Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1768 connectés 

 



Quel statut pour la Bretagne ?


 
23.4 %
 223 votes
1.  Je suis pour conserver le système actuel tel qu'il est
 
 
3.2 %
  31 votes
2.  Je suis pour l'indépendance de la Bretagne
 
 
2.0 %
    19 votes
3.  Je suis pour l'autonomie de la Bretagne (statut de 1532 à 1789)
 
 
3.5 %
  33 votes
4.  Je suis pour une France fédérale
 
 
5.1 %
 49 votes
5.  Je suis pour une France plus décentralisée qu'actuellemen
 
 
2.8 %
   27 votes
6.  Je suis pour une France plus centralisée qu'actuellement
 
 
11.0 %
 105 votes
7.  Je suis Breton
 
 
21.0 %
 200 votes
8.  Je ne suis pas Breton
 
 
6.8 %
 65 votes
9.  J'habite la Bretagne
 
 
21.2 %
 202 votes
10.  Je n'habite pas la Bretagne
 

Total : 990 votes (36 votes blancs)
Sondage à 3 choix possibles.
Ce sondage est clos, vous ne pouvez plus voter
 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  98  99  100  101  102  103
Page Suivante
Auteur Sujet :

Quel statut pour la Bretagne

n°16534748
cyril123bi​niou
Posté le 24-10-2008 à 10:36:38  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
ce n'est pas parce que l'enseignement du français est obligatoire au quebec qu'il est utilisé dans tous le pays ( je n'ai jamais dit qu'il n'était pas enseigner....)
Je racontais juste une petite anecdote.

mood
Publicité
Posté le 24-10-2008 à 10:36:38  profilanswer
 

n°19502664
Profil sup​primé
Posté le 14-08-2009 à 12:31:41  answer
 
n°19502820
vouzico
Bro Naoned e Breizh
Posté le 14-08-2009 à 12:50:37  profilanswer
 


 
trop gros, passera pas  :jap:

n°21142052
vouzico
Bro Naoned e Breizh
Posté le 08-01-2010 à 20:21:43  profilanswer
 

Citation :

En France, la diversité se vit de façon particulière, en lien avec l'identité nationale. Tolérance et intolérance, racisme et antiracisme sont ici, d'abord, des questions d'apparences. Le dernier rapport annuel du CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) apporte sur ce point un éclairage significatif.

 

« La méthode, validée par l'Observatoire [de la diversité audiovisuelle], consiste à indexer, dans chaque émission, toutes les personnes et tous les personnages qui apparaissent à l'écran et qui s'expriment, quelle que soit la durée de cette apparition. Cette indexation des personnes se fait sur la base de trois marqueurs sociaux apparents : - les »professions et catégories socioprofessionnelles« (PCS) de l'INSEE ; - le genre masculin ou féminin ; - les marqueurs d'ethno-racialisation. C'est sur cette base relative à la perception de la diversité qu'ont été indexés les personnes et personnages apparaissant à l'écran. Les individus décomptés sont ainsi »vus comme noirs« , »vus comme arabes« , »vus comme asiatiques« , »vus comme blancs« . Dans la mesure où l'étude vise à mesurer le ressenti du téléspectateur par rapport à la représentation de la diversité, cette approche, qui se différencie d'un recensement sur la base de catégories définies, n'a pas suscité de polémique. »

 

Au delà de la diversité des apparences, la norme est l'alignement sur le critère majoritaire. Depuis 1992, la Constitution française a inscrit dans son article 2 : « La langue de la république est le français ». Deux ans plus tard, la loi Toubon impose l'utilisation du français. Le monolinguisme est la règle. Par défaut le multilinguisme est toléré, mais le bilinguisme est l'ennemi désigné. Or le bilinguisme est la situation des langues dites régionales. Le CSA, cité plus haut, est chargé de contrôler l'application de la loi Toubon dans le domaine de la communication audiovisuelle. Diversité sur les apparences, uniformité au delà.

 

Curieux peuple, toujours prêt à donner des leçons d'ouverture d'esprit, mais qui ne voit dans la diversité que des différences extérieures. Il s'intéresse aux « marqueurs », et non à ce qui est marqué. Sa conception de la tolérance est proche de sa conception de l'intolérance. Son antiracisme est proche de son racisme ordinaire. Il prend position sur les apparences. Ce n'est pas une éthique ; c'est une esthétique des goûts et des couleurs. La vraie diversité n'est pas cette conception française consacrée par le CSA. La diversité, c'est ce que j'apporte à l'autre et ce qu'il m'apporte. Ce n'est pas la pigmentation d'un épiderme. Une telle diversité s'accepte ; elle ne se partage pas. Les diversités les plus fécondes sont celles qui se partagent. Ce sont des visions du monde, des expressions linguistiques, culturelles ou spirituelles, des approches scientifiques, des usages. Accepter les apparences n'est qu'un préalable. Et ce premier pas est finalement de peu d'importance si le second est interdit par les principes de la république.

 

Ces principes, qui conseillent le premier pas et interdisent le second, se réfèrent toujours à la Constitution de 1958. Ils sont au nombre de trois. La France les met en avant, devant les Bretons mais aussi devant les institutions internationales, pour justifier son refus des nouveaux droits fondamentaux liés à la diversité. Ce sont (1) l'indivisibilité de la république, (2) l'égalité de tous devant la loi, (3) l'unité du peuple français.

 

Les institutions internationales ont répondu assez largement aux arguments français. Au Parlement européen, ce fut en particulier lors des discussions concernant la Convention-cadre sur les minorités nationales. La France refuse de signer cette convention, mais l'impose aux nouveaux entrants. Elle refuse l'entrée de la Turquie, entre autres arguments parce que Turcs refusent d'appliquer la Convention-cadre à leurs minorités nationales, ce qui est paradoxal. Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels (CESR) de l'ONU a démontré à la France que l'égalité devant la loi ne permet pas toujours d'assurer l'égalité de jouissance des droits de l'Homme. Le progrès des droits fondamentaux est entravé par ceux qui s'en veulent les gardiens. Le jardinier, a trop vouloir conserver la jeune plante telle qu'il l'a connu par le passé, l'empêche de fleurir.

 

Face à la réalité de la mosaïque, la France répond par le métissage. Le but reste le même ; c'est l'alignement au bout du chemin. Le métissage correspond à un idéal d'uniformité. Pour assurer l'indivisibilité, l'égalité et l'unité, la minorité devra se fondre dans la majorité. Celle-ci en retiendra quelques recettes de cuisine, couscous ou kig-ha-fars, tolèrera un accent provincial ou banlieusard, s'amusera de nos expressions imagées.

 

La France gère la diversité de la même façon qu'elle gère sa dette publique. Elle ne peut empêcher sa prolifération mais, pour affirmer son autorité, elle légifère aux marges. Chez les républicains de droite ou de gauche, c'est à qui sera le plus ferme sur des sujets marginaux comme la burqa. Les débats et surenchères démontrent qu'ils considèrent la diversité comme un handicap à surmonter, et non comme une ressource.

 

Le refus de gérer la diversité comme une ressource fait partie des principes laïques et républicains. On rejette les différences individuelles et collectives dans la sphère privée. On s'étonne ensuite que les solidarités les plus authentiques naissent et s'expriment hors de la sphère publique. Qui en pâtit le plus ? Ceux qui ont hérité d'une langue « régionale », car une langue est faite pour s'exprimer publiquement. Ce sont aussi les musulmans. L'islam est moins individualiste que les religions chrétiennes actuelles, et se refoule moins facilement dans la sphère privée. Cette religion cumule les signes extérieurs de reconnaissance : voile ou foulard, non-consommation de porc, Ramadan, bilinguisme, sans compter les « marqueurs ethno-raciaux », comme le dit le CSA.

 

Les solidarités collectives prospèrent hors des cadres définis par les machines administratives. Au dix-neuvième siècle, en Europe, ce furent les classes sociales. La révolution bourgeoise de 1789 a bâti la machine administrative de l'État-nation. Les partisans de la lutte de classes ont été les premiers commun(autar)istes, conscients de leur transgression révolutionnaire. Aujourd'hui, les héritiers de cette ancienne solidarité sociale ont régressé. Ils en sont revenus à 1789, et nombreux sont ceux qui nous gavent de « citoyenneté » et de « citoyen ». L'autorité de l'État et la Constitution sont devenues leurs tristes références.

 

La réponse au « vivre ensemble » réside dans la gestion de la diversité comme une ressource. La gestion de la bio-diversité comme une ressource répond au « vivre encore ». Les valeurs laïques et républicaines françaises sont inadaptées pour penser et surmonter les défis actuels.


source: http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=17038

 

La fin avec la biodiversité est un peu fourre-tout mais l'article n'en reste pas moins extremement intéressant


Message édité par vouzico le 08-01-2010 à 20:23:47
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  98  99  100  101  102  103
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
10 jours en bretagne, que faut il absolument voir?Teknival Bretagne : annulé !?
Y aura t-il un teknival fin juin en bretagne??Bretagne
3J en Bretagne ?[ASSEDIC] Statut chômeur + étudiant : autorisé ou non ? risqué ?
statut social de l'ingénieur par rapport au medecinTornades et Orages - Tornade jumelle aux USA
est ce que ca bouge la bretagne?ou quoi?frais de port grande bretagne
Plus de sujets relatifs à : Quel statut pour la Bretagne


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR