Forum |  HardWare.fr | News | Articles | PC | Prix | S'identifier | S'inscrire | Aide Recherche
2402 connectés 

  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Santé

  Votre espérance de vie prolongée ?

 


Si vous pouviez prolonger votre espérance de vie ?




Attention si vous cliquez sur "voir les résultats" vous ne pourrez plus voter

 Mot :   Pseudo :  
 
Bas de page
Auteur Sujet :

Votre espérance de vie prolongée ?

n°24902502
AdrienAdri​en
Posté le 14-12-2010 à 12:34:25  profilanswer
 

Hello fellow HFRiens !
 
Il existe des mouvements qui pronent l'extension indéfinie de l'espérance de vie. L'idée est que la cause principale de notre mort, le vieillissement est bien définie scientifiquement. On sait comment ça fontionne, pourquoi nous vieillissons.
A partir de là, la mise en application de stratégies pour lutter contre le vieillissement, et notre "décrépitude" prochaine n'est pas de la pure science-fiction.  
 
Dans les labos, on a réussi à augmenter de plus de 50% la durée de vie de souris, et des associations montent des fonds pour soutenir encore plus ces recherches ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_ [...] Mathusalem )
J'ai l'impression qu'en France on n'entend pas parler de ces mouvements.  
Qu'en pensez-vous?
 

mood
Publicité
Posté le 14-12-2010 à 12:34:25  profilanswer
 

n°25193901
AdrienAdri​en
Posté le 13-01-2011 à 16:39:07  profilanswer
 

Re- :hello:  
Le Figaro en parle dans son édition du 7 janver 2011 !
http://www.lefigaro.fr/sciences/20 [...] cience.php
citant A.De Grey  

Citation :


Il y a 80% de chances que l'homme qui vivra mille ans existe déjà


 
Mais en serez vous? Laisseriez vous passer cette chance dans votre vie de faire quelque chose pour être parmi ceux-ci. Après, ce sera trop tard, si vous êtes déjà mort...
Et pour ceux, les moins de 20 ans (qui ne peuvent pas tout connaitre  :D ) qui se disent: "c'est bon, je m'en occuperai quand je serai vieux..."
ça a déja commencé !
http://www.sciencedirect.com/scien [...] archtype=a
Le vieiliissement debute dès après la fin de la croissance, soit 9 ans environ...


Message édité par AdrienAdrien le 13-01-2011 à 16:40:34
n°25220572
cesareborg​ia
Invité Mystère
Posté le 16-01-2011 à 11:36:32  profilanswer
 

Tout ça est un peu hors de propos. L'espérance de vie n'augmentera pas autant. Déjà que celle des femmes est en train d'en prendre un coup.

n°25221495
Hadock31
Coffee first questions later
Posté le 16-01-2011 à 13:41:30  profilanswer
 

AdrienAdrien a écrit :

Hello fellow HFRiens !
Dans les labos, on a réussi à augmenter de plus de 50% la durée de vie de souris,  


 
On a découvert un gène qui limitait le vieillissement chez la souris, mais multipliait le risque de cancer. C'est ballot.
 
De plus le vieillissement de l'homme est très différent des autres animaux.  
Je crois qu'on est les seuls animaux à effectuer une gonopause d'ailleurs.

n°25324898
AdrienAdri​en
Posté le 25-01-2011 à 22:36:31  profilanswer
 

cesareborgia a écrit :

Tout ça est un peu hors de propos. L'espérance de vie n'augmentera pas autant. Déjà que celle des femmes est en train d'en prendre un coup.


Comment sais tu qu'une recherche n'aboutira jamais? Ce qui est sûr, c'est que si personne ne cherche, on est pas prêt de trouver.  
 

Hadock31 a écrit :


 
On a découvert un gène qui limitait le vieillissement chez la souris, mais multipliait le risque de cancer. C'est ballot.


Le gène du vieillissement n'existe pas. Inversement, dire que les mécanismes du vieillissement sont incompris est faux aussi.  
 

Citation :


De plus le vieillissement de l'homme est très différent des autres animaux.  
Je crois qu'on est les seuls animaux à effectuer une gonopause d'ailleurs.


L'Homme est différent mais très semblables par rapport aux autres animaux par rapport à son vieillissement (surtout si l'on permet aux animaux d'avoir l'"opportunité"
de vieillir dans un labo ou zoo, et non mangé par un prédateur.)
Un procédé d'allongement de l'espérance de vie (telle que la restriction calorique) peut ainsi toucher l'ensemble des animaux.  
Par ailleurs, l'équivalent de la ménopause existe aussi chez les singes rhésus, certaines baleines, éléphants etc...
 
 
Une grande majorité des votants semblent plutôt en faveur d'une prolongation de leur espérance de vie. Que pensez vous de ces mouvements? Les trouvez-vous dignes d'intérêt?  
Que pensez-vous de l'idée par exemple que l'on soit la dernière génération -ou avant-dernière- à mourir par exemple?  

n°25334532
cesareborg​ia
Invité Mystère
Posté le 26-01-2011 à 18:50:27  profilanswer
 

AdrienAdrien a écrit :


Comment sais tu qu'une recherche n'aboutira jamais? Ce qui est sûr, c'est que si personne ne cherche, on est pas prêt de trouver.

 

Je crois fermement qu'il y a des limites. Une des raisons principales de cette croyance (ou conviction), c'est la prévalence ahurissante de maladies neurodégénératives qui augmente de manière croissante avec l'âge. Si je prends uniquement Alzheimer, le principal facteur de risques est l'avancée en âge. Dis toi qu'entre 85 et 89 ans, on a 20 % des hommes qui développe une maladie d'Alzheimer. Et 29% des femmes.
Au dessus de 95 ans, c'est un tiers des hommes et la moitié des femmes. Et je ne parle que d'Alzheimer là, c'est loin d'être la seule démence existante.
J'ajoute qu'en ce qui concerne cette seule maladie, niveau traitement, on patauge totalement hein. On a quelques pistes et quelques trucs qui ralentissent à un moment l'évolution de la maladie mais le remède, il est encore loin d'être là. Si tant est qu'il y en ait un (et on peut en douter très très fortement, tout indique que ça sera bien plus compliqué que ça).
Le point pertinent, quand on parle d'avancée de l'espérance de vie, c'est les conditions dans lesquelles elle s'opère. Vivre jusqu'à 150 ans en accumulant les cancers, les pathologies diverses et la démence, merci je rends mon badge hein.

 
Citation :


Le gène du vieillissement n'existe pas. Inversement, dire que les mécanismes du vieillissement sont incompris est faux aussi.

 

Il n'a pas dit qu'il y avait un gène du vieillissement. Il a dit qu'un gène pouvait avoir une influence sur le vieillissement. C'est différent, quand même.

Message cité 1 fois
Message édité par cesareborgia le 26-01-2011 à 18:50:48
n°25336655
AdrienAdri​en
Posté le 26-01-2011 à 21:45:09  profilanswer
 

cesareborgia a écrit :

 

Je crois fermement qu'il y a des limites. Une des raisons principales de cette croyance (ou conviction), c'est la prévalence ahurissante de maladies neurodégénératives qui augmente de manière croissante avec l'âge. Si je prends uniquement Alzheimer, le principal facteur de risques est l'avancée en âge. Dis toi qu'entre 85 et 89 ans, on a 20 % des hommes qui développe une maladie d'Alzheimer. Et 29% des femmes.


Excuse moi mais je crois que c'est une tautologie là. Tu dis que l'on ne peut pas lutter contre le vieillissement parce que justement on vieillit... Le but des recherches sur le vieillissement c'est justement les maladies qui sont autant de symptomes du vieillissement comme ALzheimer

 
Citation :


J'ajoute qu'en ce qui concerne cette seule maladie, niveau traitement, on patauge totalement hein. On a quelques pistes et quelques trucs qui ralentissent à un moment l'évolution de la maladie mais le remède, il est encore loin d'être là. Si tant est qu'il y en ait un (et on peut en douter très très fortement, tout indique que ça sera bien plus compliqué que ça).


T'as l'air de t'intéresser au sujet. Neanmoins c'est un peu trop pessimiste par rapport à l'avancée et la multiplication actuelles des études actuellement.
Par contre, je suis d'accord pour dire que beaucoup trop d'études sont consacrées à une limitation des symptomes, sans visée curative: la medecine qui vise à remplacer les éléments non fonctionnels, supprimer les lésions existantes devraient être plus mis en avant. C'est ce dont parlent ces mouvements.

 
Citation :


Le point pertinent, quand on parle d'avancée de l'espérance de vie, c'est les conditions dans lesquelles elle s'opère. Vivre jusqu'à 150 ans en accumulant les cancers, les pathologies diverses et la démence, merci je rends mon badge hein.


C'est en effet ce qui se passe actuellement dans le milieu de la recherche médicale. C'est la "loi du retour minimal". Plus on avance dans les recherches, plus on fait vivre les gens vieux, et plus lourds sera alors la charge pour les traiter d'autres maladies, aussi liées au vieillissement, qui évoluent parallèlement.
Parce que c'est majoritairement de la médecine gériatrique, sans but curatif : à meilleur rendement immédiat mais à effet sur le long terme limité en terme d'intérêt pour la patient/ la société.

 


Citation :


"Le gène du vieillissement n'existe pas. Inversement, dire que les mécanismes du vieillissement sont incompris est faux aussi."

 


Il n'a pas dit qu'il y avait un gène du vieillissement. Il a dit qu'un gène pouvait avoir une influence sur le vieillissement. C'est différent, quand même.


J'avais compris. Ce que je voulais dire c'est qu'il y a quasiment aucune chance, malgré tout l'argent investi dedans et l'intérêt des médias pour ce type de recherche, que la recherche sur les gènes du vieillissement aboutissent à des résultats pratiques. En tout cas pas avant longtemps.

Message cité 1 fois
Message édité par AdrienAdrien le 26-01-2011 à 21:50:30
n°25337122
cesareborg​ia
Invité Mystère
Posté le 26-01-2011 à 22:07:51  profilanswer
 

AdrienAdrien a écrit :


Excuse moi mais je crois que c'est une tautologie là. Tu dis que l'on ne peut pas lutter contre le vieillissement parce que justement on vieillit... Le but des recherches sur le vieillissement c'est justement les maladies qui sont autant de symptomes du vieillissement comme ALzheimer

 

Alzheimer n'est pas un symptôme du vieillissement. Le vieillissement cérébral normal ne relève pas des mêmes dynamiques. Les atteintes, tant cognitives que neuroanatomiques, sont différentes (on a pas une accumulation de plaques séniles dans l'hippocampe dans le vieillissement normal, si tu veux un exemple). De plus, les profils d'Alzheimer sont extrêmement variés. Je répète qu'on patauge encore pas mal et que le traitement anti-Alzheimer miracle, il n'est pas près d'arriver.

 
Citation :

T'as l'air de t'intéresser au sujet. Neanmoins c'est un peu trop pessimiste par rapport à l'avancée et la multiplication actuelles des études actuellement.
Par contre, je suis d'accord pour dire que beaucoup trop d'études sont consacrées à une limitation des symptomes, sans visée curative: la medecine qui vise à remplacer les éléments non fonctionnels, supprimer les lésions existantes devraient être plus mis en avant. C'est ce dont parlent ces mouvements.

 

Je parle en connaissance de cause. Actuellement, on a pas grand chose. Les recherches visant à supprimer les lésions existantes ont le vent en poupe (par le biais de vaccins notamment). Par ce biais, on cherche à éliminer les plaques amyloïdes ("plaques séniles" ) qui sont une des caractéristiques d'une pathologie de type Alzheimer. Le problème étant qu'on a des maladies d'Alzheimer sans la moindre plaque amyloïde. De plus, ces recherches n'ont pour l'instant pas montré la moindre efficacité. Il y a même de fortes chances que ça soit toxique, ces "lavages".

 
Citation :

C'est en effet ce qui se passe actuellement dans le milieu de la recherche médicale. C'est la "loi du retour minimal". Plus on avance dans les recherches, plus on fait vivre les gens vieux, et plus lourds sera alors la charge pour les traiter d'autres maladies, aussi liées au vieillissement, qui évoluent parallèlement.
Parce que c'est majoritairement de la médecine gériatrique, sans but curatif : à meilleur rendement immédiat mais à effet sur le long terme limité en terme d'intérêt pour la patient/ la société.

 

La médecine gériatrique a un but curatif (mais pas que). Cependant elle guérit de pathologies. Elle ne guérit pas du vieillissement. Le vieillissement n'est pas une maladie.

Message cité 1 fois
Message édité par cesareborgia le 26-01-2011 à 22:09:09
n°25337962
cesareborg​ia
Invité Mystère
Posté le 26-01-2011 à 23:03:56  profilanswer
 

J'avais pas remarqué avant mais "le vieillissement commence après la fin de la croissance, à 9 ans".
Elle finit tôt la croissance chez toi. ;)


Message édité par cesareborgia le 26-01-2011 à 23:04:03
n°25338395
AdrienAdri​en
Posté le 26-01-2011 à 23:56:09  profilanswer
 

cesareborgia a écrit :


Alzheimer n'est pas un symptôme du vieillissement. Le vieillissement cérébral normal ne relève pas des mêmes dynamiques. Les atteintes, tant cognitives que neuroanatomiques, sont différentes (on a pas une accumulation de plaques séniles dans l'hippocampe dans le vieillissement normal, si tu veux un exemple). De plus, les profils d'Alzheimer sont extrêmement variés. Je répète qu'on patauge encore pas mal et que le traitement anti-Alzheimer miracle, il n'est pas près d'arriver.


Etant donné la forte proportion d'Alzheimer (plus de 20% des plus de 80 ans comme tu l'as souligné), il est difficile de dire ce qu'est un vieillissement "normal". Si les gens vieillissaient encore plus longtemps, il est possible que 100% des gens aient Alzheimer.

 

Par exemple, 100% d'ostéoporose chez les personnes agées, 100% de cancer de la prostate etc...
Un schema pour illustrer l'évolution croissante des choses (AD pour l'Alzheimer): Si ce phénomène n'était pas lié au vieillissement, il n'évoluerait pas comme toutes les maladies du vieillissement.
Ce n'est pas parce que l'on ne retrouve pas les plaques etc.. que ce serait un vieillissement particulier, puisque, tu le dis toi-même, on n'en connaît pas le mécanisme exact.
http://hfr-rehost.net/self/pic/026973e505ba92431bbff080d53ab5bc20088388.jpeg

 


Citation :


Je parle en connaissance de cause. Actuellement, on a pas grand chose. Les recherches visant à supprimer les lésions existantes ont le vent en poupe (par le biais de vaccins notamment). Par ce biais, on cherche à éliminer les plaques amyloïdes ("plaques séniles" ) qui sont une des caractéristiques d'une pathologie de type Alzheimer. Le problème étant qu'on a des maladies d'Alzheimer sans la moindre plaque amyloïde. De plus, ces recherches n'ont pour l'instant pas montré la moindre efficacité. Il y a même de fortes chances que ça soit toxique, ces "lavages".


Je suis ces recherches. Les recherches humaines sont en cours et prennent énormément de temps. L'immunothérapie passive est peut-être plus intéressante que le vaccin. Il y a aussi le cas des cellules souches de cellules gliales qui est une voie intéressante.

 

QUand aux résultats de "pas la moindre efficacité", tu oublie l'analyse interne des sujets qui a été faite: dans le groupe était compté des sujets avancés dans la maladie. Un vaccin aurait probablement plus d'efficacite avant que la maladie n'apparaissent (comme un vrai vaccin donc)

 


Citation :

 

La médecine gériatrique a un but curatif (mais pas que). Cependant elle guérit de pathologies. Elle ne guérit pas du vieillissement.

 

La médecine gériatrique, c'est le pompier qui arrive quand l'incendie a ravagé les fondations.
Tu guéris du cancer mais au prix d'un diabète qui évolue parallèlement, ou bien d'un AVC. Pour chaque avancée dans la médecine gériatrique, c'est des efforts considérables de recherche et d'argent pour des résultats de plus en plus minimes.

 
Citation :

J'avais pas remarqué avant mais "le vieillissement commence après la fin de la croissance, à 9 ans".
Elle finit tôt la croissance chez toi. ;)


Définition purement statistique. On ne sait pas encore concrètement à quoi cela correspond au niveau biologique. Mais le vieillissement est defini par l'augmentation de probabilité de décès dans l'année. Celle-ci augmente à partir de 9 ans (pour s'envoler ensuite après 40-50 ans).

 

Peut-être ceci correspond à la fin de maturation des principaux organes (maximum de remaniement du cerveau avant cette période, ou bien maturation hépatique ou immunologique...), tandis que la croissance qui suit, la croissance pubertaire donc, correspondrait plus à la mise en place des caractères sexuels.

 
Citation :


Le vieillissement n'est pas une maladie.


En quoi le vieillissement ne serait pas une maladie? Il fragilise, augmente ta probabilité de décès dans l'année, comme une maladie. Au niveau biologique et physiologiques, il a les mêmes caractéristiques que la plupart des maladies.

  

Message cité 1 fois
Message édité par AdrienAdrien le 27-01-2011 à 00:06:44
mood
Publicité
Posté le 26-01-2011 à 23:56:09  profilanswer
 

n°25338515
cesareborg​ia
Invité Mystère
Posté le 27-01-2011 à 00:14:49  profilanswer
 

AdrienAdrien a écrit :


Etant donné la forte proportion d'Alzheimer (plus de 20% des plus de 80 ans comme tu l'as souligné), il est difficile de dire ce qu'est un vieillissement "normal". Si les gens vieillissaient encore plus longtemps, il est possible que 100% des gens aient Alzheimer.


 
Le vieillissement normal est assez peu difficile à définir. Il comporte son lot de pertes et de compensations. Il s'agit d'un processus naturel auquel on ne peut guère échapper. Le vieillissement pathologique (ou problématique), c'est autre chose et ça passe par un certain nombre de pathologies, parmi lesquelles Alzheimer, mais pas que. D'ailleurs, si on prend les chiffres dont je parlais tout à l'heure, ça laisse un nombre important de personnes ne développant pas cette démence, à un âge extrêmement élevé. Il y a un vieillissement sans Alzheimer (et heureusement parce que c'est pas une maladie super jouasse).
 

Citation :

Si ce phénomène n'était pas lié au vieillissement, il n'évoluerait pas comme toutes les maladies du vieillissement.
http://hfr-rehost.net/http://self/ [...] 88388.jpeg


 
Je n'ai jamais dit qu'il n'était pas lié au vieillissement. J'ai même dit que l'âge était le principal facteur de risques. Ca ne veut pas pour autant dire qu'il est une conséquence normale du vieillissement. C'est une pathologie du vieillissement.
 

Citation :

QUand aux résultats de "pas la moindre efficacité", tu oublie l'analyse interne des sujets qui a été faite: dans le groupe était compté des sujets avancés dans la maladie. Un vaccin aurait probablement plus d'efficacite avant que la maladie n'apparaissent (comme un vrai vaccin donc)


 
Ca, on n'en sait rien. C'est à tester. Ou pas, d'ailleurs. Je le répète, la maladie d'Alzheimer peut très bien se manifester sans la moindre plaque amyloïde. Tout comme un cerveau bourré de plaques peut ne pas déclencher de maladie d'Alzheimer. C'est très loin d'être aussi simple.
 

Citation :

Définition purement statistique. On ne sait pas encore concrètement à quoi cela correspond au niveau biologique. Mais le vieillissement est defini par l'augmentation de probabilité de décès dans l'année. Celle-ci augmente à partir de 9 ans (pour s'envoler ensuite après 40-50 ans).
Peut-être ceci correspond à la fin de maturation des principaux organes (maximum de remaniement du cerveau avant cette période, ou bien maturation hépatique ou immunologique...), tandis que la croissance qui suit, la croissance pubertaire donc, correspondrait plus à la mise en place des caractères sexuels.


 
Je ne sais pas d'où tu sors cette définition du vieillissement. Ce n'est pas celle qui est communément admise dans le domaine.
 

Citation :


En quoi le vieillissement ne serait pas une maladie? Il fragilise, augmente ta probabilité de décès dans l'année, comme une maladie. Au niveau biologique et physiologiques, il a les mêmes caractéristiques que la plupart des maladies.


 
En quoi le serait-il ? Il s'agit d'un processus normal. Et t'y auras droit, moi aussi d'ailleurs.

n°25338537
double cli​c
Nothing to do with you
Posté le 27-01-2011 à 00:21:14  profilanswer
 

c'est pas ça qui va arranger la crise du logement dis donc [:tim_coucou]


---------------
Is there anybody here it doesn't suck to be?
n°25359239
AdrienAdri​en
Posté le 28-01-2011 à 22:32:16  profilanswer
 

cesareborgia a écrit :

Je le répète, la maladie d'Alzheimer peut très bien se manifester sans la moindre plaque amyloïde. Tout comme un cerveau bourré de plaques peut ne pas déclencher de maladie d'Alzheimer. C'est très loin d'être aussi simple.

 

Bon, Alzheimer, n'épiloguons pas là dessus, ça va être le duel d'expert. C'est pas le sujet principal non plus.

 

D'ailleurs je comprends pas bien ton argumentation: Tu dis que la lutte contre le vieillissement, est un problème insoluble en invoquant Alzheimer. Or dans les posts suivants tu déclares que Alzheimer ne fait pas partie du vieillissement normal,  puisque "un nombre important de personnes"ne développeront jamais la maladie. Donc le vieillissement n'est pas un problème si insoluble alors???

 
Citation :

'Définition purement statistique. On ne sait pas encore concrètement à quoi cela correspond au niveau biologique. Mais le vieillissement est defini par l'augmentation de probabilité de décès dans l'année. Celle-ci augmente à partir de 9 ans (pour s'envoler ensuite après 40-50 ans).
Peut-être ceci correspond à la fin de maturation des principaux organes (maximum de remaniement du cerveau avant cette période, ou bien maturation hépatique ou immunologique...), tandis que la croissance qui suit, la croissance pubertaire donc, correspondrait plus à la mise en place des caractères sexuels."

 

Je ne sais pas d'où tu sors cette définition du vieillissement. Ce n'est pas celle qui est communément admise dans le domaine.

 



Sources ? ... Si tu te bases sur ce qu'on t'a appris en fac de bio, c'est-à-dire quasiment rien en biogérontologie, comme je connais les profs de bio

 

Voici les miennes :
-The Biology of Aging, Observations and principles, R. Arking, 3rd Edition, 2006, Oxford University Press
-Understanding Ageing. Holliday, R. 1995.Cambridge University Press, Cambridge.
-Handbook of the Biology of Aging. Edward J. Masoro, Steven N. Austad. 2006. Academic Press; 6th edition

 
Citation :


En quoi le serait-il ? Il s'agit d'un processus normal. Et t'y auras droit, moi aussi d'ailleurs.


Je ne dis pas que le vieillissement n'est pas "normal". Le normal est une pure définition statistique.
En ce sens, le vieillissement est aussi "normal" que le cancer (100% de cancers de la prostate passé 100ans mais bien sûr ils meurent plus souvent d'infarctus), l'ostéoporose, l'athérosclérose...  Est-ce parce que c'est statistiquement fréquent que c'est bon, il ne faut rien faire? J'aurais plutôt tendance à réfléchir dans l'autre sens...
 

Message cité 1 fois
Message édité par AdrienAdrien le 28-01-2011 à 22:36:50
n°25359396
boisse
Invisible dick
Posté le 28-01-2011 à 22:48:43  profilanswer
 

Ce qui fait l'interet premier de la vie est justement que chacun sait qu'elle va s'interrompre un jour.

n°25361015
cesareborg​ia
Invité Mystère
Posté le 29-01-2011 à 00:54:52  profilanswer
 

AdrienAdrien a écrit :

D'ailleurs je comprends pas bien ton argumentation: Tu dis que la lutte contre le vieillissement, est un problème insoluble en invoquant Alzheimer. Or dans les posts suivants tu déclares que Alzheimer ne fait pas partie du vieillissement normal,  puisque "un nombre important de personnes"ne développeront jamais la maladie. Donc le vieillissement n'est pas un problème si insoluble alors???

 

Non je dis que le risque de démences augmente très fortement avec l'âge. Il est déjà énorme au dessus de 95 ans, et on ne sait absolument rien faire pour stopper ce phénomène. J'émets juste des doutes sur la longévité à outrance si c'est pour finir par souffrir de cette maladie (quand tu la connais, tu sais ce que c'est -logique-  [:sinbadlemarin] ) ou d'autres toutes plus joyeuses les unes que les autres.

 

Je n'ai pas été en biologie. J'ai effectué plusieurs stages en gériatrie, tant en équipe mobile qu'en service normal, en USSR et en consultation mémoire. Aucun de ces endroits n'emploierait ta définition. Il est devenu totalement obsolète d'envisager le vieillissement comme une succession de pertes, déjà, alors se contenter de le définir comme "un phénomène qui fait qu'à chaque année passée t'as plus de chances de mourir", ça me parait super léger.

 
Citation :


Je ne dis pas que le vieillissement n'est pas "normal". Le normal est une pure définition statistique.
En ce sens, le vieillissement est aussi "normal" que le cancer (100% de cancers de la prostate passé 100ans mais bien sûr ils meurent plus souvent d'infarctus), l'ostéoporose, l'athérosclérose...  Est-ce parce que c'est statistiquement fréquent que c'est bon, il ne faut rien faire? J'aurais plutôt tendance à réfléchir dans l'autre sens...
 

 

Normal, en statistique, ça n'est pas 100%. Mais en l'occurence, il y a droit au 100%. Tout le monde vieillit, tout le monde meurt. C'est comme ça. Après, tu peux tout à fait rêver de progrès nous permettant de vivre très vieux voire éternellement. Mais le fait est que :
- l'intérêt est mineur
- les risques de développer les pathologies suscitées ne vont pas disparaitre juste parce qu'on dit qu'on va vivre vieux
- les conséquences sociales seront cataclysmiques

 

Après, c'est aussi une question de conviction. Moi je m'en fous qu'on prolonge la vie des gens, ça me fera du taff. Mais ces recherches vont coûter cher, en temps, en argent, en vies. Et j'ai un très (mais alors très) fort doute sur la curabilité des démences, à court ou à moyen terme (j'irais même jusqu'à dire à long terme).

Message cité 1 fois
Message édité par cesareborgia le 29-01-2011 à 00:55:22
n°25361092
Mitch-mitc​h
Allez Sedan !
Posté le 29-01-2011 à 01:01:27  profilanswer
 

boisse a écrit :

Ce qui fait l'interet premier de la vie est justement que chacun sait qu'elle va s'interrompre un jour.


a vrai dire, l'interet de la vie chez les gens est surtout qu'ils oublient ou n'ont pas une reelle conscience qu'ils vont disparaitre un jour. SI les gens sauraient que rien de ce qu'ils font a court ou long terme que ça soit se developper personnellement, professionnellement ou bien d'avoir de la descendance, bref si les gens auraient reellement conscience de ça, ils ne s'enfermeraient pas dans le systéme de vivre comme ça. Ils s'apercevraient finalement que le travail par exemple n'est pas echangeable contre de l'argent car le travail represente pour la majorité de la population iune contrainte donc une perte de temps et que rien ne vaut le temps, surtout pas 1300 € par mois par ex... Non mais aucune conscience quoi, 80 ans dans un monde qui a 4 milliards d'annee dans un univers d'une dizaine de milliards d'ancienneté... bref même pas un clignement de paupiere qui represente la vie de tes ancetres et de tes descendants

 

/plouf


Message édité par Mitch-mitch le 29-01-2011 à 01:03:07

---------------
Le soleil se lève avant moi, moi je me couche après lui : nous sommes quittes. [ Jules Renard ]
n°25361142
cesareborg​ia
Invité Mystère
Posté le 29-01-2011 à 01:04:42  profilanswer
 

C'est ce qui arrive aux gens, dans ce qu'on appelle la "crise de la mi-vie". C'est le moment où tu te rends compte qu'il y a plus d'années derrière toi que devant. En général tu t'achètes une maitresse ou une décapotable pour le coup.  [:clooney17]


Message édité par cesareborgia le 29-01-2011 à 01:04:54
n°25421310
AdrienAdri​en
Posté le 04-02-2011 à 00:04:52  profilanswer
 

cesareborgia a écrit :


Je n'ai pas été en biologie. J'ai effectué plusieurs stages en gériatrie, tant en équipe mobile qu'en service normal, en USSR et en consultation mémoire. Aucun de ces endroits n'emploierait ta définition. Il est devenu totalement obsolète d'envisager le vieillissement comme une succession de pertes, déjà, alors se contenter de le définir comme "un phénomène qui fait qu'à chaque année passée t'as plus de chances de mourir", ça me parait super léger.


C'est une définition globale, bien sür que du point de vue physiopathologie il faudrait plus rentrer dans les détails (Bien que ceux-ci ne soient pas si compliqués: 7 ou 8 mécanismes globaux les résument).

 

Je t'ai cité mes sources. En sciences, tu sais que les arguments d'autorité ne sont pas vraiment appréciés  ;)
C'est une définition permettant par exemple, en biologie, de comparer la vitesse de vieillissement de differents espèces: et qui permet justement de dire que l'Homme est le mammifères, pour son poids, qui vieillit de façon exceptionnellement lente. Et sur cette définition a été défini les types de vieillissement: il existe ainsi des espèces à vieillissement accéléré (comme le saumon, la souris etc...) et d'autres à vieillissement très lent (comme le homard, les oiseaux en géneral etc...) voire même aucun viellissement du tout (Concept de "vieillissement négligeable" ) !  

 

 

Citation :


C'est comme ça.


A chaque fois que cette phrase est prononcée, Dieu tue un chaton  :o

 
Citation :


 Après, tu peux tout à fait rêver de progrès nous permettant de vivre très vieux voire éternellement. Mais le fait est que :
- l'intérêt est mineur
- les risques de développer les pathologies suscitées ne vont pas disparaitre juste parce qu'on dit qu'on va vivre vieux
- les conséquences sociales seront cataclysmiques

 

Mais ces recherches vont coûter cher, en temps, en argent, en vies. Et j'ai un très (mais alors très) fort doute sur la curabilité des démences, à court ou à moyen terme (j'irais même jusqu'à dire à long terme).


Les recherches coûtent dejà très chers. Et elles le coûteront encore plus justement parce que l'on ne s'intéresse pas au côté vieillissement en lui-même, mais à une maladie donnée, elle-même liée au vieillissement.
Par exemple, que se passe-t-il quand on sauve les gens d'infarctus en mettant un stent, en abaissant leur tension etc... : On fait vivre des gens de plus en plus vieux, qui développeront alors d'autres pathologies (diabète, cancers) encore plus difficile à traiter.
Ma prédiction: L'espérance de vie va continuer à augmenter, mais, chose dont on ne parle jamais, l'espérance de vie en bonne sante va stagner (du fait de cette loi du "retour minimal" où l'on permet de faire vivre des gens vieux longtemps mais avec un coût de plus en plus grand du fait des polypathologies). C'est ce que l'on voit déjà dans certains pays d'Europe

 

http://hfr-rehost.net/self/pic/7828d6e6c0ef57f7759d34e996c30262fe6ef1ca.jpeg

 

Je pense que c'est ce que tu as du constater avec l'explosion du nombre de gens en gériatrie/SSR.
Donc , non, je ne pense pas que focaliser la recherche sur le vieillissement soit une perte d'argent/un cataclysme social
Ca serait même l'inverse, une économie. Donc, prédire un "ïntérêt mineur", c'est beaucoup s'avancer. Sans côté l'intérêt individuel: Qui a envie de mourir quand il reste tant de choses à découvrir? Tant de choses à faire. Et pour répondre à ceci:

 
boisse a écrit :

Ce qui fait l'interet premier de la vie est justement que chacun sait qu'elle va s'interrompre un jour.


Pourquoi associer sens de la vie avec notre finitude? Beaucoup de choses ont un intérêt qui serait même augmenté justement par plus d'années rajoutées : Comme par exemple construire une relation avec quelqu'un, qui s'enrichit, développer un projet sur le long terme, acquérir de nouvelles connaissances, comprendre plus de choses...
C'est justement l'inverse de mon point de vue: la présente de notre finitude qui rend ces activités sans sens: "A quoi bon?", autant acheter une maîtresse et une décapotable et jouir un max...


Message édité par AdrienAdrien le 04-02-2011 à 00:21:37
n°25440267
AdrienAdri​en
Posté le 06-02-2011 à 14:48:56  profilanswer
 

Bon, un peu plus d'eléments pour nourrir la discussion...
une vidéo sur le (notre !) vieillissement en biologie  (sous-titre en français : choisissez "subtitles available in" French)
 
http://www.ted.com/talks/lang/eng/ [...] aging.html

n°25720559
cordelius
Disciplus Simplex
Posté le 04-03-2011 à 22:24:13  profilanswer
 

[:gaga drapal]


---------------
Last.fm | Profil D3

Aller à :
Ajouter une réponse
  FORUM HardWare.fr
  Discussions
  Santé

  Votre espérance de vie prolongée ?

 

Sujets relatifs
Espérance de vie de mon vehicule.Fête du cinéma: prolongée mercredi dans les UGC et MK2 !!!
calculer son esperance de vieEvolution de l'espérance devie
[Stats] L'esperance de vie <> moyenne de l'age de mortEspérance de vie
Esperance de vieMode de calcul de l'esperance de vie
Amnésie sévère et prolongée : ça vous est déjà arrivé? 
Plus de sujets relatifs à : Votre espérance de vie prolongée ?



Copyright © 1997-2014 Hardware.fr SARL (Signaler un contenu illicite) / Groupe LDLC