Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1336 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3
Auteur Sujet :

Maison d'édition ?

n°6523132
karnh
Mes potes dans la signature !
Posté le 11-09-2005 à 12:27:59  profilanswer
 

Reprise du message précédent :
  J'en ai profité pour rajouter deux ou trois liens qui peuvent être interessants (Octobre et Tremplin par exemple) :)


---------------
http://lesjackisdu74.skyblog.com
mood
Publicité
Posté le 11-09-2005 à 12:27:59  profilanswer
 

n°6690199
DARKSIDE21​5
Posté le 04-10-2005 à 20:14:12  profilanswer
 

Pour l'horreur vous avez des conseils à donner?

n°6699341
ACut
Posté le 06-10-2005 à 02:20:31  profilanswer
 

Je sais que je me répète, mais il faut rappeler aux débutants que le meilleur recensement d'éditeurs jamais réalisé, doublé d'une enquête approfondie, c'est AUDACE publié par Roger Gaillard aux éd. L'Oie plate (ex-Calcre). Presque 1100 éditeurs sont référencés dans la mouture parue au printemps 2005.
 
D'accord c'est un pavé de 600 pages qui coûte la peau des fesses, mais ce n'est pas la peine de chercher ailleurs si vous voulez vraiment décortiquer en profondeur l'empire éditorial français: les tendances, les contrats, les variantes, les collections, les manuscrits reçus/refusés, le tirage, etc.
 
> http://www.loieplate.com/audace.htm
 
N'avoir qu'un simple carnet d'adresses pour démarcher des éditeurs c'est comme pisser dans un violon. C'est idéal pour se ruiner en photocopies de tapuscrit et en frais d'envoi, mais pas vraiment pour cibler des opportunités réalistes.
 
Dans la liste hyper-lacunaire donnée en haut de ce topic, vous avez en vrac des éditeurs qui publient en SFF (Nesti, Mnemos, Bragelonne...) et qui d'ailleurs cherchent des manusses, d'autres qui font de la litt. générale et qui ne recherchent absolument pas de propositions extra-muros en littérature fantastique (Gallimard, Grasset, vous rêvez ou quoi?) ou même en littérature tout court: Hachette Littérature ne recherche absolument pas de littérature (ils ont déjà tout sous la main, va).
 
A ma connaissance, Harlequin n'a pas pour politique de publier des auteurs français -- par contre ils ne crachent pas sur les traductrices anglais-français élevées aux Feux de l'amour, efficaces et pas chères.


---------------
NOUVEAU! Le guide de l'édition en version ebook : http://marcautret.free.fr/autret/150q-ebook/
n°6699352
Gnub
Posté le 06-10-2005 à 02:49:07  profilanswer
 

A qui pourrais-je envoyer une tentative de livre d'illustration pour enfants ? [:dawa]

n°6705829
ACut
Posté le 07-10-2005 à 00:48:31  profilanswer
 

Gnub a écrit :

A qui pourrais-je envoyer une tentative de livre d'illustration pour enfants ? [:dawa]


 
Les éditeurs jeunesse les plus créatifs (ceux qui cherchent des auteurs) ont chacun leur griffe: Thierry Magnier, les éd. du Rouergue, Mango et bien sûr L'Ecole des loisirs avec ses innombrables collections aux styles très variés. Ce sont les plus souvent cités par les auteurs/illustrateurs pour enfants en-dehors des filiales jeunesse des grandes maisons (Gallimard Jeunesse, Autrement Junior, Glénat, Actes sud J, Albin Michel J, Pocket, Fayard, Le Seuil J, J'ai lu, Flammarion/Père Castor, etc.). En presse on a le triumvirat Fleurus / Milan / Bayard qui fait aussi un peu d'édition, mais c'est peu porteur pour un auteur débutant...
 
PS: Le site à connaître pour forer dans ce secteur est bien sûr le portail Ricochet: http://www.ricochet-jeunes.org/sommaire.asp, infos tous azimuts et forums bien garnis.


Message édité par ACut le 07-10-2005 à 00:51:45

---------------
NOUVEAU! Le guide de l'édition en version ebook : http://marcautret.free.fr/autret/150q-ebook/
n°6705941
Gnub
Posté le 07-10-2005 à 01:24:31  profilanswer
 

mercÿte, vous êtes bien urbain :jap:

n°6909104
omega2
Posté le 04-11-2005 à 19:00:31  profilanswer
 

Des éditeurs qui ne cherchent pas de noveuaux auteurs? :o Vous y croyez vraiment? Un éditeur est toujours à la recherche de nouveaux auteurs, il y en a juste certain qui peuvent faire la fine bouche là où d'autres sont obligés de se contenter de manuscrit ayant moins de  chance de se vendre à un grand nombre d'exemplaire.
 
A l'inverse certains petits éditeurs sont génés quand un de leurs auteurs a trop de succés par ce que ca les force à mettre trop d'argent (en proportion de ce dont ils disposent) dans la fabrication des livres de cet auteur là et il peu suffire d'un seul livre qui se vende trés mal pour mettre l'éditeur dans une situation financiaire difficile.
 
Evidement, même si un éditeur cherche de nouveaux auteurs, ca ne veut pas dire pour autant que votre manuscrit sera publié par lui ne seraisse que par ce que ca ne correspond pas au type d'écrit qu'il recherche où par ce qu'il ne l'a pas jugé assez intéressant/porteur de vente pour qu'il s'occupe de sa publication.

n°6909298
BoraBora
Dilettante
Posté le 04-11-2005 à 19:28:14  profilanswer
 

omega2 a écrit :

Des éditeurs qui ne cherchent pas de noveuaux auteurs? :o Vous y croyez vraiment?


Tu crois aux entreprises qui pour un poste X demandent "5 ans d'expérience à un poste similaire bla bla" ? Ben c'est pareil. Certains éditeurs ne veulent pas gérer de la prise de risque et ne recherchent absolument pas de nouveaux auteurs. Si tu n'as jamais publié, ton manuscrit te sera automatiquement retourné sans même être lu.

n°7367369
bricocoman
j'aime les modos
Posté le 07-01-2006 à 19:01:11  profilanswer
 

BoraBora a écrit :

Tu crois aux entreprises qui pour un poste X demandent "5 ans d'expérience à un poste similaire bla bla" ? Ben c'est pareil. Certains éditeurs ne veulent pas gérer de la prise de risque et ne recherchent absolument pas de nouveaux auteurs. Si tu n'as jamais publié, ton manuscrit te sera automatiquement retourné sans même être lu.


c'est pas toujours vrai  [:aloy]

n°7367476
BoraBora
Dilettante
Posté le 07-01-2006 à 19:15:22  profilanswer
 

bricocoman a écrit :

c'est pas toujours vrai


Déterrage de topic pour ajouter quelque chose qui était déjà dans le post ?  :heink:


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
mood
Publicité
Posté le 07-01-2006 à 19:15:22  profilanswer
 

n°7368402
stiko
Posté le 07-01-2006 à 21:05:55  profilanswer
 

Citation :

Tu crois aux entreprises qui pour un poste X demandent "5 ans d'expérience à un poste similaire bla bla" ? Ben c'est pareil. Certains éditeurs ne veulent pas gérer de la prise de risque et ne recherchent absolument pas de nouveaux auteurs. Si tu n'as jamais publié, ton manuscrit te sera automatiquement retourné sans même être lu


 
Ce n’est pas toujours le cas. :o  De nos jours, les éditeurs acceptent encore les manuscrits venant de la poste et écrits par des auteurs jusqu’ici inconnus. Il est vrai que ce "procédé" devient de plus en plus rare, (et que très peu de ces manuscrits sont édités)  mais les éditeurs se réjouissent lorsqu’ils en trouvent un qui soit très bon et bien écrit.  

n°7369551
BoraBora
Dilettante
Posté le 07-01-2006 à 23:08:56  profilanswer
 

stiko a écrit :

Ce n’est pas toujours le cas. :o  De nos jours, les éditeurs acceptent encore les manuscrits venant de la poste et écrits par des auteurs jusqu’ici inconnus.


Personne n'a dit le contraire.  :sarcastic: ACut a parlé de "certains" éditeurs. Moi aussi, en réponse à omega2 qui croyait que ça n'existait pas.
 
Si tu dis "les" éditeurs, en pensant qu'ils lisent tous les tapuscrits d'inconnus reçus par la poste, tu te trompes.

Message cité 1 fois
Message édité par BoraBora le 07-01-2006 à 23:10:26

---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°7370228
bricocoman
j'aime les modos
Posté le 08-01-2006 à 00:35:07  profilanswer
 

BoraBora a écrit :

Personne n'a dit le contraire.  :sarcastic: ACut a parlé de "certains" éditeurs. Moi aussi, en réponse à omega2 qui croyait que ça n'existait pas.
 
Si tu dis "les" éditeurs, en pensant qu'ils lisent tous les tapuscrits d'inconnus reçus par la poste, tu te trompes.


et c'est là toute la différence. Certains voire presque tous les éditeurs (des plus petits aux plus grands) acceptent les manuscrits, voilà qui est bien, mais peu prennent le temps de les lire.

n°7370321
BoraBora
Dilettante
Posté le 08-01-2006 à 00:54:09  profilanswer
 

bricocoman a écrit :

et c'est là toute la différence. Certains voire presque tous les éditeurs (des plus petits aux plus grands) acceptent les manuscrits, voilà qui est bien, mais peu prennent le temps de les lire.


Problème de syntaxe : le "tous" s"appliquait aux éditeurs. :p Nombre d'éditeurs renvoient les tapuscrits d'inconnus sans les lire, ce qui revient à dire qu'ils les refusent. Lire ce qu'on reçoit implique que l'on a fait le choix d'une structure : comité de lecture, secrétariat etc. Puis d'une orientation économique en conséquence. Car si tu payes des gens pour lire et gérer les centaines de bouquins d'inconnus reçus chaque mois, il faut que tu rentabilises le tout en en publiant un de temps en temps, et il a intérêt à marcher. Et enfin, lancer un inconnu coûte de l'argent pendant des années. Bref, c'est une manière de concevoir son métier d'éditeur. Mais ce n'est pas la seule, et c'est même de loin la moins répandue. Beaucoup d'argent dépensé pour un retour sur investissement hypothétique vu le faible nombre de tapuscrits publiables et le nombre encore plus faible susceptible de déboucher sur une vraie carrière.


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°7370428
Skopos
Titilleur de nombrils...
Posté le 08-01-2006 à 01:09:23  profilanswer
 

BoraBora a écrit :

Tu crois aux entreprises qui pour un poste X demandent "5 ans d'expérience à un poste similaire bla bla" ? Ben c'est pareil. Certains éditeurs ne veulent pas gérer de la prise de risque et ne recherchent absolument pas de nouveaux auteurs. Si tu n'as jamais publié, ton manuscrit te sera automatiquement retourné sans même être lu.


 

bricocoman a écrit :

et c'est là toute la différence. Certains voire presque tous les éditeurs (des plus petits aux plus grands) acceptent les manuscrits, voilà qui est bien, mais peu prennent le temps de les lire.


 
et donc elle est où la différence [:ddr555] ?
 
 


---------------
userstyles HFR : alléger l'accueil du forum; réduire les img https des quotes. Script AHK ImageFloodHFR
n°7370932
BoraBora
Dilettante
Posté le 08-01-2006 à 01:48:03  profilanswer
 

Skopos a écrit :

et donc elle est où la différence [:ddr555] ?


 :lol:
 
Il faudrait ajouter aussi que le taux de déchet dans ce domaine est sans doute le plus élevé de toutes les formes d'art. Tout le monde a appris à écrire à l'école, donc le nombre de gens de tout âge qui s'imagine capable d'écrire un roman publiable est phénoménal. On voit cet effet en germe sur ce forum : le type qui a commencé à écrire un mois avant et vient ici présenter les trois pauvres premiers feuillets de l'ébauche d'une esquisse de brouillon d'une trilogie de 1200 pages à la thématique d'une BD de super-marché, écrits dans un style Bibilothèque Rose et gâtés par une orthographe de cancre de CM2, se renseigne par la même occasion sur les éditeurs à qui il pourra envoyer le tout dès qu'il aura fini. Et je ne parle même pas de ceux qui te sortent avec aplomb qu'écrire ne s'apprend pas, on naît écrivain ou pas. L'écrivain moyen est l'être le plus vaniteux qui soit.
 
Le même qui aurait commencé à apprendre à jouer de la guitare un mois avant et arriverait péniblement à jouer sans trop de fausses notes les 30 premières secondes de Stairway To Heaven ne viendrait pas ici se renseigner sur les labels à qui envoyer une maquette, et savoir si par hasard quelqu'un aurait un contact chez Sony ou Universal pour dans 6 mois, quand il aura fini son album de reprises. Je te laisse imaginer le niveau moyen de ce que reçoivent les éditeurs, de la 143 867ème version digest du SDA écrite par un ado quasi-illettré à la 653 957ème autobiographie du papy qui raconte ses souvenirs de l'occupation en ayant l'impression que ça apporte un éclairage neuf sur l'Histoire, en passant par la quarantenaire divorcée et dépressive chronique qui parle de ses règles, ses angoisses et son complexe de Jocaste dans un charabia sous-Durassien en se projetant Femina et adaptée par Almodovar.  :o


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°7372922
talbazar
morte la bête, mort le venin
Posté le 08-01-2006 à 06:46:08  profilanswer
 

Bora, tu sais que tu devrais écrire ?
 
[:d4buff]

n°7372953
p47alto1
Posté le 08-01-2006 à 09:13:16  profilanswer
 

talbazar a écrit :

Bora, tu sais que tu devrais écrire ?
 
[:d4buff]


 
Ça me semble évident aussi  
(demi drapo déguisé)  :)

n°7373640
bricocoman
j'aime les modos
Posté le 08-01-2006 à 12:34:06  profilanswer
 

Skopos a écrit :

et donc elle est où la différence [:ddr555] ?


la différence, c'est que pour se donner une bonne image, certains éditeurs reçoivent les manuscrits sans les lire ni même les ouvrir. Mais que dans le métier, des éditeurs ont encore une éthique et se disent que dans les milliers de manuscrits qu'ils reçoivent, parmi tout le déchet, il peut y avoir ici et là un bon livre, un bon auteur.

n°7373665
bricocoman
j'aime les modos
Posté le 08-01-2006 à 12:38:19  profilanswer
 

BoraBora a écrit :

:lol:
 
Il faudrait ajouter aussi que le taux de déchet dans ce domaine est sans doute le plus élevé de toutes les formes d'art. Tout le monde a appris à écrire à l'école, donc le nombre de gens de tout âge qui s'imagine capable d'écrire un roman publiable est phénoménal. On voit cet effet en germe sur ce forum : le type qui a commencé à écrire un mois avant et vient ici présenter les trois pauvres premiers feuillets de l'ébauche d'une esquisse de brouillon d'une trilogie de 1200 pages à la thématique d'une BD de super-marché, écrits dans un style Bibilothèque Rose et gâtés par une orthographe de cancre de CM2, se renseigne par la même occasion sur les éditeurs à qui il pourra envoyer le tout dès qu'il aura fini. Et je ne parle même pas de ceux qui te sortent avec aplomb qu'écrire ne s'apprend pas, on naît écrivain ou pas. L'écrivain moyen est l'être le plus vaniteux qui soit.
 
Le même qui aurait commencé à apprendre à jouer de la guitare un mois avant et arriverait péniblement à jouer sans trop de fausses notes les 30 premières secondes de Stairway To Heaven ne viendrait pas ici se renseigner sur les labels à qui envoyer une maquette, et savoir si par hasard quelqu'un aurait un contact chez Sony ou Universal pour dans 6 mois, quand il aura fini son album de reprises. Je te laisse imaginer le niveau moyen de ce que reçoivent les éditeurs, de la 143 867ème version digest du SDA écrite par un ado quasi-illettré à la 653 957ème autobiographie du papy qui raconte ses souvenirs de l'occupation en ayant l'impression que ça apporte un éclairage neuf sur l'Histoire, en passant par la quarantenaire divorcée et dépressive chronique qui parle de ses règles, ses angoisses et son complexe de Jocaste dans un charabia sous-Durassien en se projetant Femina et adaptée par Almodovar.  :o


 
 
c'est tout à fait ça !

n°7373875
abakuk
Posté le 08-01-2006 à 13:21:26  profilanswer
 

bricocoman a écrit :

la différence, c'est que pour se donner une bonne image, certains éditeurs reçoivent les manuscrits sans les lire ni même les ouvrir. Mais que dans le métier, des éditeurs ont encore une éthique et se disent que dans les milliers de manuscrits qu'ils reçoivent, parmi tout le déchet, il peut y avoir ici et là un bon livre, un bon auteur.

En même temps, si on leur envoie avec l'adresse complète et tout et tout, ils n'ont pas d'autre choix que de les recevoir. Je ne comprends pas bien le sens de ta phrase... [:figti]  


---------------
Islamophobie | Rapport Obin | Test de pureté
n°7374459
bricocoman
j'aime les modos
Posté le 08-01-2006 à 14:59:29  profilanswer
 

abakuk a écrit :

En même temps, si on leur envoie avec l'adresse complète et tout et tout, ils n'ont pas d'autre choix que de les recevoir. Je ne comprends pas bien le sens de ta phrase... [:figti]


Je dis simplement que certains éditeurs de foutent un peu de tous ces auteurs 'inconnus' . Le monde de l'édition est assez obscur et mystérieux pour une personne qui ne le connaît pas un minimum de l'intérieur et cette dernière s'imagine tout de suite le sacrosaint "comité de lecture" qui se réunit pour parler du manuscrit qu'elle a envoyé...  
Et le fait qu'un éditeur permette l'envoi des manuscrits, sans même les ouvrir, je trouve ça un peu léger et hypocrite comme procédé.

n°7374887
abakuk
Posté le 08-01-2006 à 16:12:34  profilanswer
 

bricocoman a écrit :

Je dis simplement que certains éditeurs de foutent un peu de tous ces auteurs 'inconnus' . Le monde de l'édition est assez obscur et mystérieux pour une personne qui ne le connaît pas un minimum de l'intérieur et cette dernière s'imagine tout de suite le sacrosaint "comité de lecture" qui se réunit pour parler du manuscrit qu'elle a envoyé...  
Et le fait qu'un éditeur permette l'envoi des manuscrits, sans même les ouvrir, je trouve ça un peu léger et hypocrite comme procédé.

 
[:pingouino]
 
Personne n'a à "permettre" un envoi. Les gens envoient s'ils veulent. Donc les éditeurs reçoivent. stout. :spamafote: Après ils en font ce qu'ils veulent.
 
Et en ce qui concerne les maisons d'éditions qui ne publient pas de nouveaux auteurs, je les vois mal expliquer au grand public : "Nous ne voulons pas de vos manuscrits, allez d'abord vous faire éditer par une petite maison d'édition qui a les couilles de prendre des risques, et après on verra". Ce ne serait pas très bon en terme d'image. Même si ces pratiques sont connues dans le milieu.

Message cité 1 fois
Message édité par abakuk le 08-01-2006 à 17:44:37

---------------
Islamophobie | Rapport Obin | Test de pureté
n°7375224
BoraBora
Dilettante
Posté le 08-01-2006 à 17:01:54  profilanswer
 

bricocoman a écrit :

Je dis simplement que certains éditeurs de foutent un peu de tous ces auteurs 'inconnus' . Le monde de l'édition est assez obscur et mystérieux pour une personne qui ne le connaît pas un minimum de l'intérieur et cette dernière s'imagine tout de suite le sacrosaint "comité de lecture" qui se réunit pour parler du manuscrit qu'elle a envoyé...  
Et le fait qu'un éditeur permette l'envoi des manuscrits, sans même les ouvrir, je trouve ça un peu léger et hypocrite comme procédé.


+1 Abakuk, évidemment.
 
Quand au monde de l'édition "obscur et mystérieux", la faute à qui ? Combien d'impétrants écrivains prennent seulement la peine de lire Livres-Hebdo pour connaître un minimum le milieu dans lequel ils prétendent s'insérer ? Je vais refaire un parallèle : combien de jeunes avec leur BTS d'info fraîchement en poche iraient faire une candidature spontanée pour un poste d'administrateur système ou de chef de projet chez Microsoft ? ACut a donné des conseils pleins de bon sens dans son post un peu plus haut. Certes il y a une certaine opacité dans le circuit économique de l'édition, mais c'est le cas de toutes les branches professionnelles tant que l'on ne s'est pas renseigné un chouia. C'est bien joli de lister des éditeurs français, encore faut-il savoir ce qu'ils publient, avec quel planning, et selon quelles pratiques de prospection. Se dire "j'ai fini mon bouquin, donc aux éditeurs de se démerder avec" est parfaitement puéril. La vente de livres (car de c'est de ça qu'il s'agit, pas seulement d'avoir son nom sur une couverture) est un marché qui répond comme les autres à un ensemble de règles économiques, et comprend en aval de l'éditeur les prescripteurs (libraires, mais surtout journalistes) et la distribution/vente.
 
Juste pour donner une idée, plus de 550 000 livres étaient disponibles en 2005 en langue française. Une librairie indépendante de petite taille (50/60 m²) peut tenir environ 8 000 à 10 000 références en stock, tous genres confondus. La question que chaque éditeur a à se poser, à chaque fois, est "ce livre figurerera-t-il sur les rayons d'un point de vente ou restera-t-il dans nos entrepôts pour finalement partir au pilon ?". L'écrivain qui prétend à être publié doit lui aussi se poser cette question, au moins de manière rhétorique, s'il prétend convaincre un éditeur d'investir de l'argent.

Message cité 1 fois
Message édité par BoraBora le 08-01-2006 à 17:03:00

---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°7375565
bricocoman
j'aime les modos
Posté le 08-01-2006 à 18:00:02  profilanswer
 

abakuk a écrit :

[:pingouino]
 
Personne n'a à "permettre" un envoi. Les gens envoient s'ils veulent. Donc les éditeurs reçoivent. stout. :spamafote: Après ils en font ce qu'ils veulent.
 
Et en ce qui concerne les maisons d'éditions qui ne publient pas de nouveaux auteurs, je les vois mal expliquer au grand public : "Nous ne voulons pas de vos manuscrits, allez d'abord vous faire éditer par une petite maison d'édition qui a les couilles de prendre des risques, et après on verra". Ce ne serait pas très bon en terme d'image. Même si ces pratiques sont connues dans le milieu.


 
Oui, j'ai sûrement mal choisi le mot  :o  
Cela dit, il y a des "grands" éditeurs qui ont les couilles de pulier de nouveaux auteurs inconnus.  
 

BoraBora a écrit :

+1 Abakuk, évidemment.
 
Quand au monde de l'édition "obscur et mystérieux", la faute à qui ? Combien d'impétrants écrivains prennent seulement la peine de lire Livres-Hebdo pour connaître un minimum le milieu dans lequel ils prétendent s'insérer ? Je vais refaire un parallèle : combien de jeunes avec leur BTS d'info fraîchement en poche iraient faire une candidature spontanée pour un poste d'administrateur système ou de chef de projet chez Microsoft ? ACut a donné des conseils pleins de bon sens dans son post un peu plus haut. Certes il y a une certaine opacité dans le circuit économique de l'édition, mais c'est le cas de toutes les branches professionnelles tant que l'on ne s'est pas renseigné un chouia. C'est bien joli de lister des éditeurs français, encore faut-il savoir ce qu'ils publient, avec quel planning, et selon quelles pratiques de prospection. Se dire "j'ai fini mon bouquin, donc aux éditeurs de se démerder avec" est parfaitement puéril. La vente de livres (car de c'est de ça qu'il s'agit, pas seulement d'avoir son nom sur une couverture) est un marché qui répond comme les autres à un ensemble de règles économiques, et comprend en aval de l'éditeur les prescripteurs (libraires, mais surtout journalistes) et la distribution/vente.
 
Juste pour donner une idée, plus de 550 000 livres étaient disponibles en 2005 en langue française. Une librairie indépendante de petite taille (50/60 m²) peut tenir environ 8 000 à 10 000 références en stock, tous genres confondus. La question que chaque éditeur a à se poser, à chaque fois, est "ce livre figurerera-t-il sur les rayons d'un point de vente ou restera-t-il dans nos entrepôts pour finalement partir au pilon ?". L'écrivain qui prétend à être publié doit lui aussi se poser cette question, au moins de manière rhétorique, s'il prétend convaincre un éditeur d'investir de l'argent.


 
Mais je suis entièrement d'accord avec toi.

n°7375704
BoraBora
Dilettante
Posté le 08-01-2006 à 18:24:33  profilanswer
 

bricocoman a écrit :

Cela dit, il y a des "grands" éditeurs qui ont les couilles de pulier de nouveaux auteurs inconnus.


Attention néanmoins à ne pas confondre "premier roman publié" avec "nouvel auteur inconnu". On n'est pas forcément inconnu du milieu littéraire quand on publie son premier roman. Soit que l'on a déjà une expérience quelconque dans le domaine : journalisme, nouvelles, ou toute autre activité, même non-littéraire, liée au monde des livres (quelqu'un qui bosse à un titre ou un autre dans le milieu aura forcément plus de facilité à se faire publier). Soit que l'on se cogne déjà depuis des années le parcours du combattant de l'auteur sans relations et qu'à force de romans refusés mais qui vont en s'améliorant, on a fini par tisser ce réseau de relations qui manquait au début. Tout cela est agréablement escamoté des 4èmes de couvertures quand on vante le talent "débutant".
 


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°7376648
stiko
Posté le 08-01-2006 à 20:22:40  profilanswer
 

Citation :

Si tu dis "les" éditeurs, en pensant qu'ils lisent tous les tapuscrits d'inconnus reçus par la poste, tu te trompes


 
La sélection d'un manuscrit se fait en trois étapes (voire le [/i]calcre[/i])  
 
1) Le déballage : à l'ouverture du manuscrit, les oeuvres non conformes aux genres publiés (erreurs d'aiguillage), les manuscrits "manuscrits" repartent sur la pile des retours.
 
2) L'écrémage : le manuscrit va être lu "en diagonale" (quelques pages par ci par là) par un lecteur de la maison qui en 5 minutes se fera une opinion. A ce stade, 94% des manuscrits prennent le chemin du retour, accompagnés d'une lettre type, ménageant la susceptibilité de l'auteur.
 
3) La lecture approfondie : le manuscrit est mis en lecture auprès d'un ou plusieurs lecteurs, extérieurs d'abord, maison ensuite. II sera lu entièrement, une ou plusieurs fois. Les refusés de ce stade pourront se voir gratifiés d'une lettre critique personnalisée, mais rien n'oblige l'éditeur à le faire. L'éditeur n'est pas un "conseiller littéraire".
 
Par conséquent, les éditeurs lisent encore les tapuscrits d’auteurs inconnus, mais il est vrai qu’un grand nombre d’entre eux sont rejetés avant même d’être pris en considération...  :o

Message cité 1 fois
Message édité par stiko le 08-01-2006 à 20:23:54
n°7376774
BoraBora
Dilettante
Posté le 08-01-2006 à 20:37:26  profilanswer
 

stiko a écrit :

Par conséquent, les éditeurs lisent encore les tapuscrits d’auteurs inconnus, mais il est vrai qu’un grand nombre d’entre eux sont rejetés avant même d’être pris en considération...  :o


Ca tourne au dialogue de sourds. :D Je ne dis pas que tous les éditeurs ne lisent pas la totalité des manuscrits qu'ils reçoivent, j'abonde dans le sens d'ACut qui rappelle que tous les éditeurs ne recherchent pas de manuscrits. S'ils n'en recherchent pas, ils n'en lisent pas. Ils ne les lisent pas un peu, ou en diagonale. Ils ne les lisent pas du tout. Il y en a, des éditeurs comme ceux-là. ACut citait Hachette Littérature, et il y en a d'autres.


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°7377765
GOGOL
Posté le 08-01-2006 à 22:33:39  profilanswer
 

BoraBora a écrit :

Il y en a, des éditeurs comme ceux-là. ACut citait Hachette Littérature, et il y en a d'autres


Lesquels, par curiosité ? :o
 
Et ils font quoi, qd ils reçoivent un manuscrit d'auteur inconnu ? Ils le renvoient avec la même lettre-type que s'ils l'avaient lu et refusé ?

n°7378432
BoraBora
Dilettante
Posté le 09-01-2006 à 00:27:41  profilanswer
 

GOGOL a écrit :

Lesquels, par curiosité ? :o


Ceux qui ne publient que des traductions, ceux qui travaillent uniquement sur commande, ceux qui ne publient qu'un écrivain (ou plusieurs, mais toujours circonscrit à des écrivains précis, souvent connus personnellement par l'éditeur). La liste est longue et le mieux est de se référer au guide Audace que recommandait plus haut ACut (et que je n'ai pas). Refaisons un peu de pub avec l'accroche de ce bouquin qui vaut largement ses 59 euros :
 

Citation :

Plus de 1000 fiches techniques sur les éditeurs de littérature sont rassemblées. AUDACE répond aux questions que se posent les postulants à l'édition, à savoir : quelle est la politique éditoriale de tel éditeur ? Quel type de contrat propose-t-il ? Est-il grand, petit ? Publie-t-il une revue ? Dans le genre de mon manuscrit, combien de titres publie-t-il ? Publie-t-il des auteurs connus ? Y a-t-il des traductions ? Accepte-t-il les auteurs débutants ? Combien reçoit-il de manuscrits ? Faut-il envoyer un manuscrit complet ? Quel sera son délai de réponse ? S'il refuse mon manuscrit, comment le récupérer ? etc.


 
Pour mémoire, il y a plus de 3000 éditeurs en France actuellement.
 

Citation :

Et ils font quoi, qd ils reçoivent un manuscrit d'auteur inconnu ? Ils le renvoient avec la même lettre-type que s'ils l'avaient lu et refusé ?


En général, oui, puisqu'une lettre de "refus" invoque toujours des raisons économiques et éditoriales. Même quand on a lu 20 lignes de ton bouquin et qu'on l'a refermé aussi sec en se disant "il doute de rien, l'écrivaillon à deux balles", on te réponds toujours que ton livre ne colle pas avec la direction éditoriale de la maison blablabla. Jamais qu'il est tellement mauvais que même un fanzine n'en voudrait pas pour boucher un trou. :o Donc le même genre de réponse, hypocrite diplomatique dans un cas, et sincère dans l'autre, vaut pour les deux.  ;)


---------------
Les cons, ça n'arrête pas de faire des citations d'Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît (Schnock).
n°8199008
lloyd57
Posté le 19-04-2006 à 13:58:14  profilanswer
 

j'avais proposé mon ouvrage à plusieurs éditeurs et refusé il fut!  :( Je n'ai pas l'envie de publier à compte d'auteur, car là il ne sera jamais connu et ne le rapportera rien. Bien que vous n'aimez pas forcément  mon style, pouvez-vous me dire pour m'aider si les éditeurs en ligne sont fiables? Avez vous déjà essayé? Ils proposent gratuitement , mais j'ai peur qu'il s'agisse d'arnaques pour subtiliser des oeuvres.

n°8201231
stiko
Posté le 19-04-2006 à 17:09:20  profilanswer
 

A quelles maisons d’édition a-tu envoyé ton manuscrit ?  T’ont-ils tous envoyé une lettre de refus « type » ou as-tu eu la chance et le privilège de recevoir une lettre de refus « personnalisée » ?

n°8202492
abakuk
Posté le 19-04-2006 à 19:13:56  profilanswer
 

lloyd57 a écrit :

j'avais proposé mon ouvrage à plusieurs éditeurs et refusé il fut!  :( Je n'ai pas l'envie de publier à compte d'auteur, car là il ne sera jamais connu et ne le rapportera rien. Bien que vous n'aimez pas forcément  mon style, pouvez-vous me dire pour m'aider si les éditeurs en ligne sont fiables? Avez vous déjà essayé? Ils proposent gratuitement , mais j'ai peur qu'il s'agisse d'arnaques pour subtiliser des oeuvres.

C'est quoi un éditeur en ligne? Si c'est gratuit, j'ai peur qu'ils ne proposent pas grand chose...


---------------
Islamophobie | Rapport Obin | Test de pureté
n°8508574
Gabriellan​ge
Posté le 26-05-2006 à 14:50:30  profilanswer
 

sheratan a écrit :

Yep! J'avais oublié ces deux là. Ce que je n'aime pas chez Bragelonne, c'est qu'ils formatent. C'est insupportable!


Pardonnez mon ignorance, mais qu'est-ce que vous voulez dire par "ils formatent"?  

n°8587018
jean-miche​l91
Posté le 03-06-2006 à 23:24:11  profilanswer
 
n°8587029
jean-miche​l91
Posté le 03-06-2006 à 23:26:08  profilanswer
 
n°8601307
DARKSIDE21​5
Posté le 06-06-2006 à 08:32:42  profilanswer
 

Merci pour les liens  :bounce: !
 
 
Dites, vous auriez des éditeurs à me conseiller pour le domaine d'horreur et thriller?

n°8738036
PWARD
Posté le 20-06-2006 à 20:40:26  profilanswer
 

Bonjour
 
Je suis une des deux personnes responsables de la collection Rivière Blanche et je viens de découvrir votre forum. Je prends donc le train en marche. Si jamais vous avez des questions sur le fonctionnement de la collection Rivière Blanche, sur ma façon de travailler, j'essayerais de répondre à vos questions.
 
Je dois quand même vous dire, que je ne suis pas un vrai directeur de collection, j'ai un travail, je suis auteur. Je suis totalement bénévole chez Rivière blanche, je fais cela par plaisir et par passion, cela me dévore du temps, mais je ne le regrette pas. Et surtout Rivière Blanche est une minuscule collection à des années lumières de Bragelonne, Mnémos, le seuil, le fleuve, nesti etc... Nous ne jouons pas du tout dans la même catégorie.
 
Bonne soirée
 
Philippe le cathare internaute Ward

n°8739171
jean-miche​l91
Posté le 20-06-2006 à 22:14:12  profilanswer
 

merci a riviere blanche qui ma permis de redécouvrir p.j.herault!!!
(les clones déviants ,tres bon livre!!!)
site serieux ou j'ai toujour recu les livres rapidement.

n°8745242
PWARD
Posté le 21-06-2006 à 15:33:06  profilanswer
 

Bonjour
 
Merci pour ces encouragements. Nous sommes des artisans, nous essayons de faire de beaux livres, de bons livres, pour les envois,j'essaye que cela soit le plus rapide possible, même si parfois ce n'est pas évident d'aller à la poste tous les jours.
Small is beautiful mais bon....
 
Philippe la passion nous fait vivre Ward

n°8813909
jean-miche​l91
Posté le 28-06-2006 à 12:54:29  profilanswer
 

chez livrenpoche je viens d'acheté 18 bouquins!1 livre acheté = 1 livre gratuit!!!
il sont bien ces gens la!!!! :D  
attention operation qui dure deux jours je crois.

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Cherche Maison a louer sur Limoges[archi] Prix d'une maison en monomur terre cuite ?
maison de retraite!!Une maison à batir pour 91000 euros, possible ?
Les vices cachés de votre appartement / maison + les voisins...DUT librairie-édition
tomik sur l'intérieur de votre demeur/maison/appart/piauleque pensez vous de l'affaire Plame? fuite de la maison blanche?
Idées pratique pour amenager une petite maison?Créer sa petit maison d'édition
Plus de sujets relatifs à : Maison d'édition ?


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR