Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | S'identifier | S'inscrire | Shop Recherche
1634 connectés 

 



pour ou contre l euthanasie




Attention si vous cliquez sur "voir les résultats" vous ne pourrez plus voter

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3
Auteur Sujet :

[euthanasie] pour ou contre ?

n°1244853
Profil sup​primé
Posté le 29-09-2003 à 12:57:55  answer
 

Reprise du message précédent :
up pour ce topic quand même  :hello:

mood
Publicité
Posté le 29-09-2003 à 12:57:55  profilanswer
 

n°1245086
jeunejedi
Posté le 29-09-2003 à 13:51:02  profilanswer
 

Etude paru dans le lancet, pour l'UK, parfaitement superposable a la france.
 
 
55% des deces en Réanimation sont le résultante d'un ""arret de soin"".
90% de ses arrets sont consécutifs a la décision d'un staff pluridisciplinaire composés de plusieurs médecins, d'infirmieres, de psy...
Dans 50% des cas la famille prend part active au débat de ce comité.
 
L'euthanasie c une réalité quotidienne, on abrege les souffrances de qqun qui est condamné a tres court terme, qui souffre, qui n'a aucune chance de guérir ou de s'améliorer. On respecte le voeux du patient ou on demande a la famille ce que pensait le patient de son vivant si il est dans le coma.
 
Pensez aussi que sans cela, en dehors que je trouve normal d'abreger les souffrances de qqun condamné qui souhaite mourir, il n'y aurait AUCUN lit de réanimation disponible en france et que le petit de 18 ans qui c crouté en scooter n'aurait qu'a mourrir dans le couloir.

n°1245719
narkotik2
rastafari, yes I.
Posté le 29-09-2003 à 15:37:16  profilanswer
 

DARK a écrit :

complètement pour!!!
Suffit de s'imaginer enfermé dans son propre corp  :cry: c'est atroce suffit de lire certains livre comme celui de delerme que j'ai pas lu ou celui de Jean dominique BAUBY pour se rendre compte de ce que c'est :(  
 
Si je dois devenir un légume ou Alzheimer bah je voudrais le cas écheant etre euthanasié...


 
c clair, on voit bien que les lois sont faites par des gens qui ne sont pas dans ce cas et qui ne souffre pas, mais ils devraient quand meme se rendre compte que la souffrance de certaine personne est insuportable et que le mieux pour ces personnes c'est d'en finir avec la vie !!!


---------------
"la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui"
n°1245732
cow2
Posté le 29-09-2003 à 15:38:59  profilanswer
 

narkotik2 a écrit :


 
c clair, on voit bien que les lois sont faites par des gens qui ne sont pas dans ce cas et qui ne souffre pas, mais ils devraient quand meme se rendre compte que la souffrance de certaine personne est insuportable et que le mieux pour ces personnes c'est d'en finir avec la vie !!!


 
où est la limite entre la souffrance supportable et la non supportable ? T'en finis jamais de ces débats ...

n°1245780
dje33
27 moteurs Merlin 1D
Posté le 29-09-2003 à 15:45:11  profilanswer
 

Naja a écrit :


Dje, tu peux développer, ton avis m'intéresse ?  :wahoo:  


 
au cas par cas. Si il n'y a vraiment plus aucun espoir, que la personne est condanner a soufrir physiquement et psychiquement et qu'elle a fit part plusieur fois de son desir de mourrir

n°1262925
fante
Posté le 02-10-2003 à 19:00:34  profilanswer
 

ceci est un fait de société!Une société moderne dite de ce nom doi savoir evoluer et debattre des idées actuelles,nous ne pourrons pas plus longtemps nous voiler la face:la mort est inévitable,que faire face à un malade incurable ou un tetraplégique ou un homme devenu legume à cause d'une maladie quand celui-ci exige le droit de mourrir dans la dignité et sans souffrance?
 
Depuis l'affaire humbert les questions se posent avec plus de violence,mattei ministre de la santé a dit qu'il etait contre de par ses convictions religieuse,un ministre a t'il le droit de ditre ça? raffarin a dit que ce n'etait pas aux politiques de decider de ce sujet,mais si ce n'est pas un sujet politique,de quoi s'agit il? un sujet religieux?
 
mme humbert va etre mise en examen ainsi que ce matin je viens de l'apprendre le dr chaussoy du service de réanimation qui a prit la decision d'abréger les souffrance de vincent!
 
Pour son avocat, Me Antoine Duport, "le Dr Chaussoy est un homme courageux, il n'a rien à cacher. Je m'attends à une mise en examen mais la décision appartient au parquet. S'il y a mise en examen, elle peut déboucher sur un non-lieu, ce qui serait bien pour lui. Dans cet environnement, il n'est pas sûr qu'on cherche à poursuivre ce médecin qui n'est pas le porte-drapeau de l'euthanasie. Il s'assume mais il n'a pas l'intention d'être le bouc émissaire d'une campagne dont il n'est pas l'instigateur".
 
L'avocat de Marie Humbert, Hugues Vigier, a confié mercredi qu'il a écrit au procureur pour qu'il n'y ait pas de poursuites, ni contre la mère de Vincent, ni contre l'équipe médicale. AP
 
http://fr.news.yahoo.com/031002/5/3famv.html
 
Depuis les medias n'arrétent pas de poser le sujet,il est inevitable,trés bientot il va falloir le résoudre une bonne fois pour toutes!Hier sur M6 dans "docs de choc",il nous a été présenté un panel de reportages extrémement intéréssant sur la question de l'euthanasie notemment avec le cas présenté du DR karkarian,médecin americain qui a aidé plus de 50 personnes incurables à mourrir dans la dignité et qui aujourd'hui a 75 ans et qui croupi en prinson pour 20 ans!
 
alors je vous demande n'est ce pas aux français de voter lors d'un référendum pour decider le futur de l'euthanasie,de la legaliser comme elle devrait l'étre dans tout etat moderne digne de ce nom?
 
La loi l'interdit aujourd'hui,mais qu'est ce que la loi? les lois sont comme les gens elles changent,il faut se battre contre des lois injustes et immorales: avant 1945 la loi interdisait le droit de vote aux femmes,en 1975 les femmes devaient encore demander l'autorisation à leur mari le droit de travailler!!Heureusement le temps fait changer les lois injustes,on doit se battre face aux fausses lois, et que dire de toutes ces femmes mortes ,fauchées dans leur jeunesse à cause de certaines loies qui leur refusait le droit d'avorter dans la legalité?
 
à vous de juger,etes vous pour ou contre l'euthanasie?

n°1262971
justelebla​nc
Posté le 02-10-2003 à 19:06:09  profilanswer
 

comment peut on être contre l'euthanasie puisque c'est la personne concerné qui va choisir, ou sa famille...
comment dire à cette personne " non on ne peut pas puisque la majorité refuse  " ?
 
c'est la même chose pour l'avortement ou le pacs...comment dire " je suis contre " ? on peut juste dire " non merci pas pour moi "

n°1262979
dje33
27 moteurs Merlin 1D
Posté le 02-10-2003 à 19:06:47  profilanswer
 

le docteur ne risque rien puisque dans les fait il n'a juste pas réanimer un malade avec l'avis du malade et de la famille.
continuer a le soigner c'est de l'acharnement therapeutique.

n°1263110
tyrou
Posté le 02-10-2003 à 19:27:09  profilanswer
 

JusteLeblanc a écrit :

comment peut on être contre l'euthanasie puisque c'est la personne concerné qui va choisir, ou sa famille...
comment dire à cette personne " non on ne peut pas puisque la majorité refuse  " ?
 
c'est la même chose pour l'avortement ou le pacs...comment dire " je suis contre " ? on peut juste dire " non merci pas pour moi "


 
on peut tres bien etre contre, simplement en ayant peur des derives que ça entrainera probablement  :jap:  
je suis contre, comme pour l'avortement, maintenant, c'est devenu presque un truc à la legere, alors que c'est extremement grave de decider de la mort d'un foetus ; j'aimerais pas que ça se generalise comme ça :(

n°1263132
mrduss
Rien que du bonheur
Posté le 02-10-2003 à 19:30:39  profilanswer
 

voila un beau sujet bien difficile...
 
Je suis pour en théorie.
 
En pratique c'est un autre problème bien complexe.
Le cas de V humbert, et je m'excuse si je froisse quelqu'un est relativement "simple".
Mais dans bien d'autres cas en dehors de ces comas chroniques ou tétraplégies aggravées comme pour VH ou commence le droit même collégial de décider ne serait ce que de l'arrêt d'une réanimation ??????? facile devant son écran d'ordinateur mais devant le malade ?
 
J'ai le souvenir précis d'au moins deux patients pour qui les discussions se sont éternisées alors que nous étions au bout du bout de nos ressources et qui sont toujours en vie plus de cinq ans après et quand je dis en vie c'est vivant et heureux de vivre.
 
L'une d'entre elle m'a dit après être sortie du "coma" :
Dr vous savez le jour ou vous avez discuté soit de me réoperer soit de me laisser "mourir" moi je vous entendais et je ne pouvais pas vous parler, mais je ne voulais pas qu'on me laisse.
ce jour la nous avions discutés des heures pour savoir quoi faire pour que la dignité de la malade soit préservée alors que nous pensions tous qu'elle ne pouvait pas s'en sortir.Un seul d'entre nous s'est opposé à ce que l'on fasse une euthanasie passive.
dix ans après elle vit et vit correctement.
 
L'euthenasie ce n'est pas une question qui ne touche que des malades sans aucune chance de vivre c'est aussi beaucoup d'autres ou on peut se tromper alors légiférer pourquoi pas mais comment sur quels critères ?
Pou quels malades ?????????
Effectivement le débat existe mais qui doit le mener?  
 
pour un VH ou un intellectuel en pleine possession de ses moyens intellectuels qui souhaitera qu'on l'aide a mourir combien d'erreurs combien de malades poussés à bout par une souffrance transitoire mais insupportable qui se tromperont dans leur choix ?
 
Je ne pense pas qu'une loi nous aide dans ce labyrinthe.


Message édité par mrduss le 02-10-2003 à 19:32:23
mood
Publicité
Posté le 02-10-2003 à 19:30:39  profilanswer
 

n°1263264
d750
Posté le 02-10-2003 à 19:45:56  profilanswer
 

MrDUSS a écrit :

voila un beau sujet bien difficile...
 
Je suis pour en théorie.
 
En pratique c'est un autre problème bien complexe.
Le cas de V humbert, et je m'excuse si je froisse quelqu'un est relativement "simple".
Mais dans bien d'autres cas en dehors de ces comas chroniques ou tétraplégies aggravées comme pour VH ou commence le droit même collégial de décider ne serait ce que de l'arrêt d'une réanimation ??????? facile devant son écran d'ordinateur mais devant le malade ?
 
J'ai le souvenir précis d'au moins deux patients pour qui les discussions se sont éternisées alors que nous étions au bout du bout de nos ressources et qui sont toujours en vie plus de cinq ans après et quand je dis en vie c'est vivant et heureux de vivre.
 
L'une d'entre elle m'a dit après être sortie du "coma" :
Dr vous savez le jour ou vous avez discuté soit de me réoperer soit de me laisser "mourir" moi je vous entendais et je ne pouvais pas vous parler, mais je ne voulais pas qu'on me laisse.
ce jour la nous avions discutés des heures pour savoir quoi faire pour que la dignité de la malade soit préservée alors que nous pensions tous qu'elle ne pouvait pas s'en sortir.Un seul d'entre nous s'est opposé à ce que l'on fasse une euthanasie passive.
dix ans après elle vit et vit correctement.
 
L'euthenasie ce n'est pas une question qui ne touche que des malades sans aucune chance de vivre c'est aussi beaucoup d'autres ou on peut se tromper alors légiférer pourquoi pas mais comment sur quels critères ?
Pou quels malades ?????????
Effectivement le débat existe mais qui doit le mener?  
 
pour un VH ou un intellectuel en pleine possession de ses moyens intellectuels qui souhaitera qu'on l'aide a mourir combien d'erreurs combien de malades poussés à bout par une souffrance transitoire mais insupportable qui se tromperont dans leur choix ?
 
Je ne pense pas qu'une loi nous aide dans ce labyrinthe.


 
je suis entierement de ton avis.
Perso j ai voté je ne me prononce pas, car etre pour est une reponse bien trop simple.

n°1264055
EVD
Posté le 02-10-2003 à 22:00:16  profilanswer
 

Je suis d'accord avec toi MrDuss, sice n'est que le débat je le voit plutôt au cas par cas dans un contexte fermé qu'au grand jour par un débat public (je ne parle même pas de légiferer tellement c'est stupide). Le débat public pour sensibiliser? Mais les jours où le patient ou la famille y sont confrontés sont les seuls jours qui comptent pour se faire une opinion.
On peut se sensibiliser en quelques heures, pas la peine de l'être bien avant, c'est inutile et presque "contre-productif".

n°1264519
mrduss
Rien que du bonheur
Posté le 02-10-2003 à 23:07:27  profilanswer
 

EVD a écrit :

Je suis d'accord avec toi MrDuss, sice n'est que le débat je le voit plutôt au cas par cas dans un contexte fermé qu'au grand jour par un débat public (je ne parle même pas de légiferer tellement c'est stupide). Le débat public pour sensibiliser? Mais les jours où le patient ou la famille y sont confrontés sont les seuls jours qui comptent pour se faire une opinion.
On peut se sensibiliser en quelques heures, pas la peine de l'être bien avant, c'est inutile et presque "contre-productif".


 
le débat tel que tu le décris existe et a toujours existé de cette façon

n°1265249
_maximus_
Goret ptit con ^_^
Posté le 03-10-2003 à 00:53:47  profilanswer
 

Ca fait plaisir de voir qu'il y a 83% de personnes intelligentes ici :D
 
Moi je suis pour, a condition bien evidement, qu'on ne peut plus rien pour le patient, et qu'il souffre bcp trop pour de toute facon mourrir dans pas longtemps..
autant abreger ses souffrances.
Il faut aussi prouver que la personne est saine d'esprit.
Par exemple on va pas euthanasier un depressif, parce qu'il le demande :/
 
Bref oui a l'euthanasie, mais avec un certain controle.
 
a+


---------------
Ptit con de goret je t'emmerde ^_^
n°1871032
THE REAL S​MILEY
The Real Résistance!
Posté le 17-01-2004 à 22:01:56  profilanswer
 

je me permet d'upper ce petit topic étant de donné que le procès à lieu en ce moment même.
 
et quand on voit le résultat de ce sondage, on se rend bien compte que la loi doit changer


---------------
༼ つ ◕_◕ ༽つ
n°1871460
tommy febr​uary6
Posté le 17-01-2004 à 23:27:00  profilanswer
 

Citation :

LOI no 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé
« Art. L. 1111-4. - Toute personne prend, avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu'il lui fournit, les décisions concernant sa santé.
«Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l'avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d'interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en oeuvre pour la convaincre d'accepter les soins indispensables.
« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment.
« Lorsque la personne est hors d'état d'exprimer sa volonté, aucune intervention ou investigation ne peut être réalisée, sauf urgence ou impossibilité, sans que la personne de confiance prévue à l'article L. 1111-6, ou la famille, ou à défaut, un de ses proches ait été consulté.


 
Le fait de refuser de laisser mourir un malade me semble dc illégal et l'euthanasie passive est un droit.

n°1872405
Ars Magna
Digitale Gaudium
Posté le 18-01-2004 à 02:28:58  profilanswer
 

Pour ou contre ?
- Oui
- Non
 
J'en connais un qui a eu de la chance de ne pas être euthanasié à la naissance :p
 
:lol:

n°3595757
pierrot le​ rouge
Créateur de la cat' Politique.
Posté le 29-08-2004 à 18:17:25  profilanswer
 

Je suis fermement contre l'Etat Nazi  :o  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
[:dehors2]


---------------
Tout le monde est d'accord pour critiquer la pensée unique...
n°3596286
Rasthor
Posté le 29-08-2004 à 19:13:08  profilanswer
 

Pierrot le rouge a écrit :

Je suis fermement contre l'Etat Nazi  :o  
[:dehors2]

sale rouge !  :kaola:  
 
(me demande bien comment tu as eu l'idée de remonter ce topic...  :whistle:  => Enzan  :hello: )

n°3599964
Wendigo
Profil : Castor Funk
Posté le 30-08-2004 à 02:06:28  profilanswer
 

Tommy february6 a écrit :

Citation :

LOI no 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé
« Art. L. 1111-4. - Toute personne prend, avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu'il lui fournit, les décisions concernant sa santé.
«Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l'avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d'interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en oeuvre pour la convaincre d'accepter les soins indispensables.
« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment.
« Lorsque la personne est hors d'état d'exprimer sa volonté, aucune intervention ou investigation ne peut être réalisée, sauf urgence ou impossibilité, sans que la personne de confiance prévue à l'article L. 1111-6, ou la famille, ou à défaut, un de ses proches ait été consulté.


 
Le fait de refuser de laisser mourir un malade me semble dc illégal et l'euthanasie passive est un droit.


 
HEu c illégal de ne pas porté assistance à une personne en danger de mort ^^° deplus le paragraphe juste après implique une limite ^^°
 
Wendigo (qui lit mal ?  :??: )


---------------
Dessin du 31 Octobre 2020 : Inktober - Nager | Galerie
n°3603116
AiRdi
Posté le 30-08-2004 à 13:22:05  profilanswer
 

82% !
Perso je m'attendais pas à ça

n°3655308
Evaria
Posté le 03-09-2004 à 23:22:03  profilanswer
 

Personnellement, j'ai voté contre l'euthanasie mais cette réponse est à relativiser. Ce n'est pas par pur esprit de contradiction, bien entendu. Je suis pour un encadrement légal de l'euthanasie passive et contre en matière d'euthanasie active.
 
La souffrance : heureux celui qui ne la rencontrera jamais.  
Pour la combattre, les scientifiques et les médecins ont multiplié les techniques et les traitements susceptibles de soigner les malades, ou de leur éviter de souffrir. Mais, ce qui est nouveau c’est l’entendement que l’homme développe, à son échelle, plus ou moins individuelle, dans le dessein se rendre maître de sa mort, et par conséquent d’être le seul à décider de sa souffrance et du moment de sa fin de vie.  
 
Juridiquement, cela se traduit par la revendication d’un droit-liberté sur sa vie et sur sa dignité à l’approche de la mort. Une sorte de super-droit d’autonomie.  
En France, si l’on venait à développer un cadre autonomiste de la sorte, cela s’apparenterait à la création d’un droit subjectif, ainsi donnerait naissance à un nouveau «droit à » : droit à ne pas souffrir, droit à la dignité et non plus au respect de la dignité, droit à la mort.  
 
Cependant, si la liberté dans la mort n’est pas encore reconnue, la liberté de la personne dans l’administration du traitement médical ou thérapeutique est consacrée , et n’est contestée par personne.
Cela ouvre donc la voie à une reconnaissance de l’euthanasie.
En France, les conditions d’une telle reconnaissance existent, mais il reste à savoir comment fixer les limites de ce droit.  
 
L'euthanasie, c'est à la fois l'euthasie active et l'euthanasie passive. L’euthanasie active suppose l’intervention spécifique d’un tiers dans le but de mettre fin aux jours d’une personne par administration délibérée de substances létales dans l’intention de provoquer la mort. L’euthanasie passive peut- être définie comme l’arrêt de traitements de réanimation ou du traitement de la maladie à partie du moment où l’on est convaincu que la cas est désespéré. C'est l'accompagnement de la personne et le recherche d'une fin de vie sans douleur.
Le problème est que souvent, il y a confusion des deux.  
 
Pour ma part, je suis pour un légalisation de l'euthanasie passive, donc pour le développement des soins palliatifs et de l'accompagnement en fin de vie. Mais, je suis contre la légalisation de l'euthanasie active. Une telle légalisation risquerait de s'avérer dangereuse pour l'individu. Comment contrôler la volonté d'une personne ? comment être sûr que cette dernière ne regrettera pas ce geste ? Comment demander à un tiers d'injecter la solution létale et d'ôter une vie ? Comment ne pas empêcher la multiplication de ces euthanasies une fois que celles ci seront légalisées ?  
Je pense que la mansuétude des magistrats à l'égard des personnes qui procèdent à des euthanasies actives est une bonne chose (sauf dans des cas comme l'affaire Malèvre) mais je considère aussi que cela n'a pas à faire l'objet d'un encadrement législatif. Les inconvénients seraient pires que le remède et le droit n'a pas vocation à tout encadrer.
 
 :jap: à ceux qui auront le courage de tout lire. C'est très personnel comme avis mais je le trouve modéré.

n°3657277
MUKKO
La décomposition de la matière
Posté le 04-09-2004 à 05:09:01  profilanswer
 

Je suis pour l'euthanasie. Pourvu que la méthode employée soit rapide. Tétradotoxine de loin plus puissant que du cyanure. En moind de 2 pouf!


---------------
Ce que vous êtes je l'ai été, ce que je suis c'est que vous serez
n°3669603
yoak
négligemment lourd
Posté le 06-09-2004 à 00:38:33  profilanswer
 

pourquoi pas une carte d'euthanasie, un peu comme la carte de   donneur d'organe ????? comme ca les gens qui veulent pas et ben ils font pas de carte, et les gens qui veulent ils en font une...
 
le vrai danger de l'euthanasie, et ce qui fait peur au gvt (et aussi a moi) c les derives que ca peut engendrer, imaginez un SDF sans famille qui a une maladie au coeur qui necessite une couteuse et risquée operation a coeur ouvert, est ce que l'hopital va y laisser sa chemise en thune et risquer de pourrir ses stats pour ce povre gars que personne viendra reclamer, plutot que de le laisser mourir en paix dans une chambre qui va leur couter la peau du cul ou est ce qu'il va faire une piqure a 5 Euro
 
il y a trop d'enjeu, ne serai ce que financiers et vis a vis des droits de l'homme pour prendre la decisiona la legere ou pire, la laisser au peuple.
 
personnellement, je pense que cette decision doit etre prise au cas par cas par un tribunal adapté et uniquement si le patient en a exprimé le souhait AVANT l'accident ou la maladie d'ou le petit systeme de carte.
 
ouala bonne nuit ++


Message édité par yoak le 06-09-2004 à 00:39:37

---------------
Féloches Loi | Féloches Nono | Kayak a Lyon | Back dans les bacs !
n°3680451
krilin92i
rira qui rira le premier :D
Posté le 07-09-2004 à 03:43:58  profilanswer
 

contre

n°3680506
HumanRAGE
Rage d'être un Humain...LIBRE!
Posté le 07-09-2004 à 04:04:21  profilanswer
 

pour quand c rien d'autre que le droit au suicide qu'on ne peut plus exercer soi-meme.
pour les cas de comateux avancés (et les malades non conscients ou seniles), une grande prudence s'impose


---------------
"When I give food to the poor, they call me a saint. When I ask why the poor have no food, they call me a communist." Helder Camara
n°3692059
mam_goz
Posté le 08-09-2004 à 11:21:19  profilanswer
 

on n'a deja pas de demander a vivre alors on peut au moins demander a mourir

n°3692121
serialkind​er
Posté le 08-09-2004 à 11:28:16  profilanswer
 

Il est bien difficile de pouvoir dire, Oui je suis pour l'euthanasie...
Si la france etait d'accord, alors on pourrais rendre service a certaine personne qui demande la mort, mais il y aurait toujours d'enorme abus...
L'euthanasie peut etre une bonne chose dans certains cas, mais ce sera aussi la cause de multiple "fautes" volontaire ou non...
C'est un sujet difficile, j'ai repondu que je ne me prononcais pas, car je ne sais pas vraiment dans quel coté me mettre...

n°3695292
joams
Posté le 08-09-2004 à 16:23:50  profilanswer
 

on devrait avoir le droit de choisir, j irai meme plus loin malade ou pas. au dela de la douleur physique il y a aussi la douleur morale ....

n°3697600
serialkind​er
Posté le 08-09-2004 à 19:37:40  profilanswer
 

Certe mais au partir du moment ou on a le droit de choisir, alors il y aura des abus... c'est inevitable.

n°3699278
joams
Posté le 08-09-2004 à 22:33:00  profilanswer
 

SerialKinder a écrit :

Certe mais au partir du moment ou on a le droit de choisir, alors il y aura des abus... c'est inevitable.


de quels genres?

n°3699353
serialkind​er
Posté le 08-09-2004 à 22:39:05  profilanswer
 

Bah, des meurtres arrangés, faire croire que la personne en question etait d'accord... c'est tellement plus simple avec des blaissé grave, paralysés etc...

n°3699376
FLo14
Gouranga !
Posté le 08-09-2004 à 22:40:19  profilanswer
 

Oui, et j'aimerais que ça puisse s'appliquer à moi aussi, j'ai pas envie de finir comme un légume s'il m'arrive un acccident :/

n°3699478
joams
Posté le 08-09-2004 à 22:47:26  profilanswer
 

SerialKinder a écrit :

Bah, des meurtres arrangés, faire croire que la personne en question etait d'accord... c'est tellement plus simple avec des blaissé grave, paralysés etc...


si c était legiferé, je pense que la justice, la medecine et la famille seraient consultés, donc c est pas aussi simple que ça

n°3701218
serialkind​er
Posté le 09-09-2004 à 08:52:09  profilanswer
 

Oui, bien sure que ca serai legiferé, mais il y aura tout de meme des abus...
Meme si l'on consulte ta famille, dans certains cas c'est elle qui peut etre responsable de ton euthanasie contre ton gres...

n°3701506
joams
Posté le 09-09-2004 à 10:03:46  profilanswer
 

SerialKinder a écrit :

Oui, bien sure que ca serai legiferé, mais il y aura tout de meme des abus...
Meme si l'on consulte ta famille, dans certains cas c'est elle qui peut etre responsable de ton euthanasie contre ton gres...


l euthanasie c est a ta demande, pas contre ton grés

n°3701544
serialkind​er
Posté le 09-09-2004 à 10:10:28  profilanswer
 

C'est pour ca que je dit et que je repete qu'il y aura des abus!!!

n°4133412
MUKKO
La décomposition de la matière
Posté le 07-11-2004 à 12:11:17  profilanswer
 

Demeurer légume en restant branché à des appareils de survie pour le restant de sa vie ça coute inutilement cher à l'État. L'éléctrocardiogramme a beau ne pas afficher une ligne a plat mais quest-ce ça vaut si le pauvre doit terminer sa vie dans le coma?

n°4140337
abbath95
Posté le 08-11-2004 à 08:32:57  profilanswer
 

A fond pour, le droit de mourir est indissociable du droit de vivre. La vie et la mort sont liées.  
 
Empecher quelqu'un de mourir est une forme d'emprisonnement, la torture (la maladie) en plus.
 
Si en stade final ou sans aucun espoir de guérison, quelqu'un refuse de mourir, c'est son droit. S'il veut mourir, c'est son droit aussi.
 
Pour les modalités, l'expression de la volonté suffit, s'il n'y a plus d'expression possible, c'est aux médecins de décider.
 

n°4143932
yulara
Byte Hunter
Posté le 08-11-2004 à 17:20:42  profilanswer
 

contre l'euthanasie (au meme titre que la peine de mort). je pense que personne ne peut avoir le droit de vie ou de mort sur une autre personne.
par contre, je suis pour le suicide assisté.


---------------
Quizz'n'Blind pour tester vos connaissances
n°4146920
NHam
Stop, look and listen.
Posté le 08-11-2004 à 22:26:00  profilanswer
 

yulara a écrit :

contre l'euthanasie (au meme titre que la peine de mort). je pense que personne ne peut avoir le droit de vie ou de mort sur une autre personne.
par contre, je suis pour le suicide assisté.


c'est pas un cas particulier de l'euthanasie?
Et le suicide assisté, on te rétorquera que les gens peuvent changer d'avis le lendemain que les souffrances pauvent passer etc.[:mrbrelle]


---------------
La différence entre la sensualité et la perversion: La sensualité c'est avec la plume, la perversion avec le poulet entier.
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Etes-vous pour ou contre la suppression des 35 heures ?Pour ou contre le retour de BenDk97 sur Discussions" ?
coup de gueule contre buffalo grillLes CGT contre la France par Maurice Druon de l'Académie française
Péage pour une vingtaine de grandes villes françaises, pour ou contre?que faire contre un refus de garantie SVP
Signez contre une lapidation (urgent)Quatre ans de prison requis contre l'ex-dirigeant de "pere-noel.fr"
• Toulouse • da P!nk city •le gouvernement Raffy va agir contre la drogue!!!
Plus de sujets relatifs à : [euthanasie] pour ou contre ?


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite / Données personnelles) / Groupe LDLC / Shop HFR