Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1256 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14
Auteur Sujet :

[Topic écriture alternatif n°11] Nouvelle du printemps indien MAJ

n°25436493
isadora
Posté le 05-02-2011 à 20:50:11  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
pareil, mais c'est un peu mort pour moi ce week-end, je pars dans le presque-nord demain matin pour la journée...

mood
Publicité
Posté le 05-02-2011 à 20:50:11  profilanswer
 

n°25436628
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 05-02-2011 à 21:17:34  profilanswer
 

Mardi ?


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25436733
isadora
Posté le 05-02-2011 à 21:42:58  profilanswer
 

va falloir que je speede...
je ne promets rien (au niveau qualité en tout cas :o )

n°25438642
Anteus
Gold Coast
Posté le 06-02-2011 à 06:59:45  profilanswer
 

stipey a écrit :


ben j'ai pas lu mon texte, donc je sais pas si c'est le meilleur. Mais pour avoir lu les autres daubes, j'imagine que le mien ne peut pas être pire :/


Si, si :o


---------------
Autonomie, Excellence, But   /   Pretty Much New York
n°25438703
stipey
you can't buy me on e-bay...
Posté le 06-02-2011 à 08:50:42  profilanswer
 

ah ben j'ai vraiment bien fait de pas le lire, alors :o


---------------
Le scrabble ça existerait pas, je m'en serais même pas rendu compte
n°25441083
Anteus
Gold Coast
Posté le 06-02-2011 à 16:59:03  profilanswer
 

stipey a écrit :

ah ben j'ai vraiment bien fait de pas le lire, alors :o


En meme temps du coup tu nous l'as impose. T'es vraiment qu'un sale egoiste :/


---------------
Autonomie, Excellence, But   /   Pretty Much New York
n°25443662
sonia
Contre-pied.
Posté le 06-02-2011 à 21:22:52  profilanswer
 

Au fait, j'ai lu vos textes, à tous, plus haut.  
 
Sont vachement bien.  [:petrus75]  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
([:fegafobobos:2] )
 
 

n°25443685
stipey
you can't buy me on e-bay...
Posté le 06-02-2011 à 21:24:48  profilanswer
 

y'a effectivement de fortes chances pour que tu te tapes la honte avec ton texte, mais c'est ce qui donne de l'intérêt au jeu :o


---------------
Le scrabble ça existerait pas, je m'en serais même pas rendu compte
n°25443810
sonia
Contre-pied.
Posté le 06-02-2011 à 21:32:10  profilanswer
 

Mais ta gueule, toi, une bonne fois pour toutes, tu vas la fermer oui !!! :o  
 
 
 
(Tiens, rends-toi utile ! Fais-moi une phrase avec bâiller :o)

n°25443849
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 06-02-2011 à 21:34:29  profilanswer
 

Elle relisait la bible, page 374. Elle bâillait.


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
mood
Publicité
Posté le 06-02-2011 à 21:34:29  profilanswer
 

n°25443867
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 06-02-2011 à 21:35:44  profilanswer
 

A genoux, elle se disait que cette pipe était la plus ennuyeuse de sa vie. Enfin, cette bite, surtout. Elle bâilla, ce qui passa pratiquement inaperçu.


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25443882
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 06-02-2011 à 21:36:44  profilanswer
 

Stipey lisait la nouvelle de Sonia. Contrairement à toutes ses prévisions, il ne bâillait pas le moins du monde.


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25443914
sonia
Contre-pied.
Posté le 06-02-2011 à 21:39:00  profilanswer
 

In Ze Navy II a écrit :

A genoux, elle se disait que cette pipe était la plus ennuyeuse de sa vie. Enfin, cette bite, surtout. Elle bâilla, ce qui passa pratiquement inaperçu.


 
Tu m'excites :/  
 
En plus, je suis en train d'écouter NTM (la fièvre). Déjà que j'ai du mal à me concentrer, alors en plus avec cette histoire de pipe... :/

n°25443940
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 06-02-2011 à 21:40:33  profilanswer
 

En même temps, une histoire de bite ennuyeuse, c'est un peu comme le JT du midi, non ? [:pingouino]


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25443991
sonia
Contre-pied.
Posté le 06-02-2011 à 21:44:26  profilanswer
 

Je n'ai plus de vie sexuelle depuis que j'ai décidé d'écrire ce truc. Un rien m'excite :/

n°25447553
stipey
you can't buy me on e-bay...
Posté le 07-02-2011 à 09:46:37  profilanswer
 

sonia a écrit :

Mais ta gueule, toi, une bonne fois pour toutes, tu vas la fermer oui !!! :o  
 
 
 
(Tiens, rends-toi utile ! Fais-moi une phrase avec bâiller :o)


bâille bâille, rendez-vous à jamais
mes chocolats glacés  
(glacés)


---------------
Le scrabble ça existerait pas, je m'en serais même pas rendu compte
n°25447574
stipey
you can't buy me on e-bay...
Posté le 07-02-2011 à 09:49:36  profilanswer
 

sonia a écrit :

Je n'ai plus de vie sexuelle depuis que j'ai décidé d'écrire ce truc. Un rien m'excite :/


c'est transitoire. Car dès que tu auras écrit ce truc, et qu'on l'aura lu, et que cela te confortera dans le processus d'écriture, alors à toi les étalons dominateurs, les amants d'un soir, les maîtresses froufrouteuses et les crapahutages à la hussarde.


---------------
Le scrabble ça existerait pas, je m'en serais même pas rendu compte
n°25447609
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 09:54:37  profilanswer
 

Bon, on est lundi.  
 
Je reviens.

n°25447610
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 09:55:00  profilanswer
 

stipey a écrit :


c'est transitoire. Car dès que tu auras écrit ce truc, et qu'on l'aura lu, et que cela te confortera dans le processus d'écriture, alors à toi les étalons dominateurs, les amants d'un soir, les maîtresses froufrouteuses et les crapahutages à la hussarde.


 
Rien compris.

n°25447662
stipey
you can't buy me on e-bay...
Posté le 07-02-2011 à 10:02:23  profilanswer
 
n°25447766
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 10:15:32  profilanswer
 

Alors voilà, c'est la première fois où en gros, j'écris autre chose que des mails, qui sont par ailleurs très bien.
J'espère que vous prendrez le 1/10 du 1/100 du 1/1000 du très grand plaisir (masochiste :D) que j'ai pris à vous écrire ce texte.
Enfin, je tremble un peu mais on s'en fout, et comme dit Joe :

 

This is for my people comin' inna the dance - Po ! Po !
Represent, represent for my people. this is for my people
comin' inna the dance - Po! Po !
Represent, represent, yo !

 

:o

  
Spoiler :

On signalait une dépression au-dessus de l'Atlantique.

 

Hey, jolie poupée péroxydée qu’a pas inventé la pluie, bouge tes lèvres ourlées, cligne tes paupières délicates, et vas-y, vas-y, envoie la photo satellite.
Cloîtrée de ma boîte noire, mets-moi la pression, l’atmosphérique, celle qu’il te plaira, où tu voudras. Fais grimper la température.

 

Rafalée, les yeux rivés sur l'écran de télévision, j’écluse la voix sucrée de la toute nouvelle présentatrice météo.
Ca caille, ici.
J'attaque la bouteille de gin. Cul sec, j’enfile les verres pour que sonne le glas de ce mal de dents, qui me perturbe depuis des heures...
Nerveuse, dans les intempéries en fatras de mon sac à main, je me précipite pour choper deux lexomils. Je me radoucis à leur vue.
C'est elle qui a été retenue, alors... C'est elle.

 


Deux lexomils, deux amphet, deux dragibus. Je ne sais pas très bien, tout compte fait.
Mon sac à main est un cyclone sans nom, j’y perds tout, tout le temps. Et toujours ces fichus trous de mémoire au sortir de cures de désintox qui n'arrangent rien, qui font que je ne me rappelle jamais vraiment les bonnes couleurs des bons comprimés. Ou l’inverse.

 

Trois doigts placés minutieusement au fond de la gorge, cachetons délicats ou bombecs salvateurs, j’en enfourne deux.  
J'inspire. J’avale.
Cela me provoque un haut le coeur, des plus rassérénants. Une bonne décharge, familière et rassurante, à l'arrière-goût biliaire.
J’avale. J'expire.
Quand vous n'avez plus aucune prise concrète sur les choses autour de vous, que le monde n'en finit pas de se retourner, de s'ajuster parfaitement sans vous, que le temps qui court a foutu le camp, on se cramponne alors machinalement à n’importe quel truc en mouvement à sa portée, aussi dérisoire soit-il, pour ne pas se sentir complètement à l'arrêt. Trois doigts dans la gorge.
Là maintenant, je me sens comme un homme à la mer. Sans les burnes, et sans la mer.
Et il n’y a personne pour me balancer une bouée.
Un haut le coeur. Un réflexe. Ce soubresaut, ma bouée intérieure, je me l'octroie les doigts enfoncés soigneusement au plus près de la glotte.

 

Car puisque ma vie se délite, que je sente, que je sente. Que je sente, un peu de vivant. Du vivant au fond de moi, tout comme.
Que je sente quelque chose,  que je ressente, je prends. N'importe quoi, je prends, qui se débatte à l'intérieur de moi, que je sente, n'importe qui. Je prends.

Ca sonne pas mal ce ramassis de poncifs, non ?

 

J'ai entendu ça, en substance, dans l'émission de l'autre à moustache. Un talk-show qu'on appelle ça dans notre jargon.
Enfin, soyons précis, l'ex émission de l'ex autre à moustache.
Parce que pour ce qu'il en reste au juste, aujourd’hui, de ce pauvre garçon... Tiens, sa moustache, je crois bien qu'elle non plus n'a plus si fière allure...
A vrai dire, je dis l’autre à moustache mais il n’en a  jamais eu de moustache. C’est un surnom que je lui donne parce que la première fois où je l’ai vu, il s’était envoyé tellement de poudreuse dans le nez, que ça lui faisait comme une petite moustache blanche, ridicule, incrustée au-dessus des lèvres. Faut dire qu’il n’avait même pas pris la peine de s’essuyer le trop plein. A quoi bon ? Moustache, ça faisait tellement d’années qu’il se sentait au-dessus de tout et de tout le monde, tellement d’années que tout et tout le monde lui était dû. A quoi bon se cacher...
Alors forcément, quand les flics ont déboulé chez lui à 6 heures du mat’, que tout s’est enchaîné comme dans un mauvais sitcom de banlieusards... perquiz’, garde à vue, une dans tous les journaux à scandales... Ca a sonné direct, comme qui dirait, le début de la chute de la récré de l’Empire Ottoman.
Ce type est passé en un rien de temps, du gendre idéal à quasiment l'ennemi public numéro 1, à abattre sans sommation,  si d'aventure vous le croisiez dans son tour de France des campagnes en mini-bus, prêchi-prêcha la pluie et le beau temps aux vilains drogués qui sévissent dans nos campagnes. Aux armes. Quelle terrible farce, citoyens. Quelle dégrigolade. Haha, dégrigolade farpaitement.

 

Eh bien, croyez-le ou non... mais alors que toutes les langues de vipères se délient gaiement aujourd'hui, j’ai conservé de la tendresse pour ce gars-là. Disons, une forme de tendresse. Disons, un truc approchant de la tendresse. Quelque chose qui repose sur de la nostalgie, sûrement. Il faut savoir que c'est lui qui m'a mis le pied à l'étrier, toute jeune provinciale que j'étais, fraîchement débarquée à la capitale, la tête embrumée de rêves en technicolor et de musiques de générique de feuilletons télé.
C'est lui qui, il y a 15 ans, m'a donné ma chance en me faisant passer un casting qui allait chambouler le cours de mon existence. Il me tendit la main.
Il me tendit la main dans les chiottes d'une boîte de nuit à Pigalles, l’antre des folles nuits parisiennes festives de l'époque, paraît-il. Parachutée dans ce milieu aux antipodes du mien, moi qui ne connaissais ni grand-chose, ni personne, ni moi-même en premier lieu, il me tendit sa main.
Il me tendit sa main et je la pris. Sa main, et pas que.
Queue.

 

Nous étions une bonne dizaine de filles, de très jeunes filles, les pores de la peau transpirants dans cette boîte de nuit, réchauffées à bloc. Le sirop de l'enfance mêlé aux effluves alcoolisés des porcs transe-soupirants, en peau à Poe.
Surapprêtées,  juchées sur des talons aiguilles bon marché, moulées dans des micro-jupes en skaï élimées, nous donnions le change, nous dandinant sur place tels des cerfs-volants planant dans un grand ciel bleu, vaporeux, et dont on oublierait presque qu’ils sont à terre, retenus par un fil.

 

Les cerfs-volants qui planent
Quelques amants qui flânent
Un petit vent
Les parasols
Plantés dans le sol
Il y a longtemps.

 


A terre, retenus par un fil.
En file indienne, dans le couloir humide menant aux toilettes pour hommes qui s'improvisait alors salle d'attente de la séance casting, le service public recherchait sa toute nouvelle présentatrice météo.

 

Nous attendions notre tour. Avec timidité, avec précipitation, avec inconscience, avec outrance aussi. Les ongles colorés agrippés au mur, nos vingt ans fardés sous les néons blafards, le monde de demain quoiqu’il advienne nous appartenait.
Sous les coeurs battait la tempête, et nos soutifs rembourrés soufflaient le vent en poupe de nos jeunes vies, en étions-nous toutes alors persuadées.
Car de la jeune provinciale, de la petite banlieusarde à Miss Poitou Charente, en passant par l'hôtesse de l'air, toutes ce soir-là, nous étions prêtes à nous immoler pour une éclaircie, une accalmie dans nos existences moroses. Toutes ce soir-là, nous misions outrageusement sur nos atouts respectifs : nos petits culs et nos gros nichons, collés à la même enseigne moustachue.

 

Quand ce fut mon tour de me présenter au jury, je leur taillai à tous la pipe de ma vie.
A tour de rôle.
Comme hors de mon corps, je les pompai avec l'application de l'élève moyenne qui veut bien faire, qui veut pour une fois se distinguer des autres. Sortir enfin du lot.
Alors, dans le même temps où je leur gobais les noisettes, je leur récitai à voix haute la liste de tous les chefs-lieux de départements, celle de tous les records de chutes de neige du siècle dernier, celle des pics de chaleur prévus pour les trois jours à venir en Île-de-France.  
Désincarnée. Seule. Vide. Ils étaient pourtant nombreux à l'intérieur de moi, à cet instant.
A me remplir, à tour de rôle.
J’avale. Une bonne décharge, familière et rassurante, à l'arrière-goût biliaire. J’expire.

 

Tous conquis manifestement, j’obtins le d’zob avec les félicitations du jury.
C’est dans la nature des corps froids, de se revivifier ainsi, au coeur des bouches moites.
Et j'y avais mis temps de coeur, à ma bouche.

  

On signale une dépression au-dessus de l'Atlantique.

 

15 ans comme présentatrice météo. 15 ans années de professionnalisme exacerbé et enjoué. 15 ans de mise en pli l’'Oréal, 15 années à se cramer le cuir chevelu pour le blé comme les blondes conserver, 15 ans de sourires à pleines dents sur pivot blanchies, aux facettes céramiques parfaitement alignées, que la ménagère de moins de 50 ans s'identifie parfaitement à celle auquel elle ne ressemblera jamais, ni de près, ni de loin.

 

Venons-en à l’éphéméride : demain, nous fêterons les Venceslas. Bonne fête à tous les Venceslas !

 


15 années de séances quotidiennes d’ultraviolets à vous métamorphoser les ovaires en pierre de bauxite, à se tartiner la gueule de blush huileux, à illuminer le teint brouillard, à se flinguer les points noirs, à se glosser les lèvres shiny, camoufler les cernes, l'eczéma du trop plein de stress, à se peinturlurer les paupières aux couleurs de l'arc-en-ciel après la pluie le beau temps, à se repoudrer le nez pour ne pas que ça brille à l'écran, à se poudrer les naseaux pour que ça continue de briller à l'écran.

 

Vent d'est, vent d'ouest. Des pluies verglaçantes sont annoncées en fin de journée. Soyez très prudents sur les routes.

 


15 années à s'esquinter dans les salles de sport caniculaires peuplées de jeunes bimbos appétissantes - tendres brioches dorées à peine sorties du four -, de panthères sexy prêtes à bondir, à me dévorer toute crue au moindre faux pas, tapies 28 degrés à l'ombre des tapis de course.
Svelte et tonique, abdos serrés, respire, articule, joue.

 

Un soleil resplendissant et des températures en hausse à Dunkerque. Profitez-en bien car dès demain, la pluie pourrait bien être de retour.

 


Et puis, les cabinets de chirurgie esthétique, le botox, les injections, les lasers, les liposuccions qui vous couvrent d’ecchymoses bleuies ciel dégagé, comme si un maquereau amoureux vous avait cogné sur votre bout de trottoir. Tout comme.

 

Des pluies torrentielles à Brest, une fois n’est pas coutume, sortez vos parapluies, les Bretons. Précipitations records. Du jamais-vu depuis la semaine dernière.

 


15 années à essayer de mettre des bretelles à un lapin.
15 années à tenter l’impossible, à s’efforcer de stopper l'inexorable, ralentir la trajectoire, la chute inévitable. Celle de la dernière des connasses vieillissantes télévisuelles qui n'ira pas même ramasser sa tronche ravalée à la présentation des résultats du Loto, le vendredi soir à 00H28, après la Star Academy, 52% de parts de marché sur les 15-24 ans.

 

Pas même la présentation du loto, 69% de taux de pénétration chez les seniors.
La présentation du Loto, dernier bastion, le mouroir des vedettes en perte de vitesse, même ça, ils ne me l'ont pas donnée. Ils y ont recasé une midinette de 20 piges qui connaît à peine ses tables de multiplication.
Naturellement, je savais bien que cela arriverait un jour. Je ne suis pas née de la dernière pluie... mais virée, jetée, balancée de la sorte.... le jour où l’on signale une dépression au-dessus de l’Atlantique,  après des semaines et des semaines anticyclownesques à bâiller d'ennui.

 

Toutes ces années perdues ?
Toutes ces années perdues, oui, mais qui  resteront les plus ensoleillées de ma vie.
Qu’est-ce que je ne donnerais pas pour qu'on me perde à nouveau.
Qu’est-ce que je ne donnerais pour que le temps passe et pour que moi, je reste.

 


Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l'on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment
Avec le temps on n'aime plus.

        

Message cité 2 fois
Message édité par sonia le 07-02-2011 à 13:56:15
n°25447843
Profil sup​primé
Posté le 07-02-2011 à 10:23:46  answer
 

sonia a écrit :

Alors voilà, c'est la première fois où en gros, j'écris autre chose que des mails, qui sont par ailleurs très bien.
J'espère que vous prendrez le 1/10 du 1/100 du 1/1000 du très grand plaisir (masochiste :D) que j'ai pris à vous écrire ce texte.  
 
 


 
J'aime beaucoup !
Le style me fait penser à Tabitha King (à prendre comme un compliment :D )

n°25447858
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 10:25:16  profilanswer
 


 
Merci :)  
 
Je ne connais pas Tabitha King mais comme ça me fait penser à Tabatha Cash, je décide de me prendre comme un compliment :o :D

n°25448135
stipey
you can't buy me on e-bay...
Posté le 07-02-2011 à 10:56:29  profilanswer
 
n°25449415
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 13:30:19  profilanswer
 

stipey a écrit :

très très très bon  [:implosion du tibia]


 
Merci. C'est très très très gentil.  
(pas autant qu'une pipe)

n°25450856
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 07-02-2011 à 15:32:23  profilanswer
 

Sonia \o/
 
Je lis après :o
 
Mais bravo :D


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25450998
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 15:46:10  profilanswer
 

Après quoi ? :o

 

Et merci d'avance :D


Message édité par sonia le 07-02-2011 à 15:46:26
n°25451277
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 07-02-2011 à 16:17:16  profilanswer
 

Après que j'aurai fini, moi :o


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25451350
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 16:23:18  profilanswer
 

D'accord mais je demande à ce que le premier post soit mis à jour ! Bon sang de bon sang !  :o

n°25452503
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 07-02-2011 à 17:55:08  profilanswer
 

Voilà c'est fait, je demande pardon aux familles :o


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25452620
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 18:05:10  profilanswer
 

Soniaaaaaaaaaaaaaaa
 

 

:D

 

Bon, eh bien maintenant tu me lis In Ze Navy, hop pop pop ! :o
Je ne suis pas venue chouiner ici TOUS les jours pendant 6 jours entiers pour que tu me lises dans... euh... plusieurs mois :o

 


Message édité par sonia le 07-02-2011 à 18:11:30
n°25452647
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 07-02-2011 à 18:08:51  profilanswer
 

Oui Sonia j'ai bien compris, j'ai même honte et tout :o
Mais demain je ne travaille pas, exceptionnellement :o²²
 
Je peux dire qu'il y a une R16 :o


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25452651
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 07-02-2011 à 18:09:06  profilanswer
 

Sinon c'est Ze :o


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25452670
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 18:12:01  profilanswer
 

Bon, ça ira pour cette fois. :o

n°25453131
Anteus
Gold Coast
Posté le 07-02-2011 à 19:03:36  profilanswer
 

Sonia, j'ai du relire trois fois les deux premieres phrases pour comprendre. C'etait inattendu.
 
Et apres, j'ai pas perdu une miette. C'etait vraiment tres tres bon.
 
Quelle grosse salope, Evelyne.


---------------
Autonomie, Excellence, But   /   Pretty Much New York
n°25453232
Profil sup​primé
Posté le 07-02-2011 à 19:14:47  answer
 

Sonia, s'il eut été possible de scalper le mohican de ta matière grise, à la lecture de ton texte j'aurais été crypto-encéphalo-gay.

n°25453316
isadora
Posté le 07-02-2011 à 19:23:34  profilanswer
 

J'ai pas lu, mais du coup, est-ce vraiment utile que je me recolle à mon texte avec la saleté de virus qui me cloue au lit depuis hier ?

n°25453339
In Ze Navy​ II
Obsédée textuelle
Posté le 07-02-2011 à 19:25:14  profilanswer
 

Oui :)
Comme une distraction de pauvre Isa alitée.


---------------
n° 11 * RED * Tiens, voilà ton thé, c'est du café.
n°25454447
sonia
Contre-pied.
Posté le 07-02-2011 à 21:09:01  profilanswer
 

Anteus a écrit :

Sonia, j'ai du relire trois fois les deux premieres phrases pour comprendre. C'etait inattendu.

 

Et apres, j'ai pas perdu une miette. C'etait vraiment tres tres bon.

 

Quelle grosse salope, Evelyne.

 

Oui, je vois ce que tu veux dire pour le début. C'est une loooongue histoire comment j'ai bâti et rebâti et débâti ces trois premières phrases. J'ai eu cette situation de départ visuellement bien en tête dès le commencement mais tenter de sortir du pur cadre réaliste, d'incorporer et ma patte et l'axe choisi, en dénouant peu à peu les fils et les mots pour amener le lecteur progressivement là où je voulais l'emmener, fut très très très ardue pour moi. J'en ai vraiment chié :D J'ignore si j'y suis vraiment arrivée mais je me suis pris la tête sur la pertinence du truc et un peu arraché les cheveux sur ce tout début, stylistiquement parlant  :o
Tu sais, c'est un peu comme les séries HBO, The Wire ou Les Soprano (euh je ne me compare pas hein, soyons clairs :D ), tu ne comprends rien de rien les trois premiers épisodes, ça demande une concentration dont on fait peu usage devant une série télé et peu à peu, alors que t'es tout près de laisser tomber et de retourner à mater du foot, les fils se dénouent et ça t'emmène d'un seul coup comme malgré toi. Ca apporte parfois une profondeur un peu inattendue à ce qui s'est passé. J'adore me faire prendre au piège de la sorte très personnellement. :D

 


Et merci alors, ça me fait bien plaisir :)

 

Evelyne :D

  

C'est un très chouette compliment, je te remercie. J'adore qu'on m'aime que pour mon intellect  [:raggarod] (je mens évidemment :o)

 
isadora a écrit :

J'ai pas lu, mais du coup, est-ce vraiment utile que je me recolle à mon texte avec la saleté de virus qui me cloue au lit depuis hier ?

 

Bah oui bien sûr ! L'été indien se prolonge !

 


Message édité par sonia le 07-02-2011 à 21:10:54
n°25464527
sonia
Contre-pied.
Posté le 08-02-2011 à 18:02:27  profilanswer
 

Bon, je pense que tout le monde ici sera d'accord pour dire que j'ai gagné et que Stipey, ce gay, est complètement ridiculisé, n'est-ce pas ?

n°25465632
stipey
you can't buy me on e-bay...
Posté le 08-02-2011 à 20:04:07  profilanswer
 

après le néon blafard, le silence assourdissant  [:xla]
 


---------------
Le scrabble ça existerait pas, je m'en serais même pas rendu compte
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Cherche personne pour écriture histoirePolice d'écriture London Calling
[Nouvelle] Anamnesisjuste pour proposer une nouvelle catégorie du forum
Nouvelle guerre entre les deux Corée ?Un essai d'écriture / Vos avis.
Nouvelle chanson dance [Topic écriture alternatif n°10] Nouvelle de l'automne MAJ+ GAME OVER
[Topic écriture alternatif n° 8] Nouvelle de l'été indien > cf. n°9 
Plus de sujets relatifs à : [Topic écriture alternatif n°11] Nouvelle du printemps indien MAJ


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR