Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1719 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Actualité

  14-18: le Topic des Poilus

 


 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12
Page Précédente
Auteur Sujet :

14-18: le Topic des Poilus

n°9918054
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 00:26:39  profilanswer
 

1914/1918
 le topic des Poilus

 
http://www.witzgilles.com/les%20poilus%2014-18.jpg
Ni Soldat, ni guerrier, juste des hommes. (Barbusse)
 
ce topic à vocation historique et devoir de mémoire, ni nationaliste ni patriotique, mais garder vivant les témoignages des millions de soldats qui ont traversé "la der des ders". Comme le dit Pierre Miquel dans "Mourir à Verdun" "les soldats qui dorment à Douaumont haïssaient plus la guerre qu'ils n'ont plus respectivement haïr le Kromprinz ou Joffre. Et les années passant et comme je ne sais plus qui le disait "on aura beau faire et beau dire, plus le temps passe et moins on croise de soldats ayant connu l'Empereur", nos Poilus ne sont plus que quatre (et encore le décompte de l'ONAC refoule du fondement vu qu'il fallait comptabiliser 3 mois de front pour etre accepté au titre d'ancien combattant: ainsi il se peut qu'on est en fait plusieurs dizaines de poilus non reconnu par l'Etat).
 
 - le dernier Poilu aura droit à des funérailles nationales (s'il l'autorise) et sera enterré au côté du Soldat Inconnu.
 
toute contribution est la bienvenue. Collectionneur d'artefact des champs de batailles, extraits de lettre du grand père retrouvées dans le grenier, photographie des lieux de mémoires, liens divers, faites profiter de vos découvertes et connaissances.  
 
J'ai une passion pour cette période née en lisant les lettres des Poilus et divers journaux clandestins de soldats. Un arrière grand oncle s'est d'ailleurs fait pulvérisé en Artois en Septembre 14, un autre à fait le tour d'Europe à pied avec son régiment et en est revenu vivant, mais écourté d'un pouce à la main gauche.

des liens

http://www.1914-18.org/
http://www.greatwardifferent.com/Great_War/index.htm  ( des extraits de journaux de l'époque, anglais, français, allemand)
http://www.art-ww1.com/fr/visite.html   peintures, dessins, gravures de soldats.
http://orkide.club.fr/index.htm   récit des combats dans la région de Verdun, témoignages parfois très crus.
 http://www.memorial-genweb.org/html/fr/index.php3 pour mettre un visage sur les disparus
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/ pour faire une recherche dans les archives et retrouver un ancetre mort au champ d'honneur ( champ d'honneur, ça doit etre de l'humour de militaire)
(...)
 

des livres

Paroles de poilus (deux éditions)
tout la biblio de Pierre Miquel
A l'Ouest rien de nouveau
la Peur - celui qui a le plus marqué par son "authenticité", fortement influencé Tardi pour ses illustrations
Orage d'acier
Croix de Bois (Dorgels)
Le feu (Barbusse)
(...)
 

des films

les Sentiers de la Gloire
Un long dimanche de fiançaille
la vie et rien d'autre (mon préféré)
Fragments d'Antonin (vient de sortir)
La Chambre des officiers
"La Tranchée des Espoirs"
 
(...)
   
Pays                              Victimes                  Morts                     Blessés
Russie                         7 650 000             1 700 000                     5 950 000  
Allemagne                     6 253 758             2 037 700                    4 216 058  
France + colonie            5 513 800             1 357 800                    4 266 000  
Autriche-Hongrie           4 820 000               1 200 000                   3 620 000  
Empire britannique*        2 998 671                  908 371                 2 090 300  
Italie                             1 597 000                650 000                   947 000  
Serbie                             1 178 148                450 000                   728 148  
Empire ottoman                 725 000                  325 000                    400 000  
Roumanie                        455 706                   335 706                     120 000  
États-Unis                         360 300                126 000                     234 300  
Bulgarie                            239 890                      87 500                  152 390  
Canada*                              239 605                     66 655               172 950  
Australie*                            218 501                       59 330             159 171  
Serbie-et-Monténégro            60 000                     50 000                  10 000  
Belgique                              58 402                 13 716                     44 686  
Grèce                                  26 000                  5 000                      21 000  
Portuga                            l 20 973                   7 222                       13 751  
Terre-Neuve**                 3 565                       1 251                       2 314  
Japon                              1 207                       300                          907  
Totaux                          31 266 438                   9 381 551             23 148 975  
 
 
http://www.cityofjerseycity.org/fleming/douaumont.JPG
Ossuaire du Douaumont
 
http://www.dhm.de/lemo/objekte/pict/NeueHerausforderungen_photoKohlUndMitterrand/index.jpg
symbole de la réconciliation franco allemande, le président français et le chancelier allemand, main dans la main sur le champ de bataille de Verdun. Sans doute le symbole le plus fort.

Message cité 1 fois
Message édité par meriadeck le 12-11-2006 à 13:44:43

---------------
Acceuil
mood
Publicité
Posté le 11-11-2006 à 00:26:39  profilanswer
 

n°9918087
kyouray
2D.
Posté le 11-11-2006 à 00:33:18  profilanswer
 

bon topic  [:jar jar]  
un poilu s'est éteint avant hier  :cry:  
il en reste que 4 :'(


---------------
Topic Odin Sphere | Japanese game developer translations (not mine :o)
n°9918096
Prozac
Tout va bien
Posté le 11-11-2006 à 00:34:17  profilanswer
 

Bonne idée, oui
 
Un des derniers livres qui m'ai vraiment fait chialer était le témoignage d'un ancien, je crois.
 
malheureusement je me souviens plus du titre. Encore plus tripant (:/ ) qu'un film
 
edit : ah si, c'était ça http://www.amazon.com/Carnets-guer [...] 2707140643


Message édité par Prozac le 11-11-2006 à 00:35:33

---------------
La ligne droite n'est en aucun cas le plus court chemin entre deux points. Sauf, bien sûr, si les deux points sont bien alignés l'un en face de l'autre
n°9918141
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 00:42:49  profilanswer
 

"la peur" de Gabriel Chevallier est celui qui m'a le plus touché. A la différence de la plupart des livres sur 14/18, il ne s'agit pas de raconter l'escouade de potoss qui se font dézinguer les uns après les autres et "il ne doit en rester qu'un". Non là c'est l'histoire d'un hommer qui fait la guerre parce qu'il n'a pas le choix, et il raconte sans censure, sans retenue ( le passage plus horrible est celui où pris d'une crise de colique dans un abri souterrain il doit se retenir: dehors, le bombardement fai rage, il ne PEUT pas sortir. ). Un livre tellement édifiant qu'on l'interdit en 33.
 
 
http://ec2.images-amazon.com/images/P/2290335347.08._SS500_SCLZZZZZZZ_V1131585081_.jpghttp://ec1.images-amazon.com/images/P/225300670X.01._SS500_SCLZZZZZZZ_V1057200422_.jpg
http://zoom13.club.fr/bouquins/lescroixdebois.jpg


Message édité par meriadeck le 11-11-2006 à 23:57:18

---------------
Acceuil
n°9918148
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 00:44:15  profilanswer
 

Citation :

PARIS (Reuters) - Après le décès du doyen français des poilus de la Première Guerre mondiale, Maurice Floquet, il ne reste que quatre anciens combattants ayant participé en France au premier conflit mondial, selon l'Office national des anciens combattants.
 
L'un d'entre eux, René Riffaud, âgé de 107 ans, doit participer samedi aux cérémonies commémoratives de l'armistice du 11 novembre 1918 à l'Arc de Triomple à Paris.
 
René Riffaud, Eure. Il fêtera ses 108 ans le 12 décembre. Issu d'une famille originaire du Jura, il est né à Tabarka en Tunisie à la faveur d'une mission confiée à son père, ingénieur des Ponts et Chaussées.
 
Il est mobilisé en avril 1917 comme soldat de 2e classe à la Manouba, les anciennes écuries du Bey de Tunis, au sein de l'armée d'Afrique. Il passe par plusieurs régiments pour aboutir fin 1918 dans les Ardennes. Réformé temporairement en 1919 pour une tuberculose pulmonaire, il entre la même année dans l'artillerie coloniale. Il est enfin définitivement réformé en 1924 à Constantinople où il avait été affecté avec une pension d'invalidité permanente pour pleurésie.
 
Il crée en 1933 une entreprise de construction électrique à Colombes où il a toujours vécu avec sa femme. Il réside aujourd'hui dans une maison de retraite médicalisée.

Lazare Ponticelli,
108 ans, Val-de-Marne. Né le 7 décembre 1897 à Bettola (Italie), il est arrivé en France, à Nogent-sur-Marne, à l'âge de 9 ans.
 
Ne sachant ni lire ni écrire, il travaille dès l'âge de 15 ans comme ramoneur à Nogent-sur-Marne avant de devenir crieur de journaux à Paris. "Le jour où Jaurès a été assassiné, je me suis trouvé en rupture de stock", a-t-il déclaré à l'Office des anciens combattants.
 
Quand la guerre éclate, il choisit de défendre la France, son pays d'adoption. Sur le front à Soissons, il est affecté à creuser des fosses pour les morts et ensuite des tranchées. En 1915, l'Italie entre en guerre et il est enrôlé de force dans le troisième régiment de chasseurs alpins italiens pour combattre les Autrichiens dans le Tyrol. Atteint en pleine face, il est soigné à Naples.
 
Il raconte que dans les tranchées, les soldats italiens échangeaient leurs boules de pain contre le tabac des Autrichiens. "Au bout de quelques jours, n'entendant plus de bruits de balles, les états-majors se sont méfiés et ont changé les bataillons des premières lignes."
 
De retour en France en 1921, il fonde son entreprise de chauffage avec ses deux frères. L'entreprise existe toujours aujourd'hui et emploie quelque 2.000 salariés.
 
Durant la Seconde Guerre mondiale, il réussit à faire survivre son entreprise en zone sud. Après l'occupation totale du territoire français par l'armée allemande fin 1942, il participe à la résistance parisienne.
 
Louis de Cazenave, 109 ans, Haute-Loire. Né le 16 octobre 1897 à Saint-Georges d'Aurac, il est mobilisé fin 1916 et se retrouve sur le front dans l'infanterie coloniale dans le 5e bataillon de tirailleurs sénégalais.
 
La bataille du Chemin des Dames, qui a coûté la vie à plus de 150.000 soldats en 1917, l'a particulièrement affecté. "Il faut avoir entendu les blessés entre les lignes. Les blessés appelaient leurs mères, suppliaient qu'on les achève", se souvient-il.
 
Lui aussi raconte une histoire de cohabitation avec les soldats du camp adverse. "Les Allemands, on les retrouvait quand on allait chercher de l'eau au puits. On discutait. Ils étaient comme nous, ils en avaient assez. Quand l'état-major l'a su, il a ordonné une attaque."
 
Après la guerre, il devient cheminot. Pacifiste convaincu, il participe aux manifestations du Front populaire en 1936, mais pas à la Seconde guerre mondiale.
 
Jean Grelaud, 108 ans, Paris. Il refuse presque toujours de s'exprimer sur la Première guerre mondiale, explique-t-on à l'Onac.
 
Né le 26 octobre 1998, il est mobilisé en 1917 comme soldat de première classe. Il a combattu dans l'Aisne et a été fait prisonnier lors de la seconde bataille de la Marne. Il a réussi à s'évader pour passer en Belgique. Il a également participé à la Seconde Guerre mondiale.
 
Maurice Floquet, décédé dans le Var, aurait eu 112 ans le 25 décembre. Deux fois grièvement blessé, deux fois trépané, il faisait partie des 15.000 "gueules cassées" de la Première guerre mondiale. Il est très réticent à témoigner sur la Grande Guerre. "Dans les tranchées où on passait, c'était plein de cadavres et il y avait de la chaux dessus. Et puis il faisait chaud à ce moment-là. Ça ne sentait pas bon."
 
Selon la promesse faite par Jacques Chirac il y a un an, le dernier poilu de la Grande Guerre aura droit à des funérailles nationales.


 


---------------
Acceuil
n°9918196
Jankool
Trop bon, trop con
Posté le 11-11-2006 à 00:53:10  profilanswer
 

bonne chance pour ce topic, même si je suis plus intéressé par la Seconde guerre mondiale...;) faudrait raconter l'histoire du fameux wagon :)

n°9918201
ViMx
Posté le 11-11-2006 à 00:54:56  profilanswer
 

J'ai entendu au journal de ce midi que le doyen des poilus était décédé la nuit dernière ... Il en reste donc plus que 4  :sweat:
 
EDIT: http://tf1.lci.fr/infos/france/soc [...] ilus-.html

Message cité 1 fois
Message édité par ViMx le 11-11-2006 à 00:56:32
n°9918220
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 00:59:04  profilanswer
 

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/image/Nord/Rethondes/NordRethondeswagonXL.jpg
le wagon dans lequel fut signé l'armistice n'est pas... le vrai wagon. En juin 40, les nazis arrivent à Compiegne et légèrement rancunier (le traité de Versailles porte en lui les germes qui ont mené à la 2ème DM :/ ) détruisent le monument commémoratif, force l'Etat Français à signé la fin des combats dans le même wagon puis le brûle. Un wagon similaire fut retrouvé plus tard en Yougoslavie.


---------------
Acceuil
n°9918224
darthnet
kylee & Renkaii
Posté le 11-11-2006 à 01:00:08  profilanswer
 

le dernier poilus est mort a 111 ans , je l'ai lu dans Le Monde today
 
et ce week end je vais louer le film " joyeux noel" c'est en rapport avec le sujet du topic  :)

Message cité 2 fois
Message édité par darthnet le 11-11-2006 à 01:01:39
n°9918229
ViMx
Posté le 11-11-2006 à 01:01:50  profilanswer
 

darthnet a écrit :

le dernier poilus est mort a 111 ans , je l'ai lu dans Le Monde today


 
T'es 1 poil grillé  

Spoiler :

[:cupra]

mood
Publicité
Posté le 11-11-2006 à 01:01:50  profilanswer
 

n°9918235
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 01:03:27  profilanswer
 

darthnet a écrit :

le un des derniers poilus est mort a 111 ans , je l'ai lu dans Le Monde today
 
et ce week end je vais louer le film " joyeux noel" c'est en rapport avec le sujet du topic  :)

ya "Fragments d'Antonin" qui sort cette semaine sur les péripétie d'un amnésique de la grande guerre qui tente de remettre les choses en ordres. Peu de films ont été fait sur les grands traumatisés de guerre - a part les gueules cassés. A voir donc.

Message cité 1 fois
Message édité par meriadeck le 11-11-2006 à 01:03:58

---------------
Acceuil
n°9918240
kyouray
2D.
Posté le 11-11-2006 à 01:04:42  profilanswer
 

ViMx a écrit :

T'es 1 poil grillé  

Spoiler :

[:cupra]



je t'ai grillé avant aussi [:haha]
cf 2eme post :o


---------------
Topic Odin Sphere | Japanese game developer translations (not mine :o)
n°9918246
ViMx
Posté le 11-11-2006 à 01:06:00  profilanswer
 

kyouray a écrit :

je t'ai grillé avant aussi [:haha]
cf 2eme post :o


 
Ah oui [:cupra]
 
C'était pour le jeu de mot :p

n°9918248
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 01:06:11  profilanswer
 

kyouray a écrit :

je t'ai grillé avant aussi [:haha]
cf 2eme post :o


en même termps lisez bien ma bafouille et vous verrez que je vous ai tous grillé :/
 


---------------
Acceuil
n°9918254
ViMx
Posté le 11-11-2006 à 01:07:51  profilanswer
 

meriadeck a écrit :

ya "Fragments d'Antonin" qui sort cette semaine sur les péripétie d'un amnésique de la grande guerre qui tente de remettre les choses en ordres. Peu de films ont été fait sur les grands traumatisés de guerre - a part les gueules cassés. A voir donc.


 
A en croire la BA, ca a effectivement l'air d'être un bon film ...  
 
http://www.allocine.fr/film/fichef [...] 59632.html


Message édité par ViMx le 11-11-2006 à 01:10:35
n°9918313
Amaniak
Schnitzel, Prima!
Posté le 11-11-2006 à 01:23:04  profilanswer
 

ViMx a écrit :

J'ai entendu au journal de ce midi que le doyen des poilus était décédé la nuit dernière ... Il en reste donc plus que 4  :sweat:


 
Il compte lui?
 

Spoiler :

http://www.gayattitude.com/photo/g/r/griffin/20050705-98475859342ca4f0550183.jpg


 
[:kaio]


---------------
drugs designer , flick r , 5∞px
n°9918317
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 01:23:49  profilanswer
 

Quelques mots sur le gonze qui dort sous l'arc de Triomphe, ce si connu Soldat Inconnu
 
Le tombeau du Soldat Inconnu  
Le Soldat Inconnu

L' Armistice, qui met fin aux combats de La Première Guerre Mondiale, est signé le 11 novembre 1918 à Rethondes (près de Compiègne dans l'Oise). La joie de la Victoire est endeuillée par la mort de 1 500 000 hommes, jeunes pour la plupart. Bientôt partout, dans les petits villages comme dans les grandes villes, on élève des Monuments aux Morts et dans les entreprises, comme dans les collèges et les lycées, on appose des plaques commémoratives.
Le 20 novembre 1916, alors que la terrible bataille de Verdun est dans tous les esprits, F. SIMON, président du Souvenir Français, émet l'idée que La France honorerait, au Panthéon, un soldat mort bravement pour la patrie. Le projet est finalement adopté par Les députés Le 12 novembre 1919. Un an plus tard, au début de novembre, le Parlement décide que les restes d'un des soldats non identifiés morts au Champ d'Honneur au cours de la guerre seront inhumés sous l'Arc de Triomphe. Huit corps de soldats français non identifiés, choisis sur Les différents secteurs du front, sont alors transportés dans la citadelle de Verdun.
Le 10 novembre 1920, à 15 heures, le soldat Auguste THIN, fils d'un combattant lui-même disparu au cours de la guerre, désigne, par le dépôt d'un bouquet de fleurs, le cercueil qui doit être amené à Paris.
Le 11 novembre 1920, au matin, après une cérémonie au Panthéon, le cercueil est déposé dans une des salles de l'Arc de Triomphe aménagée en chapelle ardente. Le 28 janvier 1921, le cercueil du Soldat Inconnu est inhumé au centre de l'arche principale, face aux Champs Elysées.  
 
 

Le Symbole de la Flamme

En 1923, un journaliste, GabrieL BOISSY, lance l'idée d'une Flamme du Souvenir sur la Tombe du Soldat Inconnu. L'idée est aussitôt approuvée par une opinion publique profondément marquée par le sacrifice de ses morts. Le 11 novembre 1923, pour la première fois, la Flamme est allumée par André MAGINOT alors Ministre de la Guerre.
Depuis cette date, la Flamme ne s'est jamais éteinte. Chaque soir, à 18h30, la Flamme est ravivée par des représentants d'associations d'Anciens Combattants ou d'associations dont le civisme est reconnu (telle que la Croix Rouge). Le cérémonial n'a jamais cessé, y compris pendant l'occupation, entre 1940 et 1944. C'est naturellement vers elle et vers la Tombe du Soldat Inconnu que le 11 novembre 1940, les lycéens et les étudiants parisiens se tournent. Leurs cortèges défient l'occupant. La Flamme sous l'Arc de Triomphe ne manque d'évoquer pour certains la Flamme de la Résistance dont parlait un certain Charles de Gaulle.
De nos jours, le Tombeau du Soldat Inconnu et la Flamme du Souvenir symbolisent pour tous les français mais aussi pour tous les touristes du monde entier le sacrifice de tous ceux qui sont morts sur les champs de batailles. La Flamme du Souvenir symbolise également l'hommage rendu à ceux qui ont donné leur vie, pour qu'aujourd'hui nous puissions vivre dans un pays libre. Enfin, depuis les jours tragiques de l'occupation, le symbole de la Flamme s'est enrichi d'une charge nouvelle, celle de l'espérance dans l'avenir et de foi dans le destin de notre Pays.  
 
 
La Cérémonie du Ravivage de la Flamme  
La cérémonie du Ravivage

Depuis le 11 novembre 1923, tous les soirs, à 18h30, la Flamme est ravivée par des représentants d'Associations selon un planning établi par le Comité de la Flamme.
Un cérémonial précis est observé. Chaque jour, au moins deux membres du Comité, des Commissaires, sont désignés pour accueillir les Associations et ordonnancer la cérémonie. Les Associations se réunissent soit au carrefour Champs Elysées/Balzac, soit en haut des Champs Elysées ou encore directement sur le terre-plein de l'Arc lorsqu'elles sont peu nombreuses. Elles sont alors conduites, en défilant jusque sous l'Arc de Triomphe, porteurs de gerbes en tête, suivis des porte-drapeaux et des membres de l'association, empruntant l'allée centrale dans l'axe des Champs Elysées. Les participants prennent place de part et d'autre de la Dalle Sacrée et les porte-drapeaux sont disposés en cercle sur la face ouest de la Dalle. Auparavant, le Commissaire et le Gardien de service ont fait mettre en place le drapeau de "La Flamme", le clairon et le tambour de la Garde Républicaine. Enfin, le Commissaire de
la Flamme et les Présidents d'Associations rejoignent la Dalle, leur remontée est accompagnée par la sonnerie "LA FLAMME".
Les délégations sont alors invitées à déposer leur gerbe, puis en se plaçant à hauteur de la Flamme, le Commissaire transmet au président le glaive en l'invitant à faire le geste de ravivage. La sonnerie "Aux Morts" retentit, les drapeaux s'inclinent, une minute de silence est observée. Lorsqu'une musique militaire (ou autre) est présente, la sonnerie "Aux Morts" est suivie du refrain de la Marseillaise. Le président accompagné des autorités présentes vont ensemble signer le Livre d'Or, puis dans un geste fraternel, saluer les porte-drapeaux, les Commissaires de la Flamme présents, les membres des Associations et les invités alignés le long de la Dalle. Tous se retrouvent au "pied" de la Tombe et les musiciens jouent l'hymne "Honneur au Soldat Inconnu". Ils sont ensuite raccompagnés aux chaînes par le Commissaire de service alors que la musique sonne "La Flamme". Ce rituel est le même lorsque le Général, Président de "La Flamme sous l'Arc de Triomphe" est présent. Les délégations sont alors invitées à signer le Livre d'Or.  
 
Source : MINDEF/SGA/DMPA  
 lien
http://www.cheminsdememoire.gouv.f [...] &idLang=fr
a noter que le film "la vie et rien d'autre" raconte (entre autre)  l'histoire du choix du Soldat Inconnu.


---------------
Acceuil
n°9918321
Timoonn
Moune pour les intimes :o
Posté le 11-11-2006 à 01:24:01  profilanswer
 

[:drapal]  
j'ai visité l'ossuaire de Douaumont, ainsi que le musée de verdun, des sites millitaires, dont certains plutôt impressionnants.

n°9918329
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 01:26:53  profilanswer
 

j'ai parcouru le chemin des dames en vélo entre Soissons et Reims et voir les plaines encore vallonées par les traces des tranchées et meme des trous d'obus dans certains endroits, ça fou carrément la trouille d'imaginer les gus à l'assaut du plateau. Mais pas eu le temps de visiter la caverne du dragon par contre.


---------------
Acceuil
n°9918344
pmusa
▓▓▓▓▓▓▓
Posté le 11-11-2006 à 01:30:26  profilanswer
 

[:drapal]

n°9918365
Timoonn
Moune pour les intimes :o
Posté le 11-11-2006 à 01:33:22  profilanswer
 

meriadeck a écrit :

j'ai parcouru le chemin des dames en vélo entre Soissons et Reims et voir les plaines encore vallonées par les traces des tranchées et meme des trous d'obus dans certains endroits, ça fou carrément la trouille d'imaginer les gus à l'assaut du plateau. Mais pas eu le temps de visiter la caverne du dragon par contre.


j'ai vu :jap:
des trous de 2 m , des bosses énormes, souvent avec des armatures métalliques qui ressortent de terre :d
incroyable comme paysage
http://fr.wikipedia.org/wiki/Image [...] 9rieur.JPG
 
edit:je me souviens aussi d'une enorme 'embase' de canon d'artillerie , d'environ 4m de profondeur et 10 m de diametre ( en beton, le canion n'était plus là mais un obus était posé à coté des fondations).
ce canon avait une porté énorme

Message cité 1 fois
Message édité par Timoonn le 11-11-2006 à 01:38:26
n°9918377
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 01:36:12  profilanswer
 

Timoonn a écrit :

j'ai vu :jap:
des trous de 2 m , des bosses énormes, souvent avec des armatures métalliques qui ressortent de terre :d
incroyable comme paysage


vers Verdun et l'ancienne zone rouge, l'endroit est tellemenent défoncé et bourré d'obus non explosé qu'ils ont juste planté une forêt. Du coup le sol a conservé les traces des combats, comme à Craonne par exemple. Il y a encore des zones interdites d'accès à Verdun.


---------------
Acceuil
n°9918393
Trunchy
metallement instable
Posté le 11-11-2006 à 01:39:02  profilanswer
 

plus jeune j'ai traîné dans la zone rouge (on est jeune on est fou :o) c'est dingue tout ce qui peut encore sortir de la terre [:mlc]


---------------
Joli coup mon cher Michel Boujenah
n°9918401
Timoonn
Moune pour les intimes :o
Posté le 11-11-2006 à 01:40:41  profilanswer
 

Et aussi ce sol, rougatre, couleur rouille par endroits :ouch:  
 
par endroits dans les bois ( à proximité d'une ancienne usine de ciment ), on peut voir des blocs de ciment, qui ont la forme de sac, c'est le ciment qui était dans le sac de combattants mort, et le ciment est resté

n°9918417
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 01:43:41  profilanswer
 

Trunchy a écrit :

plus jeune j'ai traîné dans la zone rouge (on est jeune on est fou :o) c'est dingue tout ce qui peut encore sortir de la terre [:mlc]


sans compter que 15% des obus n'ont pas explosés quand ils bombardaient :/(sols boueux, ça s'enfonçait direct, parfois jusqu'a 5 à 6 mètre sous terre). d'ailleurs j'ai lu sur un site à Messine - en Belgique -, il y avait eu une série de mines installés dans des sapes creusées sous les lignes allemandes. Un jour d'offensive, certaines ont donc bien sautées mais pasd'autre. et ça été "oublié" après la fin de la guerre. Du coup on n'a jamais trop su où sont les autres... et en 54, la foudre tombe sur un pîlone, et ça déclanche une des mines enterrées, bilan un cratère de 2mètres et une vache hachée :D


---------------
Acceuil
n°9918424
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 01:45:32  profilanswer
 

Timoonn a écrit :

Et aussi ce sol, rougatre, couleur rouille par endroits :ouch:  
 
par endroits dans les bois ( à proximité d'une ancienne usine de ciment ), on peut voir des blocs de ciment, qui ont la forme de sac, c'est le ciment qui était dans le sac de combattants mort, et le ciment est resté

comprend pas, ils transportaient du ciment dans leur sac? pour quoi faire?  :heink:

Message cité 1 fois
Message édité par meriadeck le 11-11-2006 à 01:45:57

---------------
Acceuil
n°9918456
Profil sup​primé
Posté le 11-11-2006 à 01:53:41  answer
 

J'avais bien aimé le téléfilm "La tranchée des espoirs" :o

n°9918468
Trunchy
metallement instable
Posté le 11-11-2006 à 01:56:26  profilanswer
 

d'ailleurs sur la WWI on oublie souvent la bataille de passchendaele qui fut pourtant une grosse boucherie

Message cité 1 fois
Message édité par Trunchy le 11-11-2006 à 01:57:29

---------------
Joli coup mon cher Michel Boujenah
n°9918487
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 02:04:47  profilanswer
 

Trunchy a écrit :

d'ailleurs sur la WWI on oublie souvent la bataille de passchendaele qui fut pourtant une grosse boucherie


un descriptif

Citation :

La troisième bataille d'Ypres et de Passchendaele
Plus au sud, l'offensive française sur le Chemin des Dames déclenchée par le général Nivelle est un véritable désastre - bien que les troupes gagnent du terrain, les résultats sont de loin aussi concluants que ce qu'avait promis Nivelle. Perdant quelque 200 000 hommes, l'armée française connaît toute une série de mutineries qui la paralysent pendant quelques mois et la confinent aux opérations défensives.
 
En juillet, Sir Douglas Haig, commandant des forces britanniques, déclenche dans les Flandres son offensive controversée; son plan est de prendre contrôle de têtes de lignes stratégiques et de s'emparer des bases sous-marines aménagées par l'ennemi sur la côte belge. Le succès remporté à Messines (où les compagnies canadiennes expertes dans le creusement de tunnels ont joué un rôle important) en juin avait pourtant bien laissé augurer de la chose; malheureusement, des retards de plusieurs semaines attribuables aux exigences logistiques et à l'indécision politique annulent l'avantage conféré.
 
La deuxième et véritable offensive débute à la fin de juillet par un bombardement d'artillerie d'une rare violence, qui non seulement alerte l'ennemi, mais en plus laboure le sol; il n'y a plus que nids-de-poule et poussière. Inhabituelles en cette période de l'année, de fortes pluies tombées la nuit même de l'offensive transforment vite le terrain en un bourbier impraticable. Les gains impressionnants du premier jour sont perdus. Montant péniblement à l'assaut, les troupes britanniques se voient infliger des pertes effroyables par les mitrailleuses allemandes enfouies dans des casemates de béton. Mais en septembre, le soleil réapparaît et de nouvelles tactiques sont employées - une série d'opérations consistant à faire de petites avancées et à tenir les positions acquises - que les Allemands ne savent pas vraiment contrer et qui leur infligent d'énormes pertes.
 
Au début d'octobre, bien qu'aucun des objectifs stratégiques ne soit tombé (malgré la capture d'une portion importante des hauteurs depuis lesquelles les Allemands dominaient Ypres depuis des années) et que les troupes britanniques soient au bord de l'épuisement, Haig décide de tenter une nouvelle attaque. Le Corps d'armée canadien reçoit l'ordre de prendre la relève des forces décimées d'Anzac dans le secteur d'Ypres et de se préparer à prendre d'assaut Passchendaele.
 
Après avoir inspecté le terrain transformé en bourbier, le lieutenant-général Currie proteste auprès d'Haig, estimant que c'était envoyer les hommes à la boucherie et refuse de se battre sous le commandement de la Cinquième Armée. Ses objections ne changent rien (si ce n'est qu'il s'est battu sous le commandement de la Deuxième Armée) et l'attaque est préparée avec le plus grand soin. Au cours d'une série d'assauts déclenchée le 26 octobre, 20 000 soldats pris sous un feu nourri progressent pouce par pouce, cratère par cratère. Puis, le 30 octobre, les Canadiens attaquent Passchendaele proprement dit avec l'aide de deux divisions britanniques. Ils atteignent les abords dévastés du village par un violent orage et, cinq jours durant, tiennent pied, souvent empêtrés dans la boue jusqu'à la taille, sous une pluie d'éclats d'obus allemands. Le 11 novembre, le nombre d'assaillants tués totalise 4 028. En prévoyant 16 000 pertes, Currie avait hélas vu juste; en fait, 15 654 hommes ont laissé leur vie dans le saillant. Les Canadiens avaient trouvé leur Golgotha à Passchendaele.


 
 
http://z.about.com/d/canadaonline/1/5/m/passchendaeletankmud.jpg
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d4/Stretcher_bearers_Passchendaele_August_1917.jpg
 
vue aérienne du village. avant après. hallucinant.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c8/Passchendaele_aerial_view.jpg


---------------
Acceuil
n°9918506
Timoonn
Moune pour les intimes :o
Posté le 11-11-2006 à 02:13:20  profilanswer
 

meriadeck a écrit :

comprend pas, ils transportaient du ciment dans leur sac? pour quoi faire?  :heink:


je n'ai que tres peu d'infp là dessus :/
je ne sais plus pourquoi ils transportaient cela :/ mais je vais me renseigner un peu plus en detail.


Message édité par Timoonn le 11-11-2006 à 02:14:07
n°9919443
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 11:51:57  profilanswer
 

http://www.art-ww1.com/fr/visite.html
très bon stock de dessins et gravures par des soldats ou d'artistes ( on y trouve le fameux Otto Dix et un dessin d'Appolinaire.)


---------------
Acceuil
n°9919509
thurfin
la clarté dans la confusion
Posté le 11-11-2006 à 12:01:36  profilanswer
 

meriadeck a écrit :

Citation :

PARIS (Reuters) - Après le décès du doyen français des poilus de la Première Guerre mondiale, Maurice Floquet, il ne reste que quatre anciens combattants ayant participé en France au premier conflit mondial, selon l'Office national des anciens combattants.
 
L'un d'entre eux, René Riffaud, âgé de 107 ans, doit participer samedi aux cérémonies commémoratives de l'armistice du 11 novembre 1918 à l'Arc de Triomple à Paris.
 
René Riffaud, Eure. Il fêtera ses 108 ans le 12 décembre. Issu d'une famille originaire du Jura, il est né à Tabarka en Tunisie à la faveur d'une mission confiée à son père, ingénieur des Ponts et Chaussées.
 
Il est mobilisé en avril 1917 comme soldat de 2e classe à la Manouba, les anciennes écuries du Bey de Tunis, au sein de l'armée d'Afrique. Il passe par plusieurs régiments pour aboutir fin 1918 dans les Ardennes. Réformé temporairement en 1919 pour une tuberculose pulmonaire, il entre la même année dans l'artillerie coloniale. Il est enfin définitivement réformé en 1924 à Constantinople où il avait été affecté avec une pension d'invalidité permanente pour pleurésie.
 
Il crée en 1933 une entreprise de construction électrique à Colombes où il a toujours vécu avec sa femme. Il réside aujourd'hui dans une maison de retraite médicalisée.

Lazare Ponticelli,
108 ans, Val-de-Marne. Né le 7 décembre 1897 à Bettola (Italie), il est arrivé en France, à Nogent-sur-Marne, à l'âge de 9 ans.
 
Ne sachant ni lire ni écrire, il travaille dès l'âge de 15 ans comme ramoneur à Nogent-sur-Marne avant de devenir crieur de journaux à Paris. "Le jour où Jaurès a été assassiné, je me suis trouvé en rupture de stock", a-t-il déclaré à l'Office des anciens combattants.
 
Quand la guerre éclate, il choisit de défendre la France, son pays d'adoption. Sur le front à Soissons, il est affecté à creuser des fosses pour les morts et ensuite des tranchées. En 1915, l'Italie entre en guerre et il est enrôlé de force dans le troisième régiment de chasseurs alpins italiens pour combattre les Autrichiens dans le Tyrol. Atteint en pleine face, il est soigné à Naples.
 
Il raconte que dans les tranchées, les soldats italiens échangeaient leurs boules de pain contre le tabac des Autrichiens. "Au bout de quelques jours, n'entendant plus de bruits de balles, les états-majors se sont méfiés et ont changé les bataillons des premières lignes."
 
De retour en France en 1921, il fonde son entreprise de chauffage avec ses deux frères. L'entreprise existe toujours aujourd'hui et emploie quelque 2.000 salariés.
 
Durant la Seconde Guerre mondiale, il réussit à faire survivre son entreprise en zone sud. Après l'occupation totale du territoire français par l'armée allemande fin 1942, il participe à la résistance parisienne.
 
Louis de Cazenave, 109 ans, Haute-Loire. Né le 16 octobre 1897 à Saint-Georges d'Aurac, il est mobilisé fin 1916 et se retrouve sur le front dans l'infanterie coloniale dans le 5e bataillon de tirailleurs sénégalais.
 
La bataille du Chemin des Dames, qui a coûté la vie à plus de 150.000 soldats en 1917, l'a particulièrement affecté. "Il faut avoir entendu les blessés entre les lignes. Les blessés appelaient leurs mères, suppliaient qu'on les achève", se souvient-il.
 
Lui aussi raconte une histoire de cohabitation avec les soldats du camp adverse. "Les Allemands, on les retrouvait quand on allait chercher de l'eau au puits. On discutait. Ils étaient comme nous, ils en avaient assez. Quand l'état-major l'a su, il a ordonné une attaque."
 
Après la guerre, il devient cheminot. Pacifiste convaincu, il participe aux manifestations du Front populaire en 1936, mais pas à la Seconde guerre mondiale.
 
Jean Grelaud, 108 ans, Paris. Il refuse presque toujours de s'exprimer sur la Première guerre mondiale, explique-t-on à l'Onac.
 
Né le 26 octobre 1998, il est mobilisé en 1917 comme soldat de première classe. Il a combattu dans l'Aisne et a été fait prisonnier lors de la seconde bataille de la Marne. Il a réussi à s'évader pour passer en Belgique. Il a également participé à la Seconde Guerre mondiale.
 
Maurice Floquet, décédé dans le Var, aurait eu 112 ans le 25 décembre. Deux fois grièvement blessé, deux fois trépané, il faisait partie des 15.000 "gueules cassées" de la Première guerre mondiale. Il est très réticent à témoigner sur la Grande Guerre. "Dans les tranchées où on passait, c'était plein de cadavres et il y avait de la chaux dessus. Et puis il faisait chaud à ce moment-là. Ça ne sentait pas bon."
 
Selon la promesse faite par Jacques Chirac il y a un an, le dernier poilu de la Grande Guerre aura droit à des funérailles nationales.



euh l'avant dernier me parait un peu jeunes pour avoir fait les tranchée, sinon un truc qui m'avait marqué c'est des images de Berlin à l'annonce de l'armistice, une foule énorme qui faisait la fête.


---------------
De Marx j'ai avant tout retenu la notion de capital
n°9919536
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 12:07:02  profilanswer
 

thurfin a écrit :

euh l'avant dernier me parait un peu jeunes pour avoir fait les tranchée, sinon un truc qui m'avait marqué c'est des images de Berlin à l'annonce de l'armistice, une foule énorme qui faisait la fête.


ne pas perdre de vue qu'a la fin du conflit certains engagés avaient parfois 15/16 ans :o


---------------
Acceuil
n°9919556
DonLope59
Mais...ces morts sont...morts!
Posté le 11-11-2006 à 12:09:11  profilanswer
 

Jean Grelaud, 108 ans, Paris. Il refuse presque toujours de s'exprimer sur la Première guerre mondiale, explique-t-on à l'Onac.  
 
Né le 26 octobre 1998, il est mobilisé en 1917 comme soldat de première classe
.
 
 ;)

n°9919572
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 12:11:24  profilanswer
 

DonLope59 a écrit :

Jean Grelaud, 108 ans, Paris. Il refuse presque toujours de s'exprimer sur la Première guerre mondiale, explique-t-on à l'Onac.  
 
Né le 26 octobre 1998, il est mobilisé en 1917 comme soldat de première classe
.
 
 ;)


et alors, peut etre qu'on a inventé la deloréan dans quelques années et qu'il est repartie dans le passé casser du teuton. einh. ben ué. Bon. question suivantes. :o


---------------
Acceuil
n°9919713
Profil sup​primé
Posté le 11-11-2006 à 12:40:16  answer
 

http://s.tf1.fr/mmdia/i/34/6/2238346.jpg
 
Chirac et un Poilus sous l'Arc de Triomphe ce matin.

n°9919721
Profil sup​primé
Posté le 11-11-2006 à 12:42:20  answer
 

Y a pas qu'un poilu, y a aussi une velue :o
Me demande s'il en reste pas des survivors au sein des coloniaux :o

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 11-11-2006 à 12:42:49
n°9919755
Profil sup​primé
Posté le 11-11-2006 à 12:49:54  answer
 

[:drapo]
 
J'ai visité, quand j'étais au collège, l'ossuaire de Douaumont ainsi qu'un fort sous-terrain et un site bombardé avec des trous tous les 3 mètres [:mlc]

n°9919928
meriadeck
arme de distractions massives
Posté le 11-11-2006 à 13:20:50  profilanswer
 


disons qu'on pourrait largement faire un prequel à Indigènes "Indigènes, the beginning", vu que les tirailleurs sénégalais étaient envoyés en première ligne parce qu'ils "faisaient peur aux allemands" et ce sont les marocains, les algériens, les tunisiens, bref l'empire colonial qui s'est fait marmité devant Verdun et on a tenu gràce à eux.


---------------
Acceuil
n°9919962
Profil sup​primé
Posté le 11-11-2006 à 13:29:59  answer
 

'tention dans 3 minutes p47hautain va venir te faire la morale sur les "Corses" considérés comme sénégalais et envoyés au front en 14-18 bien que soutiens de famille et pères de 6 gosses :o

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Actualité

  14-18: le Topic des Poilus

 

Sujets relatifs
cherche sites intéressants sur les poilus[Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.
Plus de sujets relatifs à : 14-18: le Topic des Poilus



Copyright © 1997-2016 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR