Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Shop Recherche
1725 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  1521  1522  1523  1524  1525  1526
Auteur Sujet :

Syrie - Les Turcs à Idlib, Assad&Poutine vs Erdogan

n°25974666
esfahani
Esfahan nesf-e djahan
Posté le 27-03-2011 à 22:33:20  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

mikha31 a écrit :


 
Je suis d'accord avec ta dernière phrase, il faut avoir les moyens de résister et le faire intelligemment sachant qu'elle n'est pas forcément militaire, tout dépend de la situation.
 
Par contre, je suis pas du tout du même avis sur le reste. Je vais prendre l'exemple du hezbollah vu que c'est celui que je connais en partie et que j'ai un peu vécu. Le mouvement s'est créé dans les années 80 suite à l'invasion israëlienne du liban. Les israëliens ont occupé le Liban jusqu'en mai 2000 et ce sont les pertes infligés aux israëliens par le Hezbollah qui ont permis le retrait des troupes d'occupation de la majeure partie du Liban.
Sans cette résistance, le Liban serait toujours occupé aujourd'hui et je pense que rien que pour ça, chaque libanais qui connaît un peu son histoire a un minimum de reconnaissance objective envers le partie. Outre la libération d'une partie du pays, le Hezbollah s'est énormément investi socialement auprès des populations du sud (pas seulement chiites) par le financement d'hopitaux, écoles... Régions qui avaient été complètement délaissées par le gouvernement plus occupé à s'enrichir et creuser la dette du pays.
Par rapport à la libération de mai 2000, c'est aussi la seule fois dans l'histoire où israël a été défait militairement et où l'occupé n'a eu aucune concession à faire.  
Maintenant, comme tu l'as dit, il faut agir intelligemment et je suis complètement d'accord que la solution militaire n'est pas la seule. Le problème, c'est qu'aucune autre solution n'a permis de faire évoluer la situation de façon juste et équitable.
Pour conclure, le Hezbollah à travers Nasrallah a de nombreuses fois indiqué qu'il était ouvert au dialogue sur comment obtenir une solution juste et équitable mais jusqu'à présent personne n'a pu présenter un projet viable pour trouver cette solution.


financement avec les deniers iraniens  
volés aux Iraniens
précisons


---------------
“La liberté est un bagne aussi longtemps qu'un seul homme est asservi sur la terre.”
mood
Publicité
Posté le 27-03-2011 à 22:33:20  profilanswer
 

n°25974687
tebidoor
fonctionnaire
Posté le 27-03-2011 à 22:35:21  profilanswer
 

Fredouye a écrit :

L'état d'urgence en vigueur depuis 1963 bientôt abrogé ?
 

Citation :

Au pouvoir depuis 2000, à la suite de son père, le président syrien a promis de s'adresser "très bientôt" à son peuple, alors que le pays est secoué par une contestation sans précédent, réprimée dans le sang. Il aurait décidé d'abroger la loi d'urgence qui impose de nombreuses restrictions de libertés.



 
L'exemple de l'Algérie a montré que l'abrogation de l'état d'urgence ne signifie pas forcément plus de liberté dans les faits.
Puis, il y a une différence entre le fait de dire qu'on va abroger et l'abrogation en elle même.


---------------
tada tada tada
n°25974910
mikha31
SOON BROKE
Posté le 27-03-2011 à 22:55:29  profilanswer
 

esfahani a écrit :


financement avec les deniers iraniens  
volés aux Iraniens
précisons


 
Pas seulement iraniens (précision) mais en grande partie certainement (bien que personne ne connaisse le budget exacte).
Après je comprends parfaitement que tu ne sois pas en accord avec les choix d'investissements des dirigeants iraniens mais c'est un autre problème.


---------------
Are we human or are we (dance)
n°25976216
no_gods
Uplifting trance !
Posté le 28-03-2011 à 07:13:48  profilanswer
 


 
C'est la bonne nouvelle si la Syrie tombe: l'Iran serait comme tu le dis complètement isolée, et je vois pas ce qu'il pourrait faire à part entrer sur la voie de la négociation, et ainsi que pourquoi pas à terme remplacement d'Ahmadinejad. Mais bon le problème serait toujours là, car c'est l'essence même de l'Iran et sa théocratie qu'il faut espérer voir tomber.  
Fascinant en tout cas ce qu'il est en train de se passer dans toute la région ces derniers mois  :pt1cable:

n°25976396
Tuco_Ramir​es
Posté le 28-03-2011 à 08:48:41  profilanswer
 

Les Syriens ne lâcheront rien,jamais,ils vont gagner un peu de temps pour remplir des listes et ensuite couper des têtes.C'est pas un régime qui peut se réformer,l'Algèrie c'est pareil.Ils en ont R.A.F.
 Ils fonctionnent sur le modèle des juntes sud amèricaines,y'a rien qui les fera bouger.C'est l'armée qui gouverne et elle est homogène.

n°25984983
_tchip_
Et le sniper ?
Posté le 28-03-2011 à 21:28:19  profilanswer
 

[:soulafa] la situation dégénère en Syrie, les manifestants font feu de tout bois.


---------------
J'adore la France, dans 10 ans y en aura plus.
n°25985184
Libancrati​e
Posté le 28-03-2011 à 21:38:33  profilanswer
 

Quel est l'avis des israéliens sur ce qui se passe en Syrie?  
Après l'Egypte, un deuxième régime voisin inoffensif pour Israel tomberait aux mains d'inconnus. Néanmoins, j'y crois peu car la famille Assad a pas mal de soutien à Damas et sur la côte au Nord du pays.  
 

n°25985689
duglambier
Posté le 28-03-2011 à 22:04:37  profilanswer
 

Si le régime Syrien vacille le Hezbollah réagira

n°25985860
fatah93
Posté le 28-03-2011 à 22:13:41  profilanswer
 

duglambier a écrit :

Si le régime Syrien vacille le Hezbollah réagira


Et que fera-t-il donc ?


---------------
Mon image publique est étonnamment négative, est-ce à cause de mon hobbie qui consiste à gifler des orphelines ? | Je dois aller faire quelque chose de masculin, tel conquérir une nation ou uriner debout.  
n°25988781
duglambier
Posté le 29-03-2011 à 09:50:46  profilanswer
 

fatah93 a écrit :


Et que fera-t-il donc ?


Les soldats syriens sunnites hésiteront à tirer sur les islamistes sunnites. Comme à peine 10% de la population est alaouite, les miliciens hezbollah (forts de 20 000 hommes) n'hésiteront pas à aider le président Syrien.
 
Attention à la réaction des islamistes sunnites du Liban, cependant.

mood
Publicité
Posté le 29-03-2011 à 09:50:46  profilanswer
 

n°25988838
fatah93
Posté le 29-03-2011 à 09:55:58  profilanswer
 

Je n'y crois pas une seconde. Le Hezbollah n'a aucun intérêt à cela. Et il n'en a surement pas les moyens.


---------------
Mon image publique est étonnamment négative, est-ce à cause de mon hobbie qui consiste à gifler des orphelines ? | Je dois aller faire quelque chose de masculin, tel conquérir une nation ou uriner debout.  
n°25989553
Profil sup​primé
Posté le 29-03-2011 à 10:52:10  answer
 

Citation :

Le gouvernement syrien doit démissionner ce mardi

Le gouvernement du premier ministre Naji Otri doit démissionner, mardi 29 mars, et un nouveau gouvernement verra le jour en Syrie dans les 24 heures, a affirmé un haut responsable à Damas. "Le gouvernement doit présenter sa démission aujourd'hui et un nouveau cabinet sera mis en place dans les 24 heures", a dit ce responsable qui a requis l'anonymat.

 

Cette mesure intervient alors que le régime est confronté à une contestation sans précédent dans le sillage des révoltes qui secouent le monde arabe. Le président Bachar Al-Assad, au pouvoir depuis 2000, doit annoncer sous peu une série de mesures censées libéraliser le régime en place depuis près de cinq décennies, notamment l'abolition de l'état d'urgence qui prive les citoyens de la majorité des libertés publiques.

 

"LE PEUPLE SYRIEN EST UN"

 

Des milliers de personnes affluaient, mardi matin, sur une grande place de Damas afin de participer à un rassemblement de soutien au président Bachar A-Assad, confronté à une contestation sans précédent depuis son arrivée au pouvoir en 2000. "Par notre sang, par notre âme, nous nous sacrifierons pour toi Bachar", "Dieu, Syrie, Bachar et c'est tout" "Un, Un, Un, le peuple syrien est un", scandent les manifestants venus à pied ou en bus sur la place Sabaa Bahrat en face de la Banque centrale où figure une immense affiche du chef de l'Etat.

 

Les manifestants brandissent des drapeaux syriens et des portraits du président ainsi que des banderoles sur lesquelles on peut lire "Non à la dissension confessionnelle". La Syrie est un pays multiconfessionnel et multiethnique avec notamment les sunnites qui sont majoritaires, les alaouites qui tiennent les rênes du pouvoir, les chrétiens et les kurdes. Des rassemblements identiques sont prévus dans toutes les villes du pays.

 

http://www.lemonde.fr/proche-orien [...] L-32280184

 

Je sais pas si Bachar pourra juguler cette révolte. En tout cas elle est en tout point commun a ce qui c'est passé en Egypte et en Tunisie. Les peuples arabes sont fatigués d’être dirigés par des dictateurs

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 29-03-2011 à 10:52:29
n°25993510
Fredouye
Shivers !
Posté le 29-03-2011 à 15:48:46  profilanswer
 

http://blogs.aljazeera.net/live/mi [...] g-march-29
 

Citation :

12:05pm
The Syrian government will resign on Tuesday and a new cabinet will see the light within 24 hours, sources have told Al Jazeera.


 

Citation :

12:50pm
Thousands of Syrians wave their national flag and rally in the capital Damascus to show their support for President Bashar al-Assad. Pro-government protests are also taking place in four other major cities.
 
"There are [pro-government] protesters coming from across the country. And there are protests not only here in Damascus but across the country," Al Jazeera's Cal Perry reported.


 
http://blogs.aljazeera.net/sites/default/files/imagecache/FeaturedImagePost/images/afp.JPG
 

Citation :

3:00pm
Assad has appointed Naji al-Otari, head of the government that resigned on Tuesday, as the new caretaker prime minister, the official news agency reported.  
 
The government has little power in Syria, where power is concentrated in the hand of Assad, his family and the security apparatus. Otari has been prime minister since 2003.
 
The Syrian cabinet has resigned amid the country's worst unrest in decades.


---------------
Le dernier arrivé est fan de Phil Collins
n°25993716
Tuco_Ramir​es
Posté le 29-03-2011 à 16:02:07  profilanswer
 

Ce sont des Contre-manifestations organisées par le pouvoir,
comme l'ont fait les libyens et les Algèriens.Les gens qui n'y participent pas sont systèmatiquement listés.
 http://www.leparisien.fr/crise-egy [...] 381922.php

n°25999167
Libancrati​e
Posté le 29-03-2011 à 23:11:43  profilanswer
 

Tuco_Ramires a écrit :

Ce sont des Contre-manifestations organisées par le pouvoir,
comme l'ont fait les libyens et les Algèriens.Les gens qui n'y participent pas sont systèmatiquement listés.
 http://www.leparisien.fr/crise-egy [...] 381922.php


 
Sérieusement maintenant...
 
Des prisonniers politiques ont été libérés, le régime syrien ne cesse de lâcher du lest depuis quelques jours et on voudrait nous faire croire que les gens sont encore forcés de soutenir le régime. Quand des centaines de milliers de personnes manifestent, c'est qu'il y a autre chose que la terreur pour forcer les gens à manifester. La famille Assad bénéficie d'un soutien que n'avaient pas des Ben Ali, Moubarak ou même Kadhafi (qui dispose d'assez de fric pour engager des voyous pour le défendre).

n°25999199
esfahani
Esfahan nesf-e djahan
Posté le 29-03-2011 à 23:15:01  profilanswer
 

Libancratie a écrit :


 
Sérieusement maintenant...
 
Des prisonniers politiques ont été libérés, le régime syrien ne cesse de lâcher du lest depuis quelques jours et on voudrait nous faire croire que les gens sont encore forcés de soutenir le régime. Quand des centaines de milliers de personnes manifestent, c'est qu'il y a autre chose que la terreur pour forcer les gens à manifester. La famille Assad bénéficie d'un soutien que n'avaient pas des Ben Ali, Moubarak ou même Kadhafi (qui dispose d'assez de fric pour engager des voyous pour le défendre).


hmmmm dans les noms cités il n'y a pas Khamenei/Ahmadinejad . çà doit être un hasard  :o


---------------
“La liberté est un bagne aussi longtemps qu'un seul homme est asservi sur la terre.”
n°26006038
Madadayo
Posté le 30-03-2011 à 16:45:14  profilanswer
 

J'écoutais d'une oreille distraite un journaliste syrien selon lequel les manifestants anti-régime remerciaient France24 de montrer leurs manifs contrairement à Al-Jazira.  
D'abord, est-ce vrai qu'Al-Jazira ne montre pas ces manifs ? Ensuite, quelle en serait la raison ? Le régime syrien étant l'allié de l'Iran, le Qatar aurait tout intérêt à faire monter la sauce contre lui.  [:transparency]

n°26006362
etranger
Posté le 30-03-2011 à 17:12:34  profilanswer
 

[:lardoncru:4]

n°26006506
Profil sup​primé
Posté le 30-03-2011 à 17:23:48  answer
 

Sérieusement, ce n'est pas comme si dans une dictature les manifs de soutien "spontanées" n'avaient jamais existées   :D

n°26007009
Profil sup​primé
Posté le 30-03-2011 à 18:18:24  answer
 

Fredouye a écrit :

http://blogs.aljazeera.net/live/mi [...] g-march-29
 

Citation :

12:05pm
The Syrian government will resign on Tuesday and a new cabinet will see the light within 24 hours, sources have told Al Jazeera.


 

Citation :

12:50pm
Thousands of Syrians wave their national flag and rally in the capital Damascus to show their support for President Bashar al-Assad. Pro-government protests are also taking place in four other major cities.
 
"There are [pro-government] protesters coming from across the country. And there are protests not only here in Damascus but across the country," Al Jazeera's Cal Perry reported.


 
http://blogs.aljazeera.net/sites/default/files/imagecache/FeaturedImagePost/images/afp.JPG
 

Citation :

3:00pm
Assad has appointed Naji al-Otari, head of the government that resigned on Tuesday, as the new caretaker prime minister, the official news agency reported.  
 
The government has little power in Syria, where power is concentrated in the hand of Assad, his family and the security apparatus. Otari has been prime minister since 2003.
 
The Syrian cabinet has resigned amid the country's worst unrest in decades.



 
 
retouchée ou pas la photo ?  
 
exemple de photo retouchée d'une contre manif au Yémen
 
http://www.atlantico.fr/sites/default/files/image_1_5.png


Message édité par Profil supprimé le 30-03-2011 à 18:19:01
n°26007046
teepodavig​non
Sheraf.
Posté le 30-03-2011 à 18:24:14  profilanswer
 

Comment ils savent que c'est photoshop et pas un autre logiciel :o ?

n°26007155
Profil sup​primé
Posté le 30-03-2011 à 18:38:53  answer
 

Citation :

Syrie: pourquoi Bachar el-Assad n'a pas levé l'état d'urgence

 
Les Syriens attendaient de leur président qu'il annonce la levée de l'état d'urgence en vigueur depuis près d'un demi-siècle. Mais si Bachar El Assad s'est exprimé devant le Parlement syrien, c'est au contraire pour dénoncer une conspiration contre la Syrie.  
 
Le président Bachar el-Assad n'a pas annoncé les ouvertures attendues. Parce qu'il a du céder à son aile dure?
 
 
Les Syriens attendaient de leur président qu'il annonce la levée de l'état d'urgence en vigueur dans le pays depuis près d'un demi-siècle, de nouvelles lois sur les médias et le pluralisme politique. C'est en effet ce qui avait été évoqué dès dimanche par sa principale conseillère Bouthaina Chaabane et largement relayé depuis par de multiples sources officielles. Mais la montagne a accouché d'une souris. Si Bachar el-Assad s'est bien exprimé, comme prévu, devant le Parlement syrien, c'est au contraire pour dénoncer une conspiration contre la Syrie, accusant une "minorité" de semer le chaos.  
 
Une marge de manoeuvre limitée
 
Pourquoi avoir, alors, entretenu l'espoir d'une ouverture et notamment de la levée de l'état d'urgence? La réponse à cette question réside sans doute dans la façon dont fonctionne le système syrien, au sein duquel s'opposent plusieurs pôles de pouvoir. En clair, il n'est pas certain que le discours qu'a tenu Bachar el-Assad aujourd'hui soit celui qu'il envisageait de prononcer...  
 
La révolte arabe, puis ces derniers jours, son onde de choc en Syrie, semblent avoir provoqué un très vif débat, voire un véritable conflit, au sein du régime syrien. Bachar el-Assad dispose, au sein d'un système qui est l'un des plus verrouillés du monde, d'une marge de manoeuvre limitée. Ses velléités de réformes ont déjà à plusieurs reprises dans le passé été freinées par l'aile dure du régime. Il ne s'agit pas tant aujourd'hui de la "vieille garde" - l'expression avait fait florès lors du coup d'arrêt donné en 2001 à l'éphémère "printemps de Damas" - que de jeunes héritiers qui profitent du système en même temps qu'ils le tiennent et craignent d'ouvrir la boîte de Pandore du changement.  
 
Deux hommes comptent tout particulièrement, sans lesquels Bachar ne peut rien décider ou presque: son frère Maher, patron de la 4ème division blindée, et son beau-frère Assaf Chawkat, le chef des services secrets. L'un et l'autre sont les pièces maîtresses d'un régime largement fondé sur la coordination entre les services de renseignement et les forces spéciales. S'y ajoute Rami Makhlouf, cousin de Bachar -il est le fils d'un oncle maternel- patron, entre autres, de l'opérateur téléphonique Syriatel et symbole de la corruption du clan au pouvoir.  
 
Depuis quelque temps des rumeurs faisaient état de dissensions au sein même de ce clan, sur fonds de printemps arabe. Certains faits avaient aussi conduit les observateurs à s'interroger. Ainsi, dans une tribune publiée sur le site du Monde ("Bachar el-Assad dirige-t-il encore la Syrie ?" ) un ancien diplomate français relevait il y a peu que l'agence de presse officielle syrienne avait mis en ligne le 8 mars dernier le texte d'un décret présidentiel sur la libération de détenus politiques... pour le retirer deux heures plus tard. Plus récemment, après les premières manifestations de Deraa, réprimées dans le sang, on apprenait de source officielle que le chef de l'Etat souhaitait voir cesser les tirs contre les manifestants. Ils se sont poursuivis...  
 
Selon plusieurs sources par ailleurs, les violences dont certaines villes ont été le théâtre le vendredi 25 mars, Tartous et Lattaquié notamment, auraient été fomentées par des éléments de la Shabiha, une milice baasiste liée à Maher el-Assad.  
 
Ce dernier a-t-il cherché à se poser en homme fort du régime? Certains l'affirment. Ce conflit interne expliquerait que Bachar el-Assad n'ait pas pris la parole plus tôt, alors que sa conseillère, Bouthaina Chaabane avait annoncé, dimanche dernier, une allocution "dans les prochaines heures". Et surtout qu'il ne l'ait finalement prise que pour ne rien dire.  

Solides atouts

L'autisme dont font preuve les autorités de Damas va creuser un peu plus encore l'écart entre le régime et l'opposition. Celle qui est descendue dans la rue la semaine dernière, comme celle qui, depuis près de 10 ans, réclame avec constance une ouverture politique et l'instauration du pluralisme. On aurait tort, pourtant, de considérer que la chute du régime est d'ores et déjà programmée. Car Bachar el-Assad n'en conserve pas moins quelques solides atouts. Il bénéficie de l'appui de tous ceux qui craignent l'arrivée au pouvoir d'une majorité sunnite soupçonnée de sympathie pour les frères musulmans : les Alaouites bien sûr, dont il est lui-même issu, mais aussi la minorité chrétienne et une bonne partie de la bourgeoisie sunnite qui a profité de sa politique d'ouverture économique. Sa rhétorique anti-israélienne est par ailleurs populaire auprès d'une opinion sensible au thème de la "résistance arabe".  
 
A l'extérieur, bien rares sont ceux qui souhaitent sa chute. Ni l'Iran, dont il est l'unique allié du monde arabe et qui ne pourrait alors plus livrer d'armes au Hezbollah libanais, ni les Etats arabes de la région qui redoutent la déstabilisation qui s'ensuivrait, ni même les Israéliens, peu soucieux de perdre cet ennemi si fiable qui a toujours su garantir l'étanchéité de sa frontière avec l'Etat hébreu.  


http://www.lexpress.fr/actualite/m [...] tor=AL-447

n°26017807
LooSHA
Allah Akbar
Posté le 31-03-2011 à 17:59:15  profilanswer
 

Libancratie a écrit :

Des prisonniers politiques ont été libérés, le régime syrien ne cesse de lâcher du lest depuis quelques jours et on voudrait nous faire croire que les gens sont encore forcés de soutenir le régime. Quand des centaines de milliers de personnes manifestent, c'est qu'il y a autre chose que la terreur pour forcer les gens à manifester. La famille Assad bénéficie d'un soutien que n'avaient pas des Ben Ali, Moubarak ou même Kadhafi (qui dispose d'assez de fric pour engager des voyous pour le défendre).


Oui, ça s'appelle de la propagande.

 
Citation :

In addition to cracking down, The government has responded by organising pro-Assad rallies.

 

distributing propaganda.

 

It has blamed the unrest on saboteurs, from Israeli agents to Palestinian extremists, and has claimed infiltrators dressed up as high-ranking officials are giving permission to forces to shoot. It has also made concessions. Faisal Kalthoum, governor of Deraa, has been dismissed. Sources told the Guardian that Deraa's head of political security has also been transferred.


>> http://www.guardian.co.uk/world/20 [...] kill-deraa

 

Quand on te dit qu'il y a des saboteurs dans les manifs, qui vopnt des agents du Mossad aux extrémistes palestiniens, qu'il y a des sosies de haut gradés qui donnent l'ordre de tirer, ça devient un peu n'importe quoi.

 

Quand on voit ce qu'un gouvernement d'une démocratie peut faire avaler à sa population... alors dans une dictature [:alexmagnus:1]


Message édité par LooSHA le 31-03-2011 à 17:59:46

---------------
Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.
n°26022356
freeza01
Posté le 01-04-2011 à 05:33:22  profilanswer
 

:flag:
 
ca serait sympa que le Liban y gagne de l'indépendance en même temps.


---------------
L'humanité est surévaluée|De la joie et de la bonne humeur, par un cancéreux.|.
n°26026336
Profil sup​primé
Posté le 01-04-2011 à 14:24:36  answer
 

Citation :

SOULÈVEMENT - Malgré le discours et les promesses du président Bachar Al-Assad de mercredi...

Ils sont prêts pour un «vendredi des martyrs». Les manifestants syriens se sont à nouveau rassemblés ce vendredi, après la grande prière, malgré le discours du président Bachar Al-Assad mercredi, et l’annonce des premières mesures jeudi (commission chargée d'enquêter sur l'abolition de l'état d'urgence et enquête sur les morts à Deraa et Lattaquié). Et ce n’est plus la ville de Deraa qui est concernée, mais la capitale, Damas, et les deux grosses villes portuaires de Banias et Lattaquié.

 

Ls forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants dans les trois villes. A Damas, des centaines de personnes sont descendues dans les rues, selon la chaîne Al-Arabiya.

 

Des appels à manifester ce vendredi après-midi avaient auparavant été lancés via Facebook. L'importance de ces rassemblements sera un test sur la capacité des contestataires à mobiliser alors que la répression est jusqu'à présent
http://www.20minutes.fr/article/69 [...] apres-midi

 

VIDEO


Message édité par Profil supprimé le 01-04-2011 à 14:25:02
n°26032126
tebidoor
fonctionnaire
Posté le 01-04-2011 à 23:38:08  profilanswer
 

Courrier International a publié un dossier très complet sur la Syrie et notamment sur les massacres commis sous l'ère d'Hafez el Hassad, père de Bachar au pouvoir aujourd'hui.


---------------
tada tada tada
n°26053951
Profil sup​primé
Posté le 04-04-2011 à 21:02:22  answer
 

Citation :

A Damas, le régime de Bachar el-Assad prépare un bain de sang
 
 
Nous publions ce témoignage d'un homme d'affaires franco-syrien – vivant entre la France et la Syrie, où réside toute sa famille – après avoir pris les précautions d'usage pour préserver son anonymat et vérifier, dans la mesure du possible, l'authenticité de son récit.
 
Le voyage s'est bien passé, j'ai regardé les infos pendant mon escale à Istanbul, surtout le discours du président [Bachar el-Assad, ndlr]. J'ai tout de suite pensé au pire : ce n'est pas un discours rassurant mais plutôt une déclaration de guerre à tous les contestataires, la prétendue explication devant le Parlement n'était autre qu'une mascarade.
 
Un parlementaire a même crié haut et fort que Bachar ne méritait pas d'être le Président des Syriens mais celui de tous les Arabes. Il a ajouté que ce ne serait pas suffisant et que le poste de Président du monde lui-même ne serait pas à sa hauteur !
 
Lécher les bottes d'un rejeton de dignitaire, c'est bien
 
Je n'en ai pas cru mes oreilles et les conséquences redoutables de ces tragiques élucubrations me sont apparues : ce qui se dessine, ce que prépare le pouvoir, en réalité, c'est un bain de sang dont les victimes seront les combattants de la liberté.
 
L'arrivée à l'aéroport de Damas s'est passée comme d'habitude : un « fils de » a été accueilli dès l'ouverture des portes de l'avion par des agents de sécurité qui lui ont ainsi permis d'éviter de faire la queue et d'être fouillé.
 
Pendant l'attente des bagages, une vieille dame qui tient à peine debout a demandé à un employé de l'aider en allant lui chercher un chariot. Il a refusé car elle n'avait pas de livre syrienne à lui donner. Lécher les bottes d'un rejeton de dignitaire, c'est bien ; aider une petite vieille qui a l'âge de sa grand-mère, c'est mal.
 
« Si vous n'êtes pas contents, cassez-vous »
 
Bagages en main, je cherche un taxi. A l'aéroport, les taxis appartiennent à un monopole aux mains d'un cousin du Président. Je paye, une personne m'accompagne jusqu'au taxi, une vieille guimbarde. Pour avoir droit à un véhicule récent et confortable, c'est le même prix mais il faut avoir un look de businessman ou d'émir du Golfe.
 
Le chauffeur, après quelques minutes pour rompre la glace, me confie qu'il est originaire de Daraa. Pour lui, les gens du coin n'en resteront pas là, question d'honneur, et le discours du Président était vide. Je ne m'attarde pas dans ces échanges : derrière tout chauffeur de taxi, en Syrie, peut se cacher un agent du pouvoir.
 
Il me parle ensuite de ses conditions de travail : il n'a pas de salaire, son unique rétribution provient des pourboires. Avec ses collègues, ils ont demandé au cousin du Président, qui possède la compagnie, un salaire minimum. « Si vous n'êtes pas contents, cassez-vous », leur a-t-on répondu. Voilà ce qu'est devenu le baasisme…
 
Comme un retour aux sources socialistes du baasisme
 
Arrivé à la maison, j'ai regardé à nouveau les infos et échangé avec mes proches. Avant le discours d'el-Assad, la population semblait également répartie entre les anti et les pro-régime. Ceux-ci s'attendaient à des annonces concernant leur vie quotidienne et, à ce propos, circulaient les plus folles rumeurs : augmentations de salaires, attributions de bourses d'études, construction de logements sociaux, transformation des CDD de la fonction publique en CDI… comme un retour aux sources socialistes du baasisme.
 
Ceux-là espéraient la levée immédiate de cet état d'urgence plus vieux que le président, la création d'une commission chargée de proposer une nouvelle constitution.

Des convois militaires jalonnaient la route de Damas à Daraa

 
L'ambassadeur de France [Eric Chevallier] a convoqué cette semaine le personnel diplomatique et consulaire et, d'après des témoins, a dévoilé une position inquiétante. Il se serait fait le porte-parole du régime, prétendant que les révoltes de Daraa et Lattaquié sont manipulées depuis l'étranger et que les médias mentent sur la réalité, il aurait d'ailleurs mis sur le compte du manque de professionnalisme le renvoi du directeur de l'agence Reuters par les autorités.
 
Trois touristes étasuniens ont été arrêtés alors qu'ils filmaient des manifestants hostiles au régime. L'ambassade de leur pays a demandé sans succès un droit de visite. L'un de ces touristes aurait même avoué (dans quelles conditions ? ) s'être rendu en Syrie afin de créer le chaos.
 
 
Le Président dit avoir pris du temps avant de s'adresser au peuple afin de ne pas réagir à chaud, sous l'effet de l'émotion. En réalité, il semble qu'il ait mis ce temps à profit pour redéployer des troupes. D'après des témoins directs, des convois militaires jalonnaient la route de Damas à Daraa ce mercredi .
 
Le vieux Damas chargé d'angoisse
 
Jeudi au matin, je suis allé dans le vieux Damas, lieu de contestation historique, où régnait un calme inquiétant : ce n'est pas un vent de liberté qui y souffle, au contraire, l'air y est chargé d'angoisse, les gens font provisions de denrées de première nécessité.
 
Les alentours de la mosquée des Omeyyades sont quadrillés de voitures de « moukhabarats » (police secrète) banalisées, que tout bon Syrien finit, à force, par reconnaître. Ces hommes sirotant du thé, adossés aux murs et regardant passer les gens derrière des Ray-Ban de contrefaçon ne trompent personne.
 
Je suis entré dans un cybercafé mais, n'ayant pas pris ma carte d'identité syrienne, j'ai été refoulé : ces établissements sont étroitement surveillés. Dans un autre, un vieil homme très sympathique m'a ouvert et demandé, hilare, s'il pouvait prendre ma carte d'identité française, y mettre sa photo et quitter le pays !


http://www.rue89.com/2011/04/04/a- [...] ang-198433

n°26100857
Profil sup​primé
Posté le 08-04-2011 à 22:58:02  answer
 

Citation :

Des troubles éclatent en Syrie, au moins 17 morts à Deraa
 
 
Des manifestations contre le régime du président Bachar al Assad ont éclaté vendredi à travers la Syrie, où au moins 17 personnes ont été tuées dans la ville méridionale de Deraa, épicentre du mouvement de contestation. Lire la suite  
 
Dans l'Est, des milliers de Kurdes ont de nouveau réclamé des réformes en dépit de la promesse faite par Assad d'assouplir les règles en vigueur qui empêchent nombre de Kurdes de prétendre à la citoyenneté syrienne.
 
Des rassemblements ont eu lieu dans l'ensemble de ce pays de 20 millions d'habitants, du port méditerranéen de Lattaquié à Albou Kamal sur la frontière irakienne. Les manifestations, qui défient les mesures de répression et les promesses de réformes du président Assad, entraient dans leur quatrième semaine.
 
A Deraa, où les troubles avaient commencé le 18 mars, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des milliers de manifestants selon des habitants. Les protestataires ont incendié un bâtiment du parti Baas au pouvoir et déboulonné une statue du défunt frère du président, Basil.
 
Selon une liste de noms citée par un bénévole de l'hôpital de Deraa et un militant, 17 personnes ont été tuées. Ce chiffre porte à plus de 90 morts le bilan de trois semaines de troubles.
 
Des groupes armés ont tué 19 policiers et en ont blessé 75 à Deraa, a affirmé pour sa part la télévision d'Etat syrienne.
 
RÉPRESSION ET GESTES SYMBOLIQUES

 
Les autorités attribuent les violences à des groupes armés et la télévision nationale a diffusé vendredi des images d'hommes cagoulés ouvrant le feu aussi bien sur des manifestants que sur des policiers à Deraa. La Syrie a interdit à d'autres médias de couvrir les événements à Deraa.
 
"J'ai vu des flaques de sang et trois corps dans la rue ont été emmenés par des proches", a dit un habitant de Deraa à Reuters par téléphone.
 
"Il y avait des tireurs sur les terrasses. Les blessés sont ramenés chez eux car personne n'ose plus amener un proche à l'hôpital dans ces circonstances", a-t-il ajouté. De nombreux manifestants redoutent d'être arrêtés dans un hôpital.
 
La mosquée Omari de la ville a de nouveau été transformée en clinique de fortune et ses haut-parleurs diffusaient des appels en faveur d'une assistance médicale, ont dit des habitants.
 
Onze ans après son accession au pouvoir, Assad est confronté à un mouvement sans précédent dans l'histoire moderne de la Syrie, où l'état d'urgence est en vigueur depuis le coup d'Etat opéré par le parti Baas en 1963.
 
Le président syrien y a réagi par un mélange de répression brutale des contestataires et de timides gestes d'ouverture, les derniers en date portant sur les droits de la communauté kurde, qui compterait, selon une extrapolation du recensement de 1962, 150.000 personnes considérées comme des étrangers.
 
Mais en ne levant pas l'état d'urgence et en ne concrétisant pas les ouvertures libérales que son régime faisait miroiter, Assad n'a pas apaisé la rue. La levée des lois d'urgence constitue l'une des principales revendications du mouvement.
 
Bachar al Assad, qui a succédé à son père Hafez en 2000, a ordonné à une commission d'élaborer une législation antiterroriste censée se substituer à l'état d'urgence, mais ses opposants estiment que l'Etat disposera des mêmes prérogatives.
 
MANIFESTATIONS KURDES

 
A Kamishli, dans le nord-est du pays, de jeunes Kurdes scandaient : "Pas de Kurdes, pas d'Arabes. Le peuple syrien est un. Nous saluons les martyrs de Deraa."
 
Assad a promis d'assouplir l'acquisition de la citoyenneté syrienne, mais on ignore quelle proportion de Kurdes en bénéficieront. Aux termes d'un recensement réalisé en 1962 dans la région orientale d'Al Hasaka, au moins 150.000 Kurdes étaient considérés comme étrangers.
 
Des manifestations ont aussi éclaté à Homs, dans le centre du pays, au nord de Damas.
 
A Hama, où des milliers de personnes avaient été tuées en 1982, les forces de sécurité ont fait usage vendredi de canons à eau et de bombes fumigènes pour disperser une manifestation d'environ 2.000 personnes, ont dit des habitants.
 
Selon ces derniers, la manifestation se déroulait dans l'ancien quartier de la ville, qui fut rasé par les forces de sécurité lors du soulèvement de 1982.
 
Des militants ont par ailleurs fait état de coups de feu vendredi à Harasta, faubourg de Damas. A Douma, autre banlieue de la capitale qui a connu de grandes manifestations ces jours derniers, le réseau téléphonique était hors d'usage vendredi.
 
A Damas, un Occidental habitant le quartier de Kfar Souseh a dit que la police et les partisans d'Assad avaient attaqué et matraqué des manifestants à la sortie de la mosquée Rifaï.
 
Le changement de Premier ministre décidé par Assad n'est guère de nature à satisfaire les opposants dans un pays où le gouvernement a peu d'influence. Selon l'agence officielle Sana, le nouveau cabinet sera présenté la semaine prochaine.
 
Le dirigeant d'opposition Maamoun al Homsi a réclamé une initiative internationale. "Des massacres sont perpétrés en Syrie. Le monde doit intervenir", a-t-il dit à Reuters. "En Libye, (le monde) a agi et le peuple a des armes. En Syrie, ils ne sont pas armés. C'est un appel à la conscience des Nations unies."


http://fr.news.yahoo.com/4/2011040 [...] cfb6d.html

n°26101217
tebidoor
fonctionnaire
Posté le 08-04-2011 à 23:25:40  profilanswer
 

Quel dommage que les médias aient laissé tomber complètement la Syrie.


---------------
tada tada tada
n°26102871
no_gods
Uplifting trance !
Posté le 09-04-2011 à 09:39:25  profilanswer
 

tebidoor a écrit :

Quel dommage que les médias aient laissé tomber complètement la Syrie.

 

+1 d'ailleurs merci à zmed de nous tenir au courant

 

19 morts parmi les policiers et 75 blessés  :ouch: énorme comme chiffre... on est entré dans une nouvelle phase de la révolution syrienne, où la population prend les armes? Jusqu'à présent, c'était surtout parmi les manifestants que l'on comptait les morts il me semble.


Message édité par no_gods le 09-04-2011 à 09:39:49
n°26102879
duglambier
Posté le 09-04-2011 à 09:41:34  profilanswer
 

La Syrie aura du mal à tomber. Y a une sacrée armée quand même, et les officiers sont quasiment tous Alaouites

n°26103816
Profil sup​primé
Posté le 09-04-2011 à 12:27:47  answer
 

Citation :


L'ambassadeur de France en Syrie nous écrit
 
Suite au témoignage « A Damas, le régime de Bachar el-Assad prépare un bain de sang », nous publions cette réaction de l'ambassadeur de France en Syrie, Eric Chevallier.
 
Je tiens effectivement des réunions avec le personnel diplomatique et consulaire, comme d'ailleurs avec d'autres acteurs de la présence française en Syrie, pour partager les informations que les équipes de l'ambassade, conformément à leur mission, collectent et tentent de recouper auprès de très nombreux interlocuteurs de toutes tendances et par un très important travail de terrain.
 
A l'occasion de plusieurs réunions la semaine dernière, j'ai indiqué :
 
    concernant les événements de Deraa, que la spirale manifestations/répression sanglante/obsèques/manifestations avait causé en une semaine à Deraa et sa région du Hauran au moins 60 morts, évaluation semblable pour la même période et sur la même zone à celle de Human Rights Watch. J'ai clairement souligné les responsabilités des forces de sécurité, et ne me suis pas prononcé sur l'hypothèse d'une partipation étrangère ;
    concernant la situation à Lattaquié, j'ai expliqué, ce que tout le monde sait en Syrie, qu'il s'agit d'une dynamique particulière, à l'inquiétante dimension interconfessionnelle. J'ai donné le bilan en notre possession, très crédible car multi-recoupée, pour les événements qui s'étaient déroulés dans la ville et dans la commune voisinne de Jéblé à la date de ces réunions, soit au total 15 morts. J'ai évoqué, sur la base de très nombreux éléments collectés de sources différentes et fiables, que des ressortissants non-syriens, sans être majoritaires, étaient impliqués dans ces combats ;
    j'ai par ailleurs – comme c'est ma responsabilité à l'égard de l'ensemble des personnels de l'ambassade – Syriens comme Français - et plus largement de la communauté française présente en Syrie, inquiète de ce qu'elle lisait, entendait, et voyait dans les médias, et souvent troublée par le décalage entre ce qu'elle vit au quotidien et la couverture des événements – tenu à clarifier certains points.
 
Parmi ceux-ci, et pour répondre à l'inquiétude d'habitants de la région de Damas, j'ai indiqué, que, contrairement à des informations difusées notamment sur la base d'une dépêche de l'agence Reuters, il n'y avait pas eu trois morts dans la commune de Mou'adamiyeh, dans les environs de la capitale. Et j'ai indiqué que nous avions confirmation que l'auteur de la dépêche lui-même ne reprenait plus cette information à son compte.
 
J'ai aussi corrigé d'autres informations erronées, tout en soulignant que j'étais intervenu auprès des autorités syriennes pour que les journalistes étrangers puissent être beaucoup plus nombreux pouvoir travailler en Syrie.


 

Citation :

Syrie : la propagande se multiplie comme les petits pains

http://asset.rue89.com/files/imagecache/asset_wizard_height/files/PierreHaski/breadsyria-225x300.jpg
La propagande par le pain ! C'est sans doute une première mondiale : en ces temps de contestation du pouvoir du président syrien Bachar El-Assad, les responsables de la propagande ont contre-attaqué en glissant un message de soutien au leader syrien dans les sachets en plastique qui enveloppent le pain vendu à Damas.
 
Le message non signé est une déclaration d'amour au fils du fondateur de la dynastie Assad :
 
    « Nous sommes tous la Syrie. La nation est plus grande que la discorde. La Syrie est notre religion. La sécurité et la stabilité [mot illisible]. Nous sommes tous Bachar el-Assad. Bachar el-Assad est nous. Nous t'aimons. »
 
Sur Twitter, @sapiensprod ironise, mais n'a pas envie d'en rire :
 
    « Les matches du championnat de foot ont été annulés en #Syrie et maintenant, la propagande sur le pain. Donnez-leur du pain. Arrêtez ces jeux… Entre-temps, de nombreuses personnes sont en prison… »


 
http://www.rue89.com/2011/04/05/la [...] rit-198681


Message édité par Profil supprimé le 09-04-2011 à 12:28:10
n°26104353
mevgos
Posté le 09-04-2011 à 14:13:18  profilanswer
 

[:drapal]


---------------
Révolution égyptienne
n°26119486
Fredouye
Shivers !
Posté le 11-04-2011 à 13:47:47  profilanswer
 

Le président Saleh prêt à s'éclipser ?

 
Citation :

Le président yéménite Ali Abdallah Saleh est prêt à un "transfert pacifique du pouvoir, mais dans le cadre de la Constitution", a annoncé lundi une source de la présidence dans une première réaction au plan de sortie de crise des monarchies du Golfe.Le communiqué de la présidence ne dit pas explicitement si le chef de l'Etat accepte de se démettre, comme le prévoit l'initiative des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) annoncée dimanche soir. Au terme d'une réunion à Ryad de leurs ministres des Affaires étrangère, les six membres du CCG avaient appelé le gouvernement de M. Saleh et l'opposition à une réunion dans la capitale saoudienne en vue d'une transition pacifique.


Message édité par Fredouye le 11-04-2011 à 13:47:54

---------------
Le dernier arrivé est fan de Phil Collins
n°26119870
fatah93
Posté le 11-04-2011 à 14:16:42  profilanswer
 

C'est le topic Syrie ici :o


---------------
Mon image publique est étonnamment négative, est-ce à cause de mon hobbie qui consiste à gifler des orphelines ? | Je dois aller faire quelque chose de masculin, tel conquérir une nation ou uriner debout.  
n°26120335
Fredouye
Shivers !
Posté le 11-04-2011 à 14:51:58  profilanswer
 

Je suis perdu avec toutes ces révolutions :o


---------------
Le dernier arrivé est fan de Phil Collins
n°26151895
freeza01
Posté le 14-04-2011 à 05:28:07  profilanswer
 

Fredouye a écrit :

Je suis perdu avec toutes ces révolutions :o


 
En partant de la Bastille, il fallait changer a Nation pour aller vers Republique.


---------------
L'humanité est surévaluée|De la joie et de la bonne humeur, par un cancéreux.|.
n°26172215
La plume l​iberte
Posté le 16-04-2011 à 01:52:46  profilanswer
 

Il y a apparemment un nouveau groupe qui vient de naitre sur facebook. Il s'appel "Jeunesse du monde vers la révolution syrienne" https://www.facebook.com/home.php?s [...] outhAbroad  
Je pense que ca doit être la branche francaise de "syrian revolution". En tout cas, ils ont l'air callé et les infos sur tout ce qui se passe en syrie, arrivent direct!

n°26237981
duglambier
Posté le 22-04-2011 à 19:42:20  profilanswer
 

40 morts aujourd'hui. Un petit air de Libye

n°26238503
Profil sup​primé
Posté le 22-04-2011 à 21:12:01  answer
 

Citation :


RÉVOLTE - Au moins 60 morts ce vendredi...
 
La levée de l’état d’urgence, promulguée jeudi par le pouvoir syrien, n’y fait rien: les manifestations contre le président Bachar al Assad continuent et se renforcent. Et la répression s'est fait plus sanglante: au moins 60 personnes ont été tuées vendredi, selon des associations des Droits de l'Homme.  
 
Ce vendredi, de nombreux Syriens sont descendus dans les rues de plusieurs villes pour réclamer le départ de Bachar al Assad. Plusieurs milliers de personnes ont défilé vendredi dans les rues de la capitale, Damas. Une marche immédiatement dispersée par les forces de sécurité syriennes, qui ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène. Dans un faubourg de la capitale, où une manifestation était en cours, la police a tiré sur la foule faisant trois blessés, selon un témoin.
L’opposition s’unit
 
Plusieurs milliers de manifestants se sont également rassemblés à Deraa, dans le sud du pays, pour réclamer le «renversement du régime», déclarent d'autres témoins joints par Reuters. Même chose à Qamishli, dans le nord-est du pays, où entre 5.000 et 6.000 personnes ont défilé pour réclamer plus de démocratie.
 
A mesure que la contestation grandit, l’opposition commence à s’unir. Les militants syriens qui coordonnent les manifestations contre le régime du président Bachar al Assad ont exigé l'abolition du monopole du parti Baas sur le pouvoir et la mise en place d'un système politique démocratique.
 
Dans leur premier communiqué commun depuis le commencement des manifestations à la mi-mars, les «Comités locaux de coordination», qui représentent les différentes provinces de Syrie, ont estimé que «les slogans de liberté et de dignité ne pouvaient être traduits dans les faits que par des changements démocratiques pacifiques».
 
«Tous les prisonniers d'opinion doivent être libérés. L'appareil de sécurité en place doit être démantelé et remplacé par un autre, assorti d'une juridiction précise, et qui agit en conformité avec le droit», déclarent-ils dans le communiqué, qui a été adressé à Reuters. Le pouvoir syrien ne semble toutefois pas prêt à plus de concession.


http://www.20minutes.fr/article/71 [...] ante-syrie

n°26240008
no_gods
Uplifting trance !
Posté le 22-04-2011 à 23:55:11  profilanswer
 
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  1521  1522  1523  1524  1525  1526

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
RevolutionLa révolution iranienne de 2009
Révolution à Bahreïn ?Revolution en Algerie: ca commence demain !
Révolution fiscale : impôt unique, impôt négatif ...MAM: Manifestations Arabe en ce Moment
Revolution en Lybie (Khadafi, gare a tes fesses !)Revolution au Maroc
Revolution en AlgerieRévolution en Egypte ! acte 2 : Morsi débarqué.
Plus de sujets relatifs à : Syrie - Les Turcs à Idlib, Assad&Poutine vs Erdogan


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite / Données personnelles) / Groupe LDLC / Shop HFR