Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
1499 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Loisirs

  [Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.

 


 

Réaliser une montre de forum ça vous


 
65.2 %
 30 votes
1.  Intéresserait
 
 
34.8 %
 16 votes
2.  Non pas du tout
 

Total : 51 votes (5 votes blancs)
Ce sondage est clos, vous ne pouvez plus voter
 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

[Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.

n°21406757
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 01-02-2010 à 18:52:53  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

:o  :o Désolé pour le HS... :o  :o  
Hop, rapide présentation de ma mini Speed!
 
Pour la petite histoire, j'ai vu ma première Speed en vrai au poignet d'un collègue lors d'un salon. Je l'ai trouvée bien jolie, et ma Seiko a senti un frisson glacé lui parcourir le quartz.
Seul souci, passer de 35 à 42mm de diamètre, ça me bloque un peu (avec le recul... :pfff: ).Fouinons donc à la recherche d'une Speedmaster plus petite et éventuellement, cerise sur le gâteau, avec un cadran blanc. Me voilà donc entrant chez Nittel à Freiburg, un endroit que je déconseille pour tout achat inférieur à 15k€, pour ressortir avec ma première montre mécanique. Clac, a fait le piège en se refermant...
 
Or donc, ma 3534.70.00:
La boîte et le bracelet
Boîtier et bracelet acier, diamètre 35,5mm selon la police, 39mm selon moi-même (la lunette fait 35,5mm, en fait), épaisseur 12mm. Entre-cornes 18mm, bracelet de largeur constante.
Les côtés et dessus des cornes sont brossés, le reste est poli miroir.
Le fond est plein, sans encoches de vissage, et l'hippocampe Speedmaster est gravé au centre, avec le numéro de série en dessous (9031xxxx pour qui faisait un référencement de Speeds).
La vitre est en saphir, j'aurais tendance à affirmer qu'elle est traitée anti-reflets, mais je n'ai pas vu l'info, donc...
http://www.izipik.com/images/201002/01/tbngkbbhfm8wwahhojcw4-3534_1.jpg
 
Le cadran
La disposition du cadran est en tricompax:
- petite seconde à 3h
- minutes du chrono à 9h
- heures du chrono à 6h
Tant qu'à faire, les sous-cadrans rognent l'encadrement des index 2,8 et 10. Un demi-millimètre plus petits et on les sauvait de l'amputation! :fou:  
Les dits index sont en Luminova soulignés d'un trait noir, chaque minute est marquée d'un trait noir, et subdivisée en 4 parties pour la trotteuse du chrono.
Toutes les aiguilles sont en acier, les heures et minutes portent un trait de Luminova.
 
Le cadran change d'aspect suivant la lumière, passant du gris métallisé au beige coquille d'œuf selon la lumière alors qu'il est... perle!
Mises en situation (dont une au portable, désolé):
http://www.izipik.com/images/201002/01/tbnkzw3zfm5xdicmx6cms-3534_2.jpg
http://www.izipik.com/images/201002/01/tbnkg70u4hwb43oh6lqdd-3534_3.jpg
 
Le mouvement
Pudiquement nommé "Omega 3220", il s'agit en fait d'un chrono modulaire basé sur un ETA 2892-A2 auquel a été greffé un Dubois Depraz 2020.
Automatique, remontage manuel possible, stop-seconde, réserve de marche de 40h.  
Diamètre 25,6mm, épaisseur 11 lignes 1/2, 28800A/h pour le mouvement ETA, diam. 30mm, épaisseur 7,5mm pour le module chrono.
Rotor peu sensible et très discret, les quelques photos disponibles ne font pas regretter l'absence d'un fond vitré:
http://www.omegarolex.com/images/movements/o3220.jpg
Le poussoir à 2h lance virilement le chrono, celui à 4h le remet à zéro. Le chrono se lance avec un petit sursaut de mécontentement dû à cet enclenchement "viril".
La mise à l'heure est parfois agaçante du fait d'une paresse de l'aiguille des minutes à se remettre en mouvement. Vu que j'aime assez que celle-ci soit en face de son index au changement de minute, je...prends mon mal en patience.
 
Au quotidien
La montre est assez lourde et cela se ressent, la boucle déployante du bracelet métal, façon tôle pliée Rolex n'équilibre pas le balourd (pas moi, celui de la montre), la porter sur un cuir n'améliore pas les choses, mais permet un meilleur maintien.
Le bracelet métal, peu discret (litote) est solide, pas bruyant et dénué de fonction débroussailleuse, en tout cas ma faible pilosité n'en n'a pas pâti.
Après essai d'un Hirsch Carbon (qui a dit mouton?  :whistle: ), elle est maintenant dotée d'un Rivetta sur boucle ardillon Omiga qui lui donne une allure plus habillée, enfin, moins sport.
Il est certain que le costume cravate n'est pas ce qui lui sied le mieux, mais comme dirait Domingo, "Ça passe"!
 
Finissons par quelques monuments de photographie conceptuelle:
http://www.izipik.com/images/201002/01/tbnh029usjd0vaqkavnfc-3534_4.jpg
http://www.izipik.com/images/201002/01/tbngovco9l6xdxmn3b60x-3534_6.jpg
http://www.izipik.com/images/201002/01/tbnjlqzajkr98wglyutdc-3534_5.jpg
/taggrevue

Message cité 3 fois
Message édité par Mantafahrer le 06-02-2010 à 09:41:34
mood
Publicité
Posté le 01-02-2010 à 18:52:53  profilanswer
 

n°21456059
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 05-02-2010 à 21:56:16  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

Hop, hop, hop, une revue de mon Aviator!

 

Présentation
Aviator est une marque russe de la société Volmax, également détentrice des noms Buran et Shturmanskie.
La plupart des montres embarquent un mouvement Poljot, mais du Molnija et de l'ETA sont aussi au catalogue.
Mon modèle est un 24h équipé d'un mouvement Poljot 2623.
http://www.izipik.com/images/201002/05/tbnkgnc7pkaou1xkebs1x-avi1a.jpg

 

L'extérieur
Le boîtier est en acier brossé, fond plein, verre minéral avec loupe au-dessus du guichet de date. Le fond du boîtier, vissé, est plein, et gravé du logo de la marque, d'indications diverses et variées en anglais et en russe, et du numéro de série. on retrouve la fameuse blague des "série limitée - nombre de séries illimité" des montres russes. La couronne gravée d'un "A" est massive sans aller jusqu'au sur-dimensionnement des montres d'aviateur classiques.
Le diamètre du boîtier est de 45mm hors couronne, hauteur 12mm (hors loupe, détail), entrecorne 22mm, entrepompe (!) 51mm.
Le bracelet est de largeur constante, en vrai cuir d'animal, imitation croco, boucle ardillon brossée marquée Aviator. Le bracelet comme le boîtier ne font pas toc, c'est correctement fini, sérieux et solide mais sans luxe ni raffinement particulier.
http://www.izipik.com/images/201002/05/tbnh9e63phkn851h1tvs2-avi2a.jpg
http://www.izipik.com/images/201002/05/tbnmy2l84i8m7t7j1dr0w-avi3a.jpg

 

L'intérieur
Le cadran est noir mat, les 12 index sont tracés au luminova, les chiffres et les index des minutes sont peints en blanc.
Le logo Aviator est rapporté à 24h, au dessus du nom en cyrillique. A 12h, la littérature, elle aussi en cyrillique, indique "17 rubis - Russie".
Les aiguilles heures/minutes sont en acier brillant soulignées d'un trait de Luminova, la trotteuse est peinte en rouge.
Le guichet de date est classiquement à 3h, encadré d'un liseré blanc, chiffres noirs sur fond blanc. La loupe ne grossit que de 0,02374%, il aurait été préférable de s'en dispenser.
Le mouvement est un Poljot 2623, russe aux ancêtres européens. Remontage manuel, RDM 40h, 17 rubis, heure, minute, seconde et date (vous vous en doutiez, avouez!), 21600a/h.
Pas de stop-seconde.
Fiabilité annoncée: -20/+40s par jour  [:tinostar]
Diamètre 26mm, hauteur 4,3mm. On comprend mieux pourquoi le fond est plein...
http://www.izipik.com/images/201002/05/tbnky860un5f5ldi3h2qg-avi4a.jpg

 

Au poignet
Le boîtier est massif, plat, les cornes ne sont pas plus basses que le fond et surtout sont assez éloignée du boîtier lui-même, donc mon pauvre poignet de 17cm, assez rond, est à la limite de se faire déborder. J'ai d'ailleurs abandonné très vite l'idée de la porter sur NATO. :D
Le poids de la montre étant assez raisonnable (95g avé le bracelet) et étant bien campée sur son large bracelet, elle se fait oublier et peut même être qualifiée de discrète. Sauf sur le plan visuel, bien entendu. Là, la montre est volumineuse, mais reste sobre. Le luminova étant distribué généreusement mais de qualité moyenne, il est possible de lire son journal deux paragraphes du journal à la lumière de la montre. Le mouvement est assez régulier, vu qu'il prend ses 25-30 secondes d'avance quotidiennes. Ah, elle est conforme!  [:fez666]
Le plus amusant reste que la taille du cadran incite les gens à lire l'heure par-dessus votre épaule, et là... :lol:

 

Photos d'art contemporain
http://www.izipik.com/images/201002/05/tbnkcj9ammb5zqohxyfmk-avi5a.jpg
http://www.izipik.com/images/201002/05/tbnjirexyjaczb5hfy9x4-avi6a.jpg
/Taggrevue

Message cité 8 fois
Message édité par Mantafahrer le 04-05-2010 à 13:17:28
n°21467941
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 07-02-2010 à 16:44:00  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

Revue de ma Sinn 6060
 
Présentation
La marque Sinn a été fondée en Allemagne en 1961 par Helmut Sinn, pilote et instructeur, parti depuis fonder la marque Guinand. Depuis 1994, la marque est la propriété de Lothar Schmidt.
Sinn emboîte essentiellement des calibres Valjoux 7750 (gamme chrono hors Sinn 903klassik/H4 et 142St) et ETA (2824-2, 2893-2). Des modèles à base de Lemania ont été commercialisés jusqu'à arrêt de production de ceux-ci. On citera entre autres les modèles 356 et EZM (Einsatz-Zeit-Messer: chronomètre d'assaut) qui ont fait quelques victimes sur ce topic.
Sinn ne cache pas son statut d'emboîteur et se concentre sur le rapport qualité/prix de ses montres.
L'innovation n'est pas exclue, avec par exemple la capsule Ar protégeant le mouvement de l'humidité, et passant du bleu clair au bleu foncé pour indiquer le niveau de saturation.
L'autre innovation notable est le système Diapal, qui remplace les rubis des palettes de l'échappement par des diamants, solutionnant les problèmes d'usure et de lubrification.
Le modèle qui nous occupe est le 6060, de la gamme "place financière", gamme "habillée" chez Sinn (avec les 1746 et 6015).
 
La boîte
Une fois n'est pas coutume, la boîte dans laquelle Sinn livre la 6060. La montre est livrée avec son bracelet métal et un bracelet cuir, un jeu de pompes pour le cuir, un outil Bergeron pour les séances de barbifiage, une loupe, un chiffon microfibre, la paperasse habituelle, une plaque de métal sérigraphiée format carte de visite finissant de "remplir" l'espace.
La boîte est en bois teinté noir et protégée par une surboîte en carton blanc basique. La boîte est en fait un véritable petit coffret, la plus belle présentation que j'aie vue jusqu'ici, et qui fait rougir de honte celle de mon Omega.
http://manta.abnihilo.org/images/Sinn6060/SinnBox.jpg
Source: Sinn
 
L'extérieur
Le boîtier et le bracelet sont en acier poli, deux des cinq rangées de maillons du bracelet sont brossées. Le verre saphir est traité anti-reflets sur ses deux faces. Le fond vissé est vitré pour laisser voir le mouvement décoré. entre chaque encoche de vissage, Sinn a cédé au besoin de graver un peu de littérature. Outre le logo de la marque et le modèle/numéro de série, on trouve les caractéristiques principales de la montre, en allemand: Weltzeituhr - 3 Zeitzonen -Edelstahl - Wasserdicht, soit en français: Montre à temps universel ("Weltzeit"=UTC) - 3 fuseaux horaires - Acier - Etanche (à combien? 100m, mais ce n'est pas écrit!).
La couronne à 3h permet le remontage manuel et les réglage usuels, celle à 10h permet de régler le 3e fuseau horaire. Les deux sont ornées d'un S stylisé.
Le bracelet métal, poli/brossé est confortable, silencieux facilement réglable (maillons vissés) mais trop clinquant à mon goût. Je ne porte la montre que sur le veau noir fourni avec boucle ardillon (une BD papillon est disponible en accessoire) signée. Le cuir est très confortable mais légèrement brillant.
Boîtier: diamètre 38,5mm, épaisseur 12mm, entrecornes 20mm, entrepompes 44mm .Bracelet métal largeur constante, bracelet cuir 20/18mm
http://manta.abnihilo.org/images/Sinn6060/Sinn6060%20Metall%201.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/Sinn6060/SinnRev1.JPG
 
L'intérieur - Côté face
Le cadran et la lunette interne sont en acier galvanisé noir, les index sont appliqués. Les aiguilles et les index sont rhodiés, chargés en Luminova (index, aiguilles heures/minutes).
La lunette interne mobile (via la couronne à 10h) porte les 12 chiffres peints en chiffres blancs. Sa rotation, bidirectionnelle, se fait de manière progressive, aidée par des crans d'alignement toutes les heures.
Les minutes sont marquées d'un trait blanc simple. à l'intérieur du cercle des index se trouvent les marquages de l'aiguille 24h.
Un guichet de date est présent entre les index 4 et 5, le disque dateur est noir comme le cadran, mais présente une finition peinte mate. Sa présence ne déséquilibre pas la montre et reste lisible.
La trotteuse comme l'aiguille des minutes atteignent quasiment le bord de la lunette interne et recouvrent les index.
L'aiguille 24h, terminée par un triangle, atteint elle aussi ses index.
Le logo Sinn ainsi que le nom de la ville d'origine "Frankfurt am Main" sont marqués en blanc au dessus des axes d'aiguilles.
http://manta.abnihilo.org/images/Sinn6060/SinnRev2.jpg
 
Précis de lecture - Les trois fuseaux horaires
L'heure locale se lit sur les index avec les aiguilles heures/minutes. Oui, comme sur une montre normale mais j'aime compliquer. Affichage 12h, donc pour savoir si c'est le matin ou l'après midi, vous avez besoin d'une fenêtre... Ou d'une meilleure hygiène de vie. [:prodigy]
Le deuxième fuseau se lit avec les mêmes aiguilles mais cette fois en lisant la lunette mobile. Léger souci, étant en système 12h, il est plus difficile de différencier le soir du matin. :pt1cable:  
Le troisième fuseau se lit avec l'aiguille 24h et l'aiguille des minutes, classique.
 
L'intérieur - Côté pile
Le verso de la montre présente l'ETA 2893-2 qui anime la montre. le bâti est bouchonné au centre, strié en périphérie (sous le passage de la masse du rotor).
Le rotor est décoré de côtes de Francfort  ;) et gravé d'un ours et d'un taureau, symboles de la bourse locale (tiré du langage local, l'ours symbolisant un cours descendant, le taureau un cours montant).
Les deux silhouettes  et le marquage "Frankfurt / M" en écriture cursive sont rehaussés d'or. Le rotor est assez massif et ne laisse pratiquement rien voir du mouvement. Les vis sont bleuies... sauf le fond de l'empreinte. Le remontage manuel est possible et assez doux, avec un cliquetis en fin de course facile à remarquer  
Le mouvement ETA est un "faux" GMT. Sans reprendre tout le débat existant, l'affichage principal est l'aiguille 12h, avec possibilité de réglage rapide de l'aiguille 24h.
En pratique, qui voyage avec cette montre et lit l'heure "normalement" et non avec l'aiguille 24h, devra, au changement de fuseau horaire (au passage heure d'hiver/d'été pour les casaniers), stopper la montre,régler l'heure sur l'heure courante, puis re-régler l'aiguille 24h.
terminons le côté pile avec quelques détails techniques sur le mouvement :
ETA 2893-2: Mouvement automatique, complications 2e fuseau 24h et date. 28800a/h, RDM 42h.
Diamètre 25,6mm, épaisseur 4mm.
Stop-seconde, date rapide.
http://manta.abnihilo.org/images/Sinn6060/SinnRev3.jpg
 
Au poignet
La montre est d'une taille et d'une épaisseur mesurées, bien campée sur des anses légèrement plongeantes et tient correctement en place sur mon poignet assez rond, tant avec le bracelet acier que le cuir. Malgré sa finition polie la montre sait rester discrète et se faire oublier sous une manche de chemise. Plus prévue pour accompagner le costume-cravate que le short-Nike Air, elle assume parfaitement bien son rôle et sait se faire décontractée à l'occasion. oubliez les Nike, mais en jeans-polo elle ne jure pas. La lisibilité est bonne, y compris pour les voisins de réunion et les coups d'œil d'ennui  :whistle: . Le rotor se fait presque totalement oublier, son inertie n'est pas sensible et son bruit très mesuré.
La Sinn 6060 n'est pas une de ces montre coup de foudre, mais elle sait distiller un charme discret (de la bourgeoisie?) et une certaine présence qui la rendent au final très attachante avec le temps.
 
Photos d'Art contemporain
http://manta.abnihilo.org/images/Sinn6060/SinnRev4.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/Sinn6060/SinnRev5.jpg
/taggrevue

Message cité 5 fois
Message édité par Mantafahrer le 23-07-2012 à 21:15:33
n°22278914
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 19-04-2010 à 21:31:43  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

Hop, revue de la Reverso Grande Taille!

 

Un peu d'histoire
La Reverso est née en 1931, suite au problème existentiel rencontré par les officiers anglais basés aux Indes: ils cassaient régulièrement leurs verres de montres en jouant au polo. Foin d'idée pragmatique telle que laisser la montre au vestiaire, demande est faite de trouver une solution permettant de jouer au polo sans manquer de ponctualité à l'heure du thé. Jaeger s'y colle à la demande de leCoultre et invente la Reverso. L'ingénieux ingénieur Chauvot met au point un boîtier articulé qui permet de pivoter la montre à 180°, ainsi le dos de la montre est exposé, protégeant le verre.
Au fil des ans, la Reverso évoluera, grandira, mourra, renaîtra, passera au quartz, à la joaillerie et se verra dotée de toutes les complications possible ou presque, du quantième à la phase de lune, du mouvement GMT double face au boîtier carré, du chrono au gyrotourbillon. Il est à noter que le modèle originel est resté au catalogue sans grosses modifications, et l'ensemble des modèles gardera cette forte inspiration Art Déco devenue emblématique de la montre. En 2010, la gamme compte une grosse vingtaine de modèle (21 en incluant le gyrotourbillon, en admettant que celui-ci soit un modèle de série...), avec des mouvements quartz, automatiques ou manuels.
Le modèle présenté est la Reverso Grande Taille, référence 270.8.62 .
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt1.jpg

 

Le boîtier
Le boîtier est constitué de deux pièces:
- la partie fixe appelée brancard, attachée au bracelet,
- la partie mobile embarquant le mouvement, le boîtier proprement dit.
Le brancard mesure 42mm de haut hors tout (en incluant les cornes, donc) sur 26mm de large et 10mm d'épaisseur, dont 2 pour le fond. Il est constitué de trois parties: les cornes hautes et basses sont vissées sur le fond.
Les cornes sont intégralement polies, le fond est brossé au verso, bouchonné au recto (face cachée par le boîtier), les flancs sont polis pour correspondre aux cornes.
Le boîtier pour sa part mesure 31mm sur 26mm de large et 8mm d'épaisseur maximale (section légèrement ovale), la couronne, gravée, dépassant de 2 bons millimètres. Il est constitué d'au moins deux parties, les faces avant et arrière, il me semblait toutefois qu'il y a quatre pièces au total, je n'ai toutefois ni trouvé l'info, ni envie de jouer au Meccano... L'ensemble est intégralement poli. Au dessus et au dessous du cadran, trois fines rainures font le tour du boîtier, ce qui permet à la fois d'en habiller les extrémités, mais surtout d'intégrer au mieux la séparation entre brancard et boîtier.
L'articulation du boîtier est située sur la partie gauche de la montre, cadran vers soi: pour retourner le boîtier, il faut pousser du côté opposé à la couronne. Le boîtier est maintenu en place par son axe et deux billes de rappel qui assujettissent ce dernier sur le brancard en se plaçant dans deux encoches pratiquées dans la glissière de l'axe. Principe simple, quelque peu laborieux à expliquer sans illustration, et réellement intuitif à l'usage... Même si, ne jouant pas au polo, j'imagine que j'utiliserai fort peu cette caractéristique!
Les cornes, au dessin tombant, permettent d'intégrer le bracelet dans la continuité du brancard sans cassure visuelle.
Le bracelet en alligator, très souple, ne se "casse" pas au niveau des jointures entre les écailles, évitant l'effet facettes, et est taillé de manière à ce que la taille des écailles aille en diminuant vers la boucle. La finition est à mes yeux au delà de tout reproche, mais je prévois de l'amusement pour son remplacement hors JlC: dimensions 19x16...
La boucle déployante est de type papillon avec verrouillage à clips: pas de poussoirs, un simple point dur assure le maintien en position fermée. Affaire de goûts, après une rapide période d'adaptation, mettre ou enlever la montre ne me pose pas de souci particulier.
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt2.jpg

 

Le cadran
Le cadran est abrité derrière un saphir semble-t-il traité antireflet sur sa face extérieure (à vérifier, j'ai pu observer un très léger reflet irisé caractéristique en jouant avec une forte lumière directe...)
L'ensemble du cadran est argenté, les trois aiguilles sont bleuies. La petite seconde se trouve à 6h. Son sous-cadran est à deux niveaux: le tour porte les index, chiffres arabes pour les dizaines et simple marque pour les repères 5-15-25-35-45-55, le centre est en renfoncement. L'ensemble du sous cadran est mat mais présente une finition plus lisse que le cadre du cadran principal. Ce cadre porte les douze chiffres arabes marquant les heures. La finition est matte, dépolie, on pourrait croire à un très léger brossage vertical. A l'intérieur de ce cadre, un liseré est présent pour le chemin de fer simple (soixante marques noires, les index principaux étant plus larges), même finition que le cadre, mais séparé de celui-ci par une fine rainure. Le centre du cadran est rehaussé d'un guillochage accrochant la lumière et offrant plusieurs rendus selon celle-ci: illusion d'un fond brossé horizontalement en faible lumière, "côtes de Genêve" en éclairage direct de face, et cette impression d'un fond distant en éclairage latéral.
Ce dernier effet est assez difficile à décrire. Vous connaissez ces trompe-l'oeil qui vous font croire à un dessin sur deux plans, ou ces portraits qui vous suivent? Ici, les "vagues" semblent se mouvoir sur un plan plusieurs millimètres derrière le cadran. Associé aux jeux de lumières si particuliers des aiguilles bleuies, c'est assez hypnotisant, surtout en se focalisant sur le cadre lisse situé au dessus de l'axe principal et sur lequel est écrite la marque. Le logo symétrique JL placé au dessus est hélas peu lisible et vient légèrement troubler l'effet d'optique.
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt3.jpg

 

Le mouvement
Le mouvement est le calibre JlC 822 sur lequel peu d'informations sont disponibles:
Dimensions 17,2 x 22,6mm, épaisseur 2,94mm
Remontage manuel, 21 rubis, 21600A/h, réserve de marche annoncée 45h (48h20 mesurées sur le premier cycle)
Petite seconde à 6h, pas de stop-seconde.
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt-mvt.jpg
Photo: t-munenori
JlC réalise un contrôle qualité complet de la montre (et pas seulement du mouvement) d'une durée totale de 1000 heures au cours duquel le mouvement est ajusté dans 5 positions et, je cite "à des niveaux de température et de pression variés". En bref, aucune comparaison directe avec la certification COSC possible, vraisemblablement à dessein.
Le premier relevé effectué fait état d'une perte de 2 secondes par 24h, reste à voir si le mouvement a encore besoin de se rôder après ses 1000h de test.

 

Au poignet
La Reverso est une montre typée, au style intemporel (ou suranné, selon les goûts) et qui sert de symbole, avec d'autres modèles, à la marque Jaeger-leCoultre. Son allure Art Déco lui donne une allure chic mais simple, sans esbroufe ni clinquant. Passé les premières heures d'amusement avec l'articulation, on se prend à jouer avec l'éclairage du cadran pour en admirer toutes les subtilités, puis on détaille la finition de la boîte et ses lignes épurées. L'ensemble est léger, les cornes tombantes, même si les pompes sont haut perchées, assurent un bon placement sur le poignet et la boucle symétrique évite que la montre tourne sur le poignet (cas des BD de bracelets métal et Omega mono-brin). On ne "sent" pas la montre, ses dimensions et sa forme lui permettent de se glisser sans coup férir sous les manches de chemises les plus ajustées, dommage, on ne peut plus l'y admirer. Assez de propos dithyrambiques, je suis sous le charme donc partial...
Place aux photos, toujours aussi pourries conceptuelles!!!

 

http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt4.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt5.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt6.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt7.jpg

 

Et pour finir, spéciale dédicace aux HS bagnole, un Lebkuchen à qui identifie la "GT" ci-dessous:
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt-gt.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/ReversoGT/gt-r11.jpg
/taggrevue

Message cité 12 fois
Message édité par Mantafahrer le 02-07-2012 à 20:55:09

---------------
N'empêche que je suis une légende.
n°22457452
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 04-05-2010 à 13:05:30  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

thom@s a écrit :

Ah ? Ben voilà, je vais trouver des clichés sympa [:alandon]


Pas tout à fait ce modèle, le tien a la date.
C'est une Speed reduced (donc mouvement ETA automatique + module chrono) avec cadran nacre, revue ici:
http://forum.hardware.fr/forum2.ph [...] #t21406757


---------------
N'empêche que je suis une légende.
n°22533758
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 10-05-2010 à 17:42:26  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

bikerman a écrit :


Arrrrrrrrrrgh
 
Faut quand même que je l'essaye d'abord
 
 

Spoiler :

mais au cas où, je veux bien être premier sur la liste d'attente ...




J'en ai fait une revue, ici:
http://forum.hardware.fr/forum2.ph [...] #t21467941
 
sinon en effet, ça me laisse le temps de me décider.
La raison commande de m'en séparer, mais les sentiments... [smiley d'IZN2 qui fait la moue]
Objets inanimés avez vous donc une âme

dr philip morris a écrit :

http://tutima.free.fr/P1020562'8x6.jpg
 
Today wear.  [:paco fpg:1]
 
EDIT : Moins bien que ma GMT, mais pas mal...  [:zero pm:3]


Le bracelet est un brin trop court, non? :o


---------------
N'empêche que je suis une légende.
n°23482123
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 31-07-2010 à 21:12:11  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

Revue de la Tudor Heritage Chrono

 

http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-logo.jpg

 

La marque Tudor
En 1946, Hans Wilsdorf, fondateur de Rolex quarante ans plus tôt, crée la marque Tudor pour permettre à ses concessionnaires de proposer des montres de qualité comparable mais à un tarif plus accessible. À la couronne Rolex répond le nom de Tudor, dynastie anglaise à laquelle la marque emprunte son emblème, la rose.
La marque commencera par offrir la gamme Oyster, puis la gamme Oyster Prince. Dans les années 60, la Tudor Prince Submariner sera l'un des modèles phares de la marque.
Au début des années 70, le bouclier du chevalier remplace la rose, la solidité et l'endurance sont encore plus mis en avant.

 

Le modèle Heritage Chronographe
En 1970, Tudor lance le chrono Oysterdate Monte Carlo, motorisé par un Valjoux 7734. La production sera de courte durée, 2 ans seulement, avant que Tudor ne remplace ces modèles.
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-MC.jpg

 

En 2010, Tudor présente le THC, très fortement inspiré du modèle Monte Carlo et mû cette fois par un mouvement modulaire ETA (2892 + DD2054):
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-presse.jpg
La montre est présentée à Baselworld, annoncée pour l'automne et arrive en boutiques fin juillet 2010.

 

Le 24 juillet, après une attente quelque peu fébrile, je deviens l'heureux propriétaire d'une THC cadran noir... après avoir battu la campagne pour sa jumelle à cadran gris!
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-inbox.jpg

 

Le boîtier
Massive, la boîte est également épaisse: 13,5mm  pour un diamètre de 42mm, et une longueur totale de 50mm. Le fond étant parfaitement plat, les flancs sont très hauts (9mm) et accentuent l'impression de hauteur.
Les deux flancs ainsi que le chanfrein qui les surplombe sont polis, le dessus des cornes est brossé.
Sur le côté droit, la couronne et les deux poussoirs du chrono, vissés, sont sur le même plan grâce à un petit artifice: la surface d'appui des poussoirs sur les commandes du chrono n'est pas centrée sur ceux-ci. La couronne est protégée par un épaulement et décorée d'un cabochon en bakélite orné du bouclier Tudor. Les deux poussoirs sont décorés d'un cabochon simple.
L'insert de la lunette, lui aussi en bakélite, ne présente pas l'habituelle échelle tachymétrique (ni médicale, ni d'artilleur) mais les 12 index horaires en chiffres arabes argentés sur fond noir. La lunette est en acier poli, sa surface périphérique est moletée pour permettre une meilleur préhension. La rotation est bidirectionnelle et sur 48 crans (un par 1/4 d'heure). L'utilité première est d'adjoindre un compteur des heures à ce chrono bicompax. Un autre usage est la lecture d'un second fuseau horaire.
Le bracelet est intégralement brossé, monté sur des maillons de bout massifs présentant les décalages habituels ("maillons" externes plus courts et plus fins que les cornes) et contrairement au bracelet Oyster des grandes sœurs, la partie centrale de la pièce de bout est plus courte, un fin maillon central assurant la liaison avec le bracelet. L'entrecorne mesure 22mm, la largeur du bracelet au niveau de la boucle tombe à 18mm.
La boucle, justement, est massive et à simple articulation. Un réglage fin est possible, mais pas d'extension rapide, cette THC n'est pas une plongeuse.
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-krone.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-schliesse.jpg

 

Le cadran
Le cadran est noir mat, entouré par un cercle gradué, puis par un disque d'index oranges sur fond gris.
Les deux sous-cadrans sont intégrés à 3h (seconde permanente) et 9h (compteur 45min du chrono) sont démarqués chacun par un secteur trapézoïdal gris. Les fonds de ces sous-cadrans sont décorés de stries circulaires et en retrait de la surface du cadran, les disques d'échelle assurant la liaison.
Huit index chargés de Luminova (dosage Picadilly Circus) apportent du relief à l'ensemble, les 4 index cardinaux sont absents, deux du fait des sous-cadrans, celui à 12h laisse sa place à un logo Tudor rapporté, celui à 6h au guichet de date équilibrant visuellement l'ensemble.
Les aiguilles sont de type dauphine sauce seventies, larges, tronquées, faisant une belle place au Luminova. Petite particularité, l'aiguille des heures a exactement le même profil que celle des minutes. Ainsi à midi leurs bords sont parfaitement parallèles, et à 6h le contrepoids de l'une suit le profil de l'autre et réciproquement. C'est mal expliqué, c'est fort dispensable et il faut avoir l'esprit tordu pour le remarquer, mais...
L'aiguille des secondes du chrono est un simple triangle peint en orange, les sous-compteurs ont des aiguilles très simples peintes en blanc.
La lisibilité est très bonne même si l'extrémité de l'aiguille des minutes aurait pu être moins large. Au moins, cela simplifie la procédure d'alignement lors de la mise à l'heure!
La présence des deux disques de mesure concentriques habille bien l'espace laissé entre le réhaut et le cadran proprement dit et évite les effets de strabisme que l'on peut rencontrer lorsque le mouvement est trop petit pour le boîtier.
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-zifferblatt.jpg

 

Le mouvement
Que faut-il en dire? Comme à son habitude, Tudor emboîte un mouvement de série, ici un ETA 2892 auquel sont adjoints les services d'un module chrono Dubois-Dépraz 2054.
C'est de la grande série, du classique, de l'éprouvé, et une source de discussions sans fin entre les tenants de l'accessibilité et ceux préférant le remplacement du module complet en cas de problème.
Dans tous les cas, ce n'est pas pour sa mécanique que l'on achète une THC, à moins de collectionner les boîtiers vides:
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-mvt.jpg

 

Au poignet
Cette montre est définitivement sportive, tant par ses dimensions que par son aspect général. Elle est très présente visuellement, même côté couronne les épaulements habillent l'ensemble.
Le poids est important, mais la largeur du bracelet et le poids de la bouclent permettent un maintien efficace de l'ensemble.
Le cadran est très lisible en toutes circonstances, même si le saphir plat n'est pas avare de reflets.
Les poussoirs sont accessibles et faciles à utiliser, le chrono se déclenche virilement mais moins que sur mon Omega.
Les touches de gris et surtout d'orange apportent à la montre un peu de caractère sans la rendre trop voyante. Bien évidemment, pas facile de glisser un boîtier de cette taille sous une manche de chemise, mais ce n'est pas ce qu'on lui demande.
Massive mais bien finie, rétro mais moderne, elle sera selon les goûts "entre deux chaises" ou "à l'équilibre", pour ma part je suis ravi!
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-lenk1.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-lenk2.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/TudorHC/tudor-lenk3.jpg
taggrevue

Message cité 13 fois
Message édité par Mantafahrer le 03-07-2012 à 20:55:07

---------------
N'empêche que je suis une légende.
n°30356534
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 24-05-2012 à 09:42:04  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

Un lien donné par grinhu :
http://www.lesmala.net/jean-michel [...] index2.htm
 
La revue de sa Sinn:
http://forum.hardware.fr/forum2.ph [...] 0&filter=1


---------------
N'empêche que je suis une légende.
n°31109855
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 29-07-2012 à 17:16:55  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

                  Glashütte Original PanoGraph
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-Logo.jpg

 

La marque
L'histoire officielle de la marque commence en 1845 quand Ferdinand A. Lange fonde la première manufacture de la ville de Glashütte. Le même Ferdinand auquel la manufacture du groupe-d-en-face A.Lange & Söhne se rattache... Plus pragmatiquement, on peut placer la véritable naissance de GO en 1994, lors de la privatisation de la Glashütter Uhrenbetrieb GmbH, firme qui depuis la fin de la seconde guerre mondiale produisait en masse des montres basiques à destination des pays du bloc de l'est. Le reste consiste à ancrer la marque dans l'histoire d'un -sinon du- foyer de l'horlogerie allemande dans une petite bourgade de Saxe qui n'en demandait pas tant :
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-Glashuette.jpg
La marque axe d'ailleurs sa communication sur l'histoire, avec un musée ouvert en 2002 (2 ans après le rachat par le Swatch Group) et sur l'usage de mouvements maison.

 

Le modèle PanoGraph
En 2000, GO présente à Baselworld un modèle unique: le PanoRetroGraph. Ce modèle, le premier de la gamme Pano (cadran asymétrique avec petite seconde à 6h et grande date à 4h), est un chrono flyback à l'affichage original (compteur 30 minutes en 3 segments concentriques de 10 minutes sur 120°) dispose d'un compte à rebours à sonnerie, le calibre 60. Deux ans plus tard, GO commercialise une version débarrassée du compte à rebours, le PanoGraph motorisé par le calibre 61.
Le Panoretrograph:
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-Retro.jpg
(crédit GO)

 

Le calibre 60:
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-Kal60.jpg
(crédit: Uhren-Wiki)

 

La boîte
Si ses dimensions sont conventionnelles (diam. 39,4mm, ép. 13,3mm), le boîtier de la PanoGraph, à la mode teutonne, donne à la montre un aspect massif, sans artifice. La carrure est absolument verticale du fond à la lunette. Le côté droit est percé des deux poussoirs oblongs du chrono et d'une couronne à la longueur inhabituelle. Les cornes s'implantent sur toute la hauteur des flancs. L'entrecorne et le dessus des cornes sont polis, le dessous des cornes et les flancs sont brossés.
Le fond, vitré, est fixé au boîtier par 5 vis. La bague de montage porte, entre autres indications, l'étanchéité, et le numéro de série.
La lunette est en deux parties, une bague extérieure polie, et une bague intérieure brossée qui assure la jonction avec le verre.
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-1.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-2.jpg

 

Le cadran
Le cadran, typique de la famille Pano, est asymétrique: l'affichage heure-minute-seconde est décalé sur la gauche du cadran, la grande date et la complication étant implantées à droite. L'ensemble est poudré argent, les chemins de fer sont brossés. Neuf des douze heures sont marquées d'un index rapporté, celui à 12h est double.
Le guichet de date est largement chanfreiné, celui du chrono est vertical.
Toutes les aiguilles sont polies et légèrement bombées, l'aiguille des secondes du chrono porte le contrepoids à double G typique de la marque.
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-3.jpg

 

Le mouvement
Le calibre 61 qui motorise cette PanoGraph est une conception maison. ne serait l'organisation particulière de l'affichage, ses caractéristiques sont somme toutes classiques: fonctions heure-minute-seconde, grande date rapide, chronographe à compteur 30 minutes et retour en vol. Le remontage est manuel (réserve de marche  de 42 heures), les dimensions sont adaptées au boîtier (ou bien est-ce l'inverse?) : diamètre 32,2mm, épaisseur 7,2mm.
L'ensemble se caractérise par un une somme de raffinements que certains pourront trouver trop visibles pour être vraiment élégants: entre les anglages, les états de surface variés (brossé, poli, côtes de Genève, bouchonnage...) les plaques rapportées pour la marque et le "Made in Germany", le coq gravé sous le col de cygne, les gravures et marquages dorés, l'ensemble peut passer pour chargé. Le cliché officiel n'arrange d'ailleurs pas les choses.
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-4.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-Kal61.jpg

 

Le chrono
Le compteur 30min du chrono est assez particulier: trois rangées concentriques de 10 index sont disposées dans une ouverture de 120° du cadran. L'astuce consiste à utiliser une aiguille triple (dite trifurquée pour briller en société) dont chaque branche parcourt une série d'index à son tour. Un bon dessin valant toujours mieux qu'un long discours, le schéma explicatif de la notice:
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-Cpt.jpg

 

Au poignet
Le PanoGraph est un chrono original (il fallait bien la faire), moins volumineux qu'il n'y parait, tombant bien sur le poignet, agréable à détailler et à utiliser, dont l'affichage singulier reste facile à appréhender. Et puis, qui se sert d'un chrono?
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-5.jpg
http://manta.abnihilo.org/images/GO-Pano/GO-Pano-6.jpg
taggrevue

Message cité 9 fois
Message édité par Mantafahrer le 29-07-2012 à 21:59:36

---------------
N'empêche que je suis une légende.
n°31834068
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 30-09-2012 à 20:27:46  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

Omega 145.0018
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fb/Omega_Logo.svg/318px-Omega_Logo.svg.png

 

La marque
Non, sans rire, il faut encore présenter Omega ? Bon bon...
La marque Omega fut fondée à la fin du XIXe siècle par les fils de Louis Brandt, établisseur à La Chaux de Fonds. L'entreprise s'installe à Bienne (d'où l'expression italienne "va Bienne" ?) et doit son nom à celui d'un calibre maison. En 1924, Omega et Tissot commencent à collaborer, puis se regroupent en 1930, créant la SSIH (Société Suisse pour l'Industrie Horlogère). Lemania se joint à la joyeuse troupe en 1932 en apportant dans sa besace ses connaissances en matière de mouvements et autres complications. La SSIH devient la SMH (Société suisse de Microélectronique et d'Horlogerie) en fusionnant avec le groupe ASUAG (Longines, Hamilton, Rado, Eterna, Oris,...) au milieu des années 80. La dite SMH sera rebaptisée Swatch Group. Ouf.
De fait, difficile de parler de la marque séparément du groupe. Nombre de montres Omega étaient (sont...) motorisées par des mouvements aux origines lemaniesques. La Speed qui a marché sur la lune embarquait un Omega 321, alias Lemania 2310, par exemple. Le catalogue s'articule depuis longtemps autour de 4 familles principales :

  • Les chronographes Speedmaster (un petit pas pour le sport auto, un bond de géant pour la conquête spatiale)
  • les plongeuses Seamaster (la préférée de James Bond depuis que Rolex (et Seiko) sont devenus trop chers)
  • les classiques De Ville (rien à voir avec les pots, même si elles ont un échappement)
  • les "habillées" Constellation (...)


Le Chronographe De Ville 145.018
D'abord, qu'est-ce que c'est que cette référence ? 145 désigne, selon le tableau de référence Omega une montre homme (1) à mouvement chronographe manuel (4), étanche mais sans calendrier (5). Les 3 chiffres qui suivent (018) représentent le numéro de création dans la branche 145. On passera de 3 à 4 chiffres au début des années 70, des fois qu'une branche compte plus de 999 modèles. C'est beau, on croirait de la poésie surréaliste teutonne, surtout la codification commune de l'étanchéité et des fonctions annexes...
La branche 145 fait suite à la branche 105 en 1966 (amateurs de Speed, vérifiez avec les 1x5.003 et 1x4.012). La 145.018 apparaît en 1968, accompagnée d'une jumelle bicompax, la 145.017. Elle remplace la 145.005 apparue en 1966, elle-même remplaçante de la 105.001 apparue en 1962, ces deux modèles étant dotés du calibre 321.
Le remplacement du calibre 321 à roue à colonne par le 861 à came se fait simultanément sur la gamme Speedmaster (145.012 => 145.022).
A noter, pour conclure le chapitre des codes et autres références, que le matériau du boîtier n'est pas intégré à la référence: une 145.018 peut être en acier, en plaqué comme cet exemplaire ou en or massif.
http://manta.abnihilo.org/images/OmegaDV/DV5.JPG

 

La boîte
Se voulant chic, la boîte se doit d'être mesurée (36mm de diamètre), élégante (pas de lunette externe) et discrète (pas de protège couronne ni d'artifices de baroudeuse de salon).
Entre le fond (plein) et le plexi, la carrure intègre les cornes d'une simple courbe. Pour ajouter à la simplicité du dessin et renforcer l'impression de légèreté, aucun chanfrein, aucune variation de traitement des surfaces ne vient perturber la ligne. Les flancs ne sont pas bombés, et côté droit, la couronne ne dispose d'aucun lamage pour "rentrer" dans le flanc. Les poussoirs champignons sont eux aussi de facture classique. Le plexi est pratiquement plat, la lecture de l'heure se fait sans déformation hormis, et c'est inévitable, en périphérie.
http://manta.abnihilo.org/images/OmegaDV/Omeg1.JPG
http://manta.abnihilo.org/images/OmegaDV/Omeg2.JPG

 

L'affichage
Le cadran, argenté, est finement soleillé. les index rapportés sont constitués d'une barre dorée rehaussée d'un trait noir. L'index à 12 heures est doublé. Sous ce dernier, on trouve un logo Omega rapporté, ainsi que la marque et la mention "DE VILLE" en fins caractères noirs. autour du chemin de fer des minutes et de la trotteuse du chrono, une échelle tachymétrique peinte.
Les trois sous-cadrans (seconde permanente, compteur 30 minutes et compteur 12h), en renfoncement, sont décorés de guillochages circulaires.
A noter que, comme pour la Speedmaster, le chemin de fer du chrono comporte 5 subdivisions par secondes, ce qui était correct pour le mouvement 321, mais qui ne l'est pas pour le 861 qui équipe la montre (21600A/h contre 18000A/h).
A la Speedmaster toujours, cette De Ville emprunte les aiguilles bâton, les aiguilles heure/minutes étant marquées d'un trait noir en lieu et place de la matière lumineuse du chrono sportif.
http://manta.abnihilo.org/images/OmegaDV/Omeg3.JPG

 

Le mouvement
Cette De Ville dispose d'un calibre Omega 861, c'est à dire un Lemania 1873, mouvement qui évoluera par la suite en 1861, les version 863 (et 1863) se différenciant par leur décoration.
Le sieur Maddox expose cette évolution bien mieux que moi sur cette page: http://chronomaddox.com/moonwatch_cal_background.html
Ce calibre à remontage manuel oscille à 21600A/h. Le chronographe est à commande par cames, seconde centrale, compteur 30 minutes à 3h et compteur 12 heures à 6h.
http://manta.abnihilo.org/images/OmegaDV/Omeg4.JPG

 

Au poignet
Ce "désirable chrono de vieux" (©Yoakhaz) figure assez bien l'idée que je me fais d'une montre ancienne (mais pas trop) habillée (mais pas trop): légère, discrète, elle n'attire l'oeil que pour de bonnes raisons: son dessin intemporel, son charme un peu suranné. Cette montre permet de s'imaginer des souvenirs.
http://manta.abnihilo.org/images/OmegaDV/Omeg5.JPG
http://manta.abnihilo.org/images/OmegaDV/Omeg6.JPG
http://manta.abnihilo.org/images/OmegaDV/Omeg7.JPG
/taggrevue

Message cité 10 fois
Message édité par Mantafahrer le 01-10-2012 à 21:09:44

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Loisirs

  [Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.

 

Sujets relatifs
Le topic des PAPAS & MAMANS - renaissance : bébés des blablateursLes chateaux cathares
[Topic officiel]Les chats... Vos chats.../!\RTC/!\[Tourisme] Les Chateaux Cathare.
Les dents de la mer 5 en tournage !:!!Topic métaphysique ; La Conscience.
Les invitations UGC pour noter un filmLes ACOUPHENES, attention à vos oreilles [reprise du topic]
un topic hors propos??? mon cul krapaud --> TT[Jeu TV] Le Topic KamouloX©
Plus de sujets relatifs à : [Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR