Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1667 connectés 

 


 

 Mot :   Pseudo :  
  Aller à la page :
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  ..  4271  4272  4273  4274  4275  4276
Auteur Sujet :

Topic dissidence : Ryssen à Fleury, tout est permis !

n°14464057
Constant
Posté le 30-03-2008 à 03:08:07  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

Prodeo a écrit :


Dans mon premier "post" j'ai clairement expliqué pour quoi je jugeais utile de faire un avant-propos qui permettrait de s'entendre sur le sens des mots et de certains concepts. Cela pour éviter autant que possible des malentendus et des contresens stériles. Il ne me semble pas inutile de tenter d'y parvenir, même si les choses sont difficiles, tant les poncifs et les idées reçues ont la vie dure.
 


 

Prodeo a écrit :


Justement ma syntaxe va de Staline à Pierre de Villemarest. Il n'est pas impossible que je la pousse jusqu'à Simone Veil et même saint Augustin. N'est pas un sacré éventail pour y puiser les mots justes ? Certains me loueront sans doute pour cette diversité.
 


 

Prodeo a écrit :


Je pensais que vous saviez que c'est un marasme économique sans précédent qui a permis l'avènement d'Hitler au pouvoir et que c'est les dispositions économiques et sociales qu'il a entrepris, qui lui ont permis de réarmer l'Allemagne en un temps record. Contestez-vous cette donnée historique ? Bon ! Donnez-moi donc votre version des faits !
 


 

Prodeo a écrit :


Citation :

Le mouvement socialiste recherche une justice sociale[4]


Quel pourrait bien être le parti politique qui rechercherait autre chose qu'une si élémentaire nécessité ? Soyons sérieux ! Tout le monde aspire à une meilleure justice sociale et même une meilleure justice tout court, en ce qui concerne le Front national qui s'oppose au laxisme se montrant plus indulgent pour les criminels que pour les victimes, il va même bien au-delà des socialistes et consorts.  

Citation :

condamne les inégalités sociales et l’exploitation de l’homme par l’homme [5]


Pendant les années où le socialisme a largement participé au pouvoir il a prouver qu'il ne suffit pas de faire des belles déclarations. Encore faut-il les appliquer. Là, il n'y eut plus personne. On a même pu constater que certains socialistes ne rechignent pas à exploiter d'autres socialistes. Un comble ! C'est tellement humain...

Citation :

défend le progrès social [6]


Encore une dialectique qui tient plus de la démagogie que du désir d'appliquer de si bonnes résolutions pour tous. Pour exemple, je prendrai la loi socialiste qui a mis en route les 35 heures en oubliant seulement que les milliers de travailleurs intérimaires qui ont bien vu raccourcir leur temps de travail, mais aussi le montant de leur paie en même proportion. Merci au nom des travailleurs temporaires et donc précaires qui ne sont pas près d'oublier la générosité socialiste pour tous, sauf eux en autres. Par contre, la clientèle socialiste, comme l'enseignement et le fonctionnariat, n'a pas à se plaindre. C'est un fait !

Citation :

et prône l'avènement d'une société égalitaire, sans classe sociale [3]


Quelle utopie qui ne prend même pas en compte la réalité humaine. Y a-t-il beaucoup d'humain qui souhaite avoir autant ou moins que son voisin. En théorie, c'est possible. Dans la pratique, beaucoup de gens en veulent toujours plus, même au détriment du voisin. Les socialistes ont-ils la prétention de changer l'espèce humaine là où même la charité chrétienne n'y est pas parvenue ? En outre, la lutte des classes est une ineptie à peine croyable qui enlève tout crédit à Karl Marx. En admettant que nous puissions clairement définir et répertorier valablement les classes s'instituant au coeur des sociétés, pourquoi en déduire systématique une lutte entre-elles, alors que l'histoire des hommes depuis la nuit des temps nous prouve qu'elles peuvent très bien coexister pacifiquement et même se compléter harmonieusement. Cette supercherie est inadmissible pour tout homme de bon sens.
 


 

Prodeo a écrit :


Mais voyons ! Moi, je n'ai pas a rechercher une définition du socialisme. Il me suffit de constater que le socialisme, sous quelque forme qu'il revêt, est une forfaiture et un attrape-nigaud. Il n'est pas besoin d'être grand clerc pour comprendre qu'une recherche absolue d'égalité passe obligatoirement par un frein absolu des libertés.


Prodeo, je suis désolé de te le dire, mais tu racontes un tissu d'âneries. Le programme économique de Hitler a été tout sauf socialiste.  
Premièrement, le pacte germano-soviétique n'est pas un pacte idéologique mais une façon pour Hitler d'éviter un front à l'est pendant qu'il va combattre à l'ouest pour éviter l'erreur allemande de la première guerre mondiale.
Deuxièmement il a toujours été dans la syntaxe hitlérienne de villipender la racaille "judéo-bolchévique", notamment dans Mein Kampf, écrit bien avant le pacte.
Troisièmement, le programme économique nazi n'a jamais été socialiste. Le socialisme, selon Marx, c'est l'appropriation par le PEUPLE des moyens de production. Hitler et sa clique ont passé des contrats avec des grandes entreprises allemandes privées afin de financer l'effort de guerre. L'Allemagne nazie fut un des pays avec les plus formidables inégalités sociales qui ait jamais existé. La classe moyenne y était minime, entre une quantité incroyable de miséreux, des diginitaires nantis (s'accaparant les biens des juifs) et des industriels milliardaires qui ont soutenu le régime jusqu'à ce qu'il vacille (la famille propriétaire de l'entreprise Bayer par exemple).  
Tu le sais, mais étant d'extrême droite, supporter de l'homme responsables des  multiples jeux de mots racistes et antisémites tu tentes bêtement de rapprocher nazisme et socialisme, c'est très stupide. Antika a très bien résumé le fait que le régime fasciste italien était un régime ultracapitaliste, pas besoin de revenir la-dessus. L'extrême-droite, c'est-à-dire l'exaltation des valeurs nationalistes, la préférence nationale, la xénophobie, la violence et l'autorité comme mode de pouvoir ont toujours été du côté du capitalisme le plus sauvage, partout. Tu prétends connaître l'histoire, mais visiblement tu ne sais rien, ou tente d'attirer vers ton parti des internautes inattentifs. Mais je pense qu'ici, tu ne trompes personne.

mood
Publicité
Posté le 30-03-2008 à 03:08:07  profilanswer
 

n°14464590
bl67
Posté le 30-03-2008 à 10:33:13  profilanswer
 

Constant, vous faites partie du comité d'attribution d'étiquette politique ?
 
Je trouve choquant votre attitude à coller une étiquette à connotation négative à vos contradicteurs.  (point golding ?)
 
Ca cache une faiblesse dans vos arguments, c'est bien regrettable.

n°14464609
antika
Posté le 30-03-2008 à 10:42:03  profilanswer
 

En premier lieu, Constant renvoie Prodeo à l'extrême-droite et il a parfaitement raison. Quelqu'un qui vote Le Pen et appelle à le faire est considéré comme d'extrême-droite. C'est même la définition du terme "individu d'extrême-droite". A fortiori, j'ai pointé du doigt l'usage répété par Prodeo de termes usités uniquement dans les revues d'opinion d'extrême-droite, et sa vision du monde adhère totalement à celle de l'extrême-droite. Il est donc tout à fait justifié de considérer Prodeo comme étant d'extrême-droite. Et Constant a attendu moults posts de Prodeo avant de pouvoir l'affirmer, ce qui montre une certaine retenue et une volonté de n'énoncer que des propos fondés sur des réalités tangibles.
 
En second lieu, le monde entier considère qu'être d'extrême-droite est quelque chose d'assez négatif - et ça n'a rien à voir le point Goodwin.
 
Enfin, il y a aussi une faiblesse dans tes arguments, juste là :  
 

Citation :

Ca cache une faiblesse dans vos arguments, c'est bien regrettable.


 
^^

Message cité 2 fois
Message édité par antika le 30-03-2008 à 10:46:56
n°14464639
bl67
Posté le 30-03-2008 à 10:51:35  profilanswer
 

Ah le bon apôtre...
 

n°14464742
DonLope59
Mais...ces morts sont...morts!
Posté le 30-03-2008 à 11:10:48  profilanswer
 

bl67 a écrit :

(point golding ?)


 

antika a écrit :

point Goodwin.
 


 
Godwin [:aloy]
 


---------------
http://www.youtube.com/watch?v=FoNmNmXExZ8
n°14464750
Profil sup​primé
Posté le 30-03-2008 à 11:11:50  answer
 

Constant a écrit :


Prodeo, je suis désolé de te le dire, mais tu racontes un tissu d'âneries. Le programme économique de Hitler a été tout sauf socialiste.  
Premièrement, le pacte germano-soviétique n'est pas un pacte idéologique mais une façon pour Hitler d'éviter un front à l'est pendant qu'il va combattre à l'ouest pour éviter l'erreur allemande de la première guerre mondiale.
Deuxièmement il a toujours été dans la syntaxe hitlérienne de villipender la racaille "judéo-bolchévique", notamment dans Mein Kampf, écrit bien avant le pacte.
Troisièmement, le programme économique nazi n'a jamais été socialiste. Le socialisme, selon Marx, c'est l'appropriation par le PEUPLE des moyens de production. Hitler et sa clique ont passé des contrats avec des grandes entreprises allemandes privées afin de financer l'effort de guerre. L'Allemagne nazie fut un des pays avec les plus formidables inégalités sociales qui ait jamais existé. La classe moyenne y était minime, entre une quantité incroyable de miséreux, des diginitaires nantis (s'accaparant les biens des juifs) et des industriels milliardaires qui ont soutenu le régime jusqu'à ce qu'il vacille (la famille propriétaire de l'entreprise Bayer par exemple).  
Tu le sais, mais étant d'extrême droite, supporter de l'homme responsables des  multiples jeux de mots racistes et antisémites tu tentes bêtement de rapprocher nazisme et socialisme, c'est très stupide. Antika a très bien résumé le fait que le régime fasciste italien était un régime ultracapitaliste, pas besoin de revenir la-dessus. L'extrême-droite, c'est-à-dire l'exaltation des valeurs nationalistes, la préférence nationale, la xénophobie, la violence et l'autorité comme mode de pouvoir ont toujours été du côté du capitalisme le plus sauvage, partout. Tu prétends connaître l'histoire, mais visiblement tu ne sais rien, ou tente d'attirer vers ton parti des internautes inattentifs. Mais je pense qu'ici, tu ne trompes personne.


 
 
Il y avait bien des "nazis sociaux", principalement représentés par Rohm et les SA, qui réclamaient une révolution sociale anticapitaliste en même temps que la restauration d'une "Grande Allemagne". Hitler s'en est servi pour combattre les communistes du KPD, mais dès que les nazis sont arrivés au pouvoir, il a fait alliance avec la droite conservatrice allemande et a oublié toutes les revendications sociales
 
Un peu plus d'un an après l'arrivée d'Hitler au pouvoir, en 1934, les SA (milice paramilitaire d'extraction prolétaire) et autres "nazis sociaux" ont été exterminés par les SS (milice recrutant surtout chez la bourgeoisie et l'aristocratie) lors de la Nuit des Long-Couteaux (événement savoureux qui a vu les nazis se bouffer entre eux avec une sauvagerie extrême)
 
On voit bien que le soit disant "socialisme" des nazis n'était, hormis pour la minorité massacré en 1934, que de la pure propagande pour affronter le KPD sur son propre terrain.

Message cité 1 fois
Message édité par Profil supprimé le 30-03-2008 à 11:14:33
n°14465475
_Genesis_
Singular Think
Posté le 30-03-2008 à 13:23:50  profilanswer
 

Citation :

Hitler et les nazis ont véritablement voulu mettre en œuvre un régime «socialiste», mais pour le seul peuple allemand. La notion de «race des seigneurs» s’accompagnait du désir d’égaliser les rapports sociaux entre Allemands. D’où une imposition plus forte des hauts revenus ; une politique familiale développée ; une protection renforcée des gens endettés ; une politique du logement ; l’instauration de congés payés… Hitler voulait donner corps à l’idée de Volksgemeinschaft, de « communauté de la race allemande ».


---------------
"Il ne suffit pas de diaboliser une opinion pour la discréditer. Il faut dire en quoi elle est fausse."
n°14465504
la questio​n
Posté le 30-03-2008 à 13:29:00  profilanswer
 

_Genesis_ a écrit :

Citation :

Hitler et les nazis ont véritablement voulu mettre en œuvre un régime «socialiste», mais pour le seul peuple allemand. La notion de «race des seigneurs» s’accompagnait du désir d’égaliser les rapports sociaux entre Allemands. D’où une imposition plus forte des hauts revenus ; une politique familiale développée ; une protection renforcée des gens endettés ; une politique du logement ; l’instauration de congés payés… Hitler voulait donner corps à l’idée de Volksgemeinschaft, de « communauté de la race allemande ».



 
Source de bel aloi  [:cerveau yamimakai] :
http://www.google.fr/search?hl=fr& [...] ogle&meta=
 
http://lesbeauf-sdansstartsinblogs [...] liste.html

Citation :

Le socialo-marxisme ...
 
...c'est un devoir national que de combattre ce fléau !


 


---------------
Le rôle d'un ministre [...] est-il de jouer avec les mots, les notions et les chiffres [...] pour sauver la mise de son patron qui lance une idée idiote par jour ?
n°14465511
_Genesis_
Singular Think
Posté le 30-03-2008 à 13:30:12  profilanswer
 

Sinon il y a ça aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Natio [...] socialisme


---------------
"Il ne suffit pas de diaboliser une opinion pour la discréditer. Il faut dire en quoi elle est fausse."
n°14465519
_Genesis_
Singular Think
Posté le 30-03-2008 à 13:31:11  profilanswer
 

la question a écrit :


 
Source de bel aloi  [:cerveau yamimakai] :


Alors c'est tiré d'un bouquin d'un historien allemand, pas d'un site internet nazi. Merci.


---------------
"Il ne suffit pas de diaboliser une opinion pour la discréditer. Il faut dire en quoi elle est fausse."
mood
Publicité
Posté le 30-03-2008 à 13:31:11  profilanswer
 

n°14465553
DonLope59
Mais...ces morts sont...morts!
Posté le 30-03-2008 à 13:36:26  profilanswer
 

_Genesis_ a écrit :

[quote]La notion de «race des seigneurs» s’accompagnait du désir d’égaliser les rapports sociaux entre Allemands.


 
 
Enfin, pour être considéré comme faisant partie de la race des seigneurs, j'imagine qu'il ne fallait être ni juif, ni homo, ni opposant politique...donc la notion d'égalitarisme est toute relative.

Message cité 1 fois
Message édité par DonLope59 le 30-03-2008 à 13:36:40

---------------
http://www.youtube.com/watch?v=FoNmNmXExZ8
n°14471317
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 00:44:17  profilanswer
 

DonLope59 a écrit :


C'est une blague ? Un troll ? Mussolini obligé de se rapprocher de Hiter. Ca m'interesse de connaitre tes "meilleures sources". [:figti]


Voici déjà de premiers éléments qui attestent des tensions qui existaient entre Hitler et Mussolini :
« Dans cet ouvrage, l’auteur part du constat de l’opposition séculaire entre le monde germanique et l’Italie, qui prend des formes diverses depuis les invasions barbares de l’Antiquité pour se cristalliser finalement dans les années 1930 autour de la question autrichienne. Les six premiers chapitres, sur lesquels j’ai choisi de concentrer mon analyse, montrent la grande difficulté du début des relations entre Hitler et Mussolini, entre 1933 et 1938 ; cette relation est complexe et pleine de paradoxes, elle combine des intérêts nationaux antagonistes, surtout à cause de l’Autriche, véritable pomme de discorde entre les deux pays, et des facteurs humains qui tendent à rapprocher les deux dictateurs l’un de l’autre, comme des similarités dans leur personnalité qui suscitent en eux une admiration réciproque, et une formation intellectuelle semblable, autodidacte et très influencée par Nietzsche, qui explique les affinités dans leur conception des relations internationales. Après une série de crises qui ébranlent violemment les relations entre les deux pays, le règlement de la question autrichienne en faveur de Hitler en 1938 scelle définitivement l’Axe, mais préfigure déjà la nature de la relation Rome-Berlin, très déséquilibrée en faveur de l’Allemagne, et joue un rôle déclencheur dans l’engrenage qui conduit à la guerre. »
Elizabeth Wiskemann : l’Axe Rome-Berlin, Histoire des relations entre Hitler et Mussolini (1934-1945)
L'Angleterre avait l'occasion de mettre de l'huile sur le feu dans ces relations tendues entre Hitler et Mussolini. Elle ne l'a pas fait. Au contraire, elle s'est montrée intransigeante envers l'Italie dans l'affaire Ethiopienne, pour ne pas voir un autre pays européen s'implanter en Afrique. La France à lâchement suivit. Si l’Angleterre avait laissé les coudées franches à Mussolini en Ethiopie, il aurait rejoint les alliés. N’oublions pas que, bien avant la France, l’Italie avait déjà mobilisée plusieurs divisions armées aux frontières autrichiennes, prête à intervenir en cas d’accord avec la France et l’Angleterre.
Quand j'aurai une minute, je tâcherai de vous trouver des documents qui en attestent.
 

DonLope59 a écrit :

Je comprends mieux tes propos précédents maintenant. [:z800]


J'en suis moins sûr. Il faut se garder de déductions trop simplistes. Vous verrez !


---------------
Cordialement
n°14471683
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 01:39:05  profilanswer
 

Mr-ionman a écrit :

Là je suis pas d'accord avec toi, le capitalisme est bien plus une idéologie à contenu économique que le socialisme.


Non ! Le capitalisme n'a rien d'idéologique. Du moins dans la pratique et la réalité. Il ne devient une idéologie que dans l'esprit de la gauche à la recherche d'un bouc émissaire.
En fait, il y a des capitalistes, mais point de capitalisme :
« Dans le monde, on n'accorde le nom de capitaliste qu'aux hommes dont l'unique ou du moins le principal revenu consiste dans l'intérêt de leurs capitaux. »
SAY, Cours d'économie politique, t. II, p. 65.
« Nous avons donné ce nom à tous ceux qui possèdent un capital petit ou grand, une portion même d'un capital. »
SAY, ib.
« Le gérant sera-t-il fondé à refuser au capitaliste toute participation à une augmentation de produits due en si grande partie à son capital ? »
SAY, ib. p. 68.
« Réprouver les capitalistes comme inutiles à la société, c'est s'emporter follement contre les instruments mêmes du travail. »
MIRABEAU, Collection, t. IV, p. 279.
 

Mr-ionman a écrit :

Citation :

Content de voir enfin une confirmation de ce que j'avance. Il n'est jamais trop tard...  ;)  


Je confirme ou n'infirme rien du tout, je replace juste la vérité historique. Ensuite que le contenu de la politique du NSDAP ait un brin de socialisme ou pas... L'interventionisme étatique n'est pas une spécificité socialiste :(


Bon ! Admettons donc qu'il est louable que des personnes honnêtes intellectuellement acceptent de mettre en avant les vérités historiques.
Certes, il n'y a pas que le socialisme qui soit partisan du tout contrôle étatique. Tous les gouvernements faibles qui acceptent de subir la loi des syndicats et leurs alliés politiques, font du socialisme sans l'avouer. A cet égard l'UMP, comme le Modem, sont prêts à devenir des champions toutes catégories.  
 


---------------
Cordialement
n°14473639
Profil sup​primé
Posté le 31-03-2008 à 11:48:46  answer
 

Prodeo, toi seul sait où tu veux en venir, même si on a déjà une petite idée.  :)  Il y a plusieurs façons de sortir un renard d'un poulailler, et il y a des renards plus malins que d'autres...  
 
 

Prodeo a écrit :


(...)Une fois que vous savez donc que le fascisme te le nazisme sont des avatars du socialisme, comment pouvez-vous encore croire qu'on ne tente pas de nous manipuler en nous faisant croire que le Front national est de la même eau (LourdeS) ?(...)  
Croyez-moi, nous sommes victimes de notre ignorance, qui nous soumet à la manipulation grossière par la désinformation, la « mésinformation », la surinformation et tous les mensonges les plus énormes. (...)
 
Désolé de vous décevoir, mais lorsque je dis que Mussolini père et fils était socialistes ou que Hitler était national-socialiste, je ne fais pas référence à un "argumentaire" d'un parti politique, je puise mon information dans des livres d'histoire qui m'exposent des faits en appelant les choses par leur vrai nom. Vous voyez donc bien que je suis très loin de la propagande ou de la mythologie.(...)
 
Avant de qualifier mes propos de "propos délirants", faites comme moi, plongez-vous dans les encyclopédies et autres livres d'histoire, vous constaterez, comme moi, que le fascisme et le nazisme sont bien des avatars du socialisme des années trente du XXe siècle. Je n'invente rien. Je sais simplement lire sans idée préconçue et sans filtre idéologique.
 
Je croyais avoir été très explicite en exposant ce que je pense. Voudriez-vous me faire dire ce que vous pensez que je pense ? En tout cas, je ne vois pas ce qu'un honnête homme pourrait avoir à me reprocher pour justifier un bannissement. L'objectivité et la libre expression sont-elles punissables ? Je ne crois pas avoir lu cela dans la charte du forum. Ne l'aurais-je pas lu assez attentivement ?(...)
 
Mais non voyons ! Ne déformez pas la réalité. Le socialisme italien incarné par Mussolini et le national-socialisme de Hitler ne se sont jamais cachés de leur appartenance. C'est sans doute vous qui l'interprétez comme cela, certainement parce que des idéologues géniaux ont frappé des générations de jeunes gens en déformant la réalité. Sans doute pour faire oublier des evénements comme le pacte germano-soviétique qui fait tout de même désordre pour assurer la promotion de la gauche.
 


 
 
S'il y avait un concours, tu ne serais pas dernier, sois en certain.
 
 
Mais c'est vraiment à l'occasion de ton premier post sur le forum que tu as fait très fort:
 

Prodeo a écrit :


 
D'ailleurs, amusez-vous à lire « Mein Kampf » (« Mon combat », programme politique d'Adolf Hitler -toujours en vente en librairie-)  


 
 
Comment peut-on inviter des lecteurs (pour la plupart peu âgés) à s'amuser à lire un bouquin/programme qui a fait 60 millions de victimes ?  :pt1cable:  
 
Il faudra donc te laisser à tes délires politiques, qui ne possèdent aucune consistance. Par exemple sur une ligne tu t'offusques de la mise en place des 35 heures à sens unique (des grandes boites) et la ligne suivante tu fustiges la lutte des classes et le marxisme.  :lol:  
 
Il n'y a pas de débat possible, tous les concepts politiques sont mélangés, il n'y a aucun corps, typique de l'idéologie d'extrème droite rampante.  
 
 
Un grand bravo en tout cas à Soral qui désormais se coltinera des nuées plus ou moins odorantes toute sa vie.  
Lui qui pourtant "vient du parti communiste"  :lol:  
 
 
 
Allez, on va désormais essayer de parler de Soral et s'y tenir. On sait désormais que le FN n'a absolument rien à voir avec l'extrème droite allemande ou italienne. On sait désormais que c'est une idéologie beaucoup plus proche du capitalisme que du socialisme. Un Capitalisme qui tient une forme olympique, forme que n'aurais pas même imaginé ce bon vieux Jean-Baptiste   :)  
 
 
 
 

n°14474035
DonLope59
Mais...ces morts sont...morts!
Posté le 31-03-2008 à 12:47:12  profilanswer
 

Prodeo a écrit :


L'Angleterre avait l'occasion de mettre de l'huile sur le feu dans ces relations tendues entre Hitler et Mussolini. Elle ne l'a pas fait. Au contraire, elle s'est montrée intransigeante envers l'Italie dans l'affaire Ethiopienne, pour ne pas voir un autre pays européen s'implanter en Afrique. La France à lâchement suivit. Si l’Angleterre avait laissé les coudées franches à Mussolini en Ethiopie, il aurait rejoint les alliés.


 
En cherchant rapidement sur wiki, j'ai trouvé ça:
 

Citation :

Encore en décembre 1935, les secrétaires britannique Hoare et français Laval tenteront de proposer une solution de compromis. mais leur plan est inacceptable : il amputerait l'Ethiopie des deux tiers de son territoire, et la transformerait en protectorat italien de fait. Hailé Sélassié ne peut bien sûr sacrifier ainsi son royaume, et Mussolini n'a aucun intérêt à cesser les hostilités : la guerre lui promet plus.


 
Du coup, on peut pas dire que la France et l'Angleterre ont été intransigeantes avec l'Italie.


---------------
http://www.youtube.com/watch?v=FoNmNmXExZ8
n°14475177
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 15:16:34  profilanswer
 

Constant a écrit :

Prodeo, je suis désolé de te le dire, mais tu racontes un tissu d'âneries. Le programme économique de Hitler a été tout sauf socialiste.


Il ne suffit pas de me prendre pour un âne pour avoir raison. C'est une opinion qui ne vaut rien sans une solide argumentation qui viendrait contrecarrer ce que j'avance. Or, cela risque d'être une mission impossible pour vous, si je vous développe des exemples très concrets comme la "WW" ou les postes de TSF et la culture ou les vancances pour tous, encadrés par les jeunesses hitlériennes.
 

Constant a écrit :

Premièrement, le pacte germano-soviétique n'est pas un pacte idéologique mais une façon pour Hitler d'éviter un front à l'est pendant qu'il va combattre à l'ouest pour éviter l'erreur allemande de la première guerre mondiale.


Certes le pacte germano-soviétique fut très opportuniste pour le deux parties, qui comptaient bien éliminer l'autre dès que l'occasion se présenterait. C'est dans la logique des frères ennemis qui savent qu'il n'y a pas de place pour deux. Mais, à qui ferez-vous croire qu'il ne faut pas réunir quelques dénominateurs idéologiques communs solides pour pactiser, et faire accepter ce pacte aux peuples concernés ? Sous cet angle, vous voyez bien que votre raisonnement ne tient pas.
 

Constant a écrit :

Deuxièmement il a toujours été dans la syntaxe hitlérienne de villipender la racaille "judéo-bolchévique", notamment dans Mein Kampf, écrit bien avant le pacte.


Oui, bien sûr ! Je ne nie absolument pas les difficiles rapports de deux idéologies très proches, qui ont fini par se rapprocher aussi par pragmatisme dans le secret espoir d'étouffer l'autre, après l'avoir étreint. D'ailleurs, le communisme a eu, lui aussi, ses poussées de fièvres antisémites.
 

Constant a écrit :

Troisièmement, le programme économique nazi n'a jamais été socialiste. Le socialisme, selon Marx, c'est l'appropriation par le PEUPLE des moyens de production. Hitler et sa clique ont passé des contrats avec des grandes entreprises allemandes privées afin de financer l'effort de guerre. L'Allemagne nazie fut un des pays avec les plus formidables inégalités sociales qui ait jamais existé. La classe moyenne y était minime, entre une quantité incroyable de miséreux, des diginitaires nantis (s'accaparant les biens des juifs) et des industriels milliardaires qui ont soutenu le régime jusqu'à ce qu'il vacille (la famille propriétaire de l'entreprise Bayer par exemple).


Quand je pense que mettez cela avec tout le sérieux du monde, les bras m'en tombent. L'appropriation des moyens de production comme du pouvoir n'ont jamais été et ne seront jamais entre les mains des peuples sans que des capitalistes viennent mettre leurs capitaux pour faire tourner l'ensemble. Dans la pratique, et selon votre schéma, les capitalistes seront simplement appelés socialistes. Vous aurez simplement changé l'étiquette du poison en l'appelant confiture. D'ailleurs, nous savons tous (enfin presque) maintenant que la révolution française fut essentiellement bourgeoise, et qu'elle a permis l'essor de nouveaux capitalistes, de nouveaux riches qui se sont largement payés avec les biens nationaux. Jusqu'à nos jours ou nous constatons que des Fabius, Strauss-Khan, Royal et Hollande (pour ne citer que ceux-là) sont de bons petits capitalistes bourgeois qui n'ont pas honte de se qualifier de socialistes.  
Il est donc, en effet, très clair que Hitler a parfaitement utilisé à son profit le capitalisme allemand. Mais, comme tout socialiste qui sait bien qu'il y a une grande différence entre ce que l'on dit et ce que l'on doit faire pour donner l'illusion, mais une illusion qui se tient un peu tout de même. Il faut que vous soyez bien naïf, aveuglé et/ou bénéficiaire pour nier cette évidence.
 

Constant a écrit :

Tu le sais, mais étant d'extrême droite, supporter de l'homme responsables des  multiples jeux de mots racistes et antisémites tu tentes bêtement de rapprocher nazisme et socialisme, c'est très stupide. Antika a très bien résumé le fait que le régime fasciste italien était un régime ultracapitaliste, pas besoin de revenir la-dessus. L'extrême-droite, c'est-à-dire l'exaltation des valeurs nationalistes, la préférence nationale, la xénophobie, la violence et l'autorité comme mode de pouvoir ont toujours été du côté du capitalisme le plus sauvage, partout. Tu prétends connaître l'histoire, mais visiblement tu ne sais rien, ou tente d'attirer vers ton parti des internautes inattentifs. Mais je pense qu'ici, tu ne trompes personne.


Bien entendu, je ne suis pas d'extrême droite (si celle-ci existe bien, ce doit être dans des groupuscules insignifiants politiquement), et je suis bien obligé de choisir Jean-Marie Le Pen par défaut. Celui-ci, malgré ses défauts, reste le dernier hussard de la république, qui respecte la nation et la patrie. Croyez bien que pour le royaliste que je suis, il est tout de même très difficile de soutenir un candidat républicain. Il faut pourtant bien se ranger à un certain réalisme politique pour tenter l'impossible afin que la nation ne sombre pas.
Pour en revenir à votre développement fantasque qui tente de ranger un hypothétique capitalisme à la droite, alors que s'il existe bien un capitalisme, celui-ci n'est que la réunion des actions de capitalistes, qu'ils soient de droite ou de gauche. Même les communistes et l'extrême gauche n'échappent pas à la règle. Ils ont aussi leurs capitalistes de service.  
Un mot tout de même sur les valeurs nationalistes. Avant la révolution française qui a divisée la nation pour mieux s'imposer, la notion même de nation n'était même pas invoquée tant elle allait de soi à travers le roi qui était le père du royaume et tous ses peuples. C'est au fur et à mesure de l'affaiblissement du sentiment d'appartenir à une patrie, que cette notion est apparue. Elle vient combler une vide qui peut se montrer meurtrier pour notre pays. Je sais bien qu'il n'est plus de mode de vanter les vertus de la patrie. Comme je sais qu'il n'y a rien qui se démode plus que la mode, je n'hésite pas à revenir sur des notions indémodables qui ont fait la grandeur de la France, dans le plus grand respect des autres patries qui ont aussi leurs grandeurs et leur originalité. Je ne souhaite pas que le mondialisme ravageur avec ses serviteurs zélés et souvent inconscients de la gauche, viennent balayer toute cette variété de la civilisation occidentale, en criant haut et fort : "du passé faisons table rase". Le passé n'est qu'un géant où les nains viennent se jucher pour voir plus loin à l'horizon.


---------------
Cordialement
n°14475210
sylphide p​inklady
Modérateur
Posté le 31-03-2008 à 15:22:44  profilanswer
 

Prodeo a écrit :


Bien entendu, je ne suis pas d'extrême droite (si celle-ci existe bien, ce doit être dans des groupuscules insignifiants politiquement), et je suis bien obligé de choisir Jean-Marie Le Pen par défaut. Celui-ci, malgré ses défauts, reste le dernier hussard de la république, qui respecte la nation et la patrie. Croyez bien que pour le royaliste que je suis, il est tout de même très difficile de soutenir un candidat républicain. Il faut pourtant bien se ranger à un certain réalisme politique pour tenter l'impossible afin que la nation ne sombre pas.


 
Voter Le Pen par "réalisme politique", faut le faire quand même !  :lol:  
 
Depuis la disparition de Marchais, c'est le dernier grand guignol de la politique française.  :sarcastic:  
 
Enfin bon, je compatis à tes souffrances et à ton noble sacrifice pour nous éviter de sombrer.  [:jambenmouss]  

n°14475224
DonLope59
Mais...ces morts sont...morts!
Posté le 31-03-2008 à 15:24:49  profilanswer
 

Prodeo a écrit :


 les vancances pour tous, encadrés par les jeunesses hitlériennes.


 
Les jeunesses hitlériennes, c'est du socialisme?  [:ddpforman]


---------------
http://www.youtube.com/watch?v=FoNmNmXExZ8
n°14475241
ovrefoss
Posté le 31-03-2008 à 15:27:03  profilanswer
 

Prodeo a écrit :

...Bla bla...

Tu te relis des fois ? Tu trouves tout ca fondé, élaboré, en conformité avec  les mouvements historiques générés par les hommes, pas seulement les Bataille ou Finkelkraut ou Glucksman, mais tous les hommes qui s'inscrivent de fait dans les courants de civilisations ?  
 
Pour moi, ta loggorhée a peu ou prou le goût d'un slogan des Boulogne boys. Mais ca n'en a pas l'authenticité des aveugles du borgne, à peine une simili-rhétorique de feu Unité Radicale. Tu te voudrais intellectuel parce qu'ayant tout compris, détenant la vérité seule capable d'éclairer le monde HFR, mais tu as décroché ton esprit de ton corps, et il n'y a rien de vivant, rien qui corresponde à la réalité dans tes propos. Tu amasses quelques données liturgiques rentrées dans ta comprenette à grands coups de séances de purification dignes de la scientologie, et tu en fais une purée que tu viens nous dégurgiter.
 
Fais-toi curé : les dogmes, ca attire les génies égarés des alpages.

n°14475245
sylphide p​inklady
Modérateur
Posté le 31-03-2008 à 15:28:02  profilanswer
 

En plus, c'est idiot, les partis politiques actuels ne correspondent pas à ces idéologies passées même si certains s'en réclament abusivement.  :o

 

N'empêche qu'on voit bien le genre de génie qui apparaît quand on invoque le nom de Soral...  

Message cité 2 fois
Message édité par sylphide pinklady le 31-03-2008 à 15:28:42
n°14475251
fougnac
Posté le 31-03-2008 à 15:28:54  profilanswer
 
n°14475269
Profil sup​primé
Posté le 31-03-2008 à 15:30:47  answer
 

ovrefoss a écrit :

Tu te relis des fois ? Tu trouves tout ca fondé, élaboré, en conformité avec  les mouvements historiques générés par les hommes, pas seulement les Bataille ou Finkelkraut ou Glucksman, mais tous les hommes qui s'inscrivent de fait dans les courants de civilisations ?  
 
Pour moi, ta loggorhée a peu ou prou le goût d'un slogan des Boulogne boys. Mais ca n'en a pas l'authenticité des aveugles du borgne, à peine une simili-rhétorique de feu Unité Radicale. Tu te voudrais intellectuel parce qu'ayant tout compris, détenant la vérité seule capable d'éclairer le monde HFR, mais tu as décroché ton esprit de ton corps, et il n'y a rien de vivant, rien qui corresponde à la réalité dans tes propos. Tu amasses quelques données liturgiques rentrées dans ta comprenette à grands coups de séances de purification dignes de la scientologie, et tu en fais une purée que tu viens nous dégurgiter.
 
Fais-toi curé : les dogmes, ca attire les génies égarés des alpages.


 
très bon  :)  
 
et tellement vrai  :lol:  
 
 
 

n°14475291
Gazette
Posté le 31-03-2008 à 15:33:07  profilanswer
 

sylphide pinklady a écrit :

En plus, c'est idiot, les partis politiques actuels ne correspondent pas à ces idéologies passées même si certains s'en réclament abusivement.  :o  
 
N'empêche qu'on voit bien le genre de génie qui apparaît quand on invoque le nom de Soral...  


 
Aujourd'hui ce ne sont plus des guignols les politiques ce sont des requins, ils s'adaptent à toute forme d'idées qui peuvent leur faire prendre des points dans les sondages, donc on peut rigoler d'un mec qui à dit les mêmes choses pendant 25 ans, mais il faut bien se rendre compte que les hommes politiques d'aujourd'hui ne défendent plus leurs idées personnel.

n°14475306
sylphide p​inklady
Modérateur
Posté le 31-03-2008 à 15:34:39  profilanswer
 

fougnac a écrit :

Nuit de samedi : passage de Soral à ici & maintenant :
http://www.dailymotion.com/prince_de_conde/1


 
En fait, il oscille constamment entre deux phases : soit, il dit d'énormes conneries plus grosses que lui soit, il sort des choses tellement évidentes qu'elles n'ont aucun intérêt.  [:sirjeannot]  

n°14475337
sylphide p​inklady
Modérateur
Posté le 31-03-2008 à 15:38:30  profilanswer
 

Gazette a écrit :


 
Aujourd'hui ce ne sont plus des guignols les politiques ce sont des requins, ils s'adaptent à toute forme d'idées qui peuvent leur faire prendre des points dans les sondages, donc on peut rigoler d'un mec qui à dit les mêmes choses pendant 25 ans, mais il faut bien se rendre compte que les hommes politiques d'aujourd'hui ne défendent plus leurs idées personnel.


 
C'est sûr qu'on rigolait plus avant. Bon, on se rattrape un peu en ce moment.  :ange:  
 
Mais, je trouve que tu idéalises un peu le passé.  ;)  

n°14475368
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 15:41:23  profilanswer
 

antika a écrit :

En premier lieu, Constant renvoie Prodeo à l'extrême-droite et il a parfaitement raison. Quelqu'un qui vote Le Pen et appelle à le faire est considéré comme d'extrême-droite. C'est même la définition du terme "individu d'extrême-droite". A fortiori, j'ai pointé du doigt l'usage répété par Prodeo de termes usités uniquement dans les revues d'opinion d'extrême-droite, et sa vision du monde adhère totalement à celle de l'extrême-droite. Il est donc tout à fait justifié de considérer Prodeo comme étant d'extrême-droite. Et Constant a attendu moults posts de Prodeo avant de pouvoir l'affirmer, ce qui montre une certaine retenue et une volonté de n'énoncer que des propos fondés sur des réalités tangibles.


Il est bien dommage que vous ayez besoin de mettre une étiquette largement diabolisée pour ranger les individus par catégories bien définies. Ce comportement est stupide. Logiquement, vous devriez le savoir s'il vous est venu à l'esprit d'étudier l'électorat du Front national qui, comme son nom l'indique, est un "front" qui réunit des tendances très différentes et même parfois assez contraires. C'est le vrai tout de force de Jean-Marie Le Pen, que tous ses adversaires ne lui pardonnent pas. Pour moi, si je devais bêtement me contenter de faire une classification, j'abandonnerais la notion sotte de droite/gauche qui ne veut plus rien dire. D'ailleurs, connaissez-vous une autre formation politique que le Front national qui aie incorporé autant de partisan de gauche dans ses rangs depuis une trentaine d'année ? Non, bien sûr ! Vous le savez bien ! Ainsi, ma classification ferait ressortir ceux qui sont pour la France et ceux qui sont contre ou indifférents. Je ferais ressortir ceux qui veulent servir leur pays et ceux qui veulent s'en servir. J'irais même jusqu'à distinguer les individualistes opportunistes de ceux qui ont conscience du bien commun et de ce qu'il faut faire pour le préserver et le faire fructifier pour l'intérêt de tous. Comme vous pouvez le constater, nous sommes loin du stupide clivage droite/gauche.
 

antika a écrit :

En second lieu, le monde entier considère qu'être d'extrême-droite est quelque chose d'assez négatif - et ça n'a rien à voir le point Goodwin.


Le monde entier semble donc se réduire à un politiquement correct qui cherche à évacuer toute aspérité dérangeante. Quelle tristesse ! C'est cela la vraie négation de la vie et de la richesse variée de celle-ci.
 

antika a écrit :

Enfin, il y a aussi une faiblesse dans tes arguments, juste là :  

Citation :

Ca cache une faiblesse dans vos arguments, c'est bien regrettable.


^^


La force des uns est très souvent relative à la faiblesse des autres. Ce qui fait la grande force des femmes, n'est-ce pas la faiblesse des hommes ?


---------------
Cordialement
n°14475462
sylphide p​inklady
Modérateur
Posté le 31-03-2008 à 15:51:04  profilanswer
 

fougnac a écrit :

Nuit de samedi : passage de Soral à ici & maintenant :
http://www.dailymotion.com/prince_de_conde/1


 
Il y a un passage absolument juteux.
 
Un pauvre auditeur très courtois : "Je confirme que M. Le Pen a bien dit qu'il avait torturé en Algérie même s'il l'a nié par la suite."
Soral : "On s'en fout." "Moi, je trouve que c'est assez courageux de sa part de prétendre avoir torturé alors que n'importe quel politicien professionnel l'aurait nié dès le départ. Si Le Pen avait été un politicien habile, il n'aurait jamais revendiqué avoir torturé.
L'auditeur : "Vous n'avez pas peur de vous acoquiner avec qqun qui a torturé ?"
Soral : Moi je me méfie des gens qui donnent des leçons de morale et qui sont en général des lâches prêts à savater les gens qui sont par terre. Moi, je respecte les combattants debout." etc
 
En fait, ça faisait longtemps que je ne l'avais plus entendu déblatérer, j'ai l'impression que son cas s'est encore aggravé. Il est bon pour la maison de repos.  [:ripper et bullit]  

n°14475521
fougnac
Posté le 31-03-2008 à 15:56:39  profilanswer
 

sylphide pinklady a écrit :


 aucun intérêt.  [:sirjeannot]  


 

sylphide pinklady a écrit :


 
Il y a un passage absolument juteux.
 


Je vois que tu t'endors pas en écoutant donc [:ddr555]


Message édité par fougnac le 31-03-2008 à 15:57:08
n°14475561
sylphide p​inklady
Modérateur
Posté le 31-03-2008 à 16:00:53  profilanswer
 

J'avoue que ce passage m'a réveillée (c'est à la fin) ! :D

n°14475732
ovrefoss
Posté le 31-03-2008 à 16:20:52  profilanswer
 

Prodeo a écrit :


Il est bien dommage que vous ayez besoin de mettre une étiquette largement diabolisée pour ranger les individus par catégories bien définies. Ce comportement est stupide....

Mais oui, c'est bien ca, on voit parfois passer ici des d'Annunzio qui se croient dieu devant leur psyché. Leur manque juste l'essentiel : la sensibilité au pouvoir érogène d'une vraie femme, qui en ferait des hommes : pas de femmes ? pas d'hommes ! :lol:  
 
Il ne faut donc surtout pas voir qu'il y aurait telle ou telle idéologie de chaudière à mazout derrière ton magma.... ?
Il n'y a heureusement pas assez de décérébrés pour tomber dans ton panneau sectaire. Tu fais comme Guéant et Haino, l'homme du discours de Dakar : tu pratiques la banalisation, sous couvert de très vagues justificatifs pseudo-philosophiques vigoureusement passés à l'attendrisseur de l'obscurantisme - par le déni de la notion intrinsèque d'appartenance non pas à une nation (ca sert la viande à canon, on sait jamais), mais à un peuple -  et des thèses les plus scélérates déjà répandues juste avant la WWII, toutes regroupés sur un seul leitmotiv : l'atteinte à la dignité collective, au signes intangibles de l'identité de civilisation.  
Pour le pouvoir actuel et ses thuriféraires, pourquoi se gêner ? Jaurès, Môquet, Khadafi, les FARC, c'est bon, mangezan, et si vous en voulez pas aucune importance, tte façon on va vous massacrer la gueule avec.
 
Aucune dignité, ces gens-là... L'indignité d'abord comme ligne fondatrice d'un discours de pouvoir :  
- Si tu reviens, j'annule tout, même ma plainte
- le paquet fiscal est passé et les caisses sont vides pour les autres, retraités et handicapés
- bienvenue Tom Cruise dans la caboche des mômes, etc.
 
La France binaire, qui sombre...

n°14475949
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 16:42:41  profilanswer
 


Vous avez raison de rappeler que le socialisme peut conduire à des horreurs tout en se drapant des meilleures intentions du monde. Cela devrait même vous donner à réfléchir sur la valeur intrinsèquement pervers du socialisme.
 
 
Certes, les SA ne manquaient pas de personnes d'origine prolétaire dans ses rangs, mais, à ma connaisance, le seul critère que retenait Röhm était la valeur combattante de ses recrues. La "Reichswehr" comptait en son sein des dirigeants politiques et des militaires qui étaient loin d'être des prolétaires.
 
 
Mais le socialisme est toujours, par essence, autre chose dans la pratique, que les théories utopiques qu'il utilise pour charmer un auditoire qui est prêt à poursuivre la négation de l'homme tel qu'il est, en espérant faire surgir de la masse des surhommes qui seraient tel qu'il le souhaite. Tout le malentendu est là ! Le chrétien sait bien que, hélas, il y a beaucoup d'hommes qui ont des yeux, mais ne voient pas, et ont des oreilles, mais n'entendent pas. Les autres n'ont probablement pas médité cette parole évangélique qu'on ne leur a pas appris à l'école ni même dans leur famille.


---------------
Cordialement
n°14475953
Phileass
Posté le 31-03-2008 à 16:43:17  profilanswer
 

antika a écrit :

(...)
Alors non, en fait un socialisme d'extrême-droite, ça ne peut pas exister.
 
Les réponses du type : "ah oui, mais moi ma définition perso du socialisme c'est plutôt comme ci, et selon ma définition untel est socialiste" on s'en fout. Ce qui compte c'est la définition généralement admise du socialisme, évidemment si on réecrit le dictionnaire, Belmondo est nazi (j'ai décidé que pour moi "nazi" signifiait "posséder un petit chien" désormais, et le monde entier doit s'accorder à ma définition, et toc).


 
Ca ne veut rien dire une "généralement admise"... La seule définition valable du socialisme, c'est celle de Marx et à la base même du socialisme voulu par Marx, il y a l'internationalisme. Donc oui, le nationalisme et le socialisme sont completement opposés. Et les stals ont rompu avec le marxisme le jour ou Staline a lancé le principe du "socialisme dans un seul pays".

n°14476000
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 16:48:49  profilanswer
 

_Genesis_ a écrit :

Citation :

Hitler et les nazis ont véritablement voulu mettre en œuvre un régime «socialiste», mais pour le seul peuple allemand. La notion de «race des seigneurs» s’accompagnait du désir d’égaliser les rapports sociaux entre Allemands. D’où une imposition plus forte des hauts revenus ; une politique familiale développée ; une protection renforcée des gens endettés ; une politique du logement ; l’instauration de congés payés… Hitler voulait donner corps à l’idée de Volksgemeinschaft, de « communauté de la race allemande ».



Merci, Genesis, d'apporter un peu d'eau à mon moulin, qui n'a pas d'autre ambition que d'essayer de faire découvrir certaines vérités trop occultés. Cela me fait gagner un temps précieux. ;)


---------------
Cordialement
n°14476118
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 17:01:05  profilanswer
 

la question a écrit :

Source de bel aloi  [:cerveau yamimakai] :
http://www.google.fr/search?hl=fr& [...] ogle&meta=
http://lesbeauf-sdansstartsinblogs [...] liste.html

Citation :

Le socialo-marxisme ...
...c'est un devoir national que de combattre ce fléau !



Ben, oui ! Il y a même des royalistes qui donnent la parole à des historiens de gauche lorsqu'ils daignent dire la vérité :
« C’est pourquoi le livre de Götz Aly suscite d’énormes controverses. Certains lui ont reproché de vouloir réveiller une forme de mauvaise conscience dans une société qui, petit à petit, tourne la page du nazisme. D’autres ne supportent pas que l’historien prennent au premier degré l’expression de national-« socialisme ». N’est-ce pas une insulte faite au socialisme, système généreux et universaliste ? Effectivement, il est paradoxal de voir Götz Aly, engagé à gauche, toujours rebelle vis-à-vis de l’establishment et qui n’a jamais obtenu de chaire universitaire, reprendre la thèse défendue par le grand penseur libéral Friedrich Hayek, dès 1943, dans La Route de la servitude : le nazisme a été un socialisme à l’usage du seul peuple allemand. »
Ca fait mal, n'est-ce pas ?


---------------
Cordialement
n°14476232
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 17:12:02  profilanswer
 

DonLope59 a écrit :

Enfin, pour être considéré comme faisant partie de la race des seigneurs, j'imagine qu'il ne fallait être ni juif, ni homo, ni opposant politique... donc la notion d'égalitarisme est toute relative.


Dans le relativisme, je ne crois pas que les socialistes puissent faire la leçon à qui que ce soit. Vous avez raison de rappeler ce trait odieux du socialisme allemand sous le IIIe reich qui démontre que certaines personnes étaient moins égales que d'autres.
Les socialistes, visiblement, n'échappent pas au péché originel, même si pour la majorité d'entre-eux il n'existe pas.


---------------
Cordialement
n°14476415
Rasthor
Liberté et Patrie
Posté le 31-03-2008 à 17:29:43  profilanswer
 

C'est quoi l'extrême-droite concrètement pour vous ?
 
Le nazisme, le fascisme de Mussolini, le fascisme de Franco, le régime de Vichy, le FN, c'est tous des partis / régimes d'extrême-droite ? Ou bien y'a des distinctions subtiles ?

n°14476444
DonLope59
Mais...ces morts sont...morts!
Posté le 31-03-2008 à 17:32:26  profilanswer
 

Prodeo a écrit :


 Vous avez raison de rappeler ce trait odieux du socialisme allemand sous le IIIe reich qui démontre que certaines personnes étaient moins égales que d'autres.
Les socialistes, visiblement, n'échappent pas au péché originel, même si pour la majorité d'entre-eux il n'existe pas.


 
M'enfin, ça na rien à voir avec du socialisme. C'est quoi ce troll moisi?
 
Et puis en tant que royaliste, ça me parait plutôt bizarre que tu trouves odieux que pour les nazis, il y avait des personnes moins égales que d'autres.


---------------
http://www.youtube.com/watch?v=FoNmNmXExZ8
n°14476527
Gazette
Posté le 31-03-2008 à 17:40:31  profilanswer
 

sylphide pinklady a écrit :


 
C'est sûr qu'on rigolait plus avant. Bon, on se rattrape un peu en ce moment.  :ange:  
 
Mais, je trouve que tu idéalises un peu le passé.  ;)  


 
Non ce n'était pas forcément mieux, mais ça évitaient que les électeurs soient pris pour des cons au niveau ou on en est actuellement.

n°14477198
Deouss
SOLA GRATIA
Posté le 31-03-2008 à 18:51:12  profilanswer
 

Prodeo a écrit :


Ben, oui ! Il y a même des royalistes qui donnent la parole à des historiens de gauche lorsqu'ils daignent dire la vérité :
« C’est pourquoi le livre de Götz Aly suscite d’énormes controverses. Certains lui ont reproché de vouloir réveiller une forme de mauvaise conscience dans une société qui, petit à petit, tourne la page du nazisme. D’autres ne supportent pas que l’historien prennent au premier degré l’expression de national-« socialisme ». N’est-ce pas une insulte faite au socialisme, système généreux et universaliste ? Effectivement, il est paradoxal de voir Götz Aly, engagé à gauche, toujours rebelle vis-à-vis de l’establishment et qui n’a jamais obtenu de chaire universitaire, reprendre la thèse défendue par le grand penseur libéral Friedrich Hayek, dès 1943, dans La Route de la servitude : le nazisme a été un socialisme à l’usage du seul peuple allemand. »
Ca fait mal, n'est-ce pas ?


 
Badaboum tsointsoin, fin de la question, je ne comprends pas comment tu peux essayer de défendre le côté socialiste du nazisme plus en avant que ça...Ce serait comme dire que ce fut un régime égalitaire, mais juste pour les Aryens. Tu sens pas comme un problème ? Dire qu'une frange de la population dispose elle seule d'un statut égal entre ses membres (contrairement à ceux qui n'en font pas partie), tu ne trouves pas ça bien loin d'une vision socialiste de la question ?
 
Dans ton optique, si je décrète que tous les bruns sont désormais égaux à tous égards entre eux, mais supérieurs à ceux des roux/blonds/punks à cheveux roses, c'est même pas de la discrimination donc. Effectivement, entre bruns il n'y aura pas de discrimination, mais ça nous avance à quoi ?


---------------
The relations of the soul to the divine spirit are so pure, that it is profane to seek to interpose helps.
n°14477410
antika
Posté le 31-03-2008 à 19:13:12  profilanswer
 

(mais arrêtez, il a avoué, c'est juste un fafounet royaliste qui est venu troller le topic)

n°14477425
Prodeo
Posté le 31-03-2008 à 19:14:26  profilanswer
 


Oui, bien sûr que je sais où je veux en venir. J'y viens d'ailleurs ! J'essaie de montrer aux personnes polluées depuis leur plus tendre enfance par la pensée convenue, qu'il faut avoir le courage et l'esprit curieux pour aller chercher la vérité au-delà du tissu de mensonges qui émaille la vie publique depuis deux siècles. Cette pensée pervers à pour but de mettre enfin un terme à la civilisation française, qui oserait prétendre qu'il y eut autre chose avant l'avènement hypocrite des prétendus "droits de l'homme". J'ai l'espérance assez folle de remuer quelques âmes pour qu'elles réfléchissent à ce mécanisme diabolique qui a consisté à décapiter une nation et une religion pour remplacer le culte du Dieu fait homme par celui de l'homme qui se fait dieu. Orgueilleuse prétention, me direz-vous ? Peut-être ! Enfin, j'essaierai, en tout cas, de le faire avec un maximum d'humilité.
Vous me direz certainement aussi que nous voilà bien loin des préoccupations politiciennes que nous sommes censés aborder ici. Eh bien non ! Comme ce penseur oublié qui trouvait que la révolution ne faisait qu'un bloc, j'ose personnellement dire que c'est l'homme construit qui ne fait qu'un bloc. C'est sans aucun doute pour cela que l'école républicaine s'ingénie depuis très longtemps à déconstruire l'homme en ne lui transmettant plus le savoir minimum qui pourrait lui assurer de penser librement.
Comme vous le voyez, même si je consentirai à parler de Jean-Marie Le Pen et Alain Soral, je crois que nous avons tous besoin d'aller bien plus loin.
 
 
Après un concours Lépine, je ne suis pas hostile à participer à un concours Lépante. Ce serait assez drôle n'est-ce pas ? Ce n'est qu'une suggestion ! ;)
 
 
Si ce livre (qui est devenu un livre historique après avoir été un programme politique) avait été lu par une grande partie des Français (en particulier les hommes de pouvoir) des années trente au XXe siècle, ils auraient su à quoi nous destinait Hitler. Ils auraient donc pu prendre des dispositions pour éviter la guerre qui se dessinait très clairement dans ces pages. Pour l'anecdote, Hitler avait interdit que ce livre soit traduit en français. Un courageux éditeur, proche de l'Action française, a bravé cet interdit en espérant éclairer les Français sur les intentions du chancelier. Visiblement, le Front populaire devait avoir des choses plus importantes à faire. Nous savons où cela nous a conduit. Pensez-vous donc toujours aussi inutile que les Français d'aujourd'hui savent avec quelle désinvolture les hommes politiques qu'ils élisent traitent les sujets de première importance. A ce jour, les choses n'ont pas changé. Sinon, en s'aggravant.
Cette vision des choses est dérangeante n'est-ce pas ?  
 
 
Veuillez donc me faire le plaisir de bien me lire avant de me traiter avec un certain mépris. J'ai dit que la loi des 35 heures à privé certains salariés du privé d'un salaire dont ils avaient besoin, et que les socialistes n'en ont eu cure.
Je n'ai pas fustigé la lutte des classes. J'ai dit qu'elle n'existait réellement que dans le cerveau de Karl Marx. La société ne se réduit pas à des classes, et même si des classes peuvent être mise en avant, elles sont loin d'être en lutte lorsque les dirigeants politiques daignent faire le travail pour lequel nous les élisons. Ce problème est donc bien politique avant de devenir social par carrence du pouvoir.
 
 
Navré ! Je fais ce que je peux pour me mettre à la portée du plus grand nombre. Je ne prétends pas parvenir à être compris de tous. Chacun doit faire un peu d'efforts pour aborder un autre système de pensée qui tranche avec la pensée convenue, et séparer le bon grain de l'ivraie. A l'instar d'Alain Soral, et plus modestement, je ne suis tout au plus qu'un agitateur d'idées qui cherche à rétablir la vérité.
 
 
Alain Soral est avant tout un pamphlétaire qui a le mérite de donner à réfléchir des gens qui souhaitent sortir du carcan du prêt-à-penser que des idéologues cherchent à nous imposer. Il vient du communisme, comme moi du socialisme. Comme moi et bien d'autres frontistes qui viennent de la gauche au sens très large, il s'est aperçu qu'il y avait un hiatus dans le discours et les idées gauchistes, et la satisfaction des besoins quotidiens qu'appellent de leurs voeux le pays réel et son peuple laborieux (parfois même miséreux -je le vois bien lorsque je participe à la distribution de la soupe du roi-).
 
 
Vos vieux démons tentent sans doute de reprendre le dessus en cherchant à enfermer un débat selon les règles que vous souhaitez convenir. Souffrez donc que d'autres personnes aient une vue plus large des choses et refusent l'imposant carcan autoritaire des bien-pensants ou la classification arbitraire de ceux qui veulent enfermer la raison dans un réduit dont ils contrôleraient tout dépassement.  :jap:  


---------------
Cordialement
mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  6  ..  4271  4272  4273  4274  4275  4276

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
skyblog : pervertion , débauche et grossièreté qu'en pensez vous ?[Polémique] Que pensez vous de Rhynchocyon udzungwensis ?
Faux employé du Gaz GDF comment les reconnaitre ?Que pensez vous de la CCI Vélocitor pour une 22 LR?
Que pensez vous de la poweo boxProstitution étudiante, ce que vous en savez, pensez.
que pensez vous de l'offre ALFA ROMEO pour la 159 a 359€ par moisMariage ? Vrai ou pas?
que pensez vous des keupon de leur musik et de leur mega créte???Que pensez vous des métiers de la santé ?
Plus de sujets relatifs à : Topic dissidence : Ryssen à Fleury, tout est permis !


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR