Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
2249 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Emploi & Etudes
  Marché de l'emploi

  Generation Z - Celle qui va transformer le monde du travail ?

 


Ton avenir tu le vois comment ?




Attention si vous cliquez sur "voir les résultats" vous ne pourrez plus voter

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Generation Z - Celle qui va transformer le monde du travail ?

n°4875499
franck_cw
Be water
Posté le 06-04-2016 à 15:25:20  profilanswer
 

Hello
 
J'avais envie d'avoir votre avis, alors en tant que bon forumeur HFR de l'ancienne école (2006-8 le temps passe vite) je n'ai pas retrouvé mon pseudo égaré sur un compte hotmail obscure  :)  
 
Bref, je voulais savoir comment les nouvelles générations voyaient leur entrée dans le monde du travail.
L'économie collaborative, les freelances, les auto-entrepreneurs sont de plus en plus nombreux et changent la façon d'aborder le travail. De mon point de vue la transformation est réelle et même assez rapide.  
Je lis que Paris est la première ville Airbnb au monde, que Uber a plus d1.5millions d'utilisateurs en France, qu'il y a plus d'1m d'auto-entrepreneurs et que la moitié des français ont envie de créer leur boite. Du lourd quoi.
 
Le système évolue naturellement et les politiques s'adaptent, toujours avec un ou deux trains de retard. De nouveaux contrats de travail sont concoctés et les CDI/CDD seront de moins en moins proposés. Aux Etats-unis plus de 40 millions d'américains sont indépendants, et nous les suivont (sur à peu près tout) avec un écart de 5 à 10 ans.
J'ai discuté avec des jeunes de 18-22 (génération Z) d'école de communication, d'ingé, de commerce et cela se confirme très clairement. Une grande majorité ont conscience de ce qu'il se passe et veulent trouver un sens à leur job et pas simplement prendre un CDI parce que c'est ce qu'ils sont sensés faire. L'épanouissement est le mot clé. Je ne vais pas rentrer dans le pourquoi, je pense que je vous ai déjà assez saoulé :D
 
Tout ça pour dire que cela se passe maintenant, this is it. Même en parcourant les différents topics ici, le nombre de personne qui passent ou qui veulent devenir indépendant est considérable. Ce n'était pas réellement un sujet qu'il y avait à mon époque (2008).
 
Quelle est votre vision des choses ?

mood
Publicité
Posté le 06-04-2016 à 15:25:20  profilanswer
 

n°4875617
cocacolali​ght
Posté le 06-04-2016 à 17:32:54  profilanswer
 

Je passe des concours pour être fonctionnaire  [:adagio_for_strings:4]


---------------
Se battre avec les copains, et gagner du terrain, c'est très ...
n°4875658
sayen
vouloir c'est pouvoir
Posté le 06-04-2016 à 18:42:17  profilanswer
 

Le monde du travail changera quand il y aura moins de taxes et d'impôts en France qui font qu'un jeune aujourd'hui a plus envie de se planquer dans la fonction publique ou une grosse boite que de trimer comme une brute en indépendant et se faire assassiner par l'URSAFF, la DGFIP et la ville de domiciliation.
Légitime.

Message cité 2 fois
Message édité par sayen le 06-04-2016 à 18:48:12
n°4875676
Theomede
Oppresseur
Posté le 06-04-2016 à 19:24:19  profilanswer
 

franck_cw a écrit :

Hello
Bref, je voulais savoir comment les nouvelles générations voyaient leur entrée dans le monde du travail.


Diplômé en septembre 2014, et donc fraîchement arrivé sur le marché du travail.
 
Je trouve ça très intéressant d'avoir l'occasion de faire en CDD le travail des plus âgés trop occupés à boire le café depuis 30 ans, pour le cinquième de leur salaire  :jap:


---------------
"Le BB, c'est celui qui te force à lui payer une montre pour que tu puisses le remercier quand il te donnera l'heure." ©Orthopedux  
n°4875679
Black_Jack
Bo_Jack
Posté le 06-04-2016 à 19:39:06  profilanswer
 
n°4875783
santepub
la santé pub' vous salue
Posté le 07-04-2016 à 00:07:09  profilanswer
 

Pour moi cette modification du monde du travail est un réel danger. S'épanouir au travail c'est une belle vision des choses mais force est de constater que de nombreux salariés vont au boulot pour payer les factures et les études des enfants. Je fais partie de cette génération Y et je suis très inquiet sur les modifications structurelles du travail. La liberté, le freelance ça parait joli sur le papier mais ce sont des situations fragiles. Cette modification est intéressante pour des personnes qui font des études comme beaucoup de monde sur HFR mais pour Dominique ou Rachid qui ne fera pas d'études le virage libéral qui s'impulse en France risque de provoquer de grands dégâts humains, sociaux et renforcera les inégalités entre les personnes diplômées ou non. Enfin, savoir qu'un ouvrier homme meurt en moyenne 6 an avant un cadre doit questionner notre société sur ce que nous voulons construire pour les générations futures.
 
Globalement je suis très méfiant sur les nouvelles formes de travail et de management que l'on me vante (lean management, entreprise libérée et compagnie)

Message cité 2 fois
Message édité par santepub le 07-04-2016 à 00:09:26
n°4875814
dante2002
HEUUU NOOOOOOOOON
Posté le 07-04-2016 à 06:53:13  profilanswer
 

Drapal :o


---------------
Parce que le vote pour Emmanuel Macron n'est pas un vote de conviction mais une nécessité démocratique
n°4875898
franck_cw
Be water
Posté le 07-04-2016 à 12:18:27  profilanswer
 

sayen a écrit :

Le monde du travail changera quand il y aura moins de taxes et d'impôts en France qui font qu'un jeune aujourd'hui a plus envie de se planquer dans la fonction publique ou une grosse boite que de trimer comme une brute en indépendant et se faire assassiner par l'URSAFF, la DGFIP et la ville de domiciliation.  
Légitime.


 
Je constate 2 choses, même avec ces taxes
1. la volonté d'être indépendant me parait importante.  
Dans la génération Z c'est assez flagrant. Il y a une proportion importante de jeunes séduit, au moins dans l'idée. Ils n'ont que faire des réalités parce que de toute façon pour eux "c'est foutu" (retraite, carrières longues dans une même boite, reconnaissance). Ensuite passer à l'action et faire ce que l'on dit est une tout autre chose !
Dans la génération Y il y a un mouvement de "mindfulness" qui pousse fort  (méditation, yoga, coaching) pour tendre vers l'épanouissement pro et perso et faire ce que l'on aime.  
Je ne nie pas pour autant ceux qui doivent payer les facture et qui ont une réalité, mais je crois qu'allier les deux (liberté + gains) est aujourd'hui possible.
2. le gain est supérieur à celui d'un salarié. Exit les intermédiaires : je suis mon propre boss
 
 

Theomede a écrit :


Diplômé en septembre 2014, et donc fraîchement arrivé sur le marché du travail.
 
Je trouve ça très intéressant d'avoir l'occasion de faire en CDD le travail des plus âgés trop occupés à boire le café depuis 30 ans, pour le cinquième de leur salaire  :jap:


 
Ahah, et c'est là qu'il y a un décalage énorme avec les générations d'avant. Aujourd'hui moins payé, moins de perspective, moins de reconnaissance.
C'est aussi pour cette raison que les nouvelles générations veulent renverser le système
 

santepub a écrit :

Pour moi cette modification du monde du travail est un réel danger. S'épanouir au travail c'est une belle vision des choses mais force est de constater que de nombreux salariés vont au boulot pour payer les factures et les études des enfants. Je fais partie de cette génération Y et je suis très inquiet sur les modifications structurelles du travail. La liberté, le freelance ça parait joli sur le papier mais ce sont des situations fragiles. Cette modification est intéressante pour des personnes qui font des études comme beaucoup de monde sur HFR mais pour Dominique ou Rachid qui ne fera pas d'études le virage libéral qui s'impulse en France risque de provoquer de grands dégâts humains, sociaux et renforcera les inégalités entre les personnes diplômées ou non. Enfin, savoir qu'un ouvrier homme meurt en moyenne 6 an avant un cadre doit questionner notre société sur ce que nous voulons construire pour les générations futures.


 
Je ne suis pas d'accord quand tu parles des non-diplomés. De mon point de vue c'est eux qui ont le plus à gagner !  
Dans tous les cas le CDI n'est plus proposé pour ce genre de profil ou très rarement et au raz des paquerettes, sinon c'est CDD et missions d'intérim sur missions d'intérim. 1/10 contrat est un CDI aujourd'hui, et cela ne peut pas aller en s'améliorant.
Avec internet tu peux te former à tout, tu peux approfondir les sujets qui te plaisent et au fond le diplome on s'en fou. C'est ce que tu sais faire qui est important.

n°4875901
Mucky Bear
Shot with...
Posté le 07-04-2016 à 12:34:01  profilanswer
 

franck_cw a écrit :


J'ai discuté avec des jeunes de 18-22 (génération Z) d'école de communication, d'ingé, de commerce et cela se confirme très clairement. Une grande majorité ont conscience de ce qu'il se passe et veulent trouver un sens à leur job et pas simplement prendre un CDI parce que c'est ce qu'ils sont sensés faire. L'épanouissement est le mot clé. Je ne vais pas rentrer dans le pourquoi, je pense que je vous ai déjà assez saoulé :D


 
Le phénomène (nouveau?) de vouloir donner du sens à son travail et de rechercher l'épanouissement je le constate dans mon entourage de potes (ingés ou pas, mais très majoritairement diplomés).
 
En revanche les motivations n'ont rien à voir avec une évolution de l'économie, subie ou pas, ressentie ou pas.
 
Oh, et avec du recul presque tous ceux qui se sont lancés dans le "je claque tout / je crée ma boite / je vais voyager un peu" sont tous revenus au CDI-temps plein en fait, mais je ne dispose peut-être pas d'un échantillon significatif :o


---------------
It never gets easier, you just go faster.
n°4875921
fugacef
Posté le 07-04-2016 à 14:23:56  profilanswer
 

Vous êtes clairement déconnectés :o  
C'est pas parce que les jeunes ils vivent en coloc et enchainent les contrats courts que ça leur plait. Au contraire, ce sont eux qui veulent leur PTZ et manifestent contre la loi travail pour obtenir eux aussi leur CDI :(

Message cité 1 fois
Message édité par fugacef le 07-04-2016 à 14:24:22
mood
Publicité
Posté le 07-04-2016 à 14:23:56  profilanswer
 

n°4875942
santepub
la santé pub' vous salue
Posté le 07-04-2016 à 14:54:00  profilanswer
 

Je ne suis pas d'accord quand tu parles des non-diplomés. De mon point de vue c'est eux qui ont le plus à gagner !  
Dans tous les cas le CDI n'est plus proposé pour ce genre de profil ou très rarement et au raz des paquerettes, sinon c'est CDD et missions d'intérim sur missions d'intérim. 1/10 contrat est un CDI aujourd'hui, et cela ne peut pas aller en s'améliorant.  
Avec internet tu peux te former à tout, tu peux approfondir les sujets qui te plaisent et au fond le diplome on s'en fou. C'est ce que tu sais faire qui est important.

 
 
C'est une certitude que plus de 90% des contrats proposés aujourd'hui sont des CDD ou interim. Le gain pour les non-diplômés est selon moi  un mirage car ces gens n'ont pas souvent ni les compétences nécessaires ni le capital social pour pouvoir évoluer en terme de postes et qualifications malheureusement. Se former seul sur le papier c'est joli, force est de constater que le diplôme reste le seul graal actuellement notamment pour le monde du travail. Le diplôme reste le point d'ancrage dans 99 % des cas pour la détermination du statut professionnel (bac +5 et le statut de cadre par exemple). Ces mutations technologiques et salariales me font penser que l'on s'orientera doucement mais sûrement sur des contrats zéros comme en Angleterre avec une absence de cotisations sociales pour la retraite et une absence de protection sociale par un financement mutualisé.  
Je serai d'accord avec ce constat si la méritocratie sociale existait vraiment mais au vu du poids de la représentation des CSP ++ dans les meilleures écoles et de l'influence du réseau ce n'est pas prêt d'arriver.
 
Enfin, pour moi le CDI est un rêve de tout jeune diplômé qui souhaite construire quelque chose sur le long terme avec une frilosité extrême des banques à prêter et encore plus si je possèdes un statut précaire non fixe. Le savoir faire est également essentiel mais les métiers manuels ne sont ni valorisés ni payés à leur juste valeur en France. Ces métiers n'ont pas une bonne image auprès de la population comme femme de ménage ou éboueur par exemple.

Message cité 1 fois
Message édité par santepub le 07-04-2016 à 14:54:32
n°4876001
thun_on_th​e_r
6 4 2 1
Posté le 07-04-2016 à 16:28:08  profilanswer
 

les branleurs de 15/20 piges qui rêvent de devenir indep' entre 2 likes déchantent assez rapidement a la première simu du fist anal que te colle le RSI en tant que "patron" :o
 
Les Z feront comme les Y et les X avant eux: rien :o
 
c'est les BB qui ont construit ce pays (kik00 théo :o )
 
 [:pingolu:1]


---------------
///
n°4876335
franck_cw
Be water
Posté le 08-04-2016 à 16:54:22  profilanswer
 

Mucky Bear a écrit :


Le phénomène (nouveau?) de vouloir donner du sens à son travail et de rechercher l'épanouissement je le constate dans mon entourage de potes (ingés ou pas, mais très majoritairement diplomés).


 
C'est ce que je constate aussi.
 

Mucky Bear a écrit :

En revanche les motivations n'ont rien à voir avec une évolution de l'économie, subie ou pas, ressentie ou pas.
 
Oh, et avec du recul presque tous ceux qui se sont lancés dans le "je claque tout / je crée ma boite / je vais voyager un peu" sont tous revenus au CDI-temps plein en fait, mais je ne dispose peut-être pas d'un échantillon significatif :o


 
Je pense vraiment que les motivations sont liées à l'évolution de la société, qui elle même a fait évoluer l'économie de manière naturelle. Le statut d'auto-entrepreneur a changé bcp de choses et avec les changement récents sur ce statut il y en aura encore plus.
Il y a bien une motivation à créer et faire ce que l'on souhaite qui n'existait pas avant. Il est tellement facile de se lancer dans une boite avec internet qu'il y a évidemment beaucoup de déchets : la super exécution de la super idée n'est pas donnée à tous !  
Le créneau c'est créer sa boite, mais dans une plus grande proportion c'est devenir indep. La grosse boite qui fait 70% de bénéfices sur ton dos ça fait réagir.
Et puis je crois que les nouvelles générations sont prêtes à tester leurs idées et les mettre en oeuvre avec beaucoup moins de peur que celles d'avant.  
Elles veulent ce changement qui vous fait peur, elles veulent renverser ce qui existe. Dans l'idée au moins :D
 

fugacef a écrit :

Vous êtes clairement déconnectés :o  
C'est pas parce que les jeunes ils vivent en coloc et enchainent les contrats courts que ça leur plait. Au contraire, ce sont eux qui veulent leur PTZ et manifestent contre la loi travail pour obtenir eux aussi leur CDI :(


 
Je crois qu'ils manifestent contre la précarité. Tu crois que ça fait rêver un jeune de se dire "je vais rester 50 ans dans la même boite" ?  
Le CDI n'est qu'illusion, une boite quand elle veut te virer, elle le fait. Donc en fait en étant en CDI tu as tous les désavantages : moins payé et pas de sécurité de l'emploi.
Ce qui prend du temps c'est le changement des institutions : comment acheter sans CDI ? Mais cela change déjà et va aller dans le bon sens avec le nombre d'indep toujours plus grand.
 
 

santepub a écrit :


Le gain pour les non-diplômés est selon moi  un mirage car ces gens n'ont pas souvent ni les compétences nécessaires ni le capital social pour pouvoir évoluer en terme de postes et qualifications malheureusement. Se former seul sur le papier c'est joli, force est de constater que le diplôme reste le seul graal actuellement notamment pour le monde du travail. Le diplôme reste le point d'ancrage dans 99 % des cas pour la détermination du statut professionnel (bac +5 et le statut de cadre par exemple).  
..
Je serai d'accord avec ce constat si la méritocratie sociale existait vraiment mais au vu du poids de la représentation des CSP ++ dans les meilleures écoles et de l'influence du réseau ce n'est pas prêt d'arriver.
 
Enfin, pour moi le CDI est un rêve de tout jeune diplômé qui souhaite construire quelque chose sur le long terme avec une frilosité extrême des banques à prêter et encore plus si je possèdes un statut précaire non fixe. Le savoir faire est également essentiel mais les métiers manuels ne sont ni valorisés ni payés à leur juste valeur en France. Ces métiers n'ont pas une bonne image auprès de la population comme femme de ménage ou éboueur par exemple.


 
Pas d'accord :) !
Les diplômes et les écoles vont se faire manger par des valorisations de compétences. Ce qui compte c'est ce que tu sais faire ! Il faudra un peu de temps pour que cela change d'un point de vue global.
J'ai déjà des exemples d'indep bossant dans des grandes banques sans diplômes mais avec des certifications d'excellence. Ces gens là ont tout compris avant les autres, ils ont pris un risque avant-gardiste et aujourd'hui c'est eux qui sont récompensés ($$$).
On y arrive à la méritocratie. Ca aura pris du temps mais ça arrive. Le système va s'adapter et les savoir-faire vont en bénéficier.
 

thun_on_the_r a écrit :

les branleurs de 15/20 piges qui rêvent de devenir indep' entre 2 likes déchantent assez rapidement a la première simu du fist anal que te colle le RSI en tant que "patron" :o
 
Les Z feront comme les Y et les X avant eux: rien :o
 
c'est les BB qui ont construit ce pays (kik00 théo :o )
 
 [:pingolu:1]


 
Attention aux Z ! C'est tout ce que je dis  :D

n°4876460
sherlock b​ougres
Posté le 09-04-2016 à 10:08:12  profilanswer
 

Tu parles de quelles certifications d'excellence ? Juste pour ma culture perso :o

 

Mon retour dans le domaine de l'it est que le diplôme n'a de l'importance qu'au début, et encore c'est marginal... Ensuite ce sont les compétences et les opportunités qui font le chemin.

Message cité 2 fois
Message édité par sherlock bougres le 09-04-2016 à 10:08:26

---------------
aille demande qu'à vous croire, beut canne iou prouve it ?
n°4876463
Mucky Bear
Shot with...
Posté le 09-04-2016 à 11:02:52  profilanswer
 

sherlock bougres a écrit :

Tu parles de quelles certifications d'excellence ? Juste pour ma culture perso :o

 

Mon retour dans le domaine de l'it est que le diplôme n'a de l'importance qu'au début, et encore c'est marginal... Ensuite ce sont les compétences et les opportunités qui font le chemin.

 

En même temps si le diplôme fait gagner 10 ou 15 ans sur une carrière...

n°4876994
franck_cw
Be water
Posté le 11-04-2016 à 17:01:07  profilanswer
 

sherlock bougres a écrit :

Tu parles de quelles certifications d'excellence ? Juste pour ma culture perso :o
 
Mon retour dans le domaine de l'it est que le diplôme n'a de l'importance qu'au début, et encore c'est marginal... Ensuite ce sont les compétences et les opportunités qui font le chemin.


 
CCIE JNCIE.
 
Je suis d'accord qu'en France le diplôme a de l'importance au début. Après un mec qui a des projets en marge et qui commence pendant ses études a plusieurs trains d'avance, peu importe le diplôme du moment qu'il peut le montrer.

n°4877119
santepub
la santé pub' vous salue
Posté le 12-04-2016 à 00:12:24  profilanswer
 

franck_cw a écrit :


 
CCIE JNCIE.
 
Je suis d'accord qu'en France le diplôme a de l'importance au début. Après un mec qui a des projets en marge et qui commence pendant ses études a plusieurs trains d'avance, peu importe le diplôme du moment qu'il peut le montrer.


 
Les projets seront pour une infime minorité qui aura les facultés d'adapter les projets pour la réalité de marché; C'est une perspective très intéressante cependant force est de constater avec un brin de cynisme que les salariés en bas de la hiérarchie n'auront pas les capacités de s'adapter et le jour où le code du travail et les règles associés sont libéralisées j'estime que la casse sociale fera très mal. Comment vouloir sécuriser les parcours professionnels pour les personnes sans diplômes exerçant des métiers répétitifs et n'exigeant pas de compétence spécifiques avec un travail indépendant?
 
Prenons l'exemple d'Uber. Ces indépendants reversent 20% de charges à la société, ne cotise ni pour le chômage ni pour la retraite. devenir indépendant c'est noble mais une majorité de ces salariés se tournent vers ce type de travail car il faut tout simplement payer les factures et les crédits à la consommation. Travailler en spin-off, indépendants, c'est formidable mais quid de la protection de ses nouveaux travailleurs face à des événements imprévisibles de la vie (maladie, grossesse, dépression, suicide ...) Voulons nous encore un système par répartition des retraites avec des caisses de retraites déficitaires de 4,4 milliards qui faut renflouer ou s'orienter sur un modèle anglais avec des contrats zéros et une retraite par capitalisation? Je ne suis pas opposé à voir de nouveaux types de travail mais quels seront les contreparties concrètes? Quels gains, quels pertes?  
 
Modifier la structure du travail est peut être nécessaire mais il faut tenir compte des réalités différentes pour un SMICARD ou un cadre et mettre sur la table les réalités de décès prématurés chez les ouvriers, des handicaps plus lourds et plus contraignants comparé à des salariés cadres.  
 
Tant que les gouvernements et les patrons visent une division des salariés pour mieux régner il sera difficile pour moi de faire avancer le monde du travail et il continuera à y avoir ce que je qualifies ''je défends mon bout de gras'' ( grogne des agriculteurs qui obtiennent des milliards, les taxis qui gueulent et qui obtiennent ou encore la mobilisation des professions réglementées) . Ce constat me fait dire que rien dans la structuration de la société française n'est porteur pour une amélioration des conditions de travail et de rémunération

n°4918050
helloyes
Posté le 03-09-2016 à 17:54:17  profilanswer
 

thun_on_the_r a écrit :

les branleurs de 15/20 piges qui rêvent de devenir indep' entre 2 likes déchantent assez rapidement a la première simu du fist anal que te colle le RSI en tant que "patron" :o
 
Les Z feront comme les Y et les X avant eux: rien :o
 
c'est les BB qui ont construit ce pays (kik00 théo :o )
 
 [:pingolu:1]


Lol c tellement ca, c'est pas en 2 génération que les gênes de nos descendants se sont métamorphosés et que la procrastination et la paresse ne s'exprime plus chez la generation Z.  
 

n°4918059
Voxinat
Posté le 03-09-2016 à 18:43:06  profilanswer
 

On parle des jeunes de toutes les générations comme des changeurs de pensée. Mais comme tous les autres ils traineront leur cul au travail et supplieront leur patron de les laisser faire des heures supp' pour pouvoir payer le futur abonnement facebook


---------------
Roses are red, Violets are blue, I'm using my hand, But thinking 'bout you.
n°4918060
Trollan
Posté le 03-09-2016 à 18:47:02  profilanswer
 

helloyes a écrit :


Lol c tellement ca, c'est pas en 2 génération que les gênes de nos descendants se sont métamorphosés et que la procrastination et la paresse ne s'exprime plus chez la generation Z.  
 


 

Voxinat a écrit :

On parle des jeunes de toutes les générations comme des changeurs de pensée. Mais comme tous les autres ils traineront leur cul au travail et supplieront leur patron de les laisser faire des heures supp' pour pouvoir payer le futur abonnement facebook


 
  [:s@heb:2]

n°4918909
Trunkvlans
Posté le 07-09-2016 à 16:39:24  profilanswer
 

C'est pas plutôt la génération A qui changera le monde vu qu'ils sont en début de l'alphabet, les Z plutôt suiveurs non ?  [:ajeell:4]

n°4932441
Atten
Bored
Posté le 08-11-2016 à 10:40:39  profilanswer
 

franck_cw a écrit :


 
CCIE JNCIE.
 
Je suis d'accord qu'en France le diplôme a de l'importance au début. Après un mec qui a des projets en marge et qui commence pendant ses études a plusieurs trains d'avance, peu importe le diplôme du moment qu'il peut le montrer.


 
Vite fait hein, outre le diplôme sortir d'une école rang A permet d'avoir le "réseau" qui te permettra d'avancer professionnellement.  
Alors qu'en sortant d'école rang C t'as carrément pas de réseau... (comme chez Free)

n°4932551
pancakesnu​tella_
Posté le 08-11-2016 à 17:09:54  profilanswer
 

sayen a écrit :

Le monde du travail changera quand il y aura moins de taxes et d'impôts en France qui font qu'un jeune aujourd'hui a plus envie de se planquer dans la fonction publique ou une grosse boite que de trimer comme une brute en indépendant et se faire assassiner par l'URSAFF, la DGFIP et la ville de domiciliation.  
Légitime.


 
T'as oublié le RSI! #lastbutnotleast

n°4932553
pancakesnu​tella_
Posté le 08-11-2016 à 17:22:35  profilanswer
 

Atten a écrit :


 
Vite fait hein, outre le diplôme sortir d'une école rang A permet d'avoir le "réseau" qui te permettra d'avancer professionnellement.  
Alors qu'en sortant d'école rang C t'as carrément pas de réseau... (comme chez Free)


 
Faut arrêter avec cette classification d'écoles, cette sur-importance donnée au diplôme en France est exaspérante, encore plus quand, comme moi tu vis à l'étranger et que tu te rends compte qu'à part l'INSEAD et allez, peut-être HEC, personne ne connait rien ( même Polytechnique est obscur). Y a que 2 choses qui priment c'est les compétences et l'expérience. La formation peut être reconnue dans certains secteurs, mais ca s'arrête là. Le reste c'est de l'autobranlette pour les consanguins jeunes diplômés qui sont tous formatés pareils. Ca s'atténue avec le temps passé et en vadrouillant. Si c'est pas déjà fait, barrez-vous et vous ferez le même constat que moi.  
Je ne nie pas qu'un réseau est hyper important et accélère bien des choses, mais faut pas oublier non plus qu'un bon réseau dépend plus de ta personnalité que du nom de ton diplôme. Voilà, c'était mon petit coup de gueule.

Message cité 1 fois
Message édité par pancakesnutella_ le 08-11-2016 à 17:25:22
n°4932554
Loulilol59
Éternel admissible
Posté le 08-11-2016 à 17:26:59  profilanswer
 

pancakesnutella_ a écrit :

 

Faut arrêter avec cette classification d'écoles, cette sur-importance donnée au diplôme en France est exaspérante, encore plus quand, comme moi tu vis à l'étranger et que tu te rends compte qu'à part l'INSEAD et allez, peut-être HEC, personne ne connait rien ( même Polytechnique est obscur). Y a que 2 choses qui priment c'est les compétences et l'expérience. La formation peut être reconnue dans certains secteurs, mais ca s'arrête là. Le reste c'est de l'autobranlette pour les consanguins jeunes diplômés qui sont tous formatés pareils. Ca s'atténue avec le temps passé et en vadrouillant. Si c'est pas déjà fait, barrez-vous et vous ferez le même constat que moi.
Je ne nie pas qu'un réseau est hyper important et accélère bien des choses, mais faut pas oublier non plus qu'un bon réseau dépend plus de ta personnalité que du nom de ton diplôme. Voilà, c'était mon petit coup de gueule.


Pas convaincu à 100%...

Message cité 1 fois
Message édité par Loulilol59 le 08-11-2016 à 17:31:28
n°4932555
pancakesnu​tella_
Posté le 08-11-2016 à 17:41:44  profilanswer
 

Loulilol59 a écrit :


Pas convaincu à 100%...


 
J'ai pas dit que c'était pas dur à avaler. C'est juste mon constat.  
PS: j'en suis à mon 3ème pays étranger.

Message cité 1 fois
Message édité par pancakesnutella_ le 08-11-2016 à 17:41:59
n°4932556
fugacef
Posté le 08-11-2016 à 17:44:22  profilanswer
 

La plupart ont leur hiérarchie des diplômes. C'est juste qu'avec ton diplôme français ben t'es à égalité avec n'importe quel diplômé français (hors secteurs et écoles particulières)

n°4932557
Loulilol59
Éternel admissible
Posté le 08-11-2016 à 17:46:12  profilanswer
 

pancakesnutella_ a écrit :

 

J'ai pas dit que c'était pas dur à avaler. C'est juste mon constat.
PS: j'en suis à mon 3ème pays étranger.


Même à l'étranger, je pense quand même qu'HEC/X sur ton CV t'aidera à trouver du tafe et qu'un ESC Tours ne sera pas à égalité face à un ESCP/Centrale Paris pour aller chercher un job dans une grosse boite à l'étranger. (au hasard, puissance du réseau)
Je dis pas que c'est bien ou pas.


Message édité par Loulilol59 le 08-11-2016 à 17:46:46
n°4932565
pancakesnu​tella_
Posté le 08-11-2016 à 18:19:18  profilanswer
 

Moi aussi je le pensais. Mais ça c'était avant. Après, j'ai vu.

n°4932567
Loulilol59
Éternel admissible
Posté le 08-11-2016 à 18:24:54  profilanswer
 

pancakesnutella_ a écrit :

Moi aussi je le pensais. Mais ça c'était avant. Après, j'ai vu.


Précise un peu les pays et les boites au lieu de faire du teasing.
Perso' quand je compare les jobs à l'étranger de mes camarades de mon école actuelle vs. les postes à l'étranger qu'obtiennent mes anciens collègues de fac (pourtant axée sur les langues étrangères), c'est le jour et la nuit.


Message édité par Loulilol59 le 08-11-2016 à 18:39:58
n°4932700
Croustiboe​uf
Posté le 09-11-2016 à 00:33:23  profilanswer
 

De mon point de vue de non-élite, encore en plein dans les études et de fin de génération Y, en réunissant un peu l'avis de toutes mes connaissances, je dirais que le problème du mode de travail actuel c'est par rapport aux libertés : avoir un CDI c'est comme aller en prison.
 
D'abord, il y a une notable disparition des passions, je croise de plus en plus rarement des jeunes qui sont passionnés, en général ils s'intéressent un peu à tout et surtout à rien. En plus de ça, on est une génération gâtée. On est impatients, abrutis par l'IT et l'hyper-communication, moins concentrés et sujets de plus en plus à la procrastination. Et puis on est aussi moins matérialistes : beaucoup considèrent les expériences personnelles comme plus importantes que les biens matériels. Faire un tour du monde ou avoir un bon groupe d'ami est plus séduisant qu'acheter une Porsche ou une maison.
 
Contrairement aux générations précédentes, on a peu de projets à long terme. Il y a moins de couples qui durent, donc moins de projets de vie familiale épanouie par exemple. Le cliché du pavillon du Scenic et du labrador n'est plus du tout applicable.
 
Du coup, ce qui fait peur aux jeunes, c'est la routine, c'est les 35h avec "seulement" 5 semaines de congés payés. C'est de faire 40 ans dans la même boîte à faire le même boulot au même endroit et avec les mêmes gens. Parce qu'il n'y a plus non plus les mêmes objectifs de vie.
 
En même temps ça se comprend ce point de vue, le système éducatif français est extrêmement mal foutu. On a perdu le plaisir d'apprendre et de travailler. En France on cherche à valider nos années en en foutant le moins possible, étant donné que l'école obligatoire en fait de base un fardeau pour la plupart, que le bac est plus facile qu'un sudoku et que dans les études supérieures avoir 10 ou 20 de moyenne ne change rien au diplôme qu'on a à la fin. En somme, prépa mise à part, c'est presque que du présenciel dénué d'intérêt. Et clairement le post-bac est plus représenté par le nombre de matchs tinder ou de cuites que par les connaissances accumulées pour l'immense majorité.  
 
Alors forcément à la sortie on est pas prêt à rentrer dans un CDI qui nous impose de faire de la présence, qui intéresse rarement et avec des perspectives d'évolution dérisoires à base de 2% par an. Les jeunes veulent être libres, libres de travailler quand ils veulent, dans le domaine qu'ils veulent, et aux horaires qu'ils veulent. Et là y a une rupture avec le monde réel.
 
Clairement on est complètement à côté de la plaque. Mais ça explique le nombre de burn-out, bore-out et autres qu'on rencontre de plus en plus aujourd'hui.
Globalement on cherche avant tout un enrichissement personnel, un épanouissement dans le travail qui est en réalité extrêmement dur à trouver.
Certains se tournent vers l'entreprenariat pour trouver de plus de stimulation, d'autres vers le freelance pour avoir plus de liberté. Parce que toutes ces choses là on les trouve difficilement dans le système actuel.
 
Alors oui je pense qu'il va obligatoirement y avoir des mutations dans le travail avec les générations qui arrivent.
De toute façon il suffit de regarder comment on passe 50% de notre temps sur notre portable ou à surfer sur le net pendant les heures de boulot pour voir qu'il y a quelque chose qu'il va falloir commencer à prendre en compte.


---------------
Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... Mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. - AE
n°4932759
Scendeio
Posté le 09-11-2016 à 09:14:55  profilanswer
 

[:ill nino]


Message édité par Scendeio le 09-11-2016 à 09:22:45
n°4932810
dante2002
HEUUU NOOOOOOOOON
Posté le 09-11-2016 à 11:54:47  profilanswer
 

Croustiboeuf a écrit :

De mon point de vue de non-élite, encore en plein dans les études et de fin de génération Y, en réunissant un peu l'avis de toutes mes connaissances, je dirais que le problème du mode de travail actuel c'est par rapport aux libertés : avoir un CDI c'est comme aller en prison.
 
D'abord, il y a une notable disparition des passions, je croise de plus en plus rarement des jeunes qui sont passionnés, en général ils s'intéressent un peu à tout et surtout à rien. En plus de ça, on est une génération gâtée. On est impatients, abrutis par l'IT et l'hyper-communication, moins concentrés et sujets de plus en plus à la procrastination. Et puis on est aussi moins matérialistes : beaucoup considèrent les expériences personnelles comme plus importantes que les biens matériels. Faire un tour du monde ou avoir un bon groupe d'ami est plus séduisant qu'acheter une Porsche ou une maison.
 
Contrairement aux générations précédentes, on a peu de projets à long terme. Il y a moins de couples qui durent, donc moins de projets de vie familiale épanouie par exemple. Le cliché du pavillon du Scenic et du labrador n'est plus du tout applicable.
 
Du coup, ce qui fait peur aux jeunes, c'est la routine, c'est les 35h avec "seulement" 5 semaines de congés payés. C'est de faire 40 ans dans la même boîte à faire le même boulot au même endroit et avec les mêmes gens. Parce qu'il n'y a plus non plus les mêmes objectifs de vie.
 
En même temps ça se comprend ce point de vue, le système éducatif français est extrêmement mal foutu. On a perdu le plaisir d'apprendre et de travailler. En France on cherche à valider nos années en en foutant le moins possible, étant donné que l'école obligatoire en fait de base un fardeau pour la plupart, que le bac est plus facile qu'un sudoku et que dans les études supérieures avoir 10 ou 20 de moyenne ne change rien au diplôme qu'on a à la fin. En somme, prépa mise à part, c'est presque que du présenciel dénué d'intérêt. Et clairement le post-bac est plus représenté par le nombre de matchs tinder ou de cuites que par les connaissances accumulées pour l'immense majorité.  
 
Alors forcément à la sortie on est pas prêt à rentrer dans un CDI qui nous impose de faire de la présence, qui intéresse rarement et avec des perspectives d'évolution dérisoires à base de 2% par an. Les jeunes veulent être libres, libres de travailler quand ils veulent, dans le domaine qu'ils veulent, et aux horaires qu'ils veulent. Et là y a une rupture avec le monde réel.
 
Clairement on est complètement à côté de la plaque. Mais ça explique le nombre de burn-out, bore-out et autres qu'on rencontre de plus en plus aujourd'hui.
Globalement on cherche avant tout un enrichissement personnel, un épanouissement dans le travail qui est en réalité extrêmement dur à trouver.
Certains se tournent vers l'entreprenariat pour trouver de plus de stimulation, d'autres vers le freelance pour avoir plus de liberté. Parce que toutes ces choses là on les trouve difficilement dans le système actuel.
 
Alors oui je pense qu'il va obligatoirement y avoir des mutations dans le travail avec les générations qui arrivent.
De toute façon il suffit de regarder comment on passe 50% de notre temps sur notre portable ou à surfer sur le net pendant les heures de boulot pour voir qu'il y a quelque chose qu'il va falloir commencer à prendre en compte.


 
Je trouve que pour un jeune tu as un point de vue très mature.


---------------
Parce que le vote pour Emmanuel Macron n'est pas un vote de conviction mais une nécessité démocratique
n°4932867
okena
Posté le 09-11-2016 à 15:43:45  profilanswer
 

Les différentes charges/cotisation qui pèsent sur le salarié et l'entreprise (retraite, assurance maladie, etc ...), ne sont elle pas une forme d'épargne que l'état nous force à faire ? Où est le réel avantage là dedans ?

n°4989970
latoucheF7​duclavier
#teamjemetsmoncligno
Posté le 17-05-2017 à 16:19:19  profilanswer
 

santepub a écrit :

Pour moi cette modification du monde du travail est un réel danger. S'épanouir au travail c'est une belle vision des choses mais force est de constater que de nombreux salariés vont au boulot pour payer les factures et les études des enfants. Je fais partie de cette génération Y et je suis très inquiet sur les modifications structurelles du travail. La liberté, le freelance ça parait joli sur le papier mais ce sont des situations fragiles. Cette modification est intéressante pour des personnes qui font des études comme beaucoup de monde sur HFR mais pour Dominique ou Rachid qui ne fera pas d'études le virage libéral qui s'impulse en France risque de provoquer de grands dégâts humains, sociaux et renforcera les inégalités entre les personnes diplômées ou non. Enfin, savoir qu'un ouvrier homme meurt en moyenne 6 an avant un cadre doit questionner notre société sur ce que nous voulons construire pour les générations futures.
 
Globalement je suis très méfiant sur les nouvelles formes de travail et de management que l'on me vante (lean management, entreprise libérée et compagnie)


Bah c'est normal qu'il y ait des inégalités en fonction du fait d'avoir un diplome ou non, n'est-ce pas?

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 


Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Emploi & Etudes
  Marché de l'emploi

  Generation Z - Celle qui va transformer le monde du travail ?

 

Sujets relatifs
Demande de documents après la rupture d'un contrat de travailHoraires au travail
Etude en psychologie du travailEnquête sur Bitcoin (travail de recherche)
Un 2nd travail chez soi, comment bien trouver?Y a-t-il des gens en sous charge de travail ?
Idées : Améliorer qualité de vie au travail /ÉpanouissementQuel est la situation du marché pour les psychologues dans le monde?
Méthodologie du travail universitaire(VS prépa?) Liste des meilleurs apps pour chercher du travail
Plus de sujets relatifs à : Generation Z - Celle qui va transformer le monde du travail ?



Copyright © 1997-2016 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR