Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Shop Recherche
1069 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Arts & Lecture

  [Topic Ecriture] Sujet 6 : Résultats

 


 

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4
Page Précédente
Auteur Sujet :

[Topic Ecriture] Sujet 6 : Résultats

n°3394582
yulara
Byte Hunter
Posté le 05-08-2004 à 14:48:20  profilanswer
 

Sujet n°6 a écrit :

Quelqu'un se regarde dans un miroir, decrivez ce qu'il voit.



Participations :


 
----- RESULTATS ----------------------------------------------------------------------------

Principe de Fonctionnement a écrit :

Un membre post un court extrait de roman ou une description de scène, ceux qui le souhaitent peuvent remodeler le sujet à leur idée, avec leur style, en collant ou non de près au sujet de départ (entre 20 et 40 lignes).  
 
Vous pouvez soumettre un texte entre le moment ou le sujet est proposé et le moment ou le vote est ouvert pour ce sujet (le vendredi suivant).
 
Pour poster, mettez votre texte dans les balises citation :
 

Sujet <n°sujet> - <votre pseudo> a écrit :

 
<votre texte
 ...
 fin du texte>







Message édité par yulara le 19-09-2004 à 20:09:54

---------------
Quizz'n'Blind pour tester vos connaissances
mood
Publicité
Posté le 05-08-2004 à 14:48:20  profilanswer
 

n°3400274
E-Nyar
I ain't no nice guy after all
Posté le 06-08-2004 à 10:50:11  profilanswer
 

Aloïs ouvrit la porte de son appartement. Sans même prendre la peine d’allumer la lumière il jeta négligemment ses clés sur la guérite de l’entrée tout en se dirigeant vers le salon. Arrivé au salon, la faible lumière du lampadaire dans la rue lui permis de se diriger vers la salle de bain à travers le capharnaüm qu’était devenue sa chambre.
 
Il alluma les spots pour éclairer le miroir au-dessus du lavabo et commença à contempler l’image qui se présentait à lui. Il resta interloqué un moment puis ses yeux commencèrent à décrypter son reflet.  
 
Ce qui le frappa en premier étaient les petites cicatrices et les hématomes tirant sur le vert qui parsemaient tout son visage, on se serait presque cru devant un portrait de la période cubiste de Picasso. Le doc a dit que ça disparaîtrait dans peu de temps et y’avait plutôt intérêt que ce soit le cas, sinon le doc aurait droit au portrait période casse-brique d’Aloïs.
 
Aloïs continua scrupuleusement son inspection. Il passa ses doigts sur ses lèvres autrefois fines et bien dessinées qui étaient devenues charnues et tuméfiées. Il descendit vers le menton pour y découvrir une fossette. Il fit glisser sa main vers les pommettes saillantes et le nez aplatit « de boxeur ». Il esquissa un sourire, se disant qu’il était plus trafiqué que les voitures qu’il conduisait d’habitude, avant que les points de suture ne se rappellent à son bon souvenir.
 
Il s’arrêta et fixa le miroir, inquiet, en ce demandant ce qu’il y avait encore d’origine. Les rides sur son front avaient disparu, les sourcils avaient été remontés, les paupières retendues… Il avait dû perdre quelques kilos aussi, il semblait plus jeune… Non, rien ne lui rappelait son ancien visage.  Il commença à avoir une sensation étrange, comme si ce qu’il voyait n’était pas lui, comme s’il regardait le portrait d’un autre; ce qui n’était pas tout à fait faux en soit.
Il se calma et esquissa un sourire. C’était bien lui, il le savait, le regard qui le fixait dans le miroir ne pouvait être qu’à lui, même si la couleur des yeux avait changé, il se reconnut.
 
Enfin soulagé, il éteignit les spots en se disant qu’il vérifierait à deux fois avant de retirer sa cagoule en sortant d’un casse… Un touriste, un simple touriste avec un appareil photo et son ancien visage tapissait les murs déjà bien chargés des commissariats.
 
Ils n’avaient pas fini de chercher.


Message édité par E-Nyar le 11-08-2004 à 10:51:28

---------------
Don't fuck me, I'm anonymous.
n°3400293
Coethium
Galaxia
Posté le 06-08-2004 à 10:52:50  profilanswer
 

sujet 6 ? y'a eu le 5 ?
Sinon bah je tombe par hasard sur ce topic :/ Faudrait au moins donner le lien dans l'ancien topic (celui dans lequel on a tous un drapeau bleu)


---------------
Exclusif, internement gratuit. Venez exprimer vos névroses psychotiques dans une ambiance décontractée.
n°3400439
yulara
Byte Hunter
Posté le 06-08-2004 à 11:13:00  profilanswer
 

il y est, mais seabee n'etant pas là, on peut pas le mettre dans le premier post :/


---------------
Quizz'n'Blind pour tester vos connaissances
n°3400450
Coethium
Galaxia
Posté le 06-08-2004 à 11:14:19  profilanswer
 

ha, donc j'ai perdu le drapeau bleu en plus ? grrr.
et le sujet 5 alors ? y'a eu ?


---------------
Exclusif, internement gratuit. Venez exprimer vos névroses psychotiques dans une ambiance décontractée.
n°3400481
yulara
Byte Hunter
Posté le 06-08-2004 à 11:17:24  profilanswer
 

bah vui, les votes sont en cours :lol:
 
ici: http://forum.hardware.fr/hardwaref [...] 2383-1.htm


Message édité par yulara le 06-08-2004 à 11:23:15

---------------
Quizz'n'Blind pour tester vos connaissances
n°3400562
Coethium
Galaxia
Posté le 06-08-2004 à 11:25:35  profilanswer
 

ha merde, je l'avais vu en plus ce sujet... j'ai oublié ensuite :sweat:


---------------
Exclusif, internement gratuit. Venez exprimer vos névroses psychotiques dans une ambiance décontractée.
n°3400713
tristanf
RIP Rostro
Posté le 06-08-2004 à 12:45:45  profilanswer
 

coethium a écrit :

ha merde, je l'avais vu en plus ce sujet... j'ai oublié ensuite :sweat:

[:justeleblanc]


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3400732
MickeyNox
chui plus là
Posté le 06-08-2004 à 12:48:56  profilanswer
 

moi

n°3401011
tristanf
RIP Rostro
Posté le 06-08-2004 à 13:37:22  profilanswer
 

maycaysupaÿhr...

mood
Publicité
Posté le 06-08-2004 à 13:37:22  profilanswer
 

n°3401320
yulara
Byte Hunter
Posté le 06-08-2004 à 14:16:41  profilanswer
 

bon, il est un peu court, mais je vois pas comment le rallonger...

Sujet 6 - yulara a écrit :

Comme tous les soirs, après avoir passé ses vêtements de nuit, elle avait pris place devant sa coiffeuse. Elle ôta lentement, un à un, tous ses bijoux, les posant chacun à la place qui leur était assignée. Au fil des années, ce moment était devenu un rituel, un rituel sans lequel elle ne pouvait plus trouver le sommeil. C'était son moment à elle, le moment où elle pouvait se perdre dans ses pensées sans crainte d'être dérangée.
 
Machinalement, elle prit la brosse en poil de sanglier et commença à coiffer avec une infinie douceur ses cheveux. Ils avaient toujours été sa fierté. Il fut un temps où ils étaient d'un noir soyeux, reflétant le moindre rayon de lumière. C'est en partie grâce à eux qu'elle avait pu conquérir le coeur de celui qu'elle aimait.
 
Le miroir lui renvoya son sourire nostalgique. Il en était toujours ainsi lorsqu'elle pensait à lui. Les quelques années qu'ils avaient passées ensemble, comptaient parmi les plus belles de sa vie. Il avait été son plus grand amour, celui qui avait tout bouleversé. Pour lui, elle serait allée au bout du monde. C'est d'ailleurs ce qu'elle avait fait. Effleurant la petite cicatrice qui ornait son front, elle se remémora cet atterrissage calamiteux à Casablanca... Ils se croyaient invincibles à cette époque, ivresse de la jeunesse les emplissant d’insouciance, mais ils avaient pourtant failli mourir ce jour-là... Partir ensemble, ne jamais être séparé de lui, c'est ce qu'elle aurait souhaité.
 
Le visage qui se reflétait devant elle, semblait vouloir lui montrer son désaccord. Elle s'attarda devant cette image marquée par les années. Chaque ride était là pour lui rappeler ce qu'elle avait vécu depuis qu'il l'avait quitté: ce vide immense comme si on lui avait arracher le coeur, une grossesse difficile, un fils qui lui avait redonné goût à la vie, un mariage somme toute agréable, une belle-fille supportable, des petits-enfants qui prenaient encore soin d’elle, même aujourd’hui, la perte de son fils en Indochine, puis celle de son mari quelques années plus tard, des arrières petits-enfants avides de connaître son passé mouvementé,...
 
Elle sourit affectueusement à son reflet. Oui, elle avait eu une belle vie, belle et parfois dure, comme le siècle qu’elle venait de traverser. Elle n'en changerait pour rien au monde. Apaisée, elle posa la brosse, se leva et alla se coucher. Demain serait un autre jour... probablement magnifique...




---------------
Quizz'n'Blind pour tester vos connaissances
n°3401383
Moktar1er
No one replies...
Posté le 06-08-2004 à 14:24:42  profilanswer
 

Sujet 6 - moktar1er a écrit :

 
Deux.
Deux, il y a deux choses qui bougent ici.
Deux, il y a moi et mon reflet, né de la lumière.
Deux lumières, celle du plafond et du soleil, projecteurs qui me mettent en avant.
Deux, moi et mon instantané, portrait de mercure, réalisé par cet artiste de verre et de métal que j'ai devant.
Deux, et je suis fier de ce que je vois, j'aime cet homme que je ne connais que trop, ce qu'il est et sa réussite, il est le bien.
Deux, et je sais aussi ce que je n'aime pas chez lui, je connais son intèrieur et ses craintes, il est aussi le mal.
Deux, il est un et deux en même temps.
Deux, il est un et pourtant nous sommes deux dans cette pièce, schizophrénie du reflet.
Deux, il y a un personnage de trop ici, un connu et un inconnu.
Deux, et un inconnu que je regarde, qui me fait peur.
Deux, et je m'interroge sur lui: qui est-il?
Deux, ce deuxième là est mon improbable, mon impensable, mon passé et mon futur, mon aujourd'hui, mon lendemain.
Deux, un deuxième moi, face à moi, que je ne peux que regarder.
Deux, j'ai peur de regarder devant.
Deux, devant est mon futur et mon inconnu, je n'aime pas ça, et je le craint.




 
A l'idée du miroir je pensais que j'allais finalement faire un truc hyper glauque, sombre... finalement c'est potable ouf!

n°3402232
Profil sup​primé
Posté le 06-08-2004 à 16:04:51  answer
 

sujet 6 - Quelqu'un se regarde dans un miroir, decrivez ce qu'il voit. a écrit :

Je sens sa présence. Il est là. Je me regarde en train d'essayer de le voir. Je suis mon propre voyeur. Me regarde-t-il dans les yeux ? Cherche-t-il parmi les flics qui ont pris la pose à mes côtés ? M'a-t-il désigné du doigt ? Est-il seulement dans la pièce ? Pour toute réponse, une putain de glace sans tain me renvoie une image colorée du couloir étroit où nous nous entassons avant de nous mettre en ligne. Ca y est, comme à la télé, nous tenons les cartons numérotés dans les mains, j'ai l'impression d'être un animal de foire. Une goutte de sueur perle sur ma tempe. Ne pas montrer que je suis celui qu'il cherche du regard, ne rien montrer d'anormal, ne rien montrer. Je suis là, parmi d'autres personnes qui ont sans aucun doute tout un tas de trucs pas nets à se reprocher, eux aussi pourraient être reconnus... je cherche à m'en convaincre sans y parvenir. Ces cons sont détendus, forcément, ils n'ont pas flingué 15 personnes dans un braco foireux. Paraître détendu ? Impossible, j'ai déjà du mal à ne pas me ruer sur cette vitre, passer mes mains au travers et broyer le cou de ce foutu témoin.
 
Les minutes passent, longues et denses.
 
"C'est fini" annonce abruptement une voix dans un haut-parleur. Les discussions reprennent alors autour de moi, les flics rigolent entre eux, et moi je ne sais toujours pas ce qui s'est passé, 30 ans de ma vie sont en jeu et rien ne semble changé, la Terre continue de tourner et moi je suis là, désespéré et bouillant, ça fait trop longtemps que j'encaisse...
 
Je me vois alors me rapprocher comme un fou furieux de la vitre opaque et tambouriner poing de chair contre poing de verre en hurlant des menaces, comme si mes cris pouvaient percer la barrière que mes coups ébranlent à peine.
 
Je me retrouve dans un bureau, menotté. La crise est passée, je n'en reviens toujours pas. C'était comme dans la banque, un démon s'est emparé de moi. Comment leur expliquer ça ? Le flic qui m'a interrogé depuis le début de la garde-à-vue entre.
 
"- Ca y est tu t'es calmé ?
- Mmmh.
- T'as joué au con et t'as gagné... tu réfléchis des fois avant de faire tes conneries ?
- ...
- Le témoin t'avait pas reconnu avant que tu nous fasses ta petite crise d'hystérie. DTC, si je peux me permettre.
- Hein ?
- Blague de nerdz, laisse tomber.



Message édité par Profil supprimé le 06-08-2004 à 16:06:10
n°3402354
tristanf
RIP Rostro
Posté le 06-08-2004 à 16:19:01  profilanswer
 

[:twixy] la fin

n°3402406
Profil sup​primé
Posté le 06-08-2004 à 16:26:22  answer
 

:whistle:

n°3403597
Morpion co​smique
acarien à cirer
Posté le 06-08-2004 à 18:52:23  profilanswer
 

Ce thème était trop bizarre pour que je puisse placer un récit dans un contexte historique. Cela dit j'ai quand même réussi à trouver quelque chose. Peut-être apprécirez-vous...
 

Citation :

Sujet 6  Morpion Cosmique
 
Laisse-moi te conter une histoire sur la vanité et l’orgueil.
 
   Narcisse allait de par le monde. A cette époque l’homme n’était rien, pas même poussière. Les dieux régnaient seuls sur la création. Leurs vies immortelles étaient rythmées par la guerre et la paix, par la haine et l’amour. Ainsi donc allait le divin Narcisse, fruit des amours de la nymphe Liliopé et du dieu-fleuve Céphise. Il était le plus bel enfant des dieux que cette époque bénie n’ait jamais porté. Sa beauté n’était en rien comparable à celle dont parfois la vie dote certains hommes et qui finit toujours par se faner. Elle était aussi éclatante que l’astre du jour à son zénith, aussi inaccessible que le sommet de la plus haute montagne, aussi douce que la caresse d’une brise printanière et aussi enivrante que la plus envoûtante des senteurs. Sa beauté surpassait même celle des plus séduisants dieux de l’Olympe.  
 
   Un tel éclat attirait irrésistiblement ses divins semblables comme une flamme captive le papillon de nuit. Mais Narcisse restait insensible aux sentiments d’amour qu’il faisait naître autour de lui. Hautain et orgueilleux, il rejeta avec mépris la Nymphe Echo qui éprouvait pour lui une muette adoration. L’amoureuse préféra abandonner sa condition immortelle et embrasser la mort plutôt que de vivre éternellement dans la douleur.
 
   Indignées, ses sœurs se plaignirent à leur maîtresse Némésis qui décida de châtier tant d’égoïsme et d’indifférence. Au cour d’une chasse, la sombre déesse poussa le jeune homme à se désaltérer dans une fontaine. Ce dernier s’éprit alors follement de son visage dont les ondes lui renvoyaient le reflet. Comment ne pas tomber amoureux de tant de beauté, de tant de grâce ? Ce visage aux traits si magnifiques était un tel appel à l’amour que Narcisse était incapable de s’en détacher. Nul autre chose ne pourrait plus jamais avoir la faveur de son regard. Il resterait là à contempler à jamais ce tableau plus merveilleux que la Création et pleurerait pour l’éternité de ne pouvoir l’atteindre.
 
Connais-tu le nom de cette fleur qui prend racine au bord de l’eau, qui s’y reflète à la belle saison et qui dépérit à l’automne ?


 
 
 
 
la réponse commence par un N  ;)

n°3403920
tristanf
RIP Rostro
Posté le 06-08-2004 à 19:56:58  profilanswer
 

hum... [:gratgrat] nénuphar ?
:whistle:

n°3406224
Infi888
Intermittent des forums
Posté le 07-08-2004 à 02:52:34  profilanswer
 

Je sais c'est long. Mais du au temps passé dessus, merci de ne pas m'en faire la critique : c'est voulu :). Si vous arrivé au bout sans être rebutté, alors ça me fera déjà plaisir  [:westlake]  
 

Sujet <n°6> - <Infi888> a écrit :

 
Un magnifique miroir ! Oui ce qu’il manquait à mon appartement c’était un grand miroir en bois sculpté à mettre dans mon salon. Je le voyais déjà posté fièrement sur le mur, délivrant à la pièce un surplus d’espace et de lumière qui lui faisait pour l’instant défaut.
 
Pendant des mois j’avais écumé les antiquaires et les puces pour trouver ce miroir idéal, celui qui se fondrait parfaitement dans l’ambiance que je créais peu à peu chez moi depuis mon emménagement. Bien sur, cela n’avait pas été facile, beaucoup de ceux qui m’avaient été proposé n’avaient aucune âme, paraissaient désespérément plat et grossier ou pire, présentaient des marques et fêlures disgracieuses. Bien sur cela n’affectait en rien leur prix, qui frisait l’obscénité la plus complète, malgré les dénégations pathétiques de leur propriétaire. Puis lassé de ces babillages commerciaux je me suis tourné vers les particuliers en espérant les délester d’une merveille que j’aurais été le premier à percevoir.
 
Grand bien m’en pris, car quelques jours plus tard, suite à une laconique annonce dans un journal local, je visualisais depuis ma voiture, une vieille bâtisse du début du siècle, encadrée de quelques bocages et marais, qui devait contenir l’objet de toutes mes attentes. Je me souviens que l’endroit m’avait fait forte impression. De vieux volet en bois, noircis par les intempéries et le temps, formaient de sombres yeux, à une façade dont la pierre s’effritait peu à peu à travers le lierre et autres plantes grimpantes. Malgré cela et l’abandon manifeste que supportait tout les jardins de la propriété, il se dégageait de l’endroit une résistance incongrus envers l’adversité : une volonté de survie indéniable. Alors que tout aurait du depuis longtemps avoir rejoint le sol, l’ensemble semblait figé dans un éternel instant de décrépitude .
Quelques minutes m’avaient été nécessaires, pour surpasser la légère appréhension que je sentais naître dans ma nuque et pour frapper à la porte d’une maison que je n’imaginais pas habitée. Pourtant je n’eu guère l’occasion d’attendre pour entendre grincer les gonds de la porte et se présenter à moi le maître des lieux. Loin d’être le pendant humain d’un tel endroit, gothique et sombre, ce gentil-homme connu sous le nom de Lancaster, ressemblait à un parfait VRP de boite informatique : souriant et amical. Il me fit entrer chez lui après m’avoir présenté une main vigoureuse et m’avoir assuré que mes espoirs seraient comblés dans leur totalité. Quelque peu échaudé par mes précédentes expériences, je restais coi et un peu distant face à tant de bonhomie.
 
Une odeur de renfermé frappa mes narines tandis que je pénétrais avec circonspection dans ce lieu lugubre et sombre, a tel point que je doutais sincèrement que mon hôte y ai vécu ne serait ce quelques jours. C’est en m’emmenant voir le miroir qu’il comptait me céder, que mes déductions furent confirmées : l’endroit lui avait été légué par un parent éloigné, mort dans des circonstances étranges après un séjour dans un hôpital psychiatrique, et il souhaitait le vider avant de mettre définitivement à bas un lieu auquel il n’avait jamais pu s’habituer.
 
L’ensemble des meubles était couvert d’un linceul de poussière et les toiles d’araignée s’étendaient agressivement à chaque endroit où c’était possible. Des meubles, encore couvert d’un voile de coton blanc, encombraient un espace déjà bien chargé, nous forçant à maintes détours pour atteindre la porte qu’il souhaitait me faire franchir. Etrangement celle ci dénotait du reste par son noir de geai et surtout son état particulièrement bien conservé. On aurait dit qu’elle avait été rajoutée ou plutôt remplacée récemment, même si les quelques décorations qui ornaient ses extrémités s’intégraient parfaitement dans l’ensemble du couloir où nous nous trouvions.
 
Malgré mon éternel sang froid, et tous l’intérêt que je pouvais trouver à cette singulière expérience, l’idée de franchir ce seuil ne me paraissait pas une très bonne idée. Après coup je me rends compte que c’est grâce à Mr Lancaster et le fait que tout du long il me faisait la conversation que je pu franchir cette obstacle sans prétexter un quelconque contre temps pour quitter au plus vite un lieu qui me donnait la chair de poule.
 
Mais encore une fois je ne regrette rien. Derrière se trouvaient de long escaliers plongeant avidement dans les ténèbres. Après quelques trébuchements, ceux ci nous menèrent dans une vaste cave éclairée par une faible lampe qui diffusait chichement sa luminosité à nos yeux fatigués de tant d’obscurité. Mon cœur se figea lorsque je remarquais au milieu de la pièce totalement nue, un imposant miroir adossé à un mur dont le papier peint tombait depuis longtemps en longs copeaux sur le sol. Si mes espoirs avaient pris une forme, ce miroir l’aurait symbolisée à la perfection.
 
Sa surface était d’une luminosité et d’une perfection à peine croyable, considérant l’état du reste de la maison. Mon image se reflétait sans la moindre déformation ni artefact. Et lorsque je m’approchais sentencieusement de l’endroit où il reposait je le voyais déjà chez moi à la place d’honneur que sa prestance autorisait. Arrivé suffisamment près pour en discerner les détails, je fis glisser ma main le long du cadre. Le bois était sculpté et ne présentait pas la moindre marque de l’emprise du temps. Ni tache ni griffures n’entachaient les motifs complexes qui ornaient son pourtour. Difficile d’en décrire les formes, mais elles me semblaient sorties du bois avec talent. Un instant j’ai craints qu’on ne m’ai dupé. Comment un tel miroir pouvait-il être aussi vieux que la maison sans en porter les stigmates ? Mais j’étais trop heureux de mettre fin à ma quête pour porter plus avant mes réflexions. Ce mètre soixante de miroir devait m’appartenir quel qu’en soit le prix.
C’est avec étonnement non feint qu’il me le céda pour une somme tout ce qu’il y a de plus modique pour un tel ouvrage. Bien qu’incongrue, je louais ma bonne étoile.
 
Trois jours plus tard, le temps de m’organiser et de procéder à quelques aménagements, le miroir ouvrait dans mon salon, une nouvelle porte.
 
Mes amis, tout du moins ceux qui avaient répondus avec intérêt à ma recherche, furent invités pour admirer l’objet de toutes mes attentions. Ils ne tarissaient plus déloges, que dis je, ils ne tarissent plus d’éloges puisqu’il s’agit de la soirée qui se déroule à présent. Chacun tourne, discute et grignote en lançant des regard intéressés vers la surface réfléchissante du miroir. Chacun me l’envie car tous savent à quel point il est difficile de trouver un bon miroir à notre époque. Aujourd’hui, fi du bois, seul le plastique sans âme encadre les quelques productions de pacotille que l’on peut encore acheter.
 
Pierre, un ami d’enfance vient me rejoindre fumer un cigare sur le canapé. De mes amis, c’est celui qui m’a le plus suivit dans mes pérégrinations. Par soleil ou par les pires intempéries, je l’ai sollicité dans la recherche du miroir. De façon incompréhensible, il semble mal à l’aise et malgré les félicitations qu’il adresse à mon flair, je sens que quelque chose ne va pas. Il ne tarde pas à me dire que mon miroir lui donne une mauvaise impression. Il finit même par me dire qu’il trouve que certaines sculptures du cadre ressemblent à des visages grimaçants. Je me moque gentiment de lui, mais il ne veut pas en démordre, allant jusqu’à dire que ce miroir doit être maudit. Lassé de ses simagrées ou de sa jalousie, je me lève pour reprendre un verre, le laissant seul avec ses fantômes.
 
Passé deux heures du matin la totalité des invités a fuit le théâtre des festivités, me laissant seul dans les décombres de la réussite. La fatigue me prenant, j’éteint la lumière du salon et m’affale quelques instant sur le canapé qui fait face au miroir. J’aime me regarder et détailler la pureté de mes traits. Je suis narcissique et j’ai les moyens de l’être, ce qui a toujours rendu chaque surface réfléchissante plus intéressant que son alter ego mat. Certains bons observateurs, se rendent compte que tout chez moi est clinquant et brillant, mais ils ne savent pas quel plaisir est le mien lorsque je retrouve mon visage sur chaque surface que je contemple.
 
J’en suis à ce degré d’introspection lorsque le miroir informe le coin de mon œil que ma chambre est toujours allumée. Je prends appuis sur mon coude pour me détacher de mon agréable fauteuil en cuir et me dirige d’un pas rapide vers le couloir. Quelle n’est pas ma surprise lorsque arrivé à destination je constate qu’aucune lumière ne vient troubler la quiétude de ma chambre. La fatigue me jouerait elle des tours ? L’éclat perçus provenait il d’une autre source ? Par acquis de conscience, je retourne dans le salon pour vérifier quelle pouvait être la source de cette incohérence. En quelques pas je fais de nouveau face au miroir, bien décidé à comprendre quelle mouche m’a piqué. Mes yeux ne se promènent pas longtemps sur sa surface avant de constater, qu’il y a bien de la lumière dans le couloir qui mène à mon lieu de repos. Intrigué je me penche, mais rien ne vient contredire cette étrange anomalie d’optique. D’un naturel pragmatique, je ne peux empêcher un frisson d’appréhension de me parcourir l’échine. Quel est cet étrange phénomène ?
 
Contrevenant à toutes mes habitudes je passe le doigt sur la vitre afin d’en ôter une éventuelle couche parasite pouvant interférer avec le cours naturel des choses. Je regrette aussitôt mon geste : La glace est affreusement froide, bien trop froid par rapport à la température ambiante que je contrôle au degré près. Mais pire, la lumière est toujours là et mes quelques efforts pour en nier l’existence ne la rendent que plus réel et effrayante.
 
J’ai lu quelques livres de fiction proposant les miroirs comme des passages vers des copies altérée de notre monde. Oui ce que je vois à sa surface est bien l’identique à l’endroit où je me trouve mais que se passe t il si je pouvais pénétrer de l’autre coté du miroir et dépasser l’angle du couloir ? Le monde serait il toujours comme celui que je connais, ou totalement différent ? Poussé par une impulsion malsaine et par le souvenir de ce que me soufflait Pierre, je me positionne en biais par rapport à la surface du miroir, mais rien ne change : toujours cette luminosité obsédante.
 
Puis je comprends. Je comprends que si je veux savoir ce qui se passe, il n’y a que le miroir pour pouvoir me le montrer. Délicatement, en prenant bien soin de ne toucher que le cadre, je le détache du mur. Je commence alors à faire glisser peu à peu mon lourd fardeau sur la moquette. Mon cerveau hurle de ne pas continuer mais une pulsion qui me dépasse m’entraîne toujours plus loin dans ce cauchemar. Lorsque j’atteint le couloir, et que je risque un œil sur la paroi réfléchissante, il paraît évident que la lumière provient bien de ma chambre et non de la salle de bain qui lui fait face. Je n’ai pas besoin de me retourner pour savoir clairement que de mon coté, ma chambre est toujours plongée dans l’obscurité. Mon cœur tremble d’appréhension, et la transpiration coule abondement sur l’arrête de mon nez et le long de mes tempes. Mes mains sont crispées sur le bois et la totalité de mes muscles sont bandés dans un effort dantesque. Je doute de pouvoir lâcher un jour ce maudit miroir. Alors centimètre par centimètre et à reculons, je parcours le couloir avec le bruit grinçant du cadre frottant sur le parquetet me servant du reflet pour avancer. La lumière est de plus en plus envahissante, je suis au pied de ma chambre mais le miroir forme toujours un angle droit par rapport au mur, m’interdisant pour l’instant tout visibilité de l’intérieur ma chambre. Je suis complètement hypnotisé par la surface lisse et glacée que je tiens entre mes mains. Le temps me paraît fixé à jamais dans l’éternité : je ne peux plus bouger. Alors je ferme les yeux et m’enfonce au jugé a travers l’embrasure de la porte.
 
C’est à ce moment là que je les entends… Des chuchotements carnassiers… des pleurs et des couinements viciés. Des frissons du pure terreurs font vibrer mes nerfs et se dresser les poils de mes bras. Bien malgré moi je laisse reposer le miroir contre un meuble, sans pour autant ouvrir mes paupières. Je recule de quelques pas et bute dans mon lit manquant ainsi de souiller mes vêtement. Je sais qu’il faut que j’ouvre les yeux, que je comprenne. Mais je ne peux pas. Toute mon âme est tendus dans l’effort de me préserver de la folie. Au fond de moi je sais ce qu’il faut que je fasse, que je vais forcément devoir prendre mes responsabilités… Alors je me met à compter. Lentement. Arrivé à 10 j’ouvrirais grand les yeux et advienne que pourra.
 
1…2…3…4…5…6…7…8…9…et 10. Les secondes les plus longues de toute ma vie… Mais d’un coup, d’un seul mes paupière s’ouvrent et je tombe à la renverse sous la surprise. Mon cœur manque deux ou trois battements sous la tension. Mais c’est surtout un soupir de soulagement qui éclaire mon visage lorsque je vois à travers la glace ce qui est à l’origine de toutes mes craintes. En réalité il ne s’agit que de mes amis qui souhaitaient probablement se moquer de moi d’une façon particulièrement douteuse. Je reconnais Pierre, celui qui, pendant la soirée, avait éveillé les craintes enfantines qui sommeillaient en moi. Ils rigolent tous beaucoup mais pas très longtemps : Chacun devient blanc comme un linge. Je me retourne alors et constate avec effroi qu’à travers le reflet du miroir on peut voir de la lumière provenir du salon…




Message édité par Infi888 le 07-08-2004 à 03:02:21
n°3406512
brume
Posté le 07-08-2004 à 06:50:56  profilanswer
 

Je m'inscris (faut que j'y pense par contre j'ai pas lu l'histoire)

n°3406948
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 11:34:44  profilanswer
 

Infi888 a écrit :

Je sais c'est long. Mais du au temps passé dessus, merci de ne pas m'en faire la critique : c'est voulu :). Si vous arrivé au bout sans être rebutté, alors ça me fera déjà plaisir  [:westlake]

Je vais te tuer, je vais te tuer, je vais te tuer !!!
 
[:mmmfff]
 
 :o


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3407409
Amelou
Posté le 07-08-2004 à 13:51:30  profilanswer
 

[Tristanf a écrit:
 Je vais te tuer je vais te tuer, je vais te tuer!!!]
 
 Et pourquoi?

n°3407434
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 13:58:23  profilanswer
 

Amelou a écrit :

[Tristanf a écrit:
 Je vais te tuer je vais te tuer, je vais te tuer!!!]
 
 Et pourquoi?

il comprendra :o
 
nan mais il m'énerve avec ses textes de folie :o


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3407442
Amelou
Posté le 07-08-2004 à 14:00:08  profilanswer
 

Je peux comprendre...hi hi hi

n°3407508
Infi888
Intermittent des forums
Posté le 07-08-2004 à 14:12:36  profilanswer
 

tristanf a écrit :

il comprendra :o
 
nan mais il m'énerve avec ses textes de folie :o


 
Bof... En fait je préfère la première partie. La deuxième sent la fatigue. Il y a aussi plus d'erreurs d'inattention.
 :sweat:  
 
Le plus amusant c'est que je n'avais pas trouvé la chute avant d'avoir bouclé les 8/10 du texte.
 
C'est quand que tu nous ponds ton texte toi ? Va falloir se bouger les fesses !  ;)

n°3407540
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 14:19:04  profilanswer
 

je sais, mais ca fait 3 jours que je passe mon temps allongé, j'ai une angine, mais là, ca va mieux, il devrait être fini d'ici ce soi :jap:


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3407555
Infi888
Intermittent des forums
Posté le 07-08-2004 à 14:22:13  profilanswer
 

tristanf a écrit :

je sais, mais ca fait 3 jours que je passe mon temps allongé, j'ai une angine, mais là, ca va mieux, il devrait être fini d'ici ce soi :jap:


 
Va pas te surmener quand même ! Tu sais que tu n'es pas obligé de participer... C'est pas forcément conseillé pour ce que tu as en plus  :whistle:

n°3407574
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 14:29:27  profilanswer
 

Infi888 a écrit :

Va pas te surmener quand même ! Tu sais que tu n'es pas obligé de participer... C'est pas forcément conseillé pour ce que tu as en plus  :whistle:

:lol: e dit quand même pasque t'as peur :ange:


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3407580
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 14:31:06  profilanswer
 

bon allay, je finis le clancy et je m'y met (je commencerais le hulot après :o)


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3407590
Infi888
Intermittent des forums
Posté le 07-08-2004 à 14:33:35  profilanswer
 

tristanf a écrit :

:lol: e dit quand même pasque t'as peur :ange:


 
Moi peur ? Jamais !
 
D'un autre coté un accident est si vite arrivé. Tu sais un password qui ne fonctionne plus, des problèmes de connexion ou pire un formatage complet des DD ca peut arriver à tout le monde. Ce serait vraiment dommage qu'il t'arrive ce genre de problème. Ne prends pas de risque, ne participe pas !  :whistle:


Message édité par Infi888 le 07-08-2004 à 14:34:11
n°3407657
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 14:50:49  profilanswer
 

[:rofl]


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3408635
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 19:13:38  profilanswer
 

C'est la folie des grandeurs mon texte :D (vous comprendrez)
 
 
PS : faites pas de remarques sur les textes trop longs, ma réflexion n'a rien avoir avec sa taille :o


Message édité par tristanf le 07-08-2004 à 19:14:27

---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3408808
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 19:54:30  profilanswer
 

par contre j'ai deux fins qui me sont venues à l'esprit et je sais pas laquelle choisir :/


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3409049
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 20:50:41  profilanswer
 

infi, tu portes vraiment la poisse, mon pc a rebooter  :kaola:  :o  
 
malheureusement pour toi, la récupération était activée, j'ai rien perdu  :na:  
 
bon donc voilà, comme je l'avait dit, le sujet est parfait pour faire un texte bien dépressif :
 

Sujet n°6 - Tristanf a écrit :

 
Tour F7 – F4. Echec au roi.
L’adversaire joue.
Reine A1 - A7. Echec… et mat !
 
Et voilà, encore une partie de terminée… enfin un jeu plutôt.
C’est le 26ème jeu d’échecs payant que je fini. Je veux dire par là que c’est le 26ème jeu où j’ai pu battre l’ordinateur quelque soit le niveau de difficulté ou le style de jeu de l’adversaire virtuel.
Donc, en théorie, je suis plus fort que n’importe quel champion. En théorie seulement, je ne les ai jamais rencontré en réalité, je ne suis qu’un grand amateur.
 
En fait, cette passion, ça ne date pas d’aujourd’hui, j’ai commencé à 4-5 ans, sur les tous premiers Atari. Ensuite j’ai continué sur Amiga, Commodore, puis forcément, les pc.
Je dois avoir une des plus grande collection de jeux d’échecs sur ordinateurs. En plus des 26 précités, j’en ai plus de 200 gratuits, trouvés sur le net : des jeux en flash, des jeux qui tournent sous linux, sous Windows, sous BeOS, sous Os/2 ou encore sous Mac Os. Tous finis bien entendu.
J’en suis arrivé à monter un cluster composé de 513 des tout derniers G5 d‘Apple. Chaque boîtier contient deux processeurs water-coolés fonctionnant à une fréquence de 2,5 Ghz. 512 ordinateurs pour le calcul et le 513ème pour les piloter. J’y ai développé moi-même un simulateur bien plus évolué que tous ceux qui existent actuellement.
Et quand je ne suis pas sur mon pc, je n’arrête pas pour autant. J’ai deux bibliothèques remplies de livres de tous niveaux sur les échecs, une autre de dvd de parties filmées et la dernière de classeurs contenant des parties écrites et analysées par moi-même. J’ai aussi une pièce remplie de jeux d’échecs électroniques. Une autre pleine de plateaux et pièces de collection.
Dans mon jardin j’ai installé un chapiteau, une caméra suspendue à son sommet et dirigée vers le bas. Ses images sont projetées sur un écran de quatre mètres par trois, orientable selon la position du soleil. On peut voir sur cet écran le jeu d’échec de 5 mètres de large positionné en dessous ainsi que les deux joueurs qui l’encadrent lors d’une partie. Les pièces mesurent entre cinquante et cent centimètres.
 
Et si vous croyez avoir tout vu, vous avez perdu. La pièce de ma collection dont je suis le plus fier se trouve suspendue à ses quatre coins par des câbles en tresse d’acier inoxydable dans mon salon.
Il s’agit d’un jeu d’échecs – ça vous vous en doutiez – assez particulier : le plateau d’une largeur de 80 centimètres est constitué de platine et de cristal. Les pièces noires mesurant entre 8 et 15 centimètres, sont en ébène recouvert d’argent ciselé. Les blanches, de mêmes hauteurs que les noires sont en ivoires recouvert d’or ciselé.
Sur ce jeu, j’ai commencé, il y a un peu plus d’un an, une partie très spéciale : contre moi-même.
Je joue en moyenne deux coups par mois.
Déjà 10 jours que je suis sur ce coup des noirs, je ne vais pas tarder à le jouer.
Je regarde les pièces. Et c’est là que je réalise : il n’y a plus de solution, je prends le roi noir et le couche sur l’échequier.
 
Ca y est, le moment que je redoutais tant est arrivé. Je me suis battu. Je reste assis dans mon siège regardant mon reflet dans le plateau.
Ce que j’y vois ne me plait pas, j’ai 25 ans aujourd’hui et tout l’argent que je veux. Mais je suis seul. Pas d’amis, pas de femme. Forcément, je passe mon temps devant mes pièces d’échec. Pas de femme à mes côtés. Elles n’ont jamais supporté ma passion plutôt prenante. Plus de parents : je n’ai jamais connu ma mère et mon père est mort quand j’avais 14 ans, c’est d’ailleurs grâce à lui que j’ai tout cet argent. Mais ce ne sont pas ces billets qui m’apporteront quelque bonheur. Et je viens à l’instant de perdre ce qui prenait la majeure partie de mes journées.
 
Je me lève alors et me dirige vers le cagibi des ouvriers. J’y trouve tout ce qui m’intéresse : une échelle et le reste de câble qui avait été utilisé pour suspendre le jeu d’échecs. Je les ramènes dans le salon, je monte à l’échelle et noue le câble aux quatre autres déjà accrochés au plafond. Il ne me reste plus qu’à faire un nœud coulant à sont bout et à passer la tête au travers.  
 
Cette fois, c’est la bonne.
Une dernière respiration.
Un dernier regard vers l’échequier juste en dessous.
Je me jette dans le vide.
Sur l’échequier, le roi blanc tombe.




 
Pas très court mais bon [:joce]


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3409815
Infi888
Intermittent des forums
Posté le 07-08-2004 à 23:21:53  profilanswer
 

tristanf a écrit :

infi, tu portes vraiment la poisse, mon pc a rebooter  :kaola:  :o  
 
malheureusement pour toi, la récupération était activée, j'ai rien perdu  :na:  
 
bon donc voilà, comme je l'avait dit, le sujet est parfait pour faire un texte bien dépressif :
 
 
 
Pas très court mais bon [:joce]


 
Je confirme  :)
La dernière métaphore conclue bien l'histoire. Mais si tu souhaitais faire plus optimiste, tu aurais pu faire jouer la dame noire  ;)

n°3409831
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 23:24:43  profilanswer
 

Infi888 a écrit :

Je confirme  :)
La dernière métaphore conclue bien l'histoire. Mais si tu souhaitais faire plus optimiste, tu aurais pu faire jouer la dame noire  ;)

j'y ai ps pensé tiens :jap:
 
merci au fait ;)


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3409864
Infi888
Intermittent des forums
Posté le 07-08-2004 à 23:32:56  profilanswer
 

tristanf a écrit :

j'y ai ps pensé tiens :jap:
 
merci au fait ;)


 
Tu vas modifier ton texte pour nous en offrir une autre version ? Ca me plairait bien, un ch'ti peu d'optimisme. :)

n°3409904
tristanf
RIP Rostro
Posté le 07-08-2004 à 23:39:37  profilanswer
 

Infi888 a écrit :

Tu vas modifier ton texte pour nous en offrir une autre version ? Ca me plairait bien, un ch'ti peu d'optimisme. :)

[:meganne] je verrais demain, là je vais continuer le Hulot que je viens de commencé ^^


---------------
Fumer tue. Ouais. Vivre aussi
n°3421771
rpgman
Posté le 09-08-2004 à 21:24:12  profilanswer
 

J'ai écris une variante de mon texte, que je vous livre ici :

Sujet 6 - rpgman/1 a écrit :

 
Je claque la porte. Enfin chez soi ! Après cette harassante journée, la tiédeur de mon appartement me semble aussi doux qu’un plongeon dans l’eau fraîche un jour d’été.  
22H53. Vite, me préparer un repas ! Et ensuite, j’irai dormir, tant bien que mal, mon excitation exacerbée ne me laissant aucun doute sur l’état de somnolence agité qui m’attend : demain est le Grand Jour !  
Mon corps s’affaire, seul, dans la cuisine, tandis que mon esprit vrille et vacille, parcourant les sentiers agités de ma pensée, au grès de ces carrefours juxtaposés qui semblent vouloir me perdre…
Toutes ces années d’effort, pour aboutir aujourd’hui à cette dernière étape : la numérisation, neurone par neurone, de mon cerveau.
En ce moment même, l’ordinateur travaille à la modélisation des données récoltées, et assemble les différents rouages de la plus complexe et grandiose simulation informatique jamais réalisée : un homme, capable de réfléchir, d’agir dans son environnement virtuel et surtout doué d’une conscience de lui exactement semblable à celle qu’aurait son pendant réel. Et demain, quand l’ordinateur aura fini son travail et commencera la simulation, cet homme, ce sera moi. Ou plutôt lui. Mon double, ma copie numérique. Cela ne me plaît pas tant que cela, mais qui aurais-je pu choisir d’autre ? Et puis, cela m’a aidé dans mon argumentation contre la commission d’Ethique. Ça et l’absence totale de cadre légal concernant la personne simulée.
Cette commission ! Elle m’a tellement ralentie ! Pourquoi ne peuvent-ils comprendre que pour prouver la réalité de sa conscience, il est impératif que l’homme virtuel soit simulé à son insu ?  
Le dernier souvenir « réel » de mon double sera son anesthésie avant le scan de mon cerveau.  Ensuite, la simulation prendra le pas, mais pour lui elle aura tous les accents de la réalité. D’ailleurs, plus que d’un réel besoin médical, l’anesthésie est surtout née de la nécessité d’une transition. Cela minimisera les chances que la copie perçoive une différence entre ces souvenirs et la simulation.
Bon, un dernier brossage de dents,  et je vais tâcher de dormir. J’essai de me détendre dans cette perspective, je dois être en forme pour demain.
J’entre dans la salle de bain, me regarde dans le miroir.  Les yeux rougis, les paupière plissées, pas de doute, je suis vraiment épuisé. J’ai la vue un peu trouble d’ailleurs, je le vois bizarrement, ce miroir. Que se passe t-il ? Je déplace ma main devant mon visage, contemple son reflet. Quelque chose cloche. On dirait que la lumière est… différente. Est-ce ma main qui paraît trop sombre ? Ou son reflet qui semble plus lumineux ? Et mon visage… Oh, il faut que j’arrête là ! J’ai vraiment besoin de repos, on dirait les effets d’une e-drogue. A moins que…
Une pensée fulgurante vient de me traverser l’esprit, comme une balle qui percerait atrocement mon corps.
Mon esprit tente de résister, dresse des barrages mentaux pour endiguer cette idée terrifiante qui viole ma conscience.
 
J’ai pris trop de drogues/C’est un cauchemar/non, NON !/J’hallucine…/Je vais me réveiller/C’est une blague/Oh, pas ça pas ça !
 
Je suis Simulé ! Je ne vis pas, je ne vis plus !
Je m’effondre alors que cette constatation explose mes barrières mentales. Comment interpréter autrement ce reflet si étrange ? Je contemple avec horreur  ce qui m’apparaît maintenant comme un défaut dans la modélisation du reflet des lumières. Un bug. Un bug de la simulation qui m’entoure, et que je suis.
Et tout est ma faute, ma faute ! C’est moi qui ai choisi… Non pas moi, lui ! Le vrai !  
Il/j’ai a/ai décidé d’utiliser mon/son cerveau comme modèle pour mes/ces expériences de simulation d’être humain. Mes pensées s’entrechoquent, je ne sais plus comment me/le désigner. Suis-je lui, est-il moi, qui suis-je, que suis-je ?
Oh, je le sais. Et je me suis préparé à cela. Etre une copie. Un double. Préparé à continuer l’expérience malgré tout.
Mais c’est MOI le double, la copie. Que faire ?
Je me redresse, me contemple dans ce miroir déformant. Mon visage apparaît si terriblement familier. Mes yeux, mon nez arqué que je hais, mes grains de beauté… Tout cela n’est qu’un flux de données, d’octets, de teraflops…
J’ai pleuré, je pleure encore même. D’un geste je porte la main à ces larmes. Elles ont l’air si réelles… Je ne pourrai le supporter.  
 
Mes lèvres s’articulent, prononcent dans un murmure ensangloté :  
« Tues-moi »…




 
http://www.meta-auteurs.org/miroir.jpg
 
Et la première version :
 

Sujet 6 - rpgman/2 a écrit :

 
Je perçois comme un son en tâche de fond. Une sorte de sourdine rythmique, qui semble monter crescendo, et deviens presque intelligible…  
- Grmmph !
Je me retourne et enfouis ma tête dans l’oreiller, protestation futile contre ces vibrations sonores qui m’ont arrachés au sommeil.
- « Bonjour Amaury. Il est 7H30, nous sommes le mercredi 22 juin 2067. La température extérieure est de 28°, le soleil brille et se maintiendra toute la journée. Souhaites-tu  un résumé des nouvelles de cette nuit, ou ta musique habituelle ?
- Ma musique »
 
Cette voix féminine que j’ai fini par ne plus entendre m’apparaît étrangement agréable aujourd’hui, un peu comme les premiers jours…
La musique newPar que j’aime emplit la pièce, le matelas commence un massage énergisant et le voile noir parasité de mes paupières s’illumine tandis que les fenêtres se désopacifient progressivement.
Je reste quelques minutes étendu, paresseusement, puis revigoré par le massage, je me lève et me dirige vers la salle de bain. C’est drôle, tout me paraît très coloré… Quelle e-drogue ai-je bien pu prendre hier ?
J’entre, jette un rapide coup d’œil à mon visage dans le miroir. Hum… Une barbe naissante, les cheveux en désordre, les paupières légèrement plissées… La tronche habituelle du réveil.
Je saisie le lasoir.  
Il tombe dans le lavabo avec un bruit de casserole.
- Oh merde !  
Non, non, non, ce n’est pas possible !
Je contemple avec une horreur angoissée la petite tache floue qui vient d’apparaître soudainement dans un coin du miroir.
Mon esprit tente de résister, dresse des barrages soudains pour contrer la montée de cette idée terrifiante qui cherche à accéder à ma conscience…
 
J’ai pris trop de drogues/C’est un cauchemar/non, NON !/J’hallucine.../Je vais me réveiller/C’est un blague/Oh, pas ça pas ça !
 
Je suis Simulé ! Je ne vis pas, je ne vis plus !
Je m’effondre alors que cette constatation explose mes barrières mentales. Je ne peux nier cette réalité, je sais ce que cette misérable petite tache représente. Un bug. Un bug de la simulation qui m’entoure, et que JE suis.
Et tout est ma faute, ma faute ! C’est moi qui ai choisi… Enfin moi, plutôt l’autre moi, le « vrai » Amaury…  
Il/j’ai a/ai décidé d’utiliser mon/son cerveau comme modèle pour mes/ces expériences de simulation d’être humain.
Je me suis préparé à cela. Etre une copie. Un double. Préparé à continuer l’expérience malgré tout.
Mais c’est MOI le double, la copie. Je me redresse, me contemple dans le miroir. Mon visage apparaît si terriblement familier. Mes yeux, mon nez arqué que je hais, mes grains de beauté… Tout cela n’est qu’un flux de données, d’octets, de teraflops…
J’ai pleuré, je pleure encore même. D’un geste je porte la main à ces larmes. Elles ont l’air si réelles… Je ne pourrai le supporter.  
 
Mes lèvres s’articulent, prononcent dans un murmure ensangloté :  
« Tues-moi »…



 
Cela m'aiderai beaucoup si vous pouviez me dire quelle version vous préferez et pourquoi  :)


Message édité par rpgman le 05-09-2004 à 20:40:09
n°3421836
rpgman
Posté le 09-08-2004 à 21:32:19  profilanswer
 

Je précise que j'ai utilisé quelques néologismes, que j'assume  :) :

  • désopacifient
  • lasoir
  • ensangloté

e-drogue et newPar ne vous auront pas laissé de doute sur leur statut de néologisme...  :hello:


Message édité par rpgman le 09-08-2004 à 21:32:34
n°3423280
Selenium
Posté le 10-08-2004 à 00:14:45  profilanswer
 

Le mien arrive bientot ... Fermez pas le topic tt de suite


---------------
http://jkphoto.fr
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Arts & Lecture

  [Topic Ecriture] Sujet 6 : Résultats

 

Sujets relatifs
[Topik Ecriture]Votes Sujet 5. Résultats[Topik écriture] Votes sujet 4. Lire le premier post, merci :)
[Topik écriture] Votes sujet 3. Lire le premier post, merci :)Désolé ce sujet a été fermé...
[Topik écriture] Votations sujet 2! Vote terminé! 
Plus de sujets relatifs à : [Topic Ecriture] Sujet 6 : Résultats


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite / Données personnelles) / Groupe LDLC / Shop HFR