Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
633 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Arts & Lecture

  Avis sur un début de fic

 



 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Avis sur un début de fic

n°18272608
hav0k para​syte
Posté le 26-04-2009 à 19:53:06  profilanswer
 

Bonjour,
Alors voilà, je suis fan de fantastique, j'aime lire et souvent j'ai envie d'écrire moi aussi. Donc je m'y suis mis, mais je sais que je suis pas très doué pour ça. J'ai écrit un début de fic, et j'aimerai avoir l'avis et les conseils des gens du forum.
 
Chapitre 1 (enfin bon, c'est tout ce que j'ai écrit hein^^ y a pas encore de suite...)
 
 
-Ne fait pas ça ! Il est encore si jeune, pense à ce qu’il pourrait devenir. Ne voudrais-tu pas le voir grandir, entendre ses premiers mots, assister à son mariage et raconter des histoires à ses enfants ?
Elle continuait de pleurer tout en essayant désespérément de convaincre son mari :
-Tout peut encore changer, tu dois lui laisser une chance ! Ne laisse pas quelques fous décider de ce que tu dois faire de lui ! Je ne supporterai pas de te voir faire une telle chose…
La jeune femme était assise à la table du salon. A sa droite le feu crépitait paisiblement dans la cheminée et chargeait l’air d’une chaleur dont il était difficile de se passer en un hiver aussi rude. Les mouvements incessants des flammes faisaient danser les ombres sur les murs de la pièce. Plusieurs minutes s’écoulèrent, et les sanglots réguliers de la femme ne s’étaient pas estompés. L’homme à qui elle s’adressait, son époux, était assis en face d’elle. Il ne faisait aucun bruit mais de grosses larmes coulaient sur ses joues jusqu’à se perdre dans sa barbe ébouriffée. Une profonde réflexion se peignait dans son regard évaporé.
-Je suis désolé, dit-il en éclatant en sanglots. Je suis vraiment désolé…
Il se leva bruyamment et s’empara d’un grand sac en tissu…
 
Arrkan se réveilla dans un sursaut. De grosses goûtes de sueur perlaient sur son front. Sa vue était un peu brouillée, comme s’il avait pleuré. Quelques instants passèrent, sans qu’il ne bouge d’un centimètre. Son cœur battait si fort qu’il sentait ses pulsations lui soulever la poitrine. Puis, il reprit ses esprits. Son pouls ralentit jusqu’à reprendre son rythme habituel. Une fois calmé, il sauta d’un bond hors de son lit et sorti de la tente après avoir s’être habillé. Dehors, son père était assis en tailleur, en train de méditer. Arrkan s’approcha et vint s’asseoir à côté de lui.
-J’ai encore fait ce cauchemar, papa.
-Approche mon fils, répondit-il.
Il plongea gravement son regard dans celui de son fils et repris :
-Tes démons intérieurs vont te détruire si tu n’essayes pas de les vaincre. Mais ne t’inquiète pas, la sagesse s’acquière avec le temps et tu es encore bien jeune. Plus tard, tu apprendras à contrôler tes pensées et tes émotions, afin de devenir seul maître de ton corps et de ton esprit.
Il s’arrêta, sembla hésiter une fraction de seconde et continua :
-Tu sais, avant de devenir sage et réfléchi comme je le suis maintenant, j’étais un jeune loup curieux et imprudent comme toi. Il m’est arrivé de m’aventurer dans des forêts sombres, ou dans des grottes obscures simplement parce que mon instinct me disait d’y aller. Ecoute moi Arrkan, laisse ton cœur guider tes pas et où que tu iras, tu sauras que tu as fait le bon choix… Aller vient, une nouvelle journée d’entraînement nous attend.
Il se leva d’un geste gracieux, et entra dans la tente qui leur servait de domicile.
Arrkan, âgé de seize ans, vivait seul avec son père, loin de toute vie humaine. Ils chassaient leur nourriture, fabriquaient des outils avec ce qu’ils trouvaient dans la nature, et se servaient de peaux et de fourrures d’animaux pour se vêtir. Quand Arrkan demandait à son père pourquoi ils étaient obligés de se cacher et de s’isoler, ce dernier lui répondait toujours que les gens étaient dangereux et allait leur arriver grand malheur si jamais ils allaient en ville. Ces explications lui semblaient curieuses, mais Arrkan lui faisait confiance et il n’avait jamais osé s’aventurer dans une ville ou un village.
Son père lui, était un homme sage de cinquante six ans. Il se nommait Ekorr mais répétait sans cesse à Arrkan que les noms que donnaient les parents à leurs enfants n’avaient guère d’importance. Malgré son âge, il était d’une force et d’une vigueur étonnantes, et, armé d’un simple couteau, il pouvait abattre un loup sans trop de peine. Un jour, il avait même raconter à son fils comment il avait lutter à mains nues avec un ours, jusqu’à ce que tous deux tombent de fatigue. Arrkan en avait ri, il ne croyait aucun homme, aussi fort soit-il, dont la seule force physique pouvait rivaliser avec celle d’un ours.
Ekorr apprenait à son fils tout ce qu’il savait, tout ce qu’il avait lui-même appris au cours de sa vie. Ils s’entendaient tous deux à merveille et leur bonne humeur mutuelle leur faisait parfois oublier la profonde solitude qui habitait leur cœur. Une solitude qui rongeait Arrkan de l’intérieur, qui se répandait en lui tel du venin, et allait bientôt lui faire perdre la raison…
 
 
Voilà, j'accepte évidemment toutes les critiques, aussi négatives soient-elle (et je sais qu'il y en aura^^) et surtout j'attends des conseils qui me permettront de m'améliorer par la suite.
Merci

mood
Publicité
Posté le 26-04-2009 à 19:53:06  profilanswer
 

n°18279922
TAM136
Posté le 27-04-2009 à 13:29:07  profilanswer
 

hav0k parasyte a écrit :

Bonjour,
Alors voilà, je suis fan de fantastique, j'aime lire et souvent j'ai envie d'écrire moi aussi. Donc je m'y suis mis, mais je sais que je suis pas très doué pour ça. J'ai écrit un début de fic, et j'aimerai avoir l'avis et les conseils des gens du forum.
 
Chapitre 1 (enfin bon, c'est tout ce que j'ai écrit hein^^ y a pas encore de suite...)
 
 
-Ne fait fais pas ça !  
Il est encore si jeune, pense à ce qu’il pourrait devenir. Ne voudrais-tu pas le voir grandir, entendre ses premiers mots, assister à son mariage et raconter des histoires à ses enfants ?
Elle continuait de pleurer tout en essayant désespérément de convaincre son mari :
-Tout peut encore changer, tu dois lui laisser une chance ! Ne laisse pas quelques fous décider de ce que tu dois faire de lui ! Je ne supporterai pas de te voir faire une telle chose…
La jeune femme était assise à la table du salon. A sa droite le feu crépitait paisiblement dans la cheminée et chargeait l’air d’une chaleur dont il était difficile de se passer en un hiver aussi rude. Les mouvements incessants des flammes faisaient danser les ombres sur les murs de la pièce. Plusieurs minutes s’écoulèrent, et les sanglots réguliers de la femme ne s’étaient pas estompés. L’homme à qui elle s’adressait, son époux, était assis en face d’elle. Il ne faisait aucun bruit mais de grosses larmes coulaient sur ses joues jusqu’à se perdre dans sa barbe ébouriffée. Une profonde réflexion se peignait dans son regard évaporé.
-Je suis désolé, dit-il en éclatant en sanglots. Je suis vraiment désolé…
Il se leva bruyamment et s’empara d’un grand sac en tissu…
 
Arrkan se réveilla dans un sursaut. De grosses goûtes de sueur perlaient sur son front. Sa vue était un peu brouillée, comme s’il avait pleuré. Quelques instants passèrent, sans qu’il ne bouge d’un centimètre. Son cœur battait si fort qu’il sentait ses pulsations lui soulever la poitrine. Puis, il reprit ses esprits. Son pouls ralentit jusqu’à reprendre son rythme habituel. Une fois calmé, il sauta d’un bond hors de son lit et sorti de la tente après avoir s’être habillé. Dehors, son père était assis en tailleur, en train de méditer. Arrkan s’approcha et vint s’asseoir à côté de lui.
-J’ai encore fait ce cauchemar, papa.
-Approche mon fils, répondit-il.
Il plongea gravement son regard dans celui de son fils et repris reprit :
-Tes démons intérieurs vont te détruire si tu n’essayes pas de les vaincre. Mais ne t’inquiète pas, la sagesse s’acquière avec le temps et tu es encore bien jeune. Plus tard, tu apprendras à contrôler tes pensées et tes émotions, afin de devenir seul maître de ton corps et de ton esprit.
Il s’arrêta, sembla hésiter une fraction de seconde et continua :
-Tu sais, avant de devenir sage et réfléchi comme je le suis maintenant, j’étais un jeune loup curieux et imprudent comme toi. Il m’est arrivé de m’aventurer dans des forêts sombres, ou dans des grottes obscures simplement parce que mon instinct me disait d’y aller. Ecoute moi Arrkan, laisse ton cœur guider tes pas et où que tu iras, tu sauras que tu as fait le bon choix… Aller vient allez viens, une nouvelle journée d’entraînement nous attend.
Il se leva d’un geste gracieux, et entra dans la tente qui leur servait de domicile.
Arrkan, âgé de seize ans, vivait seul avec son père, loin de toute vie humaine. Ils chassaient leur nourriture, fabriquaient des outils avec ce qu’ils trouvaient dans la nature, et se servaient de peaux et de fourrures d’animaux pour se vêtir. Quand Arrkan demandait à son père pourquoi ils étaient obligés de se cacher et de s’isoler, ce dernier lui répondait toujours que les gens étaient dangereux et  
qu'i allait  
leur arriver grand malheur si jamais ils allaient en ville. Ces explications lui semblaient curieuses, mais Arrkan lui faisait confiance et il n’avait jamais osé s’aventurer dans une ville ou un village.
Son père lui, était un homme sage de cinquante six ans. Il se nommait Ekorr mais répétait sans cesse à Arrkan que les noms que donnaient les parents à leurs enfants n’avaient guère d’importance. Malgré son âge, il était d’une force et d’une vigueur étonnantes, et, armé d’un simple couteau, il pouvait abattre un loup sans trop de peine. Un jour, il avait même raconter raconté
à son fils comment il avait lutter lutté
à mains nues avec un ours, jusqu’à ce que tous deux tombent de fatigue. Arrkan en avait ri, il ne croyait aucun homme, aussi fort soit-il, dont la seule force physique pouvait rivaliser avec celle d’un ours.
Ekorr apprenait à son fils tout ce qu’il savait, tout ce qu’il avait lui-même appris au cours de sa vie. Ils s’entendaient tous deux à merveille et leur bonne humeur mutuelle leur faisait parfois oublier la profonde solitude qui habitait leur cœur. Une solitude qui rongeait Arrkan de l’intérieur, qui se répandait en lui tel du venin, et allait bientôt lui faire perdre la raison…
 
 
Voilà, j'accepte évidemment toutes les critiques, aussi négatives soient-elle (et je sais qu'il y en aura^^) et surtout j'attends des conseils qui me permettront de m'améliorer par la suite.
Merci


 
Je trouve ça plutôt pas mal.

Message cité 1 fois
Message édité par TAM136 le 27-04-2009 à 13:31:30
n°18330471
hav0k para​syte
Posté le 01-05-2009 à 00:31:06  profilanswer
 

TAM136 a écrit :


 
Je trouve ça plutôt pas mal.


Merci, c'est sympa.
D'autres commentaires ? Je serai ravis de recevoir quelques conseils :)

n°18330546
Profil sup​primé
Posté le 01-05-2009 à 00:46:21  answer
 

Ca change des merdes qu'on lit habituellement sur le forum, plutôt sympa :)
 
Enfin le reproche principal que je ferais, outre les fautes d'orthographe, c'est d'ordre stylistique. C'est pas la catastrophe, loin de là, mais les grands auteurs d'heroic fantasy nous ont habitué à tellement mieux qu'on devient exigeant. Donc le reproche en question, c'est qu'on sent que tout arrive trop vite. On sent que ce n'est pas le début d'une grande aventure, d'un long roman, mais au mieux d'une petite nouvelle. Perso je suis fan des univers qui sont mis en place très progressivement, parce que ça donne de l'épaisseur aux personnages et au contexte.
 
Donc je pense que, avant de te lancer dans l'écriture d'un livre, il faut planifier, il faut prévoir, sur le long terme, et une fois que cette première étape est réalisée, passer à l'écriture et tout mettre en place de manière beaucoup plus progressive que ce que tu as fait.

n°18343408
NifNoufLog​asse
Posté le 02-05-2009 à 18:20:24  profilanswer
 

Tout d'abord, il ne faut absolument pas dire que tu n'es pas doué pour ça !
Je trouve ce début bien plus accrocheur que beaucoup d'autres que j'ai lu auparavant.  
 
L'ouverture de l'histoire sur un dialogue est notamment originale et fait entrer dans le vif du sujet. Pour l'instant, ton début me semble très bien construit : on veut connaître la suite !
 
Après, il est vrai que le rythme ralenti soudainement (faut bien présenter les personnages tu me diras !  :whistle: ). Je me demande si cette présentation ne pourrais pas se faire de façon plus vivante : par exemple au lieu d'expliquer que le père est très fort, l'embarquer directement dans une situation qui montrerait sa force comme une attaque de loup ou je ne sais quoi !  
Ce n'est qu'un humble conseil mais je trouve que ton texte est déjà très prometteur. Je te recommande le site http://imagineria.free.fr/, où tu pourra trouver pas mal de conseils très utiles !

En attendant, si tu veux me rendre la monnaie de ma pièce, j'ai moi-même posté un début de roman afin de récolter quelques avis... À bon entendeur !  :D

 


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Arts & Lecture

  Avis sur un début de fic

 

Sujets relatifs
AVIS ZX6RVotre avis: achat scooter
Avis sur une Seat Toledo 150 CV 2002Avis sur l'ukulélé baryton STAGG UB70-S
[Coffres de toit] Avis sur FaradDemande d'avis sur yamaha DGX 230, PSR E413 et Casio CTK 900
Début de roman, je voudrai connaitre votre avisDébut d'une novella
Avis pour début de romanavis pour début de roman
Plus de sujets relatifs à : Avis sur un début de fic


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR