Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
452 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Loisirs

  [Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.

 


 

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

[Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.

n°22013136
Profil sup​primé
Posté le 26-03-2010 à 14:14:47  answer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 


 
 
 
Après le repas, nous nous dirigeons vers le bas du Brassus, à proximité de la gare par chance pour Zeppelin qui doit rejoindre par train Genève, où se trouve la manufacture des  Forges.  
 
Nous la visiterons en compagnie d’un horloger d’origine suisse-allemande, très communicatif et à l’humour pince-sans-rire.
 
Le ruisseau prend sa source un peu plus haut, vers le pré enneigé qu'on aperçoit à droite.
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20forges%201.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20forges%202.jpg
 
 
 
Clin d'œil à l’ambiance pastorale, une vache nous attend dans le hall d'accueil, nous en croiserons une autre à l'étage, dans un couloir à proximité d'un espace pour la pause café :  
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20hall%20accueil.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20espace%20cafe.jpg
 
 
 
Ce nouveau bâtiment, aux normes Minergie, est édifié sur un tènement qui appartenait à AP, et supportait un bâtiment de  production d'instruments non horlogers (médicaux notamment). Cette activité  permettait de passer les cycles de baisse du secteur horloger.
 
L’activité a été vendue à des combiers dont c’est le domaine principal, ma is l’immobilier a été conservé, et étendu en 2008.
 
Cela donne idée de l’explosion des années 2000 :
 
Un bâtiment historique, une extension en 1907 qui suffira pendant près d’un siècle, de nouveaux bâtiments voisins  en 2000 (ils abritent encore les CN pour la production des boites, platines... ces machines sont lourdes à déménager) et enfin cette extension en 2008.  
 
 
Le bâtiment minergie est accolé au bâtiment très "années 80" des anciennes activités. Au rdc de celui ci, dissimulé, se trouve ce que son responsable nous présente en rigolant comme le " fameux laboratoire AP".
 
 
Deux petites pièces, c’est là que sont réalisées les boitiers en carbone "forgé".?
 
 
AP avait suivi la mode du carbone, et habillé des boitiers avec une feuille. Mais le résultat ne leur convenait pas : perte des angle/arêtes vives de la boite.
 
A un salon professionnel de Détroit, ils rencontrent une  PME de la région de Lyon, qui présente son procédé.
 
Le tissu technique est composé de 6000 brins de carbone et un de la polyamide, laquelle en fondant assure la cohésion de la matière (74 % ou 76 % de carbone, des tests sont en cours pour essayer d’en augmenter la proportion).
 
En raison du partenariat avec Alinghi, ils avaient  besoin de prototypes finis pour que les responsables puissent les montrer à Valence en 2007 : ils ont eu moins de 2 ans pour le développement alors que plusieurs problèmes se posaient :  
 
- la nécessité  d'un aspect de surface parfait, bien différent de celui requis pour les  autres applications industrielles de ce "matériau".
 
- la quasi impossibilité d'usiner : la polyamide, en surface, devient blanche si l’on taille dedans...  
 
- le matériau est sensible aux malfaçons, si un brin de carbone est maltraité  à la fabrication, la boite peut casser
 
 
AP a conduit ses développements au sein d'une petite société hors suisse, contrôlée par eux, pour garantir une certaine discrétion.
 
Cela ne nous a naturellement pas été clairement détaillé, mais le secret industriel semble résider dans le  moule (état de surface et matière particulière ; il nous a été dit qu’il fallait plusieurs mois pour en élaborer un) et la technique de cuisson.
 
 
L’élaboration :
 
AP reçoit des lyonnais le fil bobiné (sous la forme de bobines comparables à celles de câble téléphonique). Parfois des poussières, des poils s’y trouvent (ça n’est pas élaboré en salle blanche) et engendrent de la casse.
 
Ils annoncent 20% de rebut sur l’ensemble du processus, ce qui parait assez peu.
 
Le poids exact des pièces (boite, poussoirs, lunette…)  a été pré-calculé, un opérateur coupe de petits morceaux de fil, les pèse sur une balance de précision et les dispose selon une méthode particulières dans le moule.  
 
Celui –ci est fermé et mis au four. Il y a des sondes de températures très précises.
 
 
Le four est une commande spéciale, réalisée par un électricien et un artisan métallier du Brassus. Aucun four ne répondait à la demande, où avec des tarifs et caractériqtiques bien au-delà des besoins d’AP.
 
Le four « maison » a effectivement une allure assez « simple », un peu « système D », et mesure  environ 1m50 par 60 cm de haut, comprenant 6 fours individuels et pouvant monter à 230 °, ce qui suffit.
 
Après sortie à une température particulière, et pression par une presse pneumatique, très puissante, qui va en butée matière, on peut démouler.
 
L’ébarbage de la très légère pellicule de polyamide se fait avec un outil en bois.
 
 
La matière est réputée non usinable, mais ils l'ont fait pour un modèle spécial offert à la sœur d’Ernesto Bertarelli, à la demande des patrons d’AP.
 
 
 
Nous prenons congé du « labo  carbone » et de son jovial responsable pour rejoindre le reste de la manufacture, où les photos sont possibles.
 
 
Une montre, cela commence par de la R&D, notamment sur les mouvements :  
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20r%20et%20d.jpg
 
 
CAO et  maquettes sont là. J’ai flouté  les écrans de mon propre chef, je peux assurer qu’ils ne jouent pas au démineur :D.
 
 
Les platines (produites par les CN dans l’  « ancien » bâtiment ?) arrivent pour la décoration et la préparation, dans une salle où se trouve des postes d’empierrage, d’anglage, perlage…
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20postes%20deco%20machine%20platines.jpg
 
 
Le perlage :  
 
 
Il est désormais semi automatisé :  
 
L’horlogère contrôlait dans les deux plans. Mais comme tous les mouvements  sont cartographiés, l'axe se déplace seul sur cette machine, dans le plan horizontale, le  contrôle humain via la manette main droite, ne se fait que pour le plan vertical (pression du bouchonnage)  
 
Il semble qu'elle préférait l'ancien système, plus intéressant. Mais celui-ci est  plus productif sans doute.
 
 
Comme on le voit, on peut personnaliser ses postes de travail chez AP ; l’ambiance est très calme.
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20perlage%20poste.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20perlage%20machine.jpg
 
 
L’horloger qui nous accompagne explique que le  perlage jouait initialement un  rôle non de déco, mais de nettoyage :  
 
La poussière entrait dans les goussets, le soir on le posait face en l’air, sur le fond, et durant la nuit la poussière tombait vers le fond et était piégée dans les stries crées par le bouchonnage de la face interne des fonds de boite>>.
 
 
Le poste s’angleur machine (voir la  video postée par Allison sur Chronomania pour plus de détails)
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20machine%20a%20angler.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20angleur%20machine.jpg
 
 
 
L’ empierrage automatique est relativement récent.  
 
L’automate très précis (quelques microns), exerce une force de pression variable sur une large plage (selon les tailles et type de rubis). Il faut bien doser, assez mais pas trop, en cas d’erreur les rubis ne cassent pas à ce stade mais ensuite.
 
A une question sur les fournisseurs de rubis, le responsable de l’empierrage indique que AP travaille avec  trois fournisseurs pour éviter la dépendance, il a cité de mémoire un ou deux noms, il m'a semblé qu’il y avait un combier, la pierrette (plus sûr).
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20automate%20%20empierrage.jpg
 
 
 
Le résultats de ces travaux :
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20platines%202120.jpg
 
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20platines%20pont%20balancier%20profil.jpg
 
 
 
 
On l’a vu, les boites viennent d’un autre bâtiment, sauf celles en carbone.
 
 
Les cadrans, eux, étaient achetés à l’extérieur.
 
 
Mais, avec la hausse de la demande, les cadraniers ne suivaient plus et en outre la qualité baissait => AP a réagi en internalisant la partie critique du processus, le guillochage. La peinture et l’applique des  index, est elle toujours sous traité.
 
 
En parenthèse, l’horloger nous expliqua que beaucoup de sous traitants souffrent actuellement d’autant plus que des sociétés clients ont débuté un processus d’internalisation des opérations ces dernières années, pour répondre à besoin industriel "non marketing", ce qui accentue la baisse de la demande.
 
 
Le principe de base est celui de la machine à quillocher manuelle, mais automatisée. La main est remplacée par un moteur ( a priori electrique).  
 
On conserve l'avantage de la découpe au burin qui assure la belle prise de lumière, les traits francs, contrairement à l'étampage. On perd le côté « unique » du cadran, assez théorique sur une RO, et à mon sens on n'achète pas une RO pour avoir un cadran unique...
 
 
A gauche les deux palpeurs assurent la lecture de la forme du cadran, et de la différence de profondeur de ciselage, et à droite le burin en permet la reproduction homothétique (comme un pantographe).
 http://monimag.eu/upload/408/manuf%20machine%20guillocher%20automatique%20vue%20d%20ensemble.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20machines%20guillocvher%20auto%20vue%20d%20ensemble.jpg
 
 
Le burin au travail :  
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20machine%20guillocher%20burin.jpg
 
 
 
 
Puis après un contrôle à la bino Leica, des exemplaires sont envoyés pour finition aux cadraniers extérieurs, ou rejetés.
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manu%20cadran%20bino%20leica.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20cadrans%20controle%20rejet.jpg
 
 
 
Après la production des composants, il faut assembler.
 
 
Cela se déroule dans ces salles :  
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20assemblage.jpg
 
 
Attenantes, il y a des salles de réunion, protégées du soleil qui entre côté assemblage, ou côté couloir.
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20salle%20reunion.jpg
 
 
 
Nous verrons de plus près la finition manuelle et l’assemblage dans la salle des complications.
 
 
Avant d’entrer, un sas permet de s’équiper :
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20sas%20salle%20complication.jpg
 
 
 
La salle un vendredi après midi, pas mal de monde est en congé (et je  suppose qu’échaudé par la construction successive de deux bâtiments en moins de 10 ans, AP a vu un peu large pour garder une marge d’évolution dans le même espace).
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20salle%20compllcations.jpg
 
 
 
 
Une jeune horlogère angle un rotor de jumbo. Cette pièces n’est pas trop couteuse et pas trop difficile à traiter  parmi celles anglées à la main. On la  confie donc aux  "nouveaux".  
 
Il y a beaucoup de jeunes chez AP (et en gros un tiers de frontaliers).
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20anglage%20rotor%20jumbo.jpg
 
 
Ici, un horloger déjà plus âgé monte un  module chrono :  
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20montage%20module%20chrono.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20montage%20module%20chrono%20detail.jpg
 
 
 
 
Un de ses collègues jouer avec des ressorts :  
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20montage%20ressort%20complic.jpg
 
 
On notera la diversité des montres portées.  
 
L’horloger guide avait une Jumbo cadran blanc actuelle. Le responsable du « labo » portait une montre similaire à ma décathlon cardiofréquencemètre, qu’il nous a présentée en rigolant comme quelque chose de « très spécial », au moment où certains ont eu un regard vers ses poignets découverts.
 
 
Finir et monter la grande complication, qu’on entendra sonner avec force, demande beaucoup d'outils :
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20montage%20gde%20complic%20outils.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20montage%20gde%20complic.jpg
 
 
Dans des vitrines, ou dans la boite en polystyrène pour partir en test, les pièces que l'on monte (Equation du temps, Gde complication) et les résultats, en mouvement (quantième perpétuel  squelette) et en boite (Equation du temps) :
 
 
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20mvt%20edt%202808.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20pieces%20gde%20complic.jpg
http://monimag.eu/upload/409/manuf%20qp%20squelette.jpg
http://monimag.eu/upload/408/manuf%20ap%20edt%20terminee.jpg
 
 
 
Après le montage, viennent les tests, et parmi eux l’étanchéité, comprenant deux contrôles :  
 
- l’un en en pression dans les cocottes minutes à droite,  
 
- l’autre, en dessous, au bain : le but est de vérifier l'étanchéité sans pression, sans les joints soient mis en compression, ce qui complique l'étanchéité, et alors que la montre peut aussi se noyer (piscine...)  
 
 
 
http://monimag.eu/upload/409/manuf%20etancheite.jpg
 
 
 
 
De retour au bâtiment historique, dans un salon, un  large éventail de la collection est présenté.
 
Une RO qui n’aura pas forcément un grand succès ici :  
 
 
http://monimag.eu/upload/409/salon%20ro%20empierree.jpg
 
 
Des complications Jules Audemars comme ce QP, aux flancs bombés brossés, et au beau cadran :  
 
 
http://monimag.eu/upload/409/salon%20jules%20audemars%20qp.jpg
 
 
Et les tourbillons chrono, avec cadran :  
 
 
http://monimag.eu/upload/409/salon%20chrono%20tourbillon%20non%20squelette.jpg
 
 
 
Et sans, avec mouvement squeletté. On parle souvent de l'excellence de VC dans ce domaine, AP se défend bien :
 
http://monimag.eu/upload/409/salon%20chrono%20tourbillon%20face%202.jpg
http://monimag.eu/upload/409/salon%20chrono%20tourbillon%20face.jpg
http://monimag.eu/upload/409/salon%20chrono%20tourbillon%20dos.jpg
 
 
Enfin une grande complication poche rappelant celles présentés à quelques mètres dans le musée, mais ici un exemplaire moderne, de présentation, factice :  
 
 
http://monimag.eu/upload/409/salon%20gde%20complic%20poche%20moderne%20factice.jpg
 
 
 
 
 
Que retenir de la journée ? Outre l’accueil et l’organisation parfaite (merci encore à AP et JCDuss), on est marqué par un certain nombre de choses plaisantes :
 
- ils réalisent eux même des opérations essentielles et compliquées (par exemple les boitiers carbones, certes à partir de matériaux conçu à l’extérieur, mais le 316L n'est pas non plus une invention de l'industrie horlogère), ils font de la r & d…,
 
- ils ont dès lors suffisamment conscience de ce qu'ils sont pour assumer la sous traitance justifiée – pourquoi faire soi-même moyennement ce que d’autres font très bien ? -  sans le cacher (peinture des cadrans, certaines fournitures..),
 
- les ateliers au calme, les espaces de travail ouverts, donnent une bonne impression, nos interlocuteurs riaient volontiers d’eux même, et paraissaient heureux de faire leur travail, sans se prendre au sérieux.
 
 
Bien sûr, il ne faut pas idéaliser, et il y a probablement des travailleurs qui souffrent de certaines tâches répétitives, ou pour d’autres raisons. Mais on a le sentiment que beaucoup est fait pour que les gens soient heureux d’être là.
 
Cette maitrise, cette ouverture, donnent envie de s'intéresser à ce qu'ils conçoivent et produisent, même si ça n’est pas à son goût (typiquement, les boitiers carbone ne me plaisent pas, mais m’intéressent maintenant que j’ai vu leur démarche de développement et de production).
 

mood
Publicité
Posté le 26-03-2010 à 14:14:47  profilanswer
 

n°22406786
Mantafahre​r
Blaireau exporté
Posté le 30-04-2010 à 10:48:16  profilanswer
 
Voir ce message dans le sujet non filtré
 

MSAINT a écrit :


 
 [:what has been seen] 'tain... J'ai RIEN capté! [:anefay:1]


 

RandallBoggs a écrit :


Ch'uis donc pas le seul. :D On parle de quoi sur la BMW depuis le message de -tac- ?  :pt1cable:


Le contrôleur d'injection de la Beuhmeuh du doc a été modifié de manière subtile: plutôt que de remplacer l'ensemble du programme comme on fait d'habitude quand on est bourrin, ici les cartographies ont été modifiées sans rien changer d'autre.
en clair, le garage qui contrôle l'auto verra:
Moteur XYZ
Cartographie ABC en date du xx/xx/xx ©BMW
sauf que les valeurs ne sont plus les mêmes. Sauf à faire un contrôle sur l'ensemble des données enregistrées dans l'EEPROM du contrôleur c'est indétectable.
Le but, c'est que la cartographie qui dit, en fonction de plein de paramètres (température, densité de l'air, température moteur, vitesse du véhicule, régime moteur, rapport engagé, position de la pédale d'accélérateur, ect...) il fait balancer 10ml de gazout dans le cylindre, ben sur celle de DC on balance, disons 12ml.
Le moteur est plus performant, mais soumis à plus de contraintes.
BM doit prendre en compte que "n'importe qui" conduit leurs autos, donc potentiellement n'importe comment, et le moteur doit résister aux mauvais usages.
Là, DC, conscient des contraines, a un moteur plus perf mais nécessitant plus de soins, comme ne pas trop le solliciter à froid, ne pas brutaliser la mécanique quand on lui en demande beaucoup, etc...


---------------
N'empêche que je suis une légende.

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Loisirs

  [Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.

 

Sujets relatifs
Le topic des PAPAS & MAMANS - renaissance : bébés des blablateursLes chateaux cathares
[Topic officiel]Les chats... Vos chats.../!\RTC/!\[Tourisme] Les Chateaux Cathare.
Les dents de la mer 5 en tournage !:!!Topic métaphysique ; La Conscience.
Les invitations UGC pour noter un filmLes ACOUPHENES, attention à vos oreilles [reprise du topic]
un topic hors propos??? mon cul krapaud --> TT[Jeu TV] Le Topic KamouloX©
Plus de sujets relatifs à : [Horlogerie] Les montres /!\ CB /!\ Lire la page 1.


Copyright © 1997-2018 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR