Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
2134 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Société

  La France face à une crise identitaire

 



 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

La France face à une crise identitaire

n°7948906
el_boucher
Posté le 21-03-2006 à 12:42:17  profilanswer
 

Saluti Tutti !
 
Je ne sais pas trop ce que vous en pensez mais j'ai personnellement l'impression que la France se trouve ces temps-ci face à une réelle crise identitaire. Je m'explique.  
 
J'ai l'impression que l'opinion générale Française est comme déchirée entre 2 parties et qu'elle a du mal à se situer.  
 
Il y a d'un côté l'appel du capitalisme, de la mondialisation, du libéralisme qui semble inévitable (on vit dans un monde où il n'est plus possible de rester dans son "petit coin" et la communication avec les autres est inévitable d'où l'obligation de s'aligner plus ou moins sur le modèle général : je parle d'un modèle du type Américain ou Anglo-saxon...).
 
Il y a d'un autre côté une espèce de réminiscence, de nostalgie révolutionnaire : la France n'a pas envie de faire "comme tout le monde", et cherche une certaine originalité : elle n'est pas prête à tirer un trait sur des principes qui lui sont chers (services sociaux, éducation...). Cet esprit contestataire semble être latent et prêt à éclater d'un instant à l'autre (si c'est pas pour le CPE ce sera pour autre chose...).  
 
De nombreux exemples illustrent cette thèse : le non à la constitution européenne, le débat autour du CPE, les débats autour des privatisations, les grèves en tout genre...
 
Finalement, j'ai l'impression que c'est cette difficulté à se situer entre ces 2 parties régit et oriente complètement tous les débats en France. Peut-être même que c'est cela qui sclérose les débats et empêche la démocratie de fonctionner correctement.
 
J'aimerais votre avis et peut-être des informations plus précises à ce sujet (de nombreux politologues ou sociologues ont certainement penser à cela avant moi :) !
 
sur ce, bonne journée à tous !  
 
 :hello:


---------------
"This snake-skin jacket is the symbol of my individuality and my belief in personal freedom" - Saylor
mood
Publicité
Posté le 21-03-2006 à 12:42:17  profilanswer
 

n°7949154
tssstare
Posté le 21-03-2006 à 13:25:22  profilanswer
 

Mais on y vit bien quand même je trouve ;)

n°7949160
Leg9
Fire walk with me
Posté le 21-03-2006 à 13:26:38  profilanswer
 

quicksilver01 a écrit :

P*tain mais on est pas vendredi , c'est quoi tout ces topik ALC aujourd'hui? :/
 
La france n'est plus un pays, c'est qu'une grosse déchèterie surtaxée...


Comme c'est intéressant comme intervention ça. [:itm]


---------------
If I could start again, a million miles away, I would keep myself, I would find a way... "Loreleï's dead ; Heaven is about to fuzz."
n°7949165
justelebla​nc
Posté le 21-03-2006 à 13:27:29  profilanswer
 

el_boucher a écrit :

...
Il y a d'un côté l'appel du capitalisme, de la mondialisation, du libéralisme qui semble inévitable (on vit dans un monde où il n'est plus possible de rester dans son "petit coin" et la communication avec les autres est inévitable d'où l'obligation de s'aligner plus ou moins sur le modèle général : je parle d'un modèle du type Américain ou Anglo-saxon...).
 
...


c'est ce qui fait la différence

n°7949168
justelebla​nc
Posté le 21-03-2006 à 13:27:51  profilanswer
 

Leg9 a écrit :

Comme c'est intéressant comme intervention ça. [:itm]


autant que la tienne :)
 
 
merde et la mienne aussi :/

n°7949170
kfman
Credo quia absurdum
Posté le 21-03-2006 à 13:28:00  profilanswer
 

Oui aux échanges mais pas à n'importe quel prix...
Sinon Topikalakon...

n°7949182
dante2002
HEUUU NOOOOOOOOON
Posté le 21-03-2006 à 13:29:23  profilanswer
 

quicksilver01 a écrit :

P*tain mais on est pas vendredi , c'est quoi tout ces topik ALC aujourd'hui? :/

La france n'est plus un pays, c'est qu'une grosse déchèterie surtaxée
...


 
 
Toi t'as de la chance que la modération est collégiale  :o

n°7949184
quicksilve​r01
Je s'appelle groot!™©®
Posté le 21-03-2006 à 13:29:35  profilanswer
 

Leg9 a écrit :

Comme c'est intéressant comme intervention ça. [:itm]

Ben oui on ne se retrouve plus, c'est la france divisé a 50/50, genre une fois a gauche, une fois a droite et comme au lieu d'aller mieux sa empire :/
 
edit :

dante2002 a écrit :

Toi t'as de la chance que la modération est collégiale  :o

C'est pas méchant ce que je dit, c'ets une pensée critique.
 
Et je pense que sa finira mal un de ces jours dans notre pays :/


Message édité par quicksilver01 le 21-03-2006 à 13:31:09

---------------
Bnet D3      Instant gaming
n°7949202
kfman
Credo quia absurdum
Posté le 21-03-2006 à 13:32:07  profilanswer
 

Tout dans la nuance, ça se voit que t'es un gars sensé... [:itm]

n°7949224
kfman
Credo quia absurdum
Posté le 21-03-2006 à 13:34:41  profilanswer
 

quicksilver01 a écrit :

C'est incroyable que sur HFR dès que tu dit quelque chose c'est mal pris...


Ca dépend de la chose...

mood
Publicité
Posté le 21-03-2006 à 13:34:41  profilanswer
 

n°7949334
BoraBora
Dilettante
Posté le 21-03-2006 à 13:46:24  profilanswer
 

el_boucher a écrit :

Je ne sais pas trop ce que vous en pensez mais j'ai personnellement l'impression que la France se trouve ces temps-ci face à une réelle crise identitaire. Je m'explique.  
 
J'ai l'impression que l'opinion générale Française est comme déchirée entre 2 parties et qu'elle a du mal à se situer.


La division 50/50, c'est un état permanent de toute les démocraties, les camps changeant selon les problématiques du moment. Donc ça n'a rien d'une "crise". Encore heureux que tout le monde n'a pas la même vision des projets de société que l'on nous propose (ou impose).

Citation :

Il y a d'un côté l'appel du capitalisme, de la mondialisation, du libéralisme qui semble inévitable (on vit dans un monde où il n'est plus possible de rester dans son "petit coin" et la communication avec les autres est inévitable d'où l'obligation de s'aligner plus ou moins sur le modèle général : je parle d'un modèle du type Américain ou Anglo-saxon...).
 
Il y a d'un autre côté une espèce de réminiscence, de nostalgie révolutionnaire : la France n'a pas envie de faire "comme tout le monde", et cherche une certaine originalité : elle n'est pas prête à tirer un trait sur des principes qui lui sont chers (services sociaux, éducation...). Cet esprit contestataire semble être latent et prêt à éclater d'un instant à l'autre (si c'est pas pour le CPE ce sera pour autre chose...).


Ah bon, c'est original ? Tu vois beaucoup de pays où l'on est prêt à tirer un trait sur des principes chers ? Et les couvertures sociales, l'éducation etc., c'est spécifique à la France ?

Citation :

De nombreux exemples illustrent cette thèse : le non à la constitution européenne, le débat autour du CPE, les débats autour des privatisations, les grèves en tout genre...
 
Finalement, j'ai l'impression que c'est cette difficulté à se situer entre ces 2 parties régit et oriente complètement tous les débats en France. Peut-être même que c'est cela qui sclérose les débats et empêche la démocratie de fonctionner correctement.


Bis repetita : quand il y a débat, c'est que la démocratie fonctionne correctement. C'est quand il n'y a plus débat qu'elle est mise en échec. Quand à tous se mettre d'accord sur un même projet, ça n'est jamais arrivé et n'arrivera jamais. Une société, ce sont des conflits d'intérêts, fatalement. Où est le problème ?

n°7949494
etheriel
Posté le 21-03-2006 à 14:10:09  profilanswer
 

el_boucher a écrit :

De nombreux exemples illustrent cette thèse : le non à la constitution européenne, le débat autour du CPE, les débats autour des privatisations, les grèves en tout genre...


 
toi tu penses que c'est une crise identitaire, d'autres pensent (depuis longtemps) que la France est devenue un pays de veaux...


---------------
"In the life of a man, there are times and there are seasons. There is a time to surf and there is a time to wax your board. And I'm not just talking about surfing" - Matthew Malone
n°7949772
Profil sup​primé
Posté le 21-03-2006 à 14:50:51  answer
 

el_boucher a écrit :

Saluti Tutti !
 
Je ne sais pas trop ce que vous en pensez mais j'ai personnellement l'impression que la France se trouve ces temps-ci face à une réelle crise identitaire. Je m'explique.  
 
J'ai l'impression que l'opinion générale Française est comme déchirée entre 2 parties et qu'elle a du mal à se situer.  
 
Il y a d'un côté l'appel du capitalisme, de la mondialisation, du libéralisme qui semble inévitable (on vit dans un monde où il n'est plus possible de rester dans son "petit coin" et la communication avec les autres est inévitable d'où l'obligation de s'aligner plus ou moins sur le modèle général : je parle d'un modèle du type Américain ou Anglo-saxon...).
 
Il y a d'un autre côté une espèce de réminiscence, de nostalgie révolutionnaire : la France n'a pas envie de faire "comme tout le monde", et cherche une certaine originalité : elle n'est pas prête à tirer un trait sur des principes qui lui sont chers (services sociaux, éducation...). Cet esprit contestataire semble être latent et prêt à éclater d'un instant à l'autre (si c'est pas pour le CPE ce sera pour autre chose...).  
 
De nombreux exemples illustrent cette thèse : le non à la constitution européenne, le débat autour du CPE, les débats autour des privatisations, les grèves en tout genre...
 
Finalement, j'ai l'impression que c'est cette difficulté à se situer entre ces 2 parties régit et oriente complètement tous les débats en France. Peut-être même que c'est cela qui sclérose les débats et empêche la démocratie de fonctionner correctement.
 
J'aimerais votre avis et peut-être des informations plus précises à ce sujet (de nombreux politologues ou sociologues ont certainement penser à cela avant moi :) !
 
sur ce, bonne journée à tous !  
 
 :hello:


 
C'est pas con du tout  :jap:  
 
Risible par contre de voir ce topic traite de TALC  :pfff:  
 
Faudrait une reforme des institutions. Idealement, ce serait genial si il pouvait y avoir un modele de Constitution Europeenne sociale. Un truc qui suivrait a peu pres la pensee de Diderot, en tenant compte de tout ce qu'on a acquis entre temps. Et la fin de la mondialisation comme elle se fait actuellement.
 
C'est quand-meme triste de voir que nos agriculteurs sont subventionnes par l'etat / l'Europe, qu'ils arrivent pas a ecouler leur production, a des prix risibles, et que les legumes qu'on trouve dans la grande distribution sont pour la plupart importes (en Belgique en tout cas).  
Je pense qu'une reforme agraire, par exemple la mise en place d'une "corporation" europeenne des agriculteurs, qui fixeraient eux-meme leurs prix et vendraient directement, un peu comme les cooperatives vinicoles, changerait vraiment la donne.

n°7951313
Louxxx
Posté le 21-03-2006 à 18:37:30  profilanswer
 


 
Pour avoir travaillé chez un agriculteur je peux te dire que Monsieur se faisait des couilles en or. En fait les grosses fermes profitent, les petites morflent...
 
Moi je pense que le gros problème des subventions c'est qu'on fait de la concurrence déloyale aux pays du tiers monde qui eux ne peuvent pas vendre à bas prix car ils n'ont pas de subventions eux.
 
Donc oui, moi je dis basta à la pac et qu'on laisse les choses se faire !
 
[Purée, je viens de me rendre compte que j'étais complètement HS, désolé  :sweat: ]

Message cité 1 fois
Message édité par Louxxx le 21-03-2006 à 18:39:11
n°7952666
Profil sup​primé
Posté le 21-03-2006 à 21:31:38  answer
 

Louxxx a écrit :

Pour avoir travaillé chez un agriculteur je peux te dire que Monsieur se faisait des couilles en or. En fait les grosses fermes profitent, les petites morflent...
 
Moi je pense que le gros problème des subventions c'est qu'on fait de la concurrence déloyale aux pays du tiers monde qui eux ne peuvent pas vendre à bas prix car ils n'ont pas de subventions eux.


 
Ben c'est logique, et les gros rachetent les petits, jusqu'a ce qu'il n'y ait plus que des gros. C'est limite a l'agriculture, c'est un phenomene present dans tous les secteurs. Meme les services publics disparaissent :/
 
Des subventions pour l'Afrique, ca servirait a rien. Qu'on annule la dette d'abord :D

n°7979181
yannis44
crise égale chance
Posté le 24-03-2006 à 21:04:21  profilanswer
 


  La PAC , c'est l'essentiel de la subvention européenne , et effectivement elle va aux gros agriculteurs et pas au petits paysans qui font la richesse de nos terroirs.
  Seul problème , ces derniers sont une bonne source électorale , plus que les chercheurs : le nombre de brevets issu de la recherche française est consternant !... trés mauvaus pour notre développement économique.
  Donnons de l'argent à l'avenir (il faudrait cependant qu'en contrepartie de nouveaux moyens , les chercheurs soient en phase avec l'industrie et tenu à une obligation de résultat : une vraie révolution !).

n°7979285
Coin_coin
A pu rien en dessous
Posté le 24-03-2006 à 21:12:08  profilanswer
 

Je sais pas si vous avez lu un article de Capital qui parlait des principaux bénéficiaires de la PAC, c'était à vomir :pfff:
 
Tu voyais des gens comme le prince Charles qui en touchait une quantité incroyable, et tout un tas de notables qui n'ont rien d'agriculteurs, mais qui jouissaient juste d'un domaine (hérité?) très vaste :/

n°7979687
poilagratt​er
Posté le 24-03-2006 à 21:47:45  profilanswer
 


Non c'est pas logique, mais c'est dans la logique du système économique qui pourrait être différent.  
Au fond si les gros rachètent les petits, c'est d'abord la conséquence d'un choix politique qui ne mène à rien, si ce n'est à des déséquilibres de toutes natures, et à l'exclusion du plus grand nombre.

n°7986197
charlie 13
Posté le 25-03-2006 à 20:02:17  profilanswer
 

Le problème, c'est la disparition des emplois dus à la concurence des "pays emergents", comme on finira par ne plus rien fabriquer en france, avec quels salaires achètera -t-on ce qui est importé?
 Il ne manque plus que des équipes de chinois pour construire les batiments (ils le font déjà en afrique), et ça sera complet.

n°7986693
Profil sup​primé
Posté le 25-03-2006 à 21:13:50  answer
 

poilagratter a écrit :

Non c'est pas logique, mais c'est dans la logique du système économique qui pourrait être différent.  
Au fond si les gros rachètent les petits, c'est d'abord la conséquence d'un choix politique qui ne mène à rien, si ce n'est à des déséquilibres de toutes natures, et à l'exclusion du plus grand nombre.


 
 [:airforceone]  
 
C'est pas qu'une question politique. En achetant chez Carrefour a la place du petit epicier/boucher du coin, on donne un coup de manivelle a la machine-a-desequilibre. Evidemment, c'est moins cher, on tombe tous dedans. C'est pas les politiciens qui sont a remplacer, mes les valeurs qu'on inculque a nos enfants :)

n°7987420
lebouru
won't get fooled again!!!!!!!!
Posté le 25-03-2006 à 22:55:01  profilanswer
 

En tout cas apres avoir ecoute un representant de la fnsea il semblerait que le monde agricole soit en train de faire sa revolution intellectuelle ,si,si. Il ont enfin compris que le modele productiviste ultra subventionné et anti bio etait une heresie. Enfin.  
Reste a convaincre les viticulteurs qu'on va pas picloer pour leur faire plaisir et que si ils veulent vendre c'est a eux de s'adapter,le consommateur veut des vins:
- non trafiques
- avec des labels visibles et comprehensibles
- avec des degres d'alcool en baisse,il n'est pas normal de trouver aussi peu de vin en dessous de 10 degres alors que la desalcoolisation est un procede maitrise qui au vin son vrai gout. C'est a croire que les viticulteurs nous font le coups des cigaretiers avec la dependance liee a certaines substances!

n°8051556
corsicaper​sempre
Posté le 02-04-2006 à 02:40:42  profilanswer
 

Les discussions de Hardware.fr vinrent à ma connaissance par Direct 8. Pendant quelques semaines, le site de la chaîne de Vincent Bolloré arborait en une un lien menant ici. En quelque sorte, Hardware et ses fora devenaient le lieu officiel de babillages sur la chaîne. Mes rapports avec le site furent ponctués de renvois (on dit ban ici) au nombre de deux : l'un que j'estimais justifié, par ma virulence lors des émeutes de novembre dernier, et l'autre à propos d'un sujet que j'ouvrais sur la Tribu Ka pour en dénoncer les ravages et qui me semble toujours injustifié et injuste. Je reste d'ailleurs sous le coup d'un ban définitif (ip bloqué) malgré mon retour sous un nouveau pseudonyme.
 
Ce petit préambule pour se poser une question qui me semble fondamentale : peut-on encore, en 2006, clamer son amour de la France ? J'entends partout qu'elle cumule tous les défauts de la Terre. Qu'elle est quasiment vouée à disparaître. Les Français n'ont pas le moral. Ils ont peur du lendemain et des incertitudes. Nous serions timorés et arqueboutés sur nos "privilèges". De violents sites internet, toute la nébuleuse d'extrême-droite que j'ai fréquentée un temps, profitent à plein de ces moments de dépression. Comme les sectes qui prolifèrent en proposant des schémas de solutions toutes faites, ils engrangent et se donnent l'illusion d'une soi-disant subversion en dénonçant pêle-mêle l'islamisation de la France, le silence des médias sur racisme anti-blanc, concept dont ils sont les inventeurs exclusifs. Ces gens qui vivent dans une France moisie et passéïste vont chercher très loin leur zélotes. Stalker, par exemple, dans son site qui se veut un dissection du corps mort de la littérature française, n'est pas loin de ces extrêmes. Ils sont aussi aidés par des associations anti-racistes débordées sur leur gauche par la radicalisation de certains discours empoignant l'islam comme une épée, qui ne savent plus maîtriser le domaine de la parole. Alors, on navigue entre ces eaux boueuses. Il en est qui apportent le limon nécessaire à la régénaration du rivage, et d'autres qui charrient bactéries et algues tueuses. Quand on sait à peine nager, on ne se préocupe pas de ce qui se trouve sous nos pieds. Et on se laisse embarquer, qui par le Bloc identitaire, qui par France Echos, qui par Vox Galliae ou Liberty Vox, Solidarité alsacienne, sans parler du Front national jeune dont le président a été arrêté parmi les casseurs devant la Sorbonne.
 
Or, à les observer de très près, on remarque que toute cette nébuleuse qui grossit comme une tumeur cancéreuse se fout de la France à un point rare. Je n'ai jamais lu, sur aucun de ces sites, une déclaration d'amour à ce pays. Ils se disent nationalistes et intrumentalisent la France à leur profit. La France ne devient plus qu'une marrionnette de chiffon dans leurs mains manucurées. Il serait stupide de ne point accorder à quelques individus sincères le bénéfice d'une certaine lucidité sur les rapports humains qui se dégradent, sur la banlieue qui se désespère, sur les centre-villes qui se barricadent, sur les arcanes administratives parfois ubuesques, sur les difficultés de vivre une histoire d'amour simple. Oui, certes, nous sommes englués dans une recherche de nous-mêmes, moi le premier. Est-ce que pour autant, comme le clame à qui veut l'entendre Nicolas Baverez, la France tombe ?
 
Je ne crois pas à ce diagnostic qu'on nous serine depuis maintenant cinq ans, depuis que Jean-Marie Le Pen est arrivé au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2002. J'ai envie d'aimer cette France qui m'a vu naître. De la respecter, pas seulement pour son Histoire, mais aussi pour ce qu'elle est aujourd'hui. Après tout, ce n'est pas parce que certains eurent la folie des grandeurs (Louis XIV, Napoléon) que nous devons rester sur ces paradigmes. Pourquoi cette absolue nécessité de se comparer aux grandes puissances ? Pourquoi ne pas mener notre barque, à notre mesure, avec nos forces, sans tapage ? Ce n'est pas parce que nous avons en ce moment un premier ministre qui ne jure que par le concours de celui qui a la plus grosse, que nous devons entrer dans son jeu, par tous les diables ! On a besoin d'une France apaisée, d'une France tranquille et sereine qui arrête de se regarder dans un miroir. Arrêtons de jouer les divas du monde. Elles finissent souvent par agacer leurs plus fervents admirateurs, avec leurs caprices, leurs amours compliquées. Elles meurent souvent seules, oubliées de tous, dans un mélange de médicaments et d'alcool. Pour reprendre la métaphore si chère à notre Villepin national, il ne sert de rien d'avoir un gros kiki si l'on ne s'en sert pas, ou pire si l'on s'en sert mal. Les couilles, les couilles, les couilles, voilà qu'ils n'ont plus que ce mot à la bouche, tous ces boute-feux à la petite semaine. Ils proclament de grands discours pour soudain voir revenir sur eux, à vitesse accélérée, le boomerang qu'ils avaient lancé. Ca braille, ça tance, ça lance des harangues enflammées, et ça fait pschitt.
 
Nous, Français modestes, pas toujours très finauds, même parfois un peu cons, et après tout, la connerie est souvent chez ceux qui s'en moquent, réclamons simplement du calme, un pays qui avance, laisse la place à ceux qui en demandent juste un peu. Que les experts (Jacques Marseille, Elie Cohen, et toute la cohorte des apôtres du déclin) se taisent. Ce n'est pas eux qui font avancer la France. Eux la tirent vers le bas en lui tapant dessus à longueur de colonnes de journaux, d'apparitions dans C Dans L'Air, le nouveau salon où l'on cause du moindre TER qui aurait trente secondes de retard. Il est de bon ton de taper sur Jean-Pierre Pernault, de le traiter qui de pétainiste, qui de fossoyeur de l'information télévisée. Mais au moins, lui cherche ce qui en France avance, sans faire de bruit. Ah, la fête à la Mirabelle ou un vin local, c'est sûr, ça irrite ceux qui jacassent. Tracer son sillon lentement mais sûrement, voilà simplement ce que demandent ceux qui aiment leur pays, sans que nous soyons assaillis par les excités de tout bord. Mais peut-être en ces temps où le ridicule n'a plus sa vertu darwiniste, est-ce trop demander...

n°8051619
gorobei
Posté le 02-04-2006 à 02:51:36  profilanswer
 


Perso, je pense que nos agriculteurs, producteur laitiers et autres devraient aujourd'hui plus être considérés com des paysagiste de notre environnement, que com des producteurs primaires... Et avoir les primes en rapport avec cette notion de paysage => suppression des 500€/ha de maÏs, révision de la prime à l'herbe, révision de la gestion des jachères (création de forières permanente et limitation de la taiile des parceeles agricoles...) ..................

n°8051668
reith
Posté le 02-04-2006 à 03:00:40  profilanswer
 

la pensée de DIDEROT : il doit se retourner dans sa tombe quand il constate l'invasion de l'obscurantisme en France...
quand on voit une petite frappe qui a brûlée vive une jeune fille, acclamé par son quartier comme un espèce de "héros", il y a quelque chose de distordu dans l'éthique actuelle...
 
et quand on lit cela,  
 
http://www.liberation.fr/page.php?Article=370986
 
 
on reste stupéfait de l'inertie des politicards tous mus uniquement par une ambition imbècile et mortelle...

n°8051884
Mini-Genoi​se
Posté le 02-04-2006 à 03:39:06  profilanswer
 

Chirac n'aurait du pas enlever le service millitaire, fallait le laisser mais juste le modifier, ceux qui font des études sont pas obliger d'y aller.
 

n°8070735
maluko
Posté le 04-04-2006 à 11:38:56  profilanswer
 

corsicapersempre a écrit :

Les discussions de Hardware.fr vinrent à ma connaissance par Direct 8. Pendant quelques semaines, le site de la chaîne de Vincent Bolloré arborait en une un lien menant ici. En quelque sorte, Hardware et ses fora devenaient le lieu officiel de babillages sur la chaîne. Mes rapports avec le site furent ponctués de renvois (on dit ban ici) au nombre de deux : l'un que j'estimais justifié, par ma virulence lors des émeutes de novembre dernier, et l'autre à propos d'un sujet que j'ouvrais sur la Tribu Ka pour en dénoncer les ravages et qui me semble toujours injustifié et injuste. Je reste d'ailleurs sous le coup d'un ban définitif (ip bloqué) malgré mon retour sous un nouveau pseudonyme.
 
Ce petit préambule pour se poser une question qui me semble fondamentale : peut-on encore, en 2006, clamer son amour de la France ? J'entends partout qu'elle cumule tous les défauts de la Terre. Qu'elle est quasiment vouée à disparaître. Les Français n'ont pas le moral. Ils ont peur du lendemain et des incertitudes. Nous serions timorés et arqueboutés sur nos "privilèges". De violents sites internet, toute la nébuleuse d'extrême-droite que j'ai fréquentée un temps, profitent à plein de ces moments de dépression. Comme les sectes qui prolifèrent en proposant des schémas de solutions toutes faites, ils engrangent et se donnent l'illusion d'une soi-disant subversion en dénonçant pêle-mêle l'islamisation de la France, le silence des médias sur racisme anti-blanc, concept dont ils sont les inventeurs exclusifs. Ces gens qui vivent dans une France moisie et passéïste vont chercher très loin leur zélotes. Stalker, par exemple, dans son site qui se veut un dissection du corps mort de la littérature française, n'est pas loin de ces extrêmes. Ils sont aussi aidés par des associations anti-racistes débordées sur leur gauche par la radicalisation de certains discours empoignant l'islam comme une épée, qui ne savent plus maîtriser le domaine de la parole. Alors, on navigue entre ces eaux boueuses. Il en est qui apportent le limon nécessaire à la régénaration du rivage, et d'autres qui charrient bactéries et algues tueuses. Quand on sait à peine nager, on ne se préocupe pas de ce qui se trouve sous nos pieds. Et on se laisse embarquer, qui par le Bloc identitaire, qui par France Echos, qui par Vox Galliae ou Liberty Vox, Solidarité alsacienne, sans parler du Front national jeune dont le président a été arrêté parmi les casseurs devant la Sorbonne.
 
Or, à les observer de très près, on remarque que toute cette nébuleuse qui grossit comme une tumeur cancéreuse se fout de la France à un point rare. Je n'ai jamais lu, sur aucun de ces sites, une déclaration d'amour à ce pays. Ils se disent nationalistes et intrumentalisent la France à leur profit. La France ne devient plus qu'une marrionnette de chiffon dans leurs mains manucurées. Il serait stupide de ne point accorder à quelques individus sincères le bénéfice d'une certaine lucidité sur les rapports humains qui se dégradent, sur la banlieue qui se désespère, sur les centre-villes qui se barricadent, sur les arcanes administratives parfois ubuesques, sur les difficultés de vivre une histoire d'amour simple. Oui, certes, nous sommes englués dans une recherche de nous-mêmes, moi le premier. Est-ce que pour autant, comme le clame à qui veut l'entendre Nicolas Baverez, la France tombe ?
 
Je ne crois pas à ce diagnostic qu'on nous serine depuis maintenant cinq ans, depuis que Jean-Marie Le Pen est arrivé au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2002. J'ai envie d'aimer cette France qui m'a vu naître. De la respecter, pas seulement pour son Histoire, mais aussi pour ce qu'elle est aujourd'hui. Après tout, ce n'est pas parce que certains eurent la folie des grandeurs (Louis XIV, Napoléon) que nous devons rester sur ces paradigmes. Pourquoi cette absolue nécessité de se comparer aux grandes puissances ? Pourquoi ne pas mener notre barque, à notre mesure, avec nos forces, sans tapage ? Ce n'est pas parce que nous avons en ce moment un premier ministre qui ne jure que par le concours de celui qui a la plus grosse, que nous devons entrer dans son jeu, par tous les diables ! On a besoin d'une France apaisée, d'une France tranquille et sereine qui arrête de se regarder dans un miroir. Arrêtons de jouer les divas du monde. Elles finissent souvent par agacer leurs plus fervents admirateurs, avec leurs caprices, leurs amours compliquées. Elles meurent souvent seules, oubliées de tous, dans un mélange de médicaments et d'alcool. Pour reprendre la métaphore si chère à notre Villepin national, il ne sert de rien d'avoir un gros kiki si l'on ne s'en sert pas, ou pire si l'on s'en sert mal. Les couilles, les couilles, les couilles, voilà qu'ils n'ont plus que ce mot à la bouche, tous ces boute-feux à la petite semaine. Ils proclament de grands discours pour soudain voir revenir sur eux, à vitesse accélérée, le boomerang qu'ils avaient lancé. Ca braille, ça tance, ça lance des harangues enflammées, et ça fait pschitt.
 
Nous, Français modestes, pas toujours très finauds, même parfois un peu cons, et après tout, la connerie est souvent chez ceux qui s'en moquent, réclamons simplement du calme, un pays qui avance, laisse la place à ceux qui en demandent juste un peu. Que les experts (Jacques Marseille, Elie Cohen, et toute la cohorte des apôtres du déclin) se taisent. Ce n'est pas eux qui font avancer la France. Eux la tirent vers le bas en lui tapant dessus à longueur de colonnes de journaux, d'apparitions dans C Dans L'Air, le nouveau salon où l'on cause du moindre TER qui aurait trente secondes de retard. Il est de bon ton de taper sur Jean-Pierre Pernault, de le traiter qui de pétainiste, qui de fossoyeur de l'information télévisée. Mais au moins, lui cherche ce qui en France avance, sans faire de bruit. Ah, la fête à la Mirabelle ou un vin local, c'est sûr, ça irrite ceux qui jacassent. Tracer son sillon lentement mais sûrement, voilà simplement ce que demandent ceux qui aiment leur pays, sans que nous soyons assaillis par les excités de tout bord. Mais peut-être en ces temps où le ridicule n'a plus sa vertu darwiniste, est-ce trop demander...


 
 
very good point !
message sympa à lire,et qui vise juste !
 
 
http://images.bravenet.com/common/images/smilies/25_coolguy.gif
 
Quoiqu'il arrive et partout ou je vais,je reste aussi un enfant de France !


Message édité par maluko le 04-04-2006 à 13:20:35

---------------
http://maluko.over-blog.com/
n°8093509
Cricrou92
Nous avons tous l'air normal..
Posté le 06-04-2006 à 17:41:28  profilanswer
 

Très joli message en effet, pertinent à souhait. Moi aussi j'aime la France et je ne la laisserai pas tomber. Mais cela fait déjà un moment que j'ai cette opinion et un refrain d'une chanson d'un certain groupe de rock français la résume très bien:
"oh France ma France, ohohoh,  je suis si heureux d'être ici car tu est le plus beau pays..."
"oh France ma France, ohohoh,  je t'aimerai toute la vie, t'es ma fierté et mon pays."

n°8094810
msf
Posté le 06-04-2006 à 20:15:28  profilanswer
 

Mini-Genoise a écrit :

Chirac n'aurait du pas enlever le service millitaire, fallait le laisser mais juste le modifier, ceux qui font des études sont pas obliger d'y aller.


 
Tous les pays qui s'en sortent le mieux n'ont pas de service militaire : Australie, NZ, UK, US...

n°8096966
choubidouw​a78
Posté le 06-04-2006 à 22:54:36  profilanswer
 

Bonjour, je m'appelle Guillaume, étudiant en 3ème année de droit en échange pour un an au Quebec. Je retourne en France (mon pays), d'ici quelques mois...
 
 
Vu d'ici ça fait vraiment de la peine, tout le monde se fout de notre gueule...  
Les journaux canadiens nous considèrent comme un peuple qui vie dans un rêve, qui veut le beurre, l'argent du beurre et qui en plus veut se montrer en  
exemple... Bref, c'est pas facile de défendre la France... ça me rend assez  
triste...
 
Il faut se rendre compte que la France vit au dessus de ses moyens depuis  
une trentaine d'année, résultat: on est endetté comme pas possible. Dans la  
logique des choses, deux étapes s'imposent: d'abord arreter de depenser plus que ce qu'on gagne, et après payer nos dettes. Ça ça implique d'abord que l'Etat nous donne moins et après que l'on donne plus à l'Etat que ce qu'il nous donne.  C'est triste mais c'est comme ça, les générations précédentes ont exigé tjrs plus de la part de l'Etat, même ce qu'on était pas capable de financer, maintenant il va falloir payer pour ça...
 
Alors oui, il y a une rupture générationnelle parce que ça fait chier de  
payer pour les autres qui ont profité, je sais pas trop pq mais pour ma part, je  
suis prêt à travailler pour ça, peut etre pour être fier de me dire que je fais  
partie de la génération qui a su redresser la barre. Malheureusement, et je le  
comprends, je crois que tout le monde n'est pas de cet avis et ne comprend pq il devrait payer pour les autres...
 
Que certains jeunes s'opposent à cette situation, je le comprends (même s'il  
faudra qu'ils se rendent compte un jour ou l'autre qu'on a pas le choix). Par  
contre, que les vieux s'en mèlent et qu'ils disent: "ne vous laissez pas faire,  
faites comme nous, revoltez vous" ça ÇA M'ENERVE VRAIMENT. Qu'ils ferment juste leur gueule, et qu'ils nous laissent gérer NOTRE AVENIR, pour essayer de réparer LEURS ABUS!!!
 
En ce qui concerne le CPE en tant que tel, je ne suis pas fondamentalement  
pour mais je pense qu'il faut laisser sa chance au produit. Oui, ça précarise  
l'emploi, mais que faire lorsqu'on a un taux de chomage de 25% chez les jeunes qd on a déjà tout essayé ou presque depuis 20 ans. Je ne suis pas economiste, mais pq ne pas essayer, pq dire "NON" tout de suite et brandir des banderoles  
stupides (par exemple, vous pensez vraiment que ça fait marrer De Villepin de  
"précariser" l'emploi, qu'il est mechant et qu'il veut voir que des SDF en  
France...?).
 
Tout ça pour dire que si on veut rester fier d'être français, il va falloir  
se mettre au boulot!!! Le fait de me dire ça me rend optimiste, il y a une  
solution pour sortir de ce passage difficile, il suffit juste de la  
saisir!!!
 
Je finis par la citation de Kenedy "Ne me demandez ce que votre pays peut  
faire pour vous, demandez plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays"
 
Merci de m'avoir lu...

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Société

  La France face à une crise identitaire

 

Sujets relatifs
Programmation musicale de france inter?comment travailler en france, infirmière canadienne en suisse
COUPE DU MONDE: A QUOI S'ATTENDRE POUR LA FRANCE?COUPE DU MONDE DE FOOT ET LA FRANCE
Le magazine de la santé au quotidien (France 5)Notre équipe de france en lambeaux...
Listons les emissions "RealTV" en France...Une crise politique mondiale pour bientôt ?
Neuf telecom : Ne plus payer France telecomConnaissez vous un site pouregarder le match france italy ?
Plus de sujets relatifs à : La France face à une crise identitaire


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR