Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1382 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5
Auteur Sujet :

À quoi sert de vivre ?

n°6152569
choco-bill​y
Posté le 22-07-2005 à 10:59:38  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
Pour moi c'est totalement inutile :-|. En effet qui peut prétendre que la vie "serve" une cause, quelqu'un... Pour moi c'est juste un heureux hasard, un événement autement improbable mais l'univers est tellement grand que les événements stochastiquement impossibles peuvent quand même s'y réaliser :-D

mood
Publicité
Posté le 22-07-2005 à 10:59:38  profilanswer
 

n°6154435
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 14:45:45  profilanswer
 

Ciler a écrit :

Une hypothese avancee est que le "but" de la vie est de propager le genome. Une idee interessante puisque les virus, qui ne sont pourtant pas "vivants" au sens strict font cela aussi.


 
Tain c'est dingue que les obscurantistes fassent si bien leur boulot qu'en 2005 il faille encore prendre des gants pour affirmer ce genre de choses :(

n°6154441
Profil sup​primé
Posté le 22-07-2005 à 14:46:42  answer
 

on ne peut tout simplement pas repondre a cette question car on n a pas les moyens d y repondre.

n°6154479
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 14:50:06  profilanswer
 

le proto a écrit :

donc, nous sommes les esclaves du genome parfait.
je refuse :o


 
Ca c'est vite dit, il a fait tout un tas d'erreurs notre gênome, aujourd'hui on fait l'amour sans avoir aucune chance de se reproduire, on profite de substances sensées nous rendre heureux sans l'avoir mériter (ça c'est les drogues), et on fonce dans un mur sans avoir la moindre envie de nous arrêter vu que ça profiterai aux gènes de nos voisins plutot qu'aux notres. En plus, on a découvert le pot aux roses et il n'est pas impossible que d'ici quelques temps on s'affranchisse de nos gènes, qui ne nous mènerons plus nulle part et que nous utiliserons pour notre propre bonheur sans se soucier de leur prolifération.

n°6154505
un nain co​nnu
Posté le 22-07-2005 à 14:52:41  profilanswer
 

Depuis quand il y a des raisons en sciences, je veux dire par là des buts à atteindre? Hein?
C'est le propre de l'homme de vouloir avoir une raison à toute chose : la vie est apparue soit, mais depuis elle continue, et il n'y pas de raison particulière pour qu'elle le fasse, comme il n'y a pas de raison particulière pour qu'elle disparaisse.
La question aurait pu être "Comment la vie est-elle apparue?" et à la limite un "Pourquoi?"
Mais là...


Message édité par un nain connu le 22-07-2005 à 14:53:14
n°6154533
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 14:56:28  profilanswer
 

pseudoman a écrit :

Non il voulait une réponse à la question "à quoi sert la vie"  
Si comme tu l'entends il exige une réponse scientifique c'est qu'il a déjà
une partie de la réponse à sa question, donc faux problème...
et je ne vois pas en quoi la pensée dites scientifique exclue les hypothèses de type philosophique? :??:
Faut pas mélanger science et matérialisme [:spamafote]  
Le philosophe a bien recours à la même raison que le scientifique...je vois pas en quoi mon raisonnnement est incohérent du point de vue de la science, en revanche un raisonnement scientifique peut l'être vis à vis de la philo.
Autrement dit rien de scientifique ne permet (pour l'exemple) d'invalider la dimension  
metaphysique de l'homme...
Une question du type "à quoi sert" est d'ailleurs plus du ressort de la philo
si on part du principe que la science montre "comment" fonctionne l'univers et que la philo tente d'expliquer le "pourquoi" l'univers.
 
etc... :o


 
Un philosophe n'a qu'un seul but : la recherche de la vérité. C'est exactement la même chose qu'un scientifique, en théorie. Dans la pratique, beaucoup de gens se croient philosophe mais n'ont aucune rigueur dans la recherche de la vérité, ce qui les conduit à dire que leurs conclusions sont juste 'différentes'. C'est absurde, un philosophe n'a aucune raison de faire appel à la métaphysique si une explication rationelle lui est proposée.

n°6154544
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 14:58:02  profilanswer
 

pseudoman a écrit :

Ca revient à te déclarer infaillible... [:pseudoman]  
Le langage est subjectif que ce soit en émission ou en réception (entre ce que je veux dire [...] et ce que tu comprends réellement... :o), quoique tu en dises tu ne peux pas plus que moi échapper à l'interprêtation personnelle d'un post.
Les posts que tu lis ne sont pas rédigés en formules mathémathiques que je sache. :D


 
C'est pour ça qu'en science on utilise un langage aussi dépouillé que possible, en allant si possible jusqu'au seul langage qui ne laisse pas de place à l'interprétation : les mathématique.

n°6154573
Tentac
¤¤ In tartiflette we trust ¤¤
Posté le 22-07-2005 à 15:01:50  profilanswer
 

42.


---------------
"Ramon Balthazard ! Lachez cette arme !"
n°6154580
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 15:02:44  profilanswer
 

le proto a écrit :

on peut se poser aussi une autre question.
avec l arrivee de la conscience du soi, est ce que l homme va finir par trouver une methode de traitement pour devenir immortel?
que ce soit une sorte de savegarde informatique ou traitement medical...


 
C'est loin d'être impossible, la mort est un mécanisme utile pour nos gènes, rien n'interdit de l'empêcher.

n°6154612
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 15:06:32  profilanswer
 

Svenn a écrit :


Ca, tu n'en sais rien.
 
On ne sait peut-être rien faire de tout ça aujourd'hui, mais ça ne veut pas dire qu'on ne le saura pas dans 50, 100 ou 1000 ans.
Et je ne vois absolument pas pourquoi un système ne pourrait pas se comprendre lui-même. Surtout si on s'y met à plusieurs millions.


 
En toute rigueur, un système ne peut pas se comprendre lui-même dans sa totalité : la quantité d'information (au sens stricte du terme) contenue dans un cerveau nécessite au minimum un autre cerveau pour être décrite. L'univers n'est qu'un grand simulateur qui se calcul lui même, on ne peut pas le doubler...
 
Aprés, on peut évidemment modéliser des approximations tout à fait valables...


Message édité par Hephaestos le 22-07-2005 à 15:11:32
mood
Publicité
Posté le 22-07-2005 à 15:06:32  profilanswer
 

n°6154631
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 15:08:09  profilanswer
 


 
Pas si l'outil respecte les lois de notre Univers...
 

leFab a écrit :

Quel est le sens des atomes, quel est le sens des molécules, quel est le sens des protéines, quel est le sens des étoiles, quel est le sens de la vie : tout ça c'est pareil.  

Ca n'a pas de "sens"
: ce sont juste des assemblages plus ou moins complexes de particules élémentaires qui se maintiennent parce que les paramètres de l'Univers le permettent [:spamafote]
 
Pourquoi la vie se reproduit-elle indéfiniment ? Ben parce que si ce n'était pas le cas, elle n'existerait plus aujourd'hui c'est tout [:spamafote]


 
Ah si, ça a un sens donné par le temps, qui est une dimension toute particulière...


Message édité par Hephaestos le 22-07-2005 à 15:11:15
n°6154685
leFab
Itadakimasu !!!
Posté le 22-07-2005 à 15:14:58  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :


Ah si, ça a un sens donné par le temps, qui est une dimension toute particulière...


 
Tu pourrais développer ? Parce que là je ne vois pas trop où tu veux en venir...

n°6154846
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 15:30:09  profilanswer
 

leFab a écrit :

Tu pourrais développer ? Parce que là je ne vois pas trop où tu veux en venir...


 
Ben les étoiles, l'univers, les atomes, ils n'évoluent pas n'importe comment. Il y a un sens à l'histoire, la dimension 'temps' n'est pas comme les trois dimensions de l'espace, toutes les lois de la physique y sont subordonnées.
 
C'est résumé dans le second principe de la thermodynamique : l'Univers gagne en entropie. C'est le sens de l'Univers. Une autre manière de dire les choses plus intuitive, est que tout évolue vers une situation d'équilibre stable. La vie, c'est une évolution des molécules constituant l'ADN vers des configurations plus stables dans leur environnement. Par contre, la stabilité est toute relative vu que l'environnement bouge lui aussi, mais il est inévitable qu'à tout moment, les seuls déplacement possibles (aux variations statistiques prés) sont ceux qui vont vers une plus grande stabilité.

n°6154950
leFab
Itadakimasu !!!
Posté le 22-07-2005 à 15:40:37  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :

Ben les étoiles, l'univers, les atomes, ils n'évoluent pas n'importe comment. Il y a un sens à l'histoire, la dimension 'temps' n'est pas comme les trois dimensions de l'espace, toutes les lois de la physique y sont subordonnées.
 
C'est résumé dans le second principe de la thermodynamique : l'Univers gagne en entropie. C'est le sens de l'Univers. Une autre manière de dire les choses plus intuitive, est que tout évolue vers une situation d'équilibre stable. La vie, c'est une évolution des molécules constituant l'ADN vers des configurations plus stables dans leur environnement. Par contre, la stabilité est toute relative vu que l'environnement bouge lui aussi, mais il est inévitable qu'à tout moment, les seuls déplacement possibles (aux variations statistiques prés) sont ceux qui vont vers une plus grande stabilité.


 
J'appelle plus ça des contraintes qu'un sens.  
 
Là tu utilises le mot "sens" au sens (sémantiquement parlant) "orientation" (de A vers B ou de B vers A). Je pense que l'auteur du topic l'utilisais dans un sens beaucoup plus métaphysique que cela, au sens "utilitaire", au sens "Pourquoi ?" (à ne pas confondre avec "Comment ?" ).


---------------
L'ennemi est con : il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui ! (Desproges)
n°6154997
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 15:45:44  profilanswer
 

leFab a écrit :

J'appelle plus ça des contraintes qu'un sens.  
 
Là tu utilises le mot "sens" au sens (sémantiquement parlant) "orientation" (de A vers B ou de B vers A). Je pense que l'auteur du topic l'utilisais dans un sens beaucoup plus métaphysique que cela, au sens "utilitaire", au sens "Pourquoi ?" (à ne pas confondre avec "Comment ?" ).


 
Pourquoi = pour quoi = dans quel but = vers où = dans quel sens.
 
Le mot sens au sens métaphysique est similaire au mot sens au sens d'orientation, qui est seul a avoir une signification scientifiquement.
 
Tu ne peux pas poser la question 'pourquoi' sans avoir implicitement integré une logique cause=>effet, qui elle même est subordonnée à l'existence d'une dimension qui porte cette logique. Dans notre Univers, c'est le temps. Il n'y a pas de ralations de cause à effet, pas de but ni de pourquoi, sans temps. C'est la raison pour laquelle la question 'comment a été créé le big bang, avant le début du temps' n'a pas de sens (erf)...
 
 
/edit : désolé pour le charabia pseudo-scientifique, il me semble que GregTtr s'y connait un peu mieux en la matière et pourrait expliquer la chose plus rigoureusement, faudrait lui demander, à lui ou à quelqu'un d'autre qui s'en sente capable...


Message édité par Hephaestos le 22-07-2005 à 15:48:58
n°6155110
leFab
Itadakimasu !!!
Posté le 22-07-2005 à 15:57:59  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :

Pourquoi = pour quoi = dans quel but = vers où = dans quel sens.
 
Le mot sens au sens métaphysique est similaire au mot sens au sens d'orientation, qui est seul a avoir une signification scientifiquement.
 
Tu ne peux pas poser la question 'pourquoi' sans avoir implicitement integré une logique cause=>effet, qui elle même est subordonnée à l'existence d'une dimension qui porte cette logique. Dans notre Univers, c'est le temps. Il n'y a pas de ralations de cause à effet, pas de but ni de pourquoi, sans temps. C'est la raison pour laquelle la question 'comment a été créé le big bang, avant le début du temps' n'a pas de sens (erf)...


 
Pourquoi = dans quel but != vers où. Exemple : Dans quel but ? Réponse : pour plaire à Dieu.
 
C'est bien la raison pour laquelle j'ai précisé que "Pourquoi ?" était différent de "Comment ?".  
La science répond au "Comment ?", pas au "Pourquoi ?", elle laisse ça à la métaphysique ou aux religions... Tout ce que tu dis dans ton post, c'est de l'ordre du "comment". Hors qd on demande quel est le sens de la vie, pour moi, on est clairement dans le "pourquoi ?", pas dans le "comment ?".
 
Pour moi quand quelqu'un demande à quoi ça sert de vivre, quel est le sens de la vie, il y a clairement une interrogation de l'ordre de la religion ici. La question telle qu'elle a été posée : "la vie a t'elle un sens" ressemble beaucoup à "y a t'il une volonté/entité externe qui puisse donner un sens/une justification à ce qui nous en parait dénué".


Message édité par leFab le 22-07-2005 à 15:59:37

---------------
L'ennemi est con : il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui ! (Desproges)
n°6155121
Svenn
Posté le 22-07-2005 à 15:58:58  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :

En toute rigueur, un système ne peut pas se comprendre lui-même dans sa totalité : la quantité d'information (au sens stricte du terme) contenue dans un cerveau nécessite au minimum un autre cerveau pour être décrite. L'univers n'est qu'un grand simulateur qui se calcul lui même, on ne peut pas le doubler...
 
Aprés, on peut évidemment modéliser des approximations tout à fait valables...


 
Le doubler, non. Mais si on utilise par exemple 1% de la "capacité de calcul de l'univers" pour calculer ce même univers 100 fois plus lentement, y a pas de problème  [:airforceone]

n°6155134
GregTtr
Posté le 22-07-2005 à 16:00:11  profilanswer
 

Hehe, je suis d'accord avec vous deux.
Je pense qu'effectivement, il ne fallait pas prendre 'sens' dans le sens direction mais 'signification'.
 
Ce qui n'empeche pas que je suis d'ccord sur ce que tu dis et je ne trouve pas que j'aie besoin de clarifier, tu fais ca largement aussi bien que moi.
Par contre, le temps n'est pas seul porteur de la causalite. L'espace la porte aussi, puisqu'il est besoin de connaitre une cause en un point pour avoir une consequence en un point d'espace autre, et pas seulement en un point de temps autre.
C'est bien l'espace tempsqui porte la logique de causalite, et pas specifiquement le temps.


---------------
Ddr555: y'a pas à argumenter, si tu avais ma conviction tu comprendrais pourquoi. mais non c'est tellement mieux de garder ton idée qui n'a aucun sens...
n°6155158
leFab
Itadakimasu !!!
Posté le 22-07-2005 à 16:01:57  profilanswer
 

GregTtr a écrit :

Hehe, je suis d'accord avec vous deux.
Je pense qu'effectivement, il ne fallait pas prendre 'sens' dans le sens direction mais 'signification'.
 
Ce qui n'empeche pas que je suis d'ccord sur ce que tu dis et je ne trouve pas que j'aie besoin de clarifier, tu fais ca largement aussi bien que moi.
Par contre, le temps n'est pas seul porteur de la causalite. L'espace la porte aussi, puisqu'il est besoin de connaitre une cause en un point pour avoir une consequence en un point d'espace autre, et pas seulement en un point de temps autre.
C'est bien l'espace tempsqui porte la logique de causalite, et pas specifiquement le temps.


 
"Signification", c'est le mot que je cherchais ;)


---------------
L'ennemi est con : il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui ! (Desproges)
n°6155206
xantox
Posté le 22-07-2005 à 16:06:04  profilanswer
 

Svenn a écrit :

Le doubler, non. Mais si on utilise par exemple 1% de la "capacité de calcul de l'univers" pour calculer ce même univers 100 fois plus lentement, y a pas de problème  [:airforceone]


Non, la vitesse n'est pas un facteur ici, c'est un problème de mémoire.


---------------
-- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°6155370
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 16:23:37  profilanswer
 

leFab a écrit :

Pourquoi = dans quel but != vers où. Exemple : Dans quel but ? Réponse : pour plaire à Dieu.
 
C'est bien la raison pour laquelle j'ai précisé que "Pourquoi ?" était différent de "Comment ?".  
La science répond au "Comment ?", pas au "Pourquoi ?", elle laisse ça à la métaphysique ou aux religions... Tout ce que tu dis dans ton post, c'est de l'ordre du "comment". Hors qd on demande quel est le sens de la vie, pour moi, on est clairement dans le "pourquoi ?", pas dans le "comment ?".
 
Pour moi quand quelqu'un demande à quoi ça sert de vivre, quel est le sens de la vie, il y a clairement une interrogation de l'ordre de la religion ici. La question telle qu'elle a été posée : "la vie a t'elle un sens" ressemble beaucoup à "y a t'il une volonté/entité externe qui puisse donner un sens/une justification à ce qui nous en parait dénué".


 
Comment tu définis un but si tu ne considères pas la notion de temps??
 
Un but, c'est forcément ce qui vient aprés ou à la fin.


Message édité par Hephaestos le 22-07-2005 à 16:24:55
n°6155378
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 16:24:19  profilanswer
 

Svenn a écrit :

Le doubler, non. Mais si on utilise par exemple 1% de la "capacité de calcul de l'univers" pour calculer ce même univers 100 fois plus lentement, y a pas de problème  [:airforceone]


 
Oui mais on ne peut pas, en tant qu'être humain, se comprendre soit même, au mieux on peut fabriquer des machines qui nous comprennent, mais qui ne se comprendront pas... :)

n°6155417
xantox
Posté le 22-07-2005 à 16:27:52  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :

Oui mais on ne peut pas, en tant qu'être humain, se comprendre soit même, au mieux on peut fabriquer des machines qui nous comprennent, mais qui ne se comprendront pas... :)


En théorie on peut, il faudrait que le cerveau augmente de masse en continuation.. Ca marcherait pendant un certain temps.


---------------
-- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°6155418
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 16:27:55  profilanswer
 

leFab a écrit :

"Signification", c'est le mot que je cherchais ;)


 
Mais le sens au sens de 'signification' ça n'est qu'un problème de langage, ce n'est ni un problème de physique, ni de métaphysique.
 
 
Je pense que Nulldragon parlait de sens comme dans "quel est le sens de mon existence?", et ce que j'affirme, c'est que ce mot a essentiellement la même signification que dans "dans quel sens se dirgie ce train?".
 
/EDIT :

Citation :


SENS.  (On prononce l'S finale, sauf dans Sens commun et dans les expressions Sens dessus dessous, sens devant derrière.) n. m. Faculté de l'homme et des animaux de percevoir les impressions faites par les objets extérieurs. La vue, l'ouïe, l'odorat, le toucher, le goût sont les cinq sens. Le sens de la vue, de l'ouïe, du toucher, etc. Les organes des sens. Cela frappe, touche, flatte les sens. Il a encore l'usage de tous ses sens. Une erreur des sens. Le témoignage des sens. Avoir des sens obtus, des sens émoussés, des sens blasés. Le chien a le sens de l'odorat très fin.
 
Cela tombe sous le sens se dit d'une Chose claire, évidente.
 
Il lui manque un sens se dit figurément de Quelqu'un qui n'est pas accessible à certaines nuances de sentiment.


 
Spa ça.
 

Citation :


SENS, au pluriel, signifie aussi Concupiscence, sensualité. Les plaisirs des sens.
 
En termes de Dévotion, Mortifier ses sens, Se priver des plaisirs des sens, s'imposer diverses macérations.


 
Spa ça non plus.
 

Citation :

SENS se dit encore, au pluriel, de la Faculté de sentir. Reprendre ses sens.
 
De sens rassis. Voyez RASSEOIR.


 
toujours pas...
 

Citation :

SENS désigne également la Faculté de comprendre les choses et d'en juger selon la droite raison. C'est un homme de sens, de bon sens, de grand sens, de peu de sens. Il a du sens. Il a le sens droit. Où aviez-vous le sens quand vous avez fait telle chose? Il a perdu le sens. Bon sens, sens commun, Faculté de juger raisonnablement, où se rencontrent la plupart des hommes. Avoir du bon sens. Être dans son bon sens. En dépit du bon sens. N'avoir pas le sens commun.
 
Sens moral, Faculté de discerner le bien du mal. Il est dépourvu de sens moral.
 
Sens esthétique, sens artistique, Faculté de discerner le beau du laid.
 
Sens pratique, Faculté de trouver ce qui est le plus pratique. Il a beaucoup de sens pratique.
 
En termes de Philosophie, Sens interne, Faculté de discerner ce qui se passe en soi-même, conscience du moi.
 
Avoir le sens d'une chose, Avoir une disposition naturelle à la comprendre. Avoir le sens de l'histoire, du comique, des réalités. Il n'a pas le sens du ridicule.


 
On se rapproche, mais toujours pas...
 

Citation :

SENS signifie aussi Manière de comprendre, de juger; Avis, opinion, sentiment. Selon mon sens. À mon sens. S'en fier à son sens propre. J'abonde dans votre sens.


 
non
 

Citation :

Il se dit aussi de la Signification d'un discours, d'un écrit, d'une phrase, d'un mot. Comprenez bien le sens de ce que je vous dis. Le vrai sens de la loi. Détourner le sens d'un passage. Donner un faux sens à une phrase. Forcer le sens. Cela n'a pas de sens. Des paroles à double sens. Dans quel sens faut-il prendre ce mot, ce passage? Le sens propre. Le sens figuré. Le sens littéral et le sens mystique ou spirituel de l'Écriture sainte. Le sens métaphorique, allégorique, ésotérique. Ce que vous dites là renferme un grand sens. Cette maxime a un sens profond. Ce ne sont pas ses propres termes, mais c'est le sens de ce qu'il a dit.


 
Cette définition ne s'applique qu'aux mots et pas aux choses.
 

Citation :

Il signifie encore Manière de diriger, direction. Agir dans le même sens. En sens contraire. En tous sens. Cette pièce de boeuf n'est pas coupée dans le bon sens. Sens unique.


 
Ca c'est la signification 'matérielle'. C'est à mon avis de cette signification qu'il s'agit dans la phrase 'quelle est le sens de la vie?'.
 

Citation :

Il désigne encore Un des côtés d'une chose, d'un corps. Mettez cette table de ce sens-là, dans ce sens. On a mis cette étoffe du mauvais sens. Mettez-la du bon sens.
 
Il se dit figurément en parlant des Affaires et même des personnes. De quelque sens que vous preniez cette affaire. J'ai tourné cet homme- là de tous les sens, et je n'en ai pu rien tirer, rien apprendre. Retourner une question dans tous les sens.
 
SENS DESSUS DESSOUS, loc. adv. Il se dit en parlant de la Position d'un objet tourné de manière que ce qui devrait être dessus ou en haut se trouve dessous ou en bas. Cette boîte est sens dessus dessous. Renverser un objet sens dessus dessous.
 
Cette locution s'emploie aussi, familièrement, en parlant de Ce qui est dans un grand désordre et tout bouleversé. Tous mes papiers sont sens dessus dessous. Ma bibliothèque est sens dessus dessous.
 
Fig. et fam., Mettre quelqu'un sens dessus dessous, Lui causer un grand trouble, une vive émotion. Cet événement le mit tout sens dessus dessous.
 
SENS DEVANT DERRIÈRE, loc. adv. Il se dit en parlant de la Position d'un objet tourné de telle façon que ce qui devrait être devant se trouve derrière. Il a mis son chapeau sens devant derrière.
 
À CONTRESENS, loc. adv. Voyez CONTRE- SENS.


 
/re-EDIT : source


Message édité par Hephaestos le 22-07-2005 à 16:41:21
n°6155437
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 16:30:34  profilanswer
 

xantox a écrit :

En théorie on peut, il faudrait que le cerveau augmente de masse en continuation.. Ca marcherait pendant un certain temps.


 
Mouais, et tu fais comment pour marcher, manger, dormir si tu dédies ton cerveau à se comprendre lui-même? :p

n°6155575
leFab
Itadakimasu !!!
Posté le 22-07-2005 à 16:42:52  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :

Comment tu définis un but si tu ne considères pas la notion de temps??
 
Un but, c'est forcément ce qui vient aprés ou à la fin.


 
Je te le refais avec le même exemple : Pourquoi la vie existe t'elle, dans quel but existe t'elle ? Réponse (exemple) : Parce que Dieu l'a voulu, et parce que ça lui fait plaisir. Point de notion temporelle ici qui assimilerai le mot "but" à quelque chose qui vient "à la fin" [:spamafote]
 

Citation :

Mais le sens au sens de 'signification' ça n'est qu'un problème de langage, ce n'est ni un problème de physique, ni de métaphysique.


 
Comprends tu ce que je te dis quand j'explique que les questions "Pourquoi ?" et "Comment ?" sont essentiellement différentes, et que la science (ainsi que ta façon de traiter le problème) répond uniquement à la dernière ?


Message édité par leFab le 22-07-2005 à 16:49:02

---------------
L'ennemi est con : il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui ! (Desproges)
n°6155577
Svenn
Posté le 22-07-2005 à 16:43:23  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :

Oui mais on ne peut pas, en tant qu'être humain, se comprendre soit même, au mieux on peut fabriquer des machines qui nous comprennent, mais qui ne se comprendront pas... :)


 
Ca dépend le niveau de compréhension qu'on souhaite. Je pense que la connaissance précise de la position et de la vitesse de la moindre des particules de notre corps n'aurait aucun intérêt, même si c'était permis par Heisenberg. De surcroit, pour "se comprendre", une aide informatique est tout à fait acceptable. Les mathématiciens considèrent par exemple que le théorème des 4 couleurs a été résolu (par ordinateur), alors que la démo n'a jamais été faite à la main. Si on connaît la fonction précise de chaque gène et de chaque interaction de gènes, et que moyennant une puissance de calcul suffisante, il est possible à partir de là de prédire comment va évoluer l'organisme, je considère que le problème est résolu. Même si nos propres neurones n'ont pas fait ce calcul, ce qui compte, c'est de pouvoir vérifier à volonté n'importe quelle sous-partie de ce calcul.

n°6155578
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 16:43:26  profilanswer
 

GregTtr a écrit :


C'est bien l'espace temps qui porte la logique de causalite, et pas specifiquement le temps.


 
Il ne me semble pas absurde d'imaginer un système causal sans dimension d'espace, avec un Univers ponctuel?!?

n°6155593
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 16:44:41  profilanswer
 

Svenn a écrit :

Ca dépend le niveau de compréhension qu'on souhaite. Je pense que la connaissance précise de la position et de la vitesse de la moindre des particules de notre corps n'aurait aucun intérêt, même si c'était permis par Heisenberg. De surcroit, pour "se comprendre", une aide informatique est tout à fait acceptable. Les mathématiciens considèrent par exemple que le théorème des 4 couleurs a été résolu (par ordinateur), alors que la démo n'a jamais été faite à la main. Si on connaît la fonction précise de chaque gène et de chaque interaction de gènes, et que moyennant une puissance de calcul suffisante, il est possible à partir de là de prédire comment va évoluer l'organisme, je considère que le problème est résolu. Même si nos propres neurones n'ont pas fait ce calcul, ce qui compte, c'est de pouvoir vérifier à volonté n'importe quelle sous-partie de ce calcul.


 
Wé, on est d'accord, je fais de l'enculage de mouche qui ne mène à rien si c'est ça que tu veux dire :)

n°6155605
Profil sup​primé
Posté le 22-07-2005 à 16:46:04  answer
 

Hephaestos a écrit :

Comment tu définis un but si tu ne considères pas la notion de temps??
 
Un but, c'est forcément ce qui vient aprés ou à la fin.


But = finalité = à une fin déterminée, existant à part, par avance.
Le finalisme doit [par principe] rester à la porte dans les sciences de la nature car il suppose l'existence d'un projet (= anthropomorphisme, au passage) séparé de ce qui porte ce projet (matière, objet etc.). En somme ça s'oppose à une des conditions méthodologiques de la connaissance scientifique, le matérialisme. [:amazan]
 
Ensuite la question du "sens" compris comme "orientation" devrait plutôt faire appel à la notion de 'tendance' (voir Marx p.ex.) pour lever certaines ambiguités pas toujours conscientes :D Simple précaution mais qui a un sens [:ddr555]
Les êtres vivants ne vont pas "vers" la complexité, ils "tendent" à "se complexifier". Les isotopes radioactifs ne vont pas "vers" tel nouvel isotope, ils "tendent" à "se désintégrer".

n°6155620
leFab
Itadakimasu !!!
Posté le 22-07-2005 à 16:47:40  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :

Il ne me semble pas absurde d'imaginer un système causal sans dimension d'espace, avec un Univers ponctuel?!?


 
Greg n'a pas dit cela, simplement on parlait de notre Univers.


---------------
L'ennemi est con : il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui ! (Desproges)
n°6155670
leFab
Itadakimasu !!!
Posté le 22-07-2005 à 16:52:57  profilanswer
 


 
C'est ce que j'essayais d'expliquer, mais c'est bien mieux dit comme ça :jap:


Message édité par leFab le 22-07-2005 à 16:53:05

---------------
L'ennemi est con : il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui ! (Desproges)
n°6155688
xantox
Posté le 22-07-2005 à 16:54:44  profilanswer
 

Hephaestos a écrit :

Mouais, et tu fais comment pour marcher, manger, dormir si tu dédies ton cerveau à se comprendre lui-même? :p


Tout d'abord l'introspection peut être un acte volontaire. Soit tu marches, soit tu t'auto-analyses. Ensuite l'analyse peut être conduite par un deuxième système qui regarde juste ce que le premier fait. Enfin ce système enregistrerait tout (ex. on se rappellerait de tout, cfr le conte de Borges sur l'homme qui n'oubliait rien, etc).


---------------
-- Parcours Etranges : Physique, Calcul, Philosophie
n°6155962
Hephaestos
Sanctis Recorda, Sanctis deus.
Posté le 22-07-2005 à 17:28:39  profilanswer
 


 
 
Bon, aprés avoir beaucoup réfléchi je dois admettre que je me suis trompé. C'est la deuxième fois que ça m'arrive dans toute mon existence, profitez en :)
 
En réalité, un but n'est en effet pas une conséquence, il ne peut être inclut dans un raisonnement logique puisqu'il présuppose la finalité sans aucune forme de raisonnement. Je comprends mieux maintenant mon désarroi devant les questions de ma femme, qui me demande régulièrement le 'pourquoi' de mes actes  ;)

n°6156762
le penseur​ fou
Posté le 22-07-2005 à 20:26:44  profilanswer
 

NullDragon a écrit :

Du point de vu scientifique, à quoi sert la vie exactement ?
 
Car si on regarde cela de haut on peut voir que c'est une boucle infini, on se reproduit, on meurt, on se reproduit, on meurt, on se reproduit, ...
 
Alors au final, ça donne quoi exactement ? Encore une fois je précises que c'est au sens large et scientifique. Je ne parle pas de ce qu'on fait de nos vies, et que ça n'a rien à voir avec les religions.  :hello:


Du point de vue scientifique : a rien , "poussière tu retourneras poussière" .
Maintenant , reste a savoir si la science peut tout englober .
En fait , la science se préoccupe de la matiére et de ses constituants , faudrait voir si le tout est plus que la somme de ses parties  (émergence-> spiritualité)

n°6160210
Profil sup​primé
Posté le 23-07-2005 à 05:03:31  answer
 

Faut dire que la question est complexe à la base :whistle:

Hephaestos a écrit :

Je comprends mieux maintenant mon désarroi devant les questions de ma femme, qui me demande régulièrement le 'pourquoi' de mes actes  ;)


Les femmes, l'autre grand mystère de l'univers [:ddr555]

n°6174330
big e
Posté le 25-07-2005 à 16:44:01  profilanswer
 

NullDragon a écrit :

Du point de vu scientifique, à quoi sert la vie exactement ?
Car si on regarde cela de haut on peut voir que c'est une boucle infini, on se reproduit, on meurt, on se reproduit, on meurt, on se reproduit, ...
Alors au final, ça donne quoi exactement ? Encore une fois je précises que c'est au sens large et scientifique. Je ne parle pas de ce qu'on fait de nos vies, et que ça n'a rien à voir avec les religions.  :hello:


 
Du point de vue général je trouve intéressant de considérer la vie comme une augmentation globale de la complexité ou diminution de l'entropie...
Après, le rôle de la vie serait de transmettre de l'information...génétique évidemment.
Pourquoi? Sans raisons, par hasard et selon ce que permettent les lois de la physique.
 
Pour tenter de comprendre un éventuel but de la vie il faut remonter aux origines.
Les premières molécules réplicative dans la soupe primordiale seraient des ribozymes, arn dotés de propriétés réplicatives. Tout de suite après leur apparition une sélection naturelle intervient déjà et ne conserve que les variants les plus doués pour la réplication etc...la voie est tracée. :D  
Et donc à la base, le but est bien la transmission, la conservation d'information.

n°6174382
Gurumedita​tion
Dépoussiérant
Posté le 25-07-2005 à 16:51:55  profilanswer
 

claude32 a écrit :

Citation :

Du point de vu scientifique, à quoi sert la vie exactement ?


 
Mon avis :
 
A rien …la question est peut être mal posée, la vie est arrivé par hasard sur notre planète puis elle c’est développée, c’est le « miracle «  de la nature, les organismes évolue à l’infinie ….
 
La vie est une chose à part entière elle ne sert qu’a elle-même, la vie sert aux vivants …. Et à rien d’autres, quand on y pense c’est stupide ….mais dans se monde, dans l’univers chaque chose n’est pas forcement utile ou indispensable à d’autres chose ….
 
D’ailleurs dans les questions farfelues, à quoi sert la reproduction ….. Pourquoi un organisme vivant est « équipés » pour pouvoir assurer son avenir et perpétuer l’espèce ….  
 
Tous cela est incompréhensible, d’où est venu le tout premier organisme vivant ? Comment à t’il été crée ?
Il faut bien des racines pour qu’un arbre pousse, mais dans le néant total comment est venu la graine …. Puisqu’il n’existe rien de telles ??
 
Bon je vais me coucher je crois
 
 :D


 
 
Terry Pratchett donne la réponse a l'apparition de la vie et la création de l'univers dans Faust Eric :o


---------------
mikhail a dit : Comme j'ai dis plus haut, on va parler des nouvelles découvertes et peut importe qu'elle sont conforme aux lois de la physique ou non. C'es tout. De toute façon, le temps mettras tout a ça place.
n°6174386
nash151
Posté le 25-07-2005 à 16:52:15  profilanswer
 

à se poser des questions!

n°6615477
dielo05
chacun ses pensées
Posté le 23-09-2005 à 18:41:23  profilanswer
 

je pense que vivre sert vraiment a beaucoup de chose, si t'es née c pas pour rien, c pour vivre ta vie, avec des passe heureuse et d'autre malheureuse mais dans tous els cas tu al vie a 100% parce que faut aps oublier qu'on te la donner la vie, qu'on ta donner une chance de pouvoir montrer ce que tu vaux, se que tu represente et jpense que sa, c une raison de vivre et c a sa que sa sert

n°6615549
charlie 13
Posté le 23-09-2005 à 18:54:04  profilanswer
 

Pourquoi faudrait-il que la vie "serve" à quelque chose?
On vit tant qu'on n'est pas mort, point
 Pour ceux que ça derangerait de ne servir à rien, rien ne les oblige à continuer.

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Vivre à Montpellier...Venir vivre en france
~~ BlindTest ~~ (BT-Sixties en cours / BT en Live à 21H15 ce soir !)Politesse et règles de savoir vivre.
A quoi sert la philosophie ?.
A quoi sert la philo...Le cout de la vie à Paris pour un célibataire
a quoi sert ce couteau?Ou aimeriez vous vivre en france?
Plus de sujets relatifs à : À quoi sert de vivre ?


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR