Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1655 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Emploi & Etudes
  Marché de l'emploi

  Rompre CDI et toucher le chômage le temps d'une auto-formation

 



 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Rompre CDI et toucher le chômage le temps d'une auto-formation

n°5025035
tahn
Posté le 27-12-2017 à 14:28:44  profilanswer
 

Bonjour chers HFR-iens,
 
Je suis un peu dans l'embarras professionnellement parlant. J’ai signé un CDI chez une ESN (aka SSII)il y a un peu plus d’un an, pour faire de la qualification logicielle chez un client, avec possibilité d’évoluer dans le domaine qui m’intéressait : l’automatisation. La passation de savoir s’est très mal passée (la personne en question ne souhaitant pas partir). Puis, d’un commun accord avec mon manager dans mon ESN et mon responsable client, j’ai changé de mission, toujours chez ce client, qui n’avait plus grand-chose à voir. Avec promesse orale de pouvoir remettre un pied dans l’automatisation un peu plus tard.
 
Un peu plus d’un an plus tard donc, ma situation n’a toujours pas évolué, le poste ne me convient plus, et j’ai profité de cette année pour réfléchir à mon avenir professionnel et souhaite effectuer une réorientation dans le domaine de la data science. Réorientation qui nécessiterait au moins 6 mois de formation. Après discussion avec mon manager et le manager côté data science, ils ont décidé (ce qui se comprend), qu’ils ne pouvaient pas se permettre de me former. Et du coup tout ce qu’ils pouvaient faire c’est me changer de mission, et que je m’auto-forme quand je serai en inter-contrat, et en plus du boulot de mon côté. Après avoir dit à mon manager que la solution ne me convenait pas, j’ai demandé un entretien et fait une demande de rupture conventionnelle à ma DRH. Pas de nouvelle concernant l’entretien, et la demande a été refusée net (en prévenant mon manager au passage qui l’a visiblement assez mal pris).
 
Je me retrouve donc dans une situation ou l’idéal pour moi serait de toucher le chômage pendant 6 mois le temps de m’auto-former. La question est de savoir s’il me serait possible de toucher le chômage. Les possibilités que j’ai trouvées avec mes recherches sont (à faire dans l’ordre) :
 
-Demander un rendez-vous avec la DRH, et discuter avec elle pour savoir s’il est possible de négocier un abandon de poste, pour me faire licencier pour faute grave. Ce qui permettrait de choisir une date qui convient à mon responsable de mission, histoire de faire une passation de connaissances dans les règles de l’art. Je ne vois pas trop quel intérêt aurait l’ESN à accepter, mais une collègue dans la même situation et mission que moi, mais dans une autre ESN, a obtenu l’abandon de poste négocié il y a quelques semaines.
 
-Au changement de mission, refuser les missions jusqu’à obtenir un licenciement (mais l’article 8 de la convention Syntec dit que le refus de mission est considéré comme une démission, et il n’y a pas de consensus quant au fait que cet article soit applicable/appliqué).
 
-Démissionner, trouver un CDD de 6 mois, et commencer mon auto-formation à la fin de ce CDD.
 
-Brûler ma boîte, voler un bateau, et partir élever des poules en Nouvelle-Zélande.
 
C’est mon premier CDI, ma première ESN, et ma première volonté de quitter mon travail, du coup je suis assez peu au fait de l’attitude optimale à adopter. Je suis donc plus que preneur d’avis sur la situation, en particulier si la négociation d’abandon de poste et le refus de changement de mission sont de très mauvaises idées.
 
En outre, qu’en est-il d’un abandon de poste non négocié ? J’ai cru comprendre que l’employeur avait 2 mois pour licencier après le début de l’abandon de poste, mais il me semble aussi qu’il peut choisir d’arrêter de payer le salarié sans le licencier, ça me semble donc extrêmement risqué.
 
Ça fait plusieurs mois que je tente de sortir de cette mission de plus en plus pesante, avec un environnement de travail assez toxique, et ça commence à devenir moralement assez pesant, merci par avance de tous vous avisés conseils que vous pourriez me prodiguer !  :jap:

mood
Publicité
Posté le 27-12-2017 à 14:28:44  profilanswer
 

n°5025041
wainwain
wain⊕wain = wain²
Posté le 27-12-2017 à 15:14:36  profilanswer
 

- Un "abandon de poste" ne se négocie pas.  Soit tu démissionnes, soit tu négocies un rupture conventionnelle, soit tu t'arranges pour te faire licencier. L'employeur, s'il est très joueur, peut te faire des fiches de salaire à 0€, ce qui t'empêchera de toucher le chômage (car 0€ =zéro cotisation) et tu ne pourras pas te faire embaucher ailleurs (déclaration préalable d'embauche URSAAF bloquée) .
 
- Et si tu trouvais une autre mission en data science dans ta SSII ? As-tu informé ton manager ? Y a-t-il des missions en data science susceptibles de t'intéresser ? Peut-être que ta SSII accepterait de te proposer une formation avant de démarrer la mission en question.
 
- Et si tu trouvais une autre mission en data science dans une autre SSII ?
 
- Ton auto-formation, tu vas la "valider" comment ? Y a un diplôme, une certification à passer ?  
Imagine-toi en train de passer un entretien, tu vas dire "j'ai passé 6 mois à m'auto-former", mais tu n'auras rien de concret à montrer (sauf si tu es capable de monter tout un projet lié à la data science, et d'être capable d'en parler).  Quitte à perdre 6 mois de salaire, autant le faire avec quelque chose de réellement valorisant à la fin, que tu peux montrer sur ton CV. Dans le cas contraire, on va croire que t'as passé 6 mois à ne pas bosser parce que personne n'a voulu de toi...


---------------
La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute. (Confucius)
n°5025042
tahn
Posté le 27-12-2017 à 15:51:12  profilanswer
 

Salut Wainwain,

 
wainwain a écrit :

- Un "abandon de poste" ne se négocie pas.  Soit tu démissionnes, soit tu négocies un rupture conventionnelle, soit tu t'arranges pour te faire licencier. L'employeur, s'il est très joueur, peut te faire des fiches de salaire à 0€, ce qui t'empêchera de toucher le chômage (car 0€ =zéro cotisation) et tu ne pourras pas te faire embaucher ailleurs (déclaration préalable d'embauche URSAAF bloquée) .

 

Le but est de dire "si je fais un abandon de poste, vous pouvez me licencier sans indemnités à me payer. De mon côté je vous préviens (oralement of course) que je commencerai tel jour, vous aurez le temps de vous arranger avec le client pour gérer la fin de ma mission, et que ça ne mette personne dans l'embaras. De votre côté, je vous fais confiance pour justement ne pas faire de coup de trafalguar à ne pas me payer, et à donc me licencier au bout d'un mois". C'est ce qu'un collègue à fait il y a quelques semaines.

 
wainwain a écrit :

- Et si tu trouvais une autre mission en data science dans ta SSII ? As-tu informé ton manager ? Y a-t-il des missions en data science susceptibles de t'intéresser ? Peut-être que ta SSII accepterait de te proposer une formation avant de démarrer la mission en question.

 

J'ai discuté avec mon manager, avec le manager orienté data science, mais je manque trop de bases théoriques, donc rien d'exploitable en l'état pour eux, et pas de compromis proposé (à part le "tu peux t'autoformer en inter contrat", mais je ne vais pas aller bien loin avec ça.

 
wainwain a écrit :

- Et si tu trouvais une autre mission en data science dans une autre SSII ?

 

J'ai tenté il y a peu, que ce soit dans des SSII ou ailleurs, pas de réponse pour l'instant. Mais je ne me voile pas trop la face, qui va prendre quelqu'un, le former 6 mois, avec le risque qu'il parte juste après chez le concurrent ?

 
wainwain a écrit :

- Ton auto-formation, tu vas la "valider" comment ? Y a un diplôme, une certification à passer ?
Imagine-toi en train de passer un entretien, tu vas dire "j'ai passé 6 mois à m'auto-former", mais tu n'auras rien de concret à montrer (sauf si tu es capable de monter tout un projet lié à la data science, et d'être capable d'en parler).  Quitte à perdre 6 mois de salaire, autant le faire avec quelque chose de réellement valorisant à la fin, que tu peux montrer sur ton CV. Dans le cas contraire, on va croire que t'as passé 6 mois à ne pas bosser parce que personne n'a voulu de toi...

 

Pas vraiment de diplôme non, mais d'une part l'offre de formation en ligne est exceptionnelle. Et surtout il existe un site qui fait en gros des concours de sujets de data science, qui est extrêmement connu, donc il y aura en effet la possibilité de présenter un projet, reconnu. J'ai vu pléthore d'annonces pour des data scientists qui ne demandaient que des résultats probants sur ledit site. Ça vient surement du fait qu'il existe très peu de formations en data science. Idem, je ne me voile pas la face quant au contenu et à la difficulté de la formation, mais j'ai abordé la situation avec un data scientist qui m'a confirmé effectivement que ça ne poserait aucun problème de s'auto-former comme ça. Mais on est d'accord que ça ne marcherait pas dans tous les domaines, loin de là.

  


Message édité par tahn le 27-12-2017 à 15:52:27
n°5025044
wainwain
wain⊕wain = wain²
Posté le 27-12-2017 à 16:09:43  profilanswer
 

Je pense que le plus sain pour toi c'est de montrer que t'as réellement envie de bosser en data science.
 
Pourquoi ne pas passer dès maintenant ton autoformation (par exemple en soirée / le week-end / vacances / temps libre pendant ta mission), pondre des articles de veille sur le sujet (et très important, le faire savoir à ta SSII !), te rendre aux afterworks datascience si ta SSII en organise, etc.
 
1° Ca montrera à ta SSII actuelle que tu es motivé par le sujet. => possibilité de basculer vers la mission de tes rêves
2° Ca montrera aux autres SSII que tu es motivé par le sujet.=> possibilité de basculer vers la mission de tes rêves
3° Ca te permet de monter en compétence tout de suite, sans perdre 6 mois.  
 
Penses-tu qu'il faut réellement 6 mois pour être opérationnel ? Tu bases ton estimation sur quoi ?


---------------
La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute. (Confucius)
n°5025047
tahn
Posté le 27-12-2017 à 16:22:57  profilanswer
 

Le plus sain je ne sais pas, le plus sur, surement. J'y ai pensé, mais finalement non parce que :
 
- On fait à 2 le taff de 3 ou 4 personnes dans ma mission, on arrive à survivre, mais clairement ça ne laisse pas le temps du tout pour ne serait-ce que passer 15 min par jour sur un sujet hors boulot. Du coup le seul temps libre que je peux prendre, ce serait sur mes soirées et mon week-end. Mais avec un boulot déjà très prenant, si je n'ai pas du tout de temps de récupération, et que je dois faire ça pendant 2 ou 3 ans le temps d'avoir un niveau suffisant, je vais clairement craquer avant (et ma copine risque de râler un chouille, mais ça donnerait une excuse pour éviter les réunions avec la belle famille :p).
 
- Les 6 mois sont basés sur le fait qu'une formation à temps plein, avec un assez haut niveau en data science prend un an (et coûte un bras et 2 reins). J'ai des bases en informatiques / statistique / mathématiques, donc je pense pouvoir réduire pas mal ce temps, mais 6 mois me semble déjà un peu optimiste. Et surtout, ça a été corroboré par mon contact data scientist.
 
Quant à trouver la mission de mes rêves, je crois que je prends surtout le risque, comme ça a été le cas ici, d'avoir un "Ok, ta mission ne t'intéresse pas des masses, mais c'est une voie en or pour ce que tu veux faire", et un an plus tard ma mission est restée exactement la même, malgré les moults mentions à mon manager comme à mon responsable de leur promesse de début de mission. Ils sont très forts en réthorique, mais force est de constater que rien n'a changé.
Donc sans base théorique, je crois que je risque pas mal de me retrouver embourbé dans des missions où je ne fais que toucher de loin à la data science, mais aurai trop de taff par ailleurs pour progresser dans le domaine.
 
Quant à la montée en compétence tout de suite, je ne suis pas d'accord. C'est le cas si je peux bosser avec un data scientist qui me fait de la passation de savoir, mais clairement, j'aurai une rentabilité négative au début, et qui s'améliorera avec le temps, mais je l'ai mentionné à ma SSII et c'est inenvisageable pour eux (et ça se comprend).

n°5025051
wainwain
wain⊕wain = wain²
Posté le 27-12-2017 à 16:36:36  profilanswer
 

Je comprends que c'est compliqué étant donné que tu as quelqu'une. Tu peux peut-être simplement faire un peu de veille juste un soir par semaine par exemple ? Te renseigner sur les dernières technos, faire un proto, etc.
 
Pour le reste je ne peux que te conseiller de changer d'environnement, à savoir :  
- Redemander à changer de mission en datascience (tu t'en fous si on te dit non)
- Si c'est pas possible, continuer de prospecter ailleurs, puis poser ta dém (c'est généralement à ce moment que le management se réveille et te propose un deal), en disant que tu veux vraiment faire de la DS, que tu en parlé plein de fois, et que si c'est pas avec eux, ce sera avec une autre société;
- Si tu ne trouves pas de taf pendant la période de préavis de démission, mettre des sous de côté, mettre la pédale douce au taf (t'es démissionnaire, et en tant que presta tu ne fais pas de miracles...), et commencer à te former.  
-  Continuer à te former à fond après la fin de ton préavis, et marquer sur ton CV tout ce que tu as fait en DS.
 
EDIT : pour en revenir au sujet, le chômage, c'est quand même mal barré si ton employeur ne veut pas te virer (pourquoi le ferait-il ?)
Tu as tout intérêt à mettre de l'argent de côté, et te former dès que ton préavis est posé.


Message édité par wainwain le 27-12-2017 à 17:33:52

---------------
La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute. (Confucius)
n°5025069
Jadha
Next one's coming faster
Posté le 27-12-2017 à 19:45:45  profilanswer
 

Citation :

Je comprends que c'est compliqué étant donné que tu as quelqu'une. Tu peux peut-être simplement faire un peu de veille juste un soir par semaine par exemple ?


 
Vu le domaine de départ dans lequel il est, ça me paraît assez compliqué. La data science ce n'est pas un vernis sur quelques compétences, c'est un domaine qui nécessite de vraies qualifications sur des sujets très différents donc à moins d'avoir beaucoup de temps le soir et le week-end (et de faire un parcours CNAM par exemple), c'est dur de l'envisager.
 
Suggestion :
 
- tu peux essayer de changer de SSII et de faire rompre la période d'essai par ton nouvel employeur https://www.legalplace.fr/guides/ru [...] t-chomage/
- Sinon, tu peux te serrer la ceinture pendant 6 mois et faire un master 2 (comme tu as moins de deux ans d'expérience, tu paierais le tarif formation initiale et pas formation continue) + 6 mois de stage.
 
Dans tous les cas, bon courage, je suis un peu dans ta situation et c'est pas facile de trouver une voie de sortie.


Message édité par Jadha le 27-12-2017 à 19:46:27
n°5025121
tahn
Posté le 28-12-2017 à 11:26:14  profilanswer
 

Merci pour vos réponses.
 
Une nouvelle idée m'est venue des tréfonds du net :  
 
Si je trouve un CDD de 3 mois, après je peux toucher le chômage basé sur la période travaillée récente incluant mon CDI. Si tu es dans la même situation Jadha, c'est peut-être une piste à explorer.
 
Dans mon cas j'aimerais faire prof en contractuel, mais je ne sais pas comment marche le chômage dans ce cas précis, donc je suis en train de me renseigner :)
Après, p'têt que mon employeur va essayer de me garder du coup, en faisant de grosses concessions, mais je n'y crois pas trop (quoique, payé 27k la première année et facturé 450€ la journée, je dois être une poule aux oeufs d'or pour eux ^^).
 
Et dans l'idéal, j'aimerais bien pouvoir passer  6 mois sans revenus, mais sur Paris, les économies descendent vite, trop vite :(

n°5025122
wainwain
wain⊕wain = wain²
Posté le 28-12-2017 à 11:31:37  profilanswer
 

tahn a écrit :

Merci pour vos réponses.
 
Si je trouve un CDD de 3 mois, après je peux toucher le chômage basé sur la période travaillée récente incluant mon CDI. Si tu es dans la même situation Jadha, c'est peut-être une piste à explorer.


 
Ca se tente, mais il ne faut pas d'interruption de travail entre ta dernière journée et ton day one de ton CDD.
Généralement, prof contractuel ça se goupille des semaines / mois à l'avance, attention donc...
 
Tu peux aussi signer dans une nouvelle SSII sur une mission random, et faire en sorte que la période d'essai ne soit pas renouvelée.
Ou chercher une mission en intérim, ou bien même un CDD en temps partiel pour te former à coté sans trop perdre en revenus...


---------------
La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute. (Confucius)
n°5025161
tahn
Posté le 28-12-2017 à 15:08:20  profilanswer
 

wainwain a écrit :


 
Ca se tente, mais il ne faut pas d'interruption de travail entre ta dernière journée et ton day one de ton CDD.
Généralement, prof contractuel ça se goupille des semaines / mois à l'avance, attention donc...


 
Tiens, je n'avais jamais vu cette info, de devoir commencer à travailler en J+1, sur pourtant pas mal de témoignages qui disaient que ça avait marché pour eux, notamment plusieurs qui ont enquillé des petits CDD.
Quant à prof contractuel, je pensais aussi, mais j'avais testé il y a 2 ans, pour le fun, et il s'est passé moins de 10 jours entre le moment où j'ai contacté le rectorat, et le moment où j'ai commencé mon remplacement. Cela dit des profs de maths dans la région parisienne c'est une denrée rare visiblement.  :lol:  
 

mood
Publicité
Posté le 28-12-2017 à 15:08:20  profilanswer
 

n°5025162
wainwain
wain⊕wain = wain²
Posté le 28-12-2017 à 15:12:02  profilanswer
 

tahn a écrit :


Tiens, je n'avais jamais vu cette info, de devoir commencer à travailler en J+1, sur pourtant pas mal de témoignages qui disaient que ça avait marché pour eux, notamment plusieurs qui ont enquillé des petits CDD.


 
Disons que c'est plus secure niveau chômage quand tu sors d'une démission. Quand tu sors de CDD ça ne pose pas de problème parce que ça n'est pas une perte "volontaire" d'emploi.
 

tahn a écrit :


Quant à prof contractuel, je pensais aussi, mais j'avais testé il y a 2 ans, pour le fun, et il s'est passé moins de 10 jours entre le moment où j'ai contacté le rectorat, et le moment où j'ai commencé mon remplacement. Cela dit des profs de maths dans la région parisienne c'est une denrée rare visiblement.  :lol:  


 
Tu en sais probablement bien plus que moi à ce sujet :D


---------------
La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute. (Confucius)

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Emploi & Etudes
  Marché de l'emploi

  Rompre CDI et toucher le chômage le temps d'une auto-formation

 

Sujets relatifs
[CDI] [33] Développeur fullstack JS / devOps[CDI] Urgent : Presales à Barcelone - Hewlett-Packard Entreprise
CDI H/F DÉVELOPPEUR PHP[CDI] [75005] Analyste Développeur/Développeuse
[CDI][06][Saint Laurent du Var] Cherche développeur pur et dur[CDI][MERU/BEAUVAIS - 60] Reponsable IT
Coût réel d'une formationDroit à la formation et CPF
(CDI) La chaine ARTE cherche un DVPEUR FULL STACKCDI - Consultant Fonctionnel ERP
Plus de sujets relatifs à : Rompre CDI et toucher le chômage le temps d'une auto-formation


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR