Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
645 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Politique

  [Topic Unique] Financement du système des retraites par répartition

 


 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  108  109  110  111  112  113
Page Précédente
Auteur Sujet :

[Topic Unique] Financement du système des retraites par répartition

n°22744605
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 28-05-2010 à 01:43:23  profilanswer
 

Ce sujet est ouvert pour aider à la compréhension sur le financement du système des retraites par répartition. Ce premier billet sera régulièrement mis à jour et chacun est libre de proposer des modifications afin de l'améliorer à condition que les informations soient au préalable vérifiées par des sources fiables.
 
Qu'es-ce que la retraite ?
 
Dans un système par capitalisation, les cotisations retraites obligatoires et généralisées à l'ensemble des travailleurs n'existent pas. Les salaires net sont donc plus élevés car les cotisations retraites n'existant pas, elles sont directement versées au salarié qui est libre de faire ce qu'il veut.
 
Dans un système par répartition, les cotisations retraites sont obligatoires et généralisées à l'ensemble des travailleurs. Les salaires net sont donc moins élevés car les cotisations retraites servent à produire un salaire différé. En effet, une part du salaire brut n'est pas touché immédiatement mais sera touché plus tard : à la retraite.
 
Principaux leviers d'interventions
 
- Élargissement de l'assiette des cotisations à l'ensemble des revenus salariés,
 

  • L'intéressement n'est pas soumis aux cotisations vieillesse (sauf CSG et CRDS) (Source et Source),

  • La participation n'est pas soumis aux cotisations vieillesse (sauf CSG et CRDS) (Source),

  • Le Plan Epargne Entreprise n'est pas soumis aux cotisations vieillesse (sauf CSG et CRDS) (Source),

  • Le Plan d'épargne pour la retraite collectif n'est pas soumis aux cotisations vieillesse (sauf abondement qui est soumis à CSG et CRDS) (Source),

  • Les Stocks-Options ne sont pas soumis aux cotisations vieillesse (Dispositions particulières concernant CSG et CRDS) (Source),


- Compensation intégrale de l'État des exonérations de cotisations patronales,
- Niveau des cotisations des salariés,
- Niveau des cotisations du patronat,
- Niveau des pensions de retraite,
- Durée de cotisation,
- Age d'ouverture des droits du départ à la retraite,
- Age de la retraite à taux plein sans avoir atteint la durée de cotisations,
- Pondération de l'âge de départ et de la durée de cotisation en fonction de la pénibilité du travail.
 
Quelques données
 
- Durée légale de cotisation (pour les personnes nées après 1952) : 164 trimestres soit 41 ans (Source),
- Durée réelle de cotisation (Source) :
 

  • 2003 : 150 trimestres soit 37,5 ans,

  • 2008 : 146 trimestres soit 36,5 ans,


- Age légal de départ à la retraite (pour le régime général) : 60 ans (Source),
- Espérance de vie en bonne santé pour l'ensemble de la population : 63 ans (Source),
- Espérance de vie en bonne santé pour un ouvrier : 59 ans (Source),
- Différence d'espérance de vie entre un ouvrier et un cadre : 7 ans (Source),
- Pourcentage de maladies liées au travail entre 55 et 60 ans : 40% (Source),
- Pourcentage de maladies liées au travail entre 60 et 65 ans : 60% (Source),
- Taux d’emploi des 55-64 ans (en 2008) : 38,3% (Source).
- Taux d’emploi des 55-59 ans (en 2008) : 56,3% (Source et Source).
- Taux de chômage des 50 ans et plus (en 2010) : 6,4% (Source)
- Age moyen de sortie du système scolaire : 21 ans (Source),
- Ratio Actifs / Retraités :  
 

  • 1960 : 4 actifs pour 1 retraité (Source),

  • 2000 : 1,8 actifs pour 1 retraité (Source),

  • 2020 : 1,5 actifs pour 1 retraité (estimation) (Source),

  • 2050 : 1,2 actifs pour 1 retraité (estimation) (Source).


- Évolution du PIB entre 1959 et 2007 : x 4,6 (Source),
- Évolution du PIB par habitant entre 1959 et 2007 : x 3 (Source),
- PIB de la France (Source) :  
 

  • 1989 : 980,5 Mds €,

  • 2000 : 1441,4 Mds €,

  • 2008 : 1950,1 Mds €.


- Pourcentage des dépenses de retraites dans le PIB (en 2010) : 13,1% (Source)
- 1 actif de 2010 produit 1,5 fois de plus de richesse qu'1 actif de 1960 grâce aux gains de productivité (Source, Source)
- Évolution du solde financier de la CNAV (Source) :  
 

  • 2003 : +0,9 Mds €

  • 2004 : +0,3 Mds €

  • 2005 : -1,9 Mds €

  • 2006 : -1,9 Mds €

  • 2007 : -4,6 Mds €

  • 2008 : -5,6 Mds €

  • 2009 : -7,7 Mds €


- Cotisations vieillesse produite par 1 million d'emplois à temps plein : 20 Mds € (Source) En cours de vérification
- Évolution du chômage entre le 1er trimestre 2008 et le 4e trimestre 2009 : +600 000 chômeurs (Source)
- Coût annuel des 512 niches fiscales : 72 Mds € (Source)
- Montant moyen mensuel de la retraite globale (en 2004) :  
 

  • Pour un homme : 1625 € (Source)

  • Pour une femme : 979 € (Source)

- Pension moyenne de droit direct (base et complémentaire - en 2007) : 1095 euros (Source)
- Nombre de retraités (65 ans et plus) vivant sous le seuil de pauvreté (seuil des 60%) : 993 000 personnes (Source),
- Taux de propriétaire (crédit remboursé ou encore en cours) chez les retraités : 76% (Source),
- Évolution du taux de remplacement (Rapport entre le niveau de la pension versée au moment de la liquidation des droits à la retraite et le niveau du dernier revenu d’activité) entre 1995 et 2010 : -10 points (Source)
- Prix moyen mensuel d'une place en maison de retraite médicalisée : (Source)
 

  • Paris : 2780 € / mois,

  • Banlieue Parisienne : 2161 € / mois,

  • Province : 1591 € / mois.

 
- Rang mondial au niveau de l'investissement international : 3ème (Source)
- Montant des exonérations de cotisations (en 2008) : 30,7 Mds € (Source)
- Taux d'exonérations de cotisations compensées par l'État (en 2008) : 92% (Source)
- Taux des cotisations sociales employeurs dans la valeur ajoutée des entreprises non financières (Source et Graphique) :
 

  • 1982 : 19,8%,

  • 2007 : 16,1%.


- Coûts des systèmes publics et privés (par an) :
 


En Europe...
 
- Durée de cotisations des autres pays européens (Source) :  
 

  • Royaume Uni : 30 ans

  • Espagne : 35 ans (public ou privé)

  • Roumanie : 35 ans  

  • Italie : 35 ans

  • Belgique : 35 ans

  • Allemagne : 35 ans

  • Grèce : 37 ans

  • Suède : 40 ans


- Part des revenus provenant de transferts publics (système par répartition) des personnes âgées de plus de 65 ans (Source) :
 

  • 85% en France

  • 73% en Allemagne

  • 72% en Italie

  • 70% en Espagne

  • 68% en Suède

  • 49% au Royaume-Uni


- Pyramide des âges de l'Allemagne :  
 
http://images.nationmaster.com/images/pyramids/gm-2010.png
 
- Pyramide des âges de la France :  
 
http://images.nationmaster.com/images/pyramids/fr-2010.png
 
- France Vs Allemagne et ici.
 
Articles
2013-09-05 : Un projet de réforme des retraites fou et aberrant (lien direct), Jean-Marie Harribey, ATTAC
 
 
Quelques faits divers...
 
- Nicolas Sarkozy :
Indemnité mensuelle : 24.874, 55 €
Retraite de député (à vie) : 9.298,21 €
Retraite de ministre (à vie et convertible après son décès en rente viagère) : 8.776,34 €
Retraite de maire de Neuilly (à vie) : 6.241, 92 €
...Total mensuel : 49.191,02 €
 
30 % de ces revenus ne sont pas imposables et il ne paye pourtant aucun impôt depuis plus de 12 ans
 
- Henri Proglio :
 

  • 38 ans d'ancienneté chez Veolia Eau (ex-Vivendi, ex-CGE).  

  • Montant annuel de la retraite chapeau : 1 million d'euros (Source).

  • Calcul de la retraite chapeau : 50% de la rémunération brute sur les 3 dernières années (au lieu de 25 ans pour le régime général dans le privé) (Source).

  • Age de liquidation de la retraite chapeau : 60,5 ans (Source).


- Comment l'UMP refuse la réforme des retraites des députés : http://www.dailymotion.com/video/x [...] e-des_news
 
Un peu d'histoire
 

  • 1910 : Création du système de retraite par répartition dans certaines entreprises.  
  • 1910 : Age du départ à la retraite fixé à 65 ans (Espérance de vie moyenne de l'époque : 59 ans).
  • 1945 : Généralisation du système de retraites par répartition à l'ensemble des travailleurs français par le CNR (PCF / Gauche).
  • 1972 : Augmentation du temps de cotisation de 30 ans à 37,5 ans par le gouvernement de Georges Pompidou (UDR / Droite).
  • 1982 : Baisse de l'âge de départ de 65 ans à 60 ans par M. Mitterrand (PS / Gauche).
  • 1993 : Allongement progressif de la durée de cotisation de 37,5 à 40 ans pour le secteur privé par le gouvernement Balladur (RPR / Droite).
  • 1993 : Prise en compte de la moyenne des 25 meilleures années (au lieu des 10) pour le secteur privé pour le calcul du salaire servant de base au calcul du montant de la retraite par le gouvernement Balladur (RPR / Droite).
  • 1993 : Indexation de ces 25 anciens salaires sur le coût de la vie, et non plus sur l’évolution des salaires par le gouvernement Balladur (RPR / Droite).
  • 1993 : Indexation des retraites sur le coût de la vie, et non plus sur l’évolution des salaires par le gouvernement Balladur (RPR / Droite).
  • 2003 : Allongement progressif de la durée de cotisation jusqu'à 40 ans pour le secteur public par le gouvernement Fillon. Mise en application : 2008. (UMP / Droite).
  • 2008 : L’employeur peut mettre à la retraite un salarié à partir de 70 ans depuis la loi du 4 novembre. Passage de 65 à 70 ans. Gouvernement Sarkozy. (UMP / Droite).


Propositions des différents partis politiques français et du gouvernement
 
Gouvernement français
 
- Age légal de départ repoussé de 60 à 62 ans pour le régime général,
- Durée de cotisations relevée à 41,5 annuités pour le régime général,
- Droit à la retraite à taux plein repoussé de 65 à 67 ans permettant à un assuré de partir à la retraite sans décote même s'il ne dispose pas de la durée de cotisation nécessaire.
- Les salariés ayant des inaptitudes en raison de leur santé (20% d'invalidité) partiront à la retraite dès 60 ans avec un taux plein même si ils n'ont pas la totalité des droits. Ceci dépend exclusivement de l'avis du médecin lors de la visite médicale et est donc une mesure individuelle et non collective.
- A compléter.
 
 
Parti de Gauche (PG)
 
- Proposition de loi des députés du Front de Gauche sur le sujet des retraites.
- Maintien d'un régime par répartition, c’est à dire dans lequel les cotisations des actifs paient les retraites versées. Ce régime s’oppose à celui de la capitalisation, dans lequel l’épargne que représentent les cotisations est accumulé dans des fonds de pension, et ensuite reversé sous forme de rente viagère.
- Préserver et élargir le système de « prestations définies » qui est celui du Régime général. Dans ce cadre, la future pension de retraite pour une carrière complète est connue : 50% du salaire jusqu'à un montant de 2.885 euros - et les critères du départ à la retraite sont définis à l’avance : nombre d’annuités, âge de départ à taux plein. Ce sont les cotisations qui doivent être calculées en conséquence pour arriver à l’équilibre financier. Le PG refuse clairement d’aller vers un système à « cotisations définies », tel que étudié par le COR, car dans le cas des régime par points ou celui des comptes notionnels, le montant de la pension est inconnu. Le PG refuse que les retraites puissent être remises en cause subrepticement.
- Maintien de la retraite à 60 ans,
- Prise en compte de la moyenne des 10 meilleures années comme jusqu'en 1993 au lieu des 25 meilleures années comme c'est le cas à l'heure actuelle,
- Augmentation de l'assiette des cotisations sur les revenus qui ne sont pas actuellement soumis à cotisations (intéressement, primes, épargne salariale, stock options),
- Augmentation des cotisations patronales,
- Assurer un taux de remplacement moyen d’au moins 75 % du dernier salaire,
- Indexation des retraites sur les salaires et non plus sur les prix,
- Permettre à ceux qui ont des carrières longues de partir à taux plein, même avant 60 ans,
- Prendre en compte la pénibilité,
- Faire qu’aucune retraite ne soit en dessous du SMIC,
- Valider les périodes de chômage en référence au salaire antérieur,
- Valider les périodes de stage et toutes celles d'apprentissage, aller vers à la prise en compte des années d’études de formation tant universitaire/supérieure que professionnelle (continue et initiale).
- Verser les pensions de réversion pour les couples pacsés à égalité avec les couples mariés
- Politique économique favorisant la création d'emploi (300 000 emplois / an) et donc augmentant le nombre de cotisations,
- La suppression du bouclier fiscal, un prélèvement sur les profits des banques, une taxation des revenus financiers et des dividendes versés aux actionnaires.
 
Parti Socialiste (PS)
 
http://www.parti-socialiste.fr/retraites
 
Pour assurer l'équilibre du système, il faut mobiliser 45 milliards d'euros.
Les socialistes proposent un plan complet qui permet d’atteindre l’équilibre :
1. La mise à contribution des revenus du capital
 
- Augmentation des prélèvements sociaux sur les bonus et les stock-options (de 5% à 38% comme le propose la Cour des comptes).
 
- Relèvement du forfait appliqué à l’intéressement et à la participation (de 4% à 20%).
- Application de la CSG sur les revenus du capital actuellement exonérés (en maintenant l’exonération sur les livrets d’épargne et les plusvalues sur la résidence principale) et la remise en cause de la défiscalisation des plus-values sur les cessions de filiales.
 
- Augmentation de 0,5% de la taxation de la valeur ajoutée, instaurée à la suite de la suppression de la taxe professionnelle de 1,5% à 2,2%, en exonérant les petites entreprises.  
 
2. Une augmentation modérée et étalée dans le temps des cotisations patronales et salariales
 
3. Le Fonds de Réserve des Retraites pour faire face aux aléas sans remettre en cause le niveau des pensions, par une surtaxe de 15% de l'impôt sur les sociétés acquittée par les banques.  
 
Mouvement Démocrate (Modem)
 
A compléter.
 
Union pour un Mouvement Populaire (UMP)
 
A compléter.
 
Front National (FN)
 
A compléter.
 
Quelques articles
 
Le Medef la veut (et il n’est pas seul hélas) : la « retraite par points » encore pire que les 62 et 67 ans !
 
Le Sénat a voté, en octobre 2010, un amendement demandant que notre système de retraite soit entièrement revu en 2013 dans l’optique d’un passage à un système de retraite par points ou un système de comptes notionnels. Cet amendement a été repris par l’Assemblée nationale et programme un recul considérable pour nos retraites. Car, loin d’être une « concession » au mouvement social, comme le gouvernement Sarkozy a eu le culot de la présenter, les retraites par points ou les comptes notionnels sont pire que les 62 et les 67 ans ! C’est une bombe à retardement que le gouvernement a camouflé dans sa loi scélérate.
 
Début 2010, le gouvernement n’avait pas osé… Sarkozy, lors du vote de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2009, avait demandé que le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) remette, début 2010, un rapport sur les « modalités techniques de remplacement » de notre système de retraite (système par annuités) « soit par un régime par points, soit par un régime de comptes notionnels de retraite… »
 
Le rapport du COR concluait à la faisabilité « technique » d’un tel remplacement mais le gouvernement, après avoir hésité, avait finalement reculé devant la mobilisation sociale qu’aurait entrainée une mutation d’une telle ampleur. Imposer une telle réforme aurait, en effet, consisté à nous demander de mettre la tête dans un sac et de faire confiance à Sarkozy et à Parisot pour réformer nos retraites…Sarkozy s’était donc « contenté » de vouloir nous imposer le passage de l’âge légal de 60 à 62 ans et l’âge du taux plein de 65 à 67 ans
 
Disparition de tous les points de repère
 
Dans un système de retraites par points ou un système de comptes notionnels tous les points de repère collectifs (âge légal de la retraite, âge légal du taux plein, durée de cotisation, taux de remplacement minimum…) disparaîtraient. Le moment du départ à la retraite et le montant correspondant de la retraite seraient laissés au « libre choix » du futur retraité.
 
Dans un système de retraites par points, le futur retraité serait confronté au nombre de points qu’il aurait acquis et à la valeur du point eu moment de son départ en retraite. Ce système existe déjà pour les retraites complémentaires du secteur privé. Il s’est traduit, depuis 1994, par une dégradation continuelle du montant des retraites complémentaires. Pourtant, aucune mobilisation n’est venue au cours de ces 16 années s’opposer à cette régression.
 
Dans un système de comptes notionnels, le choix serait encore plus simple : pas de valeur du point mais un « capital virtuel » acquis au cours de la carrière et donnant droit à un montant de retraite en fonction de l’espérance de vie de sa génération.
 
Dans les deux cas, le « libre choix » consisterait à accepter de partir, par exemple, à 58 ans avec une retraite bien en-dessous du seuil de pauvreté, à 62 ans avec une retraite très basse ou à 65 ans avec une retraite plus conséquente. Ce « libre choix » serait, bien évidemment, limité à ceux qui auraient un travail et aurait la possibilité de le conserver.
 
Le système des comptes notionnels : le rêve du CAC40
 
Le système des comptes notionnels pousse la logique de la fin des repères collectifs et du « libre choix » du futur retraité à son aboutissement.
 
Ce système est d’autant plus dangereux que la direction de la CFDT et une partie de la direction du PS ne verraient pas d’un mauvais œil l’instauration d’un tel système.
 
En 2008, une étude d’Antoine Bozio et de Thomas Piketty « Pour un nouveau système de retraites » devenait la référence de ceux qui souhaitaient adopter un système de comptes notionnels. Cette étude tentait de démontrer la supériorité d’un tel régime sur le régime de retraite par annuités qui est le nôtre depuis la libération.
 
Ce régime aurait, certes, une incontestable supériorité pour les dirigeants des entreprises du CAC 40 mais serait, comme nous allons le voir, une catastrophe pour les salariés. [1]
 
Le système des comptes notionnels singent les fonds de pension
 
Le régime des comptes notionnels resterait un régime par répartition dans la mesure où ce seraient les cotisations de l’année qui paieraient les retraites de l’année et que ces cotisations ne feraient donc pas l’objet d’une épargne.
 
Mais pour le salarié, ce serait comme s’il avait épargné pour se constituer une épargne et constitué un « capital virtuel ». Ce « capital virtuel » serait revalorisé tous les ans et permettrait de percevoir une retraite en fonction du capital fictivement accumulé et de l’espérance de vie de sa génération. C’est très exactement ce que pratiquent aujourd’hui les assurances privés, avec leurs tables de mortalité et leur philanthropie bien connue.
 
Piketty et Bozio, pour que le système qu’ils recommandent n’apparaisse pas pour ce qu’il est réellement, un système totalement régressif, avancent l’idée d’une rémunération du « capital virtuel » fictivement accumulé de 2 % (au-dessus de l’inflation) chaque année. C’est une sinistre plaisanterie. Les salaires des 25 meilleures années servant, dans le secteur privé, au calcul de la retraite sont revalorisés en fonction de l’inflation. La valeur du point des retraites complémentaires évoluent également en fonction de l’inflation. On imagine les bonds des représentants du Medef à l’idée de revaloriser chaque année, la valeur du point ou les salaires pris en compte pour le calcul des retraites de 2 % de plus que l’inflation, alors même que les salaires directs n’augmentent, depuis 10 ans, que de 0,6 % de plus que cette inflation !
 
Une telle revalorisation ne pourrait en aucun cas résulter de négociations dans des salons feutrées. Seule une mobilisation encore plus massive que celle que nous venons de connaître. Pourrait l’imposer. Mais comment mobiliser pour un système totalement inconnu, balayant tous les points de repère collectifs sur lesquels se sont bâtis toutes les mobilisations en défense de nos retraites (1995, 2003, 2008, 2010…) ?
 
Pas d’augmentation des cotisations retraites patronales
 
Pour Piketty et Bozio, les cotisations sociales (patronales et salariales) resteraient figées à leur taux actuel de 25 %. Pourtant, si notre système de retraite est aujourd’hui en déficit, c’est bien parce que les cotisations retraites patronales stagnent depuis 20 ans. Bozio et Piketty acceptent de figer l’actuelle répartition des richesses aux dépens des retraités et au profit du capital. Ils donnent ainsi, entière satisfaction au Medef.
 
En cas d’augmentation de l’espérance de vie, le patronat n’aurait aucune obligation. Le système s’équilibrerait automatiquement mais uniquement sur le dos des salariés. Ce serait au salarié de décider « librement », seul dans son coin, de travailler plus longtemps (s’il le pouvait) ou d’accepter une retraite d’un montant inférieur.
 
Diviser pour régner
 
Pour Bozio et Piketty – oubliant au passage que le seul vrai gagnant du changement qu’ils proposent est le patronat – les gagnants de ce nouveau système seraient les salariés dont la carrière reste bloquée au plus bas.
 
C’est entièrement faux. Avec un calcul du montant des retraites non plus sur les 25 meilleures années mais sur la totalité de la carrière et une indexation du « capital virtuel » sur l’inflation, ces salariés verraient leur retraite diminuer de façon considérable.
 
Certes, leur retraite diminuerait moins que ceux dont la carrière aurait évolué et qui auraient, ainsi, un double intérêt à garder un calcul effectué sur les meilleures années. Mais pour Bozio et Piketty, que les salariés aux carrières bloquées perdent moins que les autres, feraient d’eux des gagnants.
 
L’espérance de vie calculée par catégorie
 
Bozio et Piketty proposent que le calcul de la retraite se fasse en fonction de l’espérance de vie par catégorie sociale. Mais quand il s’agit de préciser ce que devraient être ces catégories, nos deux auteurs sont aux abonnés absents. Selon eux, les catégories professionnelles de l’Insee seraient trop larges, d’autres catégories risqueraient d’être trop étroites…
 
Là encore, il est évident qu’il s’agit de diviser le salariat pour régner. Sur quels critères justifier, en effet, que les modalités de calcul puissent par exemple, avantager (de façon toute relative) un ouvrier d’usine ou du bâtiment, mais pénaliser une aide-soignant, un salarié de France-Télécom, un professeur des écoles, un conducteur de bus ou une caissière de supermarché ?
 
Une catastrophe pour les femmes
 
Si le calcul de la retraite se faisait en fonction de l’espérance de vie par « catégories », une « catégorie » de salariés serait aussitôt gravement menacée : les femmes.
 
Les femmes ont, en effet, aujourd’hui, une espérance de vie (à 60 ans) supérieure de 4,8 ans à celle des hommes. La logique du système de comptes notionnels voudrait donc que pour percevoir une retraite égale à celle d’un homme ayant eu le même salaire et au même poste, une femme travaille 4,8 années de plus. Quand on sait qu’aujourd’hui 29 % des femmes n’atteignent le taux plein qu’en raison de l’âge butoir de 65 ans et que le système de comptes notionnels fait disparaître cet âge butoir, il n’est pas difficile de concevoir à quelles inégalités ce système aboutirait. Sous prétexte, précisément, de réduire les inégalités entre les retraité(e)s.
 
Une catastrophe pour les fonctionnaires
 
Le système des comptes notionnels constituerait une régression considérable pour tous les salariés. Mais les fonctionnaires seraient particulièrement visés. Egalité oblige : le taux de leur cotisation retraite (patronale et salariale) serait fixé à 25 % comme pour les salariés du privé. Pour compenser cette baisse, Piketty et Bozio proposent qu’elle soit effectuée « en échange d’une augmentation structurelle de leur salaire ». Ils reconnaissent eux-mêmes ne pas sous-estimer « le caractère extrêmement délicat d’une telle transitions, en particulier en termes de crédibilité des engagements salariaux de l’Etat » Ce n’est rien de le dire. !
 
La solidarité évacuée de notre système de retraite
 
Pour ne prendre qu’un seul exemple, les trimestres de cotisations validés pour les femmes qui ont élevé des enfants, ne seraient plus pris en compte par le système de retraite.
 
Tout ce qui relève de la solidarité serait du domaine de l’Etat. Et chacun sait comment l’Etat traite ceux qu’ils considèrent comme des « assistés ».
 
Jean-Jacques Chavigné et Gérard Filoche
 
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3040
 

Citation :

Ce déficit soudain, et incontesté, de 30 milliards d'euros n'est effectivement pas lié à des données démographiques (plus de retraités et moins d'actifs) mais à la conjoncture économique. Contacté par @si, Gérard Filoche, inspecteur du travail et dirigeant PS, confirme que cette dégradation est liée à l'explosion du chômage depuis 2008. Selon les dernières statistiques de l'INSEE, la crise a coûté 600 000 emplois à l’économie française depuis l’automne 2008 : "600 000 emplois ont été détruits depuis le début de la crise dans le secteur marchand non agricole, dont 357 600 sur la seule année 2009. Du jamais-vu. Du coup le taux de chômage, qui était descendu à 7,8 % de la population active en 2008, est remonté fin 2009 à 9,6 %, son plus haut niveau depuis 1997". Et bien évidemment, tous ces chômeurs supplémentaires représentent des cotisations en moins pour les caisses des retraites. Selon Filoche, la hausse des exonérations de charges sociales (niches fiscales, bouclier fiscal) a également asséché les ressources des caisses de retraite. Sauf à considérer que le chômage ne descendra jamais, ce chiffre de 30 milliards est donc conjoncturel, et pas structurel.


 
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3053
 

Citation :

En février dernier, Xavier Bertrand avait ainsi déclaré sur BFM : "Quand vous preniez votre retraite à 60 ans en 1982, vous aviez dix ans d’espérance de vie, aujourd’hui vous avez vingt ans d’espérance de vie. Cette formidable bonne nouvelle, il faut la financer". C'est évident, non ? Sauf que le secrétaire général de l'UMP avait grossi les chiffres comme l'avait noté Libération dans sa rubrique desintox : "Aujourd’hui, l’espérance de vie à 60 ans (nombre d’années restant à vivre au-delà de cet âge) est de 22,2 ans pour les hommes et de 27 pour les femmes. L’évolution depuis 1982 est loin d’être aussi spectaculaire que ne l’affirme Bertrand. En 1980, l’espérance de vie à 60 ans n’était pas de dix ans comme il le dit, mais de 17,3 ans pour les hommes, et de 22,4 ans pour les femmes. Depuis trente ans, elle n’a donc pas progressé de dix ans, comme il le suggère, mais de 4,9 ans chez les hommes et de 4,6 ans chez les femmes. Selon les projections de l'INSEE, l'espérance de vie à 60 ans devrait dans les décennies à venir croître d'environ 1,3 année tous les dix ans. Un rythme nettement moins effréné que ce que Bertrand décrit".
 
Volontaire ou involontaire, cette erreur de Bertrand est liée à la différence entre l'espérance de vie à la naissance et l'espérance de vie à 60 ans.
 
[..]
 
Si l'espérance de vie augmente incontestablement, ces années supplémentaires peuvent-elles être consacrées au travail tout en préservant quelques années de retraite paisible ? Rien n'est moins sûr. Encore faut-il être apte à poursuivre une activité professionnelle et arriver à l’âge à la retraite en bonne santé. Pour le savoir, l'INSEE a un critère rarement mis en avant par les médias et les responsables politiques : l'espérance de vie en bonne santé, "c'est à dire sans limitation d'activité (ou sans incapacité majeure liée à des maladies chroniques, aux séquelles d'affections aiguës ou de traumatismes)". Ce chiffre est largement inférieur à l'espérance de vie à la naissance ou après 60 ans : "En France, en 2007, l'espérance de vie « en bonne santé » à la naissance est estimée à 64,2 ans pour les femmes. Elle est plus faible pour les hommes (63,1 ans)".
 
[..]
 
En tenant compte de ces deux critères (maladies professionnelles et espérance de vie en bonne santé), il apparaît donc qu'il y a un lien direct entre la hausse de l'espérance de vie et la retraite à 60 ans.


 
http://www.autisme-economie.org/article151.html
 

Citation :

Il est plus facile de dépenser beaucoup quand on est riche que de dépenser peu quand on est pauvre. Comme on va le voir, le volet financier du dossier “ retraites ” est vite présenté : il est plus facile de consacrer aujourd’hui aux retraites 12% d’un PIB de 1500 milliards d’euros qu’il ne l’était il y a quarante ans d’y consacrer 5% d’un PIB de 750 milliards, et il sera plus facile encore dans quarante ans de dépenser pour les retraites 20% d’un PIB qui sera alors de 3000 milliards. De quarante ans en quarante ans, le doublement du PIB en monnaie constante permet de consacrer de trois à cinq fois plus aux retraites tout en quasi-doublant la richesse affectée aux actifs ou à l’investissement.


 
Le rapport Cotis se trompe de valeur ajoutée
 

Citation :

Trois ou cinq points de baisse sur cinquante ans, on pinaille ! Pas vraiment, selon l'économiste Liêm Hoang Ngoc qui décrypte le même graphique dans son dernier ouvrage à paraître aux édition La dispute : «Sous la crise, la répartition des revenus». Trois points de baisse ramenés au PIB français représenteraient la bagatelle de 55 à 60 milliards d'euros en moins pour les salaires. Et, à prendre la VA brute, le chiffre le plus complet, les 5 points de baisse montent la perte pour les salariés à 80 à 90 milliards d'euros ! Un joli plan de relance...
 
[..]
 
Or, sans le dire, presque inconsciemment, Cotis prend d'emblée le chiffre le moins gênant (la valeur ajoutée au coût des facteurs de production) et conclut, avec élégance, que la baisse «n'atteindrait que deux à trois points de valeur ajoutée» sur la période étudiée.
 
[..]
 
Quand il avait confié une commission à Jacques Attali pour «libérer la croissance», beaucoup avaient critiqué le chef de l'Etat pour ne pas s'être interrogé sur la définition même de la croissance. Mais le Président n'était pas là pour faire avancer le débat : juste pour le clore. Idem avec la répartition des salaires : toute inepte que soit la règle des trois tiers, toute polémique que soit la définition de la valeur ajoutée, l'essentiel est de proposer un simulacre de débat public, ou, encore mieux de l'empêcher d'exister en s'appuyant sur une autorité supposée compétente, l'INSEE, mais qui, en l'occurrence, n'a pas su faire oublier qu'elle dépendait directement de l'état et de ceux qui l'occupent en ce moment.  


 
http://www.cyberpresse.ca/internat [...] ECRAN1POS2
 

Citation :

C'est lié à la dérégulation de ces marchés aux États-Unis en 2000. Des acteurs institutionnels - des caisses de retraite, des fonds spéculatifs et des banques d'investissement - sont entrés sur ces marchés, qui auparavant ne les intéressaient pas. Ces acteurs sont extrêmement puissants grâce aux sommes d'argent qu'ils peuvent mobiliser. Ils ont un effet déstabilisateur sur ces marchés. Et ils ne sont pas intéressés par les principes de l'économie agricole réelle. Ils ne s'intéressent pas aux stocks, à l'évolution de l'offre et de la demande. Pour eux, l'agriculture est un investissement comme un autre. Ils ont des positions purement spéculatives.


 

Citation :

À cause du choc des prix, beaucoup de ménages dans des pays en développement ont eu du mal à continuer à se nourrir normalement. Ils ont changé leurs habitudes alimentaires, souvent en passant à un régime moins diversifié, plus pauvre en protéines animales. Au moins 100 millions de personnes dans le monde ont été réduites à l'extrême pauvreté en raison de cette crise.


 
Une explication par le sketch...
 
http://mobile.agoravox.fr/tribune- [...] deux-81011
 
Un peu de philosophie...
 

Citation :

Bernard Friot (écrivain)
 
A la naissance des assurances sociales, le salaire était fait de 85% de salaire direct et de 15% de cotisation sociale, et ça ne prêtait pas à conséquence. Aujourd’hui, nous sommes à 60/40 : c’est déjà peu tolérable que 40% du salaire nous paie à ne rien faire, c’est-à-dire à travailler librement, à produire de la richesse et non pas à mettre en valeur du capital. Demain, continuer à financer les retraites par cotisations sociales supposera que plus de la moitié du salaire finance non pas le travail subordonné mais le travail libre.
 
[..]
 
La société de longue vie est une bonne nouvelle, pas un problème
 
[..]
 
plus le travail est productif, plus la valeur produite soit retournée aux travailleurs en étant affectée à l’inactivité, qu’il s’agisse de la baisse de la durée hebdomadaire, de la retraite, des études.
 
[..]
 
Or, contre une idée reçue, quelqu’un qui épargne ne finance pas sa propre retraite. La valeur, comme la monnaie qui l’exprime, ne peut pas se mettre en conserve. Seuls les biens durables qui servent à la production (et qui font l’objet d’un amortissement comptable sur quelques années) peuvent transmettre de la valeur d’une année sur l’autre ; mais l’essentiel des biens et services que nous produisons perdent leur valeur en cours d’année. Quand donc on épargne des titres financiers, on accumule non pas de la valeur qu’on remettra en circulation quand on liquidera son épargne, mais des droits sur la valeur créée au moment de cette liquidation. Les 600 milliards d’euros nécessaires pour financer les retraites de 2040 seront forcément produits en 2040 par les actifs de 2040.


 
http://www.capital.fr/retraite/act [...] ail-541062
 

Citation :

Les statistiques montrent qu'à part des accidents de parcours, la santé des gens en activité est bonne jusqu'à 50 ans, âge à partir duquel les choses se dégradent rapidement.  
 
[..]
 
"Quand l'organisation dysfonctionne et que manquent les protections pour se prémunir de ces méfaits, les risques de pathologies croissent à une vitesse exponentielle", écrit le directeur du laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique de Paris.  
 
[..]
 
Travailler longtemps devient d'autant plus difficile que le travail n'est plus une fierté, estime François Desriaux.
 
"On ne demande pas aux gens de faire de la qualité, juste de faire efficace et rentable, donc ils finissent par avoir honte de ce qu'ils font", juge-t-il.  
 
[..]
 
"Ceux qui pâtissent des conditions de travail difficiles se taisent, ils sont dans l'impossibilité de verbaliser, de mettre dans le collectif", dit Laurence Théry, déléguée régionale de l'Agence régionale de l'amélioration des conditions de travail (Aract) en Picardie.


 
Vulgarisation par l'exemple
 
Prise en compte des gains de productivité
 

Citation :

- Actuellement, nous avons 10 actifs pour 4 retraités. Ils produisent 100. Cela fait donc 7 par personne (100 : 14)
- dans quarante ans, nous aurons 10 actifs pour 8 retraités. Ils produiront 200, soit 11 par personne (200 : 18).
 
En conclusion, grâce aux gains de productivité, on peut assurer plus de richesses avec moins d'actifs et plus de retraités.


 
Un peu d'économie...
 
Voir aussi cette intéressante contre-étude du rapport Cotis menée par des statisticiens de l'INSEE (dont M. Cotis est le directeur) qui montre les conséquences de certains choix dans les calculs afin de légitimer la baisse des salaires dans la valeur ajoutée et qui montre bien l'impact de la baisse des cotisations employeurs dans la valeur ajoutée passant de 18.5% en 1993 à moins de 16% de la valeur ajoutée en 2008 (voir page 15) même si l'évolution des salaires (en particulier pour les hauts revenus) a contrebalancé cette baisse au final.
http://www.oecd.org/dataoecd/32/17/45913469.pdf
 
Le rapport Cotis élude la question (page 46) :
"Depuis le milieu de la décennie 90 (figure 2.3), on observe, enfin, une légère inflexion des cotisations employeurs découlant de la mise en place des allègements de cotisations sociales. On peut s’interroger sur l’effet qu’a eu cette politique à la fois sur le partage de la valeur ajoutée et la dynamique des salaires. Un examen complet des effets de cette politique sortirait du cadre du présent rapport."
 
Public, privé : tout compte fait, des retraites comparables
 

Citation :

Les règles de calcul de la pension diffèrent selon le secteur. Les six derniers mois de salaire sont pris en compte (mais pas les primes, qui représentent en moyenne 30 % de la rémunération) pour la fonction publique, les 25 « meilleures années » (primes incluses) pour les salariés du privé. Pour autant, à l’arrivée, « les niveaux de pensions sont sensiblement égaux pour des salaires et des carrières comparables », souligne Gérard Rodriguez, conseiller confédéral de la CGT. La retraite moyenne, tous régimes confondus, s’élève à 1 301 euros. Dans la fonction publique territoriale et hospitalière, elle atteint un niveau voisin (1 227 euros). Si elle est en revanche sensiblement plus élevée pour les fonctionnaires d’État (1 767 euros), c’est, surtout, du fait de la présence parmi eux d’une forte proportion de cadres. Le Conseil d’orientation des retraites (COR), dans son dernier rapport (janvier 2013), observe : « Malgré des règles différentes de calcul des pensions, les taux de remplacement (du salaire par la pension – NDLR) médians des salaires du secteur privé et du secteur public sont proches (respectivement 74,5 % et 75,2 %). » Modifier le mode de calcul de la pension des fonctionnaires en prenant en compte les dix « meilleures années » représenterait un coup très dur : une baisse de 6 à 10 % de la retraite, selon la catégorie à laquelle ils appartiennent, a calculé l’UGFF-CGT.


 
On voit bien sur ce graphique que les fonctionnaires territoriaux (la majorité des fonctionnaires en France) est très proche du régime général :
 
http://i-cms.journaldunet.com/image_cms/original/1635262-la-retraite-moyenne-en-france-1-256-euros-par-mois.jpg
 
Liens
 
Bernard Friot : Financement des retraites : l’enjeu des cotisations patronales
Martine Bulard : Retraites, idées fausses et vrais enjeux
Robert Castel : La retraite est le droit social par excellence
 
http://www.retraites-2010.fr
http://www.juritravail.com/Actuali [...] te/Id/1018
http://www.filoche.net/2010/05/29/ [...] ai-a-13-h/
http://www.acrimed.org/article3404.html
http://www.pratique.fr/retraite-ba [...] ciale.html
http://finances.fr.msn.com/communa [...] =151567328
http://www.liberation.fr/economie/ [...] nutilement
http://www.retraite.net/retraite-artisans,d2-4.html
http://www.insee.fr/fr/themes/docu [...] _id=ip1201
http://www.alternatives-economique [...] 31485.html
http://alternatives-economiques.fr [...] retraites/
http://www.monde-diplomatique.fr/2 [...] IBEY/19183
http://www.senat.fr/rap/l09-090-5/l09-090-52.html
http://dechiffrages.blog.lemonde.f [...] ensionnee/
http://www.lemonde.fr/idees/articl [...] _3232.html
http://tempsreel.nouvelobs.com/act [...] aites.html
Et si le grand gagnant c'était guillaume et le privé ? http://forum.hardware.fr/hfr/Discu [...] #t24346206
La retraite par capitalisation peut ne pas fonctionner... http://caderange.canalblog.com/arc [...] 44951.html
La défaite de la retraite par capitalisation : http://www.lesmotsontunsens.com/10 [...] te-us-3585
http://www.abcbourse.com/analyses/ [...] s-503.aspx
Fonctionnement caisse de retraites des fonctionnaires : http://forum.hardware.fr/hfr/Discu [...] #t24361858
Solidarité entre les caisses : http://forum.hardware.fr/hfr/Discu [...] #t24361919
http://www.alternativelibertaire.o [...] rticle3528
Les nouveaux fonds de pension, la face cachée de la réforme des retraites : http://ownipolitics.com/2010/10/29 [...] t-epargne/
Explication du système de retraites par répartition par Étienne Chouard : http://www.youtube.com/watch?v=mmcCMzxBs-E
 
A compléter.
 
AGFF : http://forum.hardware.fr/hfr/Discu [...] #t24341041
Un déficit assez léger : http://forum.hardware.fr/hfr/Discu [...] #t24443563

Message cité 1 fois
Message édité par W0r1dIndu5tri35 le 08-09-2013 à 14:14:54

---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
mood
Publicité
Posté le 28-05-2010 à 01:43:23  profilanswer
 

n°22749518
elfe_erran​t
A consommer avec modération
Posté le 28-05-2010 à 14:37:53  profilanswer
 

Drapal [:pierrot le rouge]

 

Une question : si cette histoire d'espérance de vie est la clé du truc, pour des raisons d'égalité, parité et autres trucs à la mode, on pourrait aussi faire travailler les femmes un peu plus longtemps que les hommes, non ? :o

Message cité 3 fois
Message édité par elfe_errant le 28-05-2010 à 14:55:38
n°22749690
eviltyler
ex-Consultant Hippie
Posté le 28-05-2010 à 14:48:02  profilanswer
 

[:michrone]


---------------
More GG, more skill
n°22749698
eviltyler
ex-Consultant Hippie
Posté le 28-05-2010 à 14:48:28  profilanswer
 

elfe_errant a écrit :

Une question : si cet histoire d'espérance de vie est la clé du truc, pour des raisons d'égalité, parité et autres trucs à la mode, on pourrait aussi faire travailler les femmes un peu plus longtemps que les hommes, non ? :o


 
J'y ai pensé aussi  :o


---------------
More GG, more skill
n°22749948
E-Nyar
I ain't no nice guy after all
Posté le 28-05-2010 à 15:05:39  profilanswer
 

Privatiser le système de retraite comme ça aura enfin des p'tits vieux qui te disent "Bonjour Monsieur/Madame" à l'entrée des magasins plutôt qu'à te niquer les genoux avec leur caddie, qui te mettent les courses dans le sacs plutôt que mettre 3 plombes à la caisse pour chercher les pièces de 1 cent, qui te servent ton Mac Do avec le sourire plutôt que te faire chier à la boulangerie parce qu'ils veulent une baguette bien cuite mais pas trop, pas celle là, l'autre, des p'tits vieux qui te distribue les journaux plutôt que rien branler au parc sur le thème de "c'était mieux avant", au moins là ils seront au courant des progrès de la Civilisation.

 

Ça leur apprendra à avoir profité du système aussi longtemps sans vouloir crever jeune :o

Message cité 1 fois
Message édité par E-Nyar le 28-05-2010 à 15:06:02

---------------
Don't fuck me, I'm anonymous.
n°22750238
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 28-05-2010 à 15:23:24  profilanswer
 

E-Nyar a écrit :

Privatiser le système de retraite comme ça aura enfin des p'tits vieux qui te disent "Bonjour Monsieur/Madame" à l'entrée des magasins plutôt qu'à te niquer les genoux avec leur caddie, qui te mettent les courses dans le sacs plutôt que mettre 3 plombes à la caisse pour chercher les pièces de 1 cent, qui te servent ton Mac Do avec le sourire plutôt que te faire chier à la boulangerie parce qu'ils veulent une baguette bien cuite mais pas trop, pas celle là, l'autre, des p'tits vieux qui te distribue les journaux plutôt que rien branler au parc sur le thème de "c'était mieux avant", au moins là ils seront au courant des progrès de la Civilisation.  
 
Ça leur apprendra à avoir profité du système aussi longtemps sans vouloir crever jeune :o


 
Quel est le rapport entre un système privatisé et la politesse ?
 
Et je rappele que les vieux d'aujourd'hui qui sont déjà à la retraite se foutent complétement du système de retraites qui va être mis en place pour les futurs vieux...


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
n°22751944
blazkowicz
Posté le 28-05-2010 à 17:27:31  profilanswer
 

dissoudre la banque centrale européenne et abroger le traité de Lisbonne, afin d'avoir une souveraineté démocratique sur cette question.

n°22751972
fastA
Monsieur Brillant, Lui Diamant
Posté le 28-05-2010 à 17:30:27  profilanswer
 

Parler de retraite actuellement équivaut pratiquement systématiquement à un arrêt complet de toute activité rémunérée.

 

Il faudrait faire des cessations progressives d'activités suivant le type de travail et réformer les caisses en conséquences.


Message édité par fastA le 28-05-2010 à 17:35:33

---------------
Plus les choses changent, plus elles restent les mêmes.
n°22752051
Quich'Man
No Fat...
Posté le 28-05-2010 à 17:38:06  profilanswer
 

déjà, ne plus parler d'age légal de départ qui est une aberration mais d'annuité.
 
Ensuite, augmenter les prélèvements sur les revenus du capital et surtout augmenter la durée de cotisation.  
 
Je suis stupéfait de voir que la droite et la gauche restent chacun de leur coté campé sur leurs positions respectives... sur un sujet primordial et urgent comme ca, il n'y a pas de place a l'ideologie.
 
Quant à créer de nouveaux régimes spéciaux sur la pénibilité, pourquoi pas mais on voit ce que les acquis donnent dans le temps quand ils doivent être réformés (cheminots...)

Message cité 3 fois
Message édité par Quich'Man le 28-05-2010 à 17:39:22
n°22752053
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 28-05-2010 à 17:38:14  profilanswer
 

J'ai mis à jour le premier post.  
 
Es-ce que certains veulent mettre à jours les propositions des différents partis ?


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
mood
Publicité
Posté le 28-05-2010 à 17:38:14  profilanswer
 

n°22752074
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 28-05-2010 à 17:40:10  profilanswer
 

Quich'Man a écrit :

augmenter la durée de cotisation.


 
Actuellement, l'âge moyen de fin des études est de 22 ans. La durée de cotisation est de 164 trimestres (41 ans). Donc un jeune moyen sortant de l'école en 2010 devra travailler jusqu'à 63 ans pour une retraite à taux plein.
 
Tu veux augmenter cette durée de cotisation de combien d'années supplémentaires ?


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
n°22752147
xilebo
noone
Posté le 28-05-2010 à 17:47:04  profilanswer
 

Est ce qu'il existe un classement par décile des pensions de retraités comme il existe pour les salariés ? Car j'ai l'impression qu'il y a un paquet de retraités qui gagnent pas grand chose quand même

n°22752155
xilebo
noone
Posté le 28-05-2010 à 17:47:56  profilanswer
 

W0r1dIndu5tri35 a écrit :


 
Actuellement, l'âge moyen de fin des études est de 22 ans. La durée de cotisation est de 164 trimestres (41 ans). Donc un jeune moyen sortant de l'école en 2010 devra travailler jusqu'à 63 ans pour une retraite à taux plein.
 
Tu veux augmenter cette durée de cotisation de combien d'années supplémentaires ?


 
 
A mettre en parallèle avec l'espérance de vie en bonne santé qui est aussi de 63 ans. Ce qui signifie qu'actuellement, en moyenne, on part à la retraite malade :o

n°22752258
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 28-05-2010 à 17:59:24  profilanswer
 

xilebo a écrit :


 
 
A mettre en parallèle avec l'espérance de vie en bonne santé qui est aussi de 63 ans.


 
Sources ? Car il me semble que c'est 69 ans.


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
n°22752293
xilebo
noone
Posté le 28-05-2010 à 18:02:59  profilanswer
 
n°22752294
Quich'Man
No Fat...
Posté le 28-05-2010 à 18:03:00  profilanswer
 

W0r1dIndu5tri35 a écrit :


 
Actuellement, l'âge moyen de fin des études est de 22 ans. La durée de cotisation est de 164 trimestres (41 ans). Donc un jeune moyen sortant de l'école en 2010 devra travailler jusqu'à 63 ans pour une retraite à taux plein.
 
Tu veux augmenter cette durée de cotisation de combien d'années supplémentaires ?


 
 
travailler jusqu'a 65 ans ne me choque pas... en général ceux qui font de longues études ont les metiers les moins pénibles... l'age legal n'a definitivement aucun sens.  
43 ans de cotisation me semble dans un 1er temps un bon compromis. :)

n°22752306
xilebo
noone
Posté le 28-05-2010 à 18:04:42  profilanswer
 

Quich'Man a écrit :


 
 
travailler jusqu'a 65 ans ne me choque pas... en général ceux qui font de longues études ont les metiers les moins pénibles... l'age legal n'a definitivement aucun sens.  
43 ans de cotisation me semble dans un 1er temps un bon compromis. :)


 
 
Qu'est ce qu'un métier non pénible ? Entre pénibilité physique et mentale (pour avoir testé les 2), je prends sans hésitation la première. Rien de plus dur à gérer que le stress. Et ca fait de sacrés dégâts.

n°22752317
Quich'Man
No Fat...
Posté le 28-05-2010 à 18:05:40  profilanswer
 

un tableau interessant sur l'age de depart a la retraite dans les pays de l'UE... on est bien le derniers pays à n'avoir encore rien réformé.
 
http://www.observatoire-retraites.org/index.php?id=102

Message cité 1 fois
Message édité par Quich'Man le 28-05-2010 à 18:08:09
n°22752329
Quich'Man
No Fat...
Posté le 28-05-2010 à 18:07:05  profilanswer
 

xilebo a écrit :


 
 
Qu'est ce qu'un métier non pénible ? Entre pénibilité physique et mentale (pour avoir testé les 2), je prends sans hésitation la première. Rien de plus dur à gérer que le stress. Et ca fait de sacrés dégâts.


 
 
pour en frequenter tous les jours au bureau, à poste égal, les plus agés sont bien souvent les moins stressés dans une entreprise : ils n'ont plus d'ambition et n'ont plus rien à prouver.

n°22752386
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 28-05-2010 à 18:14:06  profilanswer
 


 
Merci. C'est mis en first topic.
 
En fait, c'est pire que ce que je croyais...


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
n°22752395
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 28-05-2010 à 18:15:38  profilanswer
 

Quich'Man a écrit :

43 ans de cotisation me semble dans un 1er temps un bon compromis. :)


 
Pourquoi pas. Mais vu qu'il n'y a qu'une personne sur deux au travail après 55 ans et que ça se dégrade progressivement, à quoi cela sert à part faire pour 80% des retraités des retraites qui ne sont pas à taux plein ?
 
Penses-tu sincèrement que la majorité des travailleurs arriveront à travailler 43 ans sans période de chômage ?


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
n°22752477
blazkowicz
Posté le 28-05-2010 à 18:23:55  profilanswer
 

Quich'Man a écrit :

Je suis stupéfait de voir que la droite et la gauche restent chacun de leur coté campé sur leurs positions respectives... sur un sujet primordial et urgent comme ca, il n'y a pas de place a l'ideologie.

 

attention avec ça, le mal de notre temps c'est la dépolitisation.

 

es-tu conscient ne serait-ce que des propositions d'Angela Merkel, qui visent à imposer par la force les politiques budgétaires aux état récalcitrants.
c'est l'asservissement aux politiques orthodoxes décidées par les élites cosmopolites qui nous a conduit là où on est.

 

pour la retraite un léger ajustement de l'âge (passage à 62 ans et 42 ans de côtisations) ne me gênerait pas mais donnez leur la main, ils vous arracheront le bras. il faut garder à les esprits les autres possibilités (augmentation des recettes sociales) et ne pas oublier non plus la bonne santé de la démographie française.

 

de plus, je rejoins les commentaires comme quoi il ya du chômage de masse pour les vieux. sauf chez les politiciens, les avocats, banquiers et autres professions "intellectuelles supérieures", eux ils ont tout à y gagner.

 


après sur le moyen-long terme, je ne sais pas tellement comment doit devenir à la retraite. je pense qu'une décroissance de l'activité économique sera nécessaire (et se fera qu'on le veuille ou pas) à cause du passage à une économie post-pétrole ; à un moment donné il faudra que les revenus des vieux soient indexés sur la production des actifs, et non plus sur les revenus passés.

 

on peut donner des mesures non financières. par exemple un service civil obligatoire au cours du quel on doit s'occuper des vieux (aide de vie, lien social, activité physique ou intellectuelle)

Message cité 1 fois
Message édité par blazkowicz le 28-05-2010 à 18:37:06
n°22752490
Quich'Man
No Fat...
Posté le 28-05-2010 à 18:25:07  profilanswer
 

W0r1dIndu5tri35 a écrit :


 
Pourquoi pas. Mais vu qu'il n'y a qu'une personne sur deux au travail après 55 ans et que ça se dégrade progressivement, à quoi cela sert à part faire pour 80% des retraités des retraites qui ne sont pas à taux plein ?
 
Penses-tu sincèrement que la majorité des travailleurs arriveront à travailler 43 ans sans période de chômage ?


 
 
Une information que l'on oublie souvent : beaucoup de chomeurs de 55 ans et + ont du mal a trouver un nouveau job car les entreprises rechignent à intégrer et à former du personnel pour moins de 5 ans (puisque l'age legal est à 60). Dans le cas où le salarié travaillerait en moyenne jusqu'a 63 ans, on peut raisonnablement espérer que les entreprises deviennent moins frileuse de ce point de vue là.

n°22752577
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 28-05-2010 à 18:33:31  profilanswer
 

Quich'Man a écrit :

Une information que l'on oublie souvent : beaucoup de chomeurs de 55 ans et + ont du mal a trouver un nouveau job car les entreprises rechignent à intégrer et à former du personnel pour moins de 5 ans (puisque l'age legal est à 60). Dans le cas où le salarié travaillerait en moyenne jusqu'a 63 ans, on peut raisonnablement espérer que les entreprises deviennent moins frileuse de ce point de vue là.


 
Ouais, on peut espérer...
 
Cela étant, le principal frein n'est pas le coût d'une formation (les séniors sont souvent très expérimentés) mais plutôt le salaire. Un sénior coûte cher à l'entreprise.


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
n°22752897
IBTotoz
Posté le 28-05-2010 à 19:07:31  profilanswer
 

[:homdex]

n°22752967
dante2002
HEUUU NOOOOOOOOON
Posté le 28-05-2010 à 19:15:37  profilanswer
 

Drapal.
 
C'est un faux problème, si on élimine le chomage en arrêtant de faire des gateries au patronnat on éliminera pas la même occasion le problème des retraites...


---------------
Parce que le vote pour Emmanuel Macron n'est pas un vote de conviction mais une nécessité démocratique
n°22753028
blazkowicz
Posté le 28-05-2010 à 19:23:45  profilanswer
 


 
c'est un problème pour le jeune qui arrive déjà pas à se faire recruter en visant les boulots pour informaticien débutant à 18k€ bruts. :D

n°22757974
Quich'Man
No Fat...
Posté le 29-05-2010 à 08:36:32  profilanswer
 

dante2002 a écrit :

Drapal.
 
C'est un faux problème, si on élimine le chomage en arrêtant de faire des gateries au patronnat on éliminera pas la même occasion le problème des retraites...


 
 
comment on elimine le chomage ? c'est quoi les gateries au patronnat ?

n°22758101
moonboots
Posté le 29-05-2010 à 09:46:24  profilanswer
 

- récupérer la fraude fiscale, que ce soit nationalement ou dans la lutte contre les paradis fiscaux, 40 milliards d'euros
- mettre fin aux niches fiscales, 70 milliards d'euros
- arrêter de subventionner les grosses entreprises françaises, 65 milliards d'euros
- relever l'impôt sur le revenu sur les tranches élevées
- taxer les opérations financières
- taxer le capital
- revenir sur la baisse de la TVA dans la restauration, l'impôt sur les sociétés, etc...
- réduire le montant des retraites élevées
- etc, etc...

n°22758448
blazkowicz
Posté le 29-05-2010 à 11:09:18  profilanswer
 

cool. il ya de quoi mettre en place le revenu minimum d'existence comme ça :love:.
 
un tel système (garantie inconditionnelle de la survie et de la dignité) permettrait de simplifier fortement le système (suppression des RSA, prime pour l'emploi, allocation de parent isolé, suppression de l'alloc familiale aux 18 ans de l'enfant..)
 
et améliorer la santé et la productivité de la partie la plus basse de la population (en particulier jeune), permettant une explosion du bénévolat et de l'associatif.
 
ce qui est bénéfique encore, si certains s'emploient avec cette liberté à s'occuper des vieux.

n°22758715
el muchach​o
Comfortably Numb
Posté le 29-05-2010 à 12:03:56  profilanswer
 


Moi, je pense qu'il faut faire cotiser les retraités.
Tant qu'on fait cotiser les salariés, on sera du mauvais coté de la balance, parce que les retraités seront de plus en plus nombreux. On fait donc peser le poids des retraites sur les générations actives. Au fur et à mesure, ce poids va devenir de plus en plus lourd, ce qui signifie qu'il faudra augmenter les cotisations ==> réduction du pouvoir d'achat de la classe la plus dépensière ==> mauvais pour l'économie.
Donc il faut faire cotiser les retraités ayant les retraites les plus élevées.
Deux possibilités:
1. taxer le capital plus lourdement,
2. augmenter fortement leur contribution aux dépenses de santé, car ce sont les personnes âgées qui coûtent le plus cher à la sécu. Donc un pourcentage de remboursement des coûts de santé réduit en fonction de l'âge par exemple.

Message cité 1 fois
Message édité par el muchacho le 29-05-2010 à 12:22:43
n°22758722
anthrax79
The fixer
Posté le 29-05-2010 à 12:05:25  profilanswer
 

moonboots a écrit :

- récupérer la fraude fiscale, que ce soit nationalement ou dans la lutte contre les paradis fiscaux, 40 milliards d'euros
- mettre fin aux niches fiscales, 70 milliards d'euros
- arrêter de subventionner les grosses entreprises françaises, 65 milliards d'euros
- relever l'impôt sur le revenu sur les tranches élevées
- taxer les opérations financières
- taxer le capital
- revenir sur la baisse de la TVA dans la restauration, l'impôt sur les sociétés, etc...
- réduire le montant des retraites élevées
- etc, etc...


Avec bien moins que ça la retraite à 60 ans est "sauvée".
En réalité cette faillite annoncée n'est là que pour repousser la retraite à 65 ans, pour créer des tensions à l'embauche et réduire les salaires, pour augmenter les dividendes des actionnaires.
Par ailleurs c'est une occasion pour pousser leurs pions vers une retraite par capitalisation et rendre les français encore plus dépendants du capitalisme et des banques mondiales.
Il est impératif de se mobiliser pour bloquer le pouvoir du nain désormais ultra-minoritaire en France. L'UMP représente 27% des Français qui votent, soit 50% des électeurs potentiels, donc 13,5% des français. C'est ceux-là qui dictent actuellement encore avenir. Intolérable !

n°22758857
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 29-05-2010 à 12:24:21  profilanswer
 

dante2002 a écrit :

Drapal.
 
C'est un faux problème, si on élimine le chomage en arrêtant de faire des gateries au patronnat on éliminera pas la même occasion le problème des retraites...


 
Cela rejoint ceci :  
 

Citation :

1 million d’emplois à plein temps représentent 20 milliards d’euros de cotisations vieillesse de plus en moyenne


 
Et c'est pas faux que si on baisse le chômage, on a plus de problème de cotisations.


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
n°22758860
Zaib3k
Posté le 29-05-2010 à 12:24:36  profilanswer
 


 
 
purée !!! mais c'est le truc auquel je pense depuis longtemps. Enfin qq1 qui pense comme moi  [:emerveille] le smic pour tous et le différentiel de "pouvoir d'achat" durant la vie active pour mieux vivre et/ou préparer le complément de revenu.

n°22758892
W0r1dIndu5​tri35
Posté le 29-05-2010 à 12:27:57  profilanswer
 

anthrax79 a écrit :


Avec bien moins que ça la retraite à 60 ans est "sauvée".


 
La retraite à 60 ans n'existe plus pour grand monde.  
 
- Age moyen de fin des études : 22 ans,
- Durée de cotisation : 41 ans.
- Espérence de vie en bonne santé : 64 ans.
- Nombre de mois de chômage en 41 ans de travail ?
 
Au final, pour une personne moyenne, elle prend sa retraite quand commence les problèmes de santé...


---------------
Les libéraux ne cherchent pas à sortir de la crise ; juste à en profiter
n°22758895
el muchach​o
Comfortably Numb
Posté le 29-05-2010 à 12:28:00  profilanswer
 


Je te cite: "L'idéal serait de faire admettre aux salariés en place, via une modification du code du travail, qu'on peut baisser leur rémunération quand ils vieillissent."

 

Ca ne revient pas aussi à une rupture du principe d'équité ? Sauf que tu proposes de réduire la rémunération en fonction de l'âge, je propose de réduire les remboursements de santé en fonction de l'âge (parce que je considère qu'il n'est pas d'un grand intérêt de maintenir en vie le plus longtemps possible un mourant aux frais de la société).
Je suis plutôt de l'avis que les plus riches doivent plus cotiser aux frais de santé, parce qu'il n'y a pas de risque de voir leur capital partir ailleurs, cotnrairement à l'imposition du capital. Un vieillard qui veut se faire soigner le fera en France ou ailleurs, mais s'il va ailleurs, il coûtera ailleurs, et pas aux hopitaux français.
Du coup, pas de risque de chantage à la fuite fiscale.

Message cité 1 fois
Message édité par el muchacho le 29-05-2010 à 12:29:16
n°22758900
foupou
Je l'affirme donc tu la fermes
Posté le 29-05-2010 à 12:28:25  profilanswer
 

Zaib3k a écrit :


 
 
purée !!! mais c'est le truc auquel je pense depuis longtemps. Enfin qq1 qui pense comme moi  [:emerveille] le smic pour tous et le différentiel de "pouvoir d'achat" durant la vie active pour mieux vivre et/ou préparer le complément de revenu.


Combien de personnes serait prête à ce qu'on leur prenne 5000€ ou plus sur leur salaire pendant toutes leur carrière pour avoir une retraite de 1000€ ?

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  108  109  110  111  112  113
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Politique

  [Topic Unique] Financement du système des retraites par répartition

 

Sujets relatifs
[TOPIC UNIQUE] World War Zreforme des retraites et départ a 60 ans
• Sécurité sociale & Complémentaires/Mutuelles • Besoin d'vos retours![Topic Unique] FLY - Le topic des pauvres du design
[Topic unique] La polygamie[sujet unique] bon vivant
[Topic unique] Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec 
Plus de sujets relatifs à : [Topic Unique] Financement du système des retraites par répartition



Copyright © 1997-2016 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR