Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1907 connectés 

 


 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2
Page Suivante
Auteur Sujet :

Sortie des cosmonautes d'un vaisseau en accélération ?

n°49168552
4sch3
Asche n'était plus dispo...
Posté le 29-03-2017 à 11:48:45  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

fixio a écrit :

Mais pour répondre à la question initiale du topic, je dirais qu'a priori se déplacer à 150.000 km/s ne poserait pas de problème pour une sortie dans l'espace. À confirmer, j'ai pas fait de physique depuis longtemps :o

Absolument.
Évidement, la moindre poussière croisé se transforme balle de gros calibre. Mais les poussières gravite le plus souvent au niveau des choses plus grosse, et ne traînent pas "entre".
Et puis le vaisseau du film à l'air d'avoir un sacré bouclier à l'avant :love:


Message édité par 4sch3 le 29-03-2017 à 11:49:22

---------------
Asche's SoundCloud Electro - Dubstep - Trance | Projet en cours : Panel, Arduino, TEC
mood
Publicité
Posté le 29-03-2017 à 11:48:45  profilanswer
 

n°49170307
bongo1981
Posté le 29-03-2017 à 14:26:10  profilanswer
 

tonx2vg a écrit :

Rotation à vitesse constante  pour rester à la même altitude donc pas d'accélération

En fait...
On parle du vecteur vitesse constant pour ne pas avoir d'accélération.
Ici, tu as la norme du vecteur vitesse qui est constant, mais... le vecteur tourne... donc il y a bien une accélération.
 
L'accélération, par définition, est une grandeur vectorielle, et est la dérivée du vecteur vitesse.
A partir du moment où il y a changement de direction du vecteur vitesse, il y a accélération.
 
Plus concrètement, dès qu'il y a changement de direction, il y a accélération, et donc il y a une force qui agit dessus.

n°49170395
bongo1981
Posté le 29-03-2017 à 14:31:58  profilanswer
 

z_cool a écrit :

bon, aujourd’hui, je sais que les frottement de l'aire est clairement ce qui empêche ma voiture de dépasser les 250km/h.

Et du sol.

z_cool a écrit :

alors je me dis que dans l'espace, mais si l'air est super rare, il n'est pas au zéro total, et que plus on va approcher des haute vitesse (l'auteur parlait de 50% de la V de la lumiere), plus ce "petit négligeable" va devenir palpable.

En fait l'ISS est à une altitude où l'atmosphère est suffisamment raréfié pour ne pas trop ralentir l'ISS, mais suffisamment pour ralentir les petits objets. En effet, à ces altitudes, le moindre grain de sable, le moindre boulon perdu peut perforer les parois de l'ISS. Souvenz-vous de l'astronaute dans gravity, il a eu son casque est visage transpercé.
 
Donc l'ISS vers 400 - 500 km d'altitude rencontre encore les frottements de l'air, à cette altitude, un boulon est rapidement freiné et retombe sur terre, donc l'orbite est relativement propre. Plus haut... ce n'est pas le cas.
 
C'est pourquoi il faut régulièrement remonté l'ISS.

z_cool a écrit :

Mais bon, la ce n'est que de la spéculation, si un expert du LHC passe par ici ?
 
 
https://www.youtube.com/watch?v=t-nWPBBWRZs

Au LHC, tu as un vide bien plus poussé que sur la lune. C'est pourquoi les paquets de proton ne se perdent pas à regarder les pubs passionata.

n°49170431
bongo1981
Posté le 29-03-2017 à 14:33:47  profilanswer
 

4sch3 a écrit :

Les gars... la vulgarisation était je pense, sous-entendu dans la question.
 
Rentrer dans des précisions d'astrophysicien pour dire au final que, l'ISS, ne "ressent" pas d'accélération... Je sais pas, mais j'ai comme l'impression que ça perd un peu de sa substance.
 
Si tout le monde est d'accord avec cette phrase (Einstein je crois ?) :
tant qu'on est pas en accélération ou décélération, tout ce passe comme si on était immobile. (immobile ou à vitesse constante, vous m'avez compris)
 
On peut en conclure que :
Si tout ne ce passe pas comme lorsque l'on est immobile, c'est qu'on est en accélération ou décélération.
 
Et dans l'ISS, je ne vois pas d'astronautes plaqué au sol ou au plafond en permanence, et quand qu'un astronaute lance une balle en l'air, elle file droit. Non, tout à l'air de se passer comme si l'ISS était immobile. Donc ?
Ais-je même besoin de poursuivre...

En fait... c'est assez subtile, l'ISS qui est en chute libre, peut être considéré du moins localement comme un référentiel galiléen.
 
 

tonx2vg a écrit :

non plus
edit: désolé je répondais au message précédent
 
Par définition une accélération c'est une variation de vitesse par rapport au temps.
La vitesse tangentielle est constante dons pas d'accélération tangentielle.
La distance terre-ISS est constante donc pas de vitesse radiale (vitesse radiale nulle tout le temps).  
Donc pas d'accélération radiale non plus car la vitesse radiale reste nulle tout le temps.

En fait si tu prends ton vecteur vitesse :
V = v * vecteur e_theta
 
Quand tu le dérives, certes v est constant, mais il ne faut pas oublier que e_theta dépend du temps (puisqu'il dépend de theta, et comme theta dépend du temps...)
 
Si tu veux, tu peux écrire :
e_theta = -sin theta e_x + cos theta e_y
Là tu vois que e_theta n'est sûrement pas constant, la dérivée de e_theta par rapport au temps donne -d\theta/dt * e_r
 
Donc l'accélération pour un mouvement circulaire uniforme est non nulle :
a = - v dtheta/dt e_r
On retrouve bien une accélération centripète (et c'est la gravitation qui joue ce rôle).


Message édité par bongo1981 le 29-03-2017 à 14:40:11
n°49174361
tonx2vg
Posté le 29-03-2017 à 19:25:43  profilanswer
 

Oui je vois le truc  :jap:  
on a donc : a = - v oméga e_r
et si on remplace gràce à v= r oméga
on arrive  sur a = -v²/r e_r

Message cité 1 fois
Message édité par tonx2vg le 29-03-2017 à 19:26:40
n°49178343
bongo1981
Posté le 30-03-2017 à 09:01:49  profilanswer
 

tonx2vg a écrit :

Oui je vois le truc  :jap:  
on a donc : a = - v oméga e_r
et si on remplace gràce à v= r oméga
on arrive  sur a = -v²/r e_r

En fait pour la dérivation complète, comme à l'école, on part en coordonnées cylindriques (je suppose qu'il n'y a pas de mouvement en z) de la position :
OM = r e_r
La dérivée du produit donne :
v = dr/dt e_r + r omega e_theta
avec omega = dtheta/dt
 
Ensuite pour l'accélération :
a = (d²r/dt² - r omega²)e_r + 1/r d/dt(r² omega) e_theta
 
Dans le cas d'un mouvement circulaire, on a dr/dt = 0 (la distance radiale ne change pas)
de là on déduit que v = r omega (en valeur scalaire)
 
Pour le moment, on n'a rien supposé sur theta ni sur la constance de omega.
 
Dans une force centrale, la composante e_theta est nulle.
On voit qu'en annulant la composante e_theta en accél, on obtient omega = cste (car r² omega est constant, puisque r est constant, omega l'est aussi).
 
On arrive alors à a = - r omega² e_r
et donc à l'expression que tu as trouvé : a = v²/r
(qui n'est valable que pour un mouvement circulaire uniforme).
 

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
[topic unique] Blade Runner 2049 - sortie 4/10/2017 avec Harrison Ford[Volet roulant] Sortie de caisson invisible ?!
Représentation 3D d'un mouvement[Sujet Eco] Sortie de la grèce, quel impacts en France?
le mouvement semi-perpétuel[RUGBY] WC2015 - NZ WORLD CHAMPION
vaisseau de l'oeil qui éclateEtat des lieux de sortie non signé et maintenant litige
[Topikunik] David GuettaÉtat des lieux de sortie et sinistre
Plus de sujets relatifs à : Sortie des cosmonautes d'un vaisseau en accélération ?



Copyright © 1997-2016 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR