Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1667 connectés 

 



 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  ..  2148  2149  2150  ..  15533  15534  15535  15536  15537  15538
Auteur Sujet :

Parti Socialiste - Votez Arnaud Montebourg 2022

n°12558703
Altarius
As de la digression
Posté le 31-08-2007 à 11:57:02  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

Colonel Bartek a écrit :

La fin du dogme des 35 heures au PS?


 
Ca fait longtemps que Royal a parlé d'assouplissement :hello:  
 

david500 a écrit :


 
ouais bon après, faut pas non plus le jeter dans le goudron et les plumes...
depuis 2002, y'a eu des divisisons au grand jour(le oui et le non, les débats des primaires,...), des choix douteux (imposer un référendum et donc une position pour le TCE), un programme vite fait, un candidat choisi pas forcément dfe la meilleure façon, une synthèse floue, ....
 


Grith a écrit :

Hollande est un tres fin politique et un homme d'appareil. Il maitrise avec un grand doigte l'enorme bordel qu'est le PS et ses courants.
D'ou son incroyable resistance aux evenements nefastes au parti...


 
Je suis d'accord su Hollande, d'ailleurs perso il m'est plutôt sympathique et il a des qualités indéniable, seulement je me pose des question sur sa légitimité.
 
Je ne sais pas trop a quoi correspond son role en tant que premier secrétaire du PS et s'il est a sa place aujourd'hui.


---------------
Dsl pour les fautes - ne pas juger est une clé qui change le monde - Mensonge, propagande et manipulation, bienvenue chez les médias.
mood
Publicité
Posté le 31-08-2007 à 11:57:02  profilanswer
 

n°12558747
Maouuu
Posté le 31-08-2007 à 11:59:49  profilanswer
 

Altarius a écrit :

 

Ca fait longtemps que Royal a parlé d'assouplissement :hello:

 



Elle a parlé d'assouplissement et de généralisation aussi, ce qui est quand même contradictoire :o


Message édité par Maouuu le 31-08-2007 à 12:00:01
n°12559194
kfman
Credo quia absurdum
Posté le 31-08-2007 à 12:55:39  profilanswer
 

La copine socialiste de Ségo (Bachelet) à l'action:
 
"Manifestations au Chili contre le néolibéralisme de la Présidente"
http://www.rue89.com/2007/08/30/ma [...] presidente
 
Dommage... :o


---------------
"Nous allons reformater les français" © Nicolas Sarkozy
n°12560067
limonaire
Savoir renoncer avec grâce
Posté le 31-08-2007 à 14:20:06  profilanswer
 

 

Faut pas voir tout en noir non plus : la politique, c'est des haut et des bas. Encore une fois, le Ps a perdu les législatives d'assez peu alors qu'il n'a pas vraiment fait campagne, compte tenu du choc de la défaite présidentielle. Le PS remontera donc, c'est certain.

 

Mais il le fera d'autant plus rapidement qu'il traitera les Français en citoyens, et non comme une clientèle découpée en sous-catégories (les jeunes, les immigrés, les homos, les fonctionnaires, les exclus), autrement dit quand son discours sera universel et non sélectif. C'est-à-dire quand il répondra aux aspirations réelles des Français, et non à celles qu'on leur prête rue de Solférino. Par exemple, sa réflexion sur l'école est actuellement indigente : or, selon un récent rapport, 40% des enfants sont en difficulté scolaire dès la fin du primaire. Pas besoin de faire un dessin pour savoir d'où viennent ces enfants en difficulté : des classes populaires et moyennes. Quand le PS, au lieu de réclamer sans cesse des moyens, de flatter la jeunesse en affirmant que le niveau monte, de se perdre dans les gadgets pédagogiques, aura réfléchi sur ce que peut être une école comme institution de la république, et non comme un simple lieu de vie qui socialise, il aura fait un grand pas et regagnera la confiance des classes populaires et moyennes que l'état actuel de l'école, pour le moins délabré, angoissent à juste titre.  


Message édité par limonaire le 31-08-2007 à 14:20:54
n°12561397
Profil sup​primé
Posté le 31-08-2007 à 16:01:59  answer
 

kfman a écrit :

La copine socialiste de Ségo (Bachelet) à l'action:
 
"Manifestations au Chili contre le néolibéralisme de la Présidente"
http://www.rue89.com/2007/08/30/ma [...] presidente
 
Dommage... :o


 
Ca c'est aussi l'imbécilité de croire qu'une femme au pouvoir change tout...
Faut arrêter de sexuer ou de coloriser les qualités et défauts d'un(e)s et des autres, le Pouvoir impose sa loi [:spamafote]

n°12561498
limonaire
Savoir renoncer avec grâce
Posté le 31-08-2007 à 16:09:18  profilanswer
 

Un bon article de Jean-Louis Missika, analysant les erreurs de Ségolène : http://www.lemonde.fr/web/article/ [...] 374,0.html (le Monde de ce soir)
 
Il insiste notamment sur :  
- le rythme de la campagne, trop irrégulier
- la diabolisation de Sarko, qui l'a en fait crédibilisé aux yeux de l'électorat de Le Pen comme étant vraiment l'homme de la rupture qu'ils attendaient
- les incohérences du programme entre la volonté de Ségo de tenir ses paroles et un programme trop à gauche pour l'électorat de centre-gauche, qui du coup s'en est effrayé (alors que jusqu'ici cet électorat savait que les propositions excessives du candidat PS ne seraient pas tenues). De même, l'incohérence entre le souci de maîtriser la dette publique et les nouvelles dépenses.
- le discours sur les valeurs, qui devient creux s'il on ne lui donne pas un contenu
 
Il va falloir qu'elle bosse, Ségo. Je lui suggère surtout de lire de la philosophie politique, de l'histoire, des romans : ça ne lui fera pas de mal pour prendre de l'épaisseur, du recul.

n°12561500
Altarius
As de la digression
Posté le 31-08-2007 à 16:09:23  profilanswer
 


 
Bah, Thatcher a bien changé pas mal de choses , non ?  :whistle:

Message cité 1 fois
Message édité par Altarius le 31-08-2007 à 16:10:06

---------------
Dsl pour les fautes - ne pas juger est une clé qui change le monde - Mensonge, propagande et manipulation, bienvenue chez les médias.
n°12561522
Profil sup​primé
Posté le 31-08-2007 à 16:11:12  answer
 

Altarius a écrit :


 
Bah, Thatcher a bien changé pas mal de choses , non ?  :whistle:


 
A ce jour, rien ne prouve que c'était vraiment une femme [:spamafote] [:ddr555]

n°12561593
Profil sup​primé
Posté le 31-08-2007 à 16:17:47  answer
 

limonaire a écrit :

Un bon article de Jean-Louis Missika, analysant les erreurs de Ségolène : http://www.lemonde.fr/web/article/ [...] 374,0.html (le Monde de ce soir)
 
Il insiste notamment sur :  
- le rythme de la campagne, trop irrégulier
- la diabolisation de Sarko, qui l'a en fait crédibilisé aux yeux de l'électorat de Le Pen comme étant vraiment l'homme de la rupture qu'ils attendaient
- les incohérences du programme entre la volonté de Ségo de tenir ses paroles et un programme trop à gauche pour l'électorat de centre-gauche, qui du coup s'en est effrayé (alors que jusqu'ici cet électorat savait que les propositions excessives du candidat PS ne seraient pas tenues). De même, l'incohérence entre le souci de maîtriser la dette publique et les nouvelles dépenses.
- le discours sur les valeurs, qui devient creux s'il on ne lui donne pas un contenu
 
Il va falloir qu'elle bosse, Ségo. Je lui suggère surtout de lire de la philosophie politique, de l'histoire, des romans : ça ne lui fera pas de mal pour prendre de l'épaisseur, du recul.


 
A l'instar de notre locataire de l'Elysée, qui lui à part regarder Tom Sayer pour mieux comprendre l'Amérique et lire les sondages pour savoir si son ego n'a pas rétréci du fait de l'outrage du temps, ferait bien un peu de relire ses manuels de Droit au lieu de faire rire dans les cénacles de juristes [:kiki]

n°12561683
Magicpanda
Pushing the envelope
Posté le 31-08-2007 à 16:24:56  profilanswer
 

limonaire a écrit :

Un bon article de Jean-Louis Missika, analysant les erreurs de Ségolène : http://www.lemonde.fr/web/article/ [...] 374,0.html (le Monde de ce soir)

 

Il insiste notamment sur :
- le rythme de la campagne, trop irrégulier
- la diabolisation de Sarko, qui l'a en fait crédibilisé aux yeux de l'électorat de Le Pen comme étant vraiment l'homme de la rupture qu'ils attendaient
- les incohérences du programme entre la volonté de Ségo de tenir ses paroles et un programme trop à gauche pour l'électorat de centre-gauche, qui du coup s'en est effrayé (alors que jusqu'ici cet électorat savait que les propositions excessives du candidat PS ne seraient pas tenues). De même, l'incohérence entre le souci de maîtriser la dette publique et les nouvelles dépenses.
- le discours sur les valeurs, qui devient creux s'il on ne lui donne pas un contenu

 

Il va falloir qu'elle bosse, Ségo. Je lui suggère surtout de lire de la philosophie politique, de l'histoire, des romans : ça ne lui fera pas de mal pour prendre de l'épaisseur, du recul.

 


Aucune analyse chiffrée sur des données tangibles, c' est bien de la communication .
Je ne vais pas non plus à la rochelle cette année ( plus d' argent ) mais la dynamique est bonne, il n' y a plus de courants identifiés et structurés au sein du PS, seules de petites chapelles et des petits groupes d' intéret, ca va pouvoir avancer.

 

On voit bien la direction que ca prend, ceux qui ont soutenus Hollande sont prit de vitesse par son interview au point, benoit Hamon par exemple.

 

Ancien rocardien qui se découvre mollétiste, pardon fabiusien, avant de soutenir Hollande qu' il n' a fait qu' affaiblir pendant 5 ans, se retrouve maintenant en porte à faux, obligé de suivre Hollande et de se contredire une nouvelle fois, ou d' être isolé en revenant à fabius .

 

bref risible.

 


Ségolène avec son projet d' alliance aux municipales avec le modem la joue fine, DSk parti, l' espace à la droite du parti, les plus modemistes qui pèsent environ 20 % se retrouvent fatalement sur cette ligne qu' elle a préemptée.
Hollande ne peut pas prendre le contre pied vu son action depuis 5 ans et doit suivre dans la marche vers la rénovation, sa dernière interview entérine la prise de parti rapide de royal, ne jugeant pas crédible les anciennes propositions ( smic à 1500 € , doutes sur les 35 heures )

 

Delanoe est encore plus à droite, il était déja adversaire de la synthèse avec la gauche du parti au Mans, pareil, il ne peut pas revenir sur le fond politiquement.

Message cité 1 fois
Message édité par Magicpanda le 31-08-2007 à 16:28:23

---------------
" Quel est le but du capital ? Le but du capital c'est produire pour le capital. L'objectif, lui, est illimité. L'objectif du capital c'est produire pour produire." - Deleuze || André Gorz - Vers la société libérée
mood
Publicité
Posté le 31-08-2007 à 16:24:56  profilanswer
 

n°12561749
SFO
Posté le 31-08-2007 à 16:30:53  profilanswer
 


Une tête pareille, ca ferait assurément un bon "commissionné" par Sarko :D
 
http://kalashump.skyrock.com/pics/872798238_small.jpg
 

n°12561765
Magicpanda
Pushing the envelope
Posté le 31-08-2007 à 16:32:11  profilanswer
 

A quand Allègre et Nicolas Hulot dans le meme gv ?
 
démagogie sans limites

n°12562020
limonaire
Savoir renoncer avec grâce
Posté le 31-08-2007 à 16:52:40  profilanswer
 

Magicpanda a écrit :


 
 
Aucune analyse chiffrée sur des données tangibles, c' est bien de la communication .
Je ne vais pas non plus à la rochelle cette année ( plus d' argent ) mais la dynamique est bonne, il n' y a plus de courants identifiés et structurés au sein du PS, seules de petites chapelles et des petits groupes d' intéret, ca va pouvoir avancer.
 
On voit bien la direction que ca prend, ceux qui ont soutenus Hollande sont prit de vitesse par son interview au point, benoit Hamon par exemple.
 
Ancien rocardien qui se découvre mollétiste, pardon fabiusien, avant de soutenir Hollande qu' il n' a fait qu' affaiblir pendant 5 ans, se retrouve maintenant en porte à faux, obligé de suivre Hollande et de se contredire une nouvelle fois, ou d' être isolé en revenant à fabius .
 
bref risible.
 
 
Ségolène avec son projet d' alliance aux municipales avec le modem la joue fine, DSk parti, l' espace à la droite du parti, les plus modemistes qui pèsent environ 20 % se retrouvent fatalement sur cette ligne qu' elle a préemptée.
Hollande ne peut pas prendre le contre pied vu son action depuis 5 ans et doit suivre dans la marche vers la rénovation, sa dernière interview entérine la prise de parti rapide de royal, ne jugeant pas crédible les anciennes propositions ( smic à 1500 € , doutes sur les 35 heures )
 
Delanoe est encore plus à droite, il était déja adversaire de la synthèse avec la gauche du parti au Mans, pareil, il ne peut pas revenir sur le fond politiquement.


 
D'accord avec l'analyse : ça se déconstruit tellement que ça ne peut qu' avancer ensuite. Mais comme tu le dis, on va se retrouver avec un PS plus à droite (et pas forcément plus républicain), puisque ne survivent que DSK, Delanoë, et Royal.
 
Pour Missika, je te trouve sévère, alors que son analyse de l'électorat de centre-gauche et de la diabolisation de Sarko me semble plutôt juste.
 
Ps : je ne relèverai pas la pique sur Fabius, c'est tellement facile.

n°12562282
Altarius
As de la digression
Posté le 31-08-2007 à 17:13:43  profilanswer
 

limonaire a écrit :

Un bon article de Jean-Louis Missika, analysant les erreurs de Ségolène : http://www.lemonde.fr/web/article/ [...] 374,0.html (le Monde de ce soir)
 
- la diabolisation de Sarko, qui l'a en fait crédibilisé aux yeux de l'électorat de Le Pen comme étant vraiment l'homme de la rupture qu'ils attendaient


 
j'ai peut-être une mauvaise mémoire mais je ne souvient pas de diabolisation de Sarko par Royal  


---------------
Dsl pour les fautes - ne pas juger est une clé qui change le monde - Mensonge, propagande et manipulation, bienvenue chez les médias.
n°12562474
limonaire
Savoir renoncer avec grâce
Posté le 31-08-2007 à 17:29:17  profilanswer
 

Altarius a écrit :


 
j'ai peut-être une mauvaise mémoire mais je ne souvient pas de diabolisation de Sarko par Royal  


 
Toute la gauche a diabolisé Sarko : l'homme au karcher, l'homme qui chasse sur les terres de l'extrême-droite, l'homme qui mettra les banlieues à feu et à sang, le néo-conservateur à passeport français. Ce n'est pas propre à Royal, mais elle y a contribué, comme toute la gauche.  
 
 
On voit bien que ce n'était pas une bonne stratégie.  

n°12562957
david500
Métal et d'autres styles...
Posté le 31-08-2007 à 18:07:57  profilanswer
 

limonaire a écrit :


 
Toute la gauche a diabolisé Sarko : l'homme au karcher, l'homme qui chasse sur les terres de l'extrême-droite, l'homme qui mettra les banlieues à feu et à sang, le néo-conservateur à passeport français. Ce n'est pas propre à Royal, mais elle y a contribué, comme toute la gauche.  
 
 
On voit bien que ce n'était pas une bonne stratégie.  


 
oui de la meme maniere que toute la droite relevait les bourdes de sarko, mais sarko ne disait rien....
 
une façon de faire balancer par les autres sur quelqu'un sans se mouiller personnellement...

Message cité 1 fois
Message édité par david500 le 31-08-2007 à 18:09:01
n°12563477
deedlit
Posté le 31-08-2007 à 19:09:07  profilanswer
 

david500 a écrit :


 
oui de la meme maniere que toute la droite relevait les bourdes de sarko, mais sarko ne disait rien....
 
une façon de faire balancer par les autres sur quelqu'un sans se mouiller personnellement...


Il y a quand même, à mon sens, une différence entre relever les bourdes de son adversaire et le faire passer pour quelqu'un de dangereux.

Altarius a écrit :

j'ai peut-être une mauvaise mémoire mais je ne souvient pas de diabolisation de Sarko par Royal  

"Je suis la candidate de la paix civile"  :o  
 
Mais il est vrai que ce n'est pas elle qui a le plus participé.
 
Sinon, pour l'analyse de la défaite paru dans le Monde, je ne crois pas trop à l'histoire du rythme de la campagne, c'est un des symptômes d'un programme qui paraissait trop flou. En revanche, le truc avec lequel je ne suis vraiment pas d'accord :

Citation :

En diabolisant Nicolas Sarkozy, elle a contribué à crédibiliser son offensive auprès des électeurs potentiels de Jean-Marie Le Pen et l'a aidé à siphonner le capital électoral de l'extrême droite en réunifiant l'électorat de droite dès le premier tour. Elle a du même coup entériné le fait qu'il n'était pas le candidat de l'héritage chiraquien, ce qui veut dire qu'elle a validé et cautionné la partie la plus délicate du positionnement de M. Sarkozy : apparaître comme un candidat de rupture, qui n'avait pas à défendre le bilan des gouvernements de M. Chirac auxquels il a pourtant participé à des postes clés. Qu'est ce que la diabolisation a apporté en contrepartie ? Elle a juste surmobilisé un électorat déjà acquis sans vraiment convaincre les autres.

S'il a pu jouer ce thème jusqu'au bout, la "rupture" en étant pourtant le numéro 2 du gouvernement, c'est que pendant des mois et des années, "on" a ironisé sur la haine entre Chirac et Sarkozy et sur la gueguerre entre Villepin et son Ministre de l'interieur.  
 
A chaque fois que Villepin "recadrait" Sarkozy, on parlait même d'un exécutif à 2 têtes, difficile alors ensuite d'être pertinent en disant : Sarko, c'est la continuité de Chirac/villepin.

n°12563589
limonaire
Savoir renoncer avec grâce
Posté le 31-08-2007 à 19:25:09  profilanswer
 

deedlit a écrit :


 
 
Sinon, pour l'analyse de la défaite paru dans le Monde, je ne crois pas trop à l'histoire du rythme de la campagne, c'est un des symptômes d'un programme qui paraissait trop flou. En revanche, le truc avec lequel je ne suis vraiment pas d'accord :

Citation :

En diabolisant Nicolas Sarkozy, elle a contribué à crédibiliser son offensive auprès des électeurs potentiels de Jean-Marie Le Pen et l'a aidé à siphonner le capital électoral de l'extrême droite en réunifiant l'électorat de droite dès le premier tour. Elle a du même coup entériné le fait qu'il n'était pas le candidat de l'héritage chiraquien, ce qui veut dire qu'elle a validé et cautionné la partie la plus délicate du positionnement de M. Sarkozy : apparaître comme un candidat de rupture, qui n'avait pas à défendre le bilan des gouvernements de M. Chirac auxquels il a pourtant participé à des postes clés. Qu'est ce que la diabolisation a apporté en contrepartie ? Elle a juste surmobilisé un électorat déjà acquis sans vraiment convaincre les autres.

S'il a pu jouer ce thème jusqu'au bout, la "rupture" en étant pourtant le numéro 2 du gouvernement, c'est que pendant des mois et des années, "on" a ironisé sur la haine entre Chirac et Sarkozy et sur la gueguerre entre Villepin et son Ministre de l'interieur.  
 
A chaque fois que Villepin "recadrait" Sarkozy, on parlait même d'un exécutif à 2 têtes, difficile alors ensuite d'être pertinent en disant : Sarko, c'est la continuité de Chirac/villepin.


 
Dans le livre de Yasmina Reza sur la campagne de Sarkozy, on y lit : « Si on n'avait pas l'identité nationale, on serait derrière Ségolène. On est sur le premier tour mes amis. Si je suis à 30 %, c'est qu'on a les électeurs de Le Pen. Si les électeurs de Le Pen me quittent, on plonge. » http://www.lefigaro.fr/elections-l [...] as_sarkozy
 
Le fait est, que bien malgré elle, Ségolène a crédibilisé Sarkozy dans son statut d'homme de rupture avec l'establishment  qu'attendait l'électorat de Le Pen.

n°12563611
Altarius
As de la digression
Posté le 31-08-2007 à 19:29:07  profilanswer
 

limonaire a écrit :


 
Toute la gauche a diabolisé Sarko : l'homme au karcher, l'homme qui chasse sur les terres de l'extrême-droite, l'homme qui mettra les banlieues à feu et à sang, le néo-conservateur à passeport français. Ce n'est pas propre à Royal, mais elle y a contribué, comme toute la gauche.  
 
On voit bien que ce n'était pas une bonne stratégie.  


Oui , toute la gauche, mais pas Royal, a part deux trois jours avant le scrutin où elle savait que c'était perdu et la c'était presque pathétique, dois-je reconnaitre :/.
 
Sinon,pas une bonne stratégie, sans doute, mais ca n'en reste pas moins vrai de mon point de vue.

deedlit a écrit :

"Je suis la candidate de la paix civile"  :o  
Mais il est vrai que ce n'est pas elle qui a le plus participé.


Sources ?  
C'est ça qui veut dire diaboliser ?
 
 
Donc quand l'article du monde dit que Royal a diabolisé Sarko, c'est faux  :o  


---------------
Dsl pour les fautes - ne pas juger est une clé qui change le monde - Mensonge, propagande et manipulation, bienvenue chez les médias.
n°12563912
deedlit
Posté le 31-08-2007 à 20:10:30  profilanswer
 

limonaire a écrit :


 
Dans le livre de Yasmina Reza sur la campagne de Sarkozy, on y lit : « Si on n'avait pas l'identité nationale, on serait derrière Ségolène. On est sur le premier tour mes amis. Si je suis à 30 %, c'est qu'on a les électeurs de Le Pen. Si les électeurs de Le Pen me quittent, on plonge. » http://www.lefigaro.fr/elections-l [...] as_sarkozy
 
Le fait est, que bien malgré elle, Ségolène a crédibilisé Sarkozy dans son statut d'homme de rupture avec l'establishment  qu'attendait l'électorat de Le Pen.

Mouais, je ne suis pas sur que le thème de la "rupture" n'ai été crédible que pour les électeurs du Fn, si Sarko a profité du vote Fn, c'est plus, selon moi, parce qu'il a chassé sur ses terres que parce qu'il se serait démarqué de Chirac. D'ailleurs, dans l'extrait que tu me montres, il dit bien que c'est le thème de l'identité nationale qui va lui rapporter ces voix, et non un rapport avec sa diabolisation. Enfin, surement un mixe des 2.
 
Mais je parlais plus précisément de l'impossibilité de faire porté à Sarko le bilan (pas brillant faux avouer :o ) de la politique Chirac/Villepin.

n°12563971
deedlit
Posté le 31-08-2007 à 20:16:43  profilanswer
 

Altarius a écrit :


Sources ?  
C'est ça qui veut dire diaboliser ?
 
 
Donc quand l'article du monde dit que Royal a diabolisé Sarko, c'est faux  :o  

Elle l'a dit lors du débat télévisé, désolé, j'ai perdu la K7  :o , je ne pourrais pas poster l'extrait, mais sinon :
 
"Royal se présente en candidate de la paix civile"
http://tempsreel.nouvelobs.com/spe [...] ivile.html
 
Quand tu te présentes en candidat de "la paix civile", ça veut tout dire sur ce que tu pense de l'adversaire.
 
Après, je l'ai déjà souligné, ce n'est pas elle qui a le plus participé, mais bon, on joue un peu sur les mot, la campagne du PS ou celle de Ségolène Royale, pour l'opinion publique (et pas que pour elle) c'est quand même un peu la même chose.

n°12564065
limonaire
Savoir renoncer avec grâce
Posté le 31-08-2007 à 20:27:36  profilanswer
 

deedlit a écrit :

Mouais, je ne suis pas sur que le thème de la "rupture" n'ai été crédible que pour les électeurs du Fn, si Sarko a profité du vote Fn, c'est plus, selon moi, parce qu'il a chassé sur ses terres que parce qu'il se serait démarqué de Chirac. D'ailleurs, dans l'extrait que tu me montres, il dit bien que c'est le thème de l'identité nationale qui va lui rapporter ces voix, et non un rapport avec sa diabolisation. Enfin, surement un mixe des 2.
 
Mais je parlais plus précisément de l'impossibilité de faire porté à Sarko le bilan (pas brillant faux avouer :o ) de la politique Chirac/Villepin.


 
C'est un tout. Sarkozy dit aux électeurs de Le Pen : "je vais rompre avec Chirac et son bilan. Avec moi, la sécurité dans les banlieues sera rétablie et les immigrés n'auront qu'à bien se tenir." Comme simultanément, la gauche le diabolisait en évoquant le karcher, Sarkozy paraissait d'autant plus crédible, dans ce rôle  de rupture avec les élites  PS-UMP, aux yeux de l'électorat FN. On n'explique pas autrement le fait que Le Pen n'ait fait que 10,5% des voix, moins de deux ans après l'embrsement des banlieues.

n°12564354
Profil sup​primé
Posté le 31-08-2007 à 20:56:09  answer
 

limonaire a écrit :


 
C'est un tout. Sarkozy dit aux électeurs de Le Pen : "je vais rompre avec Chirac et son bilan. Avec moi, la sécurité dans les banlieues sera rétablie et les immigrés n'auront qu'à bien se tenir." Comme simultanément, la gauche le diabolisait en évoquant le karcher, Sarkozy paraissait d'autant plus crédible, dans ce rôle  de rupture avec les élites  PS-UMP, aux yeux de l'électorat FN. On n'explique pas autrement le fait que Le Pen n'ait fait que 10,5% des voix, moins de deux ans après l'embrsement des banlieues.


 
La Gauche a surtout fait l'erreur de ne pas retenir les leçons de 2002 en ne prenant pas en compte les questions d'immigration et de sécurité (en prenant soin toutefois de ne pas les lier entre elles).
Du coup, elle était sûr de perdre une bonne partie des voix du peuple scandalisé par certains évènements montés en épingle par les médias acquis à la Droite [:spamafote]

n°12567762
limonaire
Savoir renoncer avec grâce
Posté le 01-09-2007 à 07:47:39  profilanswer
 


 
Forcément d'accord avec toi.  ;) A ces thèmes, j'ajouterai les rapports Europe-nation, la laïcité et enfin l'école, sur lesquels le Ps est un peu à côté de la plaque.

n°12567887
Altarius
As de la digression
Posté le 01-09-2007 à 09:45:24  profilanswer
 

deedlit a écrit :

Elle l'a dit lors du débat télévisé, désolé, j'ai perdu la K7  :o , je ne pourrais pas poster l'extrait, mais sinon :
 
"Royal se présente en candidate de la paix civile"
http://tempsreel.nouvelobs.com/spe [...] ivile.html
 
Quand tu te présentes en candidat de "la paix civile", ça veut tout dire sur ce que tu pense de l'adversaire.
 
Après, je l'ai déjà souligné, ce n'est pas elle qui a le plus participé, mais bon, on joue un peu sur les mot, la campagne du PS ou celle de Ségolène Royale, pour l'opinion publique (et pas que pour elle) c'est quand même un peu la même chose.


 
Mouais, c'était quelques jours avant le scrutin, mais je vais pas chipoter  :o  


---------------
Dsl pour les fautes - ne pas juger est une clé qui change le monde - Mensonge, propagande et manipulation, bienvenue chez les médias.
n°12567996
limonaire
Savoir renoncer avec grâce
Posté le 01-09-2007 à 10:38:36  profilanswer
 

Il me semble que le PS doit faire sa mue programmatique. Il faut sortir de l'optique communautariste-clientéliste ( qui réduit le Ps à n'être que le parti des minorités et des fonctionnaires) pour enfin tenir un discours républicain, c'est-à-dire universaliste, ayant vocation à s'adresser à l'ensemble des classes populaires et moyennes. Il faut également sortir de la gangue social-démocrate qui pense que  distribuer des allocations suffit à résoudre les problèmes.
 
 
Plusieurs chantiers doivent être ouverts : :
- réformer les services publics dans l'intérêt de l'ensemble de la population et non des seuls fonctionnaires (exemple de la réforme de l'administration fiscale ayant échoué en 2000 sous la pression du corporatisme syndical). Face à la droite qui veut réduire par idéologie ou par logique comptable les services publics, la gauche doit montrer que l'on peut offrir plus de services à moyens constants en rationalisant, en redéployant, en gérant mieux les équipements publics (certains ne sont utilisés qu'à 50% de leur capacité), en déléguant, en accroissant la mobilité des fonctionnaires d'une administration à l'autre. Parallèlement en offrant de nouveaux services adaptés aux besoins de la société d'aujourd'hui.
 
- repenser l'Europe en sortant de l'impasse de l'Europe à 27 et en proposant dès aujourd'hui des coopérations précises à certains pays pour avancer dans tel ou tel domaine (défense, recherche, politique industrielle, etc).
 
- réintroduire la nation dans la réflexion, notamment comme vecteur d'intégration de l'immigration (la langue, la connaissance de l'histoire nationale et des symboles de la république, le patriotisme national et républicain, le service civique...)
 
- arrêter le délire pédagogique (pas d'éducation sans sanction), les réductions d'horaire des matières fondamentales à l'école primaire au profit d'enseignements gadgets. Réintroduire la progressivité dans l'enseignement et reconnaître la baisse du niveau.  Ne pas vider l'enseignement secondaire des humanités, ne pas former que des techniciens supérieurs juste compétents pour utiliser des modes d'emploi de machines plus ou moins sophistiqués.
 
- repenser l'Etat-providence : adapter les allocations aux besoins de la "société d'individus" d'aujourd'hui, utiliser le réseau associatif
 
- penser le lien entre éducation nationale-éducation populaire et medias de masse (culture classique et culture populaire versus culture de masse et industries culturelles).
 
- faire de la laïcité le pivot du vivre-ensemble, notamment face à l'intégrisme musulman qu'il faut reconnaître dans sa dangerosité
 
- revoir la politique du logement pour rassurer les propriétaires qui louent et lutter contre la raréfaction du foncier.
 
- revoir les prélèvements fiscaux pour qu'ils soient à la fois plus justes et moins confiscatoires. Qu'ils n'empêchent pas la mobilité sociale.
 
Et j'en oublie... Quand on compare cette liste et le programme du PS, on s'aperçoit que le PS apparaît surtout comme un parti conservateur, qui protégège les fonctionnaires et distribuent de nouveaux droits-créances sans s'assurer qu'ils sont cohérents avec  les droits existants. Ce discours ne passe plus auprès de l'opinion. Il serait temps qu'il en prenne conscience.  

n°12569318
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2007 à 15:27:29  answer
 

Citation :

Le PS veut se défaire de ses "étiquettes" idéologiques

 
Citation :

Face au chômage de masse, la "gauche plurielle" a été "à la hauteur du défi" à l'époque, mais les nouvelles réalités démographiques font que l'heure n'est plus au "mouvement historique de baisse du temps de travail", estime le premier secrétaire du PS. Il faut "globalement que la France travaille plus".

 

Sans remettre en cause la durée légale du temps de travail - "ce serait une régression sociale" - le PS doit offrir au salarié "la liberté d'organiser son temps de travail sur toute sa vie, selon les périodes de sa vie", explique-t-il.

 

Quant est ce qu'Hollande va ejecté, c'est pas en nous faisant du Sakozy bis  qu'il va se reconcilier avec la gauche. :fou:

 

Si le PS ne sais pas se démarquer de la droite, je vois pas pourquoi il s'appel pas UMP  [:debeman]

 


Message édité par Profil supprimé le 01-09-2007 à 15:29:28
n°12569568
toum_toum
Le Bonheur était dans le Prêt
Posté le 01-09-2007 à 16:34:11  profilanswer
 


Salut à tous.
 
 
Intervention de Michel Rocard lors de l'Université d'été à la Rochelle :
http://fr.news.yahoo.com/rtrs/2007 [...] f96_1.html
 
 

Citation :

"Je ne suis pas pessimiste sur le fait d'y arriver en un an, un an et demi, à condition que le monde journalistique nous fiche la paix sur les problèmes d'hommes pendant ce temps. C'est une condition majeure", a-t-il ajouté.
 
"Vous centrez votre intérêt sur des histoires de personnes et jamais de substance. On va en crever nous", s'est-il alarmé.
 
...
 
Pour "passer de la politique de la posture à la politique du résultat", le penseur de la "deuxième gauche" veut se débarrasser des trois critères de définition "traînés" par le PS: sa proximité supposée avec le Parti communiste, l'étatisme - le PS a "trop laissé tomber les problèmes de la production et de l'entreprise" - et le "syndrome de la demande".
Le temps est dépassé où "pour être de gauche il fallait exiger une revalorisation du smic de 15%" alors qu'il aurait mieux valu maîtriser l'inflation, a-t-il déclaré


 
Et + tôt intéressante mise au point d'Emmanuelli et Hollande au sujet de
l'économie de marché et du PS :
http://fr.news.yahoo.com/ap/200708 [...] 994_1.html
 
 


---------------
"Le loup n'a tort que quand il n'est pas le plus fort"
n°12569613
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2007 à 16:46:29  answer
 

limonaire a écrit :


 
Limonaire Président!
 
 


 
Je signe où citoyen? :D  
 
Plus sérieusement, j'ajouterai aussi le protectionnisme comme contre-poids à l'idéologie néolibérale. Bien plus réactif et surtout moins totalitaire, le protectionnisme peut être modulé facilement territorialement et temporellement. Il prouverait surtout que la Gauche n'a rien contre les TPE/PME et qu'elle encourage au contraire la fluidité des circuits économiques et la viabilité de ses différents agents. A charge ensuite pour l'Etat de répartir les fruits de cette richesse en contrepartie de l'accompagnement et la protection offerte aux entreprises.
Maintenant que le PS accepte l'idée de l'économie de marché, je pense que ça peut être là un cheval de bataille très conséquent.

n°12569649
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2007 à 16:55:59  answer
 


 
Comme si le PS avait rejeté l'economie de marché, première nouvelle :heink:

n°12569685
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2007 à 17:05:02  answer
 


 
Accepté à demi-mot on va dire, comme une chose honteuse, une vérole à cacher :o

n°12569706
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2007 à 17:11:29  answer
 

 

Franchement là je suis pas d'accord. Depuis qu'il arrivé au pouvoir, j'ai pas souvenir que le PS ait proné le collectivisme et nationalisé à tour de bras, bien au contraire.. Je crois bien que le PS a privatisé plus que la droite.  :)

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 02-09-2007 à 08:10:55
n°12569724
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2007 à 17:17:24  answer
 


 
Sous Jospin principalement [:aloy]  
En fait c'est l'exercice du pouvoir qui a démontré que le socialisme d'obédience marxiste était impossible. Mais il y avait toujours un fond idéologique au PS qui réfutait la réalité de l'économie de marché. Comme il y avait toujours une forme de phobie envers les riches qu'il était un peu trop facile de mettre tous dans le même sac.
Maintenant les choses sont claires.
Ce qui ne veut pas dire qu'elle équivaut à l'acceptation pure et simple du néolibéralisme, attention!

n°12569751
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2007 à 17:24:11  answer
 

 

Je comprend pas ce complexe face a toute puissance libéral. Pourquoi renier se qui fait l'essence meme du Socialisme :??:

 

C'est au moment ou le pays a le plus besoin de "socialisme", que le PS abdique. A mes yeux ça n'a pas de sens, sauf si on n'est pas socialiste.  [:beckaman007]

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 02-09-2007 à 08:11:48
n°12570234
deedlit
Posté le 01-09-2007 à 18:43:30  profilanswer
 

Altarius a écrit :


 
Mouais, c'était quelques jours avant le scrutin, mais je vais pas chipoter  :o  

Tu avais demandé une source, pas forcément datée  :whistle:  
 
Dommage pour elle d'avoir craqué si peu de temps avant l'échéance, c'eût été une critique de moins de la part de ces détracteurs.  :o  
 

n°12570395
Profil sup​primé
Posté le 01-09-2007 à 18:59:15  answer
 


 
Non, je ne pense pas qu'il soit question d'abdication, plus de réorientation de la doctrine socialiste.
Il va falloir aussi redéfinir ce qu'est le socialisme et quels sont ses liens avec le républicanisme.

n°12570655
deedlit
Posté le 01-09-2007 à 19:30:34  profilanswer
 

Effectivement, d'ailleurs, si les échanges ici (le dernier en date juste au dessus  :whistle:) ne suffisent pas à le démontrer, je trouve les propos de Hollande et de Emmanuelli extrêmement révélateurs :  

Citation :


"Parvenus au pouvoir, les socialistes ont bel et bien accepté l'économie de marché. Ils l'ont fait très précisément le vendredi 23 mars 1983 à 11h du matin" lors du conseil des ministres qui décida sous la direction de François Mitterrand "de rester dans le système monétaire européen et de mettre en oeuvre un plan d'austérité", a-t-il ironisé, en évoquant le "tournant de la rigueur"

Etre obligé de faire de genre de "mise au point", 25 ans plus tard, après avoir eu plusieurs Premier Ministre (5 de mémoires) prouvent vraiment que les choses n'étaient pas si claires que ça.
 
Alors effectivement, les choses "semblent" (entre "", ne sous-estimons pas le PS [:bentley]) plus claires, mais je ne peux quand même pas m'empêcher d'y voir un côté surréaliste. D'ailleurs, la vrai erreur aura surement été d'accepter "la loi du marché" en conseil des Ministres plutôt qu'en congrès.
 
C'est une des raisons, avec sa gestion de l'EN (en ce sens je suis 100% d'accord avec le poste de Limonaire un peu plus haut) et sa "naïveté" sur l'insécurité, pour laquelle je suis si critique envers le PS, d'un côté on a par exemple le discours (au plan national bien sur) qui défend coute que coute la fonction publique, avec comme leitmotiv "toujours plus, plus de moyen, plus d'effectif" mais, ayant accepter (et promu) le marché unique et les règles Européennes, on ouvre en même temps ces mêmes services à la concurrences si ce n'est, comme le disait Zmed, en purement et simplement privatisant, parfois même plus que la droite [:pingouino].  
 
Et on pourrait retrouver le même genre d'ambigüité sur beaucoup dans domaines comme la fiscalité ou le droit du travail, avec la libre circulation des biens, marchandises et capitaux, non, on n'a pas les mêmes marges de manoeuvres. Accepter ce marché unique impliquait un approche différente au moins dans le discours ou la posture, puisque dans les faits c'était plutôt le cas (sans trop le mettre en avant évidemment), de la part du PS.

Message cité 1 fois
Message édité par deedlit le 01-09-2007 à 19:36:44
n°12571471
toum_toum
Le Bonheur était dans le Prêt
Posté le 01-09-2007 à 20:46:40  profilanswer
 


 
C'est un peu comme pour l'UMP auquel on attribue les fonds de pensée d'extrême-droite après des élections, pour le PS ce sont les idées de l'extrême-gauche (anti-capitalisme, libéralisme ou éco de marché) qui lui sont collées aux fesses.
 
D'où apparemment le besoin de certains dirigeants de remettre les pendules à l'heure : l'éco de marché est une donnée bien intégrée, et de longue date. Il faut faire avec
Et le PS n'est pas le PC.
 
 
Enfin c'est ce que j'ai compris du besoin d'intervention d'Emmanuelli et des autres (Royal,...)...   :pt1cable:  


---------------
"Le loup n'a tort que quand il n'est pas le plus fort"
n°12571642
toum_toum
Le Bonheur était dans le Prêt
Posté le 01-09-2007 à 21:06:37  profilanswer
 

deedlit a écrit :

Effectivement, d'ailleurs, si les échanges ici (le dernier en date juste au dessus  :whistle:) ne suffisent pas à le démontrer, je trouve les propos de Hollande et de Emmanuelli extrêmement révélateurs :  

Citation :


"Parvenus au pouvoir, les socialistes ont bel et bien accepté l'économie de marché. Ils l'ont fait très précisément le vendredi 23 mars 1983 à 11h du matin" lors du conseil des ministres qui décida sous la direction de François Mitterrand "de rester dans le système monétaire européen et de mettre en oeuvre un plan d'austérité", a-t-il ironisé, en évoquant le "tournant de la rigueur"

Etre obligé de faire de genre de "mise au point", 25 ans plus tard, après avoir eu plusieurs Premier Ministre (5 de mémoires) prouvent vraiment que les choses n'étaient pas si claires que ça.


 
Quand on se prend un gros échec, on se demande qui on est, pourquoi on a fait ça, pourquoi on s'est trompé, etc etc... Il n'y a pas de raison que ce qui est vrai au niveau individuel ne soit pas pareil pour un groupe.  
 
Aujourd'hui le PS, qui est fait de nombreux courants, qui a la gauche de la gauche qui lui en veut, qui ne se définit pas vraiment par rapport au Modem, qui est étouffé (et spolié) par Sarkozy, qui a des problèmes de chefs, qui a surtout 2 ou 3 gros échecs successifs dans la tête, se prend la tête pour de vraies raisons. Bref, c'est très normal cette période de crise identitaire.


---------------
"Le loup n'a tort que quand il n'est pas le plus fort"
n°12572120
super_newb​ie_pro
A ta dispoition frère geek :P
Posté le 01-09-2007 à 21:52:09  profilanswer
 

Mouarfff... ça doit sentir la tension :
 
LA ROCHELLE (AFP) - Les socialistes ont commencé à tracer les lignes de leur aggiornamento dans l'espoir de retrouver l'audience des Français, samedi à leur université d'été de La Rochelle, avec l'offensive d'un bloc "modernisateur" qui rencontre toutefois des résistances.
 
(Publicité)
Le PS avait promis de délaisser les querelles personnelles avivées par la défaite de Ségolène Royal à l'élection présidentielle, pour passer au crible les causes profondes de l'échec du 6 mai. Ils ont effectivement entamé ce long travail.
 
L'ex-candidate repartie à la mi-journée, c'est le maire de Paris Bertrand Delanoë, très applaudi par les militants, qui a été la figure la plus en vue de la journée. Son retour au premier plan au sein du parti nourrit les spéculations sur sa candidature à la succession de François Hollande, sur le départ, comme premier secrétaire l'an prochain.
 
Le numéro un socialiste avait lancé dès jeudi soir l'aggiornamento du PS en affirmant que "la France, globalement, doit travailler plus", au risque de paraître embrayer sur le discours de Nicolas Sarkozy. Pour lui, l'heure n'est plus aux grandes réformes symboles comme les 35 heures. "Le grand soir, c'est fini", a-t-il dit vendredi.
 
Dans un projet de "manifeste pour un socialisme nouveau", les amis de Dominique Strauss-Kahn ont estimé samedi que l'évolution des conditions de vie "peut justifier d'allonger le nombre d'années d'activité" ouvrant droit à une retraite pleine.
 
Mais c'est Jean-Marc Ayrault, président du groupe des députés PS, qui est allé le plus loin dans la "rénovation", en se faisant l'avocat d'"un socialisme performant" et d'un "réformisme musclé".
 
Exhortant les socialistes à cesser "de se mettre la tête dans le sable", le député-maire de Nantes a affirmé que la gauche a "payé au prix fort" sa "déconnexion du réel" et "le plus grand flou" de ses propositions.
 
Critiquant le "mutisme" du PS "sur le poids toujours croissant des dépenses qui assaillent notre protection sociale, cause de notre atonie économique", ce proche de Mme Royal a stigmatisé "la cécité d'une partie de la gauche" qui n'a pas vu que "les catégories populaires demandent la reconnaissance de leurs efforts, de leurs mérites".
 
A côté de ce discours "décoiffant", l'atelier "où va la gauche?" a fait plus pâle figure. Devant quelque 2.000 militants entassés, Michel Rocard a dénoncé le "mal croissant dans le parti", consistant à "préférer la politique de la posture à celle du résultat". "Il faut que nous soyons audibles", a jugé M. Delanoë.
 
Le discours consistant à en finir avec l'approche traditionnelle des questions économiques et sociales n'est pas passé comme une lettre à la poste.
 
Après Henri Emmanuelli, figure de la gauche du PS, s'élevant vendredi contre "une offensive idéologique" pour abandonner les valeurs de "redistribution", Martine Aubry a appelé le parti, depuis sa ville de Lille, à ne pas chercher à "courir derrière les idées de la droite" pour donner l'impression d'être "moderne".
 
Au cours d'un débat, le PS s'est ainsi vu reprocher d'alimenter le discours sur la "droitisation de la société".
 
"Si les gens pensent que la société s'est droitisée, c'est qu'on ne défend pas nos valeurs -telles les 35 heures- et donc les gens n'y croient plus", selon Adeline Hazan, proche de Mme Aubry. "Comment voulez-vous que ça donne envie de voter à gauche ?".
 
Dans l'assistance, les critiques de la "rénovation" étaient vives. "On est dans le management de l'entreprise-nation, l'action politique disparaît", s'est plaint Thierry, du Loiret.


---------------
~ PCINFOS.FR ; la maison des topics de super_newbie_pro ~
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  ..  2148  2149  2150  ..  15533  15534  15535  15536  15537  15538

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
[Topic] - LDLC : problèmes de livraisons !!Pour ou Contre un nouveau topic Caps Et Extraits TV ?
[topic écriture alternatif] Nouvelle de l'été - VOTEZ §§§Les femmes les plus belles du monde
[Topic Inik] Nouvelle Calédonie[Topic unique] Caps, Extraits TV II
[topic écriture] sujet n°25 : poètes de tous les pays déchirez vous[Topic Unique] [Le Metal Symphonique]
le topic officiel de hank (Charles Bukowski)[Topic Unique] La Poste : questions en tout genre
Plus de sujets relatifs à : Parti Socialiste - Votez Arnaud Montebourg 2022


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR