Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide | Shop Recherche
845 connectés 

 


 Mot :   Pseudo :  
 
 Page :   1  2  3  4  5  6
Page Suivante
Auteur Sujet :

Ecole d'ingenieur Post-Bac, ça vaut quoi ?

n°4041547
Hikaruuu
Dura lex sed lex
Posté le 04-10-2012 à 20:59:17  profilanswer
 

Reprise du message précédent :

Dercley Smith a écrit :

NB : j’avais dis que je ne posterai plus, mais finalement j’en ai bien envie ^^
NB : je suis nul en orthographe, au cas où le justicier de l’orthographe serait dans le coin.
 
 
Je pense que ce débat d’idée n’avance pas à cause de personne comme triass… plus fermé d’esprit je ne trouve point, tu ferais un très bon dictateur !  
Tu es un fervent défenseur de la méritocratie mais tu ne comprends pas que tout le monde ne peut pas survivre dans ce système d’organisation. Et ce pour plusieurs raisons, non pas parce qu’ils sont moins bons ou qu’ils n’ont pas assez travaillé mais plutôt parce qu’ils ne sont pas fait pour sa !  
Quand on te pose la question : « Pour être bref, le mec qui sort d'un Bac mention Bien et qui intègre une école privée à la suite de ses concours en spé est un idiot qui choisi la facilité? »
Tu réponds : «  il peut faire 5/2 . »
C’est juste ridicule…
 
Je pense avoir vite fait comprit la question à laquelle tu voulais avoir réponse : qu'est ce que le privé offre de plus que le public n’offre ?
Eh bien, il offre justement la possibilité aux personnes qui n’ont tout simplement pas envie de suivre un chemin prédéfini (par ex, pour avoir une école d’ingé public du groupe A, prépas + concours sélectif et éventuellement 5/2 ...) de trouver une formation et d’intégrer directement une école (réseau etc..) qui répond parfaitement à leur attente et dans laquelle ils s’épanouiront totalement !  
Et ce, sans ce faire un Koh Lanta de l’orientation ( M2, concours, ast etc… je bosse en tant qu’ingénieur mais j’ai pas le statut d’ingénieur donc pas la paye qui va avec…)
 
Ce qu’il faut que tu comprennes, c’est que beaucoup réussissent en école privée parce que sa correspond exactement à ce qu’ils voulaient.
Maintenant, je pense aussi que beaucoup y vont parce qu’ils n’ont pas eu d’autres choix ou ont raté leur concours.
 
Mais par pitié, arrête de nous saouler avec ta propagande de la méritocratie… j’ai fais un petit Iut génie mécanique et j’ai finis au Art, contrairement au mandarin de Ptsi/Mpsi/Pcsi… ah mais oui, mon exemple n’est pas valable, je dois être un cas isolé…pfff  


 
Je dois avouer que triass a bien raison sur le fait que vous ne savez pas lire ... J'ai l'impression de lire des journalistes à 2 frcs qui prennent un seul élément en dehors du contexte. Il n'a jamais dit qu'il était obligatoire de faire 5/2. Il a par ailleurs loué les capacités d'orientation et de réorientation que propose le système publique. D'ailleurs, bravo pour l'argument que le privé offre un chemin alternatif au publique (c'est un avantage ça?). Si par malheur le gus qui s'est trompé d'orientation a envie de changer d'école ou de formation, et bien il est bien bais*. Aucune équivalence, si ce n'est ceux qui proposent des équivalences en s'associant à des facs style ESIEE ou EFREI (cimer le système publique)

mood
Publicité
Posté le 04-10-2012 à 20:59:17  profilanswer
 

n°4041608
MrBlacksto​ne
Posté le 04-10-2012 à 22:01:56  profilanswer
 

grokiKK a écrit :


 
un système pour le moins inégalitaire au possible et elitiste.
 

Citation :

La France est l’un des rares pays de l’OCDE où les études supérieures restent quasiment gratuites. Un système coûteux pour l'Etat qui profite en fait à une minorité choyée.


 

Citation :

"La particularité de la France est de mettre le paquet sur ses élites", s’insurge la sociologue et professeur à Sciences-Po Marie Duru-Bellat, qui estime "qu’un étudiant de Polytechnique coûte en réalité quinze fois plus cher au système qu’un jeune inscrit en fac de lettres"


 
http://www.challenges.fr/economie/ [...] rance.html
 
http://www.challenges.fr/galeries- [...] ement.html


 
 
Ce genre de raisonnements et de réflexions c'est quand même assez pitoyable. Mais bon, allons-y, faisons les calculs, puisque ça a l'air d'être d'être le petit jeu de certains, qui coûte le plus cher à l'Etat ?
 
Prenons une fenêtre un peu plus large que les études...
 
Entre le gars qui a fait ses deux ans de classes prépas, qui ensuite intrègre l'X, et qui trouve un bon job et fait carrière, gagne un beau salaire et paye des supers impôts, participe et apporte son intelligence à la vie économique du pays, et le deuxième, qui va en fac de lettres ou psycho sans être particulièrement doué dans le domaine, mais qui y va parce qu'il paraît que c'est tranquille, qui finalement redouble quelques fois, galère, et se retrouve plus ou moins sans emplois à la sortie, et ainsi après avoir passé pas mal de temps à la fac, ne payera jamais beaucoup d'impôts, et pourrait même demander certaines allocations.
 
On repose la question : sur le long terme, qui coûte le plus cher à l'Etat ?!
 
Franchement, si on commence à rentrer dans ce genre de logique (qui coûte le plus cher à la société ?), il y en a un paquet qui ferait bien de se cacher! Et ils sont plutôt à aller chercher sur les bancs de la fac que dans les écoles d'ingénieur.  
 
 
Donc il ne vaudrait mieux pas rentrer dans ce genre de logique, car si on se met vraiment à faire les calculs, pas sûr qu'on obtienne des résultats qui arrangent tout le monde.


Message édité par MrBlackstone le 04-10-2012 à 22:04:02
n°4041611
triass
Posté le 04-10-2012 à 22:07:19  profilanswer
 

Dercley Smith a écrit :

NB : j’avais dis que je ne posterai plus, mais finalement j’en ai bien envie ^^
NB : je suis nul en orthographe, au cas où le justicier de l’orthographe serait dans le coin.
 
 
Je pense que ce débat d’idée n’avance pas à cause de personne comme triass… plus fermé d’esprit je ne trouve point, tu ferais un très bon dictateur !  
Tu es un fervent défenseur de la méritocratie mais tu ne comprends pas que tout le monde ne peut pas survivre dans ce système d’organisation. Et ce pour plusieurs raisons, non pas parce qu’ils sont moins bons ou qu’ils n’ont pas assez travaillé mais plutôt parce qu’ils ne sont pas fait pour sa !  
Quand on te pose la question : « Pour être bref, le mec qui sort d'un Bac mention Bien et qui intègre une école privée à la suite de ses concours en spé est un idiot qui choisi la facilité? »
Tu réponds : «  il peut faire 5/2 . »
C’est juste ridicule…
 
Je pense avoir vite fait comprit la question à laquelle tu voulais avoir réponse : qu'est ce que le privé offre de plus que le public n’offre ?
Eh bien, il offre justement la possibilité aux personnes qui n’ont tout simplement pas envie de suivre un chemin prédéfini (par ex, pour avoir une école d’ingé public du groupe A, prépas + concours sélectif et éventuellement 5/2 ...) de trouver une formation et d’intégrer directement une école (réseau etc..) qui répond parfaitement à leur attente et dans laquelle ils s’épanouiront totalement !  
Et ce, sans ce faire un Koh Lanta de l’orientation ( M2, concours, ast etc… je bosse en tant qu’ingénieur mais j’ai pas le statut d’ingénieur donc pas la paye qui va avec…)
 
Ce qu’il faut que tu comprennes, c’est que beaucoup réussissent en école privée parce que sa correspond exactement à ce qu’ils voulaient.
Maintenant, je pense aussi que beaucoup y vont parce qu’ils n’ont pas eu d’autres choix ou ont raté leur concours.
 
Mais par pitié, arrête de nous saouler avec ta propagande de la méritocratie… j’ai fais un petit Iut génie mécanique et j’ai finis au Art, contrairement au mandarin de Ptsi/Mpsi/Pcsi… ah mais oui, mon exemple n’est pas valable, je dois être un cas isolé…pfff  


 
Concernant le parcours classique style prépa que tu m'as imaginé défendre. Le message où je listais tous les parcours proposés par l'enseignement publique (M2, AST, 5/2, etc ...), c'était pour montrer que dans le publique, tu peux faire absolument tout ce que tu veux: tu peux changer de voie, utiliser une voie de concours ou une voie par dossier, changer de filière en cours d'études, faire des formations complémentaires, absolument tout est possible. Ce n'est pas forcément le cas dans le privé, où quand tu commences à payer ton école, même si elle ne te plait pas trop, tu te sentiras forcé d'y rester pour ne pas avoir gaspillé ce que tu as déjà payé. Et quid de l'équivalence L3/M1 & cie.
C'est là la nuance entre lister tous les parcours possibles (ce que j'ai fait), et vouloir imposer une voie particulière (ce que les autres ont inventé) ou bien ? D'autant plus que je n'ai pas du tout insisté sur la 5/2, tu as cité ce que tu voulais (tu n'aurais pas du lire les mensonges des autres).
 
Je me bats contre tous ces publicitaires employés dans les administrations des écoles privées pour faire fructifier le business, à coup de plaquettes dorées en relief, de locaux tout de marbre et de dorures. Des milliers d'étudiants se font avoir chaque année.
Je répète, tout ce que je dis c'est que la première chose à dire à quelqu'un qui n'a pas de grands moyens financiers, qui veut faire ingénieur, c'est qu'il pourra toujours se tourner vers le public pour s'épanouir, car comme je l'ai montré plus haut toutes les formations du privées sont dans le publique, toutes. Donc ce n'est pas du tout pour une formation qui n'existe que dans le privé qu'il doit y aller. Et il faut lui dire qu'il n'est pas obligé de commencer sa carrière avec plusieurs dizaines de milliers d'euros en négatif sur son compte. J'ai vraiment l'impression que les étudiants du privé ne se rendent pas compte du montant astronomique de leurs frais de scolarité. On parle de 35000€ là ... c'est 3 ans de SMIC !
Non, contrairement à ce que les pro-privé essayent de propager (business is business), le privé n'est pas la seule voie pour quelqu'un qui soit n'a pas eu les concours, soit n'a pas envie de les passer. Tous les modes de sélection sont dans le public.
 
PS: j'hésitais à le dire au début - mais c'est plus marrant de garder la meilleur pour la fin - mais pour montrer à quel point je sais pertinemment que tu n'as pas du tout lu mes messages mais simplement l'interprétation et la manipulation faite par tes potes (tu t'es bien fait avoir sur ce coup), c'est que contrairement à ce que tu as dit dans ta dernière phrase, je ne suis pas le reflet du "faire prépa absolument sinon c'est de la merde", puisque je suis moi-même passé par un DUT avant d'intégrer mon école. [ :jap: FAIL mec]
Comme tous les autres, tu ne comprends toujours pas la différence entre élitisme et méritocratie:
- Faire un DUT, passer concours ou AST, et intégrer une école, c'est la méritocratie. Tu as prouvé ta valeur, tu as bossé, tu as été le meilleur, et tu as eu le poste. Et ce, quelle que soit ta classe sociale, ta couleur de peau, ton origine, c'est ça la méritocratie.
- Intégrer une école grâce au fric des parents, quand d'autres se démènent pour se former et prouver ce de quoi ils sont capables pour intégrer une école sans payer, c'est l'élitisme à l'attention exclusive des enfants de riches qui peuvent se payer l'école. De même, dire que seule la prépa est la voie à suivre et que tout le reste est de la merde, c'est être élitiste. Ce que je n'ai bien entendu pas dit puisqu'en école j'ai fini dans la première moitié de promo devant les autres prépas classiques. Mais personne n'a payé pour moi, je me suis battu pour ça.
- Dans l'autre sens, il faut reconnaître que ceux passés par des prépas classiques sont globalement meilleurs que les autres formations. Et pourtant je ne suis pas issu de cette voie, donc je ne défends pas mon clan, mais je sais reconnaître qu'il y a plus fort que moi, contrairement aux défenseurs du privé qui clament depuis 3 jours que ECE/EFREI/EISTI >>>>> Polytechnique/Centrales/Mines.  :pt1cable:  
 
Au final, à ne pas avoir voulu lire correctement, à t'être fait avoir par les manipulateurs du privé, tu t'es retrouvé à défendre le privé élitiste, contre TA propre voie méritocratique et publique. Tu t'es vraiment, vraiment fait avoir pour le coup. Bon ça te servira de leçon.
D'ailleurs j'en mets ma main à couper qu'ils vont encore hurler que je dis que le privé c'est de la merde, alors que nulle-part je ne parle de comparaison de niveau, mais bon je m'y habitue à force ^^
 
PPS: et je dis tout ça avec tout le calme du monde, avant d'être re-signalé aux modos. [:g43l]
 
Et si je défends autant le publique contre le privé, c'est justement parce que sans ce publique que je chéris tant, je n'aurais pas eu les moyens de faire des études.

n°4041614
triass
Posté le 04-10-2012 à 22:10:31  profilanswer
 

Ah et au fait celui qui coûte le plus cher à l'état, c'est - comme j'en ai déjà rencontré - des gens qui se tapent:
- 2 premières années de médecine
- 2 premières années de droit/éco dans 2 filières différentes
- retapent la licence
- finissent avec un master d'éco à 25-26 piges, et galèrent à trouver du travail avec un CV aussi chaotique (donc RSA, toussa ...)

 

(et c'est du réel)

 

Et ça marche aussi avec la psycho, l'histoire ... où énormément d'étudiants n'utiliseront finalement pas leur diplôme.

 

EDIT: ah Blackstone je n'avais même pas lu ton message sur les multi-redoublants en fac, je fais écho du coup ^^


Message édité par triass le 04-10-2012 à 22:16:28
n°4041618
MrBlacksto​ne
Posté le 04-10-2012 à 22:14:10  profilanswer
 

C'est évident que le système public est bien plus sain en terme de justice sociale, d'équité, et de méritocratie que le système privé ; et c'est d'ailleurs pour cela qu'il existe.
 
L'idée de base c'est quand même offrir les mêmes possibilités d'enseignement aux gens, qu'ils soient riches ou pauvres. C'est ça qui motive l'existence d'un système public, et il est bien entendu à défendre pour qui ne veut pas plonger dans une triste dérive à l'américaine.


Message édité par MrBlackstone le 04-10-2012 à 22:14:31
n°4041626
MrBlacksto​ne
Posté le 04-10-2012 à 22:23:17  profilanswer
 

Certains n'ont pas l'air de se rendre compte de ce que ça représente comme avancée sociale. C'est énorme dans la mesure où une bonne partie des inégalités de revenus naît des différences de formation.
 
Etre parvenu à faire en sorte qu'un panel très large de formation soit offert par le système public, ça revient à donner les mêmes moyens de formation à un pauvre qu'à un gosse de riche, toute chose égale par ailleurs.
 
Alors bien sûr, ça n'est pas offrir l'X à tout le monde. Ce qui n'est techniquement pas possible : par définition, une école qui a pour but de regrouper les meilleurs ne regroupera jamais tout le monde. La force d'une école comme l'X, la force de certaines formations, réside précisément dans le fait qu'elles ont pris les meilleurs. Par définition, ça ne sera jamais accessible au plus grand nombre.
 
Toutefois, c'est quand même une opportunité énorme que les meilleures formations soient gratuites! Ainsi on est certain que l'impossibilité de financer ses études ne sera pas une barrière pour les moins aisés. Comment ne pas voir le progrès social que ça représente ? Comment peut-on ne pas le défendre ?!  
 
Sous prétexte que finalement on y retrouve quand même des gosses de riches ? Précisément, le fait qu'on y retrouve quand même des gosses de riche doit nous amener à aller plus loin, à mener d'autres actions. Mais en aucun cas à vanter le système privé ou à enlever des mérites à la gratuité du système permise par son caractère public. Pour un républicain, c'est une aberration !

n°4041665
cyberad
Posté le 04-10-2012 à 22:58:54  profilanswer
 

Apprécier l'offre privée ne signifie pas dénigrer l'offre publique.  
L'offre publique est cependant insuffisante, parfois en termes de formation, parfois en termes d'effectifs. L'offre privée peut-être complémentaire ou parfois concurrentielle. Cette constatation ne s'applique d'ailleurs pas qu'aux écoles d'ingénieurs, ne me dites pas que les IAE offrent une alternative crédible aux grandes écoles de commerce.  
Que l'Etat français offre la possibilité de faire des études à moindre coût, c'est évidemment un progrès sur lequel il ne faut pas revenir (mon père a pu faire des études car l'ENS le payait). Cependant, vous vous n'êtes jamais posé la question sur les motivations des CCI de créer des écoles privées consulaires ? Allez-donc proposer à l'UFR de Sciences du coin de mettre en place un programme d'ingénierie de pointe à l'horizon 2 ans, ça sera dans une grande majorité de cas impossible. De plus, l'Université est gangrénée (et je pèse mes mots) de professeurs fuyant le privé comme la peste et refusant de facto toute opportunité de financement/partenariat/projets.  
Alors heureusement, il y a des formations publiques (autres qu'ingé) qui marchent bien et je pense directement à l'IUT dont je suis issu et où on m'a dispensé une formation de qualité avec des opportunités industrielles très intéressantes. Seulement, continuer en IUP ou en licence EEA ? non merci, vraiment.  
Si la formation publique était si parfaite dans son ensemble, ces écoles parfois centenaires n'existeraient plus depuis longtemps.

n°4041882
Profil sup​primé
Posté le 05-10-2012 à 10:04:01  answer
 

Je me retires du débat en fin de compte. L'essentiel est que des avis équilibrés et raisonnés ait été représentés au début de ce fil. Ça évite la surreprésentation de la pensée HFR que beaucoup ici tente d'imposer - plus ou moins implicitement - en la faisant passer pour une généralité alors qu'il n'en est rien.
 
J'ai continué à parcourir les nouveaux messages sans trouver plus de temps pour répondre. J'en ai conclu que c'est un débat de sourd et que même écrire un pavé de 8 paragraphes ne servirait à rien. Ce message résume bien ce que les premiers intervenants ont tenté de faire entendre :
 
 
 

Dercley Smith a écrit :

NB : j’avais dis que je ne posterai plus, mais finalement j’en ai bien envie ^^
NB : je suis nul en orthographe, au cas où le justicier de l’orthographe serait dans le coin.
 
 
Je pense que ce débat d’idée n’avance pas à cause de personne comme triass… plus fermé d’esprit je ne trouve point, tu ferais un très bon dictateur !  
Tu es un fervent défenseur de la méritocratie mais tu ne comprends pas que tout le monde ne peut pas survivre dans ce système d’organisation. Et ce pour plusieurs raisons, non pas parce qu’ils sont moins bons ou qu’ils n’ont pas assez travaillé mais plutôt parce qu’ils ne sont pas fait pour sa !  
Quand on te pose la question : « Pour être bref, le mec qui sort d'un Bac mention Bien et qui intègre une école privée à la suite de ses concours en spé est un idiot qui choisi la facilité? »
Tu réponds : «  il peut faire 5/2 . »
C’est juste ridicule…
 
Je pense avoir vite fait comprit la question à laquelle tu voulais avoir réponse : qu'est ce que le privé offre de plus que le public n’offre ?
Eh bien, il offre justement la possibilité aux personnes qui n’ont tout simplement pas envie de suivre un chemin prédéfini (par ex, pour avoir une école d’ingé public du groupe A, prépas + concours sélectif et éventuellement 5/2 ...) de trouver une formation et d’intégrer directement une école (réseau etc..) qui répond parfaitement à leur attente et dans laquelle ils s’épanouiront totalement !  
Et ce, sans ce faire un Koh Lanta de l’orientation ( M2, concours, ast etc… je bosse en tant qu’ingénieur mais j’ai pas le statut d’ingénieur donc pas la paye qui va avec…)
 
Ce qu’il faut que tu comprennes, c’est que beaucoup réussissent en école privée parce que sa correspond exactement à ce qu’ils voulaient.
Maintenant, je pense aussi que beaucoup y vont parce qu’ils n’ont pas eu d’autres choix ou ont raté leur concours.
 
Mais par pitié, arrête de nous saouler avec ta propagande de la méritocratie… j’ai fais un petit Iut génie mécanique et j’ai finis au Art, contrairement au mandarin de Ptsi/Mpsi/Pcsi… ah mais oui, mon exemple n’est pas valable, je dois être un cas isolé…pfff  


 
A la différence près que nous disions aussi qu'en plus de permettre à des gens de s'épanouir, les bonnes PB - même privées - ont elles aussi un mérite certains sur le plan de l'ascenseur social et des atouts académiques souvent équivalents au public - parfois supérieurs - qu'il est étrange de minimiser. Je cite un deuxième message qui illustre à mon sens pourquoi ce débat est un débat de sourd:
 

Hikaruuu a écrit :


Je dois avouer que triass a bien raison sur le fait que vous ne savez pas lire ... J'ai l'impression de lire des journalistes à 2 frcs qui prennent un seul élément en dehors du contexte. Il n'a jamais dit qu'il était obligatoire de faire 5/2. Il a par ailleurs loué les capacités d'orientation et de réorientation que propose le système publique. D'ailleurs, bravo pour l'argument que le privé offre un chemin alternatif au publique (c'est un avantage ça?). Si par malheur le gus qui s'est trompé d'orientation a envie de changer d'école ou de formation, et bien il est bien bais*. Aucune équivalence, si ce n'est ceux qui proposent des équivalences en s'associant à des facs style ESIEE ou EFREI (cimer le système publique)


 
Concernant triass nous comprenons et réagissons à ses interventions dans leur profondeur mais il ne fait pas cet effort pour ce qui nous concerne. Au mieux, il se limite à des éléments superficiels de notre discours, au pire il reformule de manière grotesque notre propos dans un but rhétorique.
 
Remarquez qu'en général les intervenants commencent par répondre à votre propos, mais s'ils prennent le risque de présenter d'autres aspects ou de donner des exemples "ils ne savent pas lire" et "font passer des exemples pour des généralités". Vous faites preuve d'une intolérance étrange sur ce plan, d'autant plus qu'à la lumière des  messages de ce fil, il apparait que vous réorientez le débat à votre guise...
 
 
Je m'arrête là pour ce qui me concerne, j'ai toutefois cru percevoir dans son dernier message que l'original poster a déjà pu se faire un avis.

n°4042086
triass
Posté le 05-10-2012 à 13:20:55  profilanswer
 


[:golden balkany]
 
[:zealot1337]

n°4043642
liner12
Posté le 07-10-2012 à 13:05:09  profilanswer
 

Bonjour,  
 
On parle souvent des ingénieurs qui travaillent en entreprise mais il y a aussi des ingénieurs qui travaillent dans des laboratoires de recherche en université ou école.  
Est-ce qu'il y a des avantages à travailler dans des labos (universités ou écoles) en tant qu'ingénieur ou vaut-il mieux travailler en entreprise ?  
 
Merci.

mood
Publicité
Posté le 07-10-2012 à 13:05:09  profilanswer
 

n°4043643
cyberad
Posté le 07-10-2012 à 13:07:15  profilanswer
 

Salut, je te conseille de poser ta question sur le topic ingé, pas sur celui-ci.
 
http://forum.hardware.fr/forum2.ph [...] w=0&nojs=0

n°4043646
liner12
Posté le 07-10-2012 à 13:09:45  profilanswer
 

cyberad a écrit :

Salut, je te conseille de poser ta question sur le topic ingé, pas sur celui-ci.
 
http://forum.hardware.fr/forum2.ph [...] w=0&nojs=0


 
oui, merci.

n°4043909
triass
Posté le 07-10-2012 à 16:47:24  profilanswer
 

Travailler dans un labo en tant qu'ingé (de manière générale, travailler dans un labo), c'est des conditions de travail plus souples (pas d'horaires fixes -donc possibilité d'éviter les heures de pointes en transport - , moins de dressing code) pour un salaire plus faible que dans le privé et avec une variabilité des moyens techniques selon les labos (selon la taille et la réputation, j'ai eu l'impression que c'était moins variable selon les entreprises).

 

Après, travailler dans un labo en étant issu d'une école d'ingé, c'est un peu vague, selon si tu veux faire ingénieur de recherche, ingénieur d'étude, chercheur/maitre de conf/professeur d'université, chargé de recherche, etc ... et si tu veux évoluer vers des responsabilités d'encadrements (chef d'équipe, de labo,  ....), faire partie de sociétés savantes ... bref c'est très vague comme question.

 

Par exemple, un de mes chefs d'équipe passait plus de temps à démarcher et remplir des dossiers pour obtenir des subventions et des partenariats financiers qu'à faire de la recherche.

 

Côté recherche, tout dépend aussi de la liberté que te laissent tes chefs (soit cahier des charges et moyens financiers très stricts, soit ils te font confiance et tu es assez libre des moyens et des directions de recherche).

 

Bref, précise la question !


Message édité par triass le 07-10-2012 à 16:47:42
n°4045398
LameDeFond​d
Posté le 09-10-2012 à 00:20:41  profilanswer
 


 
C'est vrai que la généralité c'est de s'endetter pour payer une formation en France, surtout quand on est issu de la classe moyenne. Les avis ici ça n'est pas la pensée élitiste de Hfr comme tu essaies à chaque fois de nous dévier dessus, on parle de profil école publique posbac de bonne facture mais pas élitiste . Pas du gars qui fait  Saint Louis + Centrale Paris + Master El Karoui (mais plus UTT, UTBM, INSA Rennes).  
D'autant que celui que tu cites doit être content d'avoir eu l'ENSAM après un dut plutôt que l'ESIGETEL ou l'ECE. Il dit juste que des gens sont content et épanouis en école privé, encore heureux!
D'ailleurs les école privée un peu intelligentes/malhonnête essaient de copier voir de promouvoir/entretenir la confusion avec les formations publiques (niveau certifié par un deug ou moins honnêtement avec le niveau "prepa", double diplome avec des ecoles publiques prestigieuses, le pompon étant de dire que les meilleurs ESME on droit à une passerelle avec Supelec alors qu'il s'agit d'un concours sur titre ouvert à tout master1 à 3 kopeks l'année).
 
 

Citation :


Pour le reste ta comparaison ironique entre ma prépa intégrée et Saint Quentin n'est qu'à la mesure de la hauteur de ton propos dans ce fil.


 
Ne pas comprendre que mettre des dizaines de milliers d'euros dans une formation pourtant dispensée dans le public c'est du luxe, c'est grave.
D'autant que si c'est pour faire "math sup - math spé" à sudria... autant aller dans le public! Ah non c'est vrai on y enseigne pas le mépris envers les prépa classiques de province.

n°4050352
Profil sup​primé
Posté le 15-10-2012 à 15:48:04  answer
 

LameDeFondd a écrit :


 
C'est vrai que la généralité c'est de s'endetter pour payer une formation en France, surtout quand on est issu de la classe moyenne. Les avis ici ça n'est pas la pensée élitiste de Hfr comme tu essaies à chaque fois de nous dévier dessus, on parle de profil école publique posbac de bonne facture mais pas élitiste . Pas du gars qui fait  Saint Louis + Centrale Paris + Master El Karoui (mais plus UTT, UTBM, INSA Rennes).  
D'autant que celui que tu cites doit être content d'avoir eu l'ENSAM après un dut plutôt que l'ESIGETEL ou l'ECE. Il dit juste que des gens sont content et épanouis en école privé, encore heureux!
D'ailleurs les école privée un peu intelligentes/malhonnête essaient de copier voir de promouvoir/entretenir la confusion avec les formations publiques (niveau certifié par un deug ou moins honnêtement avec le niveau "prepa", double diplome avec des ecoles publiques prestigieuses, le pompon étant de dire que les meilleurs ESME on droit à une passerelle avec Supelec alors qu'il s'agit d'un concours sur titre ouvert à tout master1 à 3 kopeks l'année).
 
 

Citation :


Pour le reste ta comparaison ironique entre ma prépa intégrée et Saint Quentin n'est qu'à la mesure de la hauteur de ton propos dans ce fil.


 
Ne pas comprendre que mettre des dizaines de milliers d'euros dans une formation pourtant dispensée dans le public c'est du luxe, c'est grave.
D'autant que si c'est pour faire "math sup - math spé" à sudria... autant aller dans le public! Ah non c'est vrai on y enseigne pas le mépris envers les prépa classiques de province.


 
Hors lycees elitistes
- Quel est l'interet a faire ta scolarite dans un lycee prive par rapport a un lycee public ?
 
Approximativement pareil comme question :)
 
Des arguments pour aller en prepa post bac ?
- savoir deja l'ecole qui nous interesse et vouloir y aller directement et profiter de l'ambiance, des assocs, du cadre moins formel et parfois moins stressant (car sans concours)
- vouloir un cursus moins theorique qu'une prepa traditionnelle, ou abstrait que certaines licences
- faire une prepa sans les inconvenients d'une prepa publique et avec les avantages d'une prepa integree
-....
 
Y autant de raisons que d'eleves parfois.
 
Faut savoir etre ouvert les gars, qu'est ce que ca peut vous faire que des mecs y aillent, si vous etes convaincu que les ecoles privees c'est de la merde ?
Vous ferez des enfants et leur direz de pas y aller point barre. Certains seront etonnes de se retrouver avec un collegue qu'ils trouveront interssant venant d'une PB privee, ou alors pire un chef. C'est la vie.
 
Aussi quand vous comparez public/prive c'est difficile... car meme dans les publiques elles sont loin de se ressembler.
Quand vous regardez l'architecture du cursus d'une UT, d'une polytech et d'une INSA.... STRICTEMENT rien a voir.
 
Certaines seront des universites ameliorees (avec leurs defauts), d'autres des hybrides plus ou moins reussis, et d'autres des ecoles avec une prepa integree sur le mode prepa publique...
Donc comprenez bien, que beaucoup ne veulent pas aller a l'universite donc ce n'est pas non plus pour aller dans des structures qui ressemblent de pres ou de loin a des universites.
 
Aussi, y a le critère géographique !
Compiegne, la Savoie, Clermont... etc ca fait parfois moins rever que Paris, Lyon, etc...
Y en a que ca gene d'autres non ! mais certains choisissent aussi en fonction de ca !
 
Apres, vous pourrez vous fatiguer a comparer post-bac et post-prepas, mais ce sont deux mondes differents ! qu'il y ait des similitudes ca ne veut pas dire qu'on peut comparer facilement les difficultés d’accès et les cursus !  
 
Vous etes tous habitues a ce qu'une selection ca soit forcement par un concours post-prepa sinon on a rate sa vie! Mais faut evoluer un peu! C'est de moins en moins le cas, et meme si vous le pensez, acceptez juste que d'autres fassent autre chose :)
 
Mais @triass j'ai lu ton message sur ton parcours, qui est fort interessant, mais je ne peux pas m'empecher d'en douter vu certains de tes messages remplis de hargne. Tu nous expliques que tu as réussi ta vie, mais il n'y a pas qu'un seul chemin pour y arriver!
 
Par contre, les discussions sur les M2 Dauphine et autres MS, etait juste risible.
Ce n'est pas un secret que les MS Parisiennes et M2 Dauphine sont remplis d'ecoles d'ingenieurs tres variees...
 
Si les X et autres ECP/Ponts les boudent aujourdhui c'est simplement par ce qu'ils ont des accords avec d'autres formations de valeur equivalente ou meilleure. Sinon, avant il y en avait autant de groupe A que de C (post-bac ou post-prepa).
 
Enfin, on oublie une chose historique, toutes les ecoles privees post-bac citees etaient (ou presque) a l'origine post-prepa. Le choix peut autant s'expliquer par des soucis business que par une envie de la population :o


Message édité par Profil supprimé le 15-10-2012 à 15:49:40
n°4054700
Franzilien
Posté le 19-10-2012 à 15:32:38  profilanswer
 
n°4054733
Profil sup​primé
Posté le 19-10-2012 à 15:55:00  answer
 


 
Pour donner dans l'honnetete, y a aussi la reponse d'un ancien eleve http://forum.hardware.fr/hfr/Emplo [...] m#t4053943
 
Tout bon scientifique ne fait pas de théories sur 1 seul evenement
Et personne n'a dit ici que TOUTES les ecole se valent.... [sans parler de celle ci]

n°4054915
SlideMaste​r
Quintessence de l'excellence
Posté le 19-10-2012 à 18:05:44  profilanswer
 

En voilà un topic  :whistle:  
Avec un peu de recul, je pense que faire une prépa classique (MPSI /PCSI) ne vaut le coup que si on estime avoir des chances réelles d'intégrer une école groupe A
Si vous n'êtes pas dans ce cas, il faut envisager une PTSI surtout qu'on a des chances élevées d'intégrer l'ENSAM. (Un élève sur 3 de PT/PT* est admis à l'ENSAM quand 1 élève de MP/PC/PSI sur 25 intègre l'X ou Centrale Paris)
Si vous n'aimez pas la méca et si vous avez un peu peur de la prépa, vous pouvez faire la fac et tentez les admissions parallèles.
Dans tous les autres cas, regardez les écoles PB en vous informant bien (surtout regarder la valeur de l'école sur le marché du travail...)

Message cité 1 fois
Message édité par SlideMaster le 19-10-2012 à 18:43:01

---------------
La complexité du problème disparaît avec la simplicité de la solution
n°4054983
cyberad
Posté le 19-10-2012 à 18:40:57  profilanswer
 

SlideMaster a écrit :

En voilà un topic  :whistle:  
Avec un peu de recul, je pense que faire une prépa classique (MPSI /PCSI) ne vaut le coup que si on estime avoir des chances réelles d'intégrer une école groupe A
Si vous n'êtes pas dans ce cas, il faut envisager une PTSI surtout qu'on a des chances élevées d'intégrer l'ENSAM. (Un élève sur 3 de PT/PT* est admis à l'ENSAM quand 1 élève de MP/PC/PSI sur 25  
Si vous n'aimez pas la méca et si vous avez un peu peur de la prépa, vous pouvez faire la fac et tentez les admissions parallèles.
Dans tous les autres cas, regardez les écoles PB en vous informant bien (surtout regarder la valeur de l'école sur le marché du travail...)
 
 
 


 
Merci  :jap:

mood
Publicité
Posté le   profilanswer
 

 Page :   1  2  3  4  5  6
Page Suivante

Aller à :
Ajouter une réponse
 

Sujets relatifs
Réorientation après 1 années d'école de commerce (bac+3 / BTS obtenu)Etudiant Africain Admission Grande Ecole
[CDI] Ingénieur concepteur développeur .Net (H/F)[Bac+4] salaires et experiences ???
[CDI] [Lyon] Ingénieur Etudes & Développement PHP 5 HTML 5Quantité de travail en école de commerce
Devenir architecte avec un Bac ESBourse crous et études ingénieur / fac en parallèle
Réorientation en école d'ingenieur 
Plus de sujets relatifs à : Ecole d'ingenieur Post-Bac, ça vaut quoi ?



Copyright © 1997-2016 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC / Shop HFR