Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | S'identifier | S'inscrire | Shop Recherche
773 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Emploi & Etudes
  Marché de l'emploi

  Parcours pro trop varié, comment trouver un job ?

 


 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Parcours pro trop varié, comment trouver un job ?

n°5171309
tahn
Posté le 02-11-2021 à 20:38:04  profilanswer
 

Salut à tous,
 
Je viens vers vous parce que je commence un peu à tourner en rond dans ma recherche de travail, vraisemblablement parce que j'ai, à 36 ans, un parcours trop varié : j'ai fait pas mal de boulots, de formations différentes, mais du coup je ne suis un expert en rien, et le message est toujours le même quand je postule : "vous avec un parcours très intéressant, mais on va prendre quelqu'un avec plus d'expérience, bisous". Voici donc ledit parcours :  
 
Études :
- Maths sup
- Compta avec diplôme
- L1 & L2 d'informatique
- L2 de maths/info/éco
- L3 & M1 d'actuariat (et là bim, j'ai eu un accident de lessive et je suis devenu aveugle pendant un mois juste avant mes exams, redoublement non autorisé)
- M1 Finance internationale
- M2 Économie de l'environnement.
 
Donc, comme on peut facilement le voir, je n'avais aucune idée concrète de ce que je voulais faire.

Parcours pro et formations :

- 2013 Statisticien dans le publique (2-3 ans)
- 2016 Prof de maths contractuel (6 mois)
- 2017 Formation en qualification logicielle et automatisation (4 mois)
- 2017 Technical Release Manager dans une grosse boîte (gestion d'environnement informatique et préparation aux environnements de test. Je devais remplacer quelqu'un quelques semaines puis faire automaticien. Ça a duré 2 ans).
- 2019 Formation en Data Science (7 mois + 1 an d'alternance en tant que data scientist en cybersécurité)
 
Et là, ça fait un an que je suis au chômage. Je pensais que trouver du boulot après ma formation en Data Science allais être relativement simple, mais que nenni. Très mauvais timing, difficilement anticipable. J'ai commencé à regarder les formations en Data Science en 2017, mais il n'y avait presque rien. Même en 2019, c'était la seule un minimum sérieuse (je voulais éviter une formation de 3 mois, ce qui me semblait bien trop peu). Seulement, pile au même moment, plein d'universités et d'écoles d'ingé ont ouvert un parcours de Data Science. Du coup, j'ai eu mon titre pro en décembre 2020, et quelques mois plus tôt, il y avait eu un gros premier batch de Data scientists fraichement sortis d'un cursus plus classique. Et le covid, donc des entreprises frileuses à recruter. En juin 2021, rebelote, second gros batch de data scientist junior, et maintenant le marché est très saturé.  
 
J'ai fais cette formation en région parisienne, que je voulais quitter, avec ma compagne, en étant ouvert sur où aller, elle même étant à son compte. Un peu trop naïvement, j'ai orienté ma recherche de boulot depuis décembre 2020 en ne postulant d'abord que pour les postes qui me plaisaient beaucoup, puis un peu moins, jusqu'à il y a 6 mois postuler pour à peu près tous les postes de Data Scientist hors région parisienne qui nécessitaient 2 ans d'expérience ou moins. J'ai postulé une centaine de fois, eu 3 entretiens, et 0 suite.
 
Depuis un mois je suis Rennais, j'ai largement changé ma recherche de boulot, vu que clairement la data science commence à devenir quasi impossible à obtenir. Et c'est de ma faute, outre le concours de circonstances difficilement anticipable mentionné avant, je n'ai pas passé mon temps libre à bosser sur des projets perso pour me construire une sorte de book de projets que j'aurais fait. Ce qui m'aurais fait monter en compétence et aurai donné plus de poids à mes candidatures. Je n'ai jamais réussi à me motiver suffisamment pour faire ça sur mon temps libre (pour autant je trouve que tout ce qui est IA est passionnant... mais pas pendant mon temps libre).
 
Seulement mes droits au chômage prennent fin dans un mois. Donc là, depuis un mois, je postule à à peu près toutes les annonces que je croise qui peuvent convenir de près où de loin : support technique niveau 2 voire 1, chargé d'études, prof particulier à acadomia, technicien informatique, formateur software, etc. Sans aucun succès pour l'instant (j'ai été refusé tout à l'heure par Acadomia, sans même passer un entretien, ça m'a mis un petit coup au moral).
 
 
Donc je m'en viens vers vous pour essayer de prendre un peu de recul par rapport à ma situation, voir s'il y a d'autres pistes que je pourrais envisager, etc. Pour préciser un peu le contexte, voici quelques informations me concernant, en vrac :  
- Mon taff idéal est un mix alternant challenge intellectuel et période plus calme (ou, idéalement je pourrais bosser sur des projets perso. Autant j'ai du mal à m'y mettre pendant mon temps libre, autant si c'est durant une période creuse à mon taff, pas de soucis !)
- Je valorise beaucoup mon temps libre. Si j'ai un boulot chouette qui me plait, tant mieux. Si c'est pour ne jamais être chez moi, ça a beaucoup moins d'intérêt. Idem pour les congés, quand j'étais statisticien dans le publique, je me suis vite habitué aux 9 semaines annuelles !
- Le salaire est assez bas sur la liste des priorités. Je ne crache pas sur 5k mensuel, mais je préfère un boulot sympa avec pas mal de temps libre.
- Après avoir testé pas mal de boulots assez différents, je n'ai toujours pas d'idée très précise de ce que je voudrais faire. J'aime bien les nombres, la logique, l'informatique (software ou hardware), l'enseignement (au sens large), l'écologie (à titre personnel, je ne vais pas aller gueuler sur tous les automobilistes que je croise, et je n'ai qu'une culpabilité très modérée à commander des trucs sur Amazon). Je me débrouille en python et en VBA, mais je ne peux pas me qualifier de développeur non plus. Je ne sais même pas si je préfèrerais un job derrière un bureau ou au grand air (je fantasme un peu sur devenir forgeron, mais je ne suis pas certain que ce soit le bon moment et la bonne période pour acheter une forge et une enclume).
- Je suis reconnu travailleur handicapé (ce qui donne une porte d'entrée théorique pour des postes dans l'administration). Rien de très dérangeant, en pratique j'ai juste l'audition d'un octagénaire, du coup barman dans une boîte de nuit n'est pas envisageable.
- J'envisageais de proposer mes services de pédagogue touche à tout en informatique pour aider des petits vieux à comprendre ce que c'est qu'un dossier ou effacer un historique de navigation, pour permettre à quelqu'un qui monte sa boîte d'acheter un pc adapté à son usage, etc. Mais le problème c'est de rendre visible mes services, et il y a quand même des limites à laisser des cartes de visites chez le boulanger. Ne connaissant personne dans la ville, je ne peux pas non plus utiliser un début de réseau, et si j'attends 6 mois que le bouche à oreille fasse son effet, ce sera l'hémorragie financière.
 
Je crois que j'ai fait à peu près le tour, j'espère que mon message n'est pas trop vague. Je suis preneur de toute idée, débat, suggestion, discussion, retour meta-pata-philosophique, etc. Merci !  :jap:  
 
TL;DR : J'ai un parcours très varié, en étude comme en jobs, du coup j'ai un profil junior dans plein de domaines, mais ça n'aide pas vraiment. Je cherche un taff depuis un an et ne trouve rien, je tourne en rond, mes droits au chômage touchent à leur fin. À l'aide !  :cry:  

mood
Publicité
Posté le 02-11-2021 à 20:38:04  profilanswer
 

n°5171323
wainwain
wain⊕wain = wain²
Posté le 02-11-2021 à 21:46:10  profilanswer
 

1) 1ère question : pourquoi tu pars / changes de métier au bout de 2-3 ans ? Qu'est-ce qui te pousse à partir / démissionner ? Prends le d'y réfléchir.
2) 2ème question : comment crois-tu que ton parcours est perçu par des futurs employeurs ? Selon-toi que faudrait-il changer pour te rendre plus attractif sur le plan professionnel ?
 
3) Tu dis que c'est pas ta faute parce que, pas de chance, pile au mauvais moment à chaque fois, y a des autres concurrents à côté de toi.  N'est-ce pas une excuse un peu facile ?  
- Qu'ont-ils que tu toi tu n'as pas ? Et a a contrario, qu'as-tu que EUX n'ont pas ? Prends le temps d'y réfléchir et de poser les actions qui s'imposent.
 
4) Tu dis que tu n'as pas bossé ton portfolio de projets et tu as entièrement raison, il FAUT être en position de démontrer tes compétences en entretien. Peux-tu nous parler du dernier projet sur lequel tu as bossé ? Quels ont été les technos employées ? Pour quel résultat ?
 
5) Si tu n'as eu que 3 entretiens alors que la demande en datascience est forte, c'est qu'il faut clairement revoir ton CV => Go topic CV pour te refaire un CV digne de ce nom : https://forum.hardware.fr/hfr/Emplo [...] 6402_1.htm
 
6) La question de la valorisation de ton temps libre n'est pas un sujet à mettre en avant quand il s'agit de chercher du taf. On pourra te répondre que du temps libre, t'en as suffisamment eu quand t'étais au chômage et que tu n'en as pas profité pour te mettre à niveau professionnellement :o Si tu veux maximiser tes congés, trouve-toi un job dans le secteur bancaire, mais attention, la concurrence sera rude, et il faudra mériter ta place, cf. point 4).
 
7) Il va bien falloir que tu mettes au clair ton projet professionnel, data scientist / forgeron c'est quand même très peu recherché sur le marché de l'emploi. Fixe-toi clairement un objectif, et une fois que c'est fait, n'abandonne pas en cours de route.
 
8) Evite de parler de ta RQTH si c'est possible, que ce soit en CV ou en entretien. Mais dis simplement en entretien que tu t'excuses mais tu as actuellement des problèmes d'audition.
 
9) Les petits vieux préfèreront passer par une association que de passer par un professionnel qui voudra très probablement les arnaquer :o N'espère pas gagner 5k / mois avec ce type de job, surtout qu'avec ta spé data science, tu pourrais bien mieux gagner ta vie.
 
Pour compléter mon point 2) : quand j'étais en situation de recruter, je n'ai pas hésité à écarter sur CV des candidats qui avaient fait des expériences courtes mais dans beaucoup de boîtes. Les recrutements en interne supposent un certain engagement en termes de durée, hors alternance, il n'est pas dans l'intérêt d'une boîte de former quelqu'un pour qu'il parte 2 ans plus tard. Si je souhaite quelqu'un de disponible rapidement et qu'il quitte le bateau en fin de projet, je préfère prendre un presta...

Message cité 1 fois
Message édité par wainwain le 02-11-2021 à 21:57:31

---------------
La chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là où on est tombé. (Socrate)
n°5171333
tahn
Posté le 02-11-2021 à 23:35:48  profilanswer
 

Top, des listes numérotées !
Merci pour tes questions très pertinentes, et les réflexions intéressantes qu'elles amènent ! Je n'ai pas voulu plus développer que ça dans le premier message, déjà bien long, mais puisque tu y tiens ! :lol:
 

wainwain a écrit :



1) 1ère question : pourquoi tu pars / changes de métier au bout de 2-3 ans ? Qu'est-ce qui te pousse à partir / démissionner ? Prends le d'y réfléchir.

 
C'est variable, mais réfléchi. J'ai arrêté les statistiques, ma première expérience, parce que je tournais un peu en rond. C'était un institut de recherche publique donc il fallait publier le plus d'articles scientifiques possible. Ce qui faisait que les études étaient faites en backward : tu as tes données, tu connais déjà les résultats que tu veux obtenir pour en faire un bon article, et ensuite tu passes des semaines à tweaker différent modèles pour obtenir lesdits résultats. C'est nul, exactement à l'opposé de ce qu'il faudrait faire (déterminer le meilleur modèle en amont et l'appliquer, tant pis si on obtient pas les résultats escomptés). Donc suite à ça j'en ai profité pour tester le métier de prof.
Prof c'est chouette. Dur (surtout en arrivant en ZEP pour remplacer au pied levé une prof en arrêt parce qu'un de ses élève lui a jeté une table dessus, sans que personne n'ait aucune idée de l'avancement des élèves dans le programme). Le gros soucis du métier c'est la difficulté concernant la mobilité. Et je ne voulais pas rester 15 ans en région parisienne, si je passais le capes, avant de pouvoir bouger.
Pour technical release manager, ce n'était pas le taff que je voulais faire, et pour lequel j'avais été embauché. On était sous staffés, il y avait une pression de pire en pire, et après 6 mois à dire à mon manager que c'était injouable, et qu'il ait refusé de réduire le préavis de démission (sans même parler de rupture co), j'ai fait mon p'tit burnout (mon autre collège qui faisait le même boulot que moi itou) et je suis parti (et le collègue aussi).
Et enfin, pour la Data Science, à la fin de mon alternance ils m'ont proposé un poste... Qui n'était pas dans la data science, et que j'ai refusé du coup.
 
Pas de regret sur mes choix in fine. Le paradoxe étant que je ne suis pas particulièrement friand de changements, donc je ne demande que ça de rester dans la même boîte pendant les 30 prochaines années ^^.
 
 
2) 2ème question : comment crois-tu que ton parcours est perçu par des futurs employeurs ? Selon-toi que faudrait-il changer pour te rendre plus attractif sur le plan professionnel ?
 
Ma réponse sera forcément subjective. Tous mes entretiens, cette année, et les précédents se sont très bien passés. Je pense que mon parcours du coup est perçu comme très intéressant, parce que j'ai un peu touché à tout, j'ai des expériences variées dans des contextes très différents. Mais au final, s'il y a un candidat qui a plus d'expérience que moi pour le poste auquel je postule, il sera privilégié (ce qui est normal). Et comme je n'ai de grosse expérience nulle part... Et exactement comme tu le mentionnes à la fin, ce n'est jamais rassurant de voir quelqu'un qui ne reste pas plus de 2 ou 3 ans dans un boulot. Et je peux dire au recruteur à quel point j'aimerais finir mes jours (de salarié du moins  :sarcastic: ) dans sa boîte, ce ne seront finalement que des paroles, alors que mon CV ne va pas dans ce sens. Je suis peut-être sincère, mais est-ce qu'en tant que recruteur j'ai envie de prendre ce risque...
 
 
3) Tu dis que c'est pas ta faute parce que, pas de chance, pile au mauvais moment à chaque fois, y a des autres concurrents à côté de toi.  N'est-ce pas une excuse un peu facile ?  
- Qu'ont-ils que tu toi tu n'as pas ? Et a a contrario, qu'as-tu que EUX n'ont pas ? Prends le temps d'y réfléchir et de poser les actions qui s'imposent.

Il y a 2 choses, une qui n'est pas de mon fait, et une qui l'est (cf point 4). Pour la saturation du marché, c'est factuel, et ce n'est pas de ma faute. À titre indicatif, on était 23 dans ma formation. La formation précédente a eu 80% de CDI en data science après l'alternance. Dans ma promo ils ont été... 2, donc même pas 10%. Et même maintenant, 1 an plus tard, ils sont 3. Et à titre d'exemple, sur Linkedin, tu peux voir le nombre de postulants à un poste. J'ai postulé à un poste assez générique, et pas très sexy de Data scientist dans le secteur de l'assurance à Lille, pour optimiser les portefeuilles clients avec du machine learning, pour un profil à peu près junior. 12 heures après la mise en ligne de l'annonce, on était 150 postulants. Même retour d'un prof qui a ouvert sa boîte de Data science, et qui voulait recruter quelqu'un, pareil, sans prérequis particuliers. 400 postulants, dont certains avec 10 ans d'expérience, quelqu'un qui avait fait sa thèse en Data Science à Harvard, etc. Et d'après lui la situation était radicalement différente 2 ans auparavant.  
 

4) Tu dis que tu n'as pas bossé ton portfolio de projets et tu as entièrement raison, il FAUT être en position de démontrer tes compétences en entretien. Peux-tu nous parler du dernier projet sur lequel tu as bossé ? Quels ont été les technos employées ? Pour quel résultat ?

 
Ça répond aussi à la fin de la 3ème question. On est bien d'accords que pour optimiser mes chances d'être embauché en tant que Data Scientist, j'aurais dû (à plus forte raison après quelques mois avoir réalisé la saturation du marché) bosser sur mon portefolio. Je n'aurais pas forcément eu de boulot grâce à ça, mais j'aurais nettement augmenté mes chances, et de me démarquer des profils juniors ou avec peu d'expérience qui n'auraient pas eu la même démarche. C'est 100% de ma faute, et je n'ai aucune excuse.  
En gros je suis pas mal une feignasse dans mon temps libre, et n'ai pas la rigueur nécessaire pour bosser 4h par jour sur des projets perso dans l'optique d'augmenter mes chances d'avoir un job. J'ai essayé au début, je n'ai pas réussi. Et je peux te parler du dernier projet, celui fait dans mon alternance avec plaisir : c'est un modèle de détection automatique de comportement malveillant en checkant des logs web de connexion. Actuellement les règles de détection sont statiques ("si quelqu'un se connecte sur un poste de travail de l'autre bout du monde, si telle chaine de caractère se trouve dans l'url", etc.). Là l'idée est d'utiliser un historique récent de connexion pour mettre en valeur celles qui sortent du lot et ont bien plus de risque d'être malveillantes, et donc d'avoir une seconde couche de protection. Pas mal de modèles testés, dont du deep learning, mais comme la rapidité à la fois d'exécution et d'entrainement était primordiale, et qu'il fallait une compatibilité avec le système en place, un modèle de machine learning plus classique a été utilisé. Résultats prometteurs, mais difficile à parfaitement quantifier puisque les données d'entrainement était non labellisées, donc pas de possibilité d'avoir une métrique de précision fiable.
J'ai rédigé un rapport de 50 pages dessus pour passer mon titre pro de fin de formation.
 
 
5) Si tu n'as eu que 3 entretiens alors que la demande en datascience est forte, c'est qu'il faut clairement revoir ton CV => Go topic CV pour te refaire un CV digne de ce nom : https://forum.hardware.fr/hfr/Emplo [...] 6402_1.htm
 
La demande en DS était forte il y a 2 ans, le marché est saturé depuis (encore une fois ce n'est pas une excuse, je suis responsable de ma situation actuelle sur moults points, j'aurais dû bosser pendant mon temps libre, j'aurais pu rester en région parisienne pour optimiser mes chances, j'aurais pu rester dans les statistiques pour avoir plus d'expérience, ou passer mon capes, etc. Toujours est-il qu'étant en contact avec tous les membres de ma formation, la situation n'est plus du tout celle qu'elle était il y a 2 ans). C'est probablement le point sur lequel je suis le plus confiant. C'est littéralement une partie du métier de ma compagne d'optimiser des CVs, et j'ai demandé confirmation auprès de 2 de mes profs (qui sont amenés à recruter par ailleurs) dans ma formation, qui ont été assez dithyrambiques sur le CV. Il n'est surement pas parfait, mais je ne crois pas que ce soit le problème.  
Mais ça ne fait jamais de mal de se remettre en question, du coup merci pour ton lien je vais checker ça ! (ça intéresse d'ailleurs beaucoup ma compagne qui te remercie)
 
 
6) La question de la valorisation de ton temps libre n'est pas un sujet à mettre en avant quand il s'agit de chercher du taf. On pourra te répondre que du temps libre, t'en as suffisamment eu quand t'étais au chômage et que tu n'en as pas profité pour te mettre à niveau professionnellement :o Si tu veux maximiser tes congés, trouve-toi un job dans le secteur bancaire, mais attention, la concurrence sera rude, et il faudra mériter ta place, cf. point 4).
 
On est bien d'accord que je ne tiens pas le même discours auprès d'un recruteur. Et effectivement, c'est généralement le point délicat de l'entretien, comment j'ai valorisé mon temps depuis que je suis au chômage. En substance je dis que je fais de la veille technologique, que je cherche du boulot, et que j'en profite pour m'essayer à diverses activités. Mais oui, la réponse attendue est clairement "J'ai bossé sur ces 5 projets, 3 ont gagné des concours Kaggle, et vous pouvez avoir un aperçu de mes résultats puisque j'en ai fait des app web accessibles en cliquant sur ce lien". Et je ne tiens pas nécessairement à avoir 9 semaines de congés non plus. Mais je suis déjà passé par un taff où je bossais 50h par semaine (il y a pire, je sais), et étais sur les rotules en rentrant chez moi, et 2 ans ça m'a suffit. Si c'était ma boîte, pourquoi pas. Mais avoir l'impression que ma vie se résume à mon boulot, à plus forte raison pour un taff que je n'apprécie pas plus que ça, j'aimerais éviter.
 
 
7) Il va bien falloir que tu mettes au clair ton projet professionnel, data scientist / forgeron c'est quand même très peu recherché sur le marché de l'emploi. Fixe-toi clairement un objectif, et une fois que c'est fait, n'abandonne pas en cours de route.
 
C'est bien pour ça que je suis ici, je n'ai pas grande idée de quel est mon objectif. Je n'ai pas une vision exhaustive du marché du travail, ou des boulots qui existent. Je sais juste ce que j'aime bien faire, j'ai eu des jobs et des formations dans des domaines corrélés, mais là, je tourne un peu en rond, ne trouvant pas de boulot dans les domaines en question. Est ce que veux être Data Scientist ? Oui. Est ce que c'est le seul boulot qui me plairait ? Probablement pas. Est-ce que j'ai envie de bosser sans revenu sur des projets portefolio pendant au moins 6 mois pour valoriser mon CV, sans certitude de trouver du taff, difficile à dire. Est-ce que me connaissant je pense avoir la rigueur nécessaire pour bosser 30h par semaine ? Nope (il pourrait y avoir tout un sujet long comme le bras sur le "nope" qui n'est pas dit légèrement, ni bien vécu, mais ce n'est pas la question ici je pense).
 
 
8) Évite de parler de ta RQTH si c'est possible, que ce soit en CV ou en entretien. Mais dis simplement en entretien que tu t'excuses mais tu as actuellement des problèmes d'audition.
 
Je ne l'avais pas mis sur mon CV au début, je l'ai rajoutée il y a un mois quand j'ai postulé à des jobs dans l'administration (puisque ça permet potentiellement d'accéder aux postes). Je ne crois de toute façon pas l'avoir mentionné lors de mes entretiens, mais je me suis dit que les entreprises ayant des quotas (je crois ?) de travailleurs handicapé, en avoir un qui ne nécessite pas d'aménagement particulier ça pouvait être un plus. Ce n'est pas le cas ?
 
 
9) Les petits vieux préfèreront passer par une association que de passer par un professionnel qui voudra très probablement les arnaquer :o N'espère pas gagner 5k / mois avec ce type de job, surtout qu'avec ta spé data science, tu pourrais bien mieux gagner ta vie.

 
Tu serais surpris des salaires actuels des Data Scientists juniors. Sur les 3 qui ont trouvé du boulot en tant que Data Scientist, 2 sont à nettement moins de 30k annuel. Et le 5k mensuel était une pointe d'humour. Le salaire le plus élevé que j'ai eu jusqu'à maintenant a été de 24k, donc inutile de dire que j'ai des prétentions salariales qui ne sont pas extraordinairement élevées. Et je serais même étonné que je puisse gagner un salaire complet en rendant des services aux particuliers / semi pro qui ont un besoin ponctuel en informatique. Si j'investissais beaucoup de temps, d'énergie, que j'étais compétent, et que le bouche à oreille faisait son effet, peut être, mais ce n'est pas pour tout de suite, et de toute façon, je ne gagnerais certainement pas 5k mensuel, très loin de là.  
 
 
Pour compléter mon point 2) : quand j'étais en situation de recruter, je n'ai pas hésité à écarter sur CV des candidats qui avaient fait des expériences courtes mais dans beaucoup de boîtes. Les recrutements en interne supposent un certain engagement en termes de durée, hors alternance, il n'est pas dans l'intérêt d'une boîte de former quelqu'un pour qu'il parte 2 ans plus tard. Si je souhaite quelqu'un de disponible rapidement et qu'il quitte le bateau en fin de projet, je préfère prendre un presta...


 
Merci de ta réponse en tout cas :)

n°5171823
Tetedeienc​h
Head Of God
Posté le 11-11-2021 à 21:38:29  profilanswer
 

De manière franche et après avoir tout lu, après avoir été moi-même en position de recruteur, et sans liste numérotées par pur esprit de contradiction mesquin :

  • Ton profil est franchement repoussoir. Tu as touché à tout, oui, si on veut, mais pour des durées tellement courtes que cela donne surtout l'impression que tu ne sais pas ce que tu veux. Tu cumules parcours scolaire chaotique et parcours pro chaotique. Donc, je rejoins la belle réponse précédent : ton parcours fait peur. Et pas qu'un peu. Que tu saches pas quoi faire au début de tes études, passe encore. Mais autant ? tu dégages une image de gars peu fiable.
  • Il te faut contrebalancer cela, et là, tu sors que même au chômage, tu n'as pas avancé sur des projets persos. Bref, t'as rien à présenter pour contrebalancer.
  • Un recruteur verra que tu arrives en fin de droit. C'est marqué sur ton CV, quasi. Il va se dire quoi à ton avis ? "il veut bosser 4 ( ou 6 :o ) mois pour avoir les allocs". Je grossis le trait.
  • Si le fait de ne plus avoir d'allocations chômage te fout dans la merde, désolé de te le dire, mais il est déjà trop tard pour réagir à un mois de l'échéance.


Pour rebondir, il va te falloir te faire violence. En vrac, après avoir lu ton discours :

  • Arrête d'invoquer des causes extérieures à toi-même pour expliquer tes propres échecs. Il n'y a pas de honte à échouer. Réaliser la cause d'un échec, c'est se donner les chances d'avancer. Se trouver une excuse, c'est le meilleur moyen de se planter de nouveau (et de devoir chercher une excuse). Ton discours sur le Data scientist et les promos qui "magiquement" saturent le marché me paraissent fumeuses au possible.
  • Motives-toi et demandes-toi comment contrebalancer ton parcours chaotique au possible. Un bon projet perso serait un minimum.
  • Go topic CV même si tu es persuadé que ca ne sert à rien. Y a du boulot en communication pour maquiller un parcours pareil.


Je sors des listes non-numérotées (à dessein) pour te dire que ton discours ici renvoie une image peu reluisante de ta personne. Quand on mets tout bout à bout, t'es un gars qui explique ses propres échecs par des causes extérieures, qui n'arrive pas à se motiver sur son temps perso tout seul, qui valorise ce temps perso ( à faire quoi ? ) plus que son boulot, qui papillonne à droite à gauche (études, boulot... loisirs ? Forgeron ? ), et qui réagit uniquement au pied du mur (i.e. maintenant). Je pense que tu dois travailler avant tout sur ces points là, plutôt que sur du maquillage. Car si par bonheur tu retrouves une expérience pro, j'ai du mal à la concevoir d'une durée plus longue que les précédentes. Je souhaite me tromper hein, mais j'ai pas l'impression de prendre beaucoup de risques.

 

De plus, tu sembles perclus de certitudes pour quelqu'un qui a un tel parcours. Ne devrais-tu pas revoir tes opinions et sortir de tes idées arrêtées ? Car bon, manifestement, elles ne t'ont pas emmené au bon endroit...

 

Et dernier conseil : n'évoque même pas un "taff idéal" ou des aspirations sur ce que tu veux faire à ce jour : c'est plus que malvenu. Cherche un taff et prends le premier qui passe à ce stade. Parler de 5k€ et de "temps libre" alors que dans un mois tu es en fin de droit... te rends-tu compte seulement de l'urgence de ta situation ?


Message édité par Tetedeiench le 11-11-2021 à 21:41:10

---------------
L'ingénieur chipset nortiaux : Une iFricandelle svp ! "Spa du pâté, hin!" ©®Janfynette | "La plus grosse collec vivante de bans abusifs sur pattes" | OCCT v12 OUT !
n°5171891
Slyde
No plan no gain
Posté le 12-11-2021 à 18:30:57  profilanswer
 

Je serais nettement moins bourrin que les deux interlocuteurs : tu changes peut être souvent de job, mais je ne suis pas certain qu'ils aient la moitié de tes diplômes (ou alors ils ne valent plus rien, je ne sais pas). Certes, l'xp joue, en fonction des prétentions.
 
J'ai un peu du mal à comprendre les vents qu'on te met dans la face, surtout quand tu vois ce que tu as d'autres à recruter.  
Grosso merdo en grossissant un peu le trait : des JD qui veulent devenir calif à la place du calif en 6 mois, et des senior 40/45 ans qui veulent émarger à plus de 50k annuel en full remote à brasser du vent. Et tous ces gens tournent aussi beaucoup en cette période de mercenariat. Pour les postes de base, tu me semble plutôt surdiplômé et donc forcement tu vas te faire et partir dès que tu pourras.
 
Tu es sur Rennes, et tu as pas mal de bagages de Maths / data science et compagnie : il se trouve qu'on a un gros pole cybersecu à la DGA-MI au sud ouest de rennes à Bruz et alentours (+ boites de Cesson dans le giron). Il y a des formations en 6 mois / 1 an sur la question. Attention quand même : même problème à terme que pour Data Scientist, ça va finir par saturer.
 
Diverses ESN placent ou plaçaient du monde là bas, d'OBS, Thales, Inetum. C'est pas mal rémunérateur. Tu devrais t’intéresser au secteur.
 
Sinon le bassin est beaucoup orienté telco/multimedia, presta via ESN plus classiques sur les métiers de la banque/assurance, et des startup diverses.
 

n°5171892
Slyde
No plan no gain
Posté le 12-11-2021 à 18:35:40  profilanswer
 

Sinon ne te focalise pas trop sur ce que des projets perso pourraient te ramener. C'est à la rigueur juste bon pour la reput' d'un consultant indep.
 
C'est avant tout les opportunités de projets / placement par les employeurs qui les motivent à trouver des candidats adéquats.


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Emploi & Etudes
  Marché de l'emploi

  Parcours pro trop varié, comment trouver un job ?

 

Sujets relatifs
Où trouver convention collectionTrouver une aide ponctuelle pour une petite tâche rémunérée ?
Parcours en politique publique possible?Trouver une alternance en cybersécurité
[Assas] Licence 3 Eco-Gestion parcours sciences de gestionAidez-moi à trouver un nom de marque !
Besoin de vtre aide pour trouver des donnéesProblème de parcours pour Conseil
Marre de ne pas trouver d’emploi : persévérer ou arrêter l'info ? 
Plus de sujets relatifs à : Parcours pro trop varié, comment trouver un job ?


Copyright © 1997-2022 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite / Données personnelles) / Groupe LDLC / Shop HFR