU ...
Posté le 18-04-2008 à 11:48:21  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

Mur-mur a écrit :

Personnellement, aujourd'hui, à mon taf, je ne souffre plus. Mais qu'est-ce que je me fais chier... Départ 31 mai, heureusement.


 
Je dois me faire chier au taff depuis 5 ans au moins. Au début, tout beau, tout neuf, premier boulot, grande motivation, petit salaire.
Bien content de toucher 9000 balles par mois quand on a été longtemps étudiant.
 
Au début, plein de projets, j'étais à fond dedans, je montais en compétences techniques et administratives, j'étais reconnu par ma hierachie, j'étais sur la bonne voie niveau carrière, on me confiait de plus en plus de responsabilités. Puis les collègues changent, la hierarchie aussi, les copains se barrent ... jusqu'au moment où on n'a plus d'affinités avec personne, bref, je vais au taff pour taffer, rien de plus.
 
Puis vient le moment du gros coup de pute que me fait ma haute hierarchie qui peut pas me blairer. Mon n+1 est viré et là le coup classique, ce poste que je convoitais depuis le début est pourvu par un autre.
Fin de la motivation, fin du plan de carrière, début du questionnement sur moi-même (qu'est ce que j'ai fait pour mériter ça? Je suis une grosse merde qui vaut rien. On me la mise bien profonde etc...) + la honte devant les collègues qui voient bien que je me suis fait enculé.
 
Puis le temps passe jusqu'au jour où plus rien ne m'atteint, je me fous de tout ce qui peut arriver au taff. Je fais le minimum pour ne pas me faire remarquer (en mal comme en bien) et pour garder mon boulot, je m'écrase avec ma haute hierarchie lorsque je m'aperçois des erreurs de mon N+1 (Ah t'as pas voulu de moi au poste, ben demmerdes toi maintenant).
Bref, je m'emmerde bien tous les jours. Je ne veux pas me barrer car je suis hyper-spécialisé et quelques années d'expériences me sont encore nécessaires pour pouvoir me lancer tout seul une autre offre.
 
Bref en moins de 10 ans de taff, je suis dégouté du monde du travail pour un bon bout de temps encore.  

mood
Publicité
Posté le 18-04-2008 à 11:48:21  profilanswer
 

n°14635061
lorelei
So goddamn slick it's a sin
Posté le 18-04-2008 à 12:00:49  profilanswer
 

Mur-mur a écrit :


Ah ouais quand même... C'est marrant, en surfant sur HFR, on ne détecte qu'un cynisme plutôt convenu, un détachement seulement légèrement amer concernant le monde du travail, et en particulier, évidemment, dans le domaine de l'informatique. Tu bosses dans quoi? Expériences passées?
Edit: "journaleuse". Ok, comme ma gonz (enfin en ce moment: domaine de la com, toussa...) :)


J'ai eu l'occasion de travailler dans une grande entreprise de jeux vidéo (première expérience, premier traumatisme fondateur : virée pour des raisons de luttes de pouvoir entre d'autres personnes que moi, droit du travail violé à la cosaque, ça aurait du terminer aux prud'hommes mais j'ai accepté une indemnité transactionnelle parce que j'étais fauchée).  
 
Ensuite, start up internet, d'abord avec un N+1 harceleur moral et hystérique qui a essayé de me virer - et a fini, quand j'ai prouvé qu'il plagiait des articles, par se faire virer lui -, puis le délire total très 1999 de la startup gérée avec les pieds, l'embauche d'un "nettoyeur", j'ai fini par négocier un licenciement tellement l'ambiance puait.  
 
Puis en agence de com où l'ambiance était OK, mais qui m'envoie en consulting dans un conseil général où je suis retombée sur un mec du genre de l'hystéro déjà mentionné, qui avait tendance à oublier que je n'étais pas son esclave, mais au contraire une consultante charger de revoir le contenu éditorial du site et donc son travail... La mission n'a pas été renouvelée, on n'a donc pas renouvelé mon CDD dans la boîte de com.
 
Je suis alors passée dans l'enseignement (prof documentaliste) : là c'est une collègue qui me donnait envie de la baffer, nulle dans son boulot et intriguant sans cesse, foutant la merde entre les gens, et avec les gamins, créant une atmosphère intenable au CDI.  
 
Puis de la com dans un institut de formation, avec un N+1 lâche qui m'a fait ses reproches à la toute fin de mon contrat, sans m'en avoir jamais parlé avant, alors qu'il était chargé de réviser le site que je faisais, il a fait exprès de laisser passer des erreurs (il en a même rajouté) pour pouvoir me charger ensuite : la raison? Ben je faisais mieux son boulot que lui. C'est zarb, parce que vu qu'il était dans l'enseignement public, je risquais pas de lui piquer sa place (dieu m'en préserve)...
 
Et il aura fallu que je passe un bilan de compétences pour me rendre compte de ce qui me convenait vraiment.
 
Je ne parlerai même pas des jobs alimentaires, là, la souffrance est quotidienne.
 
 


---------------
Rock'n Roll - New Noise
n°14635113
Yagmoth
Fanboy
Posté le 18-04-2008 à 12:07:03  profilanswer
 

Tiens je ne suis pas le seul à avoir voulu m'échapper de l'EN  :whistle: Tu pourrais m'en dire un peu plus sur le métier de prof documentaliste ?

n°14635457
Mur-mur
Ab hoc et ab hac.
Posté le 18-04-2008 à 13:05:19  profilanswer
 

lorelei a écrit :


J'ai eu l'occasion de travailler dans une grande entreprise de jeux vidéo (...)
Ensuite, start up internet (...)  
Puis en agence de com où l'ambiance était OK, mais qui m'envoie en consulting dans un conseil général (...)
Je suis alors passée dans l'enseignement (prof documentaliste) (...)
Puis de la com dans un institut de formation (...)
 
Je ne parlerai même pas des jobs alimentaires, là, la souffrance est quotidienne.


 :ouch: Grande entreprise, pme, collectivité territoriale, Education nationale, mini-job... Exceptionel, tu as testé tous les secteurs, il n'y en a aucun d'épargné par les cons...

Spoiler :

Bon, soit heureuse d'avoir trouvé des jobs payés dans ton secteur :o  :o

n°14636513
Mur-mur
Ab hoc et ab hac.
Posté le 18-04-2008 à 14:50:21  profilanswer
 

kholle a écrit :

... Je fais le minimum pour ne pas me faire remarquer (en mal comme en bien) et pour garder mon boulot, je m'écrase avec ma haute hierarchie lorsque je m'aperçois des erreurs de mon N+1 ...


Ouais, j'ai beau m'être pris de sérieux tarifs au taf, je reste toujours loyal: je n'ai jamais enfoncé/raconté des trucs sur mes collegues.  :/ Par contre en réciproque...


---------------
Nos tafs de merde Celui à qui tu démontre qu'il a tort, aura la même reconnaissance que le renard envers le piège qui lui prend la patte.
n°14636523
martin_ste​phane
Posté le 18-04-2008 à 14:51:56  profilanswer
 

tient moi je me fait chier au taf
 
si j avais pas le net je pense que je me tirerais une balle

n°14636534
Mur-mur
Ab hoc et ab hac.
Posté le 18-04-2008 à 14:53:31  profilanswer
 

Et tu fais quoi (enfin ne fais pas quoi :o) sans indiscrétion ?


---------------
Nos tafs de merde Celui à qui tu démontre qu'il a tort, aura la même reconnaissance que le renard envers le piège qui lui prend la patte.
n°14636554
martin_ste​phane
Posté le 18-04-2008 à 14:54:57  profilanswer
 

Mur-mur a écrit :

Et tu fais quoi (enfin ne fais pas quoi :o) sans indiscrétion ?


 
chef de projet en informatique
 
dasn une grosse banque , j ai monté les "echelons" (dev -> cdp) et je me suis toujours fait chier :o

n°14636691
Mur-mur
Ab hoc et ab hac.
Posté le 18-04-2008 à 15:10:18  profilanswer
 

C'est de l'ennui (dans ce cas là t'es un peu HS :/), ou tu affronte en les ravalant les mille et une petites lachetés du monde du travail?
Je ne compte plus les fois où, même dans un boulot qui se passe bien, j'ai été tenté d'ouvrir ma tronche... pour finalement m'écraser, moi aussi par lacheté.


---------------
Nos tafs de merde Celui à qui tu démontre qu'il a tort, aura la même reconnaissance que le renard envers le piège qui lui prend la patte.
n°14636708
martin_ste​phane
Posté le 18-04-2008 à 15:11:35  profilanswer
 

en gros je m en branle de tout , mais bon comme tout le monde j ai besoin de bouffer , donc je me cameleonnise pour garder ma place (et eviter de faire trop de truc en faisant faire :o )
 

mood
Publicité
Posté le 18-04-2008 à 15:11:35  profilanswer
 

n°14636852
Jovial
It's clobberin' time
Posté le 18-04-2008 à 15:25:40  profilanswer
 

Et encore, vous n'etes pas le seul français au milieu d' un panier de crabes une equipe americaine à forte proportion de Texans, dont votre manager.
Malgré mon nihilisme grandissant, y a des jours où j'ai envie de leur donner des cours accelerés de langue française peu chatiée..... :sweat:


---------------
Si vous êtes pas contents, c'est le même tarif
n°14637435
Helter-Ske​lter-
Chaotique bon
Posté le 18-04-2008 à 16:20:06  profilanswer
 

Tu fais fort Jovial !  :lol:  
 
Vas y, développe un peu qu'on rigole ...

n°14637733
Mur-mur
Ab hoc et ab hac.
Posté le 18-04-2008 à 16:52:48  profilanswer
 

Helter-Skelter- a écrit :

Tu fais fort Jovial !  :lol:  
Vas y, développe un peu qu'on rigole ...


+1; apparemment, le mal-être au taf est international; ou alors ce sont les français qui l'exportent :D

Spoiler :

De même que le syndrome "Jm'en fout, c'est que du taf ça me touche pas... mais je morfle bien quand même :sweat:


---------------
Nos tafs de merde Celui à qui tu démontre qu'il a tort, aura la même reconnaissance que le renard envers le piège qui lui prend la patte.
n°14637767
Jovial
It's clobberin' time
Posté le 18-04-2008 à 16:56:12  profilanswer
 

Je ne sais pas si j'en aurai le courage ...  :sweat:  
Je vais y reflechir


---------------
Si vous êtes pas contents, c'est le même tarif
n°14638464
Mur-mur
Ab hoc et ab hac.
Posté le 18-04-2008 à 18:27:42  profilanswer
 

On va pas te supplier :o
[:hurle] Caÿ quoi ce débarquement de täixans ?


---------------
Nos tafs de merde Celui à qui tu démontre qu'il a tort, aura la même reconnaissance que le renard envers le piège qui lui prend la patte.
n°14638491
Yagmoth
Fanboy
Posté le 18-04-2008 à 18:30:51  profilanswer
 

Mur-mur a écrit :


+1; apparemment, le mal-être au taf est international; ou alors ce sont les français qui l'exportent :D

Spoiler :

De même que le syndrome "Jm'en fout, c'est que du taf ça me touche pas... mais je morfle bien quand même :sweat:



 
Tout n'est que question d'ordre : au début tu morfles, et ensuite tu te dis que tu t'en fous. A la rigueur tu regrettes juste de n'avoir pas trouvé des mots plus cinglants à envoyer à l'encontre de tes collègues/supérieurs  :o

n°14641486
Mur-mur
Ab hoc et ab hac.
Posté le 19-04-2008 à 04:33:57  profilanswer
 

Yagmoth a écrit :


 
Tout n'est que question d'ordre : au début tu morfles, et ensuite tu te dis que tu t'en fous. A la rigueur tu regrettes juste de n'avoir pas trouvé des mots plus cinglants à envoyer à l'encontre de tes collègues/supérieurs  :o


Non: ce n'est pas aussi simple que ça. Se faire mettre au taf, je suis convaicu que une fois qu'on a  morflé, on ne se donne jamais à fond. ça peut paraître, de l'extérieur, vaseux, mais une fois qu'on a souffert au taf, on n'est plus le même.


---------------
Nos tafs de merde Celui à qui tu démontre qu'il a tort, aura la même reconnaissance que le renard envers le piège qui lui prend la patte.
n°14641492
Getalifede​l
Posté le 19-04-2008 à 04:49:42  profilanswer
 

Travailler c'est se trahir un peu plus chaque jour.

 

Personne n'aime travailler. Si les gens aimaient ça, ils travailleraient pour rien.

Message cité 2 fois
Message édité par Getalifedel le 19-04-2008 à 04:57:09
n°14641594
Edremed Ed​nom
Posté le 19-04-2008 à 09:14:11  profilanswer
 

kholle a écrit :

je vais au taff pour taffer, rien de plus


Getalifedel a écrit :

Personne n'aime travailler. Si les gens aimaient ça, ils travailleraient pour rien.


On s'approche petit à petit d'une définition du mot "travail" :)
 
S'il y a une réunion, je n'y vais pas à moins d'être obligé. Si un pot est organisé, j'y vais uniquement si c'est sur les heures de travail, donc jamais. Si on me demande de faire un trajet pro avec ma voiture perso (aller poster une lettre, aller faire une course, etc), j'y vais à pieds, tant pis pour la perte de temps.
 
Quand je fais du bureau, j'arrive à travailler uniquement si un supérieur me surveille, et encore ! Je donne le minimum, je rentre toujours chez moi en pleine forme. Je suis très ponctuel le matin donc j'applique la même rigueur au moment de partir. J'ai déjà refusé de renseigner un client pour rentrer chez moi, j'avais rien à faire de spécial mais c'était l'heure. Quand je dépasse de 5 min, ça me rend malade à en vomir mais je les récupère le lendemain.
 
Accessoirement, je suis devenu un expert en droit du travail pour connaître mes droits et refuser les heures supplémentaires demandées trop tard, etc.
 
Quant à l'entreprise qui m'emploie, qu'est-ce qui pourrait bien lui arriver dont j'ai quelque chose à foutre, qu'elle coule ? J'irai ailleurs !

n°14641866
Yagmoth
Fanboy
Posté le 19-04-2008 à 11:02:22  profilanswer
 

Mur-mur a écrit :


Non: ce n'est pas aussi simple que ça. Se faire mettre au taf, je suis convaicu que une fois qu'on a  morflé, on ne se donne jamais à fond. ça peut paraître, de l'extérieur, vaseux, mais une fois qu'on a souffert au taf, on n'est plus le même.


 
Ouais un étudiant en parlait hier soir à la téloche, sur FR3, que durant la période de précarité consécutive aux études, les jeunes subissait un véritable bizutage (emploi à la con, cdd, interim et stage à la chaîne).  
Ca laisse sans doute une trace, mais bon je ne m'attendais pas à un monde rose non plus, je pensais juste que les personnels de l'EN était un peu plus intelligent, mais faut croire que c'est la fonction qui fait l'homme :/ En fait oui ça laisse clairement une trace : je n'ai plus envie d'avoir de supérieur hiérarchique sur le dos (à la rigueur si c'est un collègue avec qui tu bosse en permanence ça irait aussi, genre conservateur/bibliothécaire) qui vienne de temps en temps te démolir après t'avoir vu en exercice pendant une heure.

n°14642012
d750
Posté le 19-04-2008 à 11:45:47  profilanswer
 

Ca fait plaisir de voir d'autres personnes que soit détester le travail, et plus encore la hiérarchie et les collègues aux longues dents spé "je te casse du sucre sur le dos".
Moi j'ai décidé finalement de profiter de mon dernier licenciement économique pour essayer de travailler à mon propre compte

n°14642026
Yagmoth
Fanboy
Posté le 19-04-2008 à 11:48:43  profilanswer
 

d750 a écrit :

Ca fait plaisir de voir d'autres personnes que soit détester le travail, et plus encore la hiérarchie et les collègues aux longues dents spé "je te casse du sucre sur le dos".
Moi j'ai décidé finalement de profiter de mon dernier licenciement économique pour essayer de travailler à mon propre compte


 
Je crois que si j'avais un peu plus de fonds derrière moi j'en ferai autant. Remarque pour lancer une micro entreprise de service, l'investissement n'est pas vraiment énorme, surtout en étant au chômage, et au pire dans un an, yabon RMI (:/).
 
Mais bon le travail reste toujours une contrainte aliénante à quelques exceptions prêts, et le pire encore, c'est qu'on réussisse à foutre en l'air des vocations (rien que de penser au climat de première année de médecine puis l'exploitation en internat...).

n°14642192
sadlig
Posté le 19-04-2008 à 12:17:38  profilanswer
 

Getalifedel a écrit :

Travailler c'est se trahir un peu plus chaque jour.
 
Personne n'aime travailler. Si les gens aimaient ça, ils travailleraient pour rien.


 
 
Pas d'accord, moi j'aime travailler : cela m'occupe l'esprit, développe ma créativité, me permet de me faire d'avantage d'amis.
J'aime mon taf et le plaisir que je prend à travailler apporte également à l'entreprise, tout le monde y trouve son compte.


---------------
"You see things; and you say, 'Why?' But I dream things that never were; and I say, 'Why not?"(Georges Bernard Shaw)
n°14642202
Yagmoth
Fanboy
Posté le 19-04-2008 à 12:18:48  profilanswer
 

sadlig a écrit :


 
 
Pas d'accord, moi j'aime travailler : cela m'occupe l'esprit, développe ma créativité, me permet de me faire d'avantage d'amis.
J'aime mon taf et le plaisir que je prend à travailler apporte également à l'entreprise, tout le monde y trouve son compte.


 
Ah mais souvent même le travail peut être épanouissant, le problème c'est qu'il faut aussi être bien entouré. Et réunir ces deux conditions est assez rare :/

n°14642383
sadlig
Posté le 19-04-2008 à 12:50:32  profilanswer
 

Pour réunir ces conditions je choisis mon taf en fonction de l'équipe (compétence, feeling) pas du salaire proposé, et jusqu'à présent cela m'a toujours permis de m'éclater au boulot.


---------------
"You see things; and you say, 'Why?' But I dream things that never were; and I say, 'Why not?"(Georges Bernard Shaw)
n°14642412
karlit
NO FEAR
Posté le 19-04-2008 à 12:54:45  profilanswer
 

Drapal.
 
Commence à me concerner (Public crew)


---------------
Les Surimis, c'est un peu comme les fricadelles des mers...
n°14642429
charlie 13
Posté le 19-04-2008 à 12:57:43  profilanswer
 

Le monde de l'entreprise suppose de travailler avec les autres, et tout dépend des relations qu'on a avec eux.
Si on arrive à faire équipe avec des gens valables, dans le but d'avancer, c'est bon.
Sinon on va s'user à empêcher les chefs incompétents de faire des conneries, parcequ'ils s'arrangeraient pour t'en faire porter le chapeau, ou à essayer de déjouer des intriques minables de ceux qui veulent te piquer ta place.
Le mieux, c'est d'arriver à avoir un max d'autonomie, genre "celui là, je sais pas trop comment il s'y prend mais il a des résultats", comme ça on n'a pas de comptes à rendre sur le pourquoi du comment et le respect de pseudo règles dont personne ne sait qui les a édictées, et on ne discute que du resultat, lequel est bien plus facile à atteindre quand on n'a pas de cons sur le dos.


Message édité par charlie 13 le 19-04-2008 à 13:02:50
n°14642450
Yagmoth
Fanboy
Posté le 19-04-2008 à 13:01:26  profilanswer
 

sadlig a écrit :

Pour réunir ces conditions je choisis mon taf en fonction de l'équipe (compétence, feeling) pas du salaire proposé, et jusqu'à présent cela m'a toujours permis de m'éclater au boulot.


 
Il faut être dans un domaine où tu as le choix du coup, tu bosse dans quel secteur ?

n°14642460
Nikolaps
Fatigué des cons.
Posté le 19-04-2008 à 13:03:58  profilanswer
 

Edremed Ednom a écrit :


On s'approche petit à petit d'une définition du mot "travail" :)
 
S'il y a une réunion, je n'y vais pas à moins d'être obligé. Si un pot est organisé, j'y vais uniquement si c'est sur les heures de travail, donc jamais. Si on me demande de faire un trajet pro avec ma voiture perso (aller poster une lettre, aller faire une course, etc), j'y vais à pieds, tant pis pour la perte de temps.
 
Quand je fais du bureau, j'arrive à travailler uniquement si un supérieur me surveille, et encore ! Je donne le minimum, je rentre toujours chez moi en pleine forme. Je suis très ponctuel le matin donc j'applique la même rigueur au moment de partir. J'ai déjà refusé de renseigner un client pour rentrer chez moi, j'avais rien à faire de spécial mais c'était l'heure. Quand je dépasse de 5 min, ça me rend malade à en vomir mais je les récupère le lendemain.
 
Accessoirement, je suis devenu un expert en droit du travail pour connaître mes droits et refuser les heures supplémentaires demandées trop tard, etc.
 
Quant à l'entreprise qui m'emploie, qu'est-ce qui pourrait bien lui arriver dont j'ai quelque chose à foutre, qu'elle coule ? J'irai ailleurs !


 
Copain!  :love:  
 
Si la majorité partageais notre pensée, l'esclavagisme masqué actuel serait réduit à peau de chagrin...
 

n°14642461
paprika
Posté le 19-04-2008 à 13:04:06  profilanswer
 

Citation :

Le mot travail (de l’ancien français travail signifiant « tourment, souffrance » (XIIe siècle), du bas latin (VIe siècle) tripálius (du latin tripálium, « instrument de torture à trois poutres ») désigne l'effort, l'application nécessaire pour faire quelque chose.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Travail
 
 

Citation :

"Le travail acharné n'est que le refuge des gens qui n'ont rien d'autre à faire."
Oscar Wilde

n°14642499
muzah
Bal Musette @ HFR depuis 1997
Posté le 19-04-2008 à 13:10:25  profilanswer
 

lorelei a écrit :

Dix ans de travail dans le monde de l'entreprise (publique, privée, job intéressant ou juste alimentaire) m'en ont dégoûtée à vie. Je suis ravie de faire un métier qui me permet de bosser en indépendant. Plus jamais n'avoir à supporter de divas capricieuses, de chefaillons mesquins, de collègues pliant sous le joug de règles stupides et t'en voulant parce que tu refuses de les suivre, de harcèlement moral, le bonheur.


 [:butthead05]


---------------
un instant monsieur ça-va-chier
n°14642507
karlit
NO FEAR
Posté le 19-04-2008 à 13:12:09  profilanswer
 


 
 
T'ain ça m'botterait moi ,mais manque de couilles quelque part : famille à nourrir toussa quoi.... :o


Message édité par karlit le 19-04-2008 à 13:12:25

---------------
Les Surimis, c'est un peu comme les fricadelles des mers...
n°14642585
Yagmoth
Fanboy
Posté le 19-04-2008 à 13:25:16  profilanswer
 

paprika a écrit :

Citation :

Le mot travail (de l’ancien français travail signifiant « tourment, souffrance » (XIIe siècle), du bas latin (VIe siècle) tripálius (du latin tripálium, « instrument de torture à trois poutres ») désigne l'effort, l'application nécessaire pour faire quelque chose.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Travail

 


[quotemsg] "Le travail acharné n'est que le refuge des gens qui n'ont rien d'autre à faire."
Oscar Wilde

 

Ouais bon tu peux le prendre dans un sens noble aussi. Le travail de l'artisan par exemple (qui ne subit pas l'aliénation de l'ouvrir dont la tâche est découpé, et qui au final est déposséder du produit de son activité puisqu'il ne le façonne pas entièrement). J'ai énormément de respect pour le boulot que font les compagnons du devoir par exemple (installés à côté de chez moi), et la passion qui les anime. Finalement la condition c'est que ton métier puisse rejoindre une forme d'art (ce qui n'est évidemment pas le cas du boulot en usine, ou du travail administratif).

Message cité 1 fois
Message édité par Yagmoth le 19-04-2008 à 13:25:28
n°14642702
sadlig
Posté le 19-04-2008 à 13:44:42  profilanswer
 

Yagmoth a écrit :


 
Il faut être dans un domaine où tu as le choix du coup, tu bosse dans quel secteur ?


 
Actuellement dans l'immobilier. Mais mon cas est un peu particulier mon seul chef étant le DG de la boîte. A partir du moment où on s'entend bien, le reste va tout seul.


---------------
"You see things; and you say, 'Why?' But I dream things that never were; and I say, 'Why not?"(Georges Bernard Shaw)
n°14647368
Mur-mur
Ab hoc et ab hac.
Posté le 20-04-2008 à 01:11:34  profilanswer
 

Yagmoth a écrit :


Ouais bon tu peux le prendre dans un sens noble aussi. Le travail de l'artisan par exemple (qui ne subit pas l'aliénation de l'ouvrir dont la tâche est découpé, et qui au final est déposséder du produit de son activité puisqu'il ne le façonne pas entièrement). J'ai énormément de respect pour le boulot que font les compagnons du devoir par exemple (installés à côté de chez moi), et la passion qui les anime. Finalement la condition c'est que ton métier puisse rejoindre une forme d'art (ce qui n'est évidemment pas le cas du boulot en usine, ou du travail administratif).


Ce n'est pas la fonction qui pose débat; d'ailleurs, les post passés concernent des secteurs très variés. Le problème vient des rapports humains (ou inhumains :D) dans l'entreprise: hiérarchie, collegues, jobs inintéressant voire stupides par raport aux qualifications/compétences...
T'as beau respecter les artisans, j'ai connu des apprentis qui ont bien morflé :o


---------------
Nos tafs de merde Celui à qui tu démontre qu'il a tort, aura la même reconnaissance que le renard envers le piège qui lui prend la patte.
n°14648234
Yagmoth
Fanboy
Posté le 20-04-2008 à 10:37:51  profilanswer
 

Mur-mur a écrit :


Ce n'est pas la fonction qui pose débat; d'ailleurs, les post passés concernent des secteurs très variés. Le problème vient des rapports humains (ou inhumains :D) dans l'entreprise: hiérarchie, collegues, jobs inintéressant voire stupides par raport aux qualifications/compétences...
T'as beau respecter les artisans, j'ai connu des apprentis qui ont bien morflé :o


 
Ah oui ça, c'est particulier le monde de l'apprentissage  :D Mais à la rigueur, tu sais par avance qu'il peut y avoir une hiérarchisation très forte entre celui qui sait et l'apprenti, c'est pas si étonnant.
 
Quand je dis que ça peut être un problème de fonction, c'est simplement parce que je suis sûr que c'est dû à leur statut que certains se comportent comme des crevards, et qu'ils seraient autrement à une autre position.

n°14648551
matt62
Posté le 20-04-2008 à 11:45:13  profilanswer
 

Yagmoth a écrit :


 
Ah oui ça, c'est particulier le monde de l'apprentissage  :D Mais à la rigueur, tu sais par avance qu'il peut y avoir une hiérarchisation très forte entre celui qui sait et l'apprenti, c'est pas si étonnant.
 
Quand je dis que ça peut être un problème de fonction, c'est simplement parce que je suis sûr que c'est dû à leur statut que certains se comportent comme des crevards, et qu'ils seraient autrement à une autre position.


Ce n'est pas parce que ce sont des comportements "humains" qu'ils doivent être excusables.


---------------
Tu l'as voulu, tu l'as eu...
n°14654859
Innolis_je​vede
Fdp surcompensé.
Posté le 21-04-2008 à 03:29:30  profilanswer
 

sadlig a écrit :

 


Pas d'accord, moi j'aime travailler : cela m'occupe l'esprit, développe ma créativité, me permet de me faire d'avantage d'amis.
J'aime mon taf et le plaisir que je prend à travailler apporte également à l'entreprise, tout le monde y trouve son compte.

 

Comme je t'envie. Je vais essayer de me mettre à mon compte, mais j'espère pas engendrer de gros bénéfices, j'aimerai que ça marche juste assez pour subvenir à mes besoins. En fait, je me rend compte que je suis prêt à beaucoup pour ne pas avoir de patron ou de collègues, quitte à gagner moins bien ma vie.

 

Le pire endroit ou j'ai travaillé, c'est au GARP. Là bas, beaucoup d'intérimaires durant les période de déclaration, et bien sûr, on leur fait miroiter un possible, éventuelle, hypothétique, hasardeux, accidentelle cdi, du coup, il y en a quelques unes (oui, les filles sont terribles) qui sont prêtes à te pourrir la gueule, si tu longe pas les mures, tu te retrouves avec quelques centaines de couteaux dans le dos :D
C'est ahurissant comme les mauvais côtés et la mesquinerie peuvent être exacerbés par des jeunes qui veulent un boulot dans un organisme (privé en plus :/)
En plus, ceux qui sont en cdi, fument tellement de clopes dans les couloirs, qu'on a du mal à distinguer les portes quand on se déplace, et dans les sales, même en ouvrant toutes les fenêtres en grand, on ne respire pas bien et on pleure car sa pique les yeux...

 

Ma copine à bossé en intérim pour fnac éveille et jeux, lorsqu'elle était étudiante : ils traitent les employés comme du caca, ils les harcèlent le matin, le midi et le soir. Et le premiers jour, ils incitent carrément ceux qui "ne sont pas assez motivé, à rentrer chez eux dès à présent", le pire, c'est qu'il y en a toujours quelques uns qui se cassent à ce moment :D


Message édité par Innolis_jevede le 21-04-2008 à 12:08:22

---------------
So all my bitches and my niggas and my niggas and my bitches Wave your motherfuckin hands in the air And if you don't give a shit like we don't give a shit Wave your motherfuckin fingers in the air
n°14654869
Getalifede​l
Posté le 21-04-2008 à 03:38:22  profilanswer
 

Le truc le plus incroyable que j ai vu c'est l'aveuglement et la bêtise de l'humanité.

n°14654908
doutrisor
Posté le 21-04-2008 à 05:40:42  profilanswer
 

Sadlig tu as raison : on doit travailler pour vivre et non l'inverse !
 
Getalife : là, on on dépasse le cadre du monde du travail  :D  
 
 
J'ai quand même le sentiment (mais peut-être me trompais-je !) que si la résistance face à la souffrance a diminué, c'est aussi à cause du chômage et de la peur du chômage. En période de plein emploi, quand on sait pouvoir retrouver du travail relativement vite, il est plus facile de claquer la porte !
 


---------------
"A toute chose sa saison, et à toute affaire sous les cieux, son temps"
n°14655161
Helter-Ske​lter-
Chaotique bon
Posté le 21-04-2008 à 09:16:46  profilanswer
 

sadlig a écrit :


 
 
Pas d'accord, moi j'aime travailler : cela m'occupe l'esprit, développe ma créativité, me permet de me faire d'avantage d'amis.
J'aime mon taf et le plaisir que je prend à travailler apporte également à l'entreprise, tout le monde y trouve son compte.


 
+1  :jap:  
 
Je crois qu'il n'y a rien de pire que de ne pas travailler et de rester chez soi à glander. Quand j'étais entre 2 postes, je suis resté un mois chez moi (préavis payé) et je passais ma journée sur les jeux videos et à regarder des merdes à la télé ; ça va trois jours mais ça saoule vite, surtout que quand on voit sa femme se lever tous les matins pour aller bosser, il s'ajoute à l'inactivité un fort sentiment de honte.
 
On apprécie les vacances que parce qu'on bosse à coté, même si certains matins on préfèrerait rester au lit. Je plains sincèrement ceux qui ne voient leur travail que comme un aliénation. Quand on bosse, le temps passe vite et la sensation tu travail bien fait et la reconnaissance de ses collègues/patrons/clients (rayer les mentions inutiles) me procurent une grande satisfaction. Les relations difficiles avec ses collègues (tant que ça ne dégénère pas trop bien sur) sont intéressantes aussi, cela apprend plus la vie que de rester chez soi à ne rien faire.

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  596  597  598  599  600  601

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Travail sur le vietnamAPL: sur quelle(s) année(s) de travail se base t'il? questions
Liscensiement a la suite d'un arret de travailConditions de travail : superficie minimum ?
Suite à un accident De Travail .....Menaces au travail
Nouvelle frappe du gouvernement - Temps de travail en ligne de mireVotre environnement de travail
Table à induction à fleur de plan de travail 
Plus de sujets relatifs à : [T-U] Souffrance au travail / job à la con.


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR