Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1621 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Emploi & Etudes
  Marché de l'emploi

  Je suis en train de flinguer ma carrière

 



 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Je suis en train de flinguer ma carrière

n°5027955
Coco573
MSc. IT at London
Posté le 18-01-2018 à 11:48:54  profilanswer
 

Bonjour,

 

Je vous demande conseil en tant qu'anonymes. Pour des raisons personnelles et plus profondes, j'ai passé toute mon énergie à développer des projets divers liés à mes passions. J'ai voulu tout mener de front, (études, entreprise personnelle), puis j'ai enchaîné 9 mois de CDI (de avril à janvier), mais rien n'allait vraiment. J'ai travaillé avec des gens qui m'inspiraient des valeurs qui vont au delà des miennes sur le plan de l'éthique. J'ai changé 3 fois d'entreprise, je me remets en question sur tout ce que j'ai fait. J'ai fait 7 ans d'études (ingé+ESC top 4) pour travailler dans des secteurs qui m'inspirent rien de prestigieux. Au contraire, ça me dégoûte de notre société actuelle. Je vois mes amis proches aujourd'hui médecins (du moins actuellement en spé pour eux), artisans, archi, avocat ou autre travaillant dans la culture autour de moi faire des métiers qui apportent leur pierre à l'édifice.

 

Pour d'autres raisons, je me pose beaucoup de questions sur mon cas à 26 ans. Moi qui aimerait faire un métier où le relationnel est au centre de l'humain, également avoir une bonne situation mais je me fais rattraper par ma personnalité. Etant passionné de musique et d'art, de par mon cursus (musique étude, conservatoire, etc.) j'aimerais bosser sur le long terme de ma carrière dans le management de la création. Et me voilà ici, à partir dans quelques jours pour quelques semaines ou quelques mois en clinique de repos pour mes grosses périodes de grosse depression (forme polie pour parler d'hopital psychiatrique).

 

Je vois mes copains avancer, évoluer dans leur carrière et là, je vais être diplômé en mars, et je vais perdre encore du temps vu que je dois me reconstruire pour la thérapie qui va arriver.

 

Mais j'ai l'impression de flinguer ma carrière. (qui va prendre au sérieux un type qui a enchaîné 3 boites en sortant d'école ?)

 

Soyez sincères avec moi : est ce que je suis bien en train de flinguer ma carrière côté RH ?

 

Merci


Message édité par Coco573 le 18-01-2018 à 11:52:45
mood
Publicité
Posté le 18-01-2018 à 11:48:54  profilanswer
 

n°5027978
newreigi
Posté le 18-01-2018 à 13:28:20  profilanswer
 

Mec , tu te prends trop la tête .... Tu as 26 ans et potentiellement un diplôme bac + 5 en mars et à te lire tu as rate ta vie ...elle vient à peine de réellement commencer ...il y a des gens qui ont pris plus longtemps que toi ou ont moins de diplômes et dirigent aujourd'hui des sociétés .
Tu viens à peine de faire un quart de ta vie ... Les 3/4 restant commencent aujourd'hui et à toi de les faire comme t as envie car contrairement au premier quart , tu as les moyens de changer les choses .  
Les RHs veulent des gens confiants et sûr d eux . Tu l apprendras avec l  expérience . Le diplôme c est bien au début mais après c est celui qui se vends le mieux.
Tu n'es peut être pas parmi les meilleurs profils aujourd'hui mais à toi de l être pour demain .  
Personne ne le fera à ta place et ce travail commence aujourd'hui.
La vie n est pas une course mais un marathon et pour moi la réussite d une vie n est pas lié au travail que tu fais mais plutôt à ce que tu laisses à ta mort ...

Message cité 1 fois
Message édité par newreigi le 18-01-2018 à 19:24:45
n°5028042
Coco573
MSc. IT at London
Posté le 18-01-2018 à 20:36:23  profilanswer
 

newreigi a écrit :

Mec , tu te prends trop la tête .... Tu as 26 ans et potentiellement un diplôme bac + 5 en mars et à te lire tu as rate ta vie ...elle vient à peine de réellement commencer ...il y a des gens qui ont pris plus longtemps que toi ou ont moins de diplômes et dirigent aujourd'hui des sociétés .
Tu viens à peine de faire un quart de ta vie ... Les 3/4 restant commencent aujourd'hui et à toi de les faire comme t as envie car contrairement au premier quart , tu as les moyens de changer les choses .
Les RHs veulent des gens confiants et sûr d eux . Tu l apprendras avec l  expérience . Le diplôme c est bien au début mais après c est celui qui se vends le mieux.
Tu n'es peut être pas parmi les meilleurs profils aujourd'hui mais à toi de l être pour demain .
Personne ne le fera à ta place et ce travail commence aujourd'hui.
La vie n est pas une course mais un marathon et pour moi la réussite d une vie n est pas lié au travail que tu fais mais plutôt à ce que tu laisses à ta mort ...

 

Merci d'avoir pris le temps de répondre. Effectivement, l'image n'est pas déconnante. J'aimerais me dire que lorsque je vais crever, sur mon lit, je pourrai me dire que ma vie a eu un minimum de sens. J'aimerais re-entreprendre de nouveau et me dire que je porte un projet qui a du sens, retrouver cette sensation... A voir quand je sortirai de cette clinique, j'aurai plus de hauteur sur ce que je dois faire et être. Les métiers comme ceux que j'ai expérimenté (conseil, strat, etc.), je ne les comprends pas, je n'arrive pas à voir les impacts direct, j'ai décidé de les arrêter, pour me consacrer à peut être autre chose... Mais je ne veux plus d'un job bullshit, sinon ça va me couler. J'envie beaucoup certains de mes camarades qui ne se posent pas toutes ces questions.

Message cité 1 fois
Message édité par Coco573 le 18-01-2018 à 20:42:10
n°5028056
parpar
Posté le 18-01-2018 à 22:49:28  profilanswer
 

Coco573 a écrit :


 
Merci d'avoir pris le temps de répondre. Effectivement, l'image n'est pas déconnante. J'aimerais me dire que lorsque je vais crever, sur mon lit, je pourrai me dire que ma vie a eu un minimum de sens. J'aimerais re-entreprendre de nouveau et me dire que je porte un projet qui a du sens, retrouver cette sensation... A voir quand je sortirai de cette clinique, j'aurai plus de hauteur sur ce que je dois faire et être. Les métiers comme ceux que j'ai expérimenté (conseil, strat, etc.), je ne les comprends pas, je n'arrive pas à voir les impacts direct, j'ai décidé de les arrêter, pour me consacrer à peut être autre chose... Mais je ne veux plus d'un job bullshit, sinon ça va me couler. J'envie beaucoup certains de mes camarades qui ne se posent pas toutes ces questions.


 
J'ai eu une réflexion tout à fait similaire il y a un peu plus d'un an, sans passer par cette malheureuse case de la dépression.  
J'étais en fin de cursus, dans une très bonne école au demeurant, mais j'avais du mal à donner du sens à ma formation. Les premières années avaient été un calvaire, je détestais la plupart de mes cours et j'étais pétrifié à l'idée de devoir me conformer à l'idéal commun de l'ancien taupin — tous les élèves semblaient plongés dans une grande réflexion sur le salaire de sortie, les postes les plus prestigieux, tandis que j'étais, un peu comme toi, intéressé bien d'autres choses, dont l'architecture, les arts et humanités.
J'avais toujours aimé jouer et composer pour moi-même, et au gré d'une rencontre fortuite avec mon futur directeur de label, j'ai peu à peu décidé me lancer très sérieusement dans la musique, en parallèle de ma vie professionnelle (un prêt étudiant, ça ne se rembourse pas comme ça).  
Plus d'un an après, je mène toujours les deux de front, j'ai réalisé deux sorties — dont je peux bien voir l'impact direct, cette fois-ci — et c'est certainement la meilleure décision que j'ai prise jusqu'ici. Bien sûr, ça demande de l'organisation, de se lever aux aurores pour écrire avant d'aller travailler, etc.  
Mais c'est gratifiant et je n'envisage pour rien au monde de revenir là-dessus.
 
Avec le recul, j'avais une fâcheuse tendance à me fixer des barrières strictes sur ma carrière et mon avenir — on intègre malgré tout assez vite le schéma de pensée de ses camarades, qui nourrit un besoin de reconnaissance de ses pairs — mais in fine, après m'être lancé, je suis devenu tout de suite plus optimiste là-dessus.
Pour en revenir à ta question, non, ta carrière n'est pas gâchée ; si tu ressens ce besoin d'aller vers d'autres domaines, plus manuels ou créatifs, réponds-y et trouve un moyen d'intégrer ça à ton quotidien. Que ça remplace ou complète ta vie professionnelle en sortie d'école, peu importe, ça sera toujours bénéfique d'avoir une vision vers laquelle tendre.  
 
My 2 cents! En espérant que ça te soit d'une quelconque aide.

n°5028091
januari
Posté le 19-01-2018 à 11:10:25  profilanswer
 

Si je comprends bien, tu as peur de t'engager dans un métier qui ne fasse pas "sens" à tes yeux, j'ai bien compris ?
Si tel est le cas je peux tout de suite te rassurer.
A partir du moment où tu connais tes priorités, il n'est pas du tout gênant d'avoir un job alimentaire qui te laisse l'autonomie financière, la sécurité, et suffisamment de temps libre pour t'épanouir dans les activités qui te plaisent réellement, qu'elles soient productives ou non, surtout avec un Bac + 5 en poche.
J'ignore où tu habites, mais il y a pléthore de boîte où tu gagnes bien en faisant tes 7h30 par jour.
J'ajoute qu'à un certain niveau de responsabilité, tu peux plus facilement trouver du sens à ce que tu fais, car tu vois beaucoup mieux les tenants et aboutissant. Je connais peu de métier réellement inutiles, en ce sens que si on te paye, c'est qu'il y a bien une finalité, ne serait-ce qu'économique quelque part. Mais je conçois qu'elle ne puisse pas suffir à donner du sens à ce que tu fais.
Dis-tu bien également que peu de gens ont des métiers passion, et que même ceux dont tu parles, architectes, avocat, se retrouveront rapidement, sous la pression des événements, de la routine, d'une hiérarchie... a se poser la question du sens à donner à ce qu'ils font.
Vois ta future activité professionnelle comme un moyen de t'épanouir, et pas comme une fin en soi.

n°5029682
xphanoo
Posté le 29-01-2018 à 22:09:18  profilanswer
 

Tu as l'air de tenir absolument à faire un métier qui "ait du sens", qui "apporte sa pierre à l'édifice", qui ait une "utilité", mais tu sais, rien n'est vraiment utile dans le fond. Tout n'est que bullshit. Les médecins sauvent des vies et alors ? Quelques vies sur des milliards, alors qu'on sera bientôt en surnombre sur terre ! Un développeur c'est plus utile il ne sauve pas un pollueur de plus !  :D  
 
Prendre le temps pour penser et prendre du recul sur les choses c'est terrifiant, peu de gens le font vraiment, ça peut te plonger dans la dépression ou pire. Mais après avoir fait le tour du sujet, au final, tout ceci n'est qu'un vaste jeu non ?  :)
 
Bref fais ce qu'il te plais, avec les règles de notre monde. (ou enfreins-les si t'as des balls)
 
Choisis tes quêtes et farm assez d'xp pour les mener à bien !


Message édité par xphanoo le 29-01-2018 à 22:13:40
n°5029735
agmoh
¯\_(ツ)_/¯
Posté le 30-01-2018 à 09:36:54  profilanswer
 

En te lisant il y a beaucoup de comparaison avec les autres: mes amis ceci, mes copains cela...
 
Te comparer avec les autres c'est le meilleur moyen de te pourrir la vie. Pourquoi ? Parce que tu compares ton "intérieur" à "l’extérieur" des autres.  
Chez mes amis intimes, je remarque assez souvent que c'est bien deux choses différentes.
 
Après tu peux aussi voir ton bullshitjob comme un tremplin. Tu mets de l'argent de coté grâce aux postes rémunérateur auquel tu accèdes, puis tu nourris en parallèle un projet avec plus de sens.  
 
 
 
 

n°5029778
wainwain
wain⊕wain = wain²
Posté le 30-01-2018 à 12:42:58  profilanswer
 

Tu as bossé 9 mois et tu parles déjà de carrière... Relativise. Avoir fait 3 boîtes à ton âge, c'est le lot de beaucoup de personnes.
 
Cherche-toi un projet à la hauteur de tes ambitions/ de tes valeurs hautes.
Ne t'occupe pas de ce que font ou ne font pas les autres, c'est leur vie, pas la tienne. Vous avez peut-être le même diplôme, mais vous n'avez pas le même but dans la vie.
Prends le temps de faire correctement les choses, de ne pas te lancer dans trop de projets à la fois.
Et surtout, prends soin de toi, c'est le plus important.


Message édité par wainwain le 30-01-2018 à 12:44:32

---------------
La chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là où on est tombé. (Socrate)
n°5029929
Jeff9891
Posté le 31-01-2018 à 11:46:02  profilanswer
 

Et en même temps, si tu écornes (plus que flingues) ton début de carrière dans un secteur qui ne te convient pas, je vois pas bien le problème.
L'important c'est désormais de trouver comment valoriser tes compétences dans une boîte qui te convienne, quitte à rogner un peu sur le salaire. Il y a des choses à faire dans l'économie sociale et solidaire, ou plus largement dans des boîtes avec une vraie valeur ajoutée sociétale. Faire du conseil ou de la strat pour Fairphone, à titre d'exemple, ça pourrait te convenir ? Parce que de mon point de vue, dans l'état où tu es, et sachant que tu es désormais conscient du problème, tu ne pourras t'en sortir que
1) en faisant l'autruche sur tes problèmes éthiques et en faisant de l'alimentaire pour n'importe qui faisant n'importe quoi ou
2) en donnant une orientation satisfaisante pour toi à ta carrière, ce qui implique par contre de sortir du cadre de pensée orienté prestige/pognon.

n°5076706
inin
Posté le 09-11-2018 à 15:30:18  profilanswer
 

januari a écrit :

Si je comprends bien, tu as peur de t'engager dans un métier qui ne fasse pas "sens" à tes yeux, j'ai bien compris ?
Si tel est le cas je peux tout de suite te rassurer.
A partir du moment où tu connais tes priorités, il n'est pas du tout gênant d'avoir un job alimentaire qui te laisse l'autonomie financière, la sécurité, et suffisamment de temps libre pour t'épanouir dans les activités qui te plaisent réellement, qu'elles soient productives ou non, surtout avec un Bac + 5 en poche.
J'ignore où tu habites, mais il y a pléthore de boîte où tu gagnes bien en faisant tes 7h30 par jour.
J'ajoute qu'à un certain niveau de responsabilité, tu peux plus facilement trouver du sens à ce que tu fais, car tu vois beaucoup mieux les tenants et aboutissant. Je connais peu de métier réellement inutiles, en ce sens que si on te paye, c'est qu'il y a bien une finalité, ne serait-ce qu'économique quelque part. Mais je conçois qu'elle ne puisse pas suffir à donner du sens à ce que tu fais.
Dis-tu bien également que peu de gens ont des métiers passion, et que même ceux dont tu parles, architectes, avocat, se retrouveront rapidement, sous la pression des événements, de la routine, d'une hiérarchie... a se poser la question du sens à donner à ce qu'ils font.
Vois ta future activité professionnelle comme un moyen de t'épanouir, et pas comme une fin en soi.


 
Pourrais tu nous donner des exemples s'il te plaît parce que moi ça m'intéresse vachement. J'ai vraiment pas envie de bosser 50 heures par semaine et laisser de côté tout ce que j'aime...

mood
Publicité
Posté le 09-11-2018 à 15:30:18  profilanswer
 

n°5076786
taupologis​te
Posté le 10-11-2018 à 13:22:00  profilanswer
 

Cela est peut-être une chance que ça t'arrive maintenant et pas plus tard car je vois autour de moi beaucoup de monde avec un parcours prépa/grande école/boîte prestigieuse pipo (typiquement en conseil ou investment banking) se poser des questions existentielles à 28-32 ans : "pourquoi je fais ça ? Putain mais c'est vraiment de la merde ce que je fais de ma vie non ?" et crois-moi, la chute peut-être beaucoup plus violente que ce que tu décris.


---------------
Toute catégorie localement finie est équivalente à la catégorie duale d'une catégorie de modules pseudo-compacts.
n°5090159
Tilk-SG1
Posté le 17-04-2019 à 14:45:27  profilanswer
 

inin a écrit :


 
Pourrais tu nous donner des exemples s'il te plaît parce que moi ça m'intéresse vachement. J'ai vraiment pas envie de bosser 50 heures par semaine et laisser de côté tout ce que j'aime...


Beaucoup de gens bossent 50h par semaine


---------------
Worakls - Salzburg
n°5090177
TripleHop
Posté le 17-04-2019 à 16:54:05  profilanswer
 

Le travail n'est pas compatible avec l'épanouissement. L'éthymologie du mot travail est trepalium qui est un instrument de torture.
 
Avec ou sans BAC+5, tu vas te taper un management de plus en plus débile orienté maîtrise des coûts.
 
Et les ingénieurs dont on parle, ne font presque plus de technique, mais essentiellement du management, le tout avec 12 fautes d'orthographe par phrase.
 
Bienvenu dans la vie.com, tu vas adorer : des journées longues, des paies courtes.
 
Tes gouvernants ont déjà prévu un sens à ta vie : faire des gosses, aller au supermarché, payer tes impôts et mourir comme une merde d'un cancer sans toucher ta retraite qui sera de toute façon pourrie. Tu crois qu'on a inventé l'alcool et la drogue pour rien...
 
Bon courage !

Message cité 2 fois
Message édité par TripleHop le 17-04-2019 à 17:00:39
n°5090225
clockover
That's the life
Posté le 18-04-2019 à 10:14:15  profilanswer
 

TripleHop a écrit :


Le travail n'est pas compatible avec l'épanouissement. L'éthymologie du mot travail est trepalium qui est un instrument de torture.
 
Avec ou sans BAC+5, tu vas te taper un management de plus en plus débile orienté maîtrise des coûts.
 
Et les ingénieurs dont on parle, ne font presque plus de technique, mais essentiellement du management, le tout avec 12 fautes d'orthographe par phrase.
 
Bienvenu dans la vie.com, tu vas adorer : des journées longues, des paies courtes.
 
Tes gouvernants ont déjà prévu un sens à ta vie : faire des gosses, aller au supermarché, payer tes impôts et mourir comme une merde d'un cancer sans toucher ta retraite qui sera de toute façon pourrie. Tu crois qu'on a inventé l'alcool et la drogue pour rien...

Bon courage !


 
Bien sûr que si… Mais encore faut-il s'en donner les moyens.
 
N'importe quoi...


---------------
-----
n°5090262
Effaceur
Posté le 18-04-2019 à 14:09:31  profilanswer
 

taupologiste a écrit :

Cela est peut-être une chance que ça t'arrive maintenant et pas plus tard car je vois autour de moi beaucoup de monde avec un parcours prépa/grande école/boîte prestigieuse pipo (typiquement en conseil ou investment banking) se poser des questions existentielles à 28-32 ans : "pourquoi je fais ça ? Putain mais c'est vraiment de la merde ce que je fais de ma vie non ?" et crois-moi, la chute peut-être beaucoup plus violente que ce que tu décris.


 
Ca me fait toujours rire ce discours. On bosse tous dans des COGIPs à faire des trucs qui n'ont aucune valeur ajoutée...mais alors? Perso tant que je peux me payer mes vacances et ma bière ça me va. On va pas tous taper le vaccin contre le VIH.  
 
Le coup de partir faire le tour du monde à 35 ans car tu te rends compte que faire du powerpoint et du excel bah oui c'est de la merde en barre...bah enfait si t'es pas trop con tu le sais direct durant tes études que tu vas pas changer le monde et que ton powerpoint pour la réunion méga importante, ben oui, c'est de la merde et dans 6 mois tout le monde s'en battra les couilles. Pire, personne va jamais le lire.  
 
J'veux pas être défaitiste mais faire sa crise car tu te rends compte que ton job c'est un bullshit job....ben.. [:delarue3]  

n°5090314
TripleHop
Posté le 19-04-2019 à 13:10:43  profilanswer
 

clockover a écrit :


 
Bien sûr que si… Mais encore faut-il s'en donner les moyens.
 
N'importe quoi...


 
Réponse et argumentaire ayant une valeur proche de 0 ;), tu dois être fatigué.

n°5090318
Reyleigh
Plump And Round
Posté le 19-04-2019 à 13:49:57  profilanswer
 

TripleHop a écrit :

Le travail n'est pas compatible avec l'épanouissement. L'éthymologie du mot travail est trepalium qui est un instrument de torture.
 
Avec ou sans BAC+5, tu vas te taper un management de plus en plus débile orienté maîtrise des coûts.
 
Et les ingénieurs dont on parle, ne font presque plus de technique, mais essentiellement du management, le tout avec 12 fautes d'orthographe par phrase.
 
Bienvenu dans la vie.com, tu vas adorer : des journées longues, des paies courtes.
 
Tes gouvernants ont déjà prévu un sens à ta vie : faire des gosses, aller au supermarché, payer tes impôts et mourir comme une merde d'un cancer sans toucher ta retraite qui sera de toute façon pourrie. Tu crois qu'on a inventé l'alcool et la drogue pour rien...
 
Bon courage !


 
+1 [:tigrou0007:4]


Message édité par Reyleigh le 19-04-2019 à 13:50:14

---------------
« See, Madness, as you know is like gravity. All it takes is a little push. »
n°5090336
jus_riste
Posté le 19-04-2019 à 16:59:47  profilanswer
 

Tu travaille au chaud avec un salaire qui permet de pas trop stresser à la fin du mois !
 
On échange nos vies quand tu veux  :jap:  
 
Plus sérieusement, quand on est dans ton milieu, on se rend vraiment pas compte de la chance qu'on a. Parfois, pense à tout ces sous diplômés qui font des formations secrétaire à distance car ils en peuvent plus de soulever des cartons en magasin  :)

n°5090367
clockover
That's the life
Posté le 20-04-2019 à 07:31:30  profilanswer
 

TripleHop a écrit :


 
Réponse et argumentaire ayant une valeur proche de 0 ;), tu dois être fatigué.


 
Si tu ne t'épanouis pas dans ton travail ça n'en fait pas une vérité universelle…
Si tu n'es pas capable de faire tes propres choix de vie au lieu de suivre ce que "les gouvernants attendent de toi", je n'y peux rien non plus.
 
Ton argumentaire est également proche de 0.


Message édité par clockover le 20-04-2019 à 07:33:33

---------------
-----
n°5090429
Ayrin
Miaou
Posté le 21-04-2019 à 17:02:34  profilanswer
 

Le boulot parfait n'existe pas. S'il paye pas trop mal au moins tu peux t'éclater dans les loisirs que tu veux le soir et le weekend  [:cosmoschtroumpf]

n°5091070
DooMIII
Covfefe
Posté le 01-05-2019 à 11:13:35  profilanswer
 

jus_riste a écrit :

Tu travaille au chaud avec un salaire qui permet de pas trop stresser à la fin du mois !

 

On échange nos vies quand tu veux  :jap:

 

Plus sérieusement, quand on est dans ton milieu, on se rend vraiment pas compte de la chance qu'on a. Parfois, pense à tout ces sous diplômés qui font des formations secrétaire à distance car ils en peuvent plus de soulever des cartons en magasin  :)

 

Tristement vrai. :/

 

L'auteur devrait tester le chômage, ou bien tout ces jobs tellement bien que nos hommes politiques veulent restreindre le RSA ou les allocs chômage pour remplir les fameux postes non pourvus : aide soignant, ouvrier agricole, etc...

 

Quant au travail épanouissant, ça existe bien sûr, mais ça n'est pas si fréquent et ils se raréfient : soit parce que le poste disparait, soit parce que, j'en suis convaincu, il y a une tendance à augmenter la pression dans tous les métiers.  Donc même un boulot intéressant sur le papier devient invivable à force de contraintes et de sous-effectif.


Message édité par DooMIII le 01-05-2019 à 11:13:55

---------------
Ceterum censeo Euro delendum esse
n°5091171
Nøøb
Posté le 02-05-2019 à 21:39:19  profilanswer
 

C'est absolument pas pertinent.

 

C'est pas parce qu'on a pas connu le chomage ou des jobs pire que sa situation est enviable.

 

C'est comme-ci un mec riche disait à un pauvre, t'avais qu'à te bouger plus jeune et faire de bonnes études. Sans connaitre sa vie, son histoire, ses particularités.

 

Vraiment débile comme réflexion quoi ;)


Message édité par Nøøb le 02-05-2019 à 21:39:46
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Emploi & Etudes
  Marché de l'emploi

  Je suis en train de flinguer ma carrière

 

Sujets relatifs
Conseils pour ma carrière avant démission (Banque)Orientation L3/M1 pour une carrière en finance de marché
Suis-je en train de me faire arnaquer ? #PosterscopeL'audit, vraiment accelerateur de carrière?
Gérer sa carrièreEvolution carrière en entretient
Evolution carrière d'ingénieurChoix de master décisif pour ma carrière
Recherche TIPE ingénieur train d'atterrissage aeronautiqueCarrière Technico-commercial
Plus de sujets relatifs à : Je suis en train de flinguer ma carrière


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR