Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1752 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Arts & Lecture

  L'atelier d'écriture

 


 

 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9
Page Précédente
Auteur Sujet :

L'atelier d'écriture

n°33029089
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 14:00:13  profilanswer
 

Pour le plaisir d'écrire.
Un sujet par quinzaine.
Et un mode d'emploi simple: utilisez le bouton "répondre", de manière à avoir un vrai fil de discussion. Inutile de citer le texte entier dans la réponse, les deux ou trois premières phrases devraient suffire, juste ce qu'il faut pour permettre à celui qui lit la réponse de savoir à quel texte on fait référence.
 
Liens


Propositions
2013_01_20 "Bon sang, quelle chaleur !"
2013_02_01 "Une tuyère pour le café et deux tucres, t'il vous plaît."
2013_02_12 "Où est Pedro ?" (mode western)
2013_02_21 "Titre libre" (mode Sissi)
2013_03_02 "Titre libre" (madame Michu)


Message édité par BrisChri le 10-03-2013 à 16:25:50

---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
mood
Publicité
Posté le 20-01-2013 à 14:00:13  profilanswer
 

n°33029092
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 14:00:34  profilanswer
 

réservé


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33029100
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 14:00:50  profilanswer
 

Réservé


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33029164
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 20-01-2013 à 14:06:50  profilanswer
 

[:gordon shumway]

 

Edit : BrsChr, l faut que tu changes de claver.


Message édité par biezdomny le 20-01-2013 à 14:07:40

---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°33029184
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 14:09:07  profilanswer
 

:D


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33029193
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 14:10:06  profilanswer
 

Première quinzaine, premier sujet. Vu le temps, un sujet s'impose.
"Bon sang, quelle chaleur!"
Mots: soleil, piscine ou jacuzzi, pour cette première fois, je vous laisse le choix.
Style: libre.

Message cité 1 fois
Message édité par BrisChri le 20-01-2013 à 14:13:23

---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33029839
Cyok
Vous prenez l'Amex ?
Posté le 20-01-2013 à 15:00:23  profilanswer
 

Laphrase "bon sang, quelle chaleur" doit-elle forcément figurer dans le texte ?

n°33030436
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 16:01:24  profilanswer
 

On dira que c'est le titre.


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33030562
baclette
Posté le 20-01-2013 à 16:11:20  profilanswer
 

J'avais prévu un autre titre, mais on peut changer, ce n'est pas un problème !  :)  
 
 
Omelette norvégienne.
 
D'après l'historique de maintenance, c'est le claquage d'un relais qui mit l'alimentation électrique d'un circuit de refroidissement secondaire hors service. La température de l'abri passa en quelques minutes de 68° F à 77. Rien de grave en soi, l'air restait très agréable et le thermostat biologique des cicada orni ou cigales grises se déclencha, remplissant le laboratoire entomologique d'un concert d'organes phonatoires.  
 
Plus grave, l'oubli malencontreux d'un rapport sur support papier devant les grilles d'aération d'un régulateur endommagea l'appareil et une plaque de plusieurs centaines de livres se mit en position fermée obstruant la ventilation. Jamais Dick Rensmore n'aurait imaginé que la situation allait se dégrader aussi vite.  
Plongé dans un sommeil profond, il descendait les marches d'un jacuzzi dont l'eau bouillonnante mais fraîche lui apportait un plaisir onirique si agréable qu'il s'étala sur sa couche en gémissant d'aise.  
Les notes agressives et intermittentes de la sirène d'alarme le réveillèrent brutalement.  
Il essuya son corps en sueur avec les draps et enfila une tenue propre. « Bon sang, quelle chaleur » remarqua t-il.  
Quelques minutes plus tard, il atteignait le panneau de contrôle et désactivait d'un coup de poing rageur cette nuisance sonore.  
Il passa en revue les différents points de prise de température du dôme et constata une augmentation exponentielle dans toutes les parties du laboratoire.  
Les modules rendaient l'âme les uns après les autres, sur les cadrans numériques les chiffres indiquaient une forte progression de la chaleur dans toutes les unités. Les barres de plutonium, plongées dans la piscine atteignaient elles aussi un point critique.  
Les capteurs s'acheminaient puis franchissaient les 100 ° F, température normale d'un corps humain .  
A ce rythme là, se dit Rensmore, il n'allait pas rester longtemps en bonne santé.  
Il passa en mode manuel et muni d'une antique manivelle se rendit dans la salle de régulation. Le fait que celle-ci soit assez réduite et particulièrement soumise à l'effet Joule à cause des centaines d'appareils électriques rendait son atmosphère suffocante. Les efforts de Dick demeurèrent vains, la chaleur, dilatant la plaque la verrouillait en position fermée.  
Dick posa sa main sur la paroi du dôme et la retira immédiatement en hurlant, l'absence d’évacuation thermique rendaient brûlant le plexomur, il y laissa des lambeaux de peau.
Sa vue se brouillait sous les gouttes de sueur qui inondaient ses yeux, la chaleur du sol l'obligeait à effectuer une danse de l'ours malgré ses épaisses semelles isolantes. Il allait mourir, dans la chaleur étouffante de cette station d'exploration, isotherme à souhait. Aucun moyen d'ouvrir quelque porte que ce soit et la température proche du zéro absolu qui régnait sur le satellite de Pluton l'aurait congelé en quelques secondes. Sa dernière vision fut une montagne recouverte de neige carbonique à quelques centaines de mètres du dôme et un soleil gros comme une granule homéopathique.

n°33031265
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 17:32:56  profilanswer
 

BrisChri a écrit :

"Bon sang, quelle chaleur!"
Mots: soleil, piscine ou jacuzzi, pour cette première fois, je vous laisse le choix.
Style: libre.


Elle remplit le réservoir de sa voiture. Comme n'importe quelle conductrice qui a encore des kilomètres à parcourir et qui sait, témoin de tableau de bord à l'aide, qu'elle n'y arrivera pas.
Jolie?
Difficile à dire. Impossible même. Engoncée dans ses vêtements d'hiver, je ne sais pas la voir. La voir vraiment. Grosse ou maigre, maquillée ou naturelle, blonde ou brune? La capuche couvre sa tête, l'ombre cache son visage, le manteau fermé m'empêche de deviner ses formes.
Par -20°C, ce n'est que normal.
Ce qui l'est moins, c'est que la pompe fonctionne. Ça en a l'air. Et elle ne devrait pas. Je le sais, c'est ma pompe.
-20. 8 heures -20. Je suis en retard. 10 minutes.
Regarder tomber la neige depuis la chambre, regarder trop longtemps et voilà. Je suis parti trop tard et cette neige, qui est si épaisse, m'empêche de marcher. Chaque pas est lent. Lever la jambe, sortir la botte de 20cm de poudreuse, avancer son pied, l'enfoncer dans cette gangue de froid, lever l'autre botte et recommencer. Lentement, pour éviter de tomber. Glisser me semble difficile, mais tomber sans pouvoir esquisser le moindre geste pour se retenir, oui.
Heureusement que nous sommes mardi.
Dans ce bled, tout est fermé le mardi. Le mini-market, qui est plus que mini, la coiffeuse, qui est plus que mimi, et la boulangerie sont fermés.
Si, dans ce bled, tout est fermé le mardi, c'est qu'à la ville voisine, c'est le premier jour des réclames du maxi-market. Et la moitié des gens d'ici vont là-bas. Le maxi-market ouvre tard. Ça laisse aux gens d'ici le temps de faire le plein chez moi avant d'aller vider leurs portefeuilles là-bas.
Je regarde cette fille que je ne connais pas. Première fois qu'elle passe? Première fois qu'elle s'arrête. C'est certain. Je ne reconnais pas la voiture. Une voiture avec un tel réservoir, pas encore rempli, je m'en souviendrais.
Le bled n'a pas toujours été abandonné. Du temps de la ruée vers la truffe, il y avait du monde.
Le bourg, comme on disait alors, était dans une clairière, au milieu d'une forêt de chênes. La clairière a été agrandie pour laisser la place à une centaine de maisons. Près de 90 rabassiers étaient installés ici. Et plus de 600 porcs. Le métier n'est pas des plus fatiguant. Et, surtout, il ne se pratique que de janvier à mars.  
Comme il faut bien occuper les gars toute l'année, il y avait, avait parce que ces services n'existent plus que dans mes souvenirs, il y avait un cinéma, une bibliothèque et une piscine. Il n'en reste que des ruines. Des ruines les services, les habitations et les habitants. Une dizaines de maisons en état, une dizaine d'habitants en moins bon état. Sauf la boulangère. Qui reste avec l'ancien boulanger, son grand-père, le malheureux est coincé ici par l'arthrose.
Les caveurs ont compris trop tard que 600 porcs c'était trop. Cette ville, promise à un bel avenir, a connu le sort de bien des villes du Far-West, un essor rapide, une vie courte mais enrichissante pour certains, une fin rapide. La truffe est partie. Les plus vieux sont restés. Et les services. Et la route a du passage. L'épicerie, la boulangerie, le salon de coiffure et la station sont à l'unique carrefour. L'argent et les désargentés s'y croisent.
La fille m'inquiète. Elle remplit toujours un réservoir mais j'ai l'impression que ce n'est pas celui de la voiture. J'ai l'impression qu'on a forcé la porte de la station et que j'offre, bien involontairement, le carburant à la dame et à toute sa famille. Peut-être même à ses voisins. Des gens que je ne connais pas non plus.
La fille me voit. Elle remplissait toujours un réservoir et je suis certain maintenant que ce n'est pas celui de la voiture. Quand la femme m'a vu, elle a laissé tomber le pistolet de remplissage. En essayant de le ramasser, un pistolet qui pisse son liquide, ce n'est pas bon, elle a renversé un jerrican. Et elle panique la connasse. Attends, j'ai encore une centaine de mètres à parcourir avant de pouvoir t'en coller une et tu paniques. Fais gaffe, tu vas glisser. Non, elle ne glisse pas. Elle ouvre la portière de la voiture, sans doute pour prendre de quoi frotter un peu ses bottillons. Et non, elle prend un téléphone. Un téléphone qui sonne. "Imbécile!"
Et il n'y a plus de carrefour.
Et il n'y a plus de bled.
Le souffle de l'explosion rase ce qui reste de la bibliothèque, traverse la boulangerie dont sortent une dizaine de bikinis - tiens, la boulangère allait à la piscine? et l'épicerie.
Et me jette à terre.
Le souffle chaud est suivi de la flamme.

Citation :

Refrain
Brûler d'amour pour toi
Avoir le cœur qui bat
Les sentiments sont là
Là tout au fond de moi
Te sentir près de moi
Me blottir dans tes bras
Avoir le cœur qui bat
Brûler d'amour pour toi


Mais elle, je ne la connais pas.
"Bon sang, quelle chaleur!"


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
mood
Publicité
Posté le 20-01-2013 à 17:32:56  profilanswer
 

n°33031677
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 18:15:53  profilanswer
 

baclette a écrit :

J'avais prévu un autre titre, mais on peut changer, ce n'est pas un problème !  :)  
 
 
Omelette norvégienne.
 
D'après l'historique de maintenance, c'est le claquage d'un relais qui mit l'alimentation électrique d'un circuit de refroidissement secondaire hors service. La température de l'abri passa en quelques minutes de 68° F à 77. Rien de grave en soi, l'air restait très agréable et le thermostat biologique des cicada orni ou cigales grises se déclencha, remplissant le laboratoire entomologique d'un concert d'organes phonatoires.  
...


Conjugaison: pourquoi l'imparfait? Ça entraîne l'usage du passé simple qui de simple n'a que le nom, ce qui expliques que tu ne t'en serves pas, même lorsque c'est nécessaire.
 
Où sont passées tes cigales? Tu en donnes le nom latin, c'est qu'elles ont un rôle dans l'histoire.
 
Et je ne vois pas bien l'histoire...
   L'ordre des événements est un peu étrange, non?
Il ( Rensmore) ne s'imagine pas que ça va dégénérer,
il dort,
il est éveillé par l'alarme.
 
  Il me semble qu'il manque des mots.
Les capteurs s'acheminaient vers puis franchissaient les 100 ° F
 
  Heureusement que Wiki existe. Mais ce n'est pas des plus agréable, chercher pour comprendre le texte.
je cite: "particulièrement soumise à l'effet Joule"
j'ai vérifié: "100°F sont, vraiment, la température du corps humain"
 
Détail: dôme et coupole sont les deux côtés d'un même objet, un peu comme plancher et plafond.
 
Je suis un peu déçu, tu nous a habitué à mieux (non, je ne suis pas enseignant)  :o
Il ne faut pas courir. Tu as, comme les autres, près de deux semaines pour rendre ta copie.
 
J'ai mis un lien dans le premier post, quelques conseils à lire et, tant qu'à faire, à (essayer) d'appliquer.
Le prochain sujet ne sera lancé que le vendredi 1er février. J'espère qu'il y aura des propositions, sinon je pondrai un titre tout seul comme un grand.


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33033123
Pantadarel​l
Posté le 20-01-2013 à 20:16:28  profilanswer
 

[:drapal]  
Une longueur conseillée pour les textes ?

n°33033843
baclette
Posté le 20-01-2013 à 21:12:00  profilanswer
 

BrisChri, je prends note de tes remarques.  :jap:  
 
J'écris de manière compulsive. Je connais tout un tas de choses inutiles, noms latins de pas mal de plantes et animaux, périodes géologiques, capitales de pays obscurs, ça ressort de temps en temps, là des cigales, l'augmentation de la température d'un conducteur traversé par un courant, les points d'origine du système farenheit etc. Oui, le dôme est l'extérieur d'une coupole.  
Il faut me faire confiance, il y a souvent quelque chose à apprendre de mes "délires";  
Mais il ne faut pas non plus chercher une cohérence exemplaire dans un texte de SF.  
Du point de vue de la narration, la phrase "Jamais Dick Rensmore n'aurait imaginé que la situation allait se dégrader aussi vite. " devrait se trouver juste avant :  
Les modules rendaient l'âme les uns après les autres... Le texte y aurait gagné en compréhension.  
Quant à l'emploi des temps et la concordance que cela implique, c'est uniquement le travail qui me fera corriger ce défaut.  :sweat:  
Nombreuses relectures et paufinage des phrases. Travailler est souvent aller contre sa nature, j'écris pour me détendre mais je prends en compte tes conseils qui vont donner le cap de mes efforts.  
Sinon, l'histoire est simple, on peut mourir de chaud dans un des endroits les plus froids de l'univers, pas de bol !  :)
Pour ce qui est de la participation, j'espère que des initiatives comme la tienne motiveront certain-es à participer à cet indispensable et finalement agréable passage, bosser un peu !  :)  
P.S Le satellite de Pluton se nomme Charon, là il fallait impérativement préciser !    
 
Merci pour tes remarques !  
 
 
 


Message édité par baclette le 20-01-2013 à 21:14:43
n°33036455
BrisChri
Since 1956
Posté le 20-01-2013 à 23:48:10  profilanswer
 

Pantadarell a écrit :

[:drapal]
Une longueur conseillée pour les textes ?


Si en une phrase tu arrives à remplir ton devoir :D / à répondre au sujet :o, fais-le.
Je ne pense pas que la longueur ait une quelconque importance. Ce qui compte, participer en écrivant, participer en donnant son avis.
Le reste...

 

Bienvenue

 

:jap:


Message édité par BrisChri le 20-01-2013 à 23:50:55

---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33037336
baclette
Posté le 21-01-2013 à 02:01:37  profilanswer
 

Un petit post scriptum :  77° Farenheit équivaut à 25 ° C, soit la température à laquelle les cigales mâles commencent à émettre l'appel sonore destiné aux femelles. Un détail qui illustre que la température monte et crée une ambiance sonore qui deviendra comme le reste insupportable.  
En plus de déplacer la remarque que se fait Dick sur la vitesse de dégradation de la situation, sans doute aurais-dû modifier la fin, en supprimant la situation géographique du dôme et rajouter une conclusion.  
 
Le titre "Ca jette un froid" est plus sérieux aussi.  
C'est à cela que sert un atelier d'écriture et la version finale est disponible ici :
 
Ça jette un froid !
 
D'après l'historique de maintenance, c'est le claquage d'un relais qui mit l'alimentation électrique d'un circuit de refroidissement secondaire hors service. La température de l'abri passa en quelques minutes de 68° F à 77. Rien de grave en soi, l'air restait très agréable et le thermostat biologique des cicada orni ou cigales grises se déclencha, remplissant le laboratoire entomologique d'un concert d'organes phonatoires.  
 
Plus grave, l'oubli malencontreux d'un rapport sur support papier devant les grilles d'aération d'un régulateur endommagea l'appareil et une plaque de plusieurs centaines de livres se mit en position fermée obstruant la ventilation.  
Plongé dans un sommeil profond, il descendait les marches d'un jacuzzi dont l'eau bouillonnante mais fraîche lui apportait un plaisir onirique si agréable qu'il s'étala sur sa couche en gémissant d'aise.  
Les notes agressives et intermittentes de la sirène d'alarme le réveillèrent brutalement.  
Il essuya son corps en sueur avec les draps et enfila une tenue propre. « Bon sang, quelle chaleur » remarqua t-il.  
Quelques minutes plus tard, il atteignait le panneau de contrôle et désactivait d'un coup de poing rageur cette nuisance sonore.  
Il passa en revue les différents points de prise de température du dôme et constata une augmentation exponentielle dans toutes les parties du laboratoire.  
Jamais Dick Rensmore n'aurait imaginé que la situation allait se dégrader aussi vite. Les modules rendaient l'âme les uns après les autres, sur les cadrans numériques les chiffres indiquaient une forte progression de la chaleur dans toutes les unités. Les barres de plutonium, plongées dans la piscine atteignaient elles aussi un point critique.  
Les capteurs s'acheminaient puis franchissaient les 100 ° F, température normale d'un corps humain .  
A ce rythme là, se dit Rensmore, il n'allait pas rester longtemps en bonne santé.  
Il passa en mode manuel et muni d'une antique manivelle se rendit dans la salle de régulation. Le fait que celle-ci soit assez réduite et particulièrement soumise à l'effet Joule à cause des centaines d'appareils électriques rendait son atmosphère suffocante. Les efforts de Dick demeurèrent vains, la chaleur, dilatant la plaque la verrouillait en position fermée.  
Dick posa sa main sur la paroi de la coupole et la retira immédiatement en hurlant, l'absence d’évacuation thermique rendaient brûlant le plexomur, il y laissa des lambeaux de peau.  
Sa vue se brouillait dans les gouttes de sueur la chaleur du sol l'obligeait à effectuer une danse de l'ours malgré ses épaisses semelles isolantes. Il allait mourir, dans la chaleur étouffante de cette station d'exploration, isotherme à souhait. Aucun moyen d'ouvrir quelque porte que ce soit. Sa dernière vision fut à l'extérieur une montagne gelée ­recouverte de neige carbonique à quelques centaines de mètres du dôme et un soleil aussi pâle et minuscule qu'une granule homéopathique. Rensmore mourut de chaud  sur Charon le satellite de Pluton, un des endroits les plus froids de l'univers.  
 
 
Ce texte est volontairement très court, même pour une nouvelle. Les moyens pour doubler voire tripler sa longueur sont aisés et affaire de technique. j'ai préféré réserver à Dick une mort rapide ! :lol:

Message cité 1 fois
Message édité par baclette le 21-01-2013 à 02:12:29
n°33043872
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 21-01-2013 à 16:09:34  profilanswer
 

Il me paraîtrait sain d'instaurer une réglounette pour avoir grosso modo un rapport 1 pour 1 entre critique et proposition des participants, pour que ça n'aille pas toujours dans le même sens (ie BrisChri qui se tape tout le boulot). En tout cas, je vais essayer de faire ça pour ma part.
 

BrisChri a écrit :


Elle remplit le réservoir de sa voiture. Comme n'importe quelle conductrice qui a encore des kilomètres à parcourir et qui sait, témoin de tableau de bord à l'aide, qu'elle n'y arrivera pas.
Jolie?
Difficile à dire. Impossible même. Engoncée dans ses vêtements d'hiver, je ne sais pas la voir. La voir vraiment. Grosse ou maigre, maquillée ou naturelle, blonde ou brune? La capuche couvre sa tête, l'ombre cache son visage, le manteau fermé m'empêche de deviner ses formes.
Par -20°C, ce n'est que normal.
(...)
Et me jette à terre.
Le souffle chaud est suivi de la flamme.

Citation :

Refrain
Brûler d'amour pour toi
Avoir le cœur qui bat
Les sentiments sont là
Là tout au fond de moi
Te sentir près de moi
Me blottir dans tes bras
Avoir le cœur qui bat
Brûler d'amour pour toi


Mais elle, je ne la connais pas.
"Bon sang, quelle chaleur!"


 
Typo : penser aux espaces avant les points d'interrogation (à moins que la règle soit différente dans ton pays, sait-on jamais).
Orth : pas grand-chose à dire ("Le métier n'est pas des plus fatigants" ).
Style :  
Tu fais des paragraphes tout petits, surtout au début. Au début donc, ça passe, parce qu'on se dit que ce sont les pensées fugitives du narrateur ("jolie ?" ) mais ça marche moins bien dans la description du bled plus tard (Le bled / le bourg etc). C'est plus fluide après, d'ailleurs ("Les caveurs ont compris" ), quand tu fais des paragraphes plus longs. Comme tu as des phrases courtes, c'est peut-être suffisant pour donner ce rythme, il n'y a peut-être pas besoin d'en rajouter. En plus, avec les phrases courtes, on peut se dire que ça va avec le "pied gauche - pied droit" du narrateur dans la neige, qu'il ne faudrait pas trop casser ce rythme.  
Il y a des jeux de mots mais pas trop et c'est pas plus mal sans quoi ils phagocyteraient le texte et ça serait dommage ("Le mini-market, qui est plus que mini, la coiffeuse, qui est plus que mimi", "L'argent et les désargentés" ).
Attention à la confusion dans les paragraphes où la fille voit le narrateur : il y a du "la fille", du "la femme" et du "la dame" et comme les mots évoquent des images différentes on se demande presque si elles sont plusieurs ("La fille me voit. Elle remplissait toujours un réservoir et je suis certain maintenant que ce n'est pas celui de la voiture. Quand la femme m'a vu, elle a laissé tomber le pistolet de remplissage." )
 
Sur le fond, j'aime beaucoup l'idée qu'on commence par -20 alors que le thème est "bon sang, quelle chaleur" :D  
Et l'explosion est bien amenée, avec la lenteur de la progression du gars, ses digressions, le côté "elle fait sa connerie au ralenti" et BAOUM.
 
Edit : c'est intéressant d'avoir fini par la phrase imposée. Ca pourrait être un truc à tenter dans un exercice à venir (imposer la phrase de fin).

Message cité 2 fois
Message édité par biezdomny le 21-01-2013 à 16:12:21

---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°33044033
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 21-01-2013 à 16:19:09  profilanswer
 

Sinon, écrire pour écrire, je suis pas fan, souvent ça m'ennuie, je trouve ça plus marrant quand il y a plus de contraintes (parce que bon, pisser de la copie, c'est pas trop dur quand on n'a pas une infection urinaire du cerveau, hein, ce qui doit être fort douloureux aïe aïe aïe).  
 
J'ai donc choisi la contrainte "vers de mirliton" mais j'ai quand même vachement perdu la main.
 

Citation :

Devant les murs de Troie, sous un soleil de plomb,
La mère des batailles est devenue carnage
Et coulent lentement, séchées par l'aquilon
Les larmes de Priam dans les rides de l'âge.
 
C'est un océan muet, tout noir et vermillon,
La chaleur écrasante y règne sans partage,
Et l'on pourrait vider au terrible sillon
Les piscines des thermes sans aucun dommage.
 
Tout-à-l'heure les cris, les armes, le courage,
Pas un bruit maintenant sur la funeste plage
Où se reflète l'or du temple d'Apollon.
 
Et bourdonnent les mouches comme gros frelons,
Au-dessus d'os et dents dans le sang par gallons,
De cette marée rouge étranges coquillages.


 
Les trucs moyens :
J'avais envie de faire un peu grandiloquent, mais du coup, même si on retrouve le sang et la chaleur, on n'est pas dans le bon niveau de langue par rapport au thème ("bon sang !" ).  
Mes vers sont bancalz comme des chacalz, y en a au moins deux où la césure est super mal placée.  
 
Les trucs mieux :  
Y a du sang et de la chaleur, objectif atteint [:prodigy]
C'était marrant à écrire.
C'est pas trop long, au moins vous aurez pas trop perdu de temps en le lisant :o
 
Voilà, c'est tout.  


---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°33044521
Chou Andy
Posté le 21-01-2013 à 16:49:28  profilanswer
 

Bizarres les rimes. C'est ça des vers de mirliton ?


---------------
Nous sommes les escargots ! Craignez notre courroux !
n°33044573
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 21-01-2013 à 16:53:24  profilanswer
 

Chou Andy a écrit :

Bizarres les rimes. C'est ça des vers de mirliton ?

 

Non, les vers de mirliton ce sont des vers de faible qualité, pas très inventifs, avec des rythmes faciles, où on utilise les pires astuces pour atteindre le bon nombre de pieds et où on rentre la rime au chausse-pied (de circonstance).

 

Si c'est l'ordre des rimes qui pose problème, je l'ai piqué à Mallarmé, c'est le même ordre que "Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx" : y a que deux rimes différentes et c'est un sonnet ABAB ABAB BBA AAB (ou un truc du genre).


Message édité par biezdomny le 21-01-2013 à 16:53:44

---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°33044612
Chou Andy
Posté le 21-01-2013 à 16:55:35  profilanswer
 

Oui je pensais à l'ordre des rimes. Mais si c'est du Mallarmé, c'est bon :D
 
Ok pour les rimes de mirlitons, même si je trouve ton texte relativement soigné (sauf les mouches et les frelons :whistle:)


---------------
Nous sommes les escargots ! Craignez notre courroux !
n°33045788
baclette
Posté le 21-01-2013 à 18:17:19  profilanswer
 

Yep ! De plus, souvent les vers de mirliton s'alourdissent de rimes trop riches ce qui n'est pas le cas ici.   :)  
Sur la forme, je ne sais même pas compter correctement les pieds  :??: Cela ne m'empêche pas d'apprécier ou non un texte et effectivement, à l'exception de  
Et bourdonnent les mouches comme gros frelons, qui a le mérite de faire marrer un bon coup, le reste est de bonne qualité.
Ma grande science ne pouvant être contenue plus de 5 lignes, je me demande si ce n'est pas à Borée le Grec que le Romain Aquilon a piqué la place !  ;)  
Une citation de Valéry pour terminer :
 « Il n'y a pas de vrai sens d'un texte. Pas d'autorité de l'auteur. Quoi qu'il ait voulu dire, il a écrit ce qu'il a écrit. Une fois publié, un texte est comme un appareil dont chacun peut se servir à sa guise et selon ses moyens ; il n'est pas sûr que le constructeur en use mieux qu'un autre. »  :jap:  

n°33045847
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 21-01-2013 à 18:22:13  profilanswer
 

baclette a écrit :

Une citation de Valéry pour terminer :
 « Il n'y a pas de vrai sens d'un texte. Pas d'autorité de l'auteur. Quoi qu'il ait voulu dire, il a écrit ce qu'il a écrit. Une fois publié, un texte est comme un appareil dont chacun peut se servir à sa guise et selon ses moyens ; il n'est pas sûr que le constructeur en use mieux qu'un autre. »  :jap:


 
Mwouais, on écrit des poèmes cryptico incompréhensibles, on déclare que c'est comme ça EPICETOU, un peu facile M. Valery :o


---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°33047463
baclette
Posté le 21-01-2013 à 20:41:56  profilanswer
 

bof... Il n'est pas question de jugement de valeur, Biezd.  
Mallarmé, que tu cites est un bel exemple de l'interprétation, finalement peu importante d'une oeuvre d'art, l'abstraction qui est indiscutablement reconnue comme un mouvement pictural incontournable peine à convaincre dans la littérature.  
Au cinéma, Cronenberg, Lynch surtout réussissent l'examen, qu'on aime ou déteste de "Eraserhead" à Inland Empire force est de reconnaitre là une oeuvre d'art majeure.  
La musique dodécaphonique, le théâtre de l'absurde etc. la littérature a des frontières que j'ignore, c'est un domaine que je ne connais pas.  
(Paul Véléry avouait lire très peu ! son activité d'écriture lui prenant tout son temps...)  
J'aime beaucoup R. A Lafferty, pire ! W.S Burroughs  :lol: mais je serais parfois incapable comme ça, au débotté d'expliquer les dizaines de pages qui viennent de m'enchanter !  :whistle:

n°33053021
Cyok
Vous prenez l'Amex ?
Posté le 22-01-2013 à 12:19:21  profilanswer
 

En poésie française, on ne parle pas de pieds, mais de syllabes :o

n°33053891
baclette
Posté le 22-01-2013 à 13:49:00  profilanswer
 

Citation :

Cyok y rappelle que :
 
En poésie française, on ne parle pas de pieds, mais de syllabes :o


 
Oui, c'est vrai. Comme il est vrai aussi qu'il y en a qui "parlent" beaucoup mais ne disent rien du tout.  :)

n°33054041
Cyok
Vous prenez l'Amex ?
Posté le 22-01-2013 à 13:59:00  profilanswer
 

Tu veux dire comme ça ?
 

baclette a écrit :

Yep ! De plus, souvent les vers de mirliton s'alourdissent de rimes trop riches ce qui n'est pas le cas ici.   :)  
Sur la forme, je ne sais même pas compter correctement les pieds  :??: Cela ne m'empêche pas d'apprécier ou non un texte et effectivement, à l'exception de  
Et bourdonnent les mouches comme gros frelons, qui a le mérite de faire marrer un bon coup, le reste est de bonne qualité.
Ma grande science ne pouvant être contenue plus de 5 lignes, je me demande si ce n'est pas à Borée le Grec que le Romain Aquilon a piqué la place !  ;)  
Une citation de Valéry pour terminer :
 « Il n'y a pas de vrai sens d'un texte. Pas d'autorité de l'auteur. Quoi qu'il ait voulu dire, il a écrit ce qu'il a écrit. Une fois publié, un texte est comme un appareil dont chacun peut se servir à sa guise et selon ses moyens ; il n'est pas sûr que le constructeur en use mieux qu'un autre. »  :jap:  


 

baclette a écrit :

bof... Il n'est pas question de jugement de valeur, Biezd.  
Mallarmé, que tu cites est un bel exemple de l'interprétation, finalement peu importante d'une oeuvre d'art, l'abstraction qui est indiscutablement reconnue comme un mouvement pictural incontournable peine à convaincre dans la littérature.  
Au cinéma, Cronenberg, Lynch surtout réussissent l'examen, qu'on aime ou déteste de "Eraserhead" à Inland Empire force est de reconnaitre là une oeuvre d'art majeure.  
La musique dodécaphonique, le théâtre de l'absurde etc. la littérature a des frontières que j'ignore, c'est un domaine que je ne connais pas.  
(Paul Véléry avouait lire très peu ! son activité d'écriture lui prenant tout son temps...)  
J'aime beaucoup R. A Lafferty, pire ! W.S Burroughs  :lol: mais je serais parfois incapable comme ça, au débotté d'expliquer les dizaines de pages qui viennent de m'enchanter !  :whistle:


 
 [:jiejie999]  
 

n°33054466
BrisChri
Since 1956
Posté le 22-01-2013 à 14:28:23  profilanswer
 

biezdomny a écrit :

Typo : penser aux espaces avant les points d'interrogation (à moins que la règle soit différente dans ton pays, sait-on jamais).
Orth : pas grand-chose à dire ("Le métier n'est pas des plus fatigants" ).
Style : Tu fais des paragraphes tout petits, surtout au début.
Sur le fond, j'aime beaucoup l'idée qu'on commence par -20 alors que le thème est "bon sang, quelle chaleur" :D  
Et l'explosion est bien amenée, avec la lenteur de la progression du gars, ses digressions, le côté "elle fait sa connerie au ralenti" et BAOUM.

 

Edit : c'est intéressant d'avoir fini par la phrase imposée. Ca pourrait être un truc à tenter dans un exercice à venir (imposer la phrase de fin).


Typo : j'y pense quand je publie sur angelfire.com, où je remplace l'espace par   , pas sur hfr, où le saut à la ligne dépend de la largeur de la fenêtre.
Style :
 /paragraphes.
J'aime les phrases courtes. Une manie chez moi. Et les sauts de lignes participent au rythme de lecture.
Quand j'ai envie de forcer une hésitation chez le lecteur un point ou une virgule.
Pour plus.
Un point et un saut à la ligne.
 /description du bourg.
Les descriptions ne sont pas mon fort. Et décrire quelque chose qu'on a en tête mais pas sur plan ou photo...
Et, effectivement, avec un autre style le lecteur serait sorti de la tête du futur décédé.
 /fille
Éviter la répétition c'est bien, éviter d'y mettre de la confusion serait mieux.
 /fond
Commencer par le contraire, surtout qu'on n'imagine pas une explosion finale, l'idée ma plu. Et j'ai suivi mon idée :D

 

:jap:

 

édit: j'ai ajouté un sujet à une phrase qui en manquait :whistle:


Message édité par BrisChri le 23-01-2013 à 09:56:11

---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33054518
BrisChri
Since 1956
Posté le 22-01-2013 à 14:31:47  profilanswer
 

biezdomny a écrit :

Il me paraîtrait sain d'instaurer une réglounette pour avoir grosso modo un rapport 1 pour 1 entre critique et proposition des participants, pour que ça n'aille pas toujours dans le même sens (ie BrisChri qui se tape tout le boulot). En tout cas, je vais essayer de faire ça pour ma part.
 


On peut donner son avis, même si on n'est pas le premier.
J'ai dit ce que je pensais de la première version du texte de baclette, si tu n'es pas d'accord pourquoi ne pas le dire, si tu es d'accord, je pense que le "+1" qu'on voit sur photonum n'est pas indispensable. Sauf à ajouter d'autres choses.
 
Mais si vous avez des idées de petites règles du jeu, on en discute, tiens, voila un bon sujet, et je les mets en premier post.


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33054527
Chou Andy
Posté le 22-01-2013 à 14:32:42  profilanswer
 

Ce soir je commente le second texte de baclette, ça va saigner :fou:


---------------
Nous sommes les escargots ! Craignez notre courroux !
n°33054668
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 22-01-2013 à 14:40:58  profilanswer
 

BrisChri a écrit :


On peut donner son avis, même si on n'est pas le premier.
J'ai dit ce que je pensais de la première version du texte de baclette, si tu n'es pas d'accord pourquoi ne pas le dire, si tu es d'accord, je pense que le "+1" qu'on voit sur photonum n'est pas indispensable. Sauf à ajouter d'autres choses.
 
Mais si vous avez des idées de petites règles du jeu, on en discute, tiens, voila un bon sujet, et je les mets en premier post.


 
Oui bien sûr, ce que je voulais dire c'est que si on souhaite participer au topic c'est plus "poli" de commenter aussi les textes des autres plutôt que de se contenter de poser le sien, je suppose que tu as aussi ouvert le sujet dans l'idée de générer un échange. Donc pour ma part comme je sais que je suis une grosse grosse feignasse, je me propose de me fixer cet objectif (commenter avant de poster), après personne n'est obligé à rien :D
 
En ce qui concerne les règles du jeu, je me disais l'autre jour que j'aurais bien joué à la boule de neige, mais ça paraît impossible d'y jouer sur un topic public, ou alors en MP puis en postant le résultat, ce qui serait un peu dommage je trouve.


---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°33055351
BrisChri
Since 1956
Posté le 22-01-2013 à 15:24:34  profilanswer
 

biezdomny a écrit :


 
Oui bien sûr, ce que je voulais dire c'est que si on souhaite participer au topic c'est plus "poli" de commenter aussi les textes des autres plutôt que de se contenter de poser le sien, je suppose que tu as aussi ouvert le sujet dans l'idée de générer un échange. Donc pour ma part comme je sais que je suis une grosse grosse feignasse, je me propose de me fixer cet objectif (commenter avant de poster), après personne n'est obligé à rien :D
 
En ce qui concerne les règles du jeu, je me disais l'autre jour que j'aurais bien joué à la boule de neige, mais ça paraît impossible d'y jouer sur un topic public, ou alors en MP puis en postant le résultat, ce qui serait un peu dommage je trouve.


boule de neige ?


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33055527
biezdomny
Ma place est dans un musée !
Posté le 22-01-2013 à 15:35:06  profilanswer
 

BrisChri a écrit :


boule de neige ?


 
Expansion de texte  [:_niala_]  
 
Joueur n°1 choisit une phrase et en remplace trois substantifs par des périphrases plus ou moins obscures et métaphoriques.
Joueur n°2 récupère le texte de joueur n°1 et en remplace trois substantifs de la même manière.  
Joueur n°3 fait pareil.  
Joueur n°4 récupère le truc immonde qu'est devenu le texte et essaie de deviner la phrase de départ.  
 
Le problème c'est que comme joueur N ne doit pas connaître le texte des joueurs N-, ça impliquerait de jouer par MP puis de poster le résultat, ce qui n'est pas très pratique, ça serait quand même mieux de trouver des jeux qu'on peut jouer en direct.  
 
Je viens de me poser une question terrible : y a pas de Papous en Belgique ?  [:wiids]


---------------
Expos et musées : il y a un topic pour ça. ♪♫♬ If you like a thing you should have put a numéro d'inventaire on it ♪♫♬ Woh-oh-oh oh-oh-oh, oh-oh oh-oh oh-oh-oh ♪♫♬
n°33055988
baclette
Posté le 22-01-2013 à 16:04:21  profilanswer
 

Chou Andy a écrit :

Ce soir je commente le second texte de baclette, ça va saigner :fou:


 :lol:  
 
J'attends l'apport de Cyok. (Je promet d'être juste !  :whistle:  )

n°33063350
BrisChri
Since 1956
Posté le 23-01-2013 à 09:53:56  profilanswer
 

biezdomny a écrit :

...
Je viens de me poser une question terrible : y a pas de Papous en Belgique ?  [:wiids]


Non, pas de papou.
Pas plus que de papa papou à poux ou de papa papou pas à pou.
Je vais tenter d'écouter France culture dimanche  [:brischri:2]


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33065060
baclette
Posté le 23-01-2013 à 11:31:29  profilanswer
 

C'est la faute des Belges ! S'ils étaient allés coloniser une centaine de degrés plus à l'est, on parlerait peut être de papous belges.  :jap:

n°33074874
Chou Andy
Posté le 24-01-2013 à 00:49:58  profilanswer
 

baclette a écrit :


Ça jette un froid !
 
D'après l'historique de maintenance, c'est le claquage d'un relais qui mit l'alimentation électrique d'un circuit de refroidissement secondaire hors service.


 
Maladroit : tu construis ta phrase comme si la question sous-entendue était "Qu'est-ce qui a mis un circuit de refroidissement secondaire hors service ?". Or la question qu'on se pose, c'est "Pourquoi la température de l'abri a-t-elle augmenté ?". Surtout que tu dis "un circuit...", ça ne colle pas avec "C'est le ... qui". Imagine la phrase suivante : "C'est la pluie qui a rendu un trottoir glissant." Le début de la phrase est trop défini pour être suivi par un indéfini.
 
 

baclette a écrit :

La température de l'abri passa en quelques minutes de 68° F à 77. Rien de grave en soi, l'air restait très agréable et le thermostat biologique des cicada orni ou cigales grises se déclencha, remplissant le laboratoire entomologique d'un concert d'organes phonatoires.


 
Pour moi c'est trop oral comme expression, ça ne passe pas à l'écrit, sauf pour exprimer la pensée d'un personnage, ce qui n'est pas le cas ici. Mais je chipote peut-être.
 

baclette a écrit :

Plus grave, l'oubli malencontreux d'un rapport sur support papier devant les grilles d'aération d'un régulateur endommagea l'appareil et une plaque de plusieurs centaines de livres se mit en position fermée obstruant la ventilation.


 
Répétition de grave. Puis la plaque en position fermée, c'est pas super clair mais ok.
 

baclette a écrit :

Plongé dans un sommeil profond, il descendait les marches d'un jacuzzi dont l'eau bouillonnante mais fraîche lui apportait un plaisir onirique si agréable qu'il s'étala sur sa couche en gémissant d'aise.


 
Je comprends pas la scène mais c'est sans doute un défaut d'imagination :lol:
 

baclette a écrit :

Les notes agressives et intermittentes de la sirène d'alarme le réveillèrent brutalement.  
Il essuya son corps en sueur avec les draps et enfila une tenue propre. « Bon sang, quelle chaleur » remarqua t-il.  
Quelques minutes plus tard, il atteignait le panneau de contrôle et désactivait d'un coup de poing rageur cette nuisance sonore.  
Il passa en revue les différents points de prise de température du dôme et constata une augmentation exponentielle dans toutes les parties du laboratoire.


 
Pourquoi l'imparfait ? Déjà dans mon quote précédent c'était un peu limite, là ça ne passe plus du tout.
 

baclette a écrit :

Jamais Dick Rensmore n'aurait imaginé que la situation allait se dégrader aussi vite. Les modules rendaient l'âme les uns après les autres, sur les cadrans numériques les chiffres indiquaient une forte progression de la chaleur dans toutes les unités. Les barres de plutonium, plongées dans la piscine atteignaient elles aussi un point critique.


 
Léger problème de ponctuation sur la dernière phrase.
 

baclette a écrit :

Les capteurs s'acheminaient puis franchissaient les 100 ° F, température normale d'un corps humain .  
A ce rythme là, se dit Rensmore, il n'allait pas rester longtemps en bonne santé.


 
L'ellipse ne passe pas car elle sous-entend que les capteurs "s'acheminaient les 100°F", bref il manque le "vers".
 

baclette a écrit :


Il passa en mode manuel et muni d'une antique manivelle se rendit dans la salle de régulation. Le fait que celle-ci soit assez réduite et particulièrement soumise à l'effet Joule à cause des centaines d'appareils électriques rendait son atmosphère suffocante. Les efforts de Dick demeurèrent vains, la chaleur, dilatant la plaque la verrouillait en position fermée.


 
Deuxième phrase : Une phrase commençant par "Le fait que..." n'est vraiment pas fluide, à proscrire selon moi.
Troisième phrase : Construction bizarre mais ok, en revanche il y a encore un problème de virgules.
 

baclette a écrit :

Dick posa sa main sur la paroi de la coupole et la retira immédiatement en hurlant, l'absence d’évacuation thermique rendaient brûlant le plexomur, il y laissa des lambeaux de peau.


 
La fin de la phrase est trop paresseuse ! C'est quand même plus élégant d'"tablir des liaisons, un enchaînement, entre tes différentes subordonnées. Et c'est "rendait" au singulier.
 

baclette a écrit :


Sa vue se brouillait dans les gouttes de sueur la chaleur du sol l'obligeait à effectuer une danse de l'ours malgré ses épaisses semelles isolantes. Il allait mourir, dans la chaleur étouffante de cette station d'exploration, isotherme à souhait. Aucun moyen d'ouvrir quelque porte que ce soit. Sa dernière vision fut à l'extérieur une montagne gelée ­recouverte de neige carbonique à quelques centaines de mètres du dôme et un soleil aussi pâle et minuscule qu'une granule homéopathique. Rensmore mourut de chaud  sur Charon le satellite de Pluton, un des endroits les plus froids de l'univers.  


 
Première phrase : il manque "et", ou une autre liaison entre tes deux premières subordonnées.
Pas fan de "à l'extérieur", surtout que tu en rajoutes une couche sur la localisation juste après ("à quelques centaines de mètres du dôme" ). J'aurais préféré quelque chose comme "par la fenêtre".
 
Voilà voilà c'était un peu technique comme commentaire, et peut-être que je chipote sur plusieurs trucs.


---------------
Nous sommes les escargots ! Craignez notre courroux !
n°33075981
BrisChri
Since 1956
Posté le 24-01-2013 à 09:58:26  profilanswer
 

Chou Andy a écrit :

La fin de la phrase est trop paresseuse ! C'est quand même plus élégant d'"tablir des liaisons, un enchaînement, entre tes différentes subordonnées. Et c'est "rendait" au singulier.


établir, pas "tablir :o

Chou Andy a écrit :

Voilà voilà c'était un peu technique comme commentaire, et peut-être que je chipote sur plusieurs trucs.


Les mouches ont l'habitude.
 

Spoiler :

http://img130.imageshack.us/img130/8016/mouchek.gif


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33076765
baclette
Posté le 24-01-2013 à 10:55:29  profilanswer
 

BrisChri, tes commentaires de commentaires sont hilarants !  :lol:  
 
Chou Andy, en effet, je note les imperfections manifestes que tu soulèves.  :jap:  
Je te remercie également car je suis presque sûr que tu as passé deux fois plus de temps à rédiger ce commentaire constructif que j'en ai mis à écrire "ça jette un froid"  :)  
 
Conclusion, faut que je lève le pied et me relise attentivement en tenant compte de vos critiques. Merci !  :jap:  

n°33126787
BrisChri
Since 1956
Posté le 29-01-2013 à 08:57:34  profilanswer
 

Pas beaucoup de participants.
Plutôt qu'une proposition toutes les deux semaines, on va accélérer le rythme.
 
Mais question: quel sujet vous botte?


---------------
Si une frite n'a pas de mayo, alors elle ne pourra pas aller à la piscine
n°33155612
baclette
Posté le 31-01-2013 à 11:30:17  profilanswer
 

:) :hello:  BrisChri !!
 
Le manque de participation est juste le reflet de la difficulté de présenter un texte, même "à peu près" cohérent.  
Le sujet n'y est pour rien, aussi je propose par exemple :
-Je n'arrive toujours pas à croire que...
 
 ;)

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  6  7  8  9
Page Précédente

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Arts & Lecture

  L'atelier d'écriture

 

Sujets relatifs
LAEDLP - S08 - Que sont-ils devenus? 26/05/14L'attitude scandaleuse des parlementaires européens !
L'attitude scandaleuse des parlementaires européens !L'entretien des jeans
L'importance du pouvoir du peupleL'amour à distance...
L'état français respecte-t-il la constitution ? 
Plus de sujets relatifs à : L'atelier d'écriture


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR