Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1427 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Actualité

  [conflit social] Gwadloup, la vi dous kon miyel

 


 

Un tel mouvement peut-il se déclencher prochainement en métropole ?


 
5.1 %
 3 votes
1.  Oui, certainement
 
 
30.5 %
 18 votes
2.  Oui, probablement
 
 
23.7 %
 14 votes
3.  Non, certainement
 
 
16.9 %
 10 votes
4.  Non, probablement
 
 
23.7 %
 14 votes
5.  Obi-Wan n'aime pas la banane
 

Total : 67 votes (8 votes blancs)
Ce sondage est clos, vous ne pouvez plus voter
 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  82  83  84  85  86  87
Page Précédente
Auteur Sujet :

[conflit social] Gwadloup, la vi dous kon miyel

n°17580566
LooSHA
Allah Akbar
Posté le 18-02-2009 à 12:06:08  profilanswer
 

Bizarre qu'il n'y ait pas encore de sujet (à part un TALC sur l'indépendance), et c'est pénible de voir qu'on en parle un peu partout, et pas mal.
 



Quelques sites :
 
> http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/
> Forum de discussion des DOM-TOM >> http://www.volcreole.com/
> Blog sur la Guadeloupe >> La Guadeloupe en colère
 
Revue de presse :
 
> Guadeloupe: «une élite nationaliste cherche à asseoir son pouvoir»
> Antilles, un îlot anti-concurrentiel
 

Citation :

Voici les grandes étapes de la grève générale contre la vie chère qui a démarré le 20 janvier 2009 en Guadeloupe :
 
 
JANVIER
 

  • 19: mot d'ordre de fermeture illimitée des 115 stations-service de l'île, dont les gérants refusent toute nouvelle implantation.
  • 20: grève générale à l'appel de 52 organisations réunies dans un "Comité contre l'exploitation outrancière" (LKP), qui réclame notamment une baisse de 50 centimes du prix des carburants et une hausse du salaire minimum de 200 euros. 3.000 personnes manifestent à Pointe-à-Pitre.
  • 21: la grève se durcit, l'éducation et l'hôtellerie sont très touchées.
  • 23: première négociation du préfet avec le LKP. La distribution de l'eau potable est perturbée. Des professions prioritaires (médecins, etc) ont accès à des stations-service réquisitionnées.
  • 24: 8.000 (selon la police) à 25.000 personnes (selon les organisateurs) manifestent à Pointe-à-Pitre. Une table-ronde de quatre heures se tient entre le LKP et le préfet.
  • 26: aucune avancée ne ressort d'une nouvelle table-ronde. 13 stations-service sont réquisionnées. RFO interrompt ses programmes. Le Medef chiffre à 130 millions d'euros le manque à gagner pour l'économie locale.
  • 28: deux députés, Victorin Lurel (Guadeloupe, PS) et Christiane Taubira (Guyane, PRG), déplorent le "silence" du secrétaire d'Etat à l'Outre-mer Yves Jégo. Dans un communiqué, le secrétaire d'Etat propose d'ouvrir des négociations "thème par thème, dans un délai contraint de quatre semaines".
  • 29 et 30: plusieurs milliers de personnes manifestent à Pointe-à-Pitre.
  • 31: les présidents des Conseils régional et général de la Guadeloupe proposent 54 millions d'euros pour satisfaire les principales revendications du LKP, qui refuse.


 
FEVRIER
 

  • 1er: Yves Jégo arrive en Guadeloupe.
  • 2: le secrétaire d'Etat annonce la réouverture de "25 stations-services" et l'application du Revenu de solidarité active (RSA) dans l'île dès cette année, soit avec un an d'avance. Un accord prévoit de limiter à 118 "durant 3 ans" le nombre des stations-service.
  • 3: Yves Jégo annonce pour "dès cette année" 40.000 billets d'avions aller-retour à 340 euros Pointe-à-Pitre/Paris pour "les Guadeloupéens les plus modestes".
  • 4: Yves Jégo annonce avoir obtenu "un engagement clair, chiffré" des responsables de la grande distribution en Guadeloupe pour une baisse de 10% du prix de 100 produits de première nécessité. Premières discussions entre le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer et les dirigeants du LKP. Dans le même temps, la quasi-totalité des stations-service rouvrent dans la région de Pointe-à-Pitre, et dans le reste de l'île.Conclusion d'un accord mettant en place un "plan de soutien" bancaire aux entreprises et aux particuliers.
  • 5: ouverture des négociations quadripartites en Guadeloupe -LKP, patronat, les collectivités territoriales et l'Etat. La Martinique se dresse, à son tour, contre la vie chère avec une manifestation très suivie à Fort-de-France (plus de 20.000 à la mi-journée selon les organisateurs, 15.000 selon la police) et un mot d'ordre de grève générale.
  • 6: blocage de l'unique dépôt pétrolier de la Guadeloupe.
  • 8: pré-accord entre le patronat et le LKP sur une hausse de 200 euros des bas salaires, qui doit être soumis à Matignon sollicité pour des allégements de charges.
  • 9: Yves Jégo quitte la Guadeloupe et rentre à Paris. Le secrétaire général du Medef Guadeloupe, Jean-Luc Lubin chiffre entre 160 et 200 millions d'euros le manque à gagner entraîné par les mouvements de grève.
  • 10: François Fillon déclare que "l'Etat ne saurait se substituer aux partenaires sociaux", à propos du blocage sur les revendications salariales à la Guadeloupe, mais "propose une médiation".
  • 11: Yves Jégo revient en Guadeloupe dans la nuit, en compagnie des deux médiateurs nommés par le Premier ministre, alors que le collectif LKP annonce un durcissement de la grève générale. Reprise des négociations.
  • 12: rupture des discussions entre le LKP et les médiateurs.
  • 13: Yves Jégo rentre à Paris. La tension gagne la Réunion.
  • 14: La préfecture fait ouvrir 42 stations-services. Yves Jégo entame des consultations à Paris. Des élus appellent les grévistes à assouplir leur mouvement.
  • 15: environ 9.000 personnes selon la police, 50.000 selon les organisateurs défilent en entonnant "la Guadeloupe c'est à nous, la Guadeloupe, c'est pas à eux", visant les "békés", minorité blanche descendant des colons, et "les gros" propriétaires et entrepreneurs.
  • 16: 9 barrages routiers sont érigés par des grévistes en Guadeloupe, occasionnant des dizaines d'interpellations. Les "nouvelles mesures" approuvées par le gouvernement pour la Guadeloupe pour 2009 représentent 87,8 millions d'euros, auxquelles s'ajoutent 97,5 millions d'euros d'"autres mesures", selon un tableau présenté par Yves Jégo. 13 organisations de gauche manifestent à Paris.
  • 17: le "collectif du 5 février" et les représentants de la grande distribution de la Martinique parviennent à un accord sur la notion de produit de première nécessité. Flambée de violence dans la nuit en Guadeloupe: un syndicaliste, Jacques Bino, en voiture est tué par une balle tirée "depuis un barrage tenu par des jeunes" à Pointe-à-Pitre.  
  • 18: ouverture d'une information judiciaire pour meurtre. La ministre de l'Intérieur et de l'Outre-Mer Michèle Alliot-Marie instaure une réunion quotidienne sur la sécurité aux Antilles. A l'issue de la première, est annoncé l'envoi en Guadeloupe de "quatre escadrons de gendarmes mobiles", soit 280 militaires, alors qu'un millier de gendarmes et autant de policiers sont déjà sur place. En toute fin de son allocution rendant compte du sommet social de l'Elysée, Nicolas Sarkozy évoque "l'angoisse" et "une certaine forme de désespérance de nos compatriotes des territoires d'Outre-mer".
  • 19: François Fillon confie que le gouvernement va soumettre en Guadeloupe dès le début de la matinée une proposition permettant une augmentation des bas salaires "proche des 200 euros". Nicolas Sarkozy dit qu'il ouvrira des états-généraux en Guadeloupe dès que le calme sera revenu.
  • 20: Le LKP annonce la reprise des négociations.
  • 21: reprise des négociations puis supension. Le ministre du Budget Eric Woerth annonce l'adoption de "mesures douanières exceptionnelles pour soutenir les entreprises en Guadeloupe", à savoir "la possibilité de reporter d'un à trois mois les échéances de paiement de l'ensemble des droits et taxes de douane (dédouanement, contributions indirectes, octroi de mer externe et en régime intérieur)" ou de "solliciter l'échelonnement des paiements sur une période de trois à 12 mois". Manifestation à Paris de solidarité avec la grève en Guadeloupe.
  • 23: reprise des négociations puis supension.
  • 24: la région et le département de Guadeloupe proposent "une contribution financière conjointe de 50 euros par mois sur une durée de 12 mois non reconductible".
  • 25: Matignon propose un Revenu supplémentaire temporaire d'activité (RSTA) avec 80 euros déboursés par l'Etat jusqu'"à l'horizon 2011", avant un retour au revenu de solidarité active (RSA).
  • 26: signature d'un accord salarial partiel en Guadeloupe pour une augmentation des bas salaires, le Medef ayant claqué la porte.

>> http://www.challenges.fr/politique [...] illes.html
 
Neuf intellectuels antillais lancent un manifeste de la révolte :

Citation :

Le « Manifeste des neuf »
 
 
 
C’est en solidarité pleine et sans réserve aucune que nous saluons le profond mouvement social qui s’est installé en Guadeloupe, puis en Martinique, et qui tend à se répandre à la Guyane et à la Réunion. Aucune de nos revendications n’est illégitime. Aucune n’est irrationnelle en soi, et surtout pas plus démesurée que les rouages du système auquel elle se confronte. Aucune ne saurait donc être négligée dans ce qu’elle représente, ni dans ce qu’elle implique en relation avec l’ensemble des autres revendications. Car la force de ce mouvement est d’avoir su organiser sur une même base ce qui jusqu’alors s’était vu disjoint, voire isolé dans la cécité catégorielle — à savoir les luttes jusqu’alors inaudibles dans les administrations, les hôpitaux, les établissements scolaires, les entreprises, les collectivités territoriales, tout le monde associatif, toutes les professions artisanales ou libérales...
 
Mais le plus important est que la dynamique du Lyannaj — qui est d’allier et de rallier, de lier relier et relayer tout ce qui se trouvait désolidarisé — est que la souffrance réelle du plus grand nombre (confrontée à un délire de concentrations économiques, d’ententes et de profits) rejoint des aspirations diffuses, encore inexprimables mais bien réelles, chez les jeunes, les grandes personnes, oubliés, invisibles et autres souffrants indéchiffrables de nos sociétés. La plupart de ceux qui y défilent en masse découvrent (ou recommencent à se souvenir) que l’on peut saisir l’impossible au collet, ou enlever le trône de notre renoncement à la fatalité.
 
Cette grève est donc plus que légitime, et plus que bienfaisante, et ceux qui défaillent, temporisent, tergiversent, faillissent à lui porter des réponses décentes, se rapetissent et se condamnent.
 
Dès lors, derrière le prosaïque du « pouvoir d’achat » ou du « panier de la ménagère », se profile l’essentiel qui nous manque et qui donne du sens à l’existence, à savoir : le poétique. Toute vie humaine un peu équilibrée s’articule entre, d’un côté, les nécessités immédiates du boire-survivre-manger (en clair : le prosaïque) ; et, de l’autre, l’aspiration à un épanouissement de soi, là où la nourriture est de dignité, d’honneur, de musique, de chants, de sports, de danses, de lectures, de philosophie, de spiritualité, d’amour, de temps libre affecté à l’accomplissement du grand désir intime (en clair : le poétique). Comme le propose Edgar Morin, le vivre-pour-vivre, tout comme le vivre-pour-soi n’ouvrent à aucune plénitude sans le donner-à-vivre à ce que nous aimons, à ceux que nous aimons, aux impossibles et aux dépassements auxquels nous aspirons.
 
La « hausse des prix » ou « la vie chère » ne sont pas de petits diables-ziguidi qui surgissent devant nous en cruauté spontanée, ou de la seule cuisse de quelques purs békés. Ce sont les résultantes d’une dentition de système où règne le dogme du libéralisme économique. Ce dernier s’est emparé de la planète, il pèse sur la totalité des peuples, et il préside dans tous les imaginaires — non à une épuration ethnique, mais bien à une sorte « d’épuration éthique » (entendre : désenchantement, désacralisation, désymbolisation, déconstruction même) de tout le fait humain.
 
Ce système a confiné nos existences dans des individuations égoïstes qui vous suppriment tout horizon et vous condamnent à deux misères profondes : être « consommateur » ou bien être « producteur ». Le consommateur ne travaillant que pour consommer ce que produit sa force de travail devenue marchandise ; et le producteur réduisant sa production à l’unique perspective de profits sans limites pour des consommations fantasmées sans limites. L’ensemble ouvre à cette socialisation anti-sociale, dont parlait André Gorz, et où l’économique devient ainsi sa propre finalité et déserte tout le reste.
 
Pour les "produits" de haute nécessité
 
Alors, quand le « prosaïque » n’ouvre pas aux élévations du « poétique », quand il devient sa propre finalité et se consume ainsi, nous avons tendance à croire que les aspirations de notre vie, et son besoin de sens, peuvent se loger dans ces codes-barres que sont « le pouvoir d’achat » ou « le panier de la ménagère ». Et pire : nous finissons par penser que la gestion vertueuse des misères les plus intolérables relève d’une politique humaine ou progressiste. Il est donc urgent d’escorter les « produits de premières nécessités », d’une autre catégorie de denrées ou de facteurs qui relèveraient résolument d’une « haute nécessité ».
 
Par cette idée de « haute nécessité », nous appelons à prendre conscience du poétique déjà en œuvre dans un mouvement qui, au-delà du pouvoir d’achat, relève d’une exigence existentielle réelle, d’un appel très profond au plus noble de la vie. Alors que mettre dans ces « produits » de haute nécessité ? C’est tout ce qui constitue le cœur de notre souffrant désir de faire peuple et nation, d’entrer en dignité sur la grand-scène du monde, et qui ne se trouve pas aujourd’hui au centre des négociations en Martinique et en Guadeloupe, et bientôt sans doute en Guyane et à la Réunion.
 
D’abord, il ne saurait y avoir d’avancées sociales qui se contenteraient d’elles-mêmes. Toute avancée sociale ne se réalise vraiment que dans une expérience politique qui tirerait les leçons structurantes de ce qui s’est passé. Ce mouvement a mis en exergue le tragique émiettement institutionnel de nos pays, et l’absence de pouvoir qui lui sert d’ossature. Le « déterminant » ou bien le « décisif » s‘obtient par des voyages ou par le téléphone. La compétence n’arrive que par des émissaires. La désinvolture et le mépris rôdent à tous les étages. L’éloignement, l’aveuglement et la déformation président aux analyses.
 
L’imbroglio des pseudos pouvoirs Région-Département-Préfet, tout comme cette chose qu’est l’association des maires, ont montré leur impuissance, même leur effondrement, quand une revendication massive et sérieuse surgit dans une entité culturelle historique identitaire humaine, distincte de celle de la métropole administrante, mais qui ne s’est jamais vue traitée comme telle. Les slogans et les demandes ont tout de suite sauté par-dessus nos « présidents locaux » pour s’en aller mander ailleurs. Hélas, tout victoire sociale qui s’obtiendrait ainsi (dans ce bond par-dessus nous-mêmes), et qui s’arrêterait là, renforcerait notre assimilation, donc conforterait notre inexistence au monde et nos pseudos pouvoirs.
 
Contre la logique du système libéral marchand
 
Ce mouvement se doit donc de fleurir en vision politique, laquelle devrait ouvrir à une force politique de renouvellement et de projection apte à nous faire accéder à la responsabilité de nous-mêmes par nous-mêmes et au pouvoir de nous-mêmes sur nous-mêmes. Et même si un tel pouvoir ne résoudrait vraiment aucun de ces problèmes, il nous permettrait à tout le moins de les aborder désormais en saine responsabilité, et donc de les traiter enfin plutôt que d’acquiescer aux sous-traitances. La question békée et des ghettos qui germent ici où là, est une petite question qu’une responsabilité politique endogène peut régler. Celle de la répartition et de la protection de nos terres à tous points de vue aussi. Celle de l’accueil préférentiel de nos jeunes tout autant. Celle d’une autre Justice ou de la lutte contre les fléaux de la drogue en relève largement...
 
Le déficit en responsabilité crée amertume, xénophobie, crainte de l’autre, confiance réduite en soi... La question de la responsabilité est donc de haute nécessité. C’est dans l’irresponsabilité collective que se nichent les blocages persistants dans les négociations actuelles. Et c’est dans la responsabilité que se trouve l’invention, la souplesse, la créativité, la nécessité de trouver des solutions endogènes praticables. C’est dans la responsabilité que l’échec ou l’impuissance devient un lieu d’expérience véritable et de maturation. C’est en responsabilité que l’on tend plus rapidement et plus positivement vers ce qui relève de l’essentiel, tant dans les luttes que dans les aspirations ou dans les analyses.
 
Ensuite, il y a la haute nécessité de comprendre que le labyrinthe obscur et indémêlable des prix (marges, sous-marges, commissions occultes et profits indécents) est inscrit dans une logique de système libéral marchand, lequel s’est étendu à l’ensemble de la planète avec la force aveugle d’une religion. Ils sont aussi enchâssés dans une absurdité coloniale qui nous a détournés de notre manger-pays, de notre environnement proche et de nos réalités culturelles, pour nous livrer sans pantalon et sans jardins-bokay aux modes alimentaires européens. C’est comme si la France avait été formatée pour importer toute son alimentation et ses produits de grande nécessité depuis des milliers et des milliers de kilomètres. Négocier dans ce cadre colonial absurde avec l’insondable chaîne des opérateurs et des intermédiaires peut certes améliorer quelque souffrance dans l’immédiat ; mais l’illusoire bienfaisance de ces accords sera vite balayée par le principe du « Marché » et par tous ces mécanismes que créent un nuage de voracités, (donc de profitations nourries par « l’esprit colonial » et régulées par la distance) que les primes, gels, aménagements vertueux, réductions opportunistes, pianotements dérisoires de l’octroi de mer, ne sauraient endiguer.
 
Il y a donc une haute nécessité à nous vivre caribéens dans nos imports-exports vitaux, à nous penser américain pour la satisfaction de nos nécessités, de notre autosuffisance énergétique et alimentaire. L’autre très haute nécessité est ensuite de s’inscrire dans une contestation radicale du capitalisme contemporain qui n’est pas une perversion mais bien la plénitude hystérique d’un dogme. La haute nécessité est de tenter tout de suite de jeter les bases d’une société non économique, où l’idée de développement à croissance continuelle serait écartée au profit de celle d’épanouissement ; où emploi, salaire, consommation et production serait des lieux de création de soi et de parachèvement de l’humain.
 
Si le capitalisme (dans son principe très pur qui est la forme contemporaine) a créé ce Frankenstein consommateur qui se réduit à son panier de nécessités, il engendre aussi de bien lamentables « producteurs » – chefs d’entreprises, entrepreneurs, et autres socioprofessionnels ineptes – incapables de tressaillements en face d’un sursaut de souffrance et de l’impérieuse nécessité d’un autre imaginaire politique, économique, social et culturel. Et là, il n’existe pas de camps différents. Nous sommes tous victimes d’un système flou, globalisé, qu’il nous faut affronter ensemble. Ouvriers et petits patrons, consommateurs et producteurs, portent quelque part en eux, silencieuse mais bien irréductible, cette haute nécessité qu’il nous faut réveiller, à savoir : vivre la vie, et sa propre vie, dans l’élévation constante vers le plus noble et le plus exigeant, et donc vers le plus épanouissant.
 
Ce qui revient à vivre sa vie, et la vie, dans toute l’ampleur du poétique. On peut mettre la grande distribution à genoux en mangeant sain et autrement. On peut renvoyer la Sara et les compagnies pétrolières aux oubliettes, en rompant avec le tout automobile. On peut endiguer les agences de l’eau, leurs prix exorbitants, en considérant la moindre goutte sans attendre comme une denrée précieuse, à protéger partout, à utiliser comme on le ferait des dernières chiquetailles d’un trésor qui appartient à tous. On ne peut vaincre ni dépasser le prosaïque en demeurant dans la caverne du prosaïque, il faut ouvrir en poétique, en décroissance et en sobriété. Rien de ces institutions si arrogantes et puissantes aujourd’hui (banques, firmes transnationales, grandes surfaces, entrepreneurs de santé, téléphonie mobile...) ne sauraient ni ne pourraient y résister.
 
Enfin, sur la question des salaires et de l’emploi. Là aussi il nous faut déterminer la haute nécessité. Le capitalisme contemporain réduit la part salariale à mesure qu’il augmente sa production et ses profits. Le chômage est une conséquence directe de la diminution de son besoin de main d’œuvre. Quand il délocalise, ce n’est pas dans la recherche d’une main d’œuvre abondante, mais dans le souci d’un effondrement plus accéléré de la part salariale. Toute déflation salariale dégage des profits qui vont de suite au grand jeu welto de la finance. Réclamer une augmentation de salaire conséquente n’est donc en rien illégitime : c’est le début d’une équité qui doit se faire mondiale.
 
Quant à l’idée du « plein emploi », elle nous a été clouée dans l’imaginaire par les nécessités du développement industriel et les épurations éthiques qui l’ont accompagnée. Le travail à l’origine était inscrit dans un système symbolique et sacré (d’ordre politique, culturel, personnel) qui en déterminait les ampleurs et le sens. Sous la régie capitaliste, il a perdu son sens créateur et sa vertu épanouissante à mesure qu’il devenait, au détriment de tout le reste, tout à la fois un simple « emploi », et l’unique colonne vertébrale de nos semaines et de nos jours. Le travail a achevé de perdre toute signifiance quand, devenu lui-même une simple marchandise, il s’est mis à n’ouvrir qu’à la consommation.
 
Une vision du politique enchantée par l’utopie
 
Nous sommes maintenant au fond du gouffre. Il nous faut donc réinstaller le travail au sein du poétique. Même acharné, même pénible, qu’il redevienne un lieu d’accomplissement, d’invention sociale et de construction de soi, ou alors qu’il en soit un outil secondaire parmi d’autres. Il y a des myriades de compétences, de talents, de créativités, de folies bienfaisantes, qui se trouvent en ce moment stérilisés dans les couloirs ANPE et les camps sans barbelés du chômage structurel né du capitalisme. Même quand nous nous serons débarrassés du dogme marchand, les avancées technologiques (vouées à la sobriété et à la décroissance sélective) nous aiderons à transformer la valeur-travail en une sorte d’arc-en-ciel, allant du simple outil accessoire jusqu’à l’équation d’une activité à haute incandescence créatrice.
 
Le plein emploi ne sera pas du prosaïque productiviste, mais il s’envisagera dans ce qu’il peut créer en socialisation, en autoproduction, en temps libre, en temps mort, en ce qu’il pourra permettre de solidarités, de partages, de soutiens aux plus démantelés, de revitalisations écologiques de notre environnement... Il s’envisagera en « tout ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue ». Il y aura du travail et des revenus de citoyenneté dans ce qui stimule, qui aide à rêver, qui mène à méditer ou qui ouvre aux délices de l’ennui, qui installe en musique, qui oriente en randonnée dans le pays des livres, des arts, du chant, de la philosophie, de l’étude ou de la consommation de haute nécessité qui ouvre à création – créaconsommation. En valeur poétique, il n’existe ni chômage ni plein emploi ni assistanat, mais autorégénération et autoréorganisation, mais du possible à l’infini pour tous les talents, toutes les aspirations. En valeur poétique, le PIB des sociétés économiques révèle sa brutalité.
 
Voici ce premier panier que nous apportons à toutes les tables de négociations et à leurs prolongements : que le principe de gratuité soit posé pour tout ce qui permet un dégagement des chaînes, une amplification de l’imaginaire, une stimulation des facultés cognitives, une mise en créativité de tous, un déboulé sans manman de l’esprit. Que ce principe balise les chemins vers le livre, les contes, le théâtre, la musique, la danse, les arts visuels, l’artisanat, la culture et l’agriculture... Qu’il soit inscrit au porche des maternelles, des écoles, des lycées et collèges, des universités et de tous les lieux connaissance et de formation... Qu’il ouvre à des usages créateurs des technologies neuves et du cyberespace. Qu’il favorise tout ce qui permet d’entrer en Relation (rencontres, contacts, coopérations, interactions, errances qui orientent) avec les virtualités imprévisibles du Tout-Monde... C’est le gratuit en son principe qui permettra aux politiques sociales et culturelles publiques de déterminer l’ampleur des exceptions. C’est à partir de ce principe que nous devrons imaginer des échelles non marchandes allant du totalement gratuit à la participation réduite ou symbolique, du financement public au financement individuel et volontaire... C’est le gratuit en son principe qui devrait s’installer aux fondements de nos sociétés neuves et de nos solidarités imaginantes...
 
Projetons nos imaginaires dans ces hautes nécessités jusqu’à ce que la force du Lyannaj ou bien du vivre-ensemble, ne soit plus un « panier de ménagère », mais le souci démultiplié d’une plénitude de l’idée de l’humain. Imaginons ensemble un cadre politique de responsabilité pleine, dans des sociétés martiniquaise guadeloupéenne guyanaise réunionnaise nouvelles, prenant leur part souveraine aux luttes planétaires contre le capitalisme et pour un monde écologiquement nouveau. Profitons de cette conscience ouverte, à vif, pour que les négociations se nourrissent, prolongent et s’ouvrent comme une floraison dans une audience totale, sur ces nations qui sont les nôtres.
 
An gwan lodyans qui ne craint ni ne déserte les grands frissons de l’utopie.
 
Nous appelons donc à ces utopies où le Politique ne serait pas réduit à la gestion des misères inadmissibles ni à la régulation des sauvageries du « Marché », mais où il retrouverait son essence au service de tout ce qui confère une âme au prosaïque en le dépassant ou en l’instrumentalisant de la manière la plus étroite.
 
Nous appelons à une haute politique, à un art politique, qui installe l’individu, sa relation à l’Autre, au centre d’un projet commun où règne ce que la vie a de plus exigeant, de plus intense et de plus éclatant, et donc de plus sensible à la beauté.
 
Ainsi, chers compatriotes, en nous débarrassant des archaïsmes coloniaux, de la dépendance et de l’assistanat, en nous inscrivant résolument dans l’épanouissement écologique de nos pays et du monde à venir, en contestant la violence économique et le système marchand, nous naîtrons au monde avec une visibilité levée du post-capitalisme et d’un rapport écologique global aux équilibres de la planète....
 
Alors voici notre vision : Petits pays, soudain au cœur nouveau du monde, soudain immenses d’être les premiers exemples de sociétés post-capitalistes, capables de mettre en œuvre un épanouissement humain qui s’inscrit dans l’horizontale plénitude du vivant....
 
Les signataires :
 
Ernest BRELEUR Patrick CHAMOISEAU Serge DOMI Gérard DELVER Edouard GLISSANT Guillaume PIGEARD DE GURBERT Olivier PORTECOP Olivier PULVAR Jean-Claude WILLIAM


_______________________
 
Si vous avez des sujets connexes à proposer, des idées de sondages, un meilleur titre, un meilleur premier message, vous gênez pas.
 
Si vous voulez reprendre le sujet en main, non plus :o


Message édité par LooSHA le 29-03-2009 à 17:20:46

---------------
Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.
mood
Publicité
Posté le 18-02-2009 à 12:06:08  profilanswer
 

n°17580608
Rasthor
Liberté et Patrie
Posté le 18-02-2009 à 12:09:37  profilanswer
 

10h43 L'information, donnée sur Europe 1 ce matin, vient d'être confirmée par la cellule de crise de la préfecture de la Guadeloupe. Un homme d’une cinquantaine d’années a été tué par une balle tirée «depuis un barrage tenu par des jeunes». La victime, qui a été tuée alors qu’elle se trouvait à bord d’une voiture dans la cité Henri IV, une zone sensible du quartier Chanzy à Pointe-à-Pitre, était «un syndicaliste qui revenait d’un meeting». «Ce n’est pas un mort lié aux forces de l’ordre».
 
http://www.liberation.fr/societe/0 [...] -la-police
 
 
Ca chauffe. :O

n°17580642
Profil sup​primé
Posté le 18-02-2009 à 12:11:57  answer
 

Drapl ;)

n°17580685
eol melwas​ul
Sujet du Roi
Posté le 18-02-2009 à 12:14:29  profilanswer
 

Arg c'est chaud.
J'en ai parlé a des amis antillais. Le plus grave étant que la situation perdure depuis des décennies sans que rien ne soit fait. Pourquoi ne pas revaloriser le SMIC antillais de 40% comme les salaires des focntionnaires?
Si la vie est chère pour eux, elle l'est encore plus pour ceux qui se tuent au travail.
D'ailleurs une question: est ce que les minimas sociaux type APL, RMI/RSA beneficient du +40%?


---------------
Salutations aux messager du Roi, tombé sous les verrous.
n°17580713
Profil sup​primé
Posté le 18-02-2009 à 12:16:33  answer
 

Le reportage de C+ a mis un sacre feu aux poudres...

n°17580729
Rasthor
Liberté et Patrie
Posté le 18-02-2009 à 12:18:04  profilanswer
 


Sur les Békés ?

n°17580766
eol melwas​ul
Sujet du Roi
Posté le 18-02-2009 à 12:21:57  profilanswer
 

Démantelez les monopoles, envoyez une demi douzaine de concurent, d'truisez le bonus +40% des fonctionnaires et ca ira beaucoup mieux je vous dis.


---------------
Salutations aux messager du Roi, tombé sous les verrous.
n°17580773
Profil sup​primé
Posté le 18-02-2009 à 12:22:17  answer
 

Rasthor a écrit :


Sur les Békés ?


Oui

n°17580785
xilebo
noone
Posté le 18-02-2009 à 12:23:02  profilanswer
 

Je me souviens quand j'y suis allé étant jeune, les prix m'avaient vraiment surpris. A l'époque : paquet de 12 yaourt à 40Frs, alors que les 16 étaient à moins de 20 Frs en métropole. Pareil pour quasi tout (et pas forcément des produits d'importations, y a une usine Gervais-Danone entre Le Robert et Le Francois d'après mes souvenirs).
 
D'ailleurs les voyages que j'ai effectué sont grâce au fait que la France paye un voyage pour toute la famille pendant 2 mois tous les 3 ans a tout antillais venant travailler en France (fonctionnaire evidemment). D'ailleurs, pendant les 2 mois de vacances, le salaire est réhaussé de 40 % effectivement.  
 
En ce moment, mes parents sont en Martinique, c'est la catastrophe, plusieurs heures de queue pour 30 euros d'essence ou 3-4 bricoles à manger, les petits commerçants en profitent pour gonfler les prix un max du à la rareté (bouteille d'eau minérale à 1,50 euros, fromage minuscule à 4 euros). Même les produits locaux, fruits et poissons, sont très chers.

n°17580828
eol melwas​ul
Sujet du Roi
Posté le 18-02-2009 à 12:28:35  profilanswer
 

Comment la Metropole a laissé pourrir la situation depuis tant d'années.
A croire qu'ils se disaient que 40% aux fonctionnaires, des congés bonifiés (les billets grats pour fonctionnaires antillais) acheteraient la paix sociale indéfiniment.
Et surtout comment ca se fait que les Antillais de metropole, voyant la situation avec un oeil "externe" n'aient pas milité pour un revalorisation generale des salaires plus tôt. Je comprend mieux l'obession pour el fonctionnariat de mes potes antillais.
La minorité s'en sort et les autres crevent de faim avec un pouvoir d'achat ridicule. C'est révoltant.


---------------
Salutations aux messager du Roi, tombé sous les verrous.
mood
Publicité
Posté le 18-02-2009 à 12:28:35  profilanswer
 

n°17581003
tilolebo
point trop n'en faut
Posté le 18-02-2009 à 12:53:48  profilanswer
 

Le reportage de Canal + portait uniquement sur la Martinique, la situation n'est pas tout à fait la même en Guadeloupe, pour la simple raison que la majeure partie des colons qui y vivaient ont été tués lors de la Terreur.
 


---------------
Ravèt pa janmen ni rézon douvan poul
n°17581012
P_erf_ide
Posté le 18-02-2009 à 12:54:43  profilanswer
 

eol melwasul a écrit :

Arg c'est chaud.
J'en ai parlé a des amis antillais. Le plus grave étant que la situation perdure depuis des décennies sans que rien ne soit fait. Pourquoi ne pas revaloriser le SMIC antillais de 40% comme les salaires des focntionnaires?
Si la vie est chère pour eux, elle l'est encore plus pour ceux qui se tuent au travail.
D'ailleurs une question: est ce que les minimas sociaux type APL, RMI/RSA beneficient du +40%?


Non, et ils étaient même moins élevés avant 2002. Par ailleurs, les allocations logements sont toujours inférieures à celles qui s'appliquent en métropole.(leur revalorisation fait partie de ce qui a été accordé par Jego)


---------------
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. La Boétie -
n°17581094
pantalaimo​n
Posté le 18-02-2009 à 13:02:32  profilanswer
 

eol melwasul a écrit :

Démantelez les monopoles, envoyez une demi douzaine de concurent, d'truisez le bonus +40% des fonctionnaires et ca ira beaucoup mieux je vous dis.

 

Sans vouloir faire montre de p_erf_idie...

 
Citation :

derrière le prosaïque du "pouvoir d'achat" ou du "panier de la ménagère", se profile l'essentiel qui nous manque et qui donne du sens à l'existence, à savoir : le poétique. Toute vie humaine un peu équilibrée s'articule entre, d'un côté, les nécessités immédiates du boire-survivre-manger (en clair : le prosaïque) ; et, de l'autre, l'aspiration à un épanouissement de soi, là où la nourriture est de dignité, d'honneur, de musique, de chants, de sports, de danses, de lectures, de philosophie, de spiritualité, d'amour, de temps libre affecté à l'accomplissement du grand désir intime (en clair : le poétique). Comme le propose Edgar Morin, le vivre-pour-vivre, tout comme le vivre-pour-soi n'ouvrent à aucune plénitude sans le donner-à-vivre à ce que nous aimons, à ceux que nous aimons, aux impossibles et aux dépassements auxquels nous aspirons.

 

http://www.lemonde.fr/politique/ar [...] 23448.html

 

Et si tu prends le temps de tout lire tu verras quelques autres pistes/angles d'attaque détaillés plus loin.


Message édité par pantalaimon le 18-02-2009 à 13:04:14

---------------
...
n°17581149
BenFromLA
Posté le 18-02-2009 à 13:10:49  profilanswer
 

deumilcat a écrit :


 
Je vois.. En tout cas si on leur laissait les commandes au lieu de les traiter comme des sous fiffres les martiniquais, ils seraient surement moins nonchalants, y a qu a voir ce qu ils font ici quand ils ont la possibilité d entreprendre
 
nb: note quand je dis "comme une merde" il y a une connotation coloniale qui n existe pas dans la memoire du salarié blanc de metropole


 
Je vais être un peu cru mais pour moi le problème de la Martinique n'est pas le racisme, mais le fait qu'il s'agit d'une île perdue dans les Caraibes et il est illusoire de vouloir en tirer autant de richesses qu'en métropole, regarde l'état des iles voisines qui ont obtenu l'indépendance, il n'y a rien de rien si ce n'est une pauvreté extrème. La source de richesse est la perfusion de la métropole et il ne sert à rien de se démener au boulot, localement il n'y a pas de perspectives. Les revenus du capital tombent dans les poches des riches qui sont ici les békés, tout comme ils tombent dans la poche de riches familles en métropole.
Quand à l'argument colonialiste il est souvent utilisé abusivement par les martiniquais, en quoi des faits qui ont concerné nos arrière-arrière-grands-parents seraient-ils encore d'actualité aujourd'hui ?  
Ils reconnaissent très bien l'absurdité de la chose et se marrent bien entre-eux après avoir mis mal à l'aise un blanc avec ça.

Message cité 1 fois
Message édité par BenFromLA le 18-02-2009 à 13:12:14
n°17581165
dante2002
HEUUU NOOOOOOOOON
Posté le 18-02-2009 à 13:12:45  profilanswer
 

Drapal :D


---------------
Parce que le vote pour Emmanuel Macron n'est pas un vote de conviction mais une nécessité démocratique
n°17581170
caudacien
Posté le 18-02-2009 à 13:13:27  profilanswer
 
n°17581177
adama37
Les Longs Canons
Posté le 18-02-2009 à 13:14:22  profilanswer
 


 
 
il est clair qu'il était assez irresponsable de diffuser un tel reportage vu le contexte actuel :/


---------------
Gaullisme | Le plan de bataille des financiers  |
n°17581182
LooSHA
Allah Akbar
Posté le 18-02-2009 à 13:14:55  profilanswer
 

Rasthor a écrit :

10h43 L'information, donnée sur Europe 1 ce matin, vient d'être confirmée par la cellule de crise de la préfecture de la Guadeloupe. Un homme d’une cinquantaine d’années a été tué par une balle tirée «depuis un barrage tenu par des jeunes». La victime, qui a été tuée alors qu’elle se trouvait à bord d’une voiture dans la cité Henri IV, une zone sensible du quartier Chanzy à Pointe-à-Pitre, était «un syndicaliste qui revenait d’un meeting». «Ce n’est pas un mort lié aux forces de l’ordre».
 
http://www.liberation.fr/societe/0 [...] -la-police
 
 
Ca chauffe. :O


Ce qui me sidère, c'est que d'après le témoignage que j'ai entendu, des personnes étaient au courant qu'un taré faisait du tir au pigeon. Alors ne pas avoir alerté la police... Et la police, elle devait être sans doute au courant aussi.
 
Bref, si vraiment pas mal de personnes étaient au courant qu'un fou de la gâchette faisait des siennes sur un barrage, on peut peut-être considérer qu'il y a eu non-assistance à personne en danger.


---------------
Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.
n°17581206
Zangalou
PlayJV
Posté le 18-02-2009 à 13:18:45  profilanswer
 

LooSHA a écrit :


Ce qui me sidère, c'est que d'après le témoignage que j'ai entendu, des personnes étaient au courant qu'un taré faisait du tir au pigeon. Alors ne pas avoir alerté la police... Et la police, elle devait être sans doute au courant aussi.


la police était censée faire quoi ? y aller sachant qu'un type allait leur tirer dessus  [:prozac] faut pas croire également que les autres jeunes allaient laisser les policiers faire leur job tranquillement, sinon trois mecs ne se seraient pas fait tirer dessus
 
Même les journalistes se font agresser  [:kaleos]


---------------
GT: ZangalouQC
n°17581235
LooSHA
Allah Akbar
Posté le 18-02-2009 à 13:22:42  profilanswer
 

Zangalou a écrit :

la police était censée faire quoi ?


Ah ben si la police ne peut rien faire :sarcastic:
Empêcher que des personnes puissent aller dans cette zone, alors, au moins ?
 
Je me posais juste la question, vu qu'on a pas encore trop d'éléments ;)


---------------
Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.
n°17581257
Profil sup​primé
Posté le 18-02-2009 à 13:25:07  answer
 

Pour vous donner une idée de l'ambiance: http://www.lemonde.fr/societe/son/ [...] _3224.html

n°17581292
Profil sup​primé
Posté le 18-02-2009 à 13:29:14  answer
 

adama37 a écrit :


il est clair qu'il était assez irresponsable de diffuser un tel reportage vu le contexte actuel :/


 
L'histoire est pire.
 
Les journalistes se sont fait rincer par les bekes pendant un mois (ils ont mene grand train de vie) et le reportage etait pas du tout cense etre monte comme ca. Avec des propos certes borde line parfois, mais aussi sortis de leur contexte.
 
Les journalistes ils sont pas pres d'etre a nouveau recus par les bekes...

n°17581355
bab'z
Posté le 18-02-2009 à 13:37:47  profilanswer
 

Mais les iles des caraibes sont obligées d'importer non?
 
Les produits sont toujours plus chers sur les iles je crois.

n°17581407
Profil sup​primé
Posté le 18-02-2009 à 13:45:01  answer
 

ATTENTION AUX AMALGAMES !! D'après le préfet :

Citation :

Nicolas Desforges a insisté sur la différence entre les incidents qui émaillent la journée des violences de la nuit.
 
"Le jour nous avons affaire à des manifestants organisés qui défilent dans des conditions tout à fait normales ou qui bloquent la voie publique", a-t-il dit, alors que la nuit "on est face à des bandes de jeunes qui ne sont pas directement liés au mouvement social mais qui surfent en quelque sorte sur la vague du mouvement social pour commettre des déprédations".


 
http://www.lexpress.fr/actualites/ [...] 41749.html
 
 
 
 

Citation :

Avec des propos certes borde line parfois, mais aussi sortis de leur contexte

 
 
 Mouiiiii... c'est vrai et faux à la fois. Il est juste de le rappeler, mais d'un autre côté il ne faut pas tout mettre sur le hors-contexte.

n°17581446
tbox
Posté le 18-02-2009 à 13:49:39  profilanswer
 

BenFromLA a écrit :


Je vais être un peu cru mais pour moi le problème de la Martinique n'est pas le racisme, mais le fait qu'il s'agit d'une île perdue dans les Caraibes et il est illusoire de vouloir en tirer autant de richesses qu'en métropole


 
Et le Japon et Taïwan ne sont-elles pas des îles perdues dans l'océan ? et pourtant elles sont très développées.
 

n°17581465
ozidivisio​n
Résistant
Posté le 18-02-2009 à 13:51:08  profilanswer
 

tbox a écrit :


 
Et le Japon et Taïwan ne sont-elles pas des îles perdues dans l'océan ? et pourtant elles sont très développées.
 


oui le Japon et Taiwan c'est tout à fait comparable à la Guadeloupe...

n°17581485
eol melwas​ul
Sujet du Roi
Posté le 18-02-2009 à 13:53:19  profilanswer
 

tbox a écrit :


 
Et le Japon et Taïwan ne sont-elles pas des îles perdues dans l'océan ? et pourtant elles sont très développées.
 


 
Euh ces deux iles sont peut etre plus grandes? :whistle:  
Et le Japon est peut etre un pays aussi contrairement a la guadeloupe? :whistle:


---------------
Salutations aux messager du Roi, tombé sous les verrous.
n°17581503
le pourri
connard prétentieux aigri
Posté le 18-02-2009 à 13:54:42  profilanswer
 

Bové qui s'en mêle... n'importe quoi....
 
Pour vivre dans un DOM il y'a effectivement un problème de vie chère, pour autant ce n'est pas en tuant son économie qu'on réussira à trouver des solutions, ni en faisant chier le monde, et encore moins en donnant de son territoire une image detestable. Sur ce point le LKP et ses partisans sont une belle bande d'abrutis...
 
Comment s'y prendre alors ? regardons les faits : les Antilles produisent que dalle et n'ont rien à vendre à part des activités touristiques qu'ils sont en train de détruire.
Au lieu de ca ils devraient trouver des secteurs dans lesquels ils peuvent se developper, donc augmenter leur revenus, et donc gagner de l'oseille, parallèelement devenir attractif pour des investisseurs qui concurrencerait lees boites déjà en place, donc fin des monopoles, c'est la base même de l'économie...
mais vu qu'a Gwada on a des types complètement à la ramasse, mais bons parleurs, on fait fuir le business, on fait fuir le touriste, on flingue son ile et après on vient pleurer...
 
A la Réunion on a aussi ce genre de mongols, heureusement la population en semble pas prete à se suicider


---------------
J'ai passé 10 ans de ma vie à Gaza, dans les projets de Tsahal... Paix à tous mes négros israéliens et arabes... Faut arrêter cette merde et fumer le calumet de la paix, LE calumet d'hydroponique, tu vois ce que je veux dire ?
n°17581509
Profil sup​primé
Posté le 18-02-2009 à 13:55:20  answer
 


 
Deux passages incrimines:
- "l'esclavage a eu des bons cotes", faut pas generaliser et deconner certs, mais ca existe des mecs qui ont affranchis des esclaves, les ont emplyes comme des gens normauc parfois meme se sont metisses. Il aurait fallu que le mec precisent que ce fut extremenemnt rare pour que ca passe.
- "le metissage c'est pas beau". C'est vomitif comme propos... Mais, il y a un MAIS. Pourquoi on fait pas le meme genre de proces aux juifs qui sont franchement absolument contre, et le disent sans gene (et les traiter de communautariste en retour tu passes pour un antisemithe... Logique) le melange de leur religion avec une autre religion; ou aux corses qui ne se marient qu'entre eux, etc,...
 
Donc les propos me genent certes, mais faut arreter de passer la serpillere au minorites sous pretexte de racisme et de victimisation; de politiquement correct gerbant. Faut etre logique, pour des props similaires on doit faire chier toutes les personnes quelque soient la confession, la race ou l'appartenance de la personne qui les prononce!

n°17581541
tbox
Posté le 18-02-2009 à 13:58:23  profilanswer
 

eol melwasul a écrit :


 
Euh ces deux iles sont peut etre plus grandes? :whistle:  
Et le Japon est peut etre un pays aussi contrairement a la guadeloupe? :whistle:


 
Arrêtons de tourner autour du pot c'est principalement un problème de population les antillais ne sont tout simplement pas des japonais ou des chinois...

n°17581618
bab'z
Posté le 18-02-2009 à 14:05:05  profilanswer
 


 
+1, "poids de l'histoire", etc...
 

n°17581787
Vaulti
Démocratie participative?
Posté le 18-02-2009 à 14:17:36  profilanswer
 

Il ne faut pas oublier le chomage des jeunes la-bas.
Plus de 50% des 18-25 ans sont sans emploi.
 
D'ailleurs, ce sont eux qui ont fait dégénérer la grève générale.


---------------
Tu l'as voulu, tu l'as eu...
n°17581815
caudacien
Posté le 18-02-2009 à 14:20:02  profilanswer
 

tbox a écrit :


 
Arrêtons de tourner autour du pot c'est principalement un problème de population les antillais ne sont tout simplement pas des japonais ou des chinois...


 
Que voudrais-tu nous dire dans ton post? [:uxam]

n°17581904
eol melwas​ul
Sujet du Roi
Posté le 18-02-2009 à 14:25:55  profilanswer
 

tbox a écrit :


 
Arrêtons de tourner autour du pot c'est principalement un problème de population les antillais ne sont tout simplement pas des japonais ou des chinois...


 
C'est vrai, il sont français.................c'est ça que tu voulais dire? :heink:


---------------
Salutations aux messager du Roi, tombé sous les verrous.
n°17582424
Zangalou
PlayJV
Posté le 18-02-2009 à 15:06:58  profilanswer
 

LooSHA a écrit :


Ah ben si la police ne peut rien faire :sarcastic:
Empêcher que des personnes puissent aller dans cette zone, alors, au moins ?
 
Je me posais juste la question, vu qu'on a pas encore trop d'éléments ;)


la personne en question était un syndicaliste, probablement croyait il bien faire en voulait parler avec ces personnes


---------------
GT: ZangalouQC
n°17582435
Zangalou
PlayJV
Posté le 18-02-2009 à 15:07:50  profilanswer
 

eol melwasul a écrit :


 
C'est vrai, il sont français.................c'est ça que tu voulais dire? :heink:


je crois simplement qu'il voulait dire que les antillais ne sont pas partant pour bosser pour 1€ de l'heure comme les chinois, ou 90 heures semaine comme les japonais et donc que ce n'était pas comparable


---------------
GT: ZangalouQC
n°17582501
Mon oncle ​Edouard
Sur les voies de la destinée
Posté le 18-02-2009 à 15:13:56  profilanswer
 

La situation est batarde. D'un coté ils sont ultra privilégiés à coté des iles voisines, de l'autre ils fantasment quand même un petit peu sur la richesse des métropolitains.
Si on est si pourri que ça, qu'on leur donne leur indépendance, ou plutôt qu'ils la prennent. je ne suis pas sur qu'ils gagneraient au change, et ils le savent très bien.
La vie n'est pas si dure que ça dans les dom, faut pas exagérer, en tout cas pas plus que dans mon calaisis natal.

n°17582546
BiBi_PoK
Roi des fok
Posté le 18-02-2009 à 15:17:58  profilanswer
 

ouais c'est terrible tout ça.
 
et le gouvernement qui joue la carte du pourrissement en esperant que la situation ce calme d'elle meme.  
 
ça donne une idée de ce que donnerait un mouvement de masse en Metropole. rien.
 

n°17582580
Profil sup​primé
Posté le 18-02-2009 à 15:20:58  answer
 

Zangalou a écrit :


la personne en question était un syndicaliste, probablement croyait il bien faire en voulait parler avec ces personnes


 
 
 [:prozac]   Le syndicaliste revenait d'un meeting , il ne se baladait pas à minuit pour parler à des émeutiers.

n°17582625
bernardo56
Posté le 18-02-2009 à 15:24:55  profilanswer
 

Mon oncle Edouard a écrit :

La situation est batarde. D'un coté ils sont ultra privilégiés à coté des iles voisines, de l'autre ils fantasment quand même un petit peu sur la richesse des métropolitains.
Si on est si pourri que ça, qu'on leur donne leur indépendance, ou plutôt qu'ils la prennent. je ne suis pas sur qu'ils gagneraient au change, et ils le savent très bien.
La vie n'est pas si dure que ça dans les dom, faut pas exagérer, en tout cas pas plus que dans mon calaisis natal.


 
Ils comparent pas a la france mais au prix de la banane produite en guadeloupe qui vaut 2 fois plus cher la ou elle est produite qu'en metropole (comment est-ce possible ??)  , c'est une critique tres claire de la petite minorite de blancs qui tiennent 90% des business la-bas ...d'ailleurs ca doit certainement aller a l'encontre des regles de concurrence europeenne ( :o ) ...
 
Et je suis 100 fois d'accord avec le fait qu'on brandisse l'independance est vraiment le dernier des arguments ...quand tout va bien c'est chez nous mais si tout va mal "ils ont qu'a prendre leur independance " , c'est vraiment de bas etage...et bon foutre le sujet de l'independance sur le tapis , c'est effectivement diviser pour mieux regner car les iliens sont tres partages sur ce sujet ...bref ....on evite par la meme de discuter du conflit social au coeur de l'histoire en parlant d'independance


Message édité par bernardo56 le 18-02-2009 à 15:27:30
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  82  83  84  85  86  87
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Actualité

  [conflit social] Gwadloup, la vi dous kon miyel

 

Sujets relatifs
Seulement un conflit israélo-palestinien ? Croyez-vous...Statut social des parents: influence sur choix de son/sa conjoint(e)
L'évolution récente du statut social des médecins...Militant du social : vous gagnez 100 Millions d'€, que faites vous ?
Films avec du social engineering?Conflit avec un propriétaire sur l'assurance - Recours
Les films sur un conflit nucléaire, ses conséquences...allocation logement social
Guerre des religions: vers un conflit mondial?Ouvert dominicale: liberté ou recul social ? Viendez voter !
Plus de sujets relatifs à : [conflit social] Gwadloup, la vi dous kon miyel


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR