Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
363 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Cuisine

  Topic Vin - no rosé

 

Sujet(s) à lire :
    - Le topic du Champagne
 

Vous êtes plutôt pour le vin :




Attention si vous cliquez sur "voir les résultats" vous ne pourrez plus voter

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  1322  1323  1324  1325  1326  1327
Page Précédente
Auteur Sujet :

Topic Vin - no rosé

n°6708319
EvilTyler
ex-Consultant Hippie
Posté le 07-10-2005 à 14:12:07  profilanswer
 

Bonjour :o
 
Je reprends le sujet suite à Zonos.
 
Je vais essayer de le rendre moins encyclopédique et plus tourné sur les membres de la communauté hfrienne.
 
 
 
Guide de la dégustation by Zonos :
 
http://forum.hardware.fr/hfr/Discu [...] #t29652031
 
 
 
 
Note : je ne suis pas l'auteur des messages ci-dessous qui sont issus du web.
 
Résultat du premier sondage :
 
http://hfr-rehost.dev.syn.fr/self/c72b7da8bb67b4f8524d5a72e4e1f78788676807.jpg
 
Résultat du second sondage :  
 
http://reho.st/preview/self/7d6aab2c97fa06ceb2a97cea70fa9f252616953f.png
 
 
 
 
 
* * * REFONTE DU PREMIER POST - EN CONSTRUCTION * * *
 
Un petit topic pour nos papilles gustatives, ce qui manquait un peu vu que les différents topics sur le sujet sont tous mort-nés.
 
Le topic d'origine est celui de Izz, j'ai repris ce topic le 15 juin 2011 :o
donc je quote son premier post et le complète
 

Citation :


Attention c'est un topic oenologie vinicole, donc on discute ici des produits du raisin uniquement, merci de ne pas tout mélanger avec les alcool forts ou les bieres :)
 
Perso je n'ai jamais beaucoup aimé le vin étant jeune, et puis au fur et à mesure je m'ouvre, en particulier via les liquoreux. Consommant peu je me permet de me constituer une cave doucement, pour apprendre et pour le plaisir. En fait le vin c'est comme les plats bizarres que vous ne vouliez pas gouter étant petit, type foie gras poellé (beuuurk) ou saumon fumé (mais il est pas cuit le poison ?), que vous redécouvrez ... Le vin c'est aussi beaucoup de mauvais vin pas cher qui marquent la vie de l'étudiant - goutez du bon ça aide à apprécier !
 
Quelle est votre relation au vin ? Comment l'avez vous découvert ?
Comment affiner son gouts ? Quels sont vos échecs, vos coups de coeur ?
Comment achetez vous et comment regler le problème de la cave ?
 
Bon topic amis amateurs !
 
[:izz]


 
http://geotheque.org/wp-content/uploads/2012/10/france_vins.jpg
http://geotheque.org/wp-content/uploads/2012/10/france_vins_legende.jpg
NB : j’essaierais de trouver une carte des vins plus complète
 
 
N'oublions pas notre amis italiens
 
http://www.vins-spiritueux-italien.com/italie%20ENOTECA.jpg
de multiples informations ici
 

  • Résultats sondages effectués :


 
Quelle est votre région/vignoble francais préféré ?
http://img864.imageshack.us/img864/1796/sondage1.jpg
 
Quelle est votre cépage de vin rouge préféré ?
http://img135.imageshack.us/img135/844/sondage2.jpg
 
Quelle est votre cépage de vin blanc préféré ?
http://img825.imageshack.us/img825/5346/sondage3.jpg
 
Quel est votre type (couleur) de vin préféré ?
http://img534.imageshack.us/img534/2108/sondage4.jpg
 
Votre forme de bouteille de vin préférée ??
http://img268.imageshack.us/img268/92/sondage5.jpg
 
A qui faites vous le plus confiance sur ce topic pour vous conseiller en vin ?
http://img15.imageshack.us/img15/1724/sondage6.jpg
 
Quelle est pour vous la capitale des vins ?
http://img52.imageshack.us/img52/8023/sondage7.jpg
 
Quelle est pour vous le meilleur guide pour vous conseiller dans l'achat de vins ?
http://img714.imageshack.us/img714/7816/sondage8.jpg
 
Quelle est pour vous le plus grand vin au monde ?
http://img9.imageshack.us/img9/2246/sondage9.jpg
 
L'autre pays du vin, pour vous c'est lequel ?
http://img834.imageshack.us/img834/1359/sondage10.jpg
 
Pour vous ?
http://img26.imageshack.us/img26/8535/sondage11.jpg
 
Vous ouvrez une super bouteille de champagne pour des amis qui arrivent chez vous, une des convives vous demande de rajouter de la crème de cassis dans son verre. Comment réagissez-vous ?
http://img21.imageshack.us/img21/7624/sondage12.jpg
 

  • Topics reliés :


 
Le topic champagne ! (très actif)
Un vieux topic avec quelques bon conseils sur les liquoreux
Le topic d'origine sur les vins, plutot mort
 
 

  • Sites sur le vins et passionnés :


 
http://www.chateauloisel.com/ : Section sur les arômes propres à chaque cépage intéressante, mais aussi sur les ouvrages de référence sur le vin.
http://www.cavusvinifera.com/fr/ : Site de gestion de cave
http://www.la-cave-a-pepere.fr
http://www.bonjaja.com
http://www.monmillesime.com (bien plus cher globalement que les deux autres)
http://www.hospicesdebourgogne.com
http://www.idealwine.com
etc.
 

  • Abrévatiations


 
Forums
LPV : la passion du vin, le plus gros forum d'amateurs de vin.
DC : Degustateurs.com
BDE : Buveurs d'Etiquettes, le dernier né des forums francophones
FDV : Fou du Vin, le forum de nos amis canadiens francophones
 
Les Dégustateurs
RP ou Bob : Robert Parker, un p'tit gars du Maryland qui a pas mal réussi dans le milieu de la critique !
MB : Michel Bettane, ancien rédacteur à la RVF et fondateur du guide éponyme.
B&D : Bettane & Dessauve, le partenaire du premier étant moins polémique, il n'en est pas moins présent !
BLG : Bertrand Le Guern dit Admin, un grand connaisseur aux interventions regrettées sur LPV.
FA : François Audouze, grand défenseur des vins anciens.
PE : Patrick Essa, webmestre de DC et vigneron au domaine Buisson Charles
PDG : Patrick Dussert Gerber, personnalité controversée.
JMQ : Jean Marc Quarin, critique influent en bordelais
 
Les vins
DRC : Domaine de la Romanée Conti - Vosne Romanée
GPL : Château Grand Puy Lacoste - Pauillac
BAMA : Château Bel Air Marquis d'Aligre
LLC : Château Léoville Las Cases - St Julien
SM : Château Sociando Mallet - Haut Médoc
GDP: La Grange des Pères - Aniane
LaLaLa: La Mouline - La Turque - La Landonne du domaine Guigal - Côte Rôtie
ZH : Domaine Zind Humbrecht - Turckeim
SHL : Smith Haut Laffitte - Martillac
FE : Cuvée Frédéric Emile - Maison Trimbach - Ribeauvillé
SQN : Sine Qua Non - Californie
HB : Château Haut Brion - Pessac Léognan
LB: Léoville Barton - St Julien
LPy: Léoville Poyferré - St Julien
PSJB : Prieuré de St Jean de Bébian
 
Les vignerons
JFCD : Jean François Coche Dury - Meursault
AdV : Aubert de Villaine - Bouzeron/Vosne Romanée
HB : Hervé Bizeul - Le Clos des Fées - Vingrau
JMC : Jean Michel Comme, régisseur du Château Pontet Canet - Pauillac et vigneron au Château du Champ des Treilles- Ste Foy Bordeaux
ACL : Anne Claude Leflaive - Puligny Montrachet
HJ : Henri Jayer - Le Dieu du vin - Vosne Romanée
 
Les AOC et autres acronymes professionnels
INAO : Institut National de l'Origine et la Qualité
AOC : Appellation d'Origine Contrôlée
CDR : Côtes du Rhône
CDP ou CNDP ou CTNP ou C9P : Châteauneuf du Pape
CdP : Côtes de Provence
BGO : Bourgogne Grand Ordinaire
PTG : Bourgogne Passe-tout-grains
NSG : Nuits-Saint-Georges
CC : Corton Charlemagne
BM : Bâtard Montrachet
BBM : Bienvenues Bâtard Montrachet
CBM : Criots Bâtard Montrachet
CM : Chevalier Montrachet
Chambertin CdB : Chambertin Clos de Bèze
RSV : Romanée Saint Vivant
CC :Château Chalon
CdJ : Côtes du Jura
QdC : Quarts de Chaume
CdL : Coteaux du Layon
SNB : Saint Nicolas de Bourgueil
CSJ : Clos St Jacques - Gevrey Premier Cru ou Bourgogne Côte St Jacques
PX : Pedro Ximenez
SCDM : Sainte Croix du Mont
BIVB : Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne
CAVB : Confédération des Appellations et des Vignerons de Bourgogne
CIVB : Le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux
CIVL : Le Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc
CAVB : Comité d'action des vignerons de Bordeaux
CAA-PG : Centre d'Ampélographie Alpine Pierre Galet
 
Les mentions
GCC : Grand Cru Classé
GC : Grand Cru
PC : Premier Cru
CC : Cru Classé
VT : Vendanges Tardives
SGN : Sélection de Grains Nobles
TPG : Tokay Pinot Gris, dénomination désormais interdite
VdP : Vin de Pays
VdT : Vin de Table
AO-VDQS: Appellation d'origine – Vin de qualité supérieure
VDN : Vin Doux Naturel
IGP : Indication Géographique Protégée
AB : Agriculture Biologique
PMG : Pour Ma Gueule, une cuvée que le vigneron réserve normalement à un usage privé.
OCM : Organisation commune de marché
VSIG : Vins Sans Indication Géographique
AOP : Appellation d'Origine Protégée
 
Les cépages
PN : Pinot Noir
PG : Pinot Gris
CS : Cabernet Sauvignon
Gwz : Gewurztraminer
 
 

  • Bibliographie


 
« Le Vin » d'André Dominé
Editions Place des Victoires 2000, 928 p, 40

Citation :


Avis perso : ce bouquin est super comme référence. Didactique, ludique et très bien présenté. La section France ne fait "que" 150 pages, c'est au final un peu juste à mon avis. L'ouverture sur les vins du monde est je trouve géniale.


 
« Atlas mondial des vins, la fin d'un ordre établi » de Raphae Schirmer, et Helene Velasco-Graciet.
Editeur Autrement (Editions)
 
 

Citation :


Ce lire décrit l'évolution du vin en France, mais aussi dans les autres grands pays producteurs de vin.
Il explique l’évolution de la production de la consommation mais aussi les types de classement ( AOC, VDQS , etc ... )
les vins dans les médias, etc ...
 
Enfin une trés bonne lecture en soit. [:skylight]

Message cité 5 fois
Message édité par EvilTyler le 03-06-2016 à 14:03:06

---------------
More GG, more skill
mood
Publicité
Posté le 07-10-2005 à 14:12:07  profilanswer
 

n°6708357
EvilTyler
ex-Consultant Hippie
Posté le 07-10-2005 à 14:17:37  profilanswer
 

Présentations des principales régions de production du vin en France :
 
LE BORDELAIS:
un beau topo de van basten 33
 

van basten33 a écrit :

LE BORDELAIS:
 
http://img113.imageshack.us/img113/1426/bordeauxmap5wb.gif
 
Première région d'appellations d'origine contrôlée de France, le Bordelais représente 13% du vignoble français et 1,5% des vignes cultivées dans le monde.
Rouges, blancs secs, blancs doux ou rosés, les vins de Bordeaux sont classés en 57 appellations d'origine contrôlée (43 si l'on ne tient pas compte des couleurs du vin) qui identifient le vin par la localisation de sa région de production et constituent une assurance de qualité pour le consommateur.
Car, au-delà de leurs dénominateurs communs qualitatifs, historiques et climatiques, les vins de Bordeaux offrent une mosaïque de saveurs et de plaisirs due autant à la diversité des terroirs et des cépages, qu'à la maîtrise des techniques d'exploitation de la vigne et des méthodes de production du vin.
Chaque vin de Bordeaux est le fruit conjugué d'une nature bienfaitrice et de gestes minutieusement sélectionnés et exécutés.  
 
1- Les bordeaux ROUGES:
Le Bordelais reste avant tout une région de vins rouges.
Des vins qui sont devenus la référence mondiale du vin rouge, et dont les cépages ont conquis les vignobles du monde entier.
Des vins de légende, légende construite au fil des siècles par des hommes acharnés à tirer le meilleur d’un terroir magique.
Des vins très divers, mythiques ou modestes, classiques ou inattendus, qui offrent aux consommateurs une palette de saveurs sans limites et répondent aux multiples attentes des amateurs en matière de garde.  
Vins d’élite ou vins très accessibles, les vins rouges de Bordeaux partagent tous la même exigence de qualité. Une qualité qui respecte les pratiques anciennes tout en s’enrichissant sans cesse des avancées de la recherche vitivinicole dont Bordeaux est la capitale mondiale.  
 
Les cépages rouges:
Six cépages rouges entrent dans la combinaison des vins de Bordeaux, mais trois se disputent la vedette :
 
Le merlot
Cultivé sur près de 60 000 hectares, essentiellement en rive droite, ce cépage affectionne l'argile et les graves argileuses. Il donne au vin de la couleur, de la souplesse, de la rondeur et de la richesse alcoolique. C'est lui qui fait le caractère des Saint-Émilion et des Pomerol.
 
Le cabernet sauvignon
Le cabernet sauvignon incarne les vins du Médoc et forme la base du vignoble des Graves. Il produit des vins de garde, fermes et tanniques dans leur jeunesse, élégants et complexes à leur apogée. Capable de produire des vins remarquables en tous lieux pourvu que le raisin mûrisse, il s’est exporté dans le monde entier.
 
Le cabernet franc
Officiellement présent dans la région de Saint-Émilion depuis le 18e siècle, le cabernet franc entre également pour 20% dans l’encépagement du Médoc. Il apporte de la finesse aux assemblages et son vin évolue plus vite que le cabernet sauvignon.
 
Les cépages complémentaires des bordeaux rouges sont le malbec, le petit verdot et la carmenère.  
 
Les régions de production des bordeaux rouges:
Le Médoc
Situé au nord-ouest de Bordeaux, le Médoc s'étire le long de la Gironde, longue bande de terre de 80 km de long sur 2 à 5 km de large. Terroir homogène, dédié au vin rouge, le Médoc est plus que tout autre attaché au lien qui unit le cru à un vignoble, une propriété. C'est le royaume des 60 prestigieux Crus Classés de 1855 (classement révisé en 1973), des Crus Bourgeois et des Crus Artisans.
 
Les Graves
Les galets et les graviers transportés au fil des siècles par la Garonne vers les faubourgs de Bordeaux ont fait de cette région viticole le foyer historique des vins de Bordeaux. Dans le prolongement du Médoc, les Graves s'étendent sur la rive gauche de la Garonne, depuis Bordeaux jusqu'à Langon au Sud. Un seul Graves avait été retenu comme Premier Cru Classé lors du Classement historique de 1855 : Château Haut-Brion. Depuis, un classement spécifique des Graves a été établi, en 1953 et 1959. Seize châteaux ont été répertoriés et classés par commune et type de vins (9 crus blancs et 13 crus rouges). Tous bénéficient de la mention « Cru Classé ».
 
L'Entre-deux-Mers
Niché entre Dordogne et Garonne, à l'est de Bordeaux, le plus vaste territoire viticole du Bordelais a enfanté une mosaïque de vins très différents. S'il a donné son nom à une appellation de blancs secs, les rouges y sont largement dominants, cultivés sur près de 45 000 ha. Les rosés et vins effervescents de Bordeaux y trouvent également les conditions géologiques et climatiques nécessaires à leur production.
 
Le Blayais et le Bourgeais
A la frontière de la Charente-Maritime, les vignobles du Bourgeais et du Blayais s'étagent vers le Nord, depuis la Dordogne jusque l'estuaire de la Gironde, au plus près de l'influence maritime. Ici et là dominent les petites propriétés viticoles, souvent réunies en coopératives dans le Blayais. Les vins de cette région, qui bénéficièrent très tôt de privilèges royaux, ont depuis longtemps conquis l'Angleterre et les pays du Nord de l'Europe.
 
Le Libournais
A l'Est de Libourne, c'est un autre territoire viticole qui commence. Dans ce pays du merlot, l'un des plus ancien vignoble du bordelais, résonnent des noms qui comptent parmi les plus prestigieux du monde : Pomerol et son mythique Pétrus, Saint-Émilion et ses premiers grands crus classés A, Ausone et Cheval Blanc.  
 
 
Les appellations d'origine contrôlée:
Les 31 AOC de bordeaux rouges sont:
Bordeaux et Bordeaux supérieur
Premières Côtes de Blaye, Blaye ou Blayais, Côtes de Bourg, Bordeaux Côtes de Francs, Côtes de Castillon, Graves de Vayres, Premières Côtes de Bordeaux, Sainte-Foy Bordeaux
Médoc, Haut Médoc, Margaux, Pauillac, Saint-Julien, Saint-Estèphe, Moulis, Listrac.
Graves, Pessac-Léognan
Fronsac, Canon-Fronsac
Pomerol, Lalande de Pomerol
Saint-Emilion, Saint-Emilion Grand Cru, Lussac-Saint-Emilion, Montagne Saint-Emilion, Saint-Georges-Saint-Emilion, Puisseguin-Saint-Emilion
 
 
2- Les bordeaux BLANCS DOUX
Les vins moelleux et liquoreux de Bordeaux se concentrent le long des berges de la Garonne, à l'abri des grandes variations de températures. Le fameux trio des cépages blancs du Bordelais s'exprime ici selon des combinaisons toutes particulières pour donner aux blancs liquoreux et moelleux de Bordeaux leur inimitable couleur dorée qui s'enrichit au fil des années de nuances « vieil or », leur somptueux bouquet de fruits exotiques, d'agrumes et de miel nuancé d'amandes et d'épices, et leur bouche étonnamment ronde et persistante.
Mais la magie de ces vins de Bordeaux reste la précieuse pourriture noble, le Botrytis Cinerea qui naît dans ce climat automnal exceptionnel fait de brouillards matinaux et d'après-midi ensoleillés, et sur laquelle les vignerons veillent avec d'infinies précautions.  
 
Les cépages des blancs moelleux et liquoreux
Le sémillon  
C'est le cépage blanc du Bordelais, un cépage qui a un excellent potentiel de longévité mais auquel on reproche parfois sa discrétion aromatique. Très sensibles à la pourriture noble, ses baies dominent les vignobles producteurs de vins liquoreux des appellations Sauternes, Barsac et Cérons en rive gauche de la Garonne, Cadillac, Loupiac et Sainte-Croix-du-Mont en rive droite.
 
Le sauvignon  
Il entre en général pour 20% en moyenne dans l'assemblage des vins liquoreux auquel il apporte fraîcheur et vigueur.
 
La muscadelle  
Ce cépage dont les arômes rappellent ceux du muscat sert souvent d'appoint aux vins liquoreux auxquels il apporte une belle rondeur.  
 
 
Les grandes zones d'appellation
Le Sauternais  
Enclave dans un royaume de vins rouges et de blancs secs, le Sauternais est le pays des vins liquoreux, un pays qui s’est individualisé au sein des Graves au 17e et 18e siècle. Ici sont fabriqués quelques-uns des plus grands vins liquoreux du monde dont le plus illustre représentant n'est autre que le château d'Yquem. Ici la vendange des grappes rôties par le Botrytis Cinerea se fait à la main lors de quatre à six passages successifs au cours desquels seuls les grains nobles sont récoltés par le coupeur.  
 
Les Coteaux-de-Garonne  
Face aux vignobles de Barsac et Sauternes, en rive droite, les vignobles des coteaux de la Garonne produisent des vins moelleux et liquoreux aux arômes de miel, de fleurs blanches et d'agrumes. Parfois vifs dans leur jeunesse, ils gagnent en rondeur.
 
Et aussi ...  
L'Entre-deux-Mers et les Graves.
 
 
Les appellations d'origine contrôlée
Les 12 AOC de bordeaux blancs doux  
Bordeaux Supérieur.
Sauternes, Barsac, Cérons, Cadillac, Loupiac, Sainte-Croix-du-Mont.
Premières Côtes de Bordeaux, Côtes de Bordeaux Saint-Macaire, Sainte-Foy Bordeaux, Graves supérieures, Graves de Vayres.
 
 
3- Les bordeaux BLANCS SECS
Le vignoble du Bordelais consacré aux vins blancs secs dispose d’une grande variété de sols et de sous-sols : graveleux en rive gauche de la Garonne, argilo-calcaire et argilo-sableux en rive droite.  
Tous issus de raisins à peau blanche et jus blancs, les vins blancs secs de Bordeaux bénéficient pour certains des derniers apports de la recherche œnologique destinés à privilégier les arômes des cépages, à donner au vin plus de rondeur et une meilleure aptitude au vieillissement.  
Comme pour les autres couleurs de bordeaux, chaque appellation possède ses règles de culture, de production et d’élaboration. Mais les blancs de Bordeaux partagent des traits communs : l’élégance de leur robe légère et brillante, la sensation de fraîcheur des vins fruités et nerveux et des qualités aromatiques qui se révèlent rapidement.
Les bordeaux blancs gagnent à être dégustés jeunes, à l’exception des grands vins de Graves et de Pessac-Léognan, qui peuvent se conserver et se bonifier de nombreuses années.
 
Les cépages blancs
La Gironde cultive trois cépages blancs principaux qui représentent ensemble 65% de l’encépagement en blanc, et trois cépages secondaires
 
Le sémillon
C’est le cépage blanc le plus cultivé du bordelais. Il domine les vignobles des producteurs de vins liquoreux, mais produit également des vins blancs secs surtout dans les Graves du Sud et dans l’Entre-deux-Mers. Ses vins sont presque toujours mariés à ceux du sauvignon qui jouent alors le rôle de cépage complémentaire dominant, surtout lorsque les vins sont jeunes. Discrètement parfumé, rond et ample, le vin de sémillon a besoin de temps pour se sublimer.
 
Le sauvignon
Avec des vins nerveux à l’inoubliable parfum de bourgeons de cassis mêlé de notes de fruits frais (pamplemousse,...) et de fleurs, il est parfaitement complémentaire du sémillon. Le sauvignon donne leur caractère aux blancs de l’Entre-deux-Mers et aux AOC « Côtes » du Bordelais et du Blayais. Mais  il fait aussi très bien cavalier seul comme dans les prestigieux blancs de Pessac-Léognan.
 
La muscadelle
Sensible aux maladies mais de débourrement tardif (il ne gèle pas), la muscadelle est un cépage limité qui entre pour 3 à 4% dans les assemblages de bordeaux blancs. Ses adeptes apprécient ses vins peu acides, très ronds et parfumés, aux arômes floraux et « muscatés ».
 
Les cépages secondaires : l’ugni blanc, le colombard et le merlot blanc.
 
 
Les grandes zones d'appellation
Les Graves
C’est le foyer historique des vins du bordelais. Une région qui s’étend dans le prolongement du Médoc, depuis les faubourgs de Bordeaux jusqu’à Langon, sur la rive gauche de la Garonne. La ville encercle aujourd’hui quelques-unes des plus belles appellations de cette région dont les vins blancs secs sont délicats et denses dans sa partie Nord, vifs et aromatiques dans les graves méridionales.
 
L’Entre-deux-Mers  
Entre Garonne et Dordogne, la plus vaste zone d’appellation de Bordeaux a donné son nom à deux aires de production exclusivement blanches : l’Entre-Deux-Mers et l’Entre-Deux-Mers Haut-Benauge. Ici, les blancs sont secs, fruités et vifs.
 
Le Blayais
Environ 250 hectares de vignobles sont dédiés au vin blanc. Des vins généralement faciles à boire, parfumés et nerveux ici, aromatiques et frais là aussi.
 
Les appellations d'origine contrôlée
Les 11 AOC de bordeaux blancs secs
Bordeaux, Bordeaux Haut-Benauge, Entre-Deux-Mers, Entre-Deux-Mers Haut-Benauge.
Blaye ou Blayais, Côtes de Blaye, Premières Côtes de Blaye, Côtes de Bourg, Graves de Vayres.
Graves, Pessac-Léognan.

Message cité 1 fois
Message édité par fdaniel le 04-03-2013 à 23:15:35

---------------
More GG, more skill
n°6708378
EvilTyler
ex-Consultant Hippie
Posté le 07-10-2005 à 14:20:54  profilanswer
 

LA BOURGOGNE: [:btl]
 
Avec près de 29 500 hectares de vignes en production, classées en Appellation d'Origine Contrôlée (A.O.C) et un volume de récolte d'environ 1,5 million hectolitres (soit 200 millions de bouteilles commercialisées).
 
Le vignoble de Bourgogne s'étend sur 5 grandes régions-phares de production.
 
Du nord au sud : les vignobles de Chablis, du Grand Auxerrois, de Tonnerre, de Joigny et de Vézelay ; les vignobles de la Côte de Nuits, Hautes Côtes de Nuits et du Châtillonnais ; les vignobles de la Côte de Beaune et des Hautes Côtes de Beaune ; les vignobles de la Côte Chalonnaise et du Couchois et enfin, le vignoble du Mâconnais.
 

  • Fondement de l'originalité des vins de Bourgogne


Le Terroir, en Bourgogne, est le fondement de l'Appellation d'Origine Contrôlée.
 
En Bourgogne, la notion de Terroir est un concept large qui englobe à la fois des facteurs naturels et des facteurs humains. C'est en effet les vignerons, aidés parfois par le travail des moines, qui ont découvert, identifié puis mis en valeur les Terroirs. Il a fallu pour cela des siècles de labeur pour que ce concept, dont l'origine remonte au début du moyen âge, traverse le temps et soit officiellement reconnu et décrit au milieu du siècle passé avec la création de l'I.N.A.O. et des appellations d'origine.
 
Aujourd'hui, après plus de 1000 ans, le Terroir continue de s'affirmer en Bourgogne comme un concept moderne copié dans le monde entier car il représente et véhicule des valeurs d'origine, d'authenticité, de tradition et de typicité, chères aux consommateurs.
 
Le socle du Terroir est constitué avant tout du sous-sol et du sol dans lequel la vigne puise ses substances nutritives et compose l'alchimie secrète des couleurs, des arômes et des saveurs.
 
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3468/3528.jpg
 
En Bourgogne, l'origine géologique et la composition physico-chimique des sols sont très diversifiées et varient entre chacun des vignobles mais également au sein d'un même vignoble, d'un même village, d'un même lieu-dit. C'est ce qui explique que le vignoble bourguignon se présente sous la forme d'une immense mosaïque composée de milliers de parcelles (appelées ici climats), souvent de petite dimension (La Romanée est la plus petite appellation du monde avec 0,8 hectare).
 
Malgré cette diversité de sols, la Bourgogne possède du nord au sud, une certaine unité géologique et pédologique : terrains sédimentaires constitués d'argile , de marnes, et de calcaires, déposés il y a 150 millions d'années à la période du jurassique sur un substrat encore plus ancien (250 millions d'années) composé de granite, de laves, de gneiss et de schistes divers. L'altération de roches sédimentaires marines est donc à l'origine des sols argilo-calcaires sur lesquels les cépages bourguignons ont trouvé leur terrain d'expression.
 
Le pinot noir apprécie les terres marneuses assez calcaires et bien drainées sur lesquelles, selon la proportion de calcaire et la situation de la parcelle, il donnera un vin rouge léger et élégant ou un vin puissant et corsé.
 
Le chardonnay préfère les terrains marno-calcaires assez argileux où il développe toute son élégance et la finesse de ses arômes. C'est la proportion d'argile du sol qui détermine le style plus ou moins aromatique et ample des grands vins blancs secs de bourgogne.
 
 
Si la nature du sol est l'élément clef du Terroir, beaucoup d'autres facteurs naturels ont une influence sur la qualité, la typicité et l'expression d'un vin : l'exposition de la parcelle, son altitude, la profondeur et le drainage du sol, les conditions climatiques de l'année, le micro climat
 
Enfin, le rôle de l'homme est déterminant dans la production d'un vin: dans la vigne selon le choix et la mise en pratique des méthodes culturales, de la taille jusqu'aux vendanges, et dans la cave lors du processus de vinification et d'élevage du vin.
 

  • Les "climats" l'expression ultime du Terroir de Bourgogne


http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/233/344/3593/15516.jpg
 
Typiquement bourguignon, les "climats" sont des parcelles de terre précisément délimitées, bénéficiant de conditions géologiques et climatiques spécifiques qui, combinées au travail des hommes, ont donné naissance à une exceptionnelle mosaïque de Terroir. Les "climats" transmettent à chaque Appellation de Bourgogne une personnalité organoleptique unique et remarquable. Plus de 600 climats classés en Premiers Crus constituent le vignoble de Bourgogne.
 
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/233/344/3593/15517.jpg
Les clos : l'illustration des "climats" de Bourgogne
 
En Bourgogne, un clos correspond à un "climat" entouré de murs. Mondialement connus, les clos ont façonné le paysage du vignoble de Bourgogne.
 

  • Les principaux cépages de Bourgogne


En rouge
 
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/233/344/350/351.jpg
Le pinot noir
Cépage des grands vins rouges de Bourgogne, le pinot noir a beaucoup plus de mal à s’adapter que le chardonnay, en particulier aux climats chauds. Quand la température dépasse 30 °C à l’ombre, le feuillage et les petites grappes de pinot noir " font la sieste ", s’arrêtent de fonctionner. Si de telles conditions durent trop longtemps (rare en Bourgogne), on perd alors en richesse, en complexité. C’est donc le cépage des coteaux septentrionaux argilo-calcaires, à réserve d’eau réduite, limitant les rendements. Pour l’heure, deux régions dans le monde semblent produire des quantités importantes de vins rouges de pinot noir de qualité : la Bourgogne, mais aussi l’Oregon, Etat du nord-ouest des Etats-Unis.
 
Quand les rendements sont maîtrisés, autour de 35 à 45 hl/ha, les vins rouges de Bourgogne présentent alors un équilibre unique et sensuel entre finesse et puissance. Les arômes de jeunesse (fruits rouges et noirs, épices, violette) évoluent vers des notes animales, de sous-bois, de fruits mûrs. Ces vins disposent d’une très grande longévité.
 
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/233/344/350/357.jpg
Le gamay
En Bourgogne, ce cépage est surtout répandu dans le sud de la région, le Mâconnais, où il donne les mâcon et mâcon supérieur rouges. Il lui faut des terres légères, sableuses, acides, granitiques, bref tout le contraire du calcaire dont a besoin le pinot noir. En Bourgogne " du nord " (Côte-d’Or, côte Chalonnaise), où il ne trouve pas souvent ces conditions idéales, ses vins sont généralement aromatiques, mais légers, fins, maigres parfois. Dans les crus du Beaujolais en revanche, et dans quelques zones du Mâconnais (Pierreclos, Bussières, Serrières), là où sont réunies les conditions requises, les meilleures cuvées ont beaucoup plus de corps et de densité.
 
 
En blanc
 
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/233/344/350/356.jpg
Le chardonnay
Le cépage des grands vins blancs de Bourgogne a des exigences moins prononcées que le pinot noir. Sa relative facilité d’adaptation aux climats les plus différents lui a permis un développement international considérable. Son adaptabilité ne l’empêche pas d’avoir des expressions très différentes d’une région à l’autre. En Bourgogne, il donne des vins riches, structurés, étoffés, de longue garde, aux arômes floraux et fruités complexes, évoluant avec l’âge vers des arômes de champignon, de noisette grillée, de fruits secs. Il lui faut, pour donner le meilleur, des terrains marneux, c’est-à-dire calcaires, mais contenant des proportions importantes d’argiles. Il a la faculté de produire un peu plus que le pinot noir (20 % environ), tout en conservant une grande qualité. Son rendement optimal se situe autour de 45 à 50 hl/ha.
 
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/233/344/350/352.jpg
L'aligoté
Vieux cépage bourguignon, l’aligoté est un cépage naturellement vigoureux si l’on ne fait rien pour le calmer. Ses raisins sont plus gros et plus nombreux que ceux du chardonnay.
 
L’aligoté n’a pas le potentiel du chardonnay. Ceci étant, le rapport entre ces deux cépages blancs est complexe. Il semblerait qu’au fil du temps les producteurs ont essentiellement axé leurs efforts de haute qualité sur le chardonnay pour consacrer l’aligoté à la production de vins vifs, légers, mordants, correspondant à une autre demande. Dans les faits, l’aligoté est capable de faire mieux. Il suffit pour s’en convaincre de goûter les meilleures cuvées de la nouvelle appellation village bouzeron (ex-bourgogne aligoté de bouzeron), en côte Chalonnaise.
 
Il existe d’autres cépages mais qui ne représentent qu’une faible part des superficies en production et qui sont peu utilisés :
 
• Le Sauvignon et le Sauvignon gris qui entrent dans l’élaboration de l’appellation Saint-Bris (103 ha).
 
• Le Tressot et le César pour le Bourgogne et le Bourgogne grand ordinaire rouge, le Sacy et le Melon de Bourgogne pour le Bourgogne grand ordinaire
blanc dans l’Yonne (tendent à disparaître).
 
 
 
Quelques autres cépages, de moindre importance, se rencontrent aussi dans le vignoble Auxerrois, notamment le Sauvignon et le César. Le premier produit un vin blanc léger et fruité dénommé Saint-Bris et le second, associé au Pinot noir, donne de la solidité et une certaine longévité aux vins rouges d’appellation Irancy.
 
Mais il ne suffit pas de choisir un bon cépage pour obtenir des vins de qualité, il faut encore savoir pratiquer la taille qui lui convient et qui s’adapte au terroir et savoir surtout le -planter là où il est susceptible de fructifier dans les meilleures conditions.
 

  • Les vignobles


 
VIGNOBLE DU CHABLIS ET DU GRAND AUXERROIS
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/12925/12927/13420.jpg
 
Le vignoble de Chablis occupe les coteaux qui bordent la vallée du Serein.
 
C'est une région vallonnée dont les sommets sont très souvent boisés. La production du vignoble de Chablis s'étend sur une vingtaine de communes.
 
→ Le sol :
 
Le sol caillouteux, argilo-calcaire, appartient géologiquement au jurassique et le kimméridgien est l'étage le plus représenté.
 
→ Le climat :
 
Étés sont chauds, hivers longs et rigoureux. Les niveaux d'ensoleillement et de pluviométrie varient considérablement d'une année sur l'autre, rendant extrêmement vulnérable la qualité comme la quantité de chaque millésime. Autre contrainte, les gelées de printemps, qui ont longtemps pesé comme une menace redoutée sur les récoltes.
 
De mars à mai les jeunes rameaux sont particulièrement vulnérables et l'histoire du Chablis est ponctuée de millésimes désastreux.
 
Depuis les années 1960, différents procédés de lutte ont été mis en place (chaufferettes et aspersions). Onéreuses et contraignantes, ces techniques sont aujourd'hui efficaces et contribuent à stabiliser les niveaux de production et à protéger les vignerons des aléas du climat.
 
→ Le cépage :
 
C'est une terre de prédilection pour le chardonnay , seul cépage autorisé à produire tous les vins blancs du vignoble de Chablis.
 
La notoriété de ce vignoble est très importante et Chablis est depuis de nombreuses années le synonyme de grand vin blanc sec, partout dans le monde.
 
→ Les appellations :
 
Le vignoble de Chablis comprend 4 niveaux d'appellation :
 
Chablis Grand Cru
Chablis Premier Cru
Chablis
Petit Chablis

 
 
Les vignobles du grand Auxerrois
 
Le vignoble du Grand Auxerrois regroupe un ensemble de vignobles, d'origine ancienne, qui donnent naissance à toute la gamme des appellations régionales de Bourgogne.
 
 
La majorité de ces appellations Bourgogne est identifiée par le nom du vignoble ou de la commune de production.
 
 
L'Auxerrois :
Situé immédiatement au sud et au sud est de la ville d'Auxerre, ce vignoble s'étend sur une dizaine de communes.
 
Le Tonnerrois :
Ce vignoble est installé dans la vallée de l'Armançon à proximité de la ville de Tonnerre.
 
Le Vézelien :
Au sud du département, le vignoble de Vézelay couvre les terroirs des communes de Vézelay, Asquins, Saint-Père et Tharoiseau.
 
Le Jovinien :
Tout au nord du département, le vignoble du Vézelien domine la ville de Joigny, en bordure de l'Yonne.
→ Le sol
 
Les principales appellations de ce vignoble (Irancy, St Bris,...) sont situées sur les coteaux de calcaires clairs de l'Oxfordien supérieur dominant la vallée de l'Yonne. Consulter la rubrique "terroirs".
→ Le climat
 
Le climat, sensiblement le même que celui du Chablisien : semi-continental, peu soumis aux influences de l'Atlantique, avec des hivers longs et froids, des printemps humides et des étés assez chauds et ensoleillés. Les plus grands risques sont les gelées printanières et les orages de grêles.
→ Le cépage :
 
Les vins sont produits à partir des cépages bourguignons : le Chardonnay et l'Aligoté en blanc, le Pinot Noir et le Gamay en rouge
→ Autres cépages
 
en blanc : le Sauvignon (d'introduction plus récente)
en rouge : le César (ce cépage est quelquefois assemblé au pinot noir pour l'élaboration de l'appellation Irancy)
 
→ Les appellations :
 
BOURGOGNE CHITRY
BOURGOGNE CÔTE SAINT-JACQUES
BOURGOGNE CÔTES D'AUXERRE
BOURGOGNE COULANGES-LA-VINEUSE
BOURGOGNE ÉPINEUIL
BOURGOGNE TONNERRE
BOURGOGNE VÉZELAY
CREMANT DE BOURGOGNE
IRANCY
SAINT-BRIS

 
 
VIGNOBLE DE LA COTE DE NUITS ET DES HAUTES COTES DE NUITS
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/12925/12927/13418.jpg
 
Le vignoble de la Côte de Nuits contribue depuis près de deux mille ans à la réputation des vins de Bourgogne et continue d'être aujourd'hui l'une des références mondiales pour les grands vins rouges.
Son vignoble " de pourpre et d'or " occupe une étroite bande de coteaux qui s'étire sur vingt kilomètres de long et parfois deux à trois cents mètres de large seulement, entre Dijon et Corgoloin. La richesse et la renommée de ses appellations sont telles que certains auteurs, en évoquant la Côte de Nuits, ont pu la comparer aux Champs Élysées de la Bourgogne.
Les notions de terroir, de climat et de clos, mises en valeur depuis le 10ème siècle par les moines des grandes abbayes, prennent ici toute leur dimension.
C'est le paradis du cépage pinot noir qui, sur des calcaires du jurassique moyen, donne naissance à une gamme de vins rouges unique au monde.
Le vignoble des Hautes Côtes de Nuits, qui s'étend sur une vingtaine de communes dans l'arrière côte, a été reconstitué à partir des années 1950 avec un objectif de qualité.
Les plantations ont été effectuées avec le pinot noir et le chardonnay sur les meilleurs coteaux.
Les efforts développés pour faire progresser la qualité, portent tous leurs fruits dans les vins de l'appellation Bourgogne Hautes Côtes de Nuits.
 
→ Le sol
 
Le vignoble de la Côte de Nuits est installé sur les calcaires du Jurassique moyen. Le vignoble des Hautes Côtes de Nuits s'adosse sur les plateaux bourguignons de l'arrière-côte du vignoble de la Côte de Nuits
 
→ Le climat
 
On ne trouve pas ailleurs de production de grands vins rouges à une latitude aussi élevée. Mais l'influence climatique continentale, avec des étés chauds et des automnes secs, ainsi que la parfaite adaptation des cépages bourguignons aux conditions de climat et de sol, expliquent l'existence en ce lieu d'un grand vignoble de qualité. Autres facteurs déterminants pour une durée d'ensoleillement et une qualité de lumière exceptionnelles : l'exposition de la vigne par rapport au soleil et l'absence totale de cours d'eau.
 
→ Le cépage :
 
La Côte de Nuits est le terroir de prédilection du Pinot Noir, cépage rouge traditionnel de la Bourgogne. On trouve néanmoins, en de rares endroits, le cépage Chardonnay en blanc, lui aussi traditionnel en Bourgogne.
 
Deux autres cépages sont utilisés d'une manière plus marginale : le Gamay en rouge et l'Aligoté en blanc.
 
→ Les appellations :
 
BOURGOGNE HAUTES-CÔTES DE NUITS
CHAMBERTIN
CHAMBERTIN-CLOS DE BÈZE
CHAMBOLLE-MUSIGNY
CHAPELLE-CHAMBERTIN
CLOS DE LA ROCHE
CLOS DE TART
CLOS DE VOUGEOT
CLOS DES LAMBRAYS
CLOS SAINT-DENIS
CÔTE DE NUITS
CÔTE DE NUITS-VILLAGES
ÉCHEZEAUX
FIXIN
GEVREY-CHAMBERTIN
GRANDS ÉCHEZEAUX
GRIOTTE-CHAMBERTIN
LA GRANDE RUE
LA ROMANÉE
LA TÂCHE
LATRICIÈRES-CHAMBERTIN
MARSANNAY
MAZIS-CHAMBERTIN
MAZOYÈRES-CHAMBERTIN
MOREY-SAINT-DENIS
MUSIGNY
NUITS-SAINT-GEORGES
RICHEBOURG
ROMANÉE-CONTI
ROMANÉE-SAINT-VIVANT
RUCHOTTES-CHAMBERTIN
VOSNE-ROMANÉE
VOUGEOT

 
 
VIGNOBLE DE LA COTE DE BEAUNE ET DES HAUTES COTES DE BEAUNE
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/12925/12927/13417.jpg
 
Le vignoble de la Côte de Beaune s'étend sur une vingtaine de kilomètres seulement, entre Ladoix-Serrigny et le magnifique coteau des Maranges.
Sur ce coteau souvent étroit (à peine quelques centaines de mètres) et magnifiquement exposé au soleil levant, les plus grands vins blancs secs du monde côtoient des vins rouges de grande réputation.
 
La renommée du vignoble de la Côte de Beaune est étroitement liée à sa capitale, Beaune, véritable siège historique et économique de la Bourgogne viticole.
 
 
Au dessus de la Côte de Beaune s'étend un plateau de 400 mètres d'altitude, traversé par des vallées qui façonnent un paysage de collines. Ce sont les Hautes Côtes de Beaune. Une vingtaine de communes viticoles y ont installé leur vignoble sur les coteaux les mieux exposés, constituant ainsi l'appellation Bourgogne Hautes Côtes de Beaune.
 
→ Le sol :
 
L'assise des sols de la Côte de Beaune est constituée de calcaires marneux et de marnes de l'époque du jurassique moyen et supérieur. Le vignoble des Hautes-Côtes de Beaune s'étend sur les versants des vallées creusées à l'Ouest de la Côte de Beaune dans le plateau bourguignon.
 
→ Le climat :
 
Des étés chauds et des automnes secs, facteurs d'une bonne maturation des grains. Ces conditions climatiques favorisent l'enrichissement en sucres et en matières colorantes des raisins
 
→ Le cépage :
 
En Côte de Beaune, toutes les appellations communales (villages) existent en blanc (exclusivement élaboré à base de Chardonnay) et en rouge (exclusivement élaboré avec du Pinot Noir) à l’exception de Pommard et de Volnay qui ne produisent que des vins rouges.
 
→ Les appellations :
 
ALOXE-CORTON
AUXEY-DURESSES
BEAUNE
BIENVENUES-BÂTARD-MONTRACHET
BOURGOGNE HAUTES COTES DE BEAUNE
CHARLEMAGNE
CHASSAGNE-MONTRACHET
CHEVALIER-MONTRACHET
CHOREY-LES-BEAUNE
CORTON
CORTON-CHARLEMAGNE
COTE DE BEAUNE
COTE DE BEAUNE-VILLAGES
CRIOTS-BÂTARD-MONTRACHET
LADOIX
MARANGES
MEURSAULT
MONTHELIE
MONTRACHET
PERNAND-VERGELESSES
POMMARD
PULIGNY-MONTRACHET
SAINT-AUBIN
SAINT-ROMAIN
SANTENAY
SAVIGNY-LES-BEAUNE
VOLNAY

 
 
VIGNOBLE DE LA COTE CHALONNAISE ET DU COUCHOIS
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/12925/12927/13421.jpg
 
Le vignoble de la Côte Chalonnaise s'étend sur 25 kilomètres de longueur et 7 kilomètres de largeur, entre la Côte de Beaune au nord et les monts du Mâconnais au sud. Prolongement naturel de la Côte d'Or, dont elle reproduit les principales formations géologiques et dont elle emprunte les principaux cépages, le pinot noir et le chardonnay, la Côte Chalonnaise constitue l'une des plus belles régions viticoles de la Bourgogne.
 
 
Au sud des Maranges et au sud des Hautes-Côtes de Beaune, le Couchois est vigneron depuis toujours. En Saône-et-Loire, ce vignoble de coteau a vu reconnaître sa personnalité au sein de l'appellation d'origine contrôlée Bourgogne depuis le millésime 2000, après de longs efforts portés par la qualité. Les communes de Couches, Dracy-lès-Couches, Saint-Jean-de-Trézy, Saint-Maurice-lès-Couches, Saint-Pierre-de-Varennes et Saint-Sernin-du-Plain produisent ce vin rouge issu du pinot noir.
 
→ Le sol :
 
Le vignoble de la Côte Chalonnaise est formé de sols argilo-calcaires provenant du soubassement rocheux calcaire d'âge jurassique ou plus ancien.
 
Celui de la Côte du Couchois Sur le sommet du lias (argiles et marnes) et parmi les calcaires du jurassique moyen.
 
→ Le climat :
 
En Côte Chalonnaise le climat est de type continental avec des étés chauds et des automnes secs, il est très favorable à une bonne maturation des raisins.
 
Dans le couchois les bonnes expositions est et sud favorisent l'expression du pinot noir. Ces terroirs sont très proches de la partie méridionale des Hautes-Côtes de Beaune. Ils se situent de 200 à 300 mètres d'altitude.
 
→ Le cépage :
 
Le Pinot Noir est implanté sur des sols bruns moins argileux, particulièrement dans la région de Mercurey, Givry et sur une partie du territoire de Rully. On trouve de l'Aligoté dans le secteur de Bouzeron et le Gamay dans des zones très localisées, près de Buxy et dans une partie du Couchois. La partie sud de la Côte Chalonnaise près de Buxy ou des villages de Saint-Vallerin possède des sols plus marneux donc plus lourds. Le Pinot y est cependant cultivé en situation de coteaux assurant un bon drainage pour y produire l'A.O.C Bourgogne Côte Châlonnaise.
 
→ Les appellations :
 
BOURGOGNE CÔTE CHALONNAISE
BOURGOGNE CÔTES DU COUCHOIS
BOUZERON
GIVRY
MERCUREY
MONTAGNY
RULLY

 
 
VIGNOBLE DU MACONNAIS ( ou Côtes Mâconnaises )
http://www.vins-bourgogne.fr/gallery_images/site/3/12925/12927/13432.jpg
 
Le vignoble du Mâconnais marque la frontière sud de la Bourgogne.
Il s'étend sur 35 km de long, entre Sennecey-le- Grand et Saint-Vérand, et 10 km de large, délimité à l'ouest par la vallée de la Grosne et à l'est par la vallée de la Saône. À l'exception de la commune de Lugny, de ses alentours, et de la partie sud du vignoble qui correspond aux terroirs des A.O.C. villages.
 
→ Le sol :
 
Le paysage du Mâconnais est façonné par une succession de collines dont l'exposition est/sud-est est idéale pour la culture de la vigne. On distingue plusieurs types de sols
 
→ Le climat :
 
Le climat continental qui caractérise toute la région est particulièrement favorable à une bonne maturation des raisins.
 
→ Le cépage :
 
Le Mâconnais fut, jusqu'au 18ème siècle, planté de Gamay. Au début du 19ème siècle, il fut supplanté par le cépage chardonnay, qui a trouvé là son terrain de prédilection. Il représente aujourd'hui plus de 80 % des plantations.
 
→ Les appellations :
 
MÂCON
MÂCON-VILLAGES
POUILLY-FUISSE
POUILLY-LOCHÉ
POUILLY-VINZELLES
SAINT-VÉRAN
VIRÉ-CLESSÉ

 
Pour plus d'informations :
http://www.vins-bourgogne.fr
http://www.bourgogne-vins.com
http://www.terroirs-france.com/vin/bourgogne.html
http://www.1000bourgognes.com/
http://www.burgundy-report.com/dis [...] -resource/
http://tourisme.vins-bourgogne.fr/ [...] =14218.pdf

Message cité 1 fois
Message édité par fdaniel le 04-03-2013 à 23:19:11

---------------
More GG, more skill
n°6708392
EvilTyler
ex-Consultant Hippie
Posté le 07-10-2005 à 14:22:05  profilanswer
 

LA VALLEE DU RHONE:
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4b/Vignobles_rhone.png/565px-Vignobles_rhone.png
 
La surface de production est de 73 000 hectares.
 
La production annuelle est en moyenne de 3,5 millions hectolitres (soit 465 millions de bouteilles) et provient de 7000 exploitations, dont la superficie moyenne est de 10 hectares. Seules 2000 de ces exploitations sont des caves particulières ; les autres sont regroupées en coopératives.
 
La vallée du Rhône produit des vins d'appellation d'origine contrôlée entre les rives droite et gauche du Rhône entre Vienne et Avignon.
 
L'aire de production correspond à une grande partie du vignoble de la vallée du Rhône car il s'agit d'appellations régionales. D'autres appellations sont produites au sein de cette aire : côte-rôtie, condrieu, château-grillet, saint-joseph, cornas, saint-péray, crozes-hermitage, hermitage, côtes-du-rhône villages (avec de nombreuses dénominations géographiques internes), vinsobres, rasteau, gigondas, beaumes-de-venise, muscat de Beaumes-de-Venise, vacqueyras, châteauneuf-du-pape, lirac et tavel.
 
Le vignoble de la vallée du Rhône se divise en deux parties :
 
Le Rhône septentrional (de Vienne à Valence) ;
Le Rhône méridional (de Montélimar et Bourg-Saint-Andéol à Avignon).
 

  • Le Rhône Septentrional


  • Le Rhône Méridional


 
 
LA PROVENCE:
 
 
 
LE LANGUEDOC:
 
http://www.languedoc-wines.com/images/carte.jpg
 
 
La diversité de cette région, vaste terroir qui compte pour près de 40% du vignoble français, provient aussi bien des sols et des climats que des appellations (au nombre de 34) et des cépages. C'est grâce à l'initiative de jeunes viticulteurs que les vins ont beaucoup gagné en qualité, offrant plus d'élégance et de finesse.
 
Les vins du Languedoc sont rouges ou rosés et proviennent de cépages tels que Carignan noir, Cinsault, Mourvèdre, Cournoise (ou Aubun), Grenaches noir et rouge, Oeillade, Syrah et Terret noir, ainsi que de cépages secondaires admis sans dépasser les 15%.
 
Le Roussillon, par son histoire et son climat, ne diffère que très peu de sa grande soeur ibérique, si ce n'est par sa taille minuscule et offre ses Banyuls, Rivesaltes, Collioure et autre Maury, ajoutant ainsi leur superbe couleur ambre à la palette régionale.
 
En 2009, le Languedoc - Roussillon reste l'un des plus vastes vignobles du monde avec 246 000 hectares de vigne représentés par 30 000 vignerons.
230 caves coopératives et 2 500 vignerons en caves particulières élaborent la gamme Sud de France allant des vins tranquilles aux effervescents en passant par les vins doux naturels.
Le vignoble du Languedoc - Roussillon représente 1/3 de la production française soit 12 millions d'hectolitres dont 1.4 millions d'hectolitres d'AOP vins tranquilles.
 
 

  • Le sol et les climats


 
Une grande variété de sols et un climat typiquement méditerranéen
Tout comme les cépages sont des points de repère importants sur la grande carte du vin, connaître la typicité des sols et les variétés de climat sont intéressants pour le consommateur car ils donne une information utile sur le goût et le caractère du vin.
 
Une incroyable diversité de sols
En Languedoc, on trouve une grande variété de sols qui différent selon les appellations : vastes terrasses de cailloux roulés, grès et marnes, calcaires et schistes, sols argileux, poudingues, sols sableux, molasses, etc. Autant d’atouts qui donnent aux terroirs du Languedoc les spécificités de chaque appellation.
 
Un climat typiquement méditerranéen quoique nuancé à l'est
En Languedoc, territoire le plus au sud du pays, le climat est principalement de type méditerranéen. Les étés sont très chauds et secs, les automnes et printemps sont doux, même si quelques gelées matinales sont encore possibles au mois d'avril, les hivers sont doux, ensoleillés et la température descend peu en dessous de 0°C. La pluviométrie est très faible (parmi les plus faible de France pour certaines communes) et la Tramontane, vent très présent, permet de sécher les vignes et de les prévenir des maladies. C'est un type de climat idéal pour la culture de la vigne. Mais l’empreinte méditerranéenne se délie et s’associe aux caractéristiques du climat océanique à l’extrême ouest du territoire, sur les appellations Cabardès et Malepère notamment. Ce climat y alors transitionnel, la douceur atlantique croisant les rigueurs méditerranéennes.
 
 

  • Les principaux cépages du Languedoc


En Languedoc, les 30 dernières années ont connu une profonde restructuration du vignoble avec un développement de cépages méditerranéens comme le Grenache, le Mourvèdre ou la Syrah, vedette des nouvelles plantations. Parallèlement, la recherche appliquée a permis une meilleure adaptation des cépages traditionnels et une optimisation de leur culture. La vinification séparée des cépages en fonction de leur maturité et de leur comportement en cuve est la règle générale. Après cette étape, les vignerons portent beaucoup d'attention aux assemblages.
 
Les cépages rouges utlisés en Languedoc
 
Cabernet Sauvignon
Il donne un vin très coloré, très tannique et de longue garde, qui développe avec l'âge des bouquets complexes avec dominante de sous-bois. Il est apte au vieillissement sous bois. Vinifié seul, il manque de rondeur et de gras. Il est très bien adapté aux sols pauvres. C'est l'un des plus grands cépages français, et l'un des plus cultivés de par le monde.
 
Carignan
Il est implanté dans tout le midi méditerranéen. A faible rendement, il donne des vins assez puissants, bien colorés, avec des tanins souvent durs et parfois une certaine amertume en finale. On l'utilise en association avec d'autres cépages plus fins, Grenache, Cinsault, Syrah ou Mourvèdre.
 
Cinsault
Bon rendement en jus. Sur des schistes et avec un faible rendement, il produit des vins fruités et souples. Ce cépage produit d'excellents rosés.
 
Cot (ou Malbec)
Cépage précoce qui donne des vins colorés, tanniques, aptes au vieillissement. Les vinifications en rosé donnent également de bons résultats. A Cahors il prend le nom d'Auxerrois et à Bordeaux de Malbec.

Fer Servadou

Il permet d'élaborer des vins vifs assez tanniques, moyennement colorés mais aux arômes très typés
 
Grenache
Ce cépage introduit en France au Moyen-âge permet d'élaborer des vins doux naturels (tels que Banyuls, Maury...) et de très grands vins de garde, structurés et aromatiques dans la mesure où le rendement est maîtrisé (associé à des cépages plus tanniques comme la Syrah ou le Mourvèdre).
 
Lledonner Pelut
Potentialités proches du Grenache noir.
 
Maccabeu (Maccabeo)
Il donne un vin puissant et aromatique, généralement peu acide.
 
Malbec (ou Cot)
Cépage précoce qui donne des vins colorés, tanniques, aptes au vieillissement. Les vinifications en rosé donnent également de bons résultats. A Cahors il prend le nom d'Auxerrois et à Bordeaux de Malbec.
 
Mourvèdre
Il a été implanté dans le sud de la France depuis le Moyen-âge. Il donne des vins de grande qualité, corsés, colorés et riches en tanins. Très apte au vieillissement sous bois qui lui donne après quelques années un excellent bouquet et beaucoup de longueur en bouche.
 
Muscat à petits rouges
Produit des vins secs ou des vins doux qui développent un bon équilibre entre la richesse en sucre et l'acidité.
 
Syrah
Il donne des vins puissants avec un bon degré alcoolique et qui sont aptes au vieillissement. Ces vins ont une couleur intense, sont aromatiques, tanniques, charpentés et peu acides. Permet également d'élaborer des rosés très fruités
 
Les cépages gris utlisés en Languedoc
 
Grenache gris
Il est utilisé, comme le Grenache noir, pour l'élaboration des vins doux naturels mais aussi des Vins Gris (sables du littoral méditerranéen).
 
Muscat à petits grains blancs ou rosés
Il s'agit d'un cépage très aromatique, souvent utilisé pour l'élaboration de vins doux naturels.
 
Les cépages blancs utilisés en Languedoc
 
Bourboulenc
Originaire de la région provençale. Produit de grosses grappes avec des baies de taille moyenne. Il permet d'élaborer des vins fins et peu alcoolisés.
 
Chardonnay
Il permet d'élaborer des vins blancs secs, des vins effervescents et même des vins liquoreux. Il possède une forte teneur en sucre mais tout en conservant une certaine acidité. Il produit des vins équilibrés, puissants et amples. Arômes intenses et typiques de fruits secs, noisette, grillé etc.). Les vins peuvent se garder plusieurs années, la durée variant selon le terroir d'origine
 
Chenin
Il donne soit des vins effervescents ou des vins secs soit des vins liquoreux en fonction du terroir (calcaire ou schiste). Il permet d'élaborer des vins vifs avec des arômes de miel.
 
Clairette
C'est l'un des plus anciens cépages du Languedoc. Il donne un vin assez alcoolique, peu acide aux arômes marqués (miel), mais laissant une amertume en fin de bouche. Il est très sensible à l'oxydation. Il permet également d'élaborer des vins effervescents.
 
Grenache blanc
Permet d'élaborer des vins doux naturels mais aussi des vins blancs secs, longs en bouche mais avec parfois une acidité insuffisante. Il est surtout présent dans le Roussillon.
 
Maccabeu blanc
Donne des vins blancs secs, effervescents ou des vins doux naturels. En vins blancs secs et effervescents, il donne des vins légers mais avec un manque d'acidité aux arômes peu intenses.
 
Marsanne
Il est surtout cultivé dans les Côtes du Rhône septentrionales, mais également présent dans les Coteaux du Languedoc. Il donne des vins blancs secs ou effervescents aux arômes fins et à l'acidité moyenne
 
Mauzac
Cépage cultivé dans la région de Limoux et Gaillac, pour l'élaboration de vins blancs tranquilles ou mousseux. Il produit des vins aux arômes de pomme dominants et sensible à l'oxydation.
 
Muscat à petits grains blancs ou rosés
Il s'agit d'un cépage très aromatique, souvent utilisé pour l'élaboration de vins doux naturels.
 
Piquepoul blanc
Cépage originaire du Midi. Il est essentiellement cultivé dans le département de l'Hérault. Ce cépage a donné son nom à une AOC Coteaux du Languedoc "Picpoul de Pinet" dont la production se situe sur les bords de l'étang de Thau. Il permet d'élaborer des vins blancs secs typés, nerveux et agréables.
 
Rolle (ou Vermentino)
Il produit des vins blancs de couleur pâle, équilibrés et gras avec une grande richesse aromatique (arômes floraux et fruités)
 
Roussanne
Il donne des vins blancs complexes, puissants et aptes au vieillissement mais il est en régression car il est extrêmement sensible et vulnérable aux maladies (pourriture grise etc.)
 
Vermentino (ou Rolle)
Cépage Corse appelé Rolle dans le sud de la France. Il produit des vins blancs de couleur pâle, équilibrés et gras avec une grande richesse aromatique (arômes floraux et fruités)
 
 

  • Les principales appellations


Corbières et Corbières Boutenac
Zone d’appellation
Elle s'étend des portes de Carcassonne aux étangs de Leucate et de Narbonne, des contreforts des Pyrénées au pied de la Montagne Noire. L'appellation est aujourd'hui, en superficie, la première en Languedoc.
 
Géologie
Les Corbières offrent une grande diversité de sols (schiste, grès, calcaire, marne...). L'appellation est segmentée en quatre zones caractéristiques : le terroir des Hautes - Corbières, le terroir de Corbières - Méditerranée, le terroir des Corbières centrales et le terroir des Corbières d'Alaric.
 
Climat
Dominé par l’influence méditerranéenne que l’on retrouve dans une végétation typique de la garrigue. Certains terroirs, les plus occidentaux, ressentent l'influence océanique.
 
Cépages
Granache, Syrah, mourvèdre, carignan, cinsault pour le rouge et le rosé. Grenache blanc, bourboulenc, maccabeu, marsanne roussanne, vermentino pour le blanc.
 
Vinification
Rouge: fermentation traditionnelle égrappée ou vinification à grains entiers.
Rosé : par saignée ou pressurage direct.
Blanc : traditionnelle, macération pelliculaire, (vinification en fût pour certains).
 
Stratégie de développement
Son objectif est de donner des orientations et d’arriver à terme à une viticulture plus respectueuse du terroir, de l’environnement, de la plante et de l’homme.
Dans un même temps nous devons valoriser notre patrimoine à travers une communication identitaire de qualité et consolider une démarche d’oeno-tourisme porteur d’image et de notoriété. Développer un partenariat fort entre vigneron et prescripteur pour mettre en avant les Corbières dans les différents circuits de distributions en France et à l’export.
 
Chiffres clefs
13 000 hectares déclarés
2 206 producteurs
33 caves coopératives
289 caves particulières
Rendement moyen : 35 hectolitres/hectare
Production moyenne : 461 000 hectolitres
 
Faugères
 
Zone d’appellation
A 20 km au nord de Béziers, blottis ou dans les douces vallées des avants monts de l'Espinouse et du Caroux, sept petits villages et leurs hameaux forment l'appellation Faugères. Une AOC du Languedocc- Sud de France, avec le seul vignoble de cette région sur un terroir homogène de schiste. Ces paysages sauvages et peu urbanisés attirent les amateurs de "tourisme vert". Ce pays est une invitation à la découverte et à la randonnée, avec un patrimoine bâti et naturel remarquable.
 
Géologie
Schsites jaunes, gris, ocres, orangés et en profondeur des bleus splendides, les schistes à faugères composent un des sols les plus anciens du monde et le seul terroir homogène du Languedoc.
Schistes gréseux issus de la compression des argiles à l'ère primaire, ils apportent "naturellement", surtout en culture raisonnée, la bonne acidité à des vins qui offrent des tanins fins et élégants dès leur jeunesse.
 
Climat
Sius un climat de type Méditerranéen, les sols de schistes, avec leur capacité à retenir l'eau et la chaleur apportent une touche particuière : ici on a l'habitude de dire que les raisins mûrissent la nuit, lorsque la terre restitue les calories emmagasinées dans la journée.
 
Cépages et vins
Syrah, Grenache, Mourvèdre, Carignan et Cinsault pour des vins rouges amples, ronds et puissants, qui offrent des tanins soyeux.
Mêmes cépages pour des rosés aux notes florales et leurs arômes de fruits rouges.
Roussane, grenache blanc, marsanne, vermentino (rolle) pour les blancs, qui expriment parfaitement la minéralité de ce terroir de schiste.
A noter, les muillésimes 2000 et 2001 de la Fine de Faugères sont actuellement disponibles. En dégustation, c'est une eau de vie dotée d'un joli caractère, suave et élégante.
 
Stratégie de développement
Nouveau souffle pour cette AOC du Languedoc et nouvelle identité visuelle, recentrée sur son magnifique terroir homogène, avec comme accroche : "Faugères, l'appellation Nature schiste".
Dans des paysages préservés, Faugères est une des rares AOC du Languedoc, qui dès 1996, a promu la lutte raisonnée et créé un groupe de travail autour de cette thématique. Nombreuses sont les entreprises aujourd'hui qui se sont engagées vers l'agriculture biologique ou qui souhaitent adhérer à cette démarche. Enfin, la moyenne d'âge de ses vignerons, parmi les plus jeunes de France (dont beaucoup de femmes) et les nouveaux arrivants, donnent à Faugères toute la dynamique qu'on lui connaît aujourd'hui.
 
Chiffres clefs
2 000 hectares exploités
150 producteurs
1 cave coopérative
51 caves particulières
Rendement moyen : 34 hectolitres/hectare
Production moyenne : 67 000 hectolitres (85% rouge, 13% rosé , 2% blanc)
 
Limoux
 
Zone d’appellation
A 25 km au sud de Carcassonne, nichée le long de la haute vallée de l’Aude entre les plateaux du Chalabrais à l’ouest, celui de Lacamp à l’est, adossée aux Pyrénées, l’aire d’appellation est très homogène et s’étend sur 41 communes.
 
Géologie
Les versants sud des coteaux réservés à l’appellation présentent une combinaison de terres argilo-calcaires légères et caillouteuses.
 
Climat
Les protections naturelles, qui cernent sur trois côtés la zone d’appellation, limitent les influences maritimes et lui donnent un climat entre océan et Méditerranée.
 
Cépages
Blanquette : Mauzac (90 % mini), Chenin et Chardonnay.
Crémant : Chardonnay (40% mini) Chenin (20 % mini), Chardonnay + Chenin (90% maxi). Cépages
accessoires : Mauzac + Pinot Noir (20% maxi), Pinot noir (10% maxi)
Limoux blanc (vin tranquille) : Mauzac (mini 15 %), Chardonnay, Chenin.
Limoux rouge (vin tranquille) : Merlot (50% mini), Cot, Syrah grenache (30% mini), Carignan (10%
maxi).
Blanquette Méthode Ancestrale : 100 % Mauzac..
 
Vinification
Blanquette et Crémant : après une première fermentation et l’obtention des vins de base de chaque cépage, on procède à l’assemblage et on ajoute une liqueur de tirage qui provoque une seconde fermentation celle-ci en bouteille. Le vin “prend mousse”. Après 9 mois de repos, à l’élimination du dépôt qui subsiste, on ajoute la liqueur d’expédition qui donne le caractère brut ou demi-sec. La bouteille est ensuite bouchée d’un liège définitif. Pour le Crémant, 12 mois de repos minimum sur “lattes” et commercialisation 15 mois après mise en bouteille.
Blanquette Méthode Ancestrale : fermentation entièrement naturelle, mise en bouteille à la vieille lune de mars, moins de 7° d’alcool acquis.
Limoux blanc : vinification et élevage en fût de chêne.
Limoux rouge : vinification classique très longue.
 
Stratégie de développement
Une stratégie diversifiée correspond à la variété des produits. Rajeunissement de l’image de la Blanquette, lancement de la campagne “Le Brut Originel”. Accentuation du travail en direction des CHR et de la GD. Développement des efforts en direction des jeunes consommateurs avec l’Ancestrale, produit de moins de 7°.
 
Dénominations
Terroirs : Terroir d’Autan, Terroir Méditerranéen, Terroir Océanique, Terroir de la Haute Vallée
 
Chiffres clefs
1 800 hectares déclarés
400 producteurs
2 caves coopératives
24 caves particulières
8 maisons de négoce
 
Rendement moyen : 40 hectolitres/hectare (effervescent)
 
Production:
Blanquette de Limoux 40 000 hl
Crémant de Limoux 30 000 hl
Blanquette Méthode Ancestrale 4 000 hl
Limoux (vin tranquille)
Blanc 5 000 hl
Rouge 2 800 hl
 
Malepère
 
Zone d’appellation
Bordée au nord par le Canal du Midi, à l’est par l’Aude, la plus occidentale des appellations du Languedoc s’étend sur le pourtour du massif boisé de la Malepère, des portes de Carcassonne à Limoux et jusqu’au Lauragais.
 
Géologie
Coteaux argilo calcaires tout en croupe, terrasses anciennes graveleuses et pech gréseux.
 
Climat
La sensibilité océanique se mêle au caractère méditerranéen, révélant un climat de transition aux caractéristiques originales, modulées par l’altitude, l’exposition et la position sur le gradient est-ouest qui se traduit par la présence de plantes sauvages, d’affinité méditerranéenne ou subméditerranénne voire océanique.
 
Cépages
Adaptant l’encépagement à la diversité écologique, les vins de l’AOC Malepère sont issus de l’assemblage de cépages atlantiques et méditerranéens.
Règle d’encépagement des vins rouges : Cépage principal, Merlot (minimum 50%), cépages complémentaires, Cabernet Franc, Cot (minimum 20%), cépages accessoires, Cabernet Sauvignon, Grenache, Cinsault.
Règle d’encépagement des vins rosés : cépage principal, cabernet Franc (minimum 50%) Cépages complémentaires : Cabernet Sauvignon, Cinsaut, Cot, Grenache, Merlot.(minimum 20%)
 
Vinification
Pour les rouges : vendange égrappée, vinification traditionnelle avec macération et maîtrise de températures.
La durée de cuvaison est variable.
Rosés obtenus par saignée, avec fermentation à basse température.
 
Stratégie de développement
Malepère signe son identité “L’Autre Languedoc” qui exprime sa personalité extra méditerranéenne.

Chiffres clefs

500 hectares engagés
100 producteurs
4 caves coopératives
16 caves particulières
Rendement moyen : 50 hectolitres/hectare
Production moyenne : 20 000 hl (80% rouge, 20% rosé)
 
Minervois et Minervois La Livinière
 
Zone d’appellation
Le territoire du Minervois est un vaste amphithéâtre délimité par le Canal du Midi au sud, la Montagne Noire au nord sur une étendue qui court des hauts de Narbonne aux portes de Carcassonne.
 
Géologie
La Clamoux, l’Argent Double, l’Ognon et la Cesse descendant de la Montagne Noire vers l’Aude ont créé une série de terrasses faites de galets, de grès, de schistes ou de calcaires. Ces terrasses alternent avec des zones de marnes calcaires et de grès. Au nord-ouest, près de Caunes-Minervois, ce sont les veines de schiste et de marbre rose qui s’imposent. La zone d’altitude est faite de plateaux calcaires..
 
Climat
Une dominante méditerranéenne avec des influences océaniques dans la partie occidentale (Clamoux et Côtes Noires) et une certaine rigueur des hivers pour le Causse qui se situe à une altitude supérieure à 300 m..
 
Cépages
Syrah, Mourvèdre (minimum 20%). Syrah, Mourvèdre, Grenache et Lladoner Pelut (minimum 60%), Carignan, Cinsault, Terret, Aspiran, Piquepoul pour le rouge (40% maximum). Marsanne, Roussanne, Maccabeu, Bourboulenc, Clairette, Grenache, Vermentino et Muscat à petits grains pour les blancs..
 
 
Vinifications
Rouge : traditionnelle après égrappage et en grains entiers.
Rosé : de saignée ou de pressurage.
Blanc : de pressurage direct avec ou non une partie vinifiée en barrique. Muscat de Saint Jean de Minervois : vin doux naturel.
 
Stratégie de développement
Un engagement parcellaire (sur des parcelles identifiées) doit être effectué par les vignerons 3 ans à l’avance pour garantir la traçabilité des produits. Le suivi rigoureux au vignoble des conditions de production est relayé par un Guide des bonnes pratiques vigneronnes. Des investigations précises sur les différents terroirs ont été entreprises pour exprimer la typicité de chaque zone et les faire reconnaître (cf Minervois La Livinière). Travail de recherche et de reconnaissance de la production des blancs liquoreux connus sous le nom de Minervois Nobles est également en cours. Enfin l’appellation développe un programme de valorisation tourisme et vin, associant patrimoine, paysages remarquables et accueil privilégié..
 
 
Dénominations
Terroirs : Terroir Canal du Midi, Terroir des Causses, Terroir Les Mourels, Terroir Coteaux / Contreforts, Terroir des Trois Vallées, Terroir Les Terrasses.
 
Chiffres clefs
61 communes dont 16 dans
l'hérault et 45 dans l'Aude
5 000 hectares identifiés
1100 producteurs
30 caves coopératives
220 caves particulières
Rendement max autorisé : 50 hectolitres/hectare
Production : 170 000 hectolitres
(94% rouge, 2% blanc, 4% rosé)
 
Saint Chinian
 
Zone d’appellation
Située au nord-ouest de Béziers dans le département de l’Hérault, au pied du Massif du Caroux et de l’Espinouse, elle regroupe vingt villages
 
Géologie
Le terroir du Saint-Chinian est partagé en deux par les cours de l’Orb et du Vernazobres. Au nord, les schistes et les grès dominent et peuvent occuper 90 % du volume du sol dès 40 cm de profondeur. Ce type de sol très acide retient peu l’eau et la vigne doit s’adapter aux grandes sécheresses. Au sud, c’est le calcaire déposé par la mer au secondaire qui se marie à la bauxite et à l’argile. On découvre un ensemble de petits plateaux avec une couche de terre très superficielle nécessitant un long enracinement de la vigne.
 
Climat
Typiquement méditerranéen. Moyenne annuelle des températures : 14 °C.
 
Cépages
Grenache, Syrah et Mourvèdre, Carignan, Cinsault, Lladoner Pelut pour rouges et rosés.
Grenache blanc, Marsanne, Roussanne, Rolle pour les blancs.
 
Vinification
Rouge : fermentation traditionnelle ou macération carbonique.
Rosé : par saignée, égouttage ou pressurage direct.
Blanc : par pressurage direct.
 
Stratégie de développement
Depuis plusieurs années, les vignerons ont entamé une identification de leurs meilleurs terroirs. Deux d’entre eux sont entrés dans une démarche dite de hiérarchisation, zones à haut potentiel qualitatif.
Les terroirs pilotes Berlou et Roquebrun (AOC Saint Chinian-Berlou et Saint Chinian-Roquebrun) ont été reconnus en 3e niveau par l’INAO en février 2005. Les vignerons ont également obtenu l’AOC Saint-Chinian pour les vins blancs à cette même date. L’appellation oeuvre par ses actions techniques, paysagères et promotionnelles au renforcement de sa position de Cru.
 
Dénominations
Berlou et Roquebrun
 
Chiffres clefs
3 300 hectares déclarés
Exploitations viticoles
100 caves particulières
8 caves coopératives
(environ 350 producteurs)
Production moyenne : 115 000 hl
en volume : 4ème appellation du Languedoc
 
Répartition par couleur
89% de vins rouges, 10% de vins rosés, 1% de vin blanc
 
Muscats
 
Règles de production
Le rendement parcellaire ne peut excéder 28 hl/ha avec des dérogations conjoncturelles en fonction des millésimes.
Le cépage unique est le Muscat petits grains. La maturité ne peut être inférieure à 252gr de sucre par litre (14° environ). Les vins doux naturels sont vinifiés exclusivement par des producteurs récoltants. L’alcool utilisé pour le mutage est obligatoirement de l’alcool vinique à 96% de volume. Il est ajouté dans une proportion de 5 à 10% du moût mis en oeuvre. La teneur en alcool finale doit être comprise entre 15 et 18°.
 
Muscat de Frontignan (AOC depuis 1936)
Un vignoble situé entre l’étang de Vic La Gardiole et l’étang de Thau près de la commune de Frontignan.
Des sols argilo calcaires avec des teneurs en sable de plus en plus importantes quand on se rapproche de la Méditerranée. La bouteille torsadée est devenue le symbole de cette appellation.
Tél : 33 (0)4 67 48 12 26 - Fax : 33 (0)4 67 43 07 17
 
Muscat de Lunel (AOC depuis 1943)
Un vignoble implanté autour de la ville de Lunel, à mi-chemin entre Montpellier et Nîmes, pays de la bouvine et des courses à la cocarde. L’appellation est située sur des sols de grès à cailloutis siliceux rouges. Ces sols peuvent atteindre des profondeurs considérables.
 
Muscat de Mireval (AOC depuis 1959)
Un vignoble situé au bord de l’étang de Vic La Gardiole près de la commune de Mireval sur la route qui relie Montpellier à Sète. Des sols d’origine jurassique avec de nombreux éclats calcaires.
 
 
Muscat de Saint Jean de Minervois (AOC depuis 1949)
Un vignoble situé à 250 mètres d’altitude sur des sols de calcaire alvéolé. Ce sont des sols très peu profonds où les éclats de calcaire se mêlent à de l’argile rouge.
Le climat méditerranéen est tempéré par l’altitude.
 
Chiffres clefs
 
Frontignan
690 hectares
1 cave coopérative
11 caves particulières
175 producteurs
Production annuelle 2009 : 17 706 hectolitres
Rendement moyen : 23,41 hectolitres / ha
 
Lunel
321 hectares
1 cave coopérative
6 caves particulières
 
Mireval
260 hectares
1 cave coopérative
9 caves particulières
 
Saint Jean de Minervois
230 hectares
1 cave coopérative
7 caves particulière
 
Pour plus d'informations :
http://www.languedoc-wines.com/
http://www.vins-languedoc-roussillon.fr/
http://www.vins-fr.com/languedoc-roussillon/
http://lesvinsdulanguedoc.fr/

Message cité 1 fois
Message édité par fdaniel le 04-03-2013 à 23:11:29
n°6708536
EvilTyler
ex-Consultant Hippie
Posté le 07-10-2005 à 14:39:15  profilanswer
 

LA CHAMPAGNE:
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/02/Vignobles_champagne.svg/780px-Vignobles_champagne.svg.png
 
La Champagne viticole couvre actuellement près de 34 000 hectares soit 3,4 % de la superficie du vignoble français.
 
La culture de la vigne est surtout concentrée aux alentours de Reims et d’Epernay dans le département de la Marne mais elle comporte aussi une implantation dans l’Aube, ainsi qu’un prolongement dans la Haute-Marne et dans la Seine et Marne.
 
La loi précise que les vins de Champagne doivent, pour mériter l’appellation Champagne, provenir exclusivement de ce vignoble et être transformés sur place, à l’intérieur de la région champenoise délimitée par les textes, dans des locaux qui ne peuvent recevoir que des vins de Champagne.
 
Côte à côte se trouvent donc quinze mille exploitants viticoles, cent cinquante coopératives et plus de trois cents négociants dits Maisons de Champagne.
 
Les vignerons sont pour la plupart monoculteurs, possédant environ 2 hectares en moyenne. Beaucoup d’entre eux vendent une grande partie de leur récolte en raisin dès la vendange.
 
Les négociants achètent des raisins et conduisent le vin du pressoir à la bouteille terminée : vinification, création de la cuvée, tirage, stockage prolongé en bouteilles, manipulations nombreuses aboutissant au produit fini.
 
Les deux activités, vignes et caves, s’interpénètrent un peu mais aucune des deux branches n’est en mesure de se passer de l’autre. Les récoltants dits expéditeurs, c’est-à-dire qui vendent leur propre Champagne, et les coopératives qui élaborent des vins expédient le tiers de la production totale, en France principalement. Les Maisons de Champagne qui possèdent des vignes cultivent 10 % du vignoble. Elles expédient sous leurs marques les deux tiers de la production annuelle et assurent l’essentiel des exportations.
 
La culture du vignoble champenois est coûteuse et rendue aléatoire par le climat. La véritable vocation du vin produit est d’être rendu mousseux. En dehors d’un marché restreint de vins « tranquilles » désignés sous l’appellation contrôlée « Coteaux champenois », aucun débouché de remplacement rentable ne semble possible.
 
Vignerons et Maisons de Champagne sont en situation de complémentarité. Ils devaient être amenés à organiser leur patrimoine commun.
 
 
   

  • Sa notoriété


Dès l’origine, un vin sacré
Jusqu’au Moyen Âge, dans les pays de la Chrétienté, ce sont les religieux qui s’occupent de la vigne : le vin est consacré et bu au cours de la messe. La rencontre de la géographie et de l’histoire va offrir aux vins de Champagne un destin hors du commun. C’est en effet Saint Rémi, évêque de Reims, résidant dans une villa ceinte de vignes près de l’actuel Epernay, qui baptisa Clovis quand il se convertit. Le premier roi de France fut donc sacré en Champagne et les vins de Champagne consacrés un soir de Noël 496.
Quelques siècles plus tard, le mariage de Jeanne de Navarre avec Philippe le Bel associa définitivement le destin du comté de Champagne à celui de la couronne de France.  
 
Les grandes occasions
Qu’elles soient vraiment rares ou vécues comme telles, on a pris l’habitude de les consacrer au Champagne. Les victoires sportives, par exemple, sont devenues l’occasion d’arroser généreusement champions et public et d’entrer dans la légende une bouteille mythique à la main. Solitaire et courageux, Gérard d’Aboville, buveur d’eau obligé pendant 72 jours en mer, a immédiatement sablé le Champagne à son arrivée. Comme le font partout dans le monde tous les héros grands ou modestes qui veulent consacrer leurs prouesses.
 
 
   

  • L’appellation Champagne


Aujourd’hui mondialement connue, l’Appellation Champagne ne s’est pas faite en un jour. Son histoire est vieille de plusieurs siècles et riche de multiples péripéties, dans lesquelles ce dossier va vous faire voyager.
 
Tout commence par un terroir, tellement particulier qu’il engendra les plus originaux des vins grâce au talent d’hommes qui surent en exprimer la délicate typicité et la sublimer par l'effervescence.
 
L’originalité devint très vite renommée, là encore sous l’impulsion de pionniers qui firent connaître ces vins d’exception aux amateurs éclairés du monde entier.
 
Au début du XXème siècle, le Champagne avait déjà la force d’un mythe. Les Champenois décidèrent de le protéger en fixant une aire strictement délimitée et des règles communes de production, qui se traduisirent par la reconnaissance de l’Appellation d'Origine Contrôlée Champagne.
 
 Depuis, les Vignerons et Maisons de Champagne, unis dans le cadre du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne, ne cessent de développer cet héritage et de faire partager au plus grand nombre les valeurs de leur prestigieuse Appellation.
 
L’Appellation Champagne est ainsi une référence pour tous les producteurs et consommateurs qui privilégient l’authenticité, la qualité… et le rêve.
 
 
 
   

  • Le Champagne en quelques chiffres  


FACTEURS HUMAINS      
             
4 776 récoltants expéditeurs          
66 coopératives                                
293 négociants
 
 
SURFACE EN PRODUCTION  
 
33 344  hectares dont :
23 897 dans la Marne
7 025 dans l’Aube et la Haute-Marne
2 422 dans l’Aisne et la Seine-et-Marne
 
 
ENCEPAGEMENT  
 
Pinot Noir 39 %
Meunier 32 %
Chardonnay 29 %
 
 
RECOLTE   (en équivalent bouteilles)
 
315 millions de bouteilles
Rendement = 10 903 kg/hectare
 
 
STOCK (au 31/07/2010)
 
1 384 millions de bouteilles (réserve individuelle incluse)
 
 
EXPEDITIONS  
 
TOTAL
 
319 613 186 bouteilles
219 100 890 par les Maisons de Champagne (69 %)
100 512 296 par les récoltants et coopératives (31 %)
 
FRANCE
185 098 656 bouteilles (58 %) dont
103 059 579 par les Maisons de Champagne (56 %)
82 039 077 par les récoltants et coopératives (44 %)
 
ETRANGER
134 514 530 bouteilles (42 %) dont
116 041 311 par les Maisons de Champagne (86 %)
18 473 219 par les récoltants et coopératives (14 %)
 
 
DIX PREMIERS MARCHES EXTERIEURS (en bouteilles)
 
1.  ROYAUME-UNI 35 488 401
2.  ETATS-UNIS     16 934 242
3.  ALLEMAGNE    13 076 153
4.  BELGIQUE          8 806 008
5.  JAPON                7 464 935
6.  ITALIE                 7 183 113
7.  SUISSE               5 442 295
8.  ESPAGNE           3 689 307
9.  AUSTRALIE       3 687 140
10. PAYS-BAS        2 474 876
 
 
   

  • Le terroir


http://www.champagne.fr/userfiles/craie.jpg
 
LE SOL ET LE SOUS-SOL
 
La composition du sous-sol est en majorité calcaire. Les sédiments affleurants sont calcaires à 75% (craies, marnes et calcaires proprement dits). Ce type de sous-sol favorise le drainage des sols.
 
 La Côte des Blancs, la Côte de Sézanne et le vignoble de Vitry-le-François reposent sur la craie affleurante. La Montagne de Reims sur la craie enfouie en profondeur. La Vallée de la Marne (à l’ouest de Châtillon-sur-Marne) et les petits massifs autour de Reims (Saint-Thierry, Vallée de l’Ardre et Montagne ouest) sont à tendance marneuse, argileuse ou sableuse. Enfin, la Côte des Bar (Bar-sur-Aube et Bar-sur-Seine) est essentiellement constituée de marnes.
 
La craie champenoise est constituée de granules de calcites issus de squelettes de microorganismes marins (coccolites) et caractérisée par la présence de fossiles de bélemnites (mollusques de l’ère secondaire). Sa forte porosité en fait un véritable réservoir d’eau (300 à 400 litres au m3) qui assure à la plante une alimentation en eau suffisante même lors des étés les plus secs.
 
La craie retient l’eau par capillarité. La vigne doit donc forcer pour l’absorber ce qui provoque une contrainte hydrique modérée au cours de la saison végétative qui favorise l’équilibre entre les différents acides du fruit, le sucre et les précurseurs d’arômes qui seront dévoilés dans le vin à venir.
 
Comparativement, les calcaires ont une porosité moindre et les marnes sont des argiles calcaires à fortes réserves en éléments nutritifs.
 
 
   

  • Cépages employés :  


Plusieurs cépages de la famille des pinots sont autorisés, dont trois principaux utilisés :
 
    le chardonnay B (raisin blanc, 26 % de la surface plantée avec 9 600 hectares2), qui donne un vin frais et délicat. Un champagne exclusivement élaboré à partir de ce cépage, que l'on retrouve dans la région de la Côte des Blancs, est appelé « blanc de blancs » ;
    le pinot noir N (raisin noir à pulpe incolore, 37 % de la surface plantée avec 12 580 hectares2), donnant toutefois un jus blanc car les peaux n'ont pas le temps de teinter le jus lors du pressage, produisant un vin charpenté et au bouquet fin ;
    le pinot meunier N, nommé morillon au Moyen Âge (raisin noir à pulpe incolore lui aussi, un peu plus tardif que le pinot noir, 37 % de la surface plantée avec 10 925 hectares2), qui donne un vin proche du pinot noir, mais plus fruité et avec une aptitude de garde plus réduite.
 
Cinq autres cépages sont également autorisés dans l'élaboration du champagne : ils restent très marginaux sur des aires très limitées (93 hectares seulement2) :
 
    arbane,
    petit meslier,
    pinot de juillet,
    pinot gris vrai (appelé « fromenteau »),
    pinot blanc vrai.
 
Reste le cas du gamay qui n'est pas un pinot. Son utilisation est très controversée par les producteurs et fait toujours l'objet d'une autorisation temporaire dans le seul département de l'Aube.
 
Ainsi donc, le plus célèbre des vins blancs est majoritairement issu de raisins noirs.
 
 
   

  • Le type de Champagne : Brut ou Demi-sec


http://www.champagne.fr/wpFichiers [...] ersite.jpg
Surprenant mais vrai, le terme "brut" qui désigne plus de 90% du Champagne consommé n'est que bien peu explicatif de sa personnalité.
 
Il s'agit simplement de la particularité qu'il acquiert à la fin de sa vinification, lorsqu'on procède au dosage, c'est-à- dire à l'apport d'une touche sucrée. Cette dernière attention est nécessaire à la parfaite expression des arômes, particulièrement délicats en Champagne.
 
Le brut
 
Le brut est à peine sucré. Il s'adapte à de multiples circonstances. C'est la raison pour laquelle il est le plus consommé aujourd'hui.
 
Le demi-sec
 
Le Champagne "demi-sec" reçoit une touche sucrée plus importante que le brut. Ce qui lui confère un goût plus doux, qui plaisait beaucoup au XVIIIème siècle. Il s'harmonise avec des mets suaves, comme les desserts par exemple.
 
Selon la teneur en sucre résiduel exprimée en grammes par litre, le vin est qualifié de :
     
   

  • Brut nature : si la teneur en sucre est inférieure à 3 grammes par litre et si aucune adjonction n'a été effectuée après la prise de mousse  


   

  • Extra-brut : si la teneur en sucre est située entre 0 et 6 grammes par litre  


   

  • Brut : si la teneur en sucre est inférieure à 12 grammes par litre  


   

  • Extra-dry : si la teneur en sucre est située entre 12 et 17 grammes par litre  


   

  • Sec : si la teneur en sucre est située entre 17 et 32 grammes par litre  


   

  • Demi-sec : si la teneur en sucre est située entre 32 et 50 grammes par litre  


   

  • Doux : si la teneur en sucre est supérieure à 50 grammes par litre  


 
La mention "brut nature" peut être remplacée par la mention "pas dosé" ou "dosage zéro".
   
 
   

  • Quelques particularités uniques  


Le champagne présente plusieurs originalités parmi les grands vins français :
 
    La vendange ou cueillette est manuelle. La machine à vendanger est interdite car ce type de machine peut abîmer le raisin et ne permet ni de nettoyer les grappes, ni de sélectionner uniquement les raisins mûrs. Il est essentiel que les grains de raisin parviennent en parfait état au lieu de pressurage. Le champagne est en effet un vin blanc issu en majeure partie d'un raisin noir — le pinot — et il convient pour cela que le jus, incolore, ne soit pas coloré ou taché au contact de l'extérieur de la peau. De plus, les grappes doivent être débarrassées des petites pourritures éventuelles, et il peut arriver que certaines grappes ne soient pas à maturité au moment de la vendange. Le vendangeur doit se conformer aux instructions données par le vigneron et seules les grappes à maturité et saines peuvent être cueillies : une machine est incapable faire ce genre de travail. Les dates des vendanges sont fixées par le CIVC, notamment grâce à des prélèvements effectués dans les semaines précédant la récolte, afin de déterminer la maturité du raisin8. Elles peuvent varier d'un jour ou deux à l'intérieur de la zone d'appellation. Les vendanges se clôturent par une fête appelée cochelet ou parfois chien.
    Le pressurage, effectué sur des pressoirs traditionnel ou pneumatiques, doit respecter l'extraction de 25,50 hl de jus débourbé pour 4 000 kg de raisin pressurés. Les premiers jus (20,50 hl), appelés « cuvée », sont le plus souvent vinifiés à part et donnent des vins de qualité supérieure aux seconds jus ou « tailles » (5 hl). Les jus suivants ou « rebêches » (entre 1 % et 4 % du volume), ne peuvent prétendre à l'appellation et doivent être expédiés en distillerie. (Voir détails plus loin)
    L'assemblage entre cépages (types de raisins), crus (vins de diverses communes champenoises) et d'années différentes (dans l'appellation) y est presque la règle, le but étant d'assurer une continuité dans les qualités œnologiques et organoleptiques. L'indication du millésime est possible (mais non obligatoire) quand seuls des vins de la même année sont assemblés. C'est généralement le signe d'une grande qualité. Mais la réglementation de l'interprofession champenoise permet aux seuls négociants de champagniser d'autres raisins en appellation que ceux de leurs propres vignes, voire d'acheter à des vignerons l'intégralité des raisins champenois dont ils ont besoin. Le récoltant qui veut élaborer son champagne ne pourra le faire qu'à partir de sa seule récolte.
    C'est un vin pétillant maintenu sous pression dans sa bouteille par un bouchon ayant l'allure d'un champignon (contrairement aux bouchons cylindriques), tenu par une capsule et un muselet de fil de fer. À l'ouverture, le bouchon a tendance à sauter et le champagne jaillit et mousse, ce qui rend le service un peu délicat. Les bulles peuvent se former sur les aspérités du verre (de préférence une flûte à champagne), mais naissent le plus souvent au contact des fibres de cellulose ou des cristaux du vin. Les peptides résultant de la décomposition des levures de fermentation, attirent les molécules de CO2 et contribuent à la délicatesse de l'effervescence, avec d'élégantes colonnes de petites bulles naissant en différents points du vin.
    La marque (non obligatoire) est un élément essentiel de l'identification et les champagnes les plus prisés sont des champagnes de marque.
 
Pour plus d'informations :
http://www.champagne.fr
http://www.dmoz.org/World/Fran%C3% [...] Champagne/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vignoble_de_Champagne
   
 
LA VALLEE DE LA LOIRE:
 
http://www.vinsdeloire.fr/uploads/images/Decouvrez/Lesvins/CarteVignoble.JPG
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c5/Vignobles_basse_loire.png/800px-Vignobles_basse_loire.png
 
Le Val de Loire, 3ème grande région viticole française, inscrit de Chalonnes-sur-Loire à Sully-sur-Loire au Patrimoine Mondial par l’UNESCO, représente, de l'Atlantique à la Région Centre, le point d'équilibre entre le Sud et le Nord, la suavité et la fraîcheur, les arts et les lettres, la tradition et la modernité.
 
De ces mélanges harmonieux, favorisés par un climat tempéré et des terroirs somptueux, est née la plus vive diversité de vins.
Le vignoble de la vallée de la Loire (appelé aussi vignoble du Val de Loire ou vignoble ligurien) est une vaste zone de production de vin en France, regroupant plusieurs régions viticoles. Ces régions produisent des vins blancs secs, demi-secs, moelleux voire liquoreux, des vins rouges le plus souvent légers et des vins rosés ; on trouve également de nombreux vins effervescents. Toutes ces régions sont situées au bord de la Loire et de ses affluents.
 
Le vignoble de la Loire comprend une superficie de 70 000 hectares dont 52 000 hectares en VQPRD (AOC et AOVDQS). Les volumes de production donnent 4 millions d'hectolitres dont 3 millions en VQPRD. Il est délimité en quatre régions de production qui sont le pays nantais, l'Anjou, la Touraine et le Centre.
 
Les cépages utilisés dans la vallée de la Loire sont le cabernet franc N, le cabernet sauvignon N, le grolleau N, le gamay N, le pineau d'Aunis N, le pinot noir N, le côt N, etc. pour les vins rouges et rosés. Le chenin blanc B, le sauvignon B, le melon B, le chardonnay B, etc. pour les vins blancs.
   
 
   

  • Le climat et le terroir  


Le climat
Globalement tempéré, le climat du Val de Loire est océanique en région nantaise et en Anjou, alors qu’une influence continentale apparaît du Saumurois jusqu'à la Touraine, les flux océaniques étant progressivement arrêtés par le relief des collines.
 
Des confins de la Touraine au Centre, le climat se modifie pour devenir semi-continental avec une influence océanique de plus en plus limitée.
 
La Loire et ses nombreux affluents jouent un rôle modérateur appréciable : en favorisant l'existence d'une multitude de microclimats propices à la culture de la vigne, elle contribue à la très grande diversité des vins. Leur effet tampon est déterminant dans l’élaboration des vins mœlleux et liquoreux.
 
    En Nantais, les vignes courent sur les coteaux ensoleillés, rafraîchies par les influences océaniques. Le vignoble connaît donc de grandes variations d'ensoleillement et de précipitations selon les années, ce qui marquent les millésimes.
    L'Anjou se caractérise par un climat océanique : hivers peu rigoureux, étés chauds avec un bon ensoleillement, et de faibles écarts thermiques ; à noter certains microclimats très secs où s’épanouit une flore méditerranéenne.
    En Saumurois, les collines freinent les vents d'ouest, le climat devient semi-océanique et les variations saisonnières sont naturellement plus marquées.
    C'est également le cas de la Touraine qui se situe au carrefour des influences océaniques et continentales. La succession de vallées orientées est-ouest, où l'influence continentale est plus atténuée, favorise l'existence de microclimats particulièrement propices à la culture de la vigne.
 
D'une manière générale, cette région se caractérise également par une très grande variété de microclimats, selon les différences d'altitude et d'orientation des coteaux et par une influence plus ou moins marquée du vent dominant, la bise du nord-est.  
 
Le sol
En Pays Nantais, il y a 3 grands types de sols : les sols sableux, les sols issus de roches acides riches en minéraux potassiques,  les sols issus de roches basiques riches en minéraux ferro-magnésiens. Les roches sédimentaires sont copnstituées de grès armoricains ou de schistes, les roches éruptives de granite ou de gabbros,  et les roches métamorphiques de gneiss, de micaschistes, d'amphibolites ou de serpentinites.
 
En Anjou, le sous-sol est composé principalement de schistes ardoisiers, schistes gréseux et carbonifères du Massif Armoricain ; on y trouve également des filons éruptifs de spilites, rhyolites, phtanites.
 
En Touraine, le sous-sol est composé de craie tuffeau du Bassin Parisien avec des sols argilo-calcaires ou d'argiles à silex ; les terrasses des bords de Loire et de Vienne sont constituées de sables et de graviers. Les bords du Cher sont quant à eux souvent constitués de sols d'argiles à silex.
   
 
   

  • Les Cépages  


L'harmonie entre cépages et terroirs, où diversité se conjugue avec unité, est d'autant plus exceptionnelle que quelques uns des grands cépages de la région ont trouvé leur origine en Val de Loire, alors que beaucoup d'autres viennent de l'Est ou du Sud-Ouest de la France.
 
La grande originalité des vins de Loire provient du fait qu'ils sont pour la plupart issus d'un cépage unique :
Melon de Bourgogne en Nantais, Chenin, Cabernet et Gamay en Anjou, Saumur et Touraine.
Sauvignon et Pinot Noir en Touraine et dans le Centre, mais aussi Grolleau, Pinot Meunier, Pineau d’Aunis, Romorantin…
 
Cette palette de cépages unique au monde offre une gamme très diversifiée et de haute expression.
 
   Vins rouges et rosés
Le Cabernet franc est le premier cépage en rouge de la Loire, son implantation remonte au XIe siècle. Il se distingue par sa finesse aromatique, ses arômes épicés et parfois de poivron. Le vin produit à partir du cabernet franc est peu riche en tanins et par conséquent vieillit assez rapidement. Il est connu pour sa finesse. Selon les terroirs, les parfums évoqués par les connaisseurs se rapprochent de la framboise (bourgueil) ou de la violette (chinon). Ce cépage révèle toute sa dimension dans le bourgueil, le chinon, le saint-nicolas-de-bourgueil et saumur-champigny par exemple. Il rentre dans l'élaboration de certains rosés (cabernet-d'anjou) ou en assemblage pour certains rosés de Touraine.
 
Les Cabernet sauvignon est un produit d'un croisement d'un Cabernet franc et d'un sauvignon blanc réalisé par hasard au XVIIe siècle dans le sud-ouest de la France. En général, le cabernet sauvignon a une bonne résistance à la plupart des maladies de la vigne à l'exception de l'eutypiose, l'excoriose et l'oïdium. Rentre dans la composition de certains vins d'anjou (anjou-villages et anjou). Les raisins se présentent en grappes de grosseur moyenne, ramassées, plus longues que larges, cylindres coniques généralement peu ailés.
 
Le Grolleau est un peu cultivé en Maine-et-Loire, dans la Vendée et la Loire-Atlantique. Les grappes sont assez grosses et les baies sont de taille moyenne. La grappe est tronconique, ailée.
 
Le Gamay est apprécié pour le côté léger et fruité qu'il donne au vin. Au nez il peut donner des notes de framboise, de fraise, de griotte...). Très répandu en Touraine et en Anjou (anjou-gamay).
 
Le Pineau d'Aunis est un cépage vigoureux, fertile mais qui s'épuise rapidement. Les vins obtenus sont peu colorés pouvant se consommer rapidement. Pour ses arômes, on évoque souvent la framboise et le poivre.
 
Le Pinot noir est constitué de petites grappes denses, en forme de cône de pin composées de grains ovoïdes, de couleur bleu sombre. C'est un cépage délicat, qui est sensible aux principales maladies et en particulier au mildiou, au rougeot parasitaire, à la pourriture grise (sur grappes et sur feuilles), et au cicadelles. Il profite pleinement du cycle végétatif pour mûrir en première époque. Les vins sont moyennement tanniques en général. On retrouve ce cépage dans le Centre-Loire (sancerre par exemple).
 
Le Côt se retrouve dans la Touraine, la vallée du Cher et à Montlouis. Les grappes et les baies sont de taille moyenne. Il est vigoureux, sensible à la coulure et nécessite une forte densité et un porte-greffe faible.
Grappe de chenin blanc.
 
Le Pinot meunier est un plant de vigueur moyenne. Il résiste assez bien aux gelées d'hiver et se plait assez bien dans des sols argileux et humides. Son vin est peu coloré. Ses arômes sont fruités (banane, framboise, pomme). Cépage de l'appellation orléans.
 
   Vins blancs
Le Chenin blanc était surnommé « plant d'anjou » vers le Xe siècle. Il donne des vins blancs en Touraine et en Anjou. Les vins peuvent être secs (Jasnières, Savennières, Vouvray, Montlouis, Anjou, Saumur, ...) ou moelleux voire liquoreux sur certains millésimes ou selon les tris des vignerons (Bonnezeaux, Coteaux du Layon, Coteaux de l'Aubance, Jasnières, Quarts de Chaume, Savennières, Vouvray, Montlouis...). Il est aussi utilisé pour la production de vins effervescents (Crémant de Loire, Montlouis-sur-Loire, Saumur, Vouvray).
 
Le Sauvignon donne des vins blancs secs très parfumés (Sancerre, Pouilly-Fumé). Il fait partie aussi de l’encépagement des appellations Anjou, Menetou-salon, Quincy, Saumur, Saint-pourçain (accessoire seulement), Touraine-mesland, Valençay…. Ce cépage est fragile et très sensible au sol et au climat.
 
Le Melon est le cépage unique de l'appellation Muscadet. Provient d'un croisement entre le Gouais blanc et le Pinot. C'est un cépage moyennement vigoureux donnant une production régulière. Il donne un vin blanc agréable et peu acide.
 
Le Chardonnay est connu depuis longtemps en Loiret sous le nom d'auvernat. Utilisé pour l'élaboration des vins blancs de St Pourçain et des Côtes d'Auvergne, également pour le crémant de Loire et du Saumur brut. Ses grappes sont relativement petites, cylindriques, constituées de grains irréguliers, assez petits, de couleur jaune doré. De maturation de première époque, il s'accommode mieux d'une humidité de fin de saison avec une meilleure résistance à la pourriture s'il n'est pas en situation de forte vigueur. Il est sensible à l'oïdium et à la flavescence dorée.
 
Le Folle blanche est utilisé pour produire l'appellation Vignoble du Gros-plant du Pays Nantais. Il donne un vin peu chargé en alcool et d'une acidité fraîche et souvent iodée.
 
Le Grolleau blanc a été signalé dans l'aire d'appellation des Coteaux-du-Layon. La variété serait apparue sur un cep de grolleau gris[réf. nécessaire].
 
Le Tressailler (ou sacy) est un cépage original incorporé pour le saint-pourçain.
 
Le Saint-pierre doré est un autre cépage original incorporé pour le saint-pourçain.
 
Le Romorantin présente des grappes et des baies petites à moyennes. La grappe est cylindrique et ailée. Le cépage est de bonne vigueur mais la production est irrégulière. Il est assez sensible à la pourriture grise. Cépage de l'appellation Cour-cheverny.
 
Le Pinot gris présente des grappes et des baies de petite taille. La grappe est cylindrique, rarement ailée et compacte. Les vins possèdent une belle couleur jaune doré avec des arômes très fin de fruits blancs (poire, pèche). Cépage utilisé pour les appellations Coteaux d'ancenis et Orléans.
 
 
   

  • Les Vignobles  


   Le Pays Nantais
Le vignoble du Pays nantais s'étend au sud et à l'est de Nantes, des rivages de l'Océan Atlantique à Ancenis sur le sud du département de Loire-Atlantique. Il déborde un peu sur les départements de Vendée et du Maine-et-Loire.
 
    Le coteaux-d'ancenis, (AOVDQS depuis 1973). Vin rouge, rosé et blanc. D'une superficie de 360 hectares. Situé sur 16 communes de Loire-Atlantique et 11 communes du Maine-et-Loire. Les cépages utilisés sont le gamay, le cabernet sauvignon, le cabernet franc, le chenin blanc et le pinot gris.
    Le gros-plant-du-pays-nantais, (AOVDQS depuis 1954). Vin blanc. Représente une surface de production de 1 476 hectares, avec le cépage folle blanche. Situé sur 92 communes du pays nantais.
 
Vignoble du muscadet à Remouillé.
Vignes dans le « fiefs vendéens ».
 
    Le muscadet, AOC, vin blanc, représente environ 13 000 hectares :
        le muscadet (sans dénomination locale), AOC. Se compose d'une surface de 3 600 hectares (cépage Melon). Situé sur 91 communes de Loire-Atlantique, Vendée et Maine-et-Loire. Produit exclusivement en vin blanc.
        Le muscadet-sèvre-et-maine, AOC. D'une superficie de 8 800 hectares, avec le cépage Melon. Situé sur les cantons de Vertou, Loroux-Bottereau, Vallet et Clisson. Exploité uniquement en vin blanc.
        Le muscadet-coteaux-de-la-loire, AOC. Représente une superficie de 189 hectares (cépage Melon). Situé sur 24 communes de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire. Produit exclusivement en vin blanc.
        Le muscadet-côtes-de-grandlieu, AOC. Vin blanc. D'une superficie de 300 hectares. Produit avec le cépage melon. Situé sur 17 communes de Loire-Atlantique et 2 communes de Vendée.
    Le fiefs-vendéens : vin rouge, rosé et blanc. Se compose de quatre aires de production : Mareuil (310 hectares), Brem (150 hectares), Pissotte (20 hectares) et Vix (10 hectares). Produit sur 19 communes de Vendée. Les cépages utilisés pour les vins rouges et rosés sont le gamay, le pinot noir, le cabernet franc, le cabernet sauvignon et la négrette ; pour les vins blancs ce sont le chenin blanc, le sauvignon, le chardonnay et le melon.
 
   Le pays d'Anjou
    L'anjou (AOC), vin blanc et rouge. La surface représente 2 490 hectares. Les vins blancs sont issus à 80 % du chenin, avec le chardonnay et le sauvignon comme cépages accessoires. Les vins rouges ont pour cépages le cabernet franc, le cabernet sauvignon et le pineau d'Aunis. Exploité sur 128 communes du Maine-et-Loire, 14 communes des Deux-Sèvres et 9 communes de la Vienne.
    L'anjou-gamay. Ce vignoble comprend 376 hectares, exploité exclusivement en vin rouge (cépage gamay). Il est implanté sur 128 communes du Maine-et-Loire, 14 communes des Deux-Sèvres et 9 communes de la Vienne.
    L'anjou villages (AOC). Ce vignoble comprend 199 hectares, exploité uniquement en vin rouge. S'étend sur 43 communes du Maine-et-Loire et 3 communes des Deux-Sèvres. Les deux cépages utilisés sont le cabernet-franc et le cabernet-sauvignon.
    L'anjou villages brissac (AOC). Ce vignoble comprend 104 hectares, exploité exclusivement en vin rouge (cépages cabernet franc et cabernet sauvignon). Situé sur les communes de Brissac-Quincé, Dénée, Juigné-sur-Loire, Mozé-sur-Louet, Mûrs-Erigné, Saint-Jean-des-Mauvrets, Saint-Melaine-sur-Aubance, Saint-Saturnin-sur-Loire, Soulaines-sur-Aubance et Vauchrétien dans le département du Maine-et-Loire.
    L'anjou fines bulles (AOC), vin effervescent. Ce vignoble représente 60 hectares. Elle est implantée sur 128 communes du Maine-et-Loire, 14 communes des Deux-Sèvres et 9 communes de la Vienne. Les cépages utilisés sont le chenin blanc (à 80 %), le sauvignon et le chardonnay.
    L'anjou-coteaux-de-la-loire (AOC), vin blanc. Ce vignoble couvre une superficie de 120 hectares. Il s'étend sur les communes de Chalonnes-sur-Loire, La Pommeraye, Le Mesnil-en-Vallée, Montjean-sur-Loire, Bouchemaine, Champtocé-sur-Loire, Ingrandes, La Possonnière, Saint-Georges-sur-Loire et Saint-Germain-des-Prés dans le département du Maine-et-Loire.
    Le bonnezeaux (AOC), vin blanc moelleux. Comprend une superficie de 120 hectares, situé sur la commune de Thouarcé (département de Maine-et-Loire). Il est issu à 100 % du chenin blanc.
    Le cabernet d'Anjou (AOC). Ce vignoble représente une superficie de 2 600 hectares, exploité exclusivement en vin rosé avec les cépages cabernet franc et cabernet sauvignon. Elle est implantée sur 128 communes du Maine-et-Loire, 14 communes des Deux-Sèvres et 9 communes de la Vienne.
    Le chaume (AOC), vin blanc moelleux. Ce vignoble couvre une superficie de 70 hectares dans la commune de Rochefort-sur-Loire. Le cépage utilisé est le chenin blanc.
    Le coteaux-de-l'aubance (AOC), vin blanc liquoreux. Il comprend une superficie de 160 hectares au sud d'Angers sur la rive gauche de la Loire. Le cépage utilisé est le chenin blanc.
    le coteaux-du-layon (AOC), vin blanc liquoreux. Cette appellation couvre une superficie de 1 700 hectares au sud d'Angers. Les vignes sont plantées à flanc de coteau dans le bassin du Layon. Ce vin est issu à 100 % du chenin blanc. Certains terroirs peuvent bénéficier de l'appellation suivie du nom de la commune. Ce sont Beaulieu-sur-Layon, Faye-d'Anjou, Rablay-sur-Layon, Rochefort-sur-Loire, Saint-Aubin-de-Luigné et Saint-Lambert-du-Lattay.
    Le Quarts-de-chaume (AOC), vin blanc moelleux. Situé sur la commune de Rochefort-sur-Loire et représentant une superficie de 50 hectares. Le cépage utilisé est le chenin blanc.
    Le rosé d'Anjou (AOC). Ce vignoble comprend 2 200 hectares, exploité exclusivement en vin rosé. Elle est implantése sur 128 communes du Maine-et-Loire, 14 communes des Deux-Sèvres et 9 communes de la Vienne. Les cépages utilisés sont le cabernet franc, le cabernet sauvignon, le pineau d'Aunis, le gamay et le côt.
    Le savennières (AOC), vin blanc sec ou moelleux. D'une superficie de 146 hectares (cépage chenin blanc) sur les communes de Savennières, Bouchemaine et La Possonnière.
    Le vin du Thouarsais, vin rouge et blanc. Situé sur 16 communes des Deux-Sèvres. Comprend une superficie de 40 hectares.
 
   Le pays Saumurois
    Le coteaux-de-saumur, AOC. Vin blanc moelleux. D'une superficie de 50 hectares. Situé sur 20 communes du Maine-et-Loire, 9 communes de la Vienne et 2 communes des Deux-Sèvres. Le cépage utilisé est le chenin blanc.
    Le saumur, AOC. Vin blanc sec, demi-sec (cépages chenin blanc, chardonnay et sauvignon) et vin rouge (cépages cabernet franc, cabernet sauvignon et pineau d'Aunis). Représente une superficie de 1 260 hectares. Situé sur 20 communes du Maine-et-Loire (38 pour les vins blancs), 9 communes de la Vienne et 2 communes des Deux-Sèvres.
    Le saumur brut, AOC. Vin effervescent. Il comprend une superficie de 1 400 hectares. Situé sur 67 communes du Maine-et-Loire, 8 communes de la Vienne et 17 communes des Deux-Sèvres. Les cépages utilisés sont le chenin blanc, le chardonnay, le sauvignon, le cabernet franc, le cabernet sauvignon, le pineau d'Aunis et le grolleau.
    Le saumur-champigny, AOC. Vin rouge. D'une superficie de 1 580 hectares. Situé sur les communes de Chacé, Dampierre-sur-Loire, Montsoreau, Parnay, Saint-Cyr-en-Bourg, Saumur, Souzay-Champigny, Turquant et Varrains. Les cépages utilisés sont le cabernet franc, le cabernet sauvignon et le pineau d'Aunis.
 
Pour plus d'informations :
http://www.vinsdeloire.fr
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vigno [...] e_la_Loire
http://www.cavistevinsdeloire.com/
http://www.vins-centre-loire.com/
 
 
   
 
 
L'ALSACE:
 
http://hfr-rehost.net/preview/fbernigaud.free.fr/carte_vins.jpg
 
 
 [:lolo_78] L'OENOMANIAQUE
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LE JURA:
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a6/Vignobles_jura.png/458px-Vignobles_jura.png
 
D’une superficie de 1 850 ha, le vignoble jurassien possède cependant une grande diversité de terroirs. La notoriété des vins du Jura s’appuie depuis toujours sur une image forte de terroir et sur la préservation de pratiques culturales et œnologiques traditionnelles. À la fin du XIXe siècle, 20 000 hectares de vigne s’étendaient dans tout le département. Après l’anéantissement du vignoble par le phylloxera, les vignerons jurassiens reconstruisirent avec courage une nouvelle viticulture de qualité. Leurs efforts furent récompensés avec l’obtention de la première AOC à Arbois en 1936.
Outre le climat, le sous-sol et les cépages, le savoir-faire du vigneron prend ici une part prépondérante dans les choix de vinification et d’élevage, avec un terroir omniprésent. La diversité est sans doute ce qui caractérise le mieux le vignoble jurassien : 5 cépages, 6 AOC, environ 200 exploitations professionnelles aux profils variés et enfin une riche gamme de produits accompagnant toutes les occasions. Ainsi, vins rouges et rosés, vins blancs et vin Jaune pour les vins tranquilles, mais aussi effervescents (Crémant du Jura), liquoreux (Vin de Paille), mistelles (Macvin du Jura), marcs et autres fines constituent la plus large palette qu’un vignoble puisse offrir. Caractère, richesse et diversité, générosité et typicité... des qualificatifs qui définissent admirablement les vins jurassiens.
 
   

  • Les trois grands types de vins qui marquent les vins du Jura  


   

  • Le Vin Jaune  


Le vin Jaune est considéré comme l’un des plus grands vins du monde. Château-Chalon est son vignoble natal mais il est également produit en appellation Arbois, L’Étoile et en Côtes du Jura. Sa couleur est jaune or, d’où son nom. Il doit sa renommée à ses qualités organoleptiques ainsi qu’à son élaboration aussi originale que mystérieuse.
 
Un vin de roi pour le roi des vins !
Le Vin Jaune fait l’objet d’un élevage spécifique car une fois la fermentation achevée, il doit être conservé au minimum six ans et trois mois en fûts de chêne sans soutirage ni ouillage. Durant son vieillissement, un voile de levures se développe en surface et préserve le vin de l’oxydation en le privant de contact avec l’air ambiant. Ce sont ces levures qui permettent au vin jaune d’obtenir mystérieusement ses caractéristiques organoleptiques si complexes. Une fois le vieillissement terminé, il est mis en bouteille spécifique et unique, appelée "clavelin".
Le Clavelin ne contient que 62 cl. Cette originalité s’expliquant par le fait qu’un litre de jus de raisin se réduit globalement à 62 cl de vin jaune à la fin de son vieillissement. Le clavelin est la seule bouteille autorisée pour le conditionnement du Vin Jaune. Vin exceptionnel, certaines de ses bouteilles sont plus que centenaires. La plus ancienne dégustée était de 1774 !
 
   

  • Le Vin de Paille  


L’élaboration particulière du Vin de Paille et les arômes qu’il développe en font un vin remarquable. Ses grappes sont sélectionnées avec la plus grande attention afin de ne retenir que les plus beaux fruits. On les laisse ensuite se déshydrater plusieurs mois dans une pièce sèche et aérée.
 
 
Un nectar de patience !
Le vin de paille dispose d’une mention traditionnelle qui traduit une méthode d’élaboration très particulière. On retrouve cette mention pour les AOC Côtes du Jura, Arbois et l’Étoile. Le rendement de base du Vin de Paille est fixé à 20 hectolitres par hectare. Les raisins doivent sécher pendant une durée minimum de six semaines soit sur un lit de paille, dont il tire l’origine de son nom, soit sur des claies, soit suspendus afin de réaliser une sélection des plus beaux grains. L’objectif est d’obtenir une concentration naturelle des baies de raisins.
Les locaux de stockage sont aérés mais non chauffés. Entre Noël et la fin février, après pressurage des baies déshydratées regorgeant de sucre, on obtient 15 à 18 litres de moût pour 100 kilos de raisins. Une fermentation lente qui s’achève naturellement donne un vin naturellement doux qui titre entre 14,5° et 17° d’alcool. Il vieillira ensuite trois années en petits tonneaux pour développer ses arômes de fruits confits, pruneau, miel, caramel, ou orange confite.
 
   

  • Le Macvin du Jura  


L’appellation Macvin du Jura, obtenue par décret le 14 novembre 1991, couvre l’ensemble des aires d’AOC des vins du Jura et représente 3% de la production totale AOC jurassienne.
 
 Étonnant Macvin du Jura
Le Macvin du Jura appartient au club français très fermé des mistelles (ou vins de liqueur) d’AOC, le seul à être issu d’une eau de vie de raisin et non de vin. Connu depuis le XIVe siècle, le Macvin du Jura est obtenu à partir de jus de raisin non fermentés, les moûts, auquel on intègre un tiers de marc. Il est élevé au minimum pendant 12 mois en fûts de chêne et doit présenter entre 16° et 22° d’alcool pour obtenir l’AOC.
Les cinq cépages jurassiens,Trousseau, Poulsard, Pinot Noir, Chardonnay et Savagnin, répertoriés dans l’AOC "Côtes du Jura" sont tous autorisés dans la production de moûts destinés au Macvin du Jura. Le Macvin du Jura peut donc être blanc ou rouge bien que la plupart des vignerons le produisent blanc. L’eau de vie de marc utilisée pour la fabrication du Macvin du Jura est obtenue par la distillation du marc du Jura. Elle doit rester au moins 18 mois en fûts de chêne avant l’élaboration du Macvin du Jura.
   
 
   

  • Les cépages  


   

  • Le Poulsard  


Il est aussi appelé Ploussard à Arbois et Pupillin. C’est un cépage typiquement jurassien qui se développa à partir du XVe siècle. Il apprécie les terres fortes, marneuses ou argileuses avec une préférence pour les marnes du lias.
C’est le deuxième cépage le plus répandu avec 20 à 25% de la surface plantée et 80% de l’encépagement en rouge du Jura. Ses grappes sont peu serrées mais volumineuses. Sucrés et juteux, ses grains à jus blanc sont assez gros, ovoïdes à pellicule fine avec des nuances de violet et de noir.
Ce cépage se caractérise surtout par ses grandes feuilles très découpées.
 
   

  • Le Pinot Noir  


Importé dans le Jura dès le XVe siècle par le Comte Jean de Chalon, dit l’Antique, héritier du Château d’Arlay, le pinot noir a toujours figuré parmi les bons plants et apprécie les sols graveleux.
Il est souvent le premier cépage à parvenir à maturité mais il craint les gelées. Ses feuilles sont de taille moyenne et plus larges que longues à petites dents arrondies. Ses grappes sont assez petites et cylindriques avec des grains serrés, très noirs et assez petits.
Il représente aujourd’hui environ 8 à 10 % de l’encépagement du vignoble jurassien avec un rendement moyen de 35 à 50 hl/ha.
 
   

  • Le Trousseau  


Le Trousseau est un cépage probablement d’origine comtoise remontant aux environs du XVIIIe siècle. D’après Charles Rouget, ampélographe célèbre, le terme "trousseau" proviendrait de l’aspect "troussé" ou ramassé de son raisin. Il représente environ 5% de l’encépagement du vignoble car c’est un cépage exigeant sur son terroir. Il a besoin davantage de soleil que les autres cépages et requiert des sols graveleux assez chauds ou des marnes peu profondes. Plant assez tardif, ses feuilles sont arrondies et prennent une couleur rougeâtre à l’automne. Ses grappes sont presque cylindriques et de taille moyenne. Ses grains sont d’un noir intense qui donne un vin coloré, tannique et de longue garde.
 
   

  • Le Chardonnay  


Second cépage commun avec la Bourgogne voisine, le Chardonnay est cultivé dans le Jura depuis le Xè siècle sous des noms aussi divers que Melon d’Arbois, Moular à Poligny ou Gamay blanc dans le sud du vignoble. A la fin du XIXe, il couvre environ 1700 hecatres sur des sols calcaires qu’il affectionne particulièrement. A l’instauration des AOC, il arrive en tête avec environ 45% de l’encépagement. Il est encore actuellement le cépage le plus répandu avec un taux d’occupation d’environ 50% et un rendement moyen de 55 hectolitres par hectare. C’est un plant qui s’adapte assez bien à tous les types de sols et pour preuve, il est également planté dans d’autres régions viticoles comme la Bourgogne, la Champagne et dans le monde.
Ses feuilles sont moyennes, minces et légèrement ciselées. Ses grappes sont de taille moyenne avec des petits grains sphériques à pellicule fine, translucide qui arrivent à maturité vers mi-septembre.
 
   

  • Le Savagnin  


C’est un cépage typiquement jurassien dans le sens où il s’extériorise à merveille sur le terroir du Jura pour produire le fameux vin jaune. L’origine du savagnin, cousin des Traminer alsaciens, est mal connue. Il pourrait provenir d’Autriche ou de Hongrie. Lors des croisades, il aurait été envoyé par des religieuses hongroises aux abbesses de Château-Chalon. Le cépage Savagnin représente actuellement 15% de l’encépagement avec environ 300 hectares. Ses feuilles sont d’un vert foncé, rondes ou à trois lobes peu marqués et de taille moyenne. Ses grappes sont courtes et petites, ses raisins sont charnus, petits et ronds avec une peau épaisse. Il est souvent vendangé en fin de campagne car il mûrit lentement, environ 15 jours après les autres cépages.
C’est un cépage exigeant un terroir de marnes grises. Son assemblage avec un Chardonnay donne un vin "typé", souvent dénommé "Tradition".
 
 
   

  • Les AOC du Jura


Aujourd’hui, 90% de la surface viticole jurassienne produisent des vins d’appellation.
Le Jura bénéficie de quatre appellations "géographiques" : Arbois, Château-Chalon, l’Étoile et Côtes du Jura et de deux AOC "produits" : Macvin du Jura et Crémant du Jura. Le mariage de ces différentes AOC "produits" et "géographiques" symbolise à merveille l’harmonie des cépages, des terroirs locaux et du savoir-faire des viticulteurs.
 
   

  • L'AOC Arbois  

Née du celte "ar" et "bos" signifiant "terre fertile", l’appellation Arbois fut la première AOC française en date. Elle est aussi aujourd’hui la première du Jura par son volume de production, de l’ordre de 45 000 hectolitres par an. Cette appellation est répartie sur 13 communes avec un total de 843 hectares. Les cinq cépages autorisés dans le Jura peuvent prétendre à l’AOC Arbois qui produit environ 70% des vins rouges jurassiens et 30% des blancs. En effet, les rouges dominent en terme de surface et de production sur ce terroir qui lui est favorable. Dans un relief tourmenté comportant des éboulis calcaires, le sol se compose de marnes irisées très profondes, argilo-silicieuses et compactes. Parmi les autres villages vignerons de l’appellation figurent : Abergement-le-Grand, Les Arsures, Mathenay, Montigny-les-Arsures, Mesnay, Molamboz, Les Planches-près-Arbois, Pupillin, Saint-Cyr-Montmalin, Vadans et Villette-les-Arbois.
 
   

  • AOC Château-Châlon  

L’AOC Château-Chalon produit exclusivement du vin jaune, issu du seul cépage savagnin. Ce petit vignoble AOC produit un vin d’excellence sur un territoire très restreint. Il s’agit véritablement d’un vignoble de qualité où les contrôles sont encore plus nombreux que pour les autres. Ainsi, depuis 1958, une commission de contrôle de l’AOC passe tous les ans dans les vignes un peu avant les vendanges afin de vérifier si le raisin présente toutes les qualités requises pour produire un vin jaune digne de sa réputation. Cette commission unique en son genre se compose de membres de la Chambre d’Agriculture, de la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt (DDAF), de l’INAO, de la Société de Viticulture, du laboratoire d’analyse agricole, de producteurs et de négociants qui accordent ou non l’appellation "Château-Chalon".
 
   

  • AOC L'Etoile  

Pourquoi le nom de l’Étoile ?
 
Parce que le village est entouré de cinq collines formant les branches d’une étoile, et parce que ses vignes recèlent d’innombrables pentacrines, ces étoiles fossiles que l’on peut trouver en se promenant dans les vignes.
L’encépagement se compose majoritairement de Chardonnay mais aussi de Savagnin et dans des proportions moindres, de Poulsard, notamment pour l’élaboration du vin de paille. Les vins blancs expriment le terroir de cette AOC, tout en élégance et en finesse.  
 
   

  • AOC Côtes du Jura  

Née d’un décret du 31 juillet 1937, l’appellation Côtes du Jura est la plus étendue des appellations jurassiennes. Elle s’étend du nord au sud du vignoble, ce qui lui confère un grand nombre de contrastes de terroirs. En cela, elle constitue un territoire de découvertes des différentes expressions des cépages jurassiens.
L’Appellation Côtes du Jura répertoriait une soixantaine de communes en 1937. Elle en regroupe aujourd’hui 105 sur une superficie totale de 640 hectares en vignes. Les communes représentant les surfaces les plus importantes sont Arlay, Beaufort, Buvilly, Gevingey, Lavigny, Mantry, Passenans, Poligny, Rotalier, Saint-Lothain, Toulouse-le-Château, Le Vernois, Vincelles et Voiteur. Même si tous les produits jurassiens sont élaborés dans l’AOC Côtes du Jura, c’est la production de blancs et de Crémant du Jura qui prédomine avec des vins ronds, fruités et généreux. En terme de volume de production, il s’agit de la deuxième AOC jurassienne.
 
   

  • AOC Macvin du Jura  

L’appellation Macvin du Jura, obtenue par décret le 14 novembre 1991, couvre l’ensemble des aires d’AOC des vins du Jura et représente 3% de la production totale AOC jurassienne. Le Macvin du Jura appartient au club français très fermé des mistelles (ou vins de liqueur) d’AOC, le seul à être issu d’une eau de vie de raisin et non de vin. Connu depuis le xive siècle, le Macvin du Jura est obtenu à partir de jus de raisin non fermentés, les moûts, auquel on intègre un tiers de marc. Il est élevé au minimum pendant 12 mois en fûts de chêne et doit présenter entre 16° et 22° d’alcool pour obtenir l’AOC.
 
Les cinq cépages jurassiens,Trousseau, Poulsard, Pinot Noir, Chardonnay et Savagnin, répertoriés dans l’AOC "Côtes du Jura" sont tous autorisés dans la production de moûts destinés au Macvin du Jura. Le Macvin du Jura peut donc être blanc ou rouge bien que la plupart des vignerons le produisent blanc. L’eau de vie de marc utilisée pour la fabrication du Macvin du Jura est obtenue par la distillation du marc du Jura. Elle doit rester au moins 18 mois en fûts de chêne avant l’élaboration du Macvin du Jura.
 
   

  • AOC Crémant du Jura

L’AOC Crémant du Jura fut obtenue le 9 octobre 1995. La production de vins effervescents dans le Jura remonte à la fin du xviiie siècle, date à laquelle les vignerons jurassiens maîtrisaient déjà la méthode traditionnelle. L’aire d’appellation du Crémant du Jura se superpose à l’identique à celle des Côtes du Jura, d’Arbois, de Château-Chalon et de l’Etoile. Les cépages autorisés pour sa production sont le Poulsard, le Pinot noir, le Trousseau, le Chardonnay et le Savagnin. Pour le Crémant du Jura blanc, produit dans plus de 90% des exploitations, le Chardonnay doit représenter au moins 50% de la cuvée. Pour le Crémant du Jura rosé, le Poulsard et le Pinot noir doivent aussi représenter au moins 50% de la cuvée. Les raisins, obligatoirement vendangés à la main, sont transportés en caisses percées, et pressurés par grappes entières. Depuis sa création en 1995, la production de Crémant du Jura a progressé régulièrement pour atteindre environ 16% de la production totale AOC jurassienne, sur une surface de 210 hectares soit 15 000 hectolitres en moyenne par an.
 
 
 
Pour plus d'informations :
http://www.jura-vins.com
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vignoble_du_Jura

Message cité 1 fois
Message édité par fdaniel le 04-03-2013 à 23:25:37

---------------
More GG, more skill
n°6710007
EvilTyler
ex-Consultant Hippie
Posté le 07-10-2005 à 18:26:55  profilanswer
 

LE BEAUJOLAIS:
 
http://www.beaujolais-wines.com/images/cartes/carte-appellations.png
 
“Le plus sensuel des vignobles” d’après la Revue du Vin de France, s’étend sur 21 655 hectares et court le long d’un ruban de 10 à 15 kilomètres de large sur 50 kilomètres de long, de Mâcon au nord à Lyon au sud, sur les flancs vallonnés des monts du Beaujolais qui atteignent une altitude de 700 à plus de 1 000 m. Administrativement rattaché au vignoble de Bourgogne.
Ce vin reste l'embleme de la ville de Lyon :
 
« Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le beaujolais, qui n'est jamais limoneux ni à sec. » Léon Daudet.
 
Le cépage ‘Gamay noir à jus blanc’ règne en maître sur cette terre bénie des dieux, et de la plus brillante façon puisqu’il offre une extraordinaire palette de vins, des plus fins et aromatiques, les Beaujolais et Beaujolais Villages, aux plus riches et complexes, les dix crus du Beaujolais, possédant chacun un caractère spécifique lié aux différents terroirs : Brouilly, Chiroubles, Côte de Brouilly, Fleurie, Juliénas, Morgon, Moulin à Vent, Régnié, Saint-Amour.
 
Le vignoble Beaujolais présente quatre particularités qui le distinguent des autres vignobles :
 
   * Un cépage unique et rare pour les vins rouges : le gamay noir à jus blanc a trouvé sa terre de prédilection en Beaujolais, sur les terroirs granitiques et argilo-calcaire.
 
    *Il est vendangé à la main pour garder les grappes de raisins mûrs intactes jusqu’au cuvage.
 
    *La plus importante densité de plantation au monde (9 à 10 000 pieds/ha), exigeante en main d'œuvre, mais qui permet de réduire le rendement par pied de vigne pour atteindre un niveau de qualité élevé.
 
    *Le vignoble le plus escarpé de France : 50 % du vignoble présente des coteaux de pentes supérieures à 20 %, ce qui offre un ensoleillement exceptionnel aux innombrables petites parcelles de vigne. Bien évidemment, le travail manuel de la vigne est de rigueur sur ces coteaux non mécanisables.
 
    Un seul mode de vinification : 'la vinification beaujolaise', unique au monde, qui favorise les arômes de raisin et qui exhale les saveurs conférées aux vins par leur terroir.
 
 
   

  • Un vignoble de coteaux


http://www.beaujolais.com/page/ima [...] d_11mf.jpg
Sur 55 Km du sud au nord, le vignoble beaujolais est enserré entre Lyon et Mâcon. Appuyé à l’ouest sur les derniers contreforts du Massif central,il glisse, à l’est, sur la plaine de la Saône. De fait, ce vignoble de coteaux forme un tapis serré dont les teintes varient au gré des saisons. Accrochés aux pentes douces, les ceps ne sont jamais cultivés en plaine pour ne rien perdre de l’excellent ensoleillement et de la luminosité que procure leur exposition, tout en profitant de sols de qualité.
 
Coteaux du Château JavernandOrientés globalement du nord-est au sud-ouest, les rangs de vigne couvrent les monts du Beaujolais à une altitude moyenne de 300 m, sous des sommets qui culminent à 1 000 m. Influencée par cette topographie où l’eau abonde, la viticulture beaujolaise répond surtout de caractéristiques géologiques singulières : des terrains argilocalcaires et gréseux peu profonds au sud, des sols cristallins légers et acides sur les hauteurs et granitiques, au nord.
 
 
   

  • Le cépage


Caractéristique et singularité des vins de Beaujolais, un seul cépage donne vie à l'ensemble de ses ap-pellations : le Gamay noir à jus blanc. Présent en Beaujolais depuis le début du XVIIe, ce cépage a su accompagner les évolutions du vignoble et des traditions culturales collectives. Et c'est bien sur les sols argilo-calcaires et les terrains granitiques du Beaujolais que le plant a trouvé sa terre de prédilection Près de 70% des 36 000 hectares plantés en Gamay noir à jus blanc à travers le monde appartiennent au vignoble beaujolais.
 
Jadis surnommé petit Gamay, Gamay rond ou encore Bourguignon noir, ce cépage résistant et fertile appelle des soins de tous les instants pour conserver sa vigueur et maîtriser ses ren-dements. Son épanouissement passe par une densité de plantation serrée, entre 6 000 et 13 000 pieds à l'hectare. Dans les Beaujolais-villages et les crus, sa taille est courte (dite en gobelet, en éventail, en charmet ou encore en cordon), mais l’appellation Beaujolais permet également une taille longue. Elle ne conserve jamais plus de 3 à 5 cornes sur chaque cep pour un maximum de 10 bourgeons (les yeux).
 
 
   

  • Les différents Beaujolais


L'appellation regroupe six produits différents : le beaujolais blanc, le beaujolais rosé, le beaujolais rosé nouveau ou primeur, le beaujolais rouge, le beaujolais rouge nouveau ou primeur et le beaujolais supérieur.
 
Il existent véritablements 12 appellations : les « Beaujolais » et « Beaujolais villages », déclinés pour grande partie en vin primeur à travers le Beaujolais nouveau et le Beaujolais-villages nouveau, et 10 crus indexés à leurs terroirs :
Les "tendres" : Chiroubles, Fleurie et Saint-Amour, comme les "robustes" : Brouilly, Côte de Brouilly, Juliénas, Régnié, Chénas, Morgon et Moulin-à-Vent sont souvent caractérisés par des arômes de fruits rouges, de groseille et d'épices, une longueur en bouche intense qui se découvre lorsque ces vins "ont fait leurs Pâques" et bénéficié de quelques mois d’élevage avant la mise en bouteille.
 
 
Pour plus d'informations :
http://www.beaujolais.com
http://www.beaujolais-wines.com/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Beaujolais_%28AOC%29
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vignoble_du_Beaujolais
 
 
 
 
LE SUD-OUEST:

   


Message cité 1 fois
Message édité par EvilTyler le 20-08-2014 à 10:35:00
n°6710075
genesis
Posté le 07-10-2005 à 18:38:49  profilanswer
 

Avez vous fait les FAV cette année ?
 
pour cause de mariage, les miennes ont été plus "légères" que d'habitude :
 
2 Sociando mallet 02
2 Bouscaut 02
2 Rollan de by 03
2 d'Agassac 02
2 Poujeaux 02
2 Gruaud Larose 02
2 Montus 02
2 Domaine des duc 03 (saint amour)
2 Filhot 01
3 Rieussec 01  
 
beaucoup de Bordeaux, car ma cave en contient très peu.
D'apres cavus vinifera (pas tout à fait à jour, il manque 40 bouteilles), ma cave se compose comme suit :
 
 Vallée de la Loire  60.00%  
 Bordeaux  22.94%  
 Bourgogne  9.41%  
 Sud-Ouest  3.53%  
 Vallée du Rhône  3.53%  
 Languedoc-Roussillon  0.59%
 

n°6710342
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 07-10-2005 à 19:36:19  profilanswer
 


je posterai mon ébauche de cave bientot, j'ai effectivement été entrainé aux FAV avec des amis et du coup j'ai du stock maintenant :)  
 
j'ai visé la découverte avec une dominante liquoreux qui a ma préférence pour le moment ... sauternes, loupiac, tokay, aloxe-corton, st emilion grand cru, j'ai fait des essais autour de 15 euros ... pas trouvé de pacherenc par contre !

n°6711614
Cpam
Posté le 07-10-2005 à 22:10:51  profilanswer
 

Comme j'y connais rien en vin, pour pas me gourrer, j'achètes que du Cheval Blanc.

n°6745344
genesis
Posté le 12-10-2005 à 18:22:29  profilanswer
 

Cpam a écrit :

Comme j'y connais rien en vin, pour pas me gourrer, j'achètes que du Cheval Blanc.


Tant qu'a faire, pourquoi pas du Yquem :o

mood
Publicité
Posté le 12-10-2005 à 18:22:29  profilanswer
 

n°6745363
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 12-10-2005 à 18:26:04  profilanswer
 

s'te troll poilu ! enfin c'est clair que comme les prix sont comparables autant foncer sur l'Yquem :D

n°6745381
genesis
Posté le 12-10-2005 à 18:27:51  profilanswer
 

J'en profite pour filer une adresse incontournable :
 
www.lapassionduvin.com

n°6745442
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 12-10-2005 à 18:37:02  profilanswer
 

je prépare une dégustation liquoreux dimanche, j'ai prévu :
 
- un liquoreux de base nicolas
- un loupiac
- un sauterne
- un pacherenc
- un montbazillac
- un sainte croix du mont
- un tokay
 
(choix modifiable en fonction du nombre de buveur) cuvée 2000-2001 pour que les vins puissent s'exprimer
 
j'ai prévu des fromages pate dure avec : emmental de base, conté, gruyère suisse véritable ...
 
la dégustation est destinée à des amis étranger qui connaissent rien (ni en vin ni en fromage) c'est pour ça que je tape large, et de toutes façons moi je connais pas grand chose non plus ... enfin je trouve loupiac et st croix légers, et le tokay trop lourd, mon gout va très bien avec le pacherenc ...
 
> que pouvez vous me conseiller :
comme vins autres
comme fromages autres
comme plats faciles pour completer
 
???
 
;)

n°6745462
genesis
Posté le 12-10-2005 à 18:40:33  profilanswer
 

sur des liquoreux, les fromages persillés ou bleu (type roquefort) font merveilles ;)

n°6745470
genesis
Posté le 12-10-2005 à 18:41:33  profilanswer
 

tu peux en dire plus sur les bouteilles ?
domaine, cuvée, année ;)

n°6745524
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 12-10-2005 à 18:47:30  profilanswer
 

oui mais j'aime pas ces fromages alors je connais pas bien : peux-tu me filer quelques noms a rajouter sur ma liste de course ?
 
pain de mie carré avec le toaster pour aller avec of course
 
coté cuvée les vins ne sont pas encore achetés ... je ne sais pas si je trouverai le tokay facilement, coté pacherenc y'a le grain de givre 2000 chez monop qui est excelent (cité sur le topic linké) ... :)
j'ai du tokay en cave, mais pas de possiblilité matérielle de le sortir avant le diner en question (paris)
 
par contre je veux un liquoreux de base et un emmental de merdre pour faire sentir à mes amis la différence de gout, vu que pour l'instant ils se pensent incapables de faire la différence entre deux vins blancs ...


Message édité par izz le 12-10-2005 à 18:49:03
n°6745553
genesis
Posté le 12-10-2005 à 18:52:30  profilanswer
 

Ton budget est de combien environ ?
 
Il y a combien d'invité ?


Message édité par genesis le 12-10-2005 à 18:52:57
n°6745601
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 12-10-2005 à 18:59:00  profilanswer
 

le budget est d'environ 10€ (vin + fromage) par invité pour 5-7 personnes
 
je reste pas trop cher car y'a des étudiants fauchés dans le lot, et que je vais demander une petite participation car sinon ce sera trop cher pour moi de recommencer régulièrement (ce qui vu la demande risque d'être le cas !) ... avec ce budget on peut quand même se faire plaisir sachant que ce sont des gens qui n'y connaissent RIEN (genre tous les rouges sont pareil, non ?!?) :D

Message cité 1 fois
Message édité par izz le 12-10-2005 à 18:59:19
n°6745605
tibo2002
C'est très content.
Posté le 12-10-2005 à 18:59:31  profilanswer
 

Je vous conseille un borcdeau sympa qui paye pas de mine, Le Menetou-Salon ;)
Sinon y'a 3 semaines, mon père a ouvert son Pomerol 1990 :love:


---------------
"Nan mais c'est l'plan d'cam' qui fait tout."
n°6745626
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 12-10-2005 à 19:02:31  profilanswer
 

je précise que le diner se fera vers l'opéra à paris, donc appro monop + nicolas ;)
 
je vais me renseigner sur le menetou dans ma belle encyclopédie :D faut encore que je le trouve à acheter !

n°6745633
imation
Posté le 12-10-2005 à 19:04:09  profilanswer
 

drapal  
:)


Message édité par imation le 12-10-2005 à 19:04:29
n°6745634
genesis
Posté le 12-10-2005 à 19:04:20  profilanswer
 

tibo2002 a écrit :

Je vous conseille un borcdeau sympa qui paye pas de mine, Le Menetou-Salon ;)
Sinon y'a 3 semaines, mon père a ouvert son Pomerol 1990 :love:


 
le menetou-salon est un vin du centre Loire ;)
T'as de la chance, 1990 est un grand millésime en Bordeaux  [:atigrou]  

n°6745640
tibo2002
C'est très content.
Posté le 12-10-2005 à 19:05:37  profilanswer
 

genesis a écrit :

le menetou-salon est un vin du centre Loire ;)
T'as de la chance, 1990 est un grand millésime en Bordeaux  [:atigrou]


Ha, merci, ça fait un bail que j'ai pas vu de bouteille de menetou ;)


---------------
"Nan mais c'est l'plan d'cam' qui fait tout."
n°6745711
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 12-10-2005 à 19:15:49  profilanswer
 

help me please, accessoirement ça contribuera à lancer le topic :D

n°6745715
genesis
Posté le 12-10-2005 à 19:16:15  profilanswer
 

izz a écrit :

je précise que le diner se fera vers l'opéra à paris, donc appro monop + nicolas ;)
 
je vais me renseigner sur le menetou dans ma belle encyclopédie :D faut encore que je le trouve à acheter !


 
Le plus simple, vas chez Nicolas  (je te conseillerais plutot un caviste independant, mais je ne suis pas du tout de la région parisienne ...) et explique ton projet. Le caviste te guidera suivant son stock. je partirai sur 4 bouteilles : un jurançon, un cerons (le sauterne risque de faire gonfler la note), du liquoreux de Loire (Vouvray, Montlouis ou côteaux du Layon), et un Alsacien. Tu auras ainsi un panel large issue principalement de 4 cépages différent (petit manseng, sémillon, chenin et Gewurztramine).

n°6745782
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 12-10-2005 à 19:24:29  profilanswer
 

en voila un bon conseil  :jap:  
 
mon triptique de base était sauterne-pacherenc-tokay, parce que j'ai vraiment envie d'étalonner mon gout autour du pacherenc que j'adore, du tokay que je trouve trop riche en bouche, trop chargé en sucre, et le sauterne, que j'ai tendance à trouver moins goutu ...
je vais donc laisser de coté le jurançon contre le pacherenc pour cette raison toute perso, mais c'est aussi du petit manseng je crois !
 
coté sauterne, j'ai un sauterne (non classé) 1996 payé 15€ à la foire au vin que j'ai bien envie de poser sur la table, pour essayer ... par contre sinon, entre céron, st croix, barcac et loupiac, je suis un peu perdu, mais un peu suspicieux vers le loupiac suite à un essai récent
 
pour la loire je tenterais bien un coteaux du layon, c'est un vin que j'ai déjà vu passer deux trois fois à table qui me semble assez trouvable  :jap:
 
pour l'alsacien, je suis paumé, je sais qu'ils font d'excelents vins de paille et vendange tardive, mais ne sont-ils pas fort cher ? pas faciles à trouver non plus (un indépendant, un monop, un nicolas parisien testé) ... comment m'y retrouver mieux ?
 
 [:izz] tout ça pour boire !

n°6745902
genesis
Posté le 12-10-2005 à 19:41:24  profilanswer
 

izz a écrit :

en voila un bon conseil  :jap:  
 
coté sauterne, j'ai un sauterne (non classé) 1996 payé 15€ à la foire au vin que j'ai bien envie de poser sur la table, pour essayer ... par contre sinon, entre céron, st croix, barcac et loupiac, je suis un peu perdu, mais un peu suspicieux vers le loupiac suite à un essai récent
 
pour la loire je tenterais bien un coteaux du layon, c'est un vin que j'ai déjà vu passer deux trois fois à table qui me semble assez trouvable  :jap:
 
pour l'alsacien, je suis paumé, je sais qu'ils font d'excelents vins de paille et vendange tardive, mais ne sont-ils pas fort cher ? pas faciles à trouver non plus (un indépendant, un monop, un nicolas parisien testé) ... comment m'y retrouver mieux ?
 
 [:izz] tout ça pour boire !


 
Il y a du bon dans toutes les appelations (même dans les fiefs vendéens :o). Le problème que tu vas rencontrer en premier est la disponibilté des bouteilles et le temps pour les trouver. C'est pour ça que te conseille d'allez voir ton caviste ;) Pour le coté "nourriture", outre que les liquoreux se suffisent souvent à eux-même, tu peux faire un repas qui tourne autour du fromage. Toast, soufflé aux fromages....

n°6745969
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 12-10-2005 à 19:50:21  profilanswer
 

le coup du soufflé c'est pas une mauvaise idée, genre gougère hummm, je vais y réfléchir :D

n°6750093
la buvette
$í j'ø$âí$
Posté le 13-10-2005 à 10:19:28  profilanswer
 

izz a écrit :

avec ce budget on peut quand même se faire plaisir sachant que ce sont des gens qui n'y connaissent RIEN (genre tous les rouges sont pareil, non ?!?) :D


C'est comme de donner de la confiture à des kochons  :pt1cable:

n°6750201
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 13-10-2005 à 10:46:33  profilanswer
 

mais nan faut les éduquer, faut faire une dégustation comparative et ludique, qu'il découvrent un peu la bonne culture française (danemark, argentine, maroc, taiwan ...) :D
 
coté jurançon faut que j'en choppe une bouteille aussi :D

n°6751222
genesis
Posté le 13-10-2005 à 13:30:38  profilanswer
 
n°6775716
genesis
Posté le 17-10-2005 à 11:43:32  profilanswer
 

alors, cette dégustation ? :D

n°6775861
izz
NON aux Brevets Logiciels
Posté le 17-10-2005 à 12:04:28  profilanswer
 


une réussite, quelques points à amélorer !
 
j'ai bien commencé le week end avec vendredi un bon sauterne :
Madame de Raynes 1996 (2eme vin du chateau Rayne Vigneau)
Médaille d'argent à Macon en 1998
 
C'était franchement fameux :D
Payé 15€ à la FAV de Monop, c'est donné, il ne restait malheureusement qu'une bouteille :/
dire que j'ai payé un sauterne 2003 le même prix, je comprends pas tout ...
 
a noter pour moi meme j'ai aussi testé un Chateau Verthamon 99 (bordeaux supérieur), médaille d'argent à Macon en 2001, pas mal du tout, en plus le pote l'avais pas payé cher
 
Pour la dégustation, 7 personnes (toutes très inexpérimentées), j'ai alligné :
- vin de pays Moelleux Nicolas 2004 (3€)
- Coteaux du Layon Domaine Godeau 2002 (cadeau)
- Pacherenc Cave de Cousilles Grain de Givre 2000 (15€ Monop)
- Loupiac Chateau les Roques 1997 (15€ Lafayette Gourmet)
 
donc une progression en intensité et en qualité, sur différents cépages, millésimes et terroirs, tout le monde a pu sentir les différences ce qui était le but premier
certains sont restés réfractaires au sucre et ont préféré le premier vin ou l'acide était dominateur (presque un blanc classique), d'autres ont apprécié l'enrichissement progressif
 
perso j'ai trouvé :
- le moelleux de base vraiment fade
- le coteaux du layon très sympatique, plus riche que je ne le pensais, vers 8-10 € (?) ce serait un bon rapport qualité/prix
- la pacherenc très décevant ! je le connais bien car j'ai déjà pris plusieurs bouteilles, mais c'est la première fois que je le comparais directement, et le nez m'a semblé tout simplement inexistant (après le coteaux en particulier), la bouche n'était pas extra ... une mauvaise bouteille ?
- le loupiac super bon ... rien à voir avec le loupiac 2001 gouté récement qui m'a décu, celui ci était très riche et j'ai pu identifier très clairement un arome de miel (rigolez pas c'est la première fois, j'ai beaucoup de mal avec le nez), la bouche était à la hauteur ...
 
le tout accompagné d'emmental de base, d'un bon gruyere suisse, d'un bon conté, d'un roquefort
en dessert 4 raisins différents pour rester dans le ton :D
 
au final à améliorer :
- un peu trop ambitieux pour une premiere fois, surtout pour des étrangers qui n'y connaissent rien de rien
- tout le monde n'aime pas les liquoreux ! (je pensais que ce serait plus facile de taper dans le sucre ... hé non !)
- 4 vins c'est tout de même trop au final, je pense que 3 est un maximum
 
enfin c'était très sympa, plein de gens adorable, un très bon moment ensemble :)
 
note : racheter du loupiac  [:izz]

n°6778638
genesis
Posté le 17-10-2005 à 19:30:18  profilanswer
 

Sympa le CR ;)
Le moelleux de Nicolas ... je ne le connais pas (et pas très envie de le gouter non plus :D)
Godeau je ne connais pas. J'essaierai d'en trouver.
J'ai globalement des difficultées avec le Pacherenc (il faut que j'en essaye plus).
Les Loupiac dans cette gamme de prix sont rarement décevant.
 
 
ce WE j'ai gouté un Saint-amour, un Gaillac et un pacherenc. Je chercherai les références exactes (j'ai pas pris de notes :o ). Je posterai le CR à ce moment là. Mais globalement : bof :(
 

n°6792447
genesis
Posté le 19-10-2005 à 14:43:57  profilanswer
 

J'ai trouvé une recette pour accompagner une dégustation de liqureux (vu sur le forum de LPV ) :
 

Hacher grossièrement environ 50 de noisettes et 50g d'amandes émondées (de préférence). Les mettre sur une plaque et les passer au grill en les retournant de temps en temps (ou les griller à sec dans une pêle mais plus long). Quand ils sont encore bien chaud rajouter qqs cuillers à soupe de sucre et bien le mélanger aux fruits secs. Rechauffer évenutuellement pour que le sucre fonde bien. Rajouter au mélange des zeste d'orange confits coupés en petits dés (ça existe tout prêt en magasin bio).
 
Prendre 2 plaquettes de chocolat blanc (vanillé) et les faire fondre doucement au bain-marie. Pendant ce temps, prendre du film de cuisine, couper plusieurs feuilles et les tendre sur des assiettes creuses (comme si vous vouliez faire du tambour avec). Quand le chocolat est fondu, prendre une petite cuillère, prelever un peu de chocolat blanc et faire des petits cercles sur le film tendu (comme une pièce de 5F - vous vous souvenez encore de la taille?...). Quand vous avez fait la moitié d'une assiette, mettre sur vos palets le mélange noisettes/amandes/orange pour qu'il adhère bien au chocolat. Puis continuer ainsi...
 
Attendre que le chocolat refroidisse. Décoller les palets, c'est prêt!
 
(durée totale de préparation: 30mn max)
 
Le mélange orange confite/vanille/amandes grillées se marie vraiment très bien avec les liquoreux...

 
 
à tester ;)


Message édité par genesis le 19-10-2005 à 14:44:45
n°6793592
cybercap
Ours véritable
Posté le 19-10-2005 à 16:28:42  profilanswer
 

salut les alcolos  :)  
 
vous savez au moins que oenologie se prononce é-no-lo-gi et non pas eu-no-lo-gi  :non:  
c'est pareil pour oecuménique (é-ku-mé-nik), oesophage (é-zo-fa-ge) et qques autres.
Pour Oedipe on a le choix, soit (é-dip) ou (eu-dip).
 
allez on trinque !
 
:hello:
 

n°6793836
ObsydianKe​nobi
peloton suicida
Posté le 19-10-2005 à 17:02:09  profilanswer
 

Yo :o
 
Ma "meilleure" bouteille: du Wehlener Sonnenuhr Riesling de 1969. Il est réputé pour être le meilleur vin de moselle.
 
Sinon mon préféré, St Emiliion 1983, je ne m'en lasse pas :) (enfin, il faudra bien j'en ai bientôt plus :D)


---------------
Long-range goals keep you from being frustrated by short-term failures. RIP VC
n°6796990
nash151
Posté le 19-10-2005 à 23:17:35  profilanswer
 

Dégustation de Chateau Angelus fin octobre dans mon école!
C'est bon le club oenologie!!

n°6797012
grosbin
OR die;
Posté le 19-10-2005 à 23:20:14  profilanswer
 

Vous conseillez quoi en bon rapport qualité/prix en rouge ?
Perso, j'apprécie particulièrement le Saint-Joseph, Saint-Emillion et Gewurztraminner  :jap:


---------------
Resume
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  1322  1323  1324  1325  1326  1327
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Cuisine

  Topic Vin - no rosé

 

Sujets relatifs
[Topic Unique] À vous de juger[topic Monstres] Python vs alligator et aussi gros crabes
[Topic contre le vol] Stop au voyous[topic unique] La culture gothique - Stéréotypes, la plaie
Topic lettres : arretez les mails :)Le Roi Heenok [avertissement de modération] Fil Certifié Haute Gamme
Mars Express (encore pour 2 ans...) Topic Unique[Topic Unique] La musique chinoise, Coréenne & Japonaise
FRANK ZAPPA ( the return of the son of the topic )Topic unique "C dans l'air"
Plus de sujets relatifs à : Topic Vin - no rosé



Copyright © 1997-2016 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR