Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1346 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  7
Page Suivante
Auteur Sujet :

Marre de l'aspartame!

n°12170315
Vings
Thèse, Antithèse, Charentaises
Posté le 20-07-2007 à 15:30:58  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
abandonnez les sodas...prenez du ricard  :D  
 
PS: nous sommes vendredi :o

mood
Publicité
Posté le 20-07-2007 à 15:30:58  profilanswer
 

n°13790803
Innolis_je​vede
Fdp surcompensé.
Posté le 16-01-2008 à 13:04:32  profilanswer
 

L'aspartame...

 

Après une recherche sur le net, j'ai trouvé quelques sites plutôt alarmistes à son sujet. Il serait à l'origine de pas mal de maux...
Alors, info ou intox ? (à ceux qui vont crier au déterrage de topic je leur prie de vouloir bien comprendre que je vais pas créer un topic pour un sujet qui existe déjà...)

 

quelques sources parmi beaucoup d'autres :

 

http://passions-et-loisirs.forumac [...] e-t309.htm

 


http://fan-fan.over-blog.com/article-1081765.html

 


quelques extraits :

 
Citation :

QU’EST-CE QUE L’ASPARTAME

 


L’aspartame, vous connaissez ? Cet édulcorant est l’un des plus utilisés par l’industrie agroalimentaire. Il a été découvert en 1965 et mis sur le marché pour la première fois aux États-Unis en 1974. En France, il a été autorisé à partir de 1981. Or il a, dès son apparition, été accusé d’être dangereux pour la santé. Sclérose en plaques, crises d’épilepsie, tumeurs du cerveau… Qu’en est-il exactement ?

 

Parce que vous vous préoccupez de votre poids, vous pensez que les succédanés sont meilleurs que le sucre pour votre santé ? Grave erreur…

 

À première vue, c’est génial : se sucrer le bec sans subir l’inconvénients des calories ! Cependant, la liste des plaintes reliées à ce succédané du sucre ne cesse de s’allonger, particulièrement aux États-Unis, où on observe une importante consommation de produits « diète ». Pire, on sait maintenant que la consommation d’aspartame entraîne des effets secondaires allant du simple mal de tête à des tumeurs au cerveau…

 

En effet, les statistiques américaines provenant du National Cancer Institute révèlent une hausse alarmante du nombre de tumeurs au cerveau : en 1983, 2,1% des cancers chez les hommes se situaient au cerveau ; en 1987, l’incidence était passée à 8,1% pour ces messieurs, grimpant même à 11,7% chez les femmes !

 

En creusant la question, les chercheurs ont constaté que cette forte hausse coïncide justement avec l’apparition, en 1983, des boissons gazeuses édulcorées à l’aspartame. Le débat pour son retrait du marché n’a pas cessé depuis.

 


ADDITIF OU DROGUE

 

L’aspartame a été découvert par hasard en 1965 au laboratoire Searle, aux États-Unis, par un scientifique qui cherchait à mettre au point un médicament contre les ulcères. En goûtant une pincée de sa poudre, il se serait rendu compte qu’elle avait un goût étonnamment sucré. Cette découverte était une bénédiction pour l’industrie alimentaire, qui cherchait une solution de rechange aux cyclamates et à la saccharine, interdits dans les aliments par le gouvernement depuis que des études chez les animaux ont révélé qu’ils entraînaient des cancers.

 

Au Canada, ces deux édulcorants sont tout de même disponibles en sachets dans les épiceries, les pharmacies et restaurants. L’aspartame a été autorisé dans les aliments secs en 1981, puis dans les boissons gazeuses en 1983.

 

Commercialisé sous le nom de Nutra Sweet et d’Égal, l’aspartame est un édulcorant synthétique modifié génétiquement et composé de deux acides aminés (composants des protéines), la phénylalanine et l’acide aspartique. Son pouvoir sucrant est 200 fois plus élevé que celui du sucrose. Pourtant, le cheminement de l’aspartame laisse plutôt un goût amer dans la bouche. Il a même des allures de conspiration, puisque le Pentagone a déjà nommé l’aspartame dans un inventaire d’armes chimiques !

 

En fait, tant G.D. Searle, la compagnie de produits chimiques et pharmaceutiques mentionnée précédemment, que Monsanto, maintenant propriétaire et fabricant d’aspartame, ont des liens tangibles avec la fabrication d’armes chimiques…

 


DES ÉTUDES DOUTEUSES

 

C’est en 1974 que l’aspartame est approuvé pour la première fois. À la suite de deux études démontrant que cette substance cause des tumeurs chez les animaux de laboratoire, l’autorisation est abrogée. Ces études n’ont jamais été réfutées depuis. En septembre 1980, après délibération, un comité de la Food and Drug Administration (FDA) se prononce contre l’aspartame. Quatre mois plus tard, G.D. Searle soumet dix nouvelles études « bidons », qui feront pencher la balance du côté de l’aspartame par un vote : celui du commissaire Arthur Hayes… qui sera plus tard engagé par Searle ! Selon le Dr Adrian Gross, ancien toxicologiste de la FDA, ces études sont foutaise. Il a noté que des décès d’animaux ont été cachés, que des tumeurs n’ont pas été rapportées et, dans certains cas, qu’elles ont même été extraites de l’animal qui, lui, a été remis dans l’étude !

 

En 1996, le médecin et professeur Ralph G. Walton, du collège de médecine de la NorthEastern Ohio University, décide d’analyser l’ensemble des études scientifiques reliées à la consommation d’aspartame. Ses observations parlent d’elles-mêmes : parmi 174 études analysées, 74 étaient financées par l’industrie de l’aspartame, 100% d’entre elles concluaient qu’il n’y avait aucun problème avec ce produit ! Cependant, sur 90 études indépendantes (non financées), 83 (92%) ont plutôt relevé un ou plusieurs problèmes reliés à l’usage de cet édulcorant. L’aspartame est l’objet de controverse depuis son apparition ; même son approbation relève d’une décision plus politique que scientifique.

 

Mais avec des revenus se chiffrant dans les milliards de dollars par année, la compagnie Monsanto n’est pas prête de lâcher le morceau…

 


DES EFFETS SECONDAIRES TROUBLANTS

 

La liste des effets secondaires liés è la consommation d’aspartame est très longue. De plus, selon la revue Headhache de novembre 1997, des personnes particulièrement sensibles peuvent ressentir des effets avec de très faibles doses : une gomme à mâcher, par exemple, peut causer un mal de tête ! En 1994, la FDA avait déjà accumulé près de 7 000 plaintes d’effets secondaires reliés à l’aspartame (l’organisme ne veut d’ailleurs plus compiler les plaintes). Les plus fréquentes sont : maux de têtes (ce qui a été confirmé par plusieurs études), vertiges, vision embrouillée, changements d’humeur, douleurs au ventre et crampes musculaires. Aux États-Unis, des pilotes d’avion ont même perdu leur permis pour avoir manifesté ces symptômes dans les heures suivant l‘ingestion de boissons à l’aspartame. Des communiqués à cet effet ont d’ailleurs été émis dans les bulletins du U.S. Air Force et du U.S. Navy afin de prévenir le personnel de ce risque.

 

Parmi les autres symptômes figurent les dépressions, les pertes de mémoire, les douleurs aux jointures, les troubles menstruels, les crises d’épilepsie et même quelques décès ! Et il ne s’agit là que d’une fraction des effets actuellement associés à la consommation d’aspartame, puisque la majorité des gens n’ont pas encore fait le lien entre leurs problèmes de santé et ce produit. Même s’ils le font, seul un léger pourcentage des gens et des professionnels de la santé prendra le temps de le rapporter aux autorités gouvernementales.

 

En 1991, le National Institute of Health a publié une bibliographie, « Adverse Effects of Aspartame », énumérant pas moins de 167 raisons d’éviter l’aspartame.

 

Une étude récente a également démontré que l’aspartame, tout comme le sucre, entraîne une calciurie, c’est-à-dire une perte de calcium dans les urines.

    

Citation :

Sucre ou asparthame ? Drogue ou poison ?

 

   A l'état naturel, par exemple dans les fruits, le sucre est accomagné de vitamines (B1) et de minéraux (magnéisum) indispensables à son métaboliem. En revanche, le sucre raffiné (le sucre blanc, mais aussi le sucre roux) n'en contient pas et oblige donc notre corps à puiser ces vitamines et minéraux dans ses propres réserves (le calcium des os par exemple). La consommation quotidienne de sucre raffiné produit un excès permanent d'acidité et l'organisme doit alors puiser de plus en plus de minéraux pour tenter de corriger ce déséquilibre. Le sucre raffiné n'apporte donc que des calories "vides".
     Le sucre raffiné provoque une hyperglycémie (montée brutale du taux de glucose dans le sang), ce qui entraîne la sensation d'avoir fait le plein d'énergie mais ce n'est que de courte durée puisque le pancréas réagit en sécretant de l'insuline. On fait alors une hypoglycémie réactionnelle qui pousse à reconsommer du sucre ... L'excès de sucre  entraîne une réelle dépendance et il peut être comparé à une drogue.
Les autres effets sont, en vrac : diabète, obésité, risque de cancer, maladies cardio-vasculaires.

 


 [:wiids]

Message cité 1 fois
Message édité par Innolis_jevede le 16-01-2008 à 13:05:52

---------------
So all my bitches and my niggas and my niggas and my bitches Wave your motherfuckin hands in the air And if you don't give a shit like we don't give a shit Wave your motherfuckin fingers in the air
n°13790937
Z_cool
Oups !
Posté le 16-01-2008 à 13:19:57  profilanswer
 

Ouai, mais bon,... UPer avec exactement les même info que déjà pondue dans le topic, c'est limite quand meme
 
Pis ,... bon, siter des blog comme preuve ... ouai, pourkoi pas... mais qqe part, tu apport un peut plus de credit a l'aspartam.  
merci

Message cité 1 fois
Message édité par Z_cool le 16-01-2008 à 13:22:07

---------------
On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. ( Confucius )
n°13791029
Innolis_je​vede
Fdp surcompensé.
Posté le 16-01-2008 à 13:29:09  profilanswer
 

Z_cool a écrit :

Ouai, mais bon,... UPer avec exactement les même info que déjà pondue dans le topic, c'est limite quand meme

 

Pis ,... bon, siter des blog comme preuve ... ouai, pourkoi pas... mais qqe part, tu apport un peut plus de credit a l'aspartam.
merci

 

J'avais pas l'impression que le sujet était traité aussi dramatiquement....

 

J'essaye pas de prouver quelque chose, je me pose juste des questions. Sinon, il n'y a guère que les particuliers qui semblent s'en inquiéter, donc se serait plutôt un fake cette histoire ?  Quelque part tant mieux dans ce cas. Me voilà rassuré ;)

 

Merci.


Message édité par Innolis_jevede le 16-01-2008 à 17:52:52

---------------
So all my bitches and my niggas and my niggas and my bitches Wave your motherfuckin hands in the air And if you don't give a shit like we don't give a shit Wave your motherfuckin fingers in the air
n°13791097
Z_cool
Oups !
Posté le 16-01-2008 à 13:36:09  profilanswer
 

va faire un tour sur Wikipedia, a l'époque il y avait un article intéressant.

 

il relevait en effet des expérience sur des rats qui montrait la nocivité de l'aspartam prise a haute dose après 2 ans de consommation.

 

en effet en retransposant a l'humain, ça donnerait : si une personne mange 2 tones d'asprtame/jour tout au long de sa vie, il a de forte chance de mourir entre 80 et 100ans

Message cité 1 fois
Message édité par Z_cool le 16-01-2008 à 13:36:50

---------------
On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. ( Confucius )
n°13808534
kley
Miaou !
Posté le 18-01-2008 à 01:29:11  profilanswer
 

Z_cool a écrit :

va faire un tour sur Wikipedia, a l'époque il y avait un article intéressant.
 
il relevait en effet des expérience sur des rats qui montrait la nocivité de l'aspartam prise a haute dose après 2 ans de consommation.
 
en effet en retransposant a l'humain, ça donnerait : si une personne mange 2 tones d'asprtame/jour tout au long de sa vie, il a de forte chance de mourir entre 80 et 100ans


Je ne pense pas que le plus intéressant soit les effets "cancérigènes" de l'aspartame, mais les effets immédiats qu'il peut avoir chez certaines personnes (où on voit que ce n'est pas si rare que ça, en fait).
Si pour certains, ingérer de l'aspartame provoque des maux, alors il y a intolérance ou allergie... Donc ces personnes ne devraient plus consommer d'aspartame. Pour les autres, s'ils n'ont aucun problème, alors ils peuvent en consommer comme ils veulent.
 
Perso, je pense qu'on a déjà bien assez de produits chimiques comme ça dans notre vie...  

n°13809565
Z_cool
Oups !
Posté le 18-01-2008 à 07:48:16  profilanswer
 

kley a écrit :


Je ne pense pas que le plus intéressant soit les effets "cancérigènes" de l'aspartame, mais les effets immédiats qu'il peut avoir chez certaines personnes (où on voit que ce n'est pas si rare que ça, en fait).
Si pour certains, ingérer de l'aspartame provoque des maux, alors il y a intolérance ou allergie... Donc ces personnes ne devraient plus consommer d'aspartame. Pour les autres, s'ils n'ont aucun problème, alors ils peuvent en consommer comme ils veulent.
 
Perso, je pense qu'on a déjà bien assez de produits chimiques comme ça dans notre vie...  


effets immédiat ?  
tu veux parler des maux de tête(souvent sité dans ce genre de rapport & Co  ) ? alors qu'aucun medecin n'est capable de te dire pourquoi/comment les expliquer ?
 
si tu veux véritablement améliorer les conditions de vie, il y a plein d'autre sujet : La mal bouffe par exemple. une fois celle si éradiqué, oui, la l'aspartam sera moins nécessaire.


---------------
On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. ( Confucius )
n°13835870
Z_cool
Oups !
Posté le 21-01-2008 à 08:36:05  profilanswer
 


Dans ton article, on trouve des noms,.....
notamment : Dr. Diana Dow Edwards
 

il est amusant de faire des recherche googleiennes dessus :
 
http://forums.about.com/n/pfx/foru [...] s&tid=8904
 

Citation :

2) The second story is about a doctor Diana Dow Edwards whoparticipated in a study about birth defects due to aspartame ingestion.This is often refered to like this (with just this portion of text):  
"DrDiana Dow Edwards was funded by Monsanto (owners of NutraSweet) tostudy possible birth defects caused by the ingestion of aspartame.After preliminary data showed damaging information, funding for thestudy was cut off."
http://www.ukfoodguide.net/e951.htm
http://www.dennisrodie.com/page16.html
Now, I've found out that there is a Diana Dow Edwards, professor at Suny Downstate Medical Center, http://www.downstate.edu/hiv/p9.html#5
but the birth defects study is not on her list of publications:
http://www.downstate.edu/hiv/p9ff.html
 
 


alors .... un pseudo rapport d'expert ou l'on sites des recherches ayant jamais existé .... ca serait presque du Bogdanov
 
 
Bref, merci d'avoir participé a la campagne de désinformation anti-Aspartam


Message édité par Z_cool le 21-01-2008 à 08:38:11

---------------
On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. ( Confucius )
n°13946707
lol3
Hamilton Jazzmaster Cte Classe
Posté le 01-02-2008 à 21:12:58  profilanswer
 

salut,
 
J'avais vu un reportage à la TV il y a quelques années sur une plante japonnaise qui était naturellment sucré et peu calorique, un bon remplaçant à l'aspartame, mais pb je me rapelle plus du tout le nom...
 
Auriez-vous une idée ? ;)
 
edit: un peu féneant je suis :o , en faisant rapidement une recherche sur la baie, je pense avoir trouvé
 
http://cgi.ebay.fr/STEVIA-REBAUDIA [...] dZViewItem
 
vous connaissez ?


Message édité par lol3 le 01-02-2008 à 21:15:18

---------------
Membre n°1 de la Team No-Moon Power ! :o
n°16439941
anouckanou​chou
Posté le 14-10-2008 à 14:29:10  profilanswer
 

psychatricmeuh a écrit :


 
mais quel ramassis d'ineptie.
au moins ça aura eu le mérite de me faire rire quelques minutes. mais j'ai meme pas eu le courage de tout lire. rien que les extraits de Z_cool c'est à mourrir de rire.
nan sérieux. quitte à vouloir montrer que l'aspartame est nocif, j'aimerai bien voir une VERITABLE étude dessus. pas celles sur les rats comme je l'ai déjà dit, sur les études en question les rats meurent vers les 1an et demi/2ans de tumeur... comme 99% des rats  :lol:


 
~~Tu veux des preuves ? Va sur "Pubmed" et lis les articles de Soffriti (si tu t'intéresses vraiment au sujet), et même pour t'éviter de chercher je vais t'en donner quelques-un qui sont pertinents:
- First experimental demonstration of the multipotential carcinogenic effects of aspartame administered in the feed to Sprague-Dawley rats.
- Results of long-term carcinogenicity bioassay on Sprague-Dawley rats exposed to aspartame administered in feed.
- Life-span exposure to low doses of aspartame beginning during prenatal life increases cancer effects in rats.
- Carcinogenicity of aspartame: soffritti responds.
 
En français, un petit site qui parle de ça: http://www.myaspartameexperiment.com/index.php?page=3
 
Si tu lis bien ce qu'ils disent sur leurs expériences, les rats sont âgés de 8 semaines au début de l'expérience et ils les gardent jusqu'à leur mort spontanée SACHANT QU'il y a des contrôles négatifs c'est-à-dire des rats traités et non traités à l'aspartame... Et devine quoi ? Les rats traités à l'aspartame développent des tumeurs (et pas que!)!
 
Sachant qu'il y a aussi des études qui contredise ce phénomène (j'en ai trouvé une en tout cas !): Aspartame: a safety evaluation based on current use levels, regulations, and toxicological and epidemiological studies.
 
Tu voulais une étude concrète, je t'en donne plus d'une !! à toi de porter ton propre jugement sur la question maintenant... De toute façon il y aura toujours des controverses...
 

mood
Publicité
Posté le 14-10-2008 à 14:29:10  profilanswer
 

n°16633891
sorcellia
Posté le 04-11-2008 à 14:27:14  profilanswer
 

Aspathame ou E951
Selon le spécialiste mondial  Dr H.J. Roberts : « l’aspartame est un véritable poison ». Produit neurotoxique pouvant provoquer plus de 92 symptômes, mais utilisé dans plus de 6000 produits alimentaires et 600 médicaments. A proscrire pour les femmes enceintes et les enfants.  
Cet additif n’aurait jamais dû être autorisé. Additif le plus meurtrier au monde.
 
Allant du simple mal de tête au cancer du cerveau en passant par des maladies comme celles de parkinson, alzheimer, sclérose en plaques. Il est donc VITAL de savoir le détecter et de l’EVITER.
 
Excellent livre à mettre dans son sac pour faire les courses : Les additifs alimentaires par Corinne Gouget !

n°34938918
Swiss_Knig​ht
600 MeV since 1957.
Posté le 10-07-2013 à 18:27:50  profilanswer
 

www.youtube.com/watch?v=L5IHDmLfWSQ


---------------
Hergestellt in der Schweiz.
n°34945206
Swiss_Knig​ht
600 MeV since 1957.
Posté le 11-07-2013 à 12:17:29  profilanswer
 

Tiens je suis tombé sur un exposé intéressant d'un neurochirurgien américain sur les relations entre nutrition et comportement : http://topdocumentaryfilms.com/rus [...] aspartame/
Ça interpelle quand même un peu je trouve...


---------------
Hergestellt in der Schweiz.
n°58824423
jupiter39
Posté le 15-02-2020 à 02:56:59  profilanswer
 

Innolis_jevede a écrit :

L'aspartame...
 
Après une recherche sur le net, j'ai trouvé quelques sites plutôt alarmistes à son sujet. Il serait à l'origine de pas mal de maux...
Alors, info ou intox ? (à ceux qui vont crier au déterrage de topic je leur prie de vouloir bien comprendre que je vais pas créer un topic pour un sujet qui existe déjà...)
 
quelques sources parmi beaucoup d'autres :
 
http://passions-et-loisirs.forumac [...] e-t309.htm
 
 
http://fan-fan.over-blog.com/article-1081765.html
 
 
quelques extraits :
 

Citation :

QU’EST-CE QUE L’ASPARTAME
 
 
L’aspartame, vous connaissez ? Cet édulcorant est l’un des plus utilisés par l’industrie agroalimentaire. Il a été découvert en 1965 et mis sur le marché pour la première fois aux États-Unis en 1974. En France, il a été autorisé à partir de 1981. Or il a, dès son apparition, été accusé d’être dangereux pour la santé. Sclérose en plaques, crises d’épilepsie, tumeurs du cerveau… Qu’en est-il exactement ?
 
Parce que vous vous préoccupez de votre poids, vous pensez que les succédanés sont meilleurs que le sucre pour votre santé ? Grave erreur…
 
À première vue, c’est génial : se sucrer le bec sans subir l’inconvénients des calories ! Cependant, la liste des plaintes reliées à ce succédané du sucre ne cesse de s’allonger, particulièrement aux États-Unis, où on observe une importante consommation de produits « diète ». Pire, on sait maintenant que la consommation d’aspartame entraîne des effets secondaires allant du simple mal de tête à des tumeurs au cerveau…
 
En effet, les statistiques américaines provenant du National Cancer Institute révèlent une hausse alarmante du nombre de tumeurs au cerveau : en 1983, 2,1% des cancers chez les hommes se situaient au cerveau ; en 1987, l’incidence était passée à 8,1% pour ces messieurs, grimpant même à 11,7% chez les femmes !
 
En creusant la question, les chercheurs ont constaté que cette forte hausse coïncide justement avec l’apparition, en 1983, des boissons gazeuses édulcorées à l’aspartame. Le débat pour son retrait du marché n’a pas cessé depuis.
 
 
ADDITIF OU DROGUE
 
L’aspartame a été découvert par hasard en 1965 au laboratoire Searle, aux États-Unis, par un scientifique qui cherchait à mettre au point un médicament contre les ulcères. En goûtant une pincée de sa poudre, il se serait rendu compte qu’elle avait un goût étonnamment sucré. Cette découverte était une bénédiction pour l’industrie alimentaire, qui cherchait une solution de rechange aux cyclamates et à la saccharine, interdits dans les aliments par le gouvernement depuis que des études chez les animaux ont révélé qu’ils entraînaient des cancers.
 
Au Canada, ces deux édulcorants sont tout de même disponibles en sachets dans les épiceries, les pharmacies et restaurants. L’aspartame a été autorisé dans les aliments secs en 1981, puis dans les boissons gazeuses en 1983.
 
Commercialisé sous le nom de Nutra Sweet et d’Égal, l’aspartame est un édulcorant synthétique modifié génétiquement et composé de deux acides aminés (composants des protéines), la phénylalanine et l’acide aspartique. Son pouvoir sucrant est 200 fois plus élevé que celui du sucrose. Pourtant, le cheminement de l’aspartame laisse plutôt un goût amer dans la bouche. Il a même des allures de conspiration, puisque le Pentagone a déjà nommé l’aspartame dans un inventaire d’armes chimiques !
 
En fait, tant G.D. Searle, la compagnie de produits chimiques et pharmaceutiques mentionnée précédemment, que Monsanto, maintenant propriétaire et fabricant d’aspartame, ont des liens tangibles avec la fabrication d’armes chimiques…
 
 
DES ÉTUDES DOUTEUSES
 
C’est en 1974 que l’aspartame est approuvé pour la première fois. À la suite de deux études démontrant que cette substance cause des tumeurs chez les animaux de laboratoire, l’autorisation est abrogée. Ces études n’ont jamais été réfutées depuis. En septembre 1980, après délibération, un comité de la Food and Drug Administration (FDA) se prononce contre l’aspartame. Quatre mois plus tard, G.D. Searle soumet dix nouvelles études « bidons », qui feront pencher la balance du côté de l’aspartame par un vote : celui du commissaire Arthur Hayes… qui sera plus tard engagé par Searle ! Selon le Dr Adrian Gross, ancien toxicologiste de la FDA, ces études sont foutaise. Il a noté que des décès d’animaux ont été cachés, que des tumeurs n’ont pas été rapportées et, dans certains cas, qu’elles ont même été extraites de l’animal qui, lui, a été remis dans l’étude !
 
En 1996, le médecin et professeur Ralph G. Walton, du collège de médecine de la NorthEastern Ohio University, décide d’analyser l’ensemble des études scientifiques reliées à la consommation d’aspartame. Ses observations parlent d’elles-mêmes : parmi 174 études analysées, 74 étaient financées par l’industrie de l’aspartame, 100% d’entre elles concluaient qu’il n’y avait aucun problème avec ce produit ! Cependant, sur 90 études indépendantes (non financées), 83 (92%) ont plutôt relevé un ou plusieurs problèmes reliés à l’usage de cet édulcorant. L’aspartame est l’objet de controverse depuis son apparition ; même son approbation relève d’une décision plus politique que scientifique.
 
Mais avec des revenus se chiffrant dans les milliards de dollars par année, la compagnie Monsanto n’est pas prête de lâcher le morceau…
 
 
DES EFFETS SECONDAIRES TROUBLANTS
 
La liste des effets secondaires liés è la consommation d’aspartame est très longue. De plus, selon la revue Headhache de novembre 1997, des personnes particulièrement sensibles peuvent ressentir des effets avec de très faibles doses : une gomme à mâcher, par exemple, peut causer un mal de tête ! En 1994, la FDA avait déjà accumulé près de 7 000 plaintes d’effets secondaires reliés à l’aspartame (l’organisme ne veut d’ailleurs plus compiler les plaintes). Les plus fréquentes sont : maux de têtes (ce qui a été confirmé par plusieurs études), vertiges, vision embrouillée, changements d’humeur, douleurs au ventre et crampes musculaires. Aux États-Unis, des pilotes d’avion ont même perdu leur permis pour avoir manifesté ces symptômes dans les heures suivant l‘ingestion de boissons à l’aspartame. Des communiqués à cet effet ont d’ailleurs été émis dans les bulletins du U.S. Air Force et du U.S. Navy afin de prévenir le personnel de ce risque.
 
Parmi les autres symptômes figurent les dépressions, les pertes de mémoire, les douleurs aux jointures, les troubles menstruels, les crises d’épilepsie et même quelques décès ! Et il ne s’agit là que d’une fraction des effets actuellement associés à la consommation d’aspartame, puisque la majorité des gens n’ont pas encore fait le lien entre leurs problèmes de santé et ce produit. Même s’ils le font, seul un léger pourcentage des gens et des professionnels de la santé prendra le temps de le rapporter aux autorités gouvernementales.
 
En 1991, le National Institute of Health a publié une bibliographie, « Adverse Effects of Aspartame », énumérant pas moins de 167 raisons d’éviter l’aspartame.
 
Une étude récente a également démontré que l’aspartame, tout comme le sucre, entraîne une calciurie, c’est-à-dire une perte de calcium dans les urines.


 
 
 
 
 
 
 
 

Citation :

Sucre ou asparthame ? Drogue ou poison ?
 
    A l'état naturel, par exemple dans les fruits, le sucre est accomagné de vitamines (B1) et de minéraux (magnéisum) indispensables à son métaboliem. En revanche, le sucre raffiné (le sucre blanc, mais aussi le sucre roux) n'en contient pas et oblige donc notre corps à puiser ces vitamines et minéraux dans ses propres réserves (le calcium des os par exemple). La consommation quotidienne de sucre raffiné produit un excès permanent d'acidité et l'organisme doit alors puiser de plus en plus de minéraux pour tenter de corriger ce déséquilibre. Le sucre raffiné n'apporte donc que des calories "vides".
     Le sucre raffiné provoque une hyperglycémie (montée brutale du taux de glucose dans le sang), ce qui entraîne la sensation d'avoir fait le plein d'énergie mais ce n'est que de courte durée puisque le pancréas réagit en sécretant de l'insuline. On fait alors une hypoglycémie réactionnelle qui pousse à reconsommer du sucre ... L'excès de sucre  entraîne une réelle dépendance et il peut être comparé à une drogue.
Les autres effets sont, en vrac : diabète, obésité, risque de cancer, maladies cardio-vasculaires.


 
 
 [:wiids]


 
Justement le coca zéro sucres fait-il "travailler "plus le pancreas ?

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  6  7
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Pour ceux et celles qui en ont marre du spammarre de payer des impots pour de l'injustice
marre de payer des impots pour de l'injusticemarre de HFR qui coupe sans arrêt
Marre de ces grèves en été sur le RER E !!!yen a marre !!! on veut parler de foot !!!
Marre des grognonsIl y en a marre des jeux SMS à la TV! (Questions Coupe du Monde)
marre de ces poils ! 
Plus de sujets relatifs à : Marre de l'aspartame!


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR