Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
2727 connectés 

 



Qualifieriez-vous la France de régime démocratique ?




Attention si vous cliquez sur "voir les résultats" vous ne pourrez plus voter

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  111  112  113  114  115  116
Auteur Sujet :

La démocratie

n°34663439
Tristou
Télétravailleur
Posté le 14-06-2013 à 19:55:00  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
le conseil constitutionnel oui, mais le Sénat, sachant que l'Assemblée Nationale a le dernier mot sur les lois, j'en suis moins sûr.


Message édité par Tristou le 14-06-2013 à 20:01:00

---------------
"Striker : Surely you can't be serious. Rumack : I am serious... and don't call me Shirley."
mood
Publicité
Posté le 14-06-2013 à 19:55:00  profilanswer
 

n°34663451
helicon2
Posté le 14-06-2013 à 19:56:37  profilanswer
 

Ciler a écrit :

Quel est l'argument qui te permet d'affirmer que la démocratie athénienne est une démocratie "réelle" ?


 
C'est eux qui ont inventé le mot "démocratie" pour nommer le système qu'ils avaient inventé. Ce mot a ensuite été repris pour définir d'autres systèmes (comme le nôtre) qui se sont éloigné de l'invention originale. Ta question est du même ordre que de demander des arguments lorsque quelqu'un affirme que les ampères sont des ampères ou que les volts sont des volts.
 

Ciler a écrit :

Comment pourrait-on savoir si chaque vote était précisément le reflet de la volonté populaire ?


 
Dans une démocratie réelle, chaque vote est le reflet de la volonté populaire.
 
Tes questions ont plus de rapport avec la linguistique en fait...
 


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34663470
helicon2
Posté le 14-06-2013 à 19:59:04  profilanswer
 

zyx a écrit :

Disons que pour le système que tu tentes de décrire, il n'y a rien de bien précis. Par contre, pour les système éxistant, on a les moyens d'être précis.


 
C'est pour cela qu'il faut être précis et ne pas comparer quelque chose de flou et de non défini à quelque chose de précis et défini.
 

zyx a écrit :

En fait, la plupart des régimes démocratiques ont des outils de pouvoir et de contre pouvoir. En France, le conseil constitutionnel et le Sénat jouent ce rôle et font que si un jour, on a par exemple une majorité d’extrême droite, il ne lui sera pas possible de faire absolument n'importe quoi car cette majorité ne pourra pas changer à elle seule la constitution et voter des lois inconstitutionnelles.


 
- Dans une démocratie réelle, il y a aussi une Constitution où le peuple ne peut pas faire n'importe quoi.
- Le Sénat n'a aucun contre-pouvoir. L’Assemblée Nationale a toujours le dernier mot.
- Si une majorité d'extrême-droite arrive au pouvoir, ils ont le pouvoir de changer la Constitution et donc d'outre-passer ce contre-pouvoir.
 


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34663496
Ciler
Modérateur
Posté le 14-06-2013 à 20:04:01  profilanswer
 

helicon2 a écrit :


C'est eux qui ont inventé le mot "démocratie" pour nommer le système qu'ils avaient inventé. Ce mot a ensuite été repris pour définir d'autres systèmes (comme le nôtre) qui se sont éloigné de l'invention originale. Ta question est du même ordre que de demander des arguments lorsque quelqu'un affirme que les ampères sont des ampères ou que les volts sont des volts.


Ah, donc si je regarde dans un dictionnaire la définition de démocratie, je vais trouver "Système politique tel qu'il était pratiqué par les athéniens en 500 av JC" ?  
 
Moi qui croyais que c'était  

Citation :

Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple.


 
Ceci dit, ça explique pourquoi je ne comprends rien à tes idées sur la démocratie, puisque pour toi c'est un concept mort il y a plus de 2000 ans.

n°34663558
helicon2
Posté le 14-06-2013 à 20:11:01  profilanswer
 

Ciler a écrit :


Ah, donc si je regarde dans un dictionnaire la définition de démocratie, je vais trouver "Système politique tel qu'il était pratiqué par les athéniens en 500 av JC" ?  
 
Moi qui croyais que c'était  

Citation :

Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple.


 
Ceci dit, ça explique pourquoi je ne comprends rien à tes idées sur la démocratie, puisque pour toi c'est un concept mort il y a plus de 2000 ans.


 
Tu t'égares un peu.  
 
Tu me demandais pourquoi le système politique d'Athènes était une démocratie. Je te réponds que le mot a été inventé par les Athéniens pour définir leur système politique. C'est donc logique que lorsque tu inventes un mot pour définir une chose, tu n’ai pas à argumenter sur le pourquoi du comment.
 
En revanche, lorsqu'une personne reprends ce mot pour définir un autre concept ou une autre invention que l'invention originale, effectivement, on peut demander des arguments.
 
Tu comprends mieux ?


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34663628
Ciler
Modérateur
Posté le 14-06-2013 à 20:20:21  profilanswer
 

OK. mais dans ce cas il faut que tu édite ton premier post en expliquant que dans ce fil le mot démocratie n'est pas utilisé dans le sens communément admis mais au sens historique - parce-que cela change quand-même fondamentalement les choses.
 
Par exemple il est évident que le système français actuel n'est pas une démocratie au sens historique, ne serait-ce que parce-qu'il reconnais les femmes comme des citoyens.

n°34667440
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-06-2013 à 09:28:23  profilanswer
 

Ciler a écrit :


OK. Mais quand le peuple à tort, qui est légitime pour exercer le pouvoir a contrario de la volonté populaire alors ?  


 
On peut philosopher un peu sur cette remarque : le peuple peut-il avoir tort en démocratie réelle ?
Est-ce que finalement, un pouvoir considéré comme légitime n'a pas toujours raison ?
Qui sera capable d'affirmer que la volonté populaire a tort et sur quelles critères peut-il se fonder ?
 
C'est précisément avec ce raisonnement que Thiers a convaincu les royalistes de devenir républicain : à partir du moment où l'on croit que c'est le peuple tout entier qui prend les décisions, elles deviennent incontestables.
 
En d'autres termes, celui qui, dans une démocratie réelle, s'opposerait à la volonté du peuple deviendrait de facto un ennemi du peuple.
 
Je ne sais pas dire si cela constitue véritablement un problème. Et comme dit Helicon, il se présente dans tout système politique : aujourd'hui, si Hollande se plante, personne ne peut le démettre et personne ne peut prouver qu'il a tort.  


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°34667458
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-06-2013 à 09:33:13  profilanswer
 

Ciler a écrit :

OK. mais dans ce cas il faut que tu édite ton premier post en expliquant que dans ce fil le mot démocratie n'est pas utilisé dans le sens communément admis mais au sens historique - parce-que cela change quand-même fondamentalement les choses.
 
Par exemple il est évident que le système français actuel n'est pas une démocratie au sens historique, ne serait-ce que parce-qu'il reconnais les femmes comme des citoyens.


 
Un peu fallacieux, ça... On peut aussi dire que puisque ce n'est pas à Athènes, ce n'est pas de la démocratie historique...
Ça ne fait guère avancer le débat. Attachons-nous plutôt à isoler ce qui constituait à Athènes le cœur de la démocratie. Ce n'est certainement parce que les femmes étaient écartées du pouvoir, ni parce qu'il y avait des esclaves (fondamentalement, le système politique aurait pu marcher sans ces hypothèses).


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°34667502
Ciler
Modérateur
Posté le 15-06-2013 à 09:43:57  profilanswer
 

Merome a écrit :


 
On peut philosopher un peu sur cette remarque : le peuple peut-il avoir tort en démocratie réelle ?
Est-ce que finalement, un pouvoir considéré comme légitime n'a pas toujours raison ?
Qui sera capable d'affirmer que la volonté populaire a tort et sur quelles critères peut-il se fonder ?
 
C'est précisément avec ce raisonnement que Thiers a convaincu les royalistes de devenir républicain : à partir du moment où l'on croit que c'est le peuple tout entier qui prend les décisions, elles deviennent incontestables.
 
En d'autres termes, celui qui, dans une démocratie réelle, s'opposerait à la volonté du peuple deviendrait de facto un ennemi du peuple.
 
Je ne sais pas dire si cela constitue véritablement un problème. Et comme dit Helicon, il se présente dans tout système politique : aujourd'hui, si Hollande se plante, personne ne peut le démettre et personne ne peut prouver qu'il a tort.  


 

Merome a écrit :


 
Un peu fallacieux, ça... On peut aussi dire que puisque ce n'est pas à Athènes, ce n'est pas de la démocratie historique...
Ça ne fait guère avancer le débat. Attachons-nous plutôt à isoler ce qui constituait à Athènes le cœur de la démocratie. Ce n'est certainement parce que les femmes étaient écartées du pouvoir, ni parce qu'il y avait des esclaves (fondamentalement, le système politique aurait pu marcher sans ces hypothèses).


Donc, tu es finalement d'accord avec helicon, et tu propose un système représentatif, finalement, avec plusieurs chambres, alors que sur le topic tirage au sort, tu nous disait que c'était tout le monde qui votait les lois ?

n°34668942
helicon2
Posté le 15-06-2013 à 13:20:06  profilanswer
 

Ciler a écrit :

OK. mais dans ce cas il faut que tu édite ton premier post en expliquant que dans ce fil le mot démocratie n'est pas utilisé dans le sens communément admis mais au sens historique - parce-que cela change quand-même fondamentalement les choses.


 
Si tu avais pris le temps de lire le premier post du topic, tu aurais pu lire ceci :
 

helicon2 a écrit :

Définitions
 
Démocratie représentative
 
La définition première de la démocratie est le régime politique où les citoyens sont souverains. Or, dans ce que nous appelons une démocratie représentative, les représentants font la politique à la place des représentés. Ceci est généralement justifié par un manque de savoir des citoyens (défense de la démocratie des élites professionnelles) ou un manque de propriété (défense de la démocratie censitaire). Certains estiment que la démocratie représentative est un oxymore.


 

Ciler a écrit :

Par exemple il est évident que le système français actuel n'est pas une démocratie au sens historique, ne serait-ce que parce-qu'il reconnais les femmes comme des citoyens.


 
Tu confonds deux choses :
 
- La définition de la démocratie ;
- La définition du citoyen.
 
Ces deux mots ont des définitions différentes et suivant les époques, le périmètre qui définissait le citoyen a évolué. Par exemple, en France, les femmes n'étaient pas des citoyens avant 1945 car elles n'avaient aucun pouvoir politique. Pour autant, le système politique avant 1945 était bel et bien appelé une démocratie représentative. Peut-être que bientôt, les étrangers seront, eux aussi, des citoyens français si le PS respecte ses engagements de campagne.


Message édité par helicon2 le 15-06-2013 à 13:25:38

---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
mood
Publicité
Posté le 15-06-2013 à 13:20:06  profilanswer
 

n°34668966
helicon2
Posté le 15-06-2013 à 13:24:31  profilanswer
 

Merome a écrit :

On peut philosopher un peu sur cette remarque : le peuple peut-il avoir tort en démocratie réelle ?


 
Que ce soit un dictateur, une caste oligarchique ou aristocratique, une classe politique qui s'alterne, une assemblée tirée au sort ou l'ensemble des citoyens (référendum), ils peuvent tous se tromper et donc, à postériori, qu'on puisse reconnaitre qu'ils ont eu tort.
 

Merome a écrit :

Est-ce que finalement, un pouvoir considéré comme légitime n'a pas toujours raison ?
Qui sera capable d'affirmer que la volonté populaire a tort et sur quelles critères peut-il se fonder ?


 
On ne peut pas en être sûr au moment où la décision est prise ; uniquement à postériori quand on analyse les conséquences de la décision.  
 

Merome a écrit :

C'est précisément avec ce raisonnement que Thiers a convaincu les royalistes de devenir républicain : à partir du moment où l'on croit que c'est le peuple tout entier qui prend les décisions, elles deviennent incontestables.
 
En d'autres termes, celui qui, dans une démocratie réelle, s'opposerait à la volonté du peuple deviendrait de facto un ennemi du peuple.
 
Je ne sais pas dire si cela constitue véritablement un problème. Et comme dit Helicon, il se présente dans tout système politique : aujourd'hui, si Hollande se plante, personne ne peut le démettre et personne ne peut prouver qu'il a tort.


 
Ce qui est important de retenir, c'est que l'intérêt général du peuple a plus de chance d'être correctement défendu par le peuple lui-même que par une petite caste oligarchique ou aristocratique, un dictateur, un despote, une classe politique élue etc. Et c'est pour cette raison que la démocratie est le meilleur des systèmes politiques.
 


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34670065
Merome
Chef des blorks
Posté le 15-06-2013 à 16:19:20  profilanswer
 

Ciler a écrit :


Donc, tu es finalement d'accord avec helicon, et tu propose un système représentatif, finalement, avec plusieurs chambres, alors que sur le topic tirage au sort, tu nous disait que c'était tout le monde qui votait les lois ?


 
 :heink:  
J'ai pas parlé de ça ?!
 
 

helicon2 a écrit :


Que ce soit un dictateur, une caste oligarchique ou aristocratique, une classe politique qui s'alterne, une assemblée tirée au sort ou l'ensemble des citoyens (référendum), ils peuvent tous se tromper et donc, à postériori, qu'on puisse reconnaitre qu'ils ont eu tort.


 
Qu'ils puissent tous se tromper, sans doute. Mais est-ce qu'on peut en avoir conscience et le dire en temps réel ? Se tromper, c'est subjectif. A la limite, selon le point de vue, tout le monde se trompe tout le temps. D'un point de vue démocratique, quand une majorité de gens se trompe, elle a raison.  :pt1cable:  
 
 

helicon2 a écrit :


On ne peut pas en être sûr au moment où la décision est prise ; uniquement à postériori quand on analyse les conséquences de la décision.  


 
Donc, le processus qui permet de corriger les problèmes, c'est celui qui a engendré l'erreur, mais avec le corpus de citoyens du futur.
 


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°34671584
helicon2
Posté le 15-06-2013 à 20:58:21  profilanswer
 

Merome a écrit :

Qu'ils puissent tous se tromper, sans doute. Mais est-ce qu'on peut en avoir conscience et le dire en temps réel ? Se tromper, c'est subjectif. A la limite, selon le point de vue, tout le monde se trompe tout le temps. D'un point de vue démocratique, quand une majorité de gens se trompe, elle a raison.  :pt1cable:


 
Si l'on est dans une logique où le peuple est le plus apte à défendre l'intérêt général, on ne peut pas s'en rendre compte en temps réel sinon, on ne se tromperait pas. Mais on peut s'en rendre compte à postériori.
 

Merome a écrit :

Donc, le processus qui permet de corriger les problèmes, c'est celui qui a engendré l'erreur, mais avec le corpus de citoyens du futur.


 
Oui.


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34671981
helicon2
Posté le 15-06-2013 à 21:52:15  profilanswer
 

2013-06-13 : Tirage au sort des élus : le député Laurent LOUIS ébranle le Parlement Belge
 
Très belle intervention dans le Parlement Belge.  
 
 [:icon4] Je ne juge que cette intervention. Mon jugement ne concerne pas les autres positions de ce député que ce soit sur le nucléaire, le financement des retraites, la guerre en Irak ou quel-qu’autre sujet. Merci de tenir compte de cet avertissement et je pense que chacun peut comprendre qu'on peut être d'accord avec une personne sur une point et en désaccord sur un autre point.

Message cité 1 fois
Message édité par helicon2 le 15-06-2013 à 21:52:38

---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34674003
Merome
Chef des blorks
Posté le 16-06-2013 à 09:46:53  profilanswer
 

helicon2 a écrit :

2013-06-13 : Tirage au sort des élus : le député Laurent LOUIS ébranle le Parlement Belge
 
Très belle intervention dans le Parlement Belge.  
 
 [:icon4] Je ne juge que cette intervention. Mon jugement ne concerne pas les autres positions de ce député que ce soit sur le nucléaire, le financement des retraites, la guerre en Irak ou quel-qu’autre sujet. Merci de tenir compte de cet avertissement et je pense que chacun peut comprendre qu'on peut être d'accord avec une personne sur une point et en désaccord sur un autre point.


 
Le drame, c'est la réaction des autres députés, et la réaction de ceux qui vont te répondre que ce mec est un raciste, déséquilibré, populiste pour disqualifier son propos.
Ca rejoint un peu la discussion ci-dessus : Laurent Louis pense que son parlement a tort. Mais l'opinion du peuple est représentée par ce parlement, donc si le reste du parlement se fout de lui, on considère qu'il a tort, même s'il a raison...


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°34674010
Ciler
Modérateur
Posté le 16-06-2013 à 09:49:58  profilanswer
 

Et c'est là qu'on voit qu'on arrive finalement assez vite aux limites du modèle idéal  [:hugeq:1]

n°34674326
Profil sup​primé
Posté le 16-06-2013 à 11:11:07  answer
 

Merome a écrit :


 
Le drame, c'est la réaction des autres députés, et la réaction de ceux qui vont te répondre que ce mec est un raciste, déséquilibré, populiste pour disqualifier son propos.
Ca rejoint un peu la discussion ci-dessus : Laurent Louis pense que son parlement a tort. Mais l'opinion du peuple est représentée par ce parlement, donc si le reste du parlement se fout de lui, on considère qu'il a tort, même s'il a raison...


 
 
Ca  rappele les réactions quand Segolene Royal avait parlé de juger les élus avec des citoyens tirés au sort !  
Pourtant je trouve que c'est une bonne idée.

n°34674806
helicon2
Posté le 16-06-2013 à 13:06:14  profilanswer
 

Merome a écrit :

et la réaction de ceux qui vont te répondre que ce mec est un raciste, déséquilibré, populiste pour disqualifier son propos.


 
J'ai justement mis un avertissement pour éviter cela. Si Marine Le Pen affirme un jour que le ciel est bleu, on ne va pas s'amuser à la contredire juste parce qu'on déteste ses valeurs et son idéologie...


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34674967
Ciler
Modérateur
Posté le 16-06-2013 à 13:36:55  profilanswer
 

C'est pas aussi simple. Quand MLP dit que le ciel est bleu, on peut effectivement supposer que son idéologie ne teinte pas sa réponse. Par contre si elle te parle de mariage gay, la question se pose légitimement.
 
Ici il en vas de même, et c'était exactement la même chose pour la sortie de Collard il y a quelques semaines. Quand un populiste dit un truc qui flatte le peuple, on peut légitimement se demander s'il dit ça de manière honnête ou pas.  
 
L'avertissement ne sert donc pas à grand-chose, si ce n'est à interdire toute critique, même quand elle serait fondée.  

n°34674977
helicon2
Posté le 16-06-2013 à 13:40:13  profilanswer
 

Ciler a écrit :

C'est pas aussi simple. Quand MLP dit que le ciel est bleu, on peut effectivement supposer que son idéologie ne teinte pas sa réponse. Par contre si elle te parle de mariage gay, la question se pose légitimement.
 
Ici il en vas de même, et c'était exactement la même chose pour la sortie de Collard il y a quelques semaines. Quand un populiste dit un truc qui flatte le peuple, on peut légitimement se demander s'il dit ça de manière honnête ou pas.


 
Une idée populiste se doit d'être populaire sinon, la majorité du peuple ne la comprendra pas. Le tirage au sort n'a rien de populaire et ne peut donc être populiste.
 

Ciler a écrit :

L'avertissement ne sert donc pas à grand-chose, si ce n'est à interdire toute critique, même quand elle serait fondée.


 
La critique sur le sujet (à savoir les propos énoncés) est normale. La critique sur Laurent Louis et sa position sur la guerre au Mali, l'immigration ou le mariage gay est complétement hors sujet lorsque l'on parle de démocratie et des institutions. L'avertissement a pour but d'éviter le hors sujet.


Message édité par helicon2 le 16-06-2013 à 13:40:46

---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34675662
helicon2
Posté le 16-06-2013 à 15:51:32  profilanswer
 

Un débat aura lieu lors de l'université d'été de la Maison des Potes sur le sujet Démocratie participative, associations : vers une 6ème république ?
 
L'inscription se fait ici : http://www.maisondespotes.fr/inscription-univ-ete-2013
 
Dates : 11/12/13 juillet 2013
Lieu : Siège de la CFDT Métro Belleville - Paris.
 
Programme du sixième débat :
 

Citation :

6.     Démocratie participative, associations : vers une 6ème république ?
 
« Ce n’est pas la rue qui gouverne », voici comment certains politiques, quand ils sont au pouvoir, voient la démocratie. Comment dépasser les limites d’une démocratie qui redoute les mobilisations citoyennes et la participation du peuple à la politique ? Comment faire vivre l’action collective ?
 
Marie Noëlle Lienemann (Sénatrice PS, ex VP du Parlement Européen ) *(Sous réserve)
Raquel Garrido (Secrétaire Nationale du Parti de Gauche)
Denis Lucas (Représente la ligue de l’enseignement au FDVA)
François Dubet (Sociologue)
Baky Youssouphou (Fondateur de We Sign It /ex president de la Cé)
Reda Didi (Délégué Général de Graines de France)
Nadège Abomangoli (Conseillère régionale d'Ile-de-France)
Rabia Aziz (Maire Adjointe de Lyon 4ème)
Mehdi Thomas Allal (Sociologue, enseignant à Science Pô- Terra Nova)
Loic Rigaud (Vice-Président de la Maison des Potes de Lyon)


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34675713
helicon2
Posté le 16-06-2013 à 16:06:04  profilanswer
 

Voici un autre débat qui tourne autour de la question de la démocratie.
 

Citation :

Abstentionnisme galopant, courbes de popularité des responsables politiques au plus bas, montée des votes pour les extrêmes : nombre d’indicateurs témoignent de la défiance des citoyens envers les décideurs publics. Moins que l’absence de solutions face à une crise qui semble ne jamais finir, c’est la déconnexion de la classe politique à la réalité quotidienne qui lui est reprochée. Il n’est dès lors guère étonnant que 70% des français n’aient plus confiance en leurs élus…
 
La France, et ses 14 millions de bénévoles associatifs, démontre que, dans nos sociétés, la participation à la chose publique s’émancipe indubitablement des arènes politiques traditionnelles. Les Up Conferences, et le Think Tank de la Fondation Nicolas Hulot, ont ainsi décidé d’interroger les formes plus ou moins innovantes de démocratie participative, pour dessiner les conditions d’une meilleure association de la société civile aux politiques publiques. Cette « société civile » et les citoyens eux-mêmes ne sont-ils pas les plus légitimes pour identifier leurs propres besoins, et contribuer ainsi à l’élaboration des réponses les plus adaptées aux grands défis de demain ?


 
Date : Jeudi 20 Juin de 19h00 à 20h45
Lieu : Happen Space, Siège d'Accenture, 118, Avenue de France, 75013 Paris
Metro: Bibliothèque François Mitterrand (ligne 14)
Station velib': 13053
Inscription gratuite mais obligatoire : http://up-conferences.fr/evenement [...] democratie

Intervenants

 
Shabnam-Laure ANVAR : Prospectiviste, Membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot
Daniel LEBEGUE : Pdt Transparency International et du groupe "Démocratie et société civile" de Terra Nova
Bernard LE MASSON : Responsable mondial de l’activité conseil d’Accenture pour le secteur public
Cyril LAGE : Fondateur : Parlement et Citoyens
Baki YOUSSOUFOU : Fondateur - wesign.it


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34676872
Merome
Chef des blorks
Posté le 16-06-2013 à 19:50:02  profilanswer
 

Ciler a écrit :

C'est pas aussi simple. Quand MLP dit que le ciel est bleu, on peut effectivement supposer que son idéologie ne teinte pas sa réponse. Par contre si elle te parle de mariage gay, la question se pose légitimement.
 
Ici il en vas de même, et c'était exactement la même chose pour la sortie de Collard il y a quelques semaines. Quand un populiste dit un truc qui flatte le peuple, on peut légitimement se demander s'il dit ça de manière honnête ou pas.  
 
L'avertissement ne sert donc pas à grand-chose, si ce n'est à interdire toute critique, même quand elle serait fondée.  


 
Une critique fondée serait celle qui montrerait en quoi le truc qui flatte le peuple est malhonnête. Par exemple en montrant que cette façade ne correspond pas au reste du personnage. Dans le cas de Laurent Louis, il dénonce les partis et a dissous le sien après s'être fait virer du précédent. Cela me semble à peu près cohérent avec ses propos sur le tirage au sort.
Enfin, je ne connais pas assez Laurent Louis pour assurer que cette cohérence est bien globale.


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°34677109
Ciler
Modérateur
Posté le 16-06-2013 à 20:19:02  profilanswer
 

Merome a écrit :


Enfin, je ne connais pas assez Laurent Louis pour assurer que cette cohérence est bien globale.


Moi non plus. Du coup, je préfère me renseigner que de m'enfermer dans une logique "ce qu'il dit me parait bien du coup je vais faire abstraction des aspects moins reluisant du personnage".

n°34681827
Camille Sa​int-Saens
Trader smicard
Posté le 17-06-2013 à 10:29:50  profilanswer
 

helicon2 a écrit :

Libre à toi de penser qu'une aristocratie est le meilleur des systèmes politiques.

Ce n'est pas ce que je pense, c'est la définition. Le gouvernement par les meilleurs. S'il y avait plus de conflits d'intérêt que pour d'autres formes de gouvernement, ce ne serait pas les meilleurs.

n°34681935
helicon2
Posté le 17-06-2013 à 10:38:41  profilanswer
 

helicon2 a écrit :

Libre à toi de penser qu'une aristocratie est le meilleur des systèmes politiques.

Camille Saint-Saens a écrit :

Ce n'est pas ce que je pense, c'est la définition.


 
L'aristocratie est le système politique où les meilleurs sont au pouvoir. A noter que la définition de "meilleur" est à géométrie variable. Cela ne veut pas dire que c'est le meilleur des systèmes politiques.
 
Il ne faut pas tout mélanger.  ;)


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34681972
Camille Sa​int-Saens
Trader smicard
Posté le 17-06-2013 à 10:42:13  profilanswer
 

helicon2 a écrit :

L'aristocratie est le système politique où les meilleurs sont au pouvoir. A noter que la définition de "meilleur" est à géométrie variable. Cela ne veut pas dire que c'est le meilleur des systèmes politiques.
 
Il ne faut pas tout mélanger.  ;)

Les deux sont équivalents, "le meilleur" sous-entend, "le meilleur dans ce qu'il fait".

n°34682093
helicon2
Posté le 17-06-2013 à 10:50:57  profilanswer
 

Camille Saint-Saens a écrit :

Les deux sont équivalents, "le meilleur" sous-entend, "le meilleur dans ce qu'il fait".


 
Tout dépend de comment l'on défini le mot "meilleur". De part le passé (et encore aujourd'hui), il défini des personnes intelligentes, cultivées, diplomates, bons orateurs, négociateurs, ayant faits de grandes études, etc. On peut donc être une pointure et ne pas défendre l'intérêt du peuple. La défense de l'intérêt du peuple n'intervient pas dans la définition du mot "meilleur". C'est pour cela que l'aristocratie n'est pas le meilleur des systèmes.
 
Le peuple est le plus à même de défendre ses intérêts ; c'est pourquoi la démocratie - le pouvoir au peuple - est le meilleur des systèmes politiques.


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34682445
Merome
Chef des blorks
Posté le 17-06-2013 à 11:14:30  profilanswer
 

Ciler a écrit :


Moi non plus. Du coup, je préfère me renseigner que de m'enfermer dans une logique "ce qu'il dit me parait bien du coup je vais faire abstraction des aspects moins reluisant du personnage".


 
Personnellement, je pense que c'est l'inverse (ne pas écouter ce que dit un mec sur un sujet parce que sur d'autres sujets, il dit n'importe quoi) qui est un "enfermement".
On peut par exemple trouver Dieudonné drôle dans ses spectacles sans adhérer à ses délires (ce que dit Alexandre Astier)


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°34682590
helicon2
Posté le 17-06-2013 à 11:23:07  profilanswer
 

Merome a écrit :

Personnellement, je pense que c'est l'inverse (ne pas écouter ce que dit un mec sur un sujet parce que sur d'autres sujets, il dit n'importe quoi) qui est un "enfermement".
On peut par exemple trouver Dieudonné drôle dans ses spectacles sans adhérer à ses délires (ce que dit Alexandre Astier)


 
 :jap:  
 
On voit ici que la disparition des partis, que faciliterait le tirage au sort à grande échelle, apporterait une opportunité de juger des sujets sur le fond et non sur l'association qui s'est faite au cours du temps entre une idée et un parti. On cesserait de considérer la politique comme un sport, qui nécessite de choisir son équipe. Car c'est vrai que lorsqu'un parti de droite a une ou des idées convergentes avec les nôtres, on est gêné aux entournures.


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34683458
Djmedic
Posté le 17-06-2013 à 12:22:47  profilanswer
 

On parle des défauts de la Vème République et comme quoi il en faudrait une nouvelle, d'avoir plus de démocratie directe, de l'utilsation du tirage au sort, etc.
C'est intéressant, mais est-ce qu'il ne serait pas également utile de se demander pourquoi on en est arrivé à estimer qu'une Vème République était nécessaire ?  
Quelle était son but, comment est-elle appliquée de nos jours ?  
Qu'est-ce qui est à l'origine de la crise de confiance entre le peuple et les élus ?  
Concrètement, en quoi est-ce qu'avoir des dirigeants tirés au sort réglerait le problème de chômage par exemple, qui est une des préoccupations majeures des Français ?
 

n°34685599
Merome
Chef des blorks
Posté le 17-06-2013 à 15:13:00  profilanswer
 

helicon2 a écrit :


 
 :jap:  
 
On voit ici que la disparition des partis, que faciliterait le tirage au sort à grande échelle, apporterait une opportunité de juger des sujets sur le fond et non sur l'association qui s'est faite au cours du temps entre une idée et un parti. On cesserait de considérer la politique comme un sport, qui nécessite de choisir son équipe. Car c'est vrai que lorsqu'un parti de droite a une ou des idées convergentes avec les nôtres, on est gêné aux entournures.


 
Et vice versa.  
 

Djmedic a écrit :

On parle des défauts de la Vème République et comme quoi il en faudrait une nouvelle, d'avoir plus de démocratie directe, de l'utilsation du tirage au sort, etc.
C'est intéressant, mais est-ce qu'il ne serait pas également utile de se demander pourquoi on en est arrivé à estimer qu'une Vème République était nécessaire ?  
Quelle était son but, comment est-elle appliquée de nos jours ?  
Qu'est-ce qui est à l'origine de la crise de confiance entre le peuple et les élus ?  
Concrètement, en quoi est-ce qu'avoir des dirigeants tirés au sort réglerait le problème de chômage par exemple, qui est une des préoccupations majeures des Français ?


 
Pour comprendre tout ça, il faut comprendre les processus constituants précédents, et ne pas faire les mêmes erreurs.
 
Le chômage, ainsi que tout un tas d'autres choses importantes qui posent problème aujourd'hui résulte d'un abus de pouvoir (à différents niveaux qu'il serait fastidieux de détailler ici). Cet abus de pouvoir est lui-même la conséquence d'une impuissance politique qui est programmée par la constitution.
 
En examinant l'Histoire et notamment ce qui s'est passé en 1789, on se rend compte que le gouvernement représentatif n'a jamais été voulu démocratique, au contraire, il a été mis en place par opposition à la démocratie. Et ce fut le moment où le pouvoir est passé de la richesse immobilière (ceux qui possédaient les terres : les seigneurs, les familles royales et le clergé), à la richesse mobilière (les commerçants, les banquiers...). Les "pauvres", n'ont servi que de chair à canon dans ce transfert de souveraineté et nous sommes, aujourd'hui encore, dans ce modèle oligarchique (et voulu comme tel), entretenu par le système électif lui-même.
 
Il faut bien comprendre que c'est PARCE QU'il y a des élections, que ce modèle est possible et viable.
Si le chômage est une préoccupation majeure des français, il y a fort à parier qu'une assemblée représentative de ceux-ci en auraient aussi le souci. On peut douter en revanche de la sincérité de la classe politique actuelle sur ce sujet car elle n'est pas concernée directement par cette question (il n'y a pas de chômeur au Parlement, et les élus ont une facilité déconcertante pour trouver des emplois, furent-ils fictifs, à leurs proches).
 
Voilà en ultra résumé mon point de vue. Cela mériterait de nombreux approfondissements et des démonstrations moins péremptoires. Mais cela a déjà été fait ici et ailleurs, il suffit de chercher :)


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°34685746
helicon2
Posté le 17-06-2013 à 15:22:51  profilanswer
 

Merome a écrit :

Pour comprendre tout ça, il faut comprendre les processus constituants précédents, et ne pas faire les mêmes erreurs.
 
Le chômage, ainsi que tout un tas d'autres choses importantes qui posent problème aujourd'hui résulte d'un abus de pouvoir (à différents niveaux qu'il serait fastidieux de détailler ici). Cet abus de pouvoir est lui-même la conséquence d'une impuissance politique qui est programmée par la constitution.
 
En examinant l'Histoire et notamment ce qui s'est passé en 1789, on se rend compte que le gouvernement représentatif n'a jamais été voulu démocratique, au contraire, il a été mis en place par opposition à la démocratie. Et ce fut le moment où le pouvoir est passé de la richesse immobilière (ceux qui possédaient les terres : les seigneurs, les familles royales et le clergé), à la richesse mobilière (les commerçants, les banquiers...). Les "pauvres", n'ont servi que de chair à canon dans ce transfert de souveraineté et nous sommes, aujourd'hui encore, dans ce modèle oligarchique (et voulu comme tel), entretenu par le système électif lui-même.
 
Il faut bien comprendre que c'est PARCE QU'il y a des élections, que ce modèle est possible et viable.
Si le chômage est une préoccupation majeure des français, il y a fort à parier qu'une assemblée représentative de ceux-ci en auraient aussi le souci. On peut douter en revanche de la sincérité de la classe politique actuelle sur ce sujet car elle n'est pas concernée directement par cette question (il n'y a pas de chômeur au Parlement, et les élus ont une facilité déconcertante pour trouver des emplois, furent-ils fictifs, à leurs proches).
 
Voilà en ultra résumé mon point de vue. Cela mériterait de nombreux approfondissements et des démonstrations moins péremptoires. Mais cela a déjà été fait ici et ailleurs, il suffit de chercher :)


 
 :jap:  


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34709869
Profil sup​primé
Posté le 19-06-2013 à 13:21:18  answer
 

Merome a écrit :


 
Personnellement, je pense que c'est l'inverse (ne pas écouter ce que dit un mec sur un sujet parce que sur d'autres sujets, il dit n'importe quoi) qui est un "enfermement".
On peut par exemple trouver Dieudonné drôle dans ses spectacles sans adhérer à ses délires (ce que dit Alexandre Astier)


 
 
C'est le meilleur moyen aussi pour cautionner des saloperies.

n°34722295
Merome
Chef des blorks
Posté le 20-06-2013 à 11:40:49  profilanswer
 


 
Ben justement, non, on n'est pas obligé de les cautionner. Parfois, on n'en a même pas connaissance.
Si on en a connaissance, ça me semble pas mal de mettre un disclaimer, par contre, juste histoire de rassurer tout le monde.


---------------
Ceci n'est pas une démocratie
n°34723488
Terminatux
Communiste
Posté le 20-06-2013 à 13:15:34  profilanswer
 

C'est surtout une manière de leur faire de la publicité, volontairement ou non.

n°34723492
helicon2
Posté le 20-06-2013 à 13:16:32  profilanswer
 

Terminatux a écrit :

C'est surtout une manière de leur faire de la publicité, volontairement ou non.


 
Exact. J'avoue que j'aurai préféré qu'un député français de gauche tienne ce discours mais bon...


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34723667
zyx
Modérateur
NCC - 1701
Posté le 20-06-2013 à 13:33:56  profilanswer
 

Merome a écrit :


 
 
En examinant l'Histoire et notamment ce qui s'est passé en 1789, on se rend compte que le gouvernement représentatif n'a jamais été voulu démocratique, au contraire, il a été mis en place par opposition à la démocratie. Et ce fut le moment où le pouvoir est passé de la richesse immobilière (ceux qui possédaient les terres : les seigneurs, les familles royales et le clergé), à la richesse mobilière (les commerçants, les banquiers...). Les "pauvres", n'ont servi que de chair à canon dans ce transfert de souveraineté et nous sommes, aujourd'hui encore, dans ce modèle oligarchique (et voulu comme tel), entretenu par le système électif lui-même.


 
Je veux bien que tu nous détailles tout ça :)  

Message cité 3 fois
Message édité par zyx le 20-06-2013 à 13:35:13
n°34723780
Terminatux
Communiste
Posté le 20-06-2013 à 13:43:24  profilanswer
 

zyx a écrit :

Je veux bien que tu nous détailles tout ça :)

 

Blabla abbé Sieyès blabla. :o
Avec de mémoire une citation qui date d'une époque où le suffrage était censitaire.

Message cité 1 fois
Message édité par Terminatux le 20-06-2013 à 14:26:12
n°34723858
helicon2
Posté le 20-06-2013 à 13:49:31  profilanswer
 

zyx a écrit :

Je veux bien que tu nous détailles tout ça :)


 
Voici un extrait des archives parlementaires du 05 mai au 15 septembre 1789. Cela t'aidera mieux à comprendre le sens des mots démocratie et représentatif. Nous sommes dans un état représentatif et non dans un état démocratique. C'est un fait et ceci a été fait sciemment ce qui n'est pas étonnant lors que l'on sait que la Révolution Française a été effectuée par des bourgeois.
 

Citation :

28 mai 1789 – M. le compte d’Autraigues (page 122)
 
« …Mais entre un Roi et l’Assemblée des représentants du peuple, il existe toujours, par la nature même des choses, une rivalité de puissance qui amènerait tôt ou tard ou l’anarchie ou la tyrannie. Cette rivalité mutuelle, bien loin d’être un mal politique, est un signe de liberté et de vie.
 
La surveillance naît de cette rivalité, mais il faut pour qu’elle cesse d’être dangereuse, qu’elle soit modifiée et qu’il se trouve dans la constitution même, des divisions du pouvoir national, qui, alternativement obstacles et médiateurs, arrêtent l’impulsion du pouvoir exécutif qui tend au despotisme, et les attaques du pouvoir du peuple qui tendent à la démocratie, qui, dans une grand empire n’est autre chose que l’anarchie.

Citation :

1er août 1789 – M. Malouet (page 391)
 
« …Je sais que les américains n’ont pas pris cette précaution ; ils ont pris l’homme dans le sein de la nature, et le présentant à l’univers dans sa souveraineté primitive. Mais la société américaine, nouvellement formée, est composée, en totalité, de propriétaires déjà accoutumés à l’égalité, étrangers au luxe ainsi qu’à l’indigence, connaissent à peine le joug des impôts, des préjugés qui nous dominent, n’ayant trouvé sur la terre qu’ils cultivent aucune trace de féodalité. De tels hommes étaient sans doute préparés à recevoir la liberté dans toute son énergie : car leurs gouts, leurs mœurs, leur position les appelaient à la démocratie.
 
Mais nous Messieurs, nous avons pour concitoyens une multitude immense d’hommes sans propriété, qui attendent avant toute chose , leur subsistance d’un travail assuré, d’une police exacte, d’une protection continue, qui s’irritent quelques fois, non sans de justes motifs, du spectacle du luxe et de l’opulence…

Citation :

12 aout 1789 – M. Mounier (page 478)
 
« Pour qu’un peuple puisse, sans de très grands inconvénients, se réserver le pouvoir de faire des lois, il faudrait qu’il fut très peu nombreux, qu’il eût des mœurs simples, que ses intérêts fussent facile à régler, et que les fortunes fussent à peu près égales ; c'est-à-dire qu’il n’existe pas sur la terre de peuple connu à qui la démocratie, dans le sens qu’on attache pour l’ordinaire à cette expression, puisse véritablement convenir.

Citation :

 4 septembre 1789 – M. Mounier (page 628)  
 
La démocratie, dans un grand Etat, est une absurde chimère.
 
[..]
 
Certainement, faire juger dans les assemblées des districts toutes les lois qui pourraient être suspendues ou empêchées par le monarque, serait établir en France la démocratie la plus orageuse, puisque ce serait rendre à toutes les villes, à toutes les communes du royaume, l’exercice de la souveraineté.

Citation :

7 septembre 1789 – M. l’abbé Sieyès (page 663)
 
Ce raisonnement, qui est bon pour les petites municipalités, devient irrésistible quand on songe qu’il s’agit ici des lois qui doivent gouverner vingt-six millions d’hommes ; car je soutiens toujours que la France n’est point, ne peut être une démocratie, elle ne doit pas devenir un Etat fédéral, composé d’une multitude de républiques, unies par un lien politique quelconque.
 
[..]
 
S’ils dictaient des volontés, ce ne serait plus cet état représentatif, ce serait un état démocratique
 
[..]
 
Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants.


Source


Message édité par helicon2 le 20-06-2013 à 13:55:47

---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°34723928
Terminatux
Communiste
Posté le 20-06-2013 à 13:56:00  profilanswer
 

Citation :

Mais nous Messieurs, nous avons pour concitoyens une multitude immense d’hommes sans propriété, qui attendent avant toute chose , leur subsistance d’un travail assuré, d’une police exacte, d’une protection continue, qui s’irritent quelques fois, non sans de justes motifs, du spectacle du luxe et de l’opulence…


 
Et voilà qui traite... du suffrage censitaire.

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  111  112  113  114  115  116

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Terminé la démocratie avec la réduction du temps de parole "équitable"Hans-Hermann HOPPE prédit la fin de la démocratie
Démocratie participative selon Claude GuéantLe front national: un danger pour la democratie
Les démocraties comparées (et le sondage réparé)L'influence d'une manifestation à Paris sur la démocratie en Iran
Bel exemple de la démocratie de la part de France 2France fausse démocratie ?
violons la démocratie !!Les 500 signatures et la démocratie
Plus de sujets relatifs à : La démocratie


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR