Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1715 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19
Auteur Sujet :

Délinquance sexuelle, pédophilie : Sujet de societé ou tabou ?

n°12460869
brittanywo​w
jeune vierge pour vieux mr
Posté le 21-08-2007 à 14:52:59  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Sujet tabou, on peut pas en rire.


---------------
Motivation pour arrêter de fumer : le topic montre
mood
Publicité
Posté le 21-08-2007 à 14:52:59  profilanswer
 

n°12460893
Profil sup​primé
Posté le 21-08-2007 à 14:55:07  answer
 

boober a écrit :


 
 
en France, parcequ'au US, (voir topic insolite http://forum.hardware.fr/hfr/Discu [...] 91_37.htm) tu te prends 10 ans de taule pour une simple fellation, meme conssenti par les 2 parties ...  
 
donc tout doucement on s'achemine quand meme vers la tolerance 0 et la repression bete et mechante.


 
Oui enfin faut pas exagerer, ont à tout de meme un recule en France, au niveau de la loi, que les americains n'ont pas, encore heureux d'ailleurs.
 
N'empeche, je pense que la majorité sexuelle sera un jour 18/18 :/

n°12460969
Profil sup​primé
Posté le 21-08-2007 à 15:03:06  answer
 

Elegy_Wilde a écrit :


 
Je suis psychologue en prison (encore stagiaire, me manque juste un ptit détail à valider :D).
 
J'ai donc rencontré quelques "pédophiles" (je n'aime pas ce mot), et, de ma simple expérience, 100% d'entre eux avaient vécu des choses inommables dans leur enfance.
 
Après, ce n'est pas une relation de cause à effet, tous les gens qui ont vécu des traumatismes dans l'enfance ne deviennent pas agresseurs sexuels pour autant, mais ça permet certainement d'expliquer (et non excuser) quelques petites choses.
 


 
Et vice versa, ca n'est pas parceque le type est pédo qu'il deviendra forcément un agresseur sexuel. :spamafote:

n°12460971
boober
Compromis, chose due
Posté le 21-08-2007 à 15:03:14  profilanswer
 


 
ce qui est sacrement paradoxale quand tu y reflechis puisque de plus en plus les parents essayent de faire grandir leurs enfants de plus en plus vite. J'entends dans le sens de la course a l'elitisme voulu par la société, qui fait que les enfants sont matures sur certains points de plus en plus tot, on une curiosité accrue vis a vis du sexe de plus en plus tot, curiosité a laquelle il ne faut pas omettre d'ajouter la pression sociale et le fait de "rentrer dans le moule".
 
:/
 

n°12461042
Profil sup​primé
Posté le 21-08-2007 à 15:08:42  answer
 

Oui c'est ce qu'on disait deux phrases pages en arriere ...  
 
Le probleme n'est pas vraiment l'évolution des jeunes qui deviennent puberes et matures de plus en plus tôt ... C'est qu'ajourd'hui les attouchements et atteintes sexuelles sur mineur on en parle et ca fait la une des journeaux alors qu'a l'époque c'était de l'ordre du secret familiale ...
 
Aujourd'hui les langues se délient et l'évolution de la societé en matiere de protection des mineurs s'accompagne de fait ... :spamafote:

n°12461076
Profil sup​primé
Posté le 21-08-2007 à 15:11:39  answer
 

Tennez sur la page wikipedia consacrée à la délinquance sexuelle y un lien vers ce site de débat autour de la pédophilie >  
 
http://www.pedagora.com/
 
Bon ca à l'air d'être plus trop mis à jour hormis le forum et les messages sur l'actualité mais la FAQ est interessante ainsi que la documentation et étude sur le sujet.
 
:gratgrat:

n°12461108
Elegy_Wild​e
HIIT like a girl
Posté le 21-08-2007 à 15:14:30  profilanswer
 

FayenSaira a écrit :


Obligation de soin ? il faudrait des soins qui aient une durée assez longue ou alors obligation d'aller dans un centre pour la prise de médicaments. Ca peut être une très bonne idée pour lutter contre la récidive.
Quel traitement ? Je ne suis pas sûr qu'il en existe de réellement efficace mais si quelqu'un peut en dire plus là dessus, je suis prenneur.


 
L'obligation de soins, telle qu'elle existe actuellement, et telle que M. Sarkozy veut la faire est d'une stupidité totale, étant donné qu'elle n'a lieu qu'à la sortie de prison.
Pendant toute la durée de la peine (qui peut aller jusqu'à 30 ans), le détenu n'est pas du tout obligé d'aller voir un psychologue.  
Par contre il peut y aller s'il veut des réductions de peine, parce que ça fait bien auprès de la JAP.  
On a donc des entretiens complètement stériles avec un patient qui fait juste acte de présence et qui réclame son petit papier à la fin de l'entretien.
 
Donc le pédophile est incarcéré, il passe 10, 15, 20, 30 ans de sa vie en prison (essayez juste une seconde d'imaginer ce que peuvent représenter toutes ces années en prison, l'impact sur votre santé mentale... Déjà en y passant 2h vous étouffez, alors 20 ans...), et au bout de toutes ces années, on lui dit "Tu peux sortir, mais attention, toutes les 2 semaines, tu vas voir un psychologue, il faut te soigner !" ...
 
Ca c'est actuellement.
 
Avec l'idée de notre cher président et de sa copine Mme Dati, un collège de médecins va devoir décider si au bout de disons 20 ans d'enfermement, d'humiliation, de violence, d'isolement, un détenu, déjà à la base pas très clair dans sa tête, peut sortir sans recommencer à faire des bêtises... [:petrus75]
Je ne savais pas que les médecins avaient un don de divination...
 
 
Maintenant, des pédophiles qui sortent de prison, y'en a des centaines par jour. Et pour 2 qui replongent tous les 6 mois, on nous pond une mesure aussi populiste qu'absurde.
 

FayenSaira a écrit :


Le suivi psychologique devrait être super important, et à la place, on voit ce qu'on en fait. Idem pour la dangerosité une fois en prison, ça sert à rien de demander l'avis d'un psychologue si c'est pour ne pas en tenir compte, son avis devrait être déterminant, mais ça a pas l'air d'être le cas.


 
Ca sert surtout à rien parce que PERSONNE n'est en mesure de prédire les actes d'une autre personne.  
Les pédophiles sont très souvent également des pervers (au sens psychologique du terme, c'est à dire qu'ils manipulent les autres à merveille), donc demander à un médecin, psychologue, psychiatre, n'importe qui, si M. Machin va recommencer à attaquer des petits enfants à l'extérieur, c'est de la connerie pure.
 
Et si le collège de médecin le décrète sain, et qu'il recommence quand même, qu'est-ce qui se passe ? On recommencera à parler pendant 2 semaines des affreux monstres pédophiles, et de l'incompétence totale des experts, comme on a vu à Outreau ?


---------------
Instagram - I like to make shapes with my body.
n°12461127
boober
Compromis, chose due
Posté le 21-08-2007 à 15:16:16  profilanswer
 


 
 
les langues se delient pas plus qu'avant, c'est juste les medias qui on trouvé une nouvelle breche pour faire du sensationnalime bas de gamme sur le dos et la douleur des victimes.  si en plus sa peut servir la cause "tout contre la criminalité et la delinquance" initié par le gouvernement precedent, c'est bonus.
 
on en est toujours au meme point finalement, sont-ce les langues qui se delient? les actes criminels plus frequents? ou simplement le fait qu'on (la société, le monde de l'information ) y prete plus d'attention?

n°12461132
Elegy_Wild​e
HIIT like a girl
Posté le 21-08-2007 à 15:16:37  profilanswer
 


 
?
 
Ce n'est pas parce qu'un type a une préférence pour les enfants qu'il finira par en agresser, c'est ce que tu veux dire ?


---------------
Instagram - I like to make shapes with my body.
n°12461200
Grith
Posté le 21-08-2007 à 15:23:44  profilanswer
 

Elegy_Wilde a écrit :


 
L'obligation de soins, telle qu'elle existe actuellement, et telle que M. Sarkozy veut la faire est d'une stupidité totale, étant donné qu'elle n'a lieu qu'à la sortie de prison.
Pendant toute la durée de la peine (qui peut aller jusqu'à 30 ans), le détenu n'est pas du tout obligé d'aller voir un psychologue.  
Par contre il peut y aller s'il veut des réductions de peine, parce que ça fait bien auprès de la JAP.  
On a donc des entretiens complètement stériles avec un patient qui fait juste acte de présence et qui réclame son petit papier à la fin de l'entretien.
 
Donc le pédophile est incarcéré, il passe 10, 15, 20, 30 ans de sa vie en prison (essayez juste une seconde d'imaginer ce que peuvent représenter toutes ces années en prison, l'impact sur votre santé mentale... Déjà en y passant 2h vous étouffez, alors 20 ans...), et au bout de toutes ces années, on lui dit "Tu peux sortir, mais attention, toutes les 2 semaines, tu vas voir un psychologue, il faut te soigner !" ...
 
Ca c'est actuellement.
 
Avec l'idée de notre cher président et de sa copine Mme Dati, un collège de médecins va devoir décider si au bout de disons 20 ans d'enfermement, d'humiliation, de violence, d'isolement, un détenu, déjà à la base pas très clair dans sa tête, peut sortir sans recommencer à faire des bêtises... [:petrus75]
Je ne savais pas que les médecins avaient un don de divination...
 
 
Maintenant, des pédophiles qui sortent de prison, y'en a des centaines par jour. Et pour 2 qui replongent tous les 6 mois, on nous pond une mesure aussi populiste qu'absurde.
 


 

Elegy_Wilde a écrit :


 
Ca sert surtout à rien parce que PERSONNE n'est en mesure de prédire les actes d'une autre personne.  
Les pédophiles sont très souvent également des pervers (au sens psychologique du terme, c'est à dire qu'ils manipulent les autres à merveille), donc demander à un médecin, psychologue, psychiatre, n'importe qui, si M. Machin va recommencer à attaquer des petits enfants à l'extérieur, c'est de la connerie pure.
 
Et si le collège de médecin le décrète sain, et qu'il recommence quand même, qu'est-ce qui se passe ? On recommencera à parler pendant 2 semaines des affreux monstres pédophiles, et de l'incompétence totale des experts, comme on a vu à Outreau ?


 
Donc tu devrais plutot etre favorable au principe de l'hopital ferme non ?
Mais d'emblee, pas a la suite de la peine si je ne m'abuse.
 
Sinon, des centaines de pedophiles tous les jours... je crois que tu t'emportes ;) Ils evoquaient 7000 condamnations pour crimes sexuels par an en Allemagne (tous types de crimes sexuels...), je ne vois pas pourquoi on en aurait tellement plus en France qu'on en arrive a plusieurs centaines de pedophiles relaches tous les jours :)


---------------
Never let your sense of morals prevent you from doing what is right.
mood
Publicité
Posté le 21-08-2007 à 15:23:44  profilanswer
 

n°12461211
Slayer95
Posté le 21-08-2007 à 15:24:32  profilanswer
 

Elegy_Wilde a écrit :


 
L'obligation de soins, telle qu'elle existe actuellement, et telle que M. Sarkozy veut la faire est d'une stupidité totale, étant donné qu'elle n'a lieu qu'à la sortie de prison.
Pendant toute la durée de la peine (qui peut aller jusqu'à 30 ans), le détenu n'est pas du tout obligé d'aller voir un psychologue.  
Par contre il peut y aller s'il veut des réductions de peine, parce que ça fait bien auprès de la JAP.  
On a donc des entretiens complètement stériles avec un patient qui fait juste acte de présence et qui réclame son petit papier à la fin de l'entretien.
 
Donc le pédophile est incarcéré, il passe 10, 15, 20, 30 ans de sa vie en prison (essayez juste une seconde d'imaginer ce que peuvent représenter toutes ces années en prison, l'impact sur votre santé mentale... Déjà en y passant 2h vous étouffez, alors 20 ans...), et au bout de toutes ces années, on lui dit "Tu peux sortir, mais attention, toutes les 2 semaines, tu vas voir un psychologue, il faut te soigner !" ...
 
Ca c'est actuellement.
 
Avec l'idée de notre cher président et de sa copine Mme Dati, un collège de médecins va devoir décider si au bout de disons 20 ans d'enfermement, d'humiliation, de violence, d'isolement, un détenu, déjà à la base pas très clair dans sa tête, peut sortir sans recommencer à faire des bêtises... [:petrus75]
Je ne savais pas que les médecins avaient un don de divination...
 
 
Maintenant, des pédophiles qui sortent de prison, y'en a des centaines par jour. Et pour 2 qui replongent tous les 6 mois, on nous pond une mesure aussi populiste qu'absurde.
 


 

Elegy_Wilde a écrit :


 
Ca sert surtout à rien parce que PERSONNE n'est en mesure de prédire les actes d'une autre personne.  
Les pédophiles sont très souvent également des pervers (au sens psychologique du terme, c'est à dire qu'ils manipulent les autres à merveille), donc demander à un médecin, psychologue, psychiatre, n'importe qui, si M. Machin va recommencer à attaquer des petits enfants à l'extérieur, c'est de la connerie pure.)
 
Et si le collège de médecin le décrète sain, et qu'il recommence quand même, qu'est-ce qui se passe ? On recommencera à parler pendant 2 semaines des affreux monstres pédophiles, et de l'incompétence totale des experts, comme on a vu à Outreau ?


 
Donc d'après toi un psychiatre ou psychologue ne pourrai qu'expliquer le passé?

Message cité 1 fois
Message édité par Slayer95 le 21-08-2007 à 15:27:04
n°12461359
Elegy_Wild​e
HIIT like a girl
Posté le 21-08-2007 à 15:38:14  profilanswer
 

Grith a écrit :


Donc tu devrais plutot etre favorable au principe de l'hopital ferme non ?
Mais d'emblee, pas a la suite de la peine si je ne m'abuse.
 
Sinon, des centaines de pedophiles tous les jours... je crois que tu t'emportes ;) Ils evoquaient 7000 condamnations pour crimes sexuels par an en Allemagne (tous types de crimes sexuels...), je ne vois pas pourquoi on en aurait tellement plus en France qu'on en arrive a plusieurs centaines de pedophiles relaches tous les jours :)


 
Oui j'exagérais volontairement, bien sûr ! Ou bien on n'a qu'à dire que mon post portait sur toute l'Europe :D
C'était pour dire que sur tous les agresseurs sexuels relâchés, on ne parle que de ceux qui récidivent, évidemment, et donc on oublie tous ceux qui se tiennent tranquille.
 
Par contre 7000 condamnations, ça me paraît "peu". Je bosse peut-être dans une maison d'arrêt particulièrement prolifique en matière de criminels sexuels, étant donné que 80% de mes suivis sont des agresseurs sexuels, mais bon :o
 
 
Quant au principe de l'hôpital fermé... Oui, peut-être.
Pour moi, l'important serait surtout d'arrêter de déshumaniser les détenus, de les considérer comme des bêtes, des monstres. Leur permettre de garder un lien avec l'extérieur, de rester intégrés dans la société, pour faciliter leur réinsertion... Leur proposer des soins, une éducation scolaire, des formations professionnelles.
 
Mais je sais que vis à vis des victimes, ça ne passerait jamais, elles ont un désir de vengeance, et voir qu'on facilite la vie de leur bourreau, ça risquerait de les énerver quelque peu :o
Ce serait pourtant le meilleur moyen d'empêcher les criminels de recommencer (ce n'est que mon point de vue personnel, hein), parce qu'ils sont très souvent (très très très souvent) des individus qui ont eux-mêmes été piétinés, écrasés et qui n'ont pas appris un moyen de vivre en société adapté.
 
 
Je vous parle d'une solution humaniste, et bien évidemment utopiste. Dans les faits, aucun moyen proposé n'est bon, et on préferera toujours celui qui favorise les victimes, et qui fait que la population se sent bien plus en sécurité, parce que les méchants monstres qui volent les sacs à main des grands-mères, et qui ne sont pas comme eux, sont enfermés et souffrent.


---------------
Instagram - I like to make shapes with my body.
n°12461369
FayenSaira
Posté le 21-08-2007 à 15:40:02  profilanswer
 

Je suis d'accord sur le fait qu'un détenu un minimum malin, peut arriver à cacher ses véritables pensées à un psychologue, je parlais simplement du fait que lorsqu'un psychologue estime qu'un individu de ce profil ne peut pas sortir, il a des raisons. Donc à partir du moment ou il dit non, pourquoi ne pas l'écouter ?
 
Après, quand l'avis est positif (pour la libération), on ne peut pas vraiment savoir si il s'agissait de "bluff" ou non.
 
Je ne savais pas que le fait de voir un psychologue une fois en détention était facultatif, je trouve pas ça forcement stupide, pour les raisons que tu as evoqué, par contre le fait d'en voir, je ne suis pas persuadé non plus que ce soit utile. Néanmoins, voir une équipe de psychologue (ou un seul, je ne sais pas comment ca fonctionne) avant la libération est un minimum. (pour ceux qui ne savent pas bluffer ou qui ne veulent pas.)
 
Deux qui replongent tout les 6 mois ? Rien qu'à Dijon (chez moi), petite ville de 180.000 habitants, il y a eu 2 récidives avérées ce mois-ci. (ca fait beaucoup, à mes yeux).

n°12461372
Elegy_Wild​e
HIIT like a girl
Posté le 21-08-2007 à 15:40:04  profilanswer
 

Slayer95 a écrit :


Donc d'après toi un psychiatre ou psychologue ne pourrai qu'expliquer le passé?


 
D'après moi, un psychiatre ou un psychologue ne peut pas prédire le futur, simplement.
 
Il peut évaluer la dangerosité, mais cela restera toujours une hypothèse, et jamais une prédiction sure et certaine, donc à mes yeux, ça n'a pas lieu d'être pris en compte pour décider d'une chose aussi lourde de conséquence pour une personne (sa mise en liberté ou en détention).


---------------
Instagram - I like to make shapes with my body.
n°12461414
Ouiche
Posté le 21-08-2007 à 15:44:32  profilanswer
 

Citation :

Les pédophiles sont très souvent également des pervers (au sens psychologique du terme, c'est à dire qu'ils manipulent les autres à merveille), donc demander à un médecin, psychologue, psychiatre, n'importe qui, si M. Machin va recommencer à attaquer des petits enfants à l'extérieur, c'est de la connerie pure.)


 
Dans le cas d'Enis, les gardiens et codétenus ont fait part avant sa sortie de leur inquiétude quand à son comportement futur.. donc je pense qu'un bon psychiatre aurait été capable d'avoir la même conclusion (je ne sais pas ce qui à été dit sur le pédo à se sujet au moment de sa sortie)
 
Je pense qu'un psy ayant entendu des centaines de détenus sera rodé de ce coté la, et il serait étonnant qu'il se laisse facilement avoir quand un violeur multirécidiviste lui dit qu'il va bien..
 
Apres le manque de moyen pousse peut-etre à la libération de détenus à risque  :o

n°12461436
Slayer95
Posté le 21-08-2007 à 15:46:04  profilanswer
 

Elegy_Wilde a écrit :


 
D'après moi, un psychiatre ou un psychologue ne peut pas prédire le futur, simplement.
 
Il peut évaluer la dangerosité, mais cela restera toujours une hypothèse, et jamais une prédiction sure et certaine, donc à mes yeux, ça n'a pas lieu d'être pris en compte pour décider d'une chose aussi lourde de conséquence pour une personne (sa mise en liberté ou en détention).


 
Pourtant les médecins le pratiquent tous les jours dans la cadre des services de psychiatrie des hopitaux.
Ils décident quand des patients atteints de pathologies sont capables de sortir et vivre en dehors du cadre de l'hopital.
Qui selon toi pourrait faire une telle "estimation" si ce n'est eux...
Toujours selon toi (cf ce qui est en gras) que devrait-on faire de ces personnes?
Les laisser en liberté en éspérant qu'ils ne (re)deviennent pas un fait divers?

n°12461443
FayenSaira
Posté le 21-08-2007 à 15:46:20  profilanswer
 

Arrêter de déshumaniser les détenus, mouais après la on fait une généralité, faut aussi faire la différence entre les profils de pédophiles.
 
Pour rester intégrer dans la société, le minimum serait qu'ils aient un traitement efficace et obligatoire (avec suivi donc) pour ne pas qu'ils recommencent, c'est inadmissible qu'on laisse ressortir des gens potentiellement dangereux, qui ont déjà commis des horreurs en plus. (réaction par rapport à ton "leur PROPOSER des soins" )

n°12461452
Elegy_Wild​e
HIIT like a girl
Posté le 21-08-2007 à 15:47:09  profilanswer
 

FayenSaira a écrit :

Je suis d'accord sur le fait qu'un détenu un minimum malin, peut arriver à cacher ses véritables pensées à un psychologue, je parlais simplement du fait que lorsqu'un psychologue estime qu'un individu de ce profil ne peut pas sortir, il a des raisons. Donc à partir du moment ou il dit non, pourquoi ne pas l'écouter ?
 
Après, quand l'avis est positif (pour la libération), on ne peut pas vraiment savoir si il s'agissait de "bluff" ou non.
 
Je ne savais pas que le fait de voir un psychologue une fois en détention était facultatif, je trouve pas ça forcement stupide, pour les raisons que tu as evoqué, par contre le fait d'en voir, je ne suis pas persuadé non plus que ce soit utile. Néanmoins, voir une équipe de psychologue (ou un seul, je ne sais pas comment ca fonctionne) avant la libération est un minimum. (pour ceux qui ne savent pas bluffer ou qui ne veulent pas.)
 
Deux qui replongent tout les 6 mois ? Rien qu'à Dijon (chez moi), petite ville de 180.000 habitants, il y a eu 2 récidives avérées ce mois-ci. (ca fait beaucoup, à mes yeux).


 
Alors là, je ne peux pas te suivre :D
 
Là où je bosse, on a une liste d'attente de 200 détenus qui demandent à voir un psychologue. Ca peut paraître dingue, mais un détenu, un criminel, c'est un être humain comme vous et moi, qui souvent souffre énormément, et qui a besoin d'aide. Donc oui, c'est utile, c'est même indispensable pour beaucoup.
 
Il faudrait par contre arrêter cette carotte des réductions de peine si on va voir un psychologue en prison, ou alors faire comme en Belgique, former les psychologues à gérer les demandes utilitaires, pour réussir à en faire de vrais suivis thérapeutiques.


---------------
Instagram - I like to make shapes with my body.
n°12461466
FayenSaira
Posté le 21-08-2007 à 15:48:37  profilanswer
 

Je parlais uniquement pour leur libération/détention, pas du reste.  :jap:

n°12461485
Grith
Posté le 21-08-2007 à 15:50:37  profilanswer
 

Elegy_Wilde a écrit :


 
Alors là, je ne peux pas te suivre :D
 
Là où je bosse, on a une liste d'attente de 200 détenus qui demandent à voir un psychologue. Ca peut paraître dingue, mais un détenu, un criminel, c'est un être humain comme vous et moi, qui souvent souffre énormément, et qui a besoin d'aide. Donc oui, c'est utile, c'est même indispensable pour beaucoup.
 
Il faudrait par contre arrêter cette carotte des réductions de peine si on va voir un psychologue en prison, ou alors faire comme en Belgique, former les psychologues à gérer les demandes utilitaires, pour réussir à en faire de vrais suivis thérapeutiques.


 
Le pb est peut etre aussi que c'est pas super enthousiasmant pour un psy que de bosser dans un centre penitencier. Et que, comme tous les boulots "degradants" ce n'est certainement pas les meilleurs qui s'orientent vers ce type de poste.
 
Bcp doivent preferer soigner les depressions nerveuses des adolescents bourgeois en crise d'identite a 50€ de l'heure :(
 
et on peut pas leur en vouloir...


---------------
Never let your sense of morals prevent you from doing what is right.
n°12461517
Elegy_Wild​e
HIIT like a girl
Posté le 21-08-2007 à 15:53:24  profilanswer
 

Grith a écrit :


 
Le pb est peut etre aussi que c'est pas super enthousiasmant pour un psy que de bosser dans un centre penitencier. Et que, comme tous les boulots "degradants" ce n'est certainement pas les meilleurs qui s'orientent vers ce type de poste.
 
Bcp doivent preferer soigner les depressions nerveuses des adolescents bourgeois en crise d'identite a 50€ de l'heure :(
 
et on peut pas leur en vouloir...


 
Oh le joli troll.


---------------
Instagram - I like to make shapes with my body.
n°12461534
FayenSaira
Posté le 21-08-2007 à 15:54:52  profilanswer
 

Ouiche a écrit :


Dans le cas d'Enis, les gardiens et codétenus ont fait part avant sa sortie de leur inquiétude quand à son comportement futur.. donc je pense qu'un bon psychiatre aurait été capable d'avoir la même conclusion (je ne sais pas ce qui à été dit sur le pédo à se sujet au moment de sa sortie)
 
Je pense qu'un psy ayant entendu des centaines de détenus sera rodé de ce coté la, et il serait étonnant qu'il se laisse facilement avoir quand un violeur multirécidiviste lui dit qu'il va bien..
 
Apres le manque de moyen pousse peut-etre à la libération de détenus à risque  :o


 
 
Tout était prévisible pour le violeur d'Enis, le mec avait surement déjà consulté un psychologue durant une peine précèdente, et donc, s'il avait réussi à le bluffer, le psychologue de sa dernière détention aurait pu se douter qu'il y avait un risque de récidive. Dans ce cas là, il a determiné qu'il n'était pas en mesure d'être liberé car il y avait un risque assez prononcé de récidive.  
 
On l'a laissé sortir, malgré ce qu'il avait fait et l'avis négatif du psychologue, et la il est clair qu'il y a une faute lourde de conséquences et un manque de sérieux total.
 
Résultat : Il a recommencé et a avoué une 40 aine d'agressions sexuelles aujourd'hui, ce qui expliquerait les affaires non résolues.

Message cité 1 fois
Message édité par FayenSaira le 21-08-2007 à 15:55:39
n°12461535
rastafia
sélavi
Posté le 21-08-2007 à 15:54:59  profilanswer
 

Grith a écrit :


 
Le pb est peut etre aussi que c'est pas super enthousiasmant pour un psy que de bosser dans un centre penitencier. Et que, comme tous les boulots "degradants" ce n'est certainement pas les meilleurs qui s'orientent vers ce type de poste.
 
Bcp doivent preferer soigner les depressions nerveuses des adolescents bourgeois en crise d'identite a 50€ de l'heure :(
 
et on peut pas leur en vouloir...


Il y a aussi des gens qui sont prêts à faire un métier dur parce qu'ils le considerent comme utile.
 
Ce qui est navrant, c'est qu'on ne leur en donne pas les moyens (combien de psys par détenu dans les prisons françaises ?)

n°12461547
boober
Compromis, chose due
Posté le 21-08-2007 à 15:55:36  profilanswer
 

Elegy_Wilde a écrit :

 

Oh le joli troll.

 

pas vraiment non. et ça rejoins le probleme de moyens.

Message cité 1 fois
Message édité par boober le 21-08-2007 à 15:56:00
n°12461562
Grith
Posté le 21-08-2007 à 15:56:33  profilanswer
 

Elegy_Wilde a écrit :


 
Oh le joli troll.


 
???
 
En quoi ?
 
J'imagine que vu les moyens de l'administration penitenciere, c'est pas les postes les plus remunerateurs qu'on y trouve. Et vu la difficulte du travail, je doute qu'en dehors de quelques uns qui ont la "vocation", cela attire bcp les psy.
C'est comme pour tous les metiers... la qualite du cadre de travail est un facteur qui finit par avoir un impact sur la qualite des profils attires.
 
Donc, si on veut avoir les meilleurs aux postes les plus durs, faut leur offrir un cadre compensatoire attractif et des compensations justes.


---------------
Never let your sense of morals prevent you from doing what is right.
n°12461577
Grith
Posté le 21-08-2007 à 15:57:49  profilanswer
 

FayenSaira a écrit :


 
 
Tout était prévisible pour le violeur d'Enis, le mec avait surement déjà consulté un psychologue durant une peine précèdente, et donc, s'il avait réussi à le bluffer, le psychologue de sa dernière détention aurait pu se douter qu'il y avait un risque de récidive. Dans ce cas là, il a determiné qu'il n'était pas en mesure d'être liberé car il y avait un risque assez prononcé de récidive.  
 
On l'a laissé sortir, malgré ce qu'il avait fait et l'avis négatif du psychologue, et la il est clair qu'il y a une faute lourde de conséquences et un manque de sérieux total.
 
Résultat : Il a recommencé et a avoué une 40 aine d'agressions sexuelles aujourd'hui, ce qui expliquerait les affaires non résolues.


 
Pour les aveux attention... soyons prudent: on sait que les gardes a vue de ce type d'individus sont plutot eprouvantes et la police peut etre tentee de lui faire porter le chapeau sur un max d'affaires...


---------------
Never let your sense of morals prevent you from doing what is right.
n°12461608
FayenSaira
Posté le 21-08-2007 à 16:00:18  profilanswer
 

Je pense que d'ici quelques jours, on trouvera un lien avec au moins une affaire non résolue, à partir de là on saura si les aveux étaient contraints ou non.


Message édité par FayenSaira le 21-08-2007 à 16:00:29
n°12461625
Elegy_Wild​e
HIIT like a girl
Posté le 21-08-2007 à 16:02:16  profilanswer
 

boober a écrit :


 
pas vraiment non. et ça rejoins le probleme de moyens.


 
Ok, alors si vous commencez à faire des trolls vraiment trop gros, j'arrête de répondre, j'ai pas de temps à perdre à débattre dans le vent, hein :D
 
J'essaie de parler de ce que je connais, je ne m'avance pas dans des terrains que je ne connais pas, essayez de faire de même et de pas m'insulter, merci.
 

rastafia a écrit :


Il y a aussi des gens qui sont prêts à faire un métier dur parce qu'ils le considerent comme utile.
 
Ce qui est navrant, c'est qu'on ne leur en donne pas les moyens (combien de psys par détenu dans les prisons françaises ?)


 
Voilà.
 
Je me suis orientée vers la psychocrimino parce que j'aime ce métier, c'est une passion, une vocation, et pour tous mes collègues, c'est la même chose.
 
L'esprit humain dans ce qu'il produit de pire nous passionne. On n'est pas là parce qu'on est mauvais, surtout qu'il y a très peu de places, et qu'on se bat pour pouvoir bosser en prison.
 
Pour tous les psys c'est très difficile de trouver un taf par le manque de moyen. Là où je bosse il y a un psy et demi (un temps plein, un mi-temps) pour une prison qui a 389 places.
Arrêtez de prendre votre cas pour une généralité, il y a des gens qui aiment bosser avec les criminels, et je suis sure que si vous passiez une journée à discuter avec eux, vous auriez un autre regard sur eux.
 
 
Je dois bosser un peu, je répondrai au reste ce soir ou demain.


---------------
Instagram - I like to make shapes with my body.
n°12461647
Eddy_
21/04/04 - 18/12/07
Posté le 21-08-2007 à 16:04:05  profilanswer
 

Hey, y'a déjà un topic sur la belgique. :o  

Spoiler :

Drapal masquaid.


 
 
Je profite de ma connerie pour poser une question sérieuse :  y a-t-il plus de pédophile dans le nord que dans le sud ?  :??:


Message édité par Eddy_ le 21-08-2007 à 16:05:18

---------------
Trike trip : Tour de France à vélo (8000 km en 100 étapes) - Venez me dire ce qu'il y a à voir dans votre ville, y'a des filles toutes nues et de l'alcool sur mon topic !
n°12461787
Tetedeienc​h
Head Of God
Posté le 21-08-2007 à 16:16:48  profilanswer
 

Sujet intéressant, mais je pense qu'il manque certaines composantes :

 
  • Différence d'âge. Vous avez tous abordé le blem de la différence entre enfant et lolita/aguicheuse de 15 ans avec string qui se voit. Mais personne n'a pris en compte l'âge du violeur. Si ce dernier a 16/17 ans... avec disons un enfant de moins de 10 ans. Pédophile ou non ? Quelle justice apporter ici ? Ca revient à la responsabilité judiciaire au sens large (mineur/majeur), mais quelle majorité prendre en compte, civile ou sexuelle, ici ?


  • Comment expliquez-vous qu'en France on déclare des affaires de pédophilies avec aveux de l'aggresseur... sans suite ? Il y a psychose et laxisme en même temps dans notre société. Comme une casserolle avec de l'eau qui bout. Ca remue partout, ca en cause, et ca bout tellement fort qu'il y a des hauts en psychose, et des bas. Seulement, on remarque surtout la hauteur.


  • Empêcher la récidive revient à foutre un flic derrière chaque personne qui sort. Un bracelet empêche d'aller dans les école, mais des gosses, y en a partout. Donc on a deux choix : soit on élimine tout désir sexuel et on ampute tout le monde d'une partie de sa vie, soit on laisse sortir personne... et les non récidivistes ? Comment on les différencie d'un récidiviste ?


  • Surtout, j'émettrai une dernière remarque pour un sujet passé sous silence : comment la victime se reconstruira ? Car elle n'est pas foutue, elle n'est pas à jeter, mais elle aussi va souffrir à la fois du tabou (exemple flagrant d'un petit garcon, avec les "PD" et "Enculé", les questions que ca engendre fatalement à la puberté, etc). Donc le tabou, c'est à la fois quand la victiime parle, quand l'accusé est condamné et traité, mais aussi quand la victime se reconstruit. Et ce tabou, c'est à vie, là.

Message cité 1 fois
Message édité par Tetedeiench le 21-08-2007 à 16:17:01

---------------
L'ingénieur chipset nortiaux : Une iFricandelle svp ! "Spa du pâté, hin!" ©®Janfynette | "La plus grosse collec vivante de bans abusifs sur pattes" | OCCT 5 OUT ! 5 tests : 2 CPU, 2 GPU, 1 Alim !
n°12461830
pikachu_or
Posté le 21-08-2007 à 16:20:56  profilanswer
 


 
J'avais entendu ma formulation à la tv  :)  
 

Elegy_Wilde a écrit :


 
Oui j'exagérais volontairement, bien sûr ! Ou bien on n'a qu'à dire que mon post portait sur toute l'Europe :D
C'était pour dire que sur tous les agresseurs sexuels relâchés, on ne parle que de ceux qui récidivent, évidemment, et donc on oublie tous ceux qui se tiennent tranquille.
 
Par contre 7000 condamnations, ça me paraît "peu". Je bosse peut-être dans une maison d'arrêt particulièrement prolifique en matière de criminels sexuels, étant donné que 80% de mes suivis sont des agresseurs sexuels, mais bon :o
 
 
Quant au principe de l'hôpital fermé... Oui, peut-être.
Pour moi, l'important serait surtout d'arrêter de déshumaniser les détenus, de les considérer comme des bêtes, des monstres. Leur permettre de garder un lien avec l'extérieur, de rester intégrés dans la société, pour faciliter leur réinsertion... Leur proposer des soins, une éducation scolaire, des formations professionnelles.
 
Mais je sais que vis à vis des victimes, ça ne passerait jamais, elles ont un désir de vengeance, et voir qu'on facilite la vie de leur bourreau, ça risquerait de les énerver quelque peu :o
Ce serait pourtant le meilleur moyen d'empêcher les criminels de recommencer (ce n'est que mon point de vue personnel, hein), parce qu'ils sont très souvent (très très très souvent) des individus qui ont eux-mêmes été piétinés, écrasés et qui n'ont pas appris un moyen de vivre en société adapté.
 
 
Je vous parle d'une solution humaniste, et bien évidemment utopiste. Dans les faits, aucun moyen proposé n'est bon, et on préferera toujours celui qui favorise les victimes, et qui fait que la population se sent bien plus en sécurité, parce que les méchants monstres qui volent les sacs à main des grands-mères, et qui ne sont pas comme eux, sont enfermés et souffrent.


 
Je ne suis pas psy, mais + 1. Le rôle de la prison est de réinsérer le criminel dans le droit chemin.
 
Sinon, quelques chose me fait peur dans cet hôpital. quand on a crée le fichier ADN, on nous a dit que c'était seulement pour les délinquants sexuels. Aujourd'hui, c'est pour de nombreux de délits et crimes. Serait-ce la même chose pour l'hôpital ?
 


---------------
Mon album : http://picasaweb.google.fr/Pikachuor / Sans plaisir, pas de sexe consentent. Sans sexe, pas de vie. L'abstinence est un crime contre l'humanité.
n°12461840
boober
Compromis, chose due
Posté le 21-08-2007 à 16:21:32  profilanswer
 

Elegy_Wilde a écrit :


 
Ok, alors si vous commencez à faire des trolls vraiment trop gros, j'arrête de répondre, j'ai pas de temps à perdre à débattre dans le vent, hein :D
 
J'essaie de parler de ce que je connais, je ne m'avance pas dans des terrains que je ne connais pas, essayez de faire de même et de pas m'insulter, merci.
 


 

Elegy_Wilde a écrit :


 
Voilà.
 
Je me suis orientée vers la psychocrimino parce que j'aime ce métier, c'est une passion, une vocation, et pour tous mes collègues, c'est la même chose.
 
L'esprit humain dans ce qu'il produit de pire nous passionne. On n'est pas là parce qu'on est mauvais, surtout qu'il y a très peu de places, et qu'on se bat pour pouvoir bosser en prison.
 
Pour tous les psys c'est très difficile de trouver un taf par le manque de moyen. Là où je bosse il y a un psy et demi (un temps plein, un mi-temps) pour une prison qui a 389 places.
Arrêtez de prendre votre cas pour une généralité, il y a des gens qui aiment bosser avec les criminels, et je suis sure que si vous passiez une journée à discuter avec eux, vous auriez un autre regard sur eux.
 
 
Je dois bosser un peu, je répondrai au reste ce soir ou demain.


 
et tu trouves que 1 psy et demi pour 389 detenu c'est suffisant pour faire un travail de qualité sur des gens destabilisé psychologiquement et pour lesquels une reconstruction de longue durée est a prevoir (si elle est faisable.. ) ? (je pose la question :jap:)
 
maintenant a partir de ton cas, de ta situation, tu arrives a generaliser et a parler de Troll. je trouve ça un peu gros. en aucun cas Grith ou moi denigrons les psychologues travaillant en prison, ils font avec et selon les moyens qu'on leur donne. Tu as beau etre le meilleure dans ta profession, si on te donne 1/4h par detenu par mois (chiffre au hasard) alors que le type est bien secoué, je pense que tu pourra pas faire grand chose de correct. Pire, tu risques meme de faire de mauvaises évaluations.  
 
quand tu regardes déjà le temps moyen de soins accordé au detenu par semaine, y'a de quoi se poser des questions sur la qualité des soins psychologiques (qui sont autrement plus complexe) apportés.

n°12461883
Grith
Posté le 21-08-2007 à 16:25:12  profilanswer
 

aux 35 heures, cela fait 23 minutes par mois et par detenu... en imaginant que tout le temps de travail est consacre a recevoir des detenus, ce qui doit etre loin d'etre le cas reel.
C'est clair qu'a ce niveau la, on peut meme plus parler de sous effectif, mais de presence quasi-symbolique !


---------------
Never let your sense of morals prevent you from doing what is right.
n°12462041
rastafia
sélavi
Posté le 21-08-2007 à 16:40:50  profilanswer
 

boober a écrit :


 
et tu trouves que 1 psy et demi pour 389 detenu c'est suffisant pour faire un travail de qualité sur des gens destabilisé psychologiquement et pour lesquels une reconstruction de longue durée est a prevoir (si elle est faisable.. ) ? (je pose la question :jap:)
 
maintenant a partir de ton cas, de ta situation, tu arrives a generaliser et a parler de Troll. je trouve ça un peu gros. en aucun cas Grith ou moi denigrons les psychologues travaillant en prison, ils font avec et selon les moyens qu'on leur donne. Tu as beau etre le meilleure dans ta profession, si on te donne 1/4h par detenu par mois (chiffre au hasard) alors que le type est bien secoué, je pense que tu pourra pas faire grand chose de correct. Pire, tu risques meme de faire de mauvaises évaluations.  
 
quand tu regardes déjà le temps moyen de soins accordé au detenu par semaine, y'a de quoi se poser des questions sur la qualité des soins psychologiques (qui sont autrement plus complexe) apportés.


Je réponds à sa place : evidemment que un psy et demi ça ne suffit pas. C'est bien le noeud du problème. On augmente l'arsenal répressif, on propose de créer un hopital-prison pour détenus qui ont finis leur peine (cherchez l'erreur), et on ne se penche pas sur les moyens qui sont donnés au personnel hospitaler dans les prisons durant leur détention qui sont evidemment très très très largement insuffisants.

n°12462157
Grith
Posté le 21-08-2007 à 16:49:40  profilanswer
 

rastafia a écrit :


Je réponds à sa place : evidemment que un psy et demi ça ne suffit pas. C'est bien le noeud du problème. On augmente l'arsenal répressif, on propose de créer un hopital-prison pour détenus qui ont finis leur peine (cherchez l'erreur), et on ne se penche pas sur les moyens qui sont donnés au personnel hospitaler dans les prisons durant leur détention qui sont evidemment très très très largement insuffisants.


L'histoire de l'hopital prison est motive par la conscience des actes.
Je m'explique, et si je me trompe, n'hesitez pas a me corriger:
Si un individu est juge responsable de ses actes, il va en tole. S'il est irresponsable, il est cense alle en institution psychiatrique, ou etre relache et devoir suivre un traitement.
 
Dans le cas des pedophiles, on est souvent confronte a des individus que les psychiatres jugent conscients de leurs actes, donc ils vont en tole. Neanmoins, la tole n'est pas le lieu adapte a une prise en charge medicale et psychiatrique d'un individu... d'ou le danger a la sortie, et l'idee d'un enfermement post prison dans une structure adaptee.
 
En fait, on est en plein dans le paradoxe de la fermeture des asiles, qu'on s'apprete ni plus ni moins a recreer.


---------------
Never let your sense of morals prevent you from doing what is right.
n°12462189
Profil sup​primé
Posté le 21-08-2007 à 16:51:49  answer
 

boober a écrit :


 
et tu trouves que 1 psy et demi pour 389 detenu c'est suffisant pour faire un travail de qualité sur des gens destabilisé psychologiquement et pour lesquels une reconstruction de longue durée est a prevoir (si elle est faisable.. ) ? (je pose la question :jap:)
 
maintenant a partir de ton cas, de ta situation, tu arrives a generaliser et a parler de Troll. je trouve ça un peu gros. en aucun cas Grith ou moi denigrons les psychologues travaillant en prison, ils font avec et selon les moyens qu'on leur donne. Tu as beau etre le meilleure dans ta profession, si on te donne 1/4h par detenu par mois (chiffre au hasard) alors que le type est bien secoué, je pense que tu pourra pas faire grand chose de correct. Pire, tu risques meme de faire de mauvaises évaluations.  
 
quand tu regardes déjà le temps moyen de soins accordé au detenu par semaine, y'a de quoi se poser des questions sur la qualité des soins psychologiques (qui sont autrement plus complexe) apportés.


 
C'est sur que lorsque l'ont sort "Et que, comme tous les boulots "degradants" ce n'est certainement pas les meilleurs qui s'orientent vers ce type de poste." ca n'est absolument pas du troll voir même du dénigrement.  :ange:

n°12462226
Grith
Posté le 21-08-2007 à 16:54:40  profilanswer
 


Je voulais juste souligner, qu'en dehors de ceux qui ont la vocation, ce n'est certainement pas le taff le plus facile a faire. Va annoncer en societe que tu es psy en centre penitencier... c'est pas la joie non ?
Donc, perso, je pense qu'il faut revaloriser ces metiers. Mais bon, si tout va bien dans le meilleur des mondes, tant mieux...


---------------
Never let your sense of morals prevent you from doing what is right.
n°12462256
Profil sup​primé
Posté le 21-08-2007 à 16:57:37  answer
 

Grith a écrit :


L'histoire de l'hopital prison est motive par la conscience des actes.
Je m'explique, et si je me trompe, n'hesitez pas a me corriger:
Si un individu est juge responsable de ses actes, il va en tole. S'il est irresponsable, il est cense alle en institution psychiatrique, ou etre relache et devoir suivre un traitement.
 
Dans le cas des pedophiles, on est souvent confronte a des individus que les psychiatres jugent conscients de leurs actes, donc ils vont en tole. Neanmoins, la tole n'est pas le lieu adapte a une prise en charge medicale et psychiatrique d'un individu... d'ou le danger a la sortie, et l'idee d'un enfermement post prison dans une structure adaptee.
 
En fait, on est en plein dans le paradoxe de la fermeture des asiles, qu'on s'apprete ni plus ni moins a recreer.


 
On en revient à ce que j'ai pu lire ici, dans le cadre de pédophile vous voullez soigner quoi ? ... Leur préference sexuelle ou leurs pathologique qui les possent à commettre des acts criminels ? Là est toute la différence qui est totalement amagalmée.

n°12462299
Profil sup​primé
Posté le 21-08-2007 à 17:00:24  answer
 

Grith a écrit :


Je voulais juste souligner, qu'en dehors de ceux qui ont la vocation, ce n'est certainement pas le taff le plus facile a faire. Va annoncer en societe que tu es psy en centre penitencier... c'est pas la joie non ?Donc, perso, je pense qu'il faut revaloriser ces metiers. Mais bon, si tout va bien dans le meilleur des mondes, tant mieux...


 
Je ne vois vraiment pas le rapport avec le sujet qui nous concerne ?Tu veux en venir ou avec ce détour qui est totalement hors de propos ? Elegy Wild est stagiaire psy dans une prison, ca m'a pas l'air d'être une ratée de la psychologie qui s'est orientée vers ça à défaut d'autre chose.  :sarcastic:  
 
On parle bien de pénurie de moyen mis à disposition et pas de pénurie de vocation si c'est que tu sous-entends.

n°12462350
FayenSaira
Posté le 21-08-2007 à 17:04:42  profilanswer
 

Changer leur attirance sexuelle n'a aucune chance de réussite, il y aura peut-être une réussite sur 500 cas, et la plupart du temps cette réussite ne sera qu'illusoire, car ils auront refoulé leurs désirs. Il faut soigner leurs pulsions et calmer leurs désirs.
 
Après il y a des tas de profils, et il faut adapter les solutions selon les profils.

n°12462351
boober
Compromis, chose due
Posté le 21-08-2007 à 17:04:44  profilanswer
 

 

je regrette mais c'est peut etre, je le concede, mal exprimé. pour autant le regard que porte la société sur ce genre de poste n'est pas aussi brillant que le regard qu'elle porte sur le psychologue independant qui fait payé sa consultation 100€/mois et qui est signe de super-reussite-sociale-top-la-classe.

 

et on court tous vers cette reussite et l'appat du gain. donc le psychologue que l'on va classer dans les "brillant"- sauf par vocation et convictions et heureusement il y en a plus qu'on ne le croit, et c'est ce que voulais souligner Grith -  va allez la ou sa rapporte le plus. Et je doute que bosser dans une prison offre autant de confort qu'une clinique privée ou qu'etre independant. ne t'en deplaise.

 

C'est comme ça que ça marche partout.

Message cité 1 fois
Message édité par boober le 21-08-2007 à 17:26:23
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
miniville, on peut me rendre mon sujet svp?Assurance Voiture de société
Jeux de société Harry Potteraccrochage vehicule société, assurance, malus?
Un sujet sur la section 2D/3D par un Algériensujet disparu?
Ma société dans un paradis fiscal: questionsmon sujet a été fermé!! pourquoi?
Société Générale ou BNP Paribas? 
Plus de sujets relatifs à : Délinquance sexuelle, pédophilie : Sujet de societé ou tabou ?


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR