Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1219 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Politique

  La crise signerait elle la fin du capitalisme ?

 


Sujet(s) à lire :
 

La crise signerait elle la fin du capitalisme ?


 
45.0 %
 9 votes
1.  Oui, c'est possible
 
 
10.0 %
 2 votes
2.  Je ne sais pas
 
 
45.0 %
 9 votes
3.  Non, tu racontes n'importe quoi. L'économie obéit à des lois bien connues, et ça continuera comme avant.
 

Total : 20 votes (0 vote blanc)
Ce sondage est clos, vous ne pouvez plus voter
 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

La crise signerait elle la fin du capitalisme ?

n°31996582
poilagratt​er
Posté le 15-10-2012 à 19:34:45  profilanswer
 

La crise signerait elle la fin du capitalisme, ou du moins sous sa forme actuelle ?
 
Le capitalisme actuel se caractérise par l’absence de régulations qui pourraient lui donner un sens, c'est à dire poursuivre des objectifs sociaux et écologiques.
A défaut,  il ne fait qu’entretenir son hégémonie, dans l’intérêt des plus fortunés.
 
Après les révolutions du 18èm siècle, le capitalisme eut pour objet  d’améliorer les conditions d’existence des fortunés,   grâce au développement et à l'exploitation des sciences et  techniques, alors balbutiantes, et à de nouvelles organisations du travail.  
 
Cela profita directement aux entrepreneurs, commerçants, artisans,  inventeurs, …  sans oublier les banquiers.
 
Le peuple ordinaire  en profita aussi.  Ses conditions de vie s'élevèrent plus ou moins vite, au gré des luttes sociales, car les besoins en main-d’œuvre étaient immenses,  dans les secteurs d’activité dominants: agriculture puis industrie.
 
----------------------------------
Le célèbre économiste Schumpeter affirma  (sans rien démontrer),   qu’après la disparition de secteurs d’activité devenus obsolètes, de nouveaux secteurs se développaient nécessairement, absorbant l’ensemble de la main d’œuvre disponible, qui devait s’y reconvertir, perpétuant ainsi indéfiniment le progrès, dans le cadre du capitalisme.
 
Il  théorisa la « destruction créatrice ».  
Cette formule éblouissante rendit  bien pâle la loi de la gravitation universelle.  
Ceux qui gouvernent le monde applaudirent ce trait de génie, encouragés par les économistes (qui vivent du système).  
Jamais personne ne jugea bon de vérifier l’universalité de cette théorie,  qui occupe toujours le devant de la scène économique.
Or,  si elle a semblé se vérifier durant à peine 2 siècles,  elle semble ne plus fonctionner trop bien,  depuis que les machines automatiques remplacent  l’homme partout là ou il en fallait des quantités,  dans  l’outil de production.
 
Depuis les années 1970, la destruction des emplois industriels est massive, mais  la création de nouveaux emplois profitables est faible, en proportion.    
Ces nouveaux emplois concernent principalement   la finance,  la publicité,  la "communication", (secteurs indispensables  à « l’éducation » des masses), l’informatique,  et aussi des secteurs de haute technologie pour des emplois très qualifiés et peu nombreux.
 
Pour ne rien arranger, la libéralisation des échanges entre pays développés et pays dits « en développement » détruisit, elle aussi, massivement des emplois dans les pays développés.
 
Le chômage explosa.
 
Après généralement avoir épuisé leurs droits au chômage, de plus en plus nombreux sont ceux qui,   à la marge du système, survivent d'un emploi précaire,  dans des conditions souvent digne du 19èm siècle,   principalement dans "les services".
 
De leur coté, avec le concours du pouvoir politique, les plus fortunés mirent en place des dispositifs leur permettant d’échapper à l’impôt.  
 
La hausse du chômage, le tassement des salaires, la baisse de la consommation, et l’exode fiscal, mirent à mal les finances publiques.
 
Pour tenter de remédier à ce trou béant, on eut massivement recours à l’endettement,  à la plus grande joie des fortunés, qui trouvèrent là une importante source de  revenus surs et stables.
 
Enfin, le pompon.  
Soutenus par le pouvoir politique qui y voyait sans doute  une nouvelle forme de « destruction créatrice »,  d'astucieux financiers vendirent massivement du crédit à des personnes insolvables, puis refourguèrent les titres de créances pourries à des institutions financières,  renflouées, une fois la supercherie découverte, par les états pour éviter un crack financier.
Pendant quelque temps, cela  créa une importante activité économique, en particulier dans le bâtiment.  Bien sur elle fut stoppée net quand surgit le gigantesque trou financier aggravant les dettes.    
D’où, dernier avatar du capitalisme,  l'explosion de la  crise dans laquelle nous ne cessons de nous engluer, depuis 2007.
 
 --------------------------------------------
Officiellement les économistes patentés et les faiseurs d'opinion, décrétèrent qu'il s'agissait là d'une crise passagère, due au fait que le peuple  "vit au dessus de ses moyens". Notez qu'ils auraient pu préciser qu'il "vit au dessus des moyens qu'on lui laisse", mais cela eut été politiquement  moins heureux.
 
Et que, par conséquent, il fallait mettre en œuvre de vigoureux plans d'austérité pour le ramener à la raison.    Dans un monde capitaliste l'important ce sont les chiffres.
 
Hélas, on peut dire avec certitude que, puisque l'austérité engendre la récession, la dette ne pourra être remboursée,   et de nouvelles mesures d'austérité devront être appliquées, aggravant toujours plus la situation.    
Il faut d'abord respecter la logique des experts.  
L'économie de l'Occident tout entier (à l'exception des paradis fiscaux, ou se réfugient les plus fortunés) sera mise à terre.
 
Toutes les solutions susceptibles de relancer la machine sont interdites par la charia capitaliste.
 
 
-----------------------------------------
Trois avenirs possibles sont alors envisageables:
 
1     - Dictature des plus fortunés (ploutocratie, voie actuellement suivie)
 
2     - Guerre, comme il est de coutume, à la suite de quoi il faudra reconstruire.  
Une guerre relancerait la machine pour un nouveau cycle.  Les premières victimes sont déjà désignées : les rom, les maghrébins, les jeunes délinquants, les plus pauvres en général.  (Faute d'éliminer la pauvreté, on élimine les pauvres),  
Ou encore les baby-boomers sans distinction, car tous perçus comme d'irresponsables profiteurs.    
Les grands fortunés, eux, feront toujours l'admiration inconditionnelle, de par leur « réussite ».
 
3     - Révolution, via une nouvelle constitution écrite par le peuple, pour y définir le cadre d'un nouveau système politique et économique régulé par le peuple.  Solution évidement préférable, et qui est à notre portée, pour peu qu'au moins la moitié des citoyens le souhaite…
 


---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
mood
Publicité
Posté le 15-10-2012 à 19:34:45  profilanswer
 

n°32000005
santufayan
Posté le 16-10-2012 à 08:36:07  profilanswer
 

Oui, bien entendu.
 
D'ailleur le terme "crise" n'est pas approprié puisqu'il laisse penser que les graves difficultés économiques et sociales que nous rencontrons sont passagères ! Erreur : la décroissance des économies occidentales dans un premier temps - et asiatiques dans un 2ème temps - est irréversible et le déclin des démocraties que nous connaissons va suivre ... y compris en France.  
 
Bonne journée


---------------
Sens tu fairam (santufayan) "Sans toi on ferait"
n°32000806
Maouuu
Posté le 16-10-2012 à 10:02:23  profilanswer
 

Ou alors solution 4 : réduction de la voilure des pays occidentaux et asiatiques, sans pour autant créer de dictatures, de guerres, et de révolutions :o

 

Mais bon pour cela il faudrait appliquer une baisse de la natalité généralisée, dans tous les cas nous sommes bien trop nombreux sur terre ...

Message cité 1 fois
Message édité par Maouuu le 16-10-2012 à 10:03:32
n°32000976
bugbreeder
Posté le 16-10-2012 à 10:15:50  profilanswer
 

La fin du capitalisme de connivence, alias l'état-providence, où les états sauvent les banksters avec le fric des contribuables en échange du financement de leur campagnes politiques, oui.
 
La fin du capitalisme traditionnel, certainement pas.


---------------
When injustice becomes law, resistance becomes duty (Thomas Jefferson)
n°32004499
poilagratt​er
Posté le 16-10-2012 à 14:45:13  profilanswer
 

Probable que ça reste capitaliste, mais pour servir les intérêts du peuple dans son ensemble, et non ceux des seuls friqués, financiers, et énarques,  le peuple doit reprendre le contrôle total de la politique, de la monnaie et de l'économie, à travers les banques, les grandes entreprises, etc.
On a trop vu à quel point les possédants méprisent le peuple, et ça continue. C'est une constante dans l'histoire.
Sous quelle forme précisément, c'est à voir...

Message cité 1 fois
Message édité par poilagratter le 16-10-2012 à 14:45:58

---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
n°32005110
SauveYetiK
Nihiliste joviale
Posté le 16-10-2012 à 15:23:19  profilanswer
 

poilagratter a écrit :

Probable que ça reste capitaliste, mais pour servir les intérêts du peuple dans son ensemble, et non ceux des seuls friqués, financiers, et énarques,  le peuple doit reprendre le contrôle total de la politique, de la monnaie et de l'économie, à travers les banques, les grandes entreprises, etc.
On a trop vu à quel point les possédants méprisent le peuple, et ça continue. C'est une constante dans l'histoire.
Sous quelle forme précisément, c'est à voir...


 
Je propose une république des conseils. :o


---------------
Le salarié est la chair à canon de la guerre économique.
n°32005688
poilagratt​er
Posté le 16-10-2012 à 16:01:31  profilanswer
 

SauveYetiK a écrit :


 
Je propose une république des conseils. :o


 :jap:    
 
L'expérience de Marinaleda :      http://fr.wikipedia.org/wiki/Marinaleda
 

Maouuu a écrit :

Ou alors solution 4 : réduction de la voilure des pays occidentaux et asiatiques, sans pour autant créer de dictatures, de guerres, et de révolutions :o
 
Mais bon pour cela il faudrait appliquer une baisse de la natalité généralisée, dans tous les cas nous sommes bien trop nombreux sur terre ...

En quoi ça solutionnerait ?

Message cité 1 fois
Message édité par poilagratter le 16-10-2012 à 16:04:58

---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
n°32006001
SauveYetiK
Nihiliste joviale
Posté le 16-10-2012 à 16:21:13  profilanswer
 

poilagratter a écrit :


 :jap:    
 
L'expérience de Marinaleda :      http://fr.wikipedia.org/wiki/Marinaleda
 


 
Tout à fait, un peu plus loin et à plus grande échelle on peut citer l'EZLN au Chiapas.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C [...] ganisation
 
Ou encore les entreprises autogérées en Argentine.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise [...] utogestion
 

poilagratter a écrit :

En quoi ça solutionnerait ?


 
La mort ou la non existence des êtres humains solutionne beaucoup de problèmes. :o


Message édité par SauveYetiK le 16-10-2012 à 16:25:35

---------------
Le salarié est la chair à canon de la guerre économique.
n°32006908
DocteurZoi​dberg
Numquam desistas
Posté le 16-10-2012 à 17:21:23  profilanswer
 

J'avais entendu dire que les crises faisaient partie de l'économie capitaliste, qu'elles étaient même nécessaire à son fonctionnement  [:jean-guitou]


---------------
Topic OVNIS | Les Mystères du Monde en vidéos
n°32007826
poilagratt​er
Posté le 16-10-2012 à 18:45:19  profilanswer
 

DocteurZoidberg a écrit :

J'avais entendu dire que les crises faisaient partie de l'économie capitaliste, qu'elles étaient même nécessaire à son fonctionnement  [:jean-guitou]


En effet, c'est pour ça que périodiquement on faisait la guerre aux allemands.
Mais si on ne peut plus faire une guerre, comment s'en sortir? :(


---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
mood
Publicité
Posté le 16-10-2012 à 18:45:19  profilanswer
 

n°32007920
Profil sup​primé
Posté le 16-10-2012 à 18:53:45  answer
 

Ce n'est pas cette crise financière passée qui sera responsable de la fin de notre mode de vie, mais la diminution des ressources (ou l'abrutissement grandissant de notre peuple).

n°32008164
poilagratt​er
Posté le 16-10-2012 à 19:21:24  profilanswer
 


Mais pour ça il faut une majorité d'abrutis. Hypothèse plausible. :(  
 
On s'enfonce vite en ce moment.  Jusqu'ici la "crise", qui dure depuis 40ans, ne touchait que les classes "ouvrières". On nous disait, ouhais, c'est normal, c'est parce qu'ils sont pas assez qualifiés. En faisant plus d'études ça va s'arranger. Evidemment ça n'a rien arrangé du tout...  
 
Et donc le nouveau est que les classes qui se croyaient à l'abri grâce à leur qualification (parfois très élevée), sont maintenant touchées. Et ça ça pourrait changer la donne.  
La question est de savoir s'il y a suffisamment d'abrutis chez eux, ou savent ils vraiment réfléchir. ???  
 
Point crucial. :o
 
En fait je ne sais pas si on parle de la même chose.
A moins d'atteindre le manque de ressource, notre mode de vie pourrait changer suite à la mise en place d'un système qui ne soit pas fondé sur la conso et le gaspi à gogo. A finalité sociale et écologique, (et non le seul profit) basé sur la coopération, et non la concurrence.  
 
Et l'enfoncement dans la "crise", pourrait accélérer ce changement,... s'il n'y a pas une majorité d'abrutis.
 
Je me demande ce qui se passe dans la tête des gens remplis de certitudes, et qui s'en portaient bien, jusqu'au jour ou eux aussi se retrouvent dans la mouise économique.  
Comment imagines t'ils s'en sortir?

Message cité 1 fois
Message édité par poilagratter le 16-10-2012 à 19:56:20

---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
n°32011859
SauveYetiK
Nihiliste joviale
Posté le 16-10-2012 à 22:57:03  profilanswer
 

DocteurZoidberg a écrit :

J'avais entendu dire que les crises faisaient partie de l'économie capitaliste, qu'elles étaient même nécessaire à son fonctionnement  [:jean-guitou]


 
En effet, dans le système économique capitaliste les crises économiques sont systémiques, ce qui amène comme solutions la guerre et/ou l'impérialisme pour la conquête ou la création de nouveaux marchés.
 

poilagratter a écrit :


Mais pour ça il faut une majorité d'abrutis. Hypothèse plausible. :(  
 
On s'enfonce vite en ce moment.  Jusqu'ici la "crise", qui dure depuis 40ans, ne touchait que les classes "ouvrières". On nous disait, ouhais, c'est normal, c'est parce qu'ils sont pas assez qualifiés. En faisant plus d'études ça va s'arranger. Evidemment ça n'a rien arrangé du tout...  
 
Et donc le nouveau est que les classes qui se croyaient à l'abri grâce à leur qualification (parfois très élevée), sont maintenant touchées. Et ça ça pourrait changer la donne.  
La question est de savoir s'il y a suffisamment d'abrutis chez eux, ou savent ils vraiment réfléchir. ???  
 
Point crucial. :o
 
En fait je ne sais pas si on parle de la même chose.
A moins d'atteindre le manque de ressource, notre mode de vie pourrait changer suite à la mise en place d'un système qui ne soit pas fondé sur la conso et le gaspi à gogo. A finalité sociale et écologique, (et non le seul profit) basé sur la coopération, et non la concurrence.  
 
Et l'enfoncement dans la "crise", pourrait accélérer ce changement,... s'il n'y a pas une majorité d'abrutis.
 
Je me demande ce qui se passe dans la tête des gens remplis de certitudes, et qui s'en portaient bien, jusqu'au jour ou eux aussi se retrouvent dans la mouise économique.  
Comment imagines t'ils s'en sortir?


 
[Mode Rage On]
 
On est déjà une majorité d'abrutis. :o  
 
Actuellement, par essence et en toute logique, le prolétariat est la classe sociale prédestinée à la révolution. Le problème est que de nos jours plus personnes n'a conscience de sa classe sociale. Le libéralisme économique et/ou philosophique ayant conquis nos cœurs si ce n'est nos âmes, l'individualisme forcené, la liberté individuelle absolue sont devenues les buts, les codes et les règles régissant nos vies, pour finalement devenir un modèle de société et un système économique ultime et indépassable. Etant donné que c'est le chacun pour sa gueule, l'après moi le déluge, les individus se décideront à prendre les choses en mains, à prendre leurs vies en mains, que ce soit d'un point de vue politique, économique et sociale dans les moments les plus fatidiques, lorsqu'il n'y aura plus aucun espoir. Ce sera certainement beaucoup trop tard et leurs actions ne mèneront à rien si ce n'est aux conflits. Ce qui peut arriver si ça doit péter, c'est que les classes moyennes supérieures seront annihilées par les révoltes des classes sociales les plus précaires et sacrifiées par la bourgeoisie dans un ultime sursaut de survie. Le pire étant que cela pourrait bien marcher...
 
Le manque de ressource n'est pas encore atteint dans les sociétés occidentales, ou tout du moins l'illusion que les ressources sont infinies est encore préservés, je ne parierais pas la dessus pour un réveil des consciences actuellement.
 
Etant issus d'un milieu ouvrier et modeste, je n'ai pas peur de perdre mes biens matériels contrairement à d'autres qui seront prêt à utiliser la force pour sauver leur écran LCD ou Plasma et leurs misérables valeurs matérialistes qui leur donnent l'impression d'exister... [:x_tiberi]
 
Ce topic [:michaeldell] c'est génial.
 
Je devrais arrêter de poster bourré, je fais de la diarrhée mentale, tout ce que je dis c'est de la merde... Excusez moi encore pour ce poste de rageur, on se refait pas. [:oyaisse2]
 
[Mode Rage Off/]
 
[:abygora]
 
Edit : Orthographe de merde.


Message édité par SauveYetiK le 17-10-2012 à 12:56:11

---------------
Le salarié est la chair à canon de la guerre économique.
n°32059155
Terminatux
Communiste
Posté le 21-10-2012 à 15:35:40  profilanswer
 

poilagratter a écrit :

Le célèbre économiste Schumpeter affirma  (sans rien démontrer),   qu’après la disparition de secteurs d’activité devenus obsolètes, de nouveaux secteurs se développaient nécessairement, absorbant l’ensemble de la main d’œuvre disponible, qui devait s’y reconvertir, perpétuant ainsi indéfiniment le progrès, dans le cadre du capitalisme.


 
Je ne suis pas un grand spécialiste de Schumpeter, mais de mémoire il pensait que le capitalisme aboutirait par le biais de ces crises qui suppriment les acteurs les plus petits, au « socialisme » qui serait selon lui un système très bureaucratique dans lequel l'esprit d'entreprise aurait disparu. :o  
 
Et je ne crois pas que son œuvre se limite à une affirmation qui tiendrait en deux lignes. :sarcastic:

Message cité 2 fois
Message édité par Terminatux le 21-10-2012 à 15:36:24
n°32060195
poilagratt​er
Posté le 21-10-2012 à 18:53:15  profilanswer
 

Terminatux a écrit :


 
Je ne suis pas un grand spécialiste de Schumpeter, mais de mémoire il pensait que le capitalisme aboutirait par le biais de ces crises qui suppriment les acteurs les plus petits, au « socialisme » qui serait selon lui un système très bureaucratique dans lequel l'esprit d'entreprise aurait disparu. :o  
 
Et je ne crois pas que son œuvre se limite à une affirmation qui tiendrait en deux lignes. :sarcastic:


Finalement Schumpeter rejoint Marx et poilagratter. :D  
Pas besoin d'être un génie pour comprendre que le capitalisme finira fatalement par s'effondrer, ne serait ce que parce qu'il fait l'hypothèse d'un monde infini, dont d'ailleurs on touche aujourd'hui les limites, que nos brillants économistes (qui vivent du système) refusent toujours de voir!  
Et le seul truc que nos amis libéraux ont retenus c'est sa formule.   :sarcastic:


---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
n°32060209
Terminatux
Communiste
Posté le 21-10-2012 à 18:55:23  profilanswer
 

Schumpeter voit évidement d'un très mauvais œil l'avènement possible de ce qu'il nomme « socialisme ».

n°32060306
poilagratt​er
Posté le 21-10-2012 à 19:06:16  profilanswer
 

Terminatux a écrit :

Schumpeter voit évidement d'un très mauvais œil l'avènement possible de ce qu'il nomme « socialisme ».


De quoi me le rendre très antipathique. :o
 
Par ailleurs, s'il craint la disparition des entrepreneurs,  il devrait se réjouir de la mise en oeuvre d'un système économique social, écologique et durable, après le capitalisme qui de par principe est anti social, anti écologique, et non durable. Comme quoi il est un peu c..  sur les bords.
 
Entreprendre, en soi ça n'a pas de sens.  Seul le but de l'entreprise a du sens.

Message cité 2 fois
Message édité par poilagratter le 21-10-2012 à 19:12:46

---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
n°32060911
no_gods
Uplifting trance !
Posté le 21-10-2012 à 20:25:27  profilanswer
 

poilagratter a écrit :


2     - Guerre, comme il est de coutume, à la suite de quoi il faudra reconstruire.  
Une guerre relancerait la machine pour un nouveau cycle.  Les premières victimes sont déjà désignées : les rom, les maghrébins, les jeunes délinquants, les plus pauvres en général.  (Faute d'éliminer la pauvreté, on élimine les pauvres),  
 


 
C'est où qu'on signe pour la guerre?

n°32061218
Terminatux
Communiste
Posté le 21-10-2012 à 21:00:18  profilanswer
 

poilagratter a écrit :

Par ailleurs, s'il craint la disparition des entrepreneurs,  il devrait se réjouir de la mise en oeuvre d'un système économique social, écologique et durable, après le capitalisme qui de par principe est anti social, anti écologique, et non durable. Comme quoi il est un peu c..  sur les bords.


 
Je t'invite à lire approfondir plus la question si tu veux comprendre comment raisonne Schumpeter, ce n'est pas que je sois fan de lui mais la critique de comptoir ce n'est pas mon truc.

n°32061219
poilagratt​er
Posté le 21-10-2012 à 21:00:19  profilanswer
 

no_gods a écrit :


 
C'est où qu'on signe pour la guerre?

La guerre civile est en préparation, rien à signer, il suffit d'attendre.
C'est ça ou la résignation.


---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
n°32061273
poilagratt​er
Posté le 21-10-2012 à 21:05:50  profilanswer
 

Terminatux a écrit :


 
Je t'invite à lire approfondir plus la question si tu veux comprendre comment raisonne Schumpeter, ce n'est pas que je sois fan de lui mais la critique de comptoir ce n'est pas mon truc.

Force est de constater que la réflexion de nombre d'économistes (qui vivent du système) souvent hautement diplômés, aboutit a des âneries pire que ce que l'on peut entendre dans les bistrots.  On en a la preuve quotidiennement.
Ne crachons pas trop vite sur les comptoirs.


---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
n°32061291
meatpuppet
It's a tarp !
Posté le 21-10-2012 à 21:08:06  profilanswer
 

Un topic à 20 posts, 10 sont de l'auteur lui-même, y'a rien à dire, c'est du bon gros topik qui s'annonce :D


---------------
One does not simply JoceBug into Mordor!
n°32061446
Terminatux
Communiste
Posté le 21-10-2012 à 21:22:03  profilanswer
 

poilagratter a écrit :

Enfin, le pompon.  
Soutenus par le pouvoir politique qui y voyait sans doute  une nouvelle forme de « destruction créatrice »,  d'astucieux financiers vendirent massivement du crédit à des personnes insolvables, puis refourguèrent les titres de créances pourries à des institutions financières,  renflouées, une fois la supercherie découverte, par les états pour éviter un crack financier.


 
Quel est le rapport avec la destruction créatrice? (qui est le remplacement d'anciens secteurs économiques par des nouveaux)
 

poilagratter a écrit :

Officiellement les économistes patentés et les faiseurs d'opinion


 
C'est à dire?
 

poilagratter a écrit :

L'économie de l'Occident tout entier (à l'exception des paradis fiscaux, ou se réfugient les plus fortunés) sera mise à terre.


 
Tu fais l'impasse sur le ralentissement économique dans les pays émergents...
 

poilagratter a écrit :

1     - Dictature des plus fortunés (ploutocratie, voie actuellement suivie)


 
Non, tu confonds la démocratie bourgeoise et la dictature.
 

poilagratter a écrit :

2     - Guerre, comme il est de coutume, à la suite de quoi il faudra reconstruire.  
Une guerre relancerait la machine pour un nouveau cycle.  Les premières victimes sont déjà désignées : les rom, les maghrébins, les jeunes délinquants, les plus pauvres en général.  (Faute d'éliminer la pauvreté, on élimine les pauvres),  
Ou encore les baby-boomers sans distinction, car tous perçus comme d'irresponsables profiteurs.    
Les grands fortunés, eux, feront toujours l'admiration inconditionnelle, de par leur « réussite ».


 
En quoi cela nécessite-t-il une guerre?
 

poilagratter a écrit :

3     - Révolution, via une nouvelle constitution écrite par le peuple, pour y définir le cadre d'un nouveau système politique et économique régulé par le peuple.  Solution évidement préférable, et qui est à notre portée, pour peu qu'au moins la moitié des citoyens le souhaite…


 
Plus creux que ça tu meurs.

n°32061626
poilagratt​er
Posté le 21-10-2012 à 21:41:18  profilanswer
 

Terminatux a écrit :

 

Quel est le rapport avec la destruction créatrice? (qui est le remplacement d'anciens secteurs économiques par des nouveaux)

 


On remplace l'industrie matérielle par l'industrie de la finance!  En l'occurence le financement du crédit.

 
Terminatux a écrit :

 

C'est à dire?

 


Ce que j’appelle les économistes patentés ou faiseurs d'opinion, sont les économistes et journalistes que l'on entend partout. En particulier sur BFM, ou chez Yves Calvi.  Ils répandent la bonne parole.

 
Terminatux a écrit :

 

Tu fais l'impasse sur le ralentissement économique dans les pays émergents...

 


ça ne fera que aggraver les choses. Mais pourquoi en parler particulièrement?

 
Terminatux a écrit :

 

Non, tu confonds la démocratie bourgeoise et la dictature.

 


Ce que tu appelles la démocratie bourgeoise est une forme de dictature, puisque dans les faits le peuple n'a aucun pouvoir. Même pas celui de dire non a un traité...

 
Terminatux a écrit :

 

En quoi cela nécessite-t-il une guerre?

 


Sans destruction de choses utiles aux riches, et à défaut que le peuple ne reprenne le contrôle, l'économie n'a aucune chance de repartir, puisque les riches n'auraient aucune raison d'y investir.
Et la guerre est un moyen très efficace de détruire ces choses utiles aux riches, pour ensuite reconstruire. (voir l'après guerre)

 
Terminatux a écrit :

 

Plus creux que ça tu meurs.

Si tu veux des détails plus consistant, la lecture ne manque pas, mais ce n'est pas du Schumpeter.
Voir le site de Etienne Chouard, il est bourré de liens intéressants...


Message édité par poilagratter le 21-10-2012 à 21:42:19

---------------
Finalité du système économique: Produire sans l'homme (car il coûte toujours trop cher) des choses qu'il ne pourra utiliser (faute de revenus). Comme c'est idiot,  le système s'effondre.
n°47306027
helicon2
Posté le 06-10-2016 à 14:57:24  profilanswer
 

http://www.telerama.fr/idees/jerem [...] 117006.php
 

Citation :

Il a vingt-cinq ans, c'était la star du ring, le « boss », vainqueur du communisme par K-O ! Aujourd'hui, le capitalisme est un champion usé par la crise, miné par les contradictions et politiquement à bout de souffle. Pour l'économiste américain Jeremy Rifkin, nous assistons, tout simplement, à son éclipse. Dans un livre passionnant – La Nouvelle Société du coût marginal zéro – en librairie le 24 septembre 2014, il raconte le basculement, inévitable, que nous avons déjà commencé à opérer vers un nouveau système de production et de consommation : les « communaux collaboratifs ». Cette troisième voie (au-delà du sempiternel binôme « capitalisme ou socialisme ») est une forme d'organisation sociale fondée sur l'intérêt de la communauté plutôt que sur la seule satisfaction des désirs individuels, et rendue possible par la troisième révolution industrielle, dans laquelle Internet nous a fait entrer.

 
 


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
n°47324048
jupiter39
Posté le 08-10-2016 à 04:42:58  profilanswer
 

Terminatux a écrit :


 
Je ne suis pas un grand spécialiste de Schumpeter, mais de mémoire il pensait que le capitalisme aboutirait par le biais de ces crises qui suppriment les acteurs les plus petits, au « socialisme » qui serait selon lui un système très bureaucratique dans lequel l'esprit d'entreprise aurait disparu. :o  
 
Et je ne crois pas que son œuvre se limite à une affirmation qui tiendrait en deux lignes. :sarcastic:


 

poilagratter a écrit :


Finalement Schumpeter rejoint Marx et poilagratter. :D  
Pas besoin d'être un génie pour comprendre que le capitalisme finira fatalement par s'effondrer, ne serait ce que parce qu'il fait l'hypothèse d'un monde infini, dont d'ailleurs on touche aujourd'hui les limites, que nos brillants économistes (qui vivent du système) refusent toujours de voir!  
Et le seul truc que nos amis libéraux ont retenus c'est sa formule.   :sarcastic:


 

poilagratter a écrit :


De quoi me le rendre très antipathique. :o
 
Par ailleurs, s'il craint la disparition des entrepreneurs,  il devrait se réjouir de la mise en oeuvre d'un système économique social, écologique et durable, après le capitalisme qui de par principe est anti social, anti écologique, et non durable. Comme quoi il est un peu c..  sur les bords.
 
Entreprendre, en soi ça n'a pas de sens.  Seul le but de l'entreprise a du sens.


 
1) La guerre comme outil de croissance économique?Plutôt faux dans la mesure où les 30 glorieuses se sont déroulées dans une paix relative(fordisme=taylorisme+hausse des salaires liés à la croissance de la productivité horaire+nouvelles inventions dans les biens de consommation:frigo,voitures auto, magnétoscopes etc..)
 
2) Le "modèle" suédois se rapproche sans doute le mieux des idées de Schumpeter
 
3)http://www.atlantico.fr/decryptage/joseph-schumpeter-politiques-qui-ne-comprennent-pas-que-moteur-croissance-c-est-entrepreneur-sont-incompetents-irresponsables-2788187.html


Message édité par jupiter39 le 08-10-2016 à 04:46:59
n°47715862
helicon2
Posté le 15-11-2016 à 11:53:34  profilanswer
 

Une raclée méritée : 46 ans de prison confirmés pour neuf grands banquiers islandais
http://yetiblog.org/index.php?post%2F2025

Citation :

L’an dernier, le Fonds monétaire international reconnut que l’Islande avait renoué avec la reprise économique « sans compromettre son modèle de bien-être » ou avoir puni ses citoyens pour des crimes commis par ses banquiers.


 
Quand on met les délinquants en prison, forcément, la société va mieux...


---------------
Si vous voulez qu'ils s'en aillent tous, si vous voulez dégager tous les professionnels de la politique, soutenez Charlotte !
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Politique

  La crise signerait elle la fin du capitalisme ?

 

Sujets relatifs
Crise de la dette en zone Euro et Fédéralisme Européen, votez !Origine de la dette et de la crise actuelle
Crise de la dette et solutions.crise d'angoisse
Crise de la dette: ça part de la Grèce et aprés?sauvés par le capitalisme
peut-on mourir d'une crise cardiaque en faisant khäkhä[économie] Une dérive du capitalisme: L'obsolescence programmée
Sortir de l'UE et du capitalisme : Socialisme & Souveraineté 
Plus de sujets relatifs à : La crise signerait elle la fin du capitalisme ?


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR